19/04/2017

Les grandes batailles navales - tome 3 - Chesapeake

les grandes batailles navales, chesapeake, delitte, glénat, histoire, marine, guerre, états-unis, indépendance,02/2017,6/10les grandes batailles navales, chesapeake, delitte, glénat, histoire, marine, guerre, états-unis, indépendance,02/2017,6/10Scénario : Jean-Yves Delitte
Dessin : Jean-Yves Delitte
Éditeur : Glénat / Musée National de la Marine
48 pages + 8 pages de dossier historique
Date de sortie :  mars 2017
Genre : histoire,

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Fin du XVIIIe siècle. Alors que les colonies anglaises d’Amérique, excédées par l’intransigeance de la couronne à les taxer toujours davantage, rêvent de liberté, le royaume de France se décide à prendre part officiellement au conflit aux côtés des insurgés. Missionné pour harceler les anglais dans les Antilles, l’amiral de Grasse au commandement d’une imposante flotte de guerre est appelé en renfort pour aider l’armée de George Washington et le contingent français aux ordres de Rochambeau dans la guerre qu’ils mènent tous deux aux troupes anglaises sur le territoire américain. Ils ont réussi à encercler les forces du général anglais Cornwallis dans Yorktown. Une importante victoire semble à portée de main, pourvu seulement que les anglais ne reçoivent pas des renforts par la mer. Celui qui deviendra maître des eaux dans la baie de Chesapeake contribuera immanquablement à la défaite d’un des protagonistes, Anglais ou patriotes américains et français.

Même si la bataille de Chesapeake ne sera pas une cuisante défaite pour la Royal Navy, elle marquera surtout un tournant dans la guerre qui se joue dans les colonies anglaises et contribuera à la victoire finale pour l’indépendance américaine.

 

 "- Ces colonies revendiquent leur indépendance. On se doit de la es aider André.

- Et nous, qui va nous aider ? Tu trouve qu'il fait bon vivre à bord de ce raffiot ?"

 

Mon avis

Aboukir, Trafalgar, Chesapeake ... Les noms des grandes batailles navales résonnent à nos oreilles comme autant de coups de canons jalonnant notre histoire. Selon le pays où l'on aura appris l'Histoire, ces noms auront une résonance plus ou moins importante. Il en va de celle de Chesapeake qui revêt une importance capitale pour les américains puisqu'elle fut cruciale dans la guerre d'indépendance des États-Unis. Les Anglais doivent s'en souvenir aussi, puisque la puissante Royal Navy y a subit une des rares défaites face à la flotte française.

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

Peintre officiel de la Marine, Jean-Yves Delitte n'en n'est pas à son premier coup d'essai en matière d'aventures maritimes en bande dessinée (Neptune, Le Belem, L'hermione, Black Crow ...). Il se lance ici dans une nouvelle grande et belle aventure en racontant les grandes batailles navales qui ont marqué l'Histoire vues et vécues de l'intérieur. Loin des stratèges et des grands enjeux historiques – même si ces derniers sont quand même évoqués – le lecteur suit des personnages ordinaires qui participent aux évènements avec le recul et la distance que leur confèrent leur rang. Du coup, le titre de la série est un peu trompeur puisqu'on a davantage l'impression de lire une histoire qui se passe pendant la bataille de Chesapeake qu'une histoire racontant la bataille en elle-même. L'épisode à proprement parler de la bataille est assez cours et les tactiques employées par les belligérants très succinctement évoqués. Les amateurs de stratégie navale en seront pour leur frais.

Ceci étant, l'album, tout en restant divertissant, n'est pas dénué d'une dimension pédagogique grâce notamment au dossier historique très clair en fin d'ouvrage.

Enfin, même s'il n'y en a pas assez à mon goût, Jean-Yves Delitte nous régale de scènes maritimes grandioses dont certaines s'étalent sur des double pages.

 

Voilà une belle série de divertissement pédagogique pour grand public, qui décevra peut-être les plus pointilleux des historiens en herbe regrettant ce point de vue de l'évènement à hauteur d'homme, mais qui ravira certainement les adeptes de fictions historique.

 

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

22/02/2017

Les pirates de Barataria - tome 10 - Galveston

les pirates de barataria, galveston, bourgne, bonnet, glénat, pirates, histoire, états-unis, napoléon, mexique, aventure, aventures maritimes, 01/2017, 7/10les pirates de barataria, galveston, bourgne, bonnet, glénat, pirates, histoire, états-unis, napoléon, mexique, aventure, aventures maritimes, 01/2017, 7/10Scénario : Marc Bourgne
Dessin : Franck Bonnet
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : aventures maritimes, Histoire

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

Golfe du Mexique, avril 1818. Artémis et Dominique You coulent des jours heureux sur L’Abeille, le navire qu’ils ont racheté après la bataille de la Nouvelle-Orléans. En mer, ils rencontrent le général français Charles Lallemand ainsi que leur vieil ami Roustam, venus fonder une colonie française au Texas. Ils leur suggèrent de se rendre à Galveston, une base navale établie en soutien aux révolutionnaires mexicains et dont le nouveau commandant n’est autre que Jean Lafitte. Cela tombe bien, car la véritable mission du mamelouk de Napoléon est toute autre. Après la défaite de Waterloo, il cherche l’appui d’Artémis et du pirate de Barataria pour monter une expédition sur l’île de Sainte-Hélène... Son but : délivrer l’Empereur !

 

 

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

 

Mon avis

Voilà un nouveau cycle pour cette grande fresque navale, historique et romanesque débutée par Marc Bourgne et Franck Bonnet en 2009. La quatrième de couverture nous annonce ce quatrième cycle sur trois volumes, ce qui réjouira d'avance tous les fans de la série tant Marc Bourgne ne manque pas d'imagination pour faire durer l'aventure. Il n'en manque pas non plus pour mélanger adroitement les faits historiques et la fiction. A l'instar de nombreux romanciers avant lui, et pas des moindres (Alexandre Dumas, Walter Scott ...), le voilà qui s'amuse avec l'Histoire et la période de captivité de Napoléon sur l'île de Sainte Hélène. Cette période a donné lieu à des tas de mythes et légendes notamment concernant des projets d'évasion, dont l'un aurait été élaboré par le maire de la Nouvelle-Orléans en Lousianne ...

Marc Bourgne apporte donc sa contribution à tous ces mythes dans une histoire pleine d'aventure et de rebondissements comme il sait si bien les écrire. Il a su trouver une idée intéressante et pleine de promesses pour renvoyer en mer tous ses personnages, et redonner un souffle aventureux à son récit. Comme nous le montre brillamment la couverture, ce nouveau cycle sent vraiment bon les embruns et Franck Bonnet, dont le talent n'est plus a démontrer en matière de scènes maritimes, nous gratifie de quelques scènes d'anthologie dans lesquelles il prend plaisir à maltraiter les navires dans des tempêtes ou des combats navals.

Voilà une série qui depuis 10 tomes ne s'essouffle pas et mélange savamment grande aventure et grande histoire au service d'une fiction très réaliste.

 

 Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

 

 

 

 

 

 


 

04/02/2016

Les pirates de Barataria - Tome 9 - Chalmette

Pirates de Barataria T9.jpgPirates de Barataria T9_PL.jpgScénario : Marc Bourgne
Dessin : Franck Bonnet
Éditeur : Glénat
Sortie : janvier 2016
48 pages
Genre :  aventure, Histoire

 

 

Présentation de l'éditeur

Les frères Lafitte, nommés capitaines par le général Andrew Jackson de Louisiane, finalisent les derniers préparatifs pour la sanglante bataille qui s’annonce contre les Anglais. Le général installera son QG à la plantation McCarthy tandis que Pierre Lafitte sera envoyé au fort Saint-Philip, plus au sud, dans l’attente d’armes et de munitions. Le but : profiter du terrain et des marais boueux de la région pour encercler les tuniques rouges. Sur le port de La Nouvelle-Orléans, Artémis, qui va s’occuper du ravitaillement du fort Saint-Philip, contemple avec surprise le navire chargé de cette mission : il s’agit de l’« Enterprise », l’un des premiers bateaux à vapeur de l’Histoire !

 

" Mais j'ai une question à vous poser, Général.

Qu'est-ce qu'on fait avec le vapeur ?"

 

Mon avis

Reposant sur de solides fondations historiques, cette série d'aventures maritimes et de pirates n'hésite pas à mettre de temps en temps pied-à-terre. C'est le cas dans ce second tome du troisième cycle où l'Histoire est prédominante et les embruns du grand large complètement absents. Le ton est d'ailleurs donné d'entrée de jeu avec une préface de l'historien André Kaspi, spécialiste de l'histoire des États-Unis et ancien professeur de Marc Bourgne.

Le récit est donc axé sur la bataille de la Nouvelle Orléans, ultime confrontation entre Anglais et Américains. Une bataille terrestre dans laquelle la marine a néanmoins joué un rôle non négligeable. Évènement majeur de l'histoire des États-Unis, elle est considérée comme la plus grande victoire terrestre américaine de la guerre et continue de nos jours d'être célébrée dans le sud de la Louisiane. Elle marque aussi l'émancipation du nouveau continent vis-à-vis de l'ancien.
Si l'ancrage historique de ce volume est très marqué, l'aventure et la fiction ne sont pas en reste. Les personnages prennent une part active et décisive dans la guerre aux côtés des américains sans pour autant délaisser leurs petites histoires de familles et de cœur.
Pour les amoureux des vieilles coques, je vous rassure, les bateaux sont bien présents, même s'ils ne prennent pas le large et même s'ils ne sont pas tous à voiles.
Franck Bonnet, pour qui cette série est écrite sur mesure, ne semble pas frustré par l'absence du grand large et, une fois de plus, met en scène ce récit avec brio. Sur mer ou sur terre, les scènes prennent vie dans la plus pure lignée de la grande BD d'aventure.

Un troisième cycle plus court que les deux premiers, assez différent mais tout autant distrayant,  et qui s'ouvre clairement sur un quatrième s'annonçant beaucoup plus aventureux.
Puisque les auteurs se régalent autant que les lecteurs sur cette série, je ne vois aucune raison pour qu'ils s'arrêtent en si bon chemin !

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

08/09/2015

The Activity - tome 1

the activity T1.jpgthe activity T1_pl.jpgScénario :  Nathan Edmonson

Dessin : Mitch Gerads

Éditeur : Urban Comics

143 pages

date de sortie : 21 août 2015

genre : espionnage, action

 

 

 

Résumé (éditeur)

Les temps changent, et avec l'évolution brutale des moyens de communication, les conflits internationaux prennent une toute autre ampleur. Les États- Unis comptent aujourd'hui dans leurs rangs une force spéciale parfaitement adaptée à cette nouvelle donne : l'ISA, Intelligence Support Activity. Les agents qui la composent ont pour objectifs d'assister, rectifier, et effacer au besoin toutes traces des missions que leurs collègues de la NSA, du FBI et de la CIA n'auraient pas menées à bien.

 

"Croyez-moi sergent Ryan, nous ne vous recruterions pas si nous ne savions pas déjà que vous êtes ce que nous recherchons"

 

Nathan Edmondson (Punisher Now ; Who is Jake Ellis ; Black Widow Now ) et Mitch Gerads, nous entrainent au cœur du plus secret et énigmatique des services de renseignement américain : L'ISA. Cette agence très particulière peut se charger tout autant de missions de renseignement pur que de missions d'actions à l'étranger ou sur le sol US. De la traque de barons de la drogue, à l'effaçage de preuves gênantes en passant par les réparations des dégâts commis par les autres agences de renseignement, rien n'est épargné à ces soldats de l'ombre que l'on suit ici dans diverses opérations.

 

the activity,edmonson,gerads,urban comics,espionnage,action,états-unis,renseignements,services secrets,610,082015

 

 

On ne sait pour l'instant pas grand chose des membres de l'équipe. L'auteur distille avec parcimonie les informations sur chacun des protagonistes, enveloppant ses personnages d'un halo de mystère. On suit quand même avec intérêt ce groupe et les rapports entre ses membres qui du jour au lendemain peuvent devenir des machines de guerre. On s'aperçoit alors qu'ils sont entièrement dévoués à leurs missions et que leurs vies ne leur appartiennent quasiment plus.

 

the activity,edmonson,gerads,urban comics,espionnage,action,états-unis,renseignements,services secrets,610,082015

 

L'auteur base son récit entre réalité et fiction, parsemant les pages de renvois explicatif sur des sigles, des noms de code ou d'opération. Tout cela donne une assise crédible au récit mais le complique aussi. C'est parfois un peu flou, d'autant qu'il n'y a pas véritablement d'intrigue servant de fil conducteur au récit.

 

Concernant le dessin, Mitch Gerads contribue grandement à nous mettre dans le bain glauque et froid des missions à haut risque. Ambiances pluvieuses, scènes de nuit, huis clos dans un avion ou dans un cachot, a chaque fois son trait réaliste fait mouche.

 

the activity,edmonson,gerads,urban comics,espionnage,action,états-unis,renseignements,services secrets,610,082015

A l'heure ou le renseignement américain est un sujet assez sensible en Europe, ce premier tome qui se lit presque comme un document, devrait ravir les férus du genre. Pour ma part, maintenant que la caution réaliste est mise en place, j'espère une suite plus centrée sur une intrigue faisant la part belle à la fiction et un recadrage sur les personnages.

Rendez-vous en octobre pour le tome 2 ...

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

Abonnez-vous à la newsletter

10/04/2015

Moses Rose - Tome 1 - La balade de l'Alamo

moses rose,ordas,cothias,galland,bamboo,grand angle,western,fort alamo,louisiane,états-unis,510,042015moses rose,ordas,cothias,galland,bamboo,grand angle,western,fort alamo,louisiane,états-unis,510,042015Scénario : Patrice Ordas et Patrick Cothias
Dessin : Christelle Galland
Éditeur : Bamboo (grand angle)
48 pages
date de sortie : février 2015
genre : western

 

 

 

 

Louis Rose, ancien soldat de la grande armée de Napoléon est aussi un vétéran de la bataille de fort Alamo. Le souci c'est qu'à Alamo, tous ses camarades sont morts et il se retrouve le seul survivant. Voilà un statut un peu lourd à porter d'autant plus lorsque l'on est accusé de désertion. Eh oui, c'est pas normal d'avoir réchappé au massacre d' Alamo !

Louis "Moses" Rose va devoir donc prouver son innocence et sa présence sur les lieux de la bataille. Pour ce faire, il accompagnera le shériff Millsaps sur les lieux du drame où son frère Isaac, avant d'y trouver la mort, avait gagné au jeu des titres de propriété de mines d'or.

Les voilà partis pour une quête de 900 km au travers de contrées hostiles où Indiens et mafieux ne manqueront pas de leur mettre des bâtons dans les roues.

 

 "Vous nous avez mis dans la merde, Monsieur Rose ..."

 

Le duo Cothias / Ordas s'est fait une spécialité aux éditions Bamboo de nous concocter des aventures romanesques sur fond historique (ambulance 13, Hindenburg, SOS Lusitania ...) Ils investissent ici un espace qu'ils n'avaient pas encore abordé, celui du western. Comme toujours ils se servent d'un évènement historique au nom évocateur pour y greffer leur fiction. La bataille de fort Alamo, si l'on en connait pas l'histoire avec précision, demeure dans l'inconscient collectif comme étant l'une des batailles les plus meurtrières du far west.

D’où la bonne idée scénaristique de créer un personnage qui en a réchappé. Seul et unique survivant du massacre, les possibilités qu'ont les auteurs d'animer ce personnage sont multiples. Mais elles sont tellement multiples, qu'on a l'impression que pour l'instant ils ne savent pas trop où ils mettent les pieds et que le fond historique est un peu léger pour porter une intrigue haletante. Trop de faits sont évoqués sans que l'on en voie les liens qui les relient. Le scénario semble alors décousu et ne rend pas la lecture des plus palpitantes malgré de bonnes idées comme, par exemple, l'introduction de la mafia, inédite dans un western.

 

Christelle Galland (le fils de l'officier) fournit un dessin agréable d'un classicisme prometteur. Péchant par quelques maladresses de cadrages et de perspectives, elle nous offre par ailleurs de très belles mises en scènes dans les bayous et les forets indiennes. Son style est loin d'être désagréable et sied plutôt bien au style western de cette histoire.

 

Prévue en trois tomes, cette série démarre en demi-teinte, et n'est pour l'instant pas du niveau des autres productions de ce duo d'auteurs pourtant talentueux. Espérons qu'ils trouvent la bonne piste dans le tome 2 ...

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Loubrun

11/03/2015

SARA LONE - Tome 2: Carcano girl.

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.
Dessin : David Morancho - Scénario: Erik Arnoux

Sortie : 18/02/2014

48 pages – Cartonné

Aventure, Etats-Unis, polar, Thriller.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): Celle qu’on nomme "Sara Lone" de son ancien nom de scène n’a décidément aucune marge de manœuvre: entre le Syndicat qui cherche à s’accaparer définitivement la pêcherie Carruthers et le "Pinky Princess", les voyous qui croient qu’elle sait où est planqué le trésor Maya qu’aurait repêché son père atrocement assassiné sans avoir parlé, le mafioso Vetriani qui n’a pas oublié la mort de LeMount et l’étouffante pression de "Janus", son agent traitant au FBI, il lui faut jouer serré. 

 

« Travailler en mer, c’est moins facile que d’montrer son cul, hein ? Ça, par contre, tu sais faire comme toutes les p’tites putes de la nouvelle-Orléans ! »

 

Mon avis : Je vais vous parler aujourd’hui d’un album financé par crowdfunding via Sandawé. Il s’agit du tome 2 de la série Sara Lone. C’est vraiment un livre très attendu car le premier tome a récolté un succès mérité par les temps qui courent, à tel point qu’il représente probablement le plus haut potentiel de vente de sa maison d’édition. De plus, le tome 3 de la série a été financé en un temps record. 50.000€ ont été financés en à peine 100 heures. Record battu !

 

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.

 

 

Samba BD vous a parlé en son temps du premier tome et a interviewé son scénariste, le passionnant et  très loquace Erik Arnoux (voir les liens en fin de chroniques).Erik Arnoux n’est plus à présenter. Il s’agit d’un dessinateur-scénariste de grande qualité qui a derrière lui une très grande expérience du métier. Et pourtant, cette expérience « Sandawé » était pour lui une première. A ses côtés, le jeune dessinateur Espagnol David Morancho qu’il a découvert, est une vraie révélation. Son dessin est magnifique et maîtrisé. Morancho est un bosseur. Il a déjà sa griffe, son style qui lui est propre et progresse de planche en planche. Il apprend vite, le bougre, sous l’œil expert et les conseils d’Erik Arnoux!

En ce qui concerne le scénario, Erik Arnoux combine dans un récit, de manière efficace, l’Amérique des années ’60 et ses événements politiques, sociaux avec l’histoire d’un fabuleux trésor qui fait tourner pas mal de têtes, y compris la mafia locale et le Ku Klux Klan. Dépaysement assuré et un paquet de rebondissements en vue pour cette intrigue qui se met en place. Dans ce tome 2, on se doute que Sara Lone va être le jouet d’un complot d’envergure mais lequel ?

Lorsque j’ai terminé la lecture de cet album bien enlevé, il ne me reste qu’à attendre le tome 3 qui est déjà financé et qu’on devrait retrouver au début de l’année prochaine 2016, pas avant car David Morancho doit travailler en priorité sur un autre projet chez l’éditeur Delcourt. C’est aussi cela le succès…

Pour ceux qui n’ont pas encore lu le tome 1, il n’est pas trop tard pour l’acheter ou le commander chez votre libraire. C’est une série de qualité qui en vaut la peine. Je suis persuadé que la sortie du tome 2 va relancer la vente du premier tome. Roulez jeunesse !

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a08-3e78906.gifScénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne 

 

 

Lien vers la fiche technique de l’album chez l’éditeur Sandawé: ICI.

 

Voir la bande annonce de l’album « Sara Lone tome 2 : Carcano girl » :


.

 

Liens vers la chronique du tome 1 sur Samba BD : ICI.

Liens vers l’interview d’Erik Arnoux sur Samba BD : ICI.

 

 

Capitol.

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.

 

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.

 

18/02/2015

TIN LIZZIE -Tome 1: La belle de Ponchatowla.

Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.Dessin : Dominique Monféry - Scénario : Thierry Chaffoin

Sortie : 28/01/2015

Edition Paquet- Collection Calandre

48 pages – cartonné

Automobile, aventure, Etats-Unis.

 

Résumé (de l’éditeur) : Ponchatowla Mississippi, été 1908. Le Colonel Lebey, un riche planteur que tout le monde appelle simplement « le Colonel » vient d’acheter une automobile. Son intention n'est pas de parader avec, mais de la rendre utile pour le domaine, aussi charge-t-il Rhod, le régisseur, de la transformer en tracteur... Comme chaque année à la même période, le Colonel quitte son exploitation pour aller à la foire de Saint-Rochelle. De retour de la gare de Ponchatowla (où il a conduit son patron), Rhod apprend à conduire à Jake, le petit-fils du Colonel, puis lui propose de profiter de cette absence pour aller faire une virée à New Bay, la grande ville de l'état. Après bien des hésitations, Jake accepte. Cette expédition clandestine va radicalement changer le cours de leur vie...

Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.

 

«Vous voulez transformer l’automobile en tracteur ?! Mais une telle merveille est faite pour rouler…Pas pour labourer!»

 

Mon avis : La fameuse collection « Calandre » accueille une nouvelle série intitulée « Tin Lizzie ». Mais attention, dans cette collection, on pense surtout à la course automobile sous toutes ses formes. Ici, le lien avec l’automobile est plus original. On se retrouve en 1908. Le colonel Lebey, riche propriétaire, achète une voiture mais pas pour parader ! Il veut juste la transformer en tracteur. Il veut innover sur ses terres et améliorer ainsi le rendement de ses cultures. C’est ça le progrès ! Rhod, son bras droit, est chargé de procéder à la transformation du véhicule mais celui-ci profite de l’absence du patron pour faire une virée à la ville de New Bay. Pour lui, la voiture est avant tout le plaisir de la conduite, la liberté de mouvement, la vitesse,… Il entraîne dans son voyage Jake, le petit-fils du colonel. C’est le départ de la série…

Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.

La fiche technique destinée à la presse parle « d’un univers très poétique, cousin du sud de Magasin général ». En effet, c’est très poétique, très enlevé, avec une pointe d’humour, bref, une vraie comédie. C’est une ballade motorisée dans le sud profond des Etats-Unis. Cependant, comparer cette série à la série « Magasin Général » est audacieux. La célèbre série en 9 tomes de Loisel et Tripp qui se déroule dans un village retiré du Québec à la même époque, est une sorte d’huis-clos alors qu’ici Tin Lizzie est une porte grande ouverte sur l’extérieur, sur les routes du sud.

Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.

D’autre part, le dessin est radicalement différent. Loisel et Tripp travaillent en parallèle et proposent un dessin très élaboré, avec des interventions successives et qui s’accumulent les unes aux autres. Ici, Dominique Monféry travaille seul sur le dessin. Il nous propose des traits plus conventionnels mais pas dépouillés de qualité. Le graphisme est maîtrisé, très expressif, au bord de la caricature, de la farce, qui souligne justement ce ton proche de la comédie humoristique. Le scénario de Thierry Chaffoin est un voyage agrémenté de petits détails savoureux qui se transforme rapidement en une expédition qui risque de partir en eau de boudin…

Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.

Si vous cherchez un album sur la course automobile, vous risquez d’être déçu… Si vous désirez lire une comédie humoristique centrée sur un voyage en automobile, vous avez visé juste, cet album est pour vous. Pour ma part, j’attends de voir les développements du second tome (parution en juin 2015) pour me faire une idée définitive sur cette nouvelle série.

Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.

 

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifDessin 

 

a07-3e78901.gifMoyenne 

 

 

Lien vers la fiche technique de l’album « Tin Lizzie » chez l’éditeur «Paquet»: ICI.

 

Vidéo promotionnelle de l’album « Tin Lizzie » :

 

Capitol.

 

Tin lizzie, Monféry, Chaffoin, Paquet, Calandre, 7/10, aventure, automobile, Etats-Unis, 01/2015.

 

 

 

 

06/02/2015

CARLISLE - Tome 2: Retour aux sources.

Carlisle, Chevais-Deighton, Seigneuret, 7/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens, 01/2015Carlisle, Chevais-Deighton, Seigneuret, 7/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens, 01/2015Dessin : Seigneuret - Scénario : Edouard Chevais-Deighton

Sortie : 28/01/2015

Edition Grand Angle

48 pages – cartonné

Aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens

 

 

Résumé (de l’éditeur) : 1904, à l’école de Carlisle, destinée à l’acculturation des jeunes Indiens, le directeur Pratt confie au professeur Jonas l’organisation d’un voyage à New York pour une vingtaine d’élèves indiens. L’occasion d’impressionner la bonne société par le niveau d’érudition de ces enfants afin de solliciter leur générosité. C’est ainsi que les élèves vont découvrir une métropole et juger de la puissance de l’homme blanc à travers le gigantisme de la ville… Contraint de rentrer à Carlisle, Jonas préfère la piste au train. L’occasion pour ses élèves de retrouver les réflexes d’autrefois dans une nature hostile, ce qui suscite l’admiration du professeur et des doutes quant au bien-fondé de leur intégration. D’autant plus qu’il se rapproche de la jeune indienne Elisabeth. De retour à l’école, les choses se précipitent. Jonas se heurte à Pratt et s’éloigne de son épouse Mary. Le soir où Elisabeth s’offre à lui et qu’ils sont surpris par le major Mercy qui croit tenir alors sa vengeance, le drame s’avère inévitable…

Carlisle, Chevais-Deighton, Seigneuret, 7/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens, 01/2015

 

«Tuer le sauvage pour sauver l’homme.»

 

 

Carlisle, Chevais-Deighton, Seigneuret, 7/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens, 01/2015Mon avis : Je pensais avoir fait une chronique sur le tome 1 de ce diptyque, ce n’est pas le cas. J’avais acheté cet album lors d’une séance de dédicace. Je ne connaissais pas vraiment Seigneuret et j’avais pu discuter quelque peu avec l’auteur sur la genèse de l’album. Je vais donc rattraper ce manque en vous parlant des deux albums. D’abord, il faut savoir que cette BD s’inspire de faits réels. Cette école de Carlisle a réellement existé. Cela partait au départ d’une idée généreuse à savoir donner une instruction aux jeunes indiens qui étaient délaissés dans leurs réserves. Le problème, c’est qu’il y a eu une dérive par rapport à l’idée de départ. C’est devenu une école où il fallait inculquer aux indiens les modes de vie des blancs et détruire les racines indiennes, les us et coutumes de ces jeunes peaux rouges. Et parfois, c’était radical. Un dossier en fin du premier tome rappelle ce cadre historique.

Dans le deuxième tome, on retrouve Jonas, le jeune professeur, qui va s’opposer aux pratiques de l’école qu’il réprouve de plus en plus. C’est arrivé à un tel point que ses choix vont bouleverser sa vie et qu’il va se battre corps et âme pour la défense des droits des indiens, au point de devenir un des leurs.

Carlisle, Chevais-Deighton, Seigneuret, 7/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens, 01/2015

Au niveau du dessin, Seigneuret assure dans un style réaliste mais j’ai trouvé que les personnages sont un peu figés au niveau des expressions du visage et des attitudes. Les décors et les détails manquent par moment. J’ai l’impression de ne pas avoir retrouvé une certaine  fluidité du premier tome.

Est-ce dû au scénario qui est un peu plus alambiqué, aux retournements de situation qui se succèdent au cours de ce second tome ? Il n’empêche que je suis un peu resté sur ma faim en fermant ce second tome, alors que j’avais bien apprécié le premier et que je me réjouissais de lire la suite. En réalité, je réalise que la base historique m’a passionné mais que la fiction qui en découle m’a un peu déçu. La trame de l’histoire est en fin de compte conventionnelle pour un sujet qui au départ ne l’est pas du tout. La fin du scénario aurait dû être approfondie. Il manque l’idée qui fait mouche, c’est un peu léger.

Carlisle, Chevais-Deighton, Seigneuret, 7/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens, 01/2015

En conclusion, un diptyque au traitement fort conventionnel pour un sujet qui ne l’est pas… . Je pense qu’il s’agit un peu d’une occasion manquée pour un sujet digne d’intérêt et qui a peu été traité dans la bande dessinée.

 

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a07-3e78901.gifMoyenne 

 

 

Lien vers la fiche technique de « Carlisle » sur le site de « Grand angle »: ICI.

 

 

 

Capitol.

 

Carlisle, Chevais-Deighton, Seigneuret, 7/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, Indiens, 01/2015

 

19/12/2014

Love in vain

love in vain, mezzo, dupont,glénat,noir et blanc, robert johnson,blues, biopic, biographie,états-unis,années 30, musique,092014,08/10love in vain, mezzo, dupont,glénat,noir et blanc, robert johnson,blues, biopic, biographie,états-unis,années 30, musique,092014,08/10Scénario : J.M. Dupont

Dessin : Mezzo

Editeur : Glénat

72 pages (format à l'italienne)

date de sortie : septembre 2014

Genre : biographie

 

 Black'n Blues

 

Quel est le point commun entre Robert Jonhson, Brian Jones, Alan Wilson, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison, Kurt Cobain, Amy Winehouse ? Ils sont tous membre du même club, le tristement célèbre "club des 27" regroupant tous ces artistes influents du rock, morts à 27 ans. Si Robert Johnson est peut être le moins connu du grand public, il est certainement celui qui a le plus influencé la scène blues et rock du XXème siècle. Des Rolling Stones aux White Stripes en passant par Hendrix, Clapton, Dylan ou Led Zeppelin, le génie de Johnson à marqué des générations de musiciens. Pourtant, il ne laisse de sa très courte carrière - 2 ans seulement - que 29 morceaux, 2 photos et ... 3 tombes ! Voilà comment se forge une légende du rock : du talent, du mystère, une existence sulfureuse pour les ingrédients principaux, assaisonnés d'un coup de pouce du destin, ou du diable.

 

 

 "Musique du diable peut-être, mais quoi de mieux pour apaiser les âmes en peine"

 

 

De ce dernier point, Robert Johnson, se targuait d'avoir tiré ses dons en vendant son âme à Belzébuth. La pratique était courante dans le sud des États-Unis des années 30 où, être pauvre et noir – triste euphémisme – ne facilitait pas la vie. Se vanter d'avoir pactisé avec le diable était un moyen pour les bluesmen qui sillonnaient les routes d'effrayer leurs agresseurs. Il n'empêche, le mystère et la débauche n'ont cessé d'accompagner la vie de Robert Johnson. Ses deux années de carrière sont jalonnées de conquêtes féminines et de torrents d'alcool. Sa vie s'achèvera au croisement de ces deux routes en 1938. Il à 27 ans, et meurt vraisemblablement empoisonné par un mari jaloux. A moins que la cause du décès ne soit tout autre ...

 

love in vain,mezzo,dupont,glénat,noir et blanc,robert johnson,blues,biopic,biographie,états-unis,années 30,musique,092014,0810

 

 

Quel magnifique et vibrant hommage que Mezzo et Jean Michel Dupont lui rendent dans ce très bel album. Dans un format à l'italienne, avec un dos toilé du plus bel effet, la vie de cet artiste défile comme un film noir. De son enfance difficile – un père absent, une mère qui se tue à la tâche dans les champs de coton – à son agonie, nous suivons pas à pas cet artiste à l'âme tourmentée dont l'histoire nous est contée par un énigmatique narrateur qui nous révèle son identité en toute dernière page (le lecteur un peu malin se doute vite de qui lui parle !).

 

Les planches de Mezzo (le roi des mouches, deux tueurs, ...) d'un noir profond et intense restituent à merveille la moiteur du Mississippi et la moiteur du récit. On est d'abord envouté par ce trait épais qui n'est pas sans rappeler celui de l'américain Charles Burns dans Black Hole. Ensuite, on prend le temps de s'attarder sur les pages pour en apprécier la multitude de détails qui contribue à créer cette atmosphère si envoutante. C'est diablement efficace.

 

 

love in vain,mezzo,dupont,glénat,noir et blanc,robert johnson,blues,biopic,biographie,états-unis,années 30,musique,092014,0810

 

 

Pas besoin d'être un grand fan de blues pour apprécier cet album et l'histoire de cet artiste extraordinaire que fut Robert Johnson et qui fut classé en 2003 5ème meilleur guitariste de tous les temps par le magazine rolling stone. Si aujourd'hui sa musique peut paraitre quelque peu surannée les amateurs de blues et de rock lui doivent beaucoup.

Un très bel album qui se termine en musique puisque les auteurs ont eu la bonne idée de nous présenter les textes de 7 morceaux dont Love in Vain, Cross Road Blues ou Sweet Home Chicago.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

 

Love In Vain

 

 

 

Sweet Home Chicago

 

 

 

Travelling Riverside Bluesman

 

 

 

love in vain,mezzo,dupont,glénat,noir et blanc,robert johnson,blues,biopic,biographie,états-unis,années 30,musique,092014,0810

 

 

07/11/2014

Un long silence - tome 1 - le pink flamingo

un long silence,le pink flamingo,stalner,xixème,états-unis,immigration,new york,ellis islandun long silence,le pink flamingo,stalner,xixème,états-unis,immigration,new york,ellis islandScénario et dessin : Eric Stalner

Editeur : Glénat (Graphica)

48 pages

date de sortie : octobre 2014

 

genre : aventure

 

 

 

A la fin du XIXème siècle et jusque dans les années 50, New York est la porte d'entrée des États-Unis pour des millions de migrants qui quittent la vieille Europe en quête d'une vie meilleure. Ellis Island est un passage obligé pour ces migrants. C'est là qu'il subissent l'inspection médicale dont le verdict dira s'ils sont aptes ou non à rentrer sur le territoire américain. Terrible et humiliante épreuve où les mieux portants et les plus malins obtiendront le sésame pour tenter leur chance sur cette nouvelle terre.

C'est le cas d'une jeune Irlandaise et de son jeune fils Will Campbell, qui, malgré les facéties de ce dernier se voient octroyer le droit de fouler le sol américain. La chance sera de courte durée. A peine débarqués, Will voit sa mère mourir dans un attentat. Traumatisé, il se mure dans un silence total qui lui vaudra d'être placé pendant 10 ans dans un établissement spécialisé pour sourd et muet.

Devenu adulte, il se met en quête de découvrir les circonstances de la mort de sa mère. Sa détermination et son mutisme deviendront ses meilleures armes pour affronter les milieux interlopes de New York. Les gens ne se méfient pas de ce "sourd", et parlent sans retenue en sa présence.

 un long silence,le pink flamingo,stalner,xixème,états-unis,immigration,new york,ellis island

Avec ce premier tome, Eric Stalner (le roman de malemort, Vito, la zone, ils étaient dix ....) entame là une fresque sociale avec comme toile de fond les grandes migrations et la révolution industrielle de la fin du XIX siècle. Sur un fond d'histoire assez classique – la recherche d'un meurtrier - Stalner y apporte cette pointe d'originalité qui permet de capter l'attention du lecteur. Un peu à la manière des super héros américains, le personnage principal transforme un traumatisme en arme lui permettant d'être plus fort. C'est plutôt bien vu, même si les lecteurs de comics auront une sensation de déjà vu.

 

Les bases du récit et les personnages sont bien posés pour inviter le lecteur à poursuivre l'aventure dans les tomes à suivre. Le récit gagne en densité au fil des pages et la narration en voix off du personnage principal permet d'installer une intensité dramatique qu'il aurait été difficile de retranscrire par le seul dessin.

 

un long silence,le pink flamingo,stalner,xixème,états-unis,immigration,new york,ellis island

Côté dessins, Eric Stalner est pour moi un des meilleurs dessinateurs réalistes. En intérieur ou en extérieur, et quelles que soient les époques, il réussit toujours à mettre en place des ambiances au rendu parfait grâce à son trait précis et détaillé. Les expressions des visages, les décors, les mises en scènes, rien n'est négligé, tout est maitrisé. Les planches sont riches, dynamiques et très expressives.

 

Ce premier volume de Un long silence est une très bonne entrée en matière et laisse augurer de bons présages pour la suite.

 

Ma note : 8/10

Loubrun