26/04/2017

Sacha et Tomcrouz T.1 : Les Vikings

sachaEtTomcrouzT1.jpgsachaEtTomcrouzT1-2.jpgDessin : Bastien Quignon.
Scénario : Anaïs Halard.
Éditeur : Soleil.
88 pages.
Sortie : 22 mars 2017.
Genre : Fantastique, jeunesse.

 


Résumé :

Sacha Bazarec vit dans une maison remplie d'objets chinés. Pour ses dix ans, elle rêvait d'un rat méga intelligent mais elle a reçu un chihuahua. C'est un chien et, pourtant, il n'obéit à rien du tout ! Elle l'a appelé Tomcrouz, comme l'idole de sa maman. Elle a eu beau lui demander de ne pas mettre le boxon, elle l'a retrouvé, un matin, couvert de gelée incandescente. Depuis, il se produit un phénomène étrange et ils se retrouvent transportés dans des endroits bizarres à travers le temps.


Mon avis :

Mes impressions sont positives. Cette Bédé est originale et fait partie de ces albums qui plaisent à toutes sortes de personnes. Comme quoi, on peut réaliser une bande dessiné qui vise un public de gosses sans que ce ne soit ringard. Normalement, dans ce genre d'histoire, on nous montre un galopin déconnecté, méprisé à l'école par ses camarades, ses professeurs et donc, avec un quotidien qui ne fait pas rêver mais là, on casse VRAIMENT bien les codes. Le niston est plutôt très populaire, au point même de rendre jaloux un des personnage. Le hic, c'est que les choses s'inverseront lors de son premier voyage temporel.

Pour proroger, dommage que le dessin ne suive pas. Je ne le trouve pas affriandant, sans vouloir mettre en cause le travail de celui à qui on doit les dessins de Sixteen Kennedy Express, El Paso et Sweet Rosetta. Néanmoins, un deuxième volet ne serait pas de refus. J'espère que l'auteure nous fera toujours autant voyager en re-servant un tranche de ludisme et de pédagogie. Si vous êtes un amateur ou une amatrice de BD et, surtout, si vous voulez initier vos enfants à ça, ce titre pourrait faire l'affaire, pourrait être une bien bonne idée de cadeau. Une grande première pour Anaïs Halard qui n'a pas fait honte au neuvième art !

sachaEtTomcrouz1_extrait.png

 


Mister Med.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a09-3e78912.gif

 

a04-3e788e4.gif

 

a07-3e78901.gif

14/04/2017

La craie des étoiles T.2

La craie des étoiles, Raphaël Drommelschlager Bamboo,Aventure, jeunesse. La craie des étoiles, Raphaël Drommelschlager Bamboo,Aventure, jeunesse. Auteur : Raphaël Drommelschlager
Éditeur : Bamboo.
48 pages.
Date de sortie : 8 mars 2017.
Genre : Aventure, jeunesse.

 

 

 

Résumé :

Grâce à sa craie magique, Max a acquis le pouvoir de se déplacer partout dans le monde et de pouvoir discuter avec les animaux. Au bout du voyage, il découvrira peut-être d'où vient cette "craie des étoiles" et qui se cache derrière l'étrange personnage qui semble toujours le précéder de quelques instants.

 

La craie des étoiles, Raphaël Drommelschlager Bamboo,Aventure, jeunesse.

Mon avis :

Max continue de nous faire voir non pas du pays mais DES pays, tout en restant détenteur du record du mec qui s'acclimate le plus rapidement et qui supporte le mieux les décalages horaires dans toute l'histoire de l'humanité (rires). Il est aussi celui qui voyage le plus prestement grâce à sa fameuse craie. Vous l'aurez compris, le surréalisme est toujours aussi omniprésent dans cet album, exagérément dans cette deuxième série d'escapades si bien qu'on pourrait en faire un long sketch !

Comme dans la précédente épopée, l'instruction, la pédagogie et l'écologie sont toujours de la partie. Les protagonistes, aux doux comme aux forts caractères, restent eux renchéris de belles valeurs à l'exception d'un seul. Bienheureusement pour notre intrépide Maxou, il y a une forme de justice en plus d'une chance inexprimable ! De plus, les répliques qui remplissent les bulles ont plus de verbe, nette amélioration à ce niveau-là. Encore un labeur, de la part de celui qui est à la fois scénariste, dessinateur et coloriste de l'oeuvre, qu'on ne peut pas blâmer à 100%. Toutefois, une question demeure en suspens : est-ce que Théophile serait vivant, lui qui possédait la craie il y a plus de 150 ans ? La réponse peut-être à un autre moment.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

6_10.png

 

8_10.png

 

7_10.png

 Mister Med.

12/04/2017

Captain Tsubasa T.37

Captain Tsubasa, Yoishi Takahashi, Glénat, ShônenCaptain Tsubasa, Yoishi Takahashi, Glénat, ShônenAuteur : Yoishi Takahashi.
Éditeur : Glénat Manga.
192 pages.
Sortie : 8 mars 2017.
Genre : Shônen.

 

 

 

Résumé :

Après une tournée européenne couronnée par une victoire au Tournoi international Junior, la sélection japonaise rentre au pays. Alors que Tsubasa prépare son voyage au Brésil, il a l’opportunité de jouer avec la sélection nationale qui défendra les couleurs du Japon lors de la prochaine Coupe du monde.

 

Mon avis :

Un mot de l'auteur doit donner le la de ma chronique car voici ce qu'on apprend : "Captain Tsubasa arrive enfin à son terme avec ce 37ème volume. C'est avant tout grâce à vous et à votre soutien si cette série a pu se poursuivre aussi longtemps. La série a duré sept ans, sept années durant lesquelles j'ai eu l'impression de courir aux côtés de Tsubasa et ses amis. Merci du fond du coeur de m'avoir accompagné avec fidélité tout au long de cette aventure".

Mot touchant parmi d'autres qu'on pourra retrouver à la fin de l'ouvrage ! Et oui. Or, ne me demandez pas pourquoi un mot au début et plus d'un à la fin, je ne puis vous répondre. Quand j'étais un mouflet, j'étais un adulateur du japanime même si je n'avais l'occasion de le regarder que le samedi, étant donné que sa diffusion avait principalement lieu en semaine. Malgré ça, la tentation de simuler une maladie pour éviter l'école et visionner plus d'épisodes était forte mais je ne cédais pas (rires).

Pour une fois que j'ai la possibilité de lire cette série célébrissime, l'ironie du sort veut que ce soit le dernier volume. Au moins, ça ne me retiendra pas de considérer que, contrairement à tous les autres mangas qui sont passés entres mes mains, le seul point fort du dessin est son punch qui donne vie de manière spectaculaire aux fameuses acrobaties footbalistiques. Comme dans l'animé ! Respect à Yoishi Takahashi pour ça ! Quant au scénar', il est frugalement mieux que ceux qu'on a coutume de lire dans les mangas en général, sans non plus être tape-à-l'oeil.

Bref, pas besoin d'avoir l'amour du foot dans le sang pour aimer Captain Tsubasa (ou Olive et Tom, comme on dit dans une partie de la francophonie). N'espérons pas, pour les Japonais, que leur espoir de remporter un jour la Coupe du monde restera fictif, utopique. Cela dit, si comme Thomas et Olivier "ils sont toujours en forme, super entraînés" et "venus pour gagner", la félicité sera tapie à l'entrée.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Captain Tsubasa, Yoishi Takahashi, Glénat, Shônen

 

Captain Tsubasa, Yoishi Takahashi, Glénat, Shônen

 

Captain Tsubasa, Yoishi Takahashi, Glénat, Shônen

 Mister Med.


 

Écrit par Jeanne Salve dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : captain tsubasa, yoishi takahashi, glénat, shônen |  Facebook | |

04/04/2017

LA FAMILLE FANTASTIQUE T.2

Sans titre 1.jpgSans titre 2.jpg

LES ORPHELINS DE TARGAS

Scénario : Lylian.
Dessin : Paul Drouin.
Éditeur : Glénat.
64 pages.
Sortie : 8 février 2017.
Genre : Fantastique, jeunesse.

 

 

Présentation de l'éditeur :

Certaines familles partent en vacances à la mer, d'autres préfèrent la montagne. Eux vont dans un monde lointain. Là où les cristaux sont chargés d'une étrange magie, où les mendiants deviennent des rois, où les rêves et les cauchemars des enfants deviennent réalité.

Sans titre 3.jpg

Mon avis :

Une famille somme toute ordinaire chavire à nouveau dans un monde fantastique. Ses membres avaient pourtant tout fait pour se tirer des flûtes du cataclysme interne de ce monde, même s'ils se sont révélés dans ce diptyque (voir le tome 1). Alors, pourquoi retournent-ils une nouvelle fois dans cette "valetaille" ? À cause du ravissement de Sarah, l'adolescente de la maisonnée, toute la smala y compris le père de la jeune demoiselle (en fait, il s'agit d'une marmaille recomposée), individu très taciturne, vont devoir retourner en Fantastica (et non, l'auteur ne s'est pas pris la tête, sur ce coup-là (rires)). 

Sans titre 4.jpg

Côté qualité du scénario, on est entre Narnia et L'Histoire sans fin. Mais, les dialogues sont à la fois avantageux et désavantageux. Avantageux parce que, si on a pas lu le tome introductif, les conciliabules nous permettent lar-ge-ment de rattraper notre retard. Désavantageux parce que ces dernières ne sont vraiment pas accrocheuses. C'est vrai qu'on cible ici un jeune public mais faut pas abuser, quand même ! Néanmoins, la teneur de cette BD réside dans le dessin qui se veut remuant, affriolant et avec de belles enluminures. Une troisième aventure n'est pas encore annoncée, comptons sur le futur en espérant être bien gâtés.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

5_10.png

 

10_10.png

 

7_10.png

 

Mister Med.

09/03/2017

Woodstock t. 15 - Asada

Woodstock_tome_15.jpgSans titre.pngAuteur : Yukai Asada.
Éditeur : Glénat Manga.
192 pages.
Sortie : 18 janvier 2017.
Genre : Seinen.

 

 


Résumé :

Le pays de l'Oncle Sam va enfin pouvoir découvrir le groupe Charlie, un véritable joyau musical. Mais une fois là-bas, Gaku devra faire face à son ancien partenaire : Psy (pas le chanteur sud-coréen (rires)). Le future du groupe, dont le personnage principal est le leader, dépendra de ces retrouvailles.


Mon avis :

Déjà, pourquoi ce titre, "Woodstock" ? Pour les plus jeunes d'entre nous, c'est en rapport avec une festivité chantante qui s'est tenu sur une propriété agricole de Bethel, dans l'Etat de New York, du 15 au 17 août 1969. Dépourvus de toute expérience, ses quatre promoteurs parviendront néanmoins à réunir le gratin de la scène rock, notamment Jimi Hendrix, Sly and The Family Stone, The Who, The Grateful Dead, Janis Joplin, The Jefferson Airplane, Country Joe and The Fish, Joe Cocker, Santana, Blood, Sweat and Tears, Crosby, Stills and Nash.

Peu de billets ont été vendus mais quelques 400 000 personnes se sont quand même présentées à l'ouverture (à noter que les estimations divergent) demandant pour la plupart à entrer gratuitement, revendication qu'ils allaient voir exaucée en raison de l'absence quasi complète de personnel de sécurité. La pluie battante avait transformé le site du festival en un véritable champ de boue mais le public ne semblait pas y prêter attention et le concert s'est poursuivi le plus naturellement du monde.

Si j'ai trois reproches à faire, petits dans l'ensemble, le premier porte sur les dialogues. C'est assez montagneux. On a de la crème mais, par moments, on a de la daube. Second reproche : quelques détails du dessin mais rien d'alarmant. Quand les musiciens sont en transe, absorbés par leur passion, ils dégoulinent exagérément. À part ça, je n'ai jamais été déçu par le dessin de n'importe quel manga ! Et on y vient, the last but not least, lorsque le groupe joue chez les 'Ricains, on voit beaucoup plus leurs concurrents faire exploser les guitares qu'eux-mêmes. Dommage. Par contre, ce qui n'est pas dommage, c'est la flatterie de l'auteur par des dessins apothéotiques à des artistes comme David Bowie, les Beatles ou même Iggy Pop, pour me limiter à ceux-là. Mélomanes, soyez ravis ; ces mégalomanes font tonner les amplis !

Sans ttitre.png

 

Mister Med.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a09-3e78912.gif

 

a07-3e78901.gif





Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : asada, woodstock, glénat manga |  Facebook | |

03/01/2017

Quelle Famille Formidable !

Capture.PNGCapture2.PNG

Dessin : Collectif.
Scénario : Jacky Goupil et Christian Godard.

Éditeur : Vents d'Ouest.
96 pages.
Sortie : 9 novembre 2016.
Genre : Humour.


Résumé :

Une famille formidable, c'est quoi ? Des frères, sœurs, belles-mères pas toujours belles, beaux-pères pas toujours beaux, etc. Mais qui sont-ils ? Les connaissez-vous bien ? Peut-on les choisir ? Grâce à cet album de BD, vous allez comprendre la famille, l'accepter et même rigoler avec elle. Un magnifique et hilarant album pour toute la famille !


Mon avis :

À ne pas confondre avec le feuilleton "Une Famille Formidable" qui, grâce à son succès, aura été diffusé durant des années sur certaines chaînes et, particulièrement, sur TF1. La série "Les Super Guides en BD" n'a, une fois de plus, pas chômé en enfantant un nouveau produit humoristique. Hélas, ça ne vaut pas "Les Papas En BD" mais ça ne vaut pas non plus "Maudit Manoir" (pardon pour Manu Boisteau et Paul Martin).

Étant issu d'une famille composée de frères, soeurs, demi-soeurs, beaux-frères, belles-soeurs et même d'une belle-mère (je sais, ça en fait du monde (rires)), je suis censé me sentir concerné. Pourtant, bien que cette bande dessinée traite de façon relativement complète cette thématique, je ne me suis pas boyauté de rire. Je ne me retrouve pas non plus dans la majorité des cases mais ça ne sera peut-être pas le cas des autres bibliomanes.

Inopportunément, le dessin est moyen. Il commence à y en avoir ras-la-casquette de ces albums dont seule la couverture est belle. Pourtant, il y a du monde sur le coup : Patrick Prugne dit Tybo, Cédric Ghorbani et Jean-Christophe Grenon. Sans gracier les coloristes : Camille, Isabelle Lebeau et l'Atelier Cerise (Cynthia Englebert et Gianluca Carboni). Ni, congrûment, le responsable de la couverture : Fabio Lai. Aucune sorte de famille n'est épargnée pour guère de franche rigolade à gorge déployée.

9782749308326_pg.jpg


a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 


Mister Med.

26/12/2016

Les Fondus du chocolat

1c.jpgPlancheA_288276.jpgScénario : Hervé Richez et Christophe Cazenove.
Dessin : Bloz.
Couleurs : Alexandre Amouriq et Mirabelle.
Éditeur : Bamboo.
48 pages.
Sortie : 31 août 2016.
Genre : Humour.

 


Résumé :

Saviez-vous que, pour séduire, une boîte de chocolat est plus efficace qu'une boîte de nuit? Que les vertus du chocolat noir prolongent l'espérance de vie? Depuis qu'ils craquent pour le chocolat, Les Fondus sont incollables sur cet aliment. Les Mayas furent les premiers à consommer le cacao et les fondus à en faire une BD.


Mon avis :

Avant toutes choses, j'aimerais confabuler d'une petite surprise de la part des auteurs à ma déférence qui m'a indubitablement touché (vous pouvez considérer ça comme un avant-propos). J'ai eu droit à un petit dessin sur la page qui précède celle du titre. On y voit un homme pignochant une tablette de chocolat et allégeant : "Ouais, ouais, 'vous inquiétez pas, Méhdi va faire sa chronique... Dès qu'on aura terminé de déguster le nouvel arrivage de chocolat! Praliné... Fourré... Ganache... Lait... Noir et tout ça [...] Bonne dégustation". C'est qu'il y avait beaucoup de cette mangeaille à déguster (rires). En tout cas, je ne dis pas du tout que c'était le but mais ça ne m'amadouera pas pour les cotes (re-rires).

Plus sérieusement, le schéma reste le même tant pour le dessin que pour le scénario quand on compare cet album aux autres de la série. Après tout, si la recette a toujours le vent en poupe, à quoi bon en changer les ingrédients?! Surtout lorsqu'il faut intransitivement révoquer, relativement à cette saga, l'aspect humoristique qui est, une fois de plus, au top niveau. Seul pépin, le ludisme. C'est tout à l'honneur de ce trio de ne pas viser à abrutir les bédéphiles que nous sommes, en incluant même un cahier pédagogique, mais trop de ludisme tue le ludisme. Enfin, c'est quand même mieux que d'idiotiser les masses. Une bande dessinée qui fera particulièrement saliver les fanas de cette saveur mais attention : à consommer avec modération pour esquiver l'indigestion.

9782818940068_005 (1).jpg

 


a08-3e78906.gifScénario 

a07-3e78901.gifDessin


Mister Med.

 

23/12/2016

La Banlieue du 20 heures

1c.jpg953595-othmane.pngScénario : Jérôme Berthaut.
Dessin : Helkarava.
Éditeur : Casterman.
164 pages.
Sortie : 31 août 2016.
Genre : Humour, documentaire.




Résumé :

Jeune journaliste, Jimmy Tendini fait ses premières dents au service des faits divers du journal télévisé. On l'envoie donc couvrir la banlieue : il découvre alors comment on fabrique l'information sur ces quartiers populaires.


Mon avis :

Mention ultra spécial à l'auteur! C'est une des meilleures BD que j'ai jamais lu malgré la bassesse du dessin! C'est simple : il y a dans cette bande dessinée ce que je dénonce depuis plus de 14 ans! Les médias mainstreams, dominant (par exemple, en France : TF1, France 2, ... En Belgique : RTL TVI, RTBF, ... En Suisse : RTS, etc.) en prennent pour leur grade! C'est une bonne claque qui leur est adressée. Après, on s'étonne encore que le Brexit ait été voté et que Trump soit élu président. Jimmy, ce journaliste encore frais n'est pas au bout de ses surprises, il est loin d'imaginer dans quoi il s'est embarqué! À tire-d'aile, il ne pourra tirer qu'une seule conclusion de cette expérience : aujourd'hui, ce type de journaliste est un prostitué du système de peur de ne pas se retrouver à la porte. Heureusement, et surtout depuis les années 2000, au pire, il pourrait se reconvertir dans le journalisme libre et indépendant pourvu (ça dépend du média, voire du webmédia) qu'il ne se fasse pas taxer, faute d'intoxication, d'extrême-droitiste. Je salue également le grand courage de l'auteur qui n'a pas eu peur de nous faire passer des messages qu'on ose pas faire passer, surtout en 2016! Peine maximum contre la propagande ; des albums comme ça, on en redemande!

953599-jt20heures.png


a09-3e78912.gifScénario 

a01-3e7889f.gifDessin 


Mister Med.

16/12/2016

Boulevard des SMS

Boulevard-des-SMS.jpg9782203120006_4.jpgScénario : Brigitte fontaine.
Dessin : Alfred.
Éditeur : Casterman.
100 pages.
Sortie : 21 septembre 2016.
Genre : Roman graphique, poésie.

 


Résumé :

Révoltée contre toutes formes de mort, l'oeuvre de Brigitte Fontaine est ponctuée d'illuminations, de divagations et de vérités trop humaines pour inspirer l'indifférence. Ce ping-pong entre textes et dessins tisse un dialogue inattendu, tour à tour profond et désopilant.


Mon avis :

Le quatre juillet de cette année, à 16h50, je reçois un mail comme j'en reçois habituellement contenant la sélection d'un éditeur quelconque avec un choix considérable d'albums à chroniquer. Ce courriel-ci portait sur le programme des éditions Casterman d'août et septembre. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf qu'en zieutant l'éventail, soudain, je me dis "non, Brigitte Fontaine, LA Brigitte Fontaine que la plupart connaît pour sa personnalité très décalée, très atypique (c'est pas rien de le souligner) s'est essayée à la BD". Elle qui est plutôt connue pour être à la fois chanteuse, comédienne, écrivain, dramaturge, parolière et non pas bédéaste. Du coup, quelle résultat pour cette "oeuvre"?

Les bédéphiles que nous sommes, au contraire, la dénommerait séance tenante comme un recueil de citations, maximes, proverbes poétiques illustrés à chaque fois par des dessins tantôt absurdes, tantôt pas. C'est curieusement comme un ouvrage pour enfant mais adapté pour adultes. C'est propre à l'écrivailleuse qui est manifestement plus passionnante à lire qu'à côtoyer (rires). Moi qui aime la poésie, je suis un peu servi. Je ne peux aussi que talocher la profondeur et la part de vérité de ce spicilège, même s'il arrive à la responsable des textes de partir en sucette. C'est à très facilement deviner à quoi elle aura carburé tout au long de sa vie, sans vouloir être méchant.

Concisément et en dépit de tout (surtout du dessin), il y a encore beaucoup de talent comme en témoigne la page 14, pour ne me chaloir que d'elle : "Dans une prison, tout le monde est prisonnier. Mais un geôlier, il ne pense pas à s'échapper".

9782203120006_2.jpg

 


a08-3e78906.gifScénario 

a05-3e788c9.gifDessin 


Mister Med.

 

Alban Dmerlu T.2 : Du vent dans les voiles

Couv_287827.jpgPlancheA_287827.jpgAuteur : Polpino.
Éditeur : Beaupré.
48 pages.
Sortie : 28 septembre 2016.
Genre : Humour.

 

 


Résumé :

C'est pas le premier venu qui peut s'inscrire au Vendée Globe! Ah ça, non! Il faut faire ses preuves parce que faire le tour du monde en solitaire, c'est réservé aux champions! Alban, lui, a fait la Transat en double et la Route du rhum en même temps!


Mon avis :

Señor Alban Dmerlu est de retour mais, prospérement, pas pour nous jouer des mauvais tours. Précédemment, il avait du sable entre les orteils. Désormais, il a du vent dans les voiles. Pour tout vous expliquer, ce qui devait être pris au deuxième degré l'a été pris au premier. Son ami Roland Goustine, qu'on retrouve dans ce second tome, a involontairement fait jaillir du cerveau de cette vieille canaille d'Alban l'idée de participer - à sa façon - au Vendée Globe. La stupéfaction ne tarde pas d'envahir Roland qui finira par le suivre dans sa lypémanie, particulièrement vu son âge!

Ce deuxième volet reste fidèle au "localisme lexical" et à son trait caricatural qui caractérise bien cette série mais l'humour, lui, commence à s'orienter vers un autre angle. Il se dirige plus vers une habileté aux jeux de mots plus prononcée. De ce point de vue-là, que du positif. Par contre, la leçon n'a pas été retenue pour les minuscules là où il devrait y avoir des majuscules. J'ajouterai aussi qu'on a pas vraiment l'avis de Miss Dmerlu sur cette passade, alors qu'elle a un toujours son caractère assez trempé.

Pour boucler la boucle, dès que j'ai commencé à compulser ce nouveau titre, j'ai eu peur qu'il soit moins désopilant que son prédécesseur. Or, tout compte fait, dans ce domaine, le niveau surnage (c'est le cas de le souligner (rires)). Hugues Aufray avait chanté "... 18 noeuds, 400 tonneaux ;..." Là, c'est plutôt "... Un vieux quinteux, 400 bistrots ;... (Re-rires).

Sans-titre-87.jpg

 


a07-3e78901.gifScénario 

a04-3e788e4.gifDessin 


Mister Med.

 

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : alban dmerlu, polpino, beaupré, humour |  Facebook | |