17/03/2017

LaoWai T1-La guerre de l’opium.

lao wai.jpg02.jpgScénario : Alcante et LF Bollée.
Dessin : Xavier Besse.
Éditeur : Glénat.
48 pages.
Sortie : 4 janvier 2017
Genre : aventure historique.

 

 

 

Le résumé éditeur.
1859. L’Empereur Napoléon III et le royaume d’Angleterre préparent une nouvelle campagne contre la Chine. François Montagne et Jacques Jardin, soldats et amis de longue date, veulent à tout prix en faire partie. Mais les places sont chères. Seuls les meilleurs seront choisis... Deux mois plus tard, après une sélection et un entrainement draconiens, ils embarquent finalement pour l’Empire du milieu. 

«Ah oui ! Vous ne vous seriez pas plutôt aéré les couilles ? Vous êtes la honte de l’armée française, soldat Montagne ! »

 

Mon avis.

Je vous propose comme guise de chronique, un résumé de la conversation que j’ai eue avec Didier Swysen (Alcante) et Xavier Besse lors de la foire du livre de Bruxelles 2017.

La genèse de cette BD prend forme lors d’un voyage en Chine d’Alcante en 2011. Entre la grande muraille et la cité interdite, il entend parler de la présence de soldats français lors de la 2e guerre de l’opium. Assurément une partie méconnue de notre histoire et un sujet en or pour une aventure historique romancée. Ensuite, une partie de ping pong scénaristique s’engage avec Alcante et LFB. L’un s’occupe des consonnes et l’autre des voyelles. Plus sérieusement, le scénario prend forme et il ne reste plus qu’à trouver un dessinateur. Glénat leur présente donc Xavier Besse, sinologue de formation et passionné de la Chine. Bref, on ne pouvait rêver mieux pour illustrer avec justesse l’esthétisme chinois. Lors de mon interview, il m’a avoué avoir eu des difficultés, non pas à faire des fresques grandioses (voir page 21), mais à dessiner des scènes d’amour. Car notre héros, le soldat Montagne, est un fameux coureur de jupons. Par contre, c’est avec envie qu’il a réalisé les grands palais chinois, les paysages grandioses, l’univers marin etc.
Il s’est aussi renseigné auprès des spécialistes (la collection Osprey) pour trouver les uniformes adéquats à cette épopée. Bref, ici on ne triche pas avec les faits historiques et l’authenticité est de mise. Seule la partie avec le soldat Montagne est romancée.
3 tomes sont prévus et le second album devrait sortie en janvier prochain.
La suite va se révéler explosive car la partie diplomatique s’achève et va faire place à une guerre ouverte entre les différentes puissances.
J’en profite aussi pour demander à Didier S son actualité.
Ars Magna dont une intégrale vient de sortir. Starfuckers chez Kennes 39282640.2.jpget enfin avec Gihef et Perger , le 1er tome d’une nouvelle série concept ,Dark Muséum chez Delcourt dont le tome 1 American Gothic vient de sortir.
Je vous invite aussi à rejoindre la page Facebook de LaoWai pour avoir les dernières infos ICI.

En tout cas, une série qui commence excellemment, un pan d’histoire méconnu accompagné d’aventures hautes en couleur, j’ai adoré .

 

lao wai planche.PNG

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Samba

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : laowai, alcante, besse, bollee, guerre, histoire, 012017, 910, glénat |  Facebook | |

14/03/2017

Jojolion T2

51-AguguMqL__SX333_BO1,204,203,200_.jpg20170125121104_t2.jpgAuteur : Hirohiko Araki

Éditeur : Delcourt Tonkam

192 pages

Sortie : le 4 janvier 2017

Genre : Seinen action

 

Avis de l'éditeur :

 

La ville de Morio est dévastée par le séisme de la côte Pacifique du Japon. A la suite de cette catastrophe, d'étranges édifices appelés ""murs aux yeux"" font leur apparition. Yasuho, une étudiante, va trouver un jeune homme nu, coiffé d'un béret de marin, dans les décombres. Il ne se souvient de rien. Ils vont alors partir dans une quête à la recherche de son véritable nom

Mon avis :


L'univers de Jojo bizarre adventure se démarque des séries mangas classiques. Certes, on a ici droit à une série à rallonge, (tout de même classé parmi le top 10 des plus longues séries au Japon) mais quelque soit l'arc en question, Hirohiko Araki parvient aisément à enjoliver chaque nouvelle structure de son récit, sans ennuyer un tant soit peu ses lecteurs.

On se retrouve avec des personnages clinquants : la jeune fille filiforme Yasuho Hirose, extrêmement bien mise en valeur (style vestimentaire à la fois rétro et moderne), un inconnu amnésique avec pour tatouage fort étrange : une tache en forme d'étoile et quatre testicules, Ojiro Sasame, un surfeur qui cherche des noises à un certain Yoshikage Kira, se faisant passer pour lui, face au jeune homme amnésique, une kyrielle de seconds aussi charismatiques qu'attachants...

Ainsi qu'un décor glauque et une intrigue alléchante, de quoi placer une tension constante et graduelle, ni trop, ni trop peu, parfaitement équilibrée entre scènes d'action et dialogues poignants.

Qu'il s'agisse des héros masculins ou féminins, les protagonistes évoluant dans Jojolion, ainsi que pour les arcs précédents, ont de la gueule, une prestance unique pour ce décor. On aime ou on déteste ce style graphique quelque peu vulgaire, disproportionné.

Tronches excentriques, tenues vestimentaires provocantes, lèvres pulpeuses sont des arguments efficaces, mais la force ultime du trait de l'auteur se note au niveau du regard de ses interprètes. Des yeux profonds, qui respirent tant d'éléments, qui parviendraient à jalouser des créatures de modes, ou rendre dingos les plus illustres photographes.

Quant au nom du protagoniste principal, sachez que l'auteur révèle un indice qui risque de faire parler la poudre. Précipitez-vous sur la lecture de ce second opus, et vous discernerez le lien avec l'arc Diamond is unbreakable.

 

Affaire à suivre avec grand intérêt.

 

226badd3f3410155b258766cca6002ea.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jojolion,hirohiko araki,delcourt tonkam,810,seinen action,012017

 

jojolion,hirohiko araki,delcourt tonkam,810,seinen action,012017

 

jojolion,hirohiko araki,delcourt tonkam,810,seinen action,012017


Coq de Combat

 

 

28/02/2017

La cire moderne

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, Scénario : Vincent Cuvellier
Dessin : Max de Radiguès
Éditeur : Casterman
160 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : chronique sociale

 

 

 

 

Résumé

 

Sam et Manu sont des jeunes qui ne semblent ni inquiets ni préoccupés de leur avenir. En pleine campagne, ils vivent au jour le jour, d'amour, de baise et de beuh fraiche. Le facteur va mettre un terme à cette palpitante existance en apprenant à Manu que son oncle vient de mourrir. Le passage chez le notaire lui apprend qu'il hérite d'une usine de cierge, du stock qui reste et d'un vieux combi Volkswagen. Les deux tourtereaux ont bien une idée de quoi faire du combi, mais pour le reste ... c'est une autre histoire. Heureusement, Jordan, le frère de Sam qui pense parfois à autre chose qu'au cul, utilise son savoir acquis à son bac pro force de vente et va les aider à mettre sur pied un business plan du feu de Dieu pour écouler le stock. Et voilà les 3 glandeurs partis faire la tournée des monastères pour vendre du cierge et financer leur vacances.

Ce road trip estival et commercial ne les portera pas dans les coulisses du CAC 40, mais offrira à Manu de nouveaux horizons l'amenant à revoir sa conception de l'existence.

 

 

 

«Arrêtez, j’ai des techniques de vente trop mortelles. Je vais te les embrouiller moi les curés»

 

 

Mon avis

 

Drôle de titre, drôle d'histoire et drôle d'héritage ! Vincent Cuvellier nous présente une jeunesse en totale déshérence qui semble à priori perdue pour elle-même et pour la société. Mais c'est compter sans les voies du seigneur qui, comme chacun sait, sont impénétrables. Les trois lascars qui n'y entendent rien à la religion (comme à tout un tas d'autres choses par ailleurs), et sont gavés comme un grand nombre de leur semblables, de clichés et autres stéréotypes à son encontre, ne sont pas de mauvais bougres et acceptent cet héritage en le prenant simplement comme une occupation passagère et momentanée. Cette occupation leur fait lever le nez de leur nombril et de leur petits plaisirs et conduit Manu vers forme de spiritualité dont il sera le premier surpris.

la cire moderne,de radiguès,cuvellier,casterman,religion,foi

C'est avec beaucoup d'humour, de légèreté et de réalisme que Vincent Cuvellier nous parle de religion. Mais bien plus que de religion, il est ici question de foi et de quête de spiritualité. Sans faire de prosélytisme ni avoir de discours moralisateur ou incantatoire, l'auteur nous met en position de témoin d'une conversion.

C'est drôle, léger, parfois un peu vulgaire mais c'est pour donner du réalisme aux personnages. Les personnages sont par ailleurs assez attachants, même Jordan à qui on a souvent envie de foutre des claques.

Max de Radiguès donne à cette histoire originale une tonalité très épurée grâce a un dessin simple voire simpliste. Le trait un peu naïf donne l'impression d'avoir à faire à une histoire pour enfants. Mais avec quelques traits bien placés il arrive à rendre expressifs et vivants ses personnages.

Pour son premier scénario de BD, Vincent Cuvellier a eu raison de se battre* pour se faire publier et réussit plutôt bien à faire ce qu'il voulait faire, c'est à dire de "parler de foi, et de religion, de façon décomplexée, décontractée, sans faire de prosélytisme, enchainer une scène de cul et les vêpres du matin en deux pages, sans que personne ne soit ni choqué, ni pas choqué. Bref, parler de religion comme d'un sujet normal."

Une façon aussi de montrer que la religion et la foi ne font pas que porter le glaive et l'épée et peuvent être compatibles avec le monde moderne. Et l'on comprend alors la symbolique du titre.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

 

 * La cire moderne c'est aussi une drôle d'aventure éditoriale, comme nous le raconte ici Vincent Cuvellier : https://www.facebook.com/vincent.cuvellier/posts/10211900...

 

 

24/02/2017

Zombies néchronologies - tome 3 - la peste

zombies nechronologies T3.jpgzombies nechronologies T3_pl.jpgScénario : Olivier Péru
Dessin : Stéphane Bervas
Éditeur : Soleil
52 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : anticipation, fantastique

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Les îles japonaises sont ravagées par les zombies. Mais dans un village de montagne, un millier de civils, des militaires et des chercheurs tiennent bon. Ils ont en leur possession une momie plusieurs fois millénaires à partir de laquelle le virus a été créé. En explorant les origines du mal, les scientifiques espèrent lui trouver un remède ; ils ne reculent devant aucun sacrifice, aucune expérience, pour arriver à leurs fins. Le résultat de leurs travaux pourrait aussi bien offrir une deuxième chance à l’humanité que la précipiter vers une extinction plus rapide.

 

 

"- Qu'avez-vous trouvé la-bas, monsieur ?

- La fin du monde, Capitaine ...endormie dans un virus capable théoriquement de provoquer l'extinction d'une espèce.

- Théoriquement ?"

 

 

Mon avis

Et de 3 ! Après la France et la Suède, c'est au tour du Japon de subir l'assaut des hordes de morts-vivants. Ce spin-off de la série Zombies imaginée par Olivier Péru met en scène une invasion dans un pays différent dans chaque album. Olivier Péru est très fort car il trouve à chaque fois une idée nouvelle qui donne une tonalité originale à sa série et lui permet de sortir du lot. Ici, il commence par exposer l'origine du mal en lui donnant un socle scientifique, base qui devrait permettre également de trouver une solution à l'épidémie. Se posent alors les questions suivantes : la science peut-elle tout résoudre, et jusqu'à quels sacrifices l'Homme peut-il aller pout tenter de préserver l'espèce ?

Le personnage de Daisuke, scientifique sûr de lui et totalement dénué d'empathie qui pense avoir entre les mains la solution, porte à lui tout seul ces deux questions auxquelles chaque lecteur apportera sa propre réponse.

Ce scénario est très riche et révèle une fois de plus que les vivants sont au moins aussi dangereux que les morts-vivants !

 

zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017

 

Graphiquement, Stéphane Bervas fait suite à Nicolas Petrimaux et Arnaud Boudoiron. S'agissant d'une série constituée de one shot, le changement de dessinateur et de style ne pose pas de problème. Mais des trois dessinateurs, c'est sans doute Bervas qui tire le mieux son épingle du jeu et s'approche au plus près de l'excellente prestation de Sofian Cholet sur la série mère. Je mettrais juste un bémol sur un découpage un peu trop serré donnant des planches chargées de cases souvent trop petites. La densité du scénario aurait mérité une pagination plus longue.

Amateurs du genre, ne craignez pas la lassitude de la zombification avec cette série qui à chaque fois apporte sa petite touche personnelle au genre.

 

Loubrun

 

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017

 

zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017

 

zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017

 

 

les autres tomes

zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017

 

 

 

 

 

 

 

 

la série Zombies (du tome 0 au tome 4)

zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017zombies néchronologies,peru,bervas,soleil,zombies,anticipation,fantastique,horreur,012017

 

 

 

 

 

 


 

22/02/2017

Les pirates de Barataria - tome 10 - Galveston

les pirates de barataria, galveston, bourgne, bonnet, glénat, pirates, histoire, états-unis, napoléon, mexique, aventure, aventures maritimes, 01/2017, 7/10les pirates de barataria, galveston, bourgne, bonnet, glénat, pirates, histoire, états-unis, napoléon, mexique, aventure, aventures maritimes, 01/2017, 7/10Scénario : Marc Bourgne
Dessin : Franck Bonnet
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : aventures maritimes, Histoire

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

Golfe du Mexique, avril 1818. Artémis et Dominique You coulent des jours heureux sur L’Abeille, le navire qu’ils ont racheté après la bataille de la Nouvelle-Orléans. En mer, ils rencontrent le général français Charles Lallemand ainsi que leur vieil ami Roustam, venus fonder une colonie française au Texas. Ils leur suggèrent de se rendre à Galveston, une base navale établie en soutien aux révolutionnaires mexicains et dont le nouveau commandant n’est autre que Jean Lafitte. Cela tombe bien, car la véritable mission du mamelouk de Napoléon est toute autre. Après la défaite de Waterloo, il cherche l’appui d’Artémis et du pirate de Barataria pour monter une expédition sur l’île de Sainte-Hélène... Son but : délivrer l’Empereur !

 

 

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

 

Mon avis

Voilà un nouveau cycle pour cette grande fresque navale, historique et romanesque débutée par Marc Bourgne et Franck Bonnet en 2009. La quatrième de couverture nous annonce ce quatrième cycle sur trois volumes, ce qui réjouira d'avance tous les fans de la série tant Marc Bourgne ne manque pas d'imagination pour faire durer l'aventure. Il n'en manque pas non plus pour mélanger adroitement les faits historiques et la fiction. A l'instar de nombreux romanciers avant lui, et pas des moindres (Alexandre Dumas, Walter Scott ...), le voilà qui s'amuse avec l'Histoire et la période de captivité de Napoléon sur l'île de Sainte Hélène. Cette période a donné lieu à des tas de mythes et légendes notamment concernant des projets d'évasion, dont l'un aurait été élaboré par le maire de la Nouvelle-Orléans en Lousianne ...

Marc Bourgne apporte donc sa contribution à tous ces mythes dans une histoire pleine d'aventure et de rebondissements comme il sait si bien les écrire. Il a su trouver une idée intéressante et pleine de promesses pour renvoyer en mer tous ses personnages, et redonner un souffle aventureux à son récit. Comme nous le montre brillamment la couverture, ce nouveau cycle sent vraiment bon les embruns et Franck Bonnet, dont le talent n'est plus a démontrer en matière de scènes maritimes, nous gratifie de quelques scènes d'anthologie dans lesquelles il prend plaisir à maltraiter les navires dans des tempêtes ou des combats navals.

Voilà une série qui depuis 10 tomes ne s'essouffle pas et mélange savamment grande aventure et grande histoire au service d'une fiction très réaliste.

 

 Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

les pirates de barataria,galveston,bourgne,bonnet,glénat,pirates,histoire,états-unis,napoléon,mexique,aventure,aventures maritimes,012017,710

 

 

 

 

 

 

 


 

20/02/2017

Berserk T38 - Par Kentaro Miura

Berserk.pngBerserk 38.jpgAuteur : Kentaro Miura

Éditeur : Glénat

212 pages

Sortie : le 18 janvier 2017

Genre : Heroic Fantasy

 

 

Avis de l'éditeur :

Rickert et Erika arrivent à Falconia, la cité où règne Griffith. Pendant ce temps, Guts et son équipage atteignent enfin l île des elfes...

 

Mon avis :


De la patience, il en nécessite un maximum concernant le temps d'attente entre deux albums de Berserk. Lorsqu'on sait que le précédent tome datait de mi 2014... 2 ans et demi qui paraissent interminables aux yeux des nombreux adeptes de l'une des séries les plus prometteuses de tous les temps.

Créé par Kentaro Miura, la série Berserk atteindra prochainement ses 3 décennies d'existence. Disons, que les premiers volumes connaissaient une publication plus vivace, ce qui laisse un énorme point d'interrogation quant à la conclusion de la série.

L'univers de Berserk affiche des membranes multiples, variant selon l'évolution de la série. Bien qu'atteignant son 38ème opus, on se demande quand arrivera son dénouement, et si d'ailleurs, nous pourrons un jour lire sa finalité.

Ceci dit, depuis plusieurs tomes déjà, Kentaro Miura embarque le lecteur, contre toute attente, vers des contrées insolites de son univers. Son échiquier semble sans fin. Systématiquement, à chaque fois que l'on se braque sur une situation, un lieu, ou un moment clé, il possède ce don pour nous propulser ailleurs, un ailleurs fort lointain, comparable aux ailes du faucon, la troupe de Guts ou encore ce personnage emblématique qu'incarne Griffith.

 

Mélange de styles absolus, la série se démarque par une avalanche d'éléments, qui une fois superposés ou alignés les uns à la suite des autres, mettent en scène une fiction hors normes!

Notons entre autres la magie, l'univers médiéval, la sorcellerie, les champs de bataille, l'inceste, le viol, la religion, les désirs sexuels, la violence, la pureté, la rédemption ainsi qu'un immense combat du "bien" et du "mal" émergent en permanence à la lecture de Berserk.

Côté protagonistes, une flopée d'individus se remarquent : des démons, des païens, des esclaves, des fermiers, des princesses, des filles de joie, mais nous retiendrons essentiellement 3 héros : Guts, chevalier noir, charismatique, borgne, guerrier fou, fougueux, à la lame surdimensionnée, capable de foudroyer n'importe quel ennemi. Casca, faisant partie de la troupe des Faucons, amnésique depuis son viol ainsi que Griffith, comparable à un messager libérateur de paix, mais totalement affamé de puissance et de gloire.

 

berserk,kentaro miura,glénat,910,heroic fantasy,012017

Graphiquement, difficile de faire mieux! La touche graphique de Kentaro Miura excelle dans bien des domaines. Il s’illustre brillamment et cela depuis les premiers volumes.

Œuvre d'art à parts entières, chaque plan, chaque recoin est affiné dans la perfection même. L'ambiance noirâtre du sujet s'acclimate à l'unisson avec son contexte. Récit et graphisme se marient aisément.

Les couvertures et la qualité du papier ressortent également. Le seul bémol de ce tome (hormis son délai d'attente impensable) consiste à la quasi absence de Guts. On ne suit l'évolution de notre héros que sur quelques pages. Faudra encore attendre pour le contempler en pleine action. Espérons que cela se produise avant 2020!

 berserk,kentaro miura,glénat,910,heroic fantasy,012017

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

berserk,kentaro miura,glénat,910,heroic fantasy,012017

 

berserk,kentaro miura,glénat,910,heroic fantasy,012017

 

berserk,kentaro miura,glénat,910,heroic fantasy,012017

 

Coq de Combat

 

Groenland vertigo

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017Scénario : Hervé Tanquerelle
Dessin : Hervé Tanquerelle
Éditeur : Casterman
100 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : aventure, humour

 

 

 

Résumé

En pleine crise de déprime due à un manque chronique d’inspiration, Georges, auteur de BD, reçoit un mail qui va lui donner un sérieux coup de fouet. Magnus Keller est capitaine d'un voilier et lui propose de se joindre à l'équipage pour une expédition au Groenland. Le but du voyage est d'accompagner l'artiste performer Ulrich Kloster qui veut faire une installation spectaculaire pour dénoncer l'exploitation destructrice des compagnies pétrolières. Georges s'embarque dans l'aventure et se retrouve entouré d'un artiste parano, de scientifiques, et de l'écrivain Jørn Freuchen qui revient sur les traces d'un précédent voyage. L'aventure sera plus cocasse qu'épique et sera surtout une belle source d'inspiration pour Georges.

 

 

Mon avis

Hervé Tanquerelle et Gwen de Bonneval avaient adapté les textes de l'écrivain et aventurier Danois Jørn Riel aux Éditions Sarbacane dans la série "...et autres racontars". En 2011, entouré de l'écrivain, de scientifiques et d'artistes de renom, Hervé s'embarque pour trois semaines d'expédition pour découvrir et rendre compte des réalités actuelles du Groenland. Cette aventure l'inspirera pour cet album. Mais, d'un projet initial de reportage BD ou de récit autobiographique, il se dirige finalement vers une fiction fortement inspirée de son expérience. Entouré de Danois, alors qu'il ne parle pas la langue et très mal l'anglais, il s'est vite rendu compte qu'il ne pourrait rester qu'à la surface des choses et n'aurait pas assez de matière pour un récit autobiographique pertinent. Ce n'est que trois ans plus tard qu'il a vu cette expérience sous un autre angle, grâce à la complicité de ses amis Gwen de Bonneval et Brüno, et qu'il a pu la raconter sous le prisme de la fiction, ou de l'autofiction.

 

groenland vertigo,tanquerelle,casterman,hommage,hergé,jorn riel,aventure,expédition,810,012017

 

On est frappé d'emblée par l'héritage revendiqué d'Hergé qui transpire dès les premières pages. Les analogies avec Tintin sont légions, particulièrement avec l'album l'étoile mystérieuse, mais pas que : l'expédition arctique, le nom du bateau qui est un homonyme à une lettre près, le personnage de l'artiste performer renfrogné et parano qui fait penser à Carreidas dans vol 714 pour Sydney, l'écrivain qui a des airs du capitaine Haddock et un petit penchant pour la bouteille ... et j'en passe, jusque dans la typo utilisée, identique à celle que l'on trouve dans les Tintin. Même le dessin, s'il n'est pas franchement ligne claire pure (seuls les personnages sont encrés et les couleurs sont faites visiblement au lavis) s'en inspire fortement et cherche à s'en approcher.

 

Le tout est rudement convaincant et on se laisse agréablement mener dans cette aventure farfelue ou rien ne se passe comme prévu et qui au passage distille un petit message écolo contre les lobbies pétroliers.

Voilà un album savoureux sur lequel les amoureux de Tintin s'amuseront des nombreux clins d’œil que Tanquerelle a semés dans son histoire.

 

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017

 

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017

 

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017

 

 

 

 

 

 

 

 


 

17/02/2017

Olympus Mons T01 : Anomalie un

olympus mons.jpgolympus mons t1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Stephano Raffaele.
Editeur : Soleil.
56 pages.
Sortie : 25 janvier 2017
Genre : science-fiction.

 

 

 

 

Le résumé éditeur.
2026 : des phénomènes inexpliqués et étranges se produisent simultanément en différents lieux. Dans les profondeurs de la Mer Baltique, des chasseurs de trésors sous-marins découvrent ce qui semble être les vestiges d'un artefact inconnu ; dans l'Iowa, un medium est hanté par d'étranges visions dans lesquelles il visite une épave mystérieuse au fond de la mer. 


« -Tu crois qu’on est surveillés ? -Je ne sais pas mais ça ressemblait bien à une manœuvre d’intimidation. »

 

ol.jpg

Mon avis.

Christophe Bec (Carthago,Prométhée…) est décidément très fortiche quand il s‘ agit de créer du mystère, de l’angoisse ou des énigmes. Il construit ce premier tome d’Olympus Mons un peu comme une série TV moderne en éparpillant son histoire sur différents lieux et époques. Quelle est le point commun entre Colomb, des explorateurs de la mer de Barentz, des cosmonautes (fatalement russes) et un médium américain ? Aucun rapport en apparence mais…
Et comme il est aussi le roi du cliffhanger, impossible de ne pas poursuivre l’aventure même si un vertige alternobarique vous prend au dépourvu.
Un album assez costaud l’air de rien (plus ou moins une heure de lecture) grâce à des dialogues et des informations bien dosés.
Maintenant, reste à voir la qualité sur la durée. Une suite qui devrait être rapide car 2 tomes par an sont annoncés. Raffaele doit visiblement être un bourreau de travail pour tenir cette cadence de combat. Un extraterrestre qui sait ? En tout cas, un trait moderne et efficace avec une mention spéciale pour son rendu de la planète rouge, j’ai trouvé ça magnifique.
Voilà, une très bonne mise en place que ce premier opus, mais je n’en attendais pas moins d’eux dans un univers que les deux auteurs maîtrisent depuis un bout de temps.

 

olympus mons pl.jpg

 Samba

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (2) | Tags : olympus mons, bec, raffaele, science-fiction, 012017, 710 |  Facebook | |

15/02/2017

Le train des orphelins - tome 7 - racines

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710Scénario : Philippe Charlot
Dessin : Xavier Fourquemin
Éditeur : Bamboo édition
48 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : western, Histoire

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

À la fin des années 1920, à Cowpoke Canyon, Lisa est entrée en résistance suite au véto que les employeurs d’orphelins de la ville ont mis à son projet d’école du soir. De son côté, la veuve Goswell a décidé que Coleman, son fiancé, serait le prochain maire. Mais Coleman, est poltron, misogyne et sans aucun sens politique. Pour la veuve c’en est trop, elle se rallie à l’avis de Lisa : les femmes doivent prendre les choses en mains. Soixante dix ans plus tard – depuis le décès de Lisa, le vieux Joey broie du noir et souffre de la solitude. Son radio émetteur reste son seul lien avec le monde et c’est grâce à lui qu’il fait la connaissance de la jeune Louisa qui vit esseulée sur une petite ile d’Irlande.

 

 "Je veux que ces enfants soient traités comme des enfants et non pas comme de la simple main d’œuvre."

 

Mon avis

Le train fait du surplace dans cette bonne ville de Cowpoke Canyon où les petits orphelins se débrouillent comme ils peuvent. Heureusement qu'il y a cette bonne âme de Lisa pour tenter de les tirer vers le haut et les sortir des griffes de leurs "parents adoptifs" qui ressemblent plus à des exploiteurs et profiteurs qu'a autre chose. Ce surplace n'est pas pour autant synonyme d'ennui, bien au contraire, et comme le rythme régulier des vieilles locomotives à vapeur, le récit avance à coup de cycles de deux albums dont voilà l'amorce du quatrième. Il n'y a plus la fougue et l'énergie des premiers cycles de la série générés par les stratagèmes de Harvey, mais le ton ici fait la bascule entre comédie et mélancolie donnant un air de saga familiale et de chronique sociale. L'intéret et l'empathie pour les personnages ne se tarissent pas et Philippe Charlot réussit à garder le lecteur avec la double intrigue qui mène le récit. Toutes les deux ou trois pages, on bascule d'une époque à l'autre pour suivre en parallèle l'évolution du Joey petit dans les années 20 et du Joey vieux.

 

Dans un parfait équilibre entre les deux intrigues, le récit va bon train et de nombreux thèmes sont abordés avec légèreté, sensibilité et humour : l'éducation, la place des femmes dans la société, la solitude, la vieillesse.

Voilà une série qui, depuis 7 albums, tient très bien le cap et réussit à distraire, émouvoir et qui offre au plus jeune lectorat quelques pistes de réflexion intéressantes.

 

 

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

 

 Les autres tomes de la série

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

 

 

 

 

 


 

13/02/2017

Duke - tome 1 - la boue et le sang

duke,la boue et le sang,hermann,yves h.,le lombard,western,610,012017duke,la boue et le sang,hermann,yves h.,le lombard,western,610,012017Scénario : Yves H.
Dessin : Hermann
Éditeur : le Lombard
54 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : western

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Duke est un homme tourmenté. Shérif adjoint d'une petite bourgade, convaincu par la dimension morale de sa mission, il est aussi un tireur d'élite habitué à la violence. Quand un conflit se déclare entre mineurs et propriétaires terriens, Duke doit quitter sa neutralité. Et recourir à ce qu'il connaît le mieux et redoute le plus : ses armes.

 

 

 

Mon avis

Je suis toujours très hésitant devant les albums de Hermann père et fils. En effet, leurs derniers albums m'ont tellement déçu qu'à la sortie d'une de leur nouveauté, j'y vais soit à reculons, soit pas du tout. Mais j'aime beaucoup le dessin de Hermann qui a le chic pour créer des personnages aux gueules réalistes qui sentent l'authentique et desquels transpirent littéralement toute la souffrance et la misère du monde, qui révoltent tant ce grand dessinateur. Et puis j'aime aussi les westerns pour toutes les images qu'ils véhiculent : l'aventure ; les héros et anti-héros ; l'expression de l'orgueil de l'homme dans son désir de conquête de territoires vierges, d'exploitation à outrance de ressources naturelles ; la domination des plus forts sur les plus faibles ; l'émergence de micro-sociétés qui naissent dans la violence et la douleur, et cette soif de justice sans cesse en lutte avec les plus vils instincts de vengeance que, peut-être nous portons chacun en nous.

 

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017

 

Pour ces deux raisons, je me suis penché sur Duke et ce premier tome d'une nouvelle série western signée Hermann. Le ton de la série est donné avec le titre de cette entame : la boue et le sang. Misère, désespoir et violence. Sur une trame ultra-classique, voire simpliste, Yves H. nous propose de suivre un personnage peut-être plus complexe qu'il n'y parait. En tout cas c'est ce qu'il nous laisse supposer dans ce premier tome qui pose les bases du personnage pour la suite de l'aventure. Adjoint au Shériff dans une petite ville minière corrompue et sous la coupe d'un despote sans scrupules, on ne sait rien de lui sinon qu'il a une soif inextinguible de justice mais qu'il peut être capable de méthodes expéditives.

Si l'on sent dans son personnage principal un potentiel intéressant pour la suite de la série, le scénario d'Yves H. est ici vraiment trop simple à mon goût. On a l'impression d'avoir lu cette histoire mille fois, et, mises à part deux ou trois surprises dans le scénario, on connait toute l'histoire dès le premier tiers de l'album.

 

La lecture n'en reste pas moins agréable et divertissante et les planches en couleurs directes sont d'une grande beauté, notamment les séquences dans les paysages enneigés.

Ce premier tome, sans être franchement bon ni franchement mauvais, place en orbite un personnage qui servira de fil rouge à cette série qui sera vraisemblablement constituée de one-shot. Souhaitons qu'Yves H. sache exploiter au mieux ce filon du personnage ambigu. Parce qu'en la matière, et particulièrement dans ce genre, la concurrence est rude.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017

 

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017

 

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017