19/05/2017

Les maitres saintiers - tome 3 - bénie entre toutes les femmes, 1884

les maitres saintiers T3.jpgles maitres saintiers T3_pl.jpgScénario : Laurent-Frédéric Bollée
Dessin : Serge Fino
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : Histoire, saga familiale, ésotérisme

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Printemps 1884. David, fils cadet des Rochebrune et héritier de la fonderie familiale de Châtellerault, monte à Paris pour rencontrer M. Bizot dans le cadre d’un projet hors-norme. Pour célébrer le centenaire de leur indépendance, les États-Unis ont commandé au génie français une gigantesque cloche de 200 tonnes et de plus de 6 mètres de haut : la plus grande du monde ! Impressionné par l’ampleur de la tâche, David ignore à quel point cette mission particulière va changer son destin à tout jamais...

 

"- De quoi tu parles ?

 

- Du carnet secret de ta famille ! J'ai tout déchiffré et j'ai tout compris !"

 

Mon avis

 

Nous voilà rendu à la fin du XIXè siècle et l'ont peut dire beaucoup d'eau à déjà coulé sous les ponts de cette saga familiale. Laurent Frédéric Bollée s'est inspiré de sa propre famille, dont certains de ses ancêtres étaient fondeurs de cloches, pour nous raconter cette intrigue familiale sur fond d'artisanat. Les deux premiers tomes étaient assez prometteurs mais n'ont visiblement pas rencontré le succès escompté puisque de 7 tomes prévus, la série se voit ramenée à 4 tomes. Ceci explique sans doute l'accélération du rythme de la narration et la multiplication des petites intrigues.

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

Dans ma chronique du tome 1, j'avais exprimé une petite inquiétude quant à la tournure trop ésotérique que risquait de prendre le scénario. Inquiétude qui se confirme dans ce troisième tome où l'héritier de la maison Rochebrune consacre plus de temps à résoudre une improbable énigme contenue dans le carnet de ses aïeux plutôt que de faire tourner la boite (d'ailleurs, cette énigme est bien rapidement résolue). La petite pointe de mystère entretenue dans les deux premiers tomes se transforme donc ici en grosse ficelle qui se délite bien vite quand on tire dessus. C'est d'autant plus dommage qu'il y a un potentiel dans ce scénario dans lequel LF Bollée a la bonne idée de faire se croiser Bartholdi, Jules Verne, le Tsar de Russie, de mettre en scène la statue de la liberté et une petite page de l'Histoire qui lie la France et les États-Unis. Plutôt qu'une orientation ésotérique, une petite uchronie aurait été plus sympathique et aurait peut-être séduit un plus large public.

Reste le magnifique dessin de Serge Fino, tout en finesse et en détails, dont les planches sont un ravissement, particulièrement dans les ambiances sombres et pluvieuses.

Allez, on prend quand même rendez-vous pour l'ultime tome, parce que celui-ci se termine sur un bon petit cliffhanger des familles !

Loubrun

 

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

Les autres tomes

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

17/05/2017

Retour sur Belzagor Episode 1/2

retour sur belzagor.jpgretour sur belzagor episode 1.jpgScénario : Philippe Thirault.
Dessin : Laura Zuccheri.
Editeur : les humanoïdes associés.
54 pages
Sortie : avril 2017
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
L'ex-lieutenant Eddie Gundersen revient sur Belzagor où il a laissé naguère ses illusions de jeunesse, la femme de sa vie et un passé honteux de colonisateur. Aujourd'hui la planète a été rendue à ses deux espèces intelligentes : les Nildoror et les Sulidoror. Endossant le rôle de guide d'une expédition scientifique aux confins des terres indigènes, Gundersen va se confronter à ses démons et régler ses comptes avec une planète qui ne lui avait pas livré tous ses secrets.


« T’as pas intérêt à être revenu pour foutre la merde »


Mon avis.
Attention, drapeau pour tous les fans des mondes d’Aldébaran de Léo. Pourquoi je parle de l’auteur brésilien alors qu’il s’agit ici d’une adaptation d’un roman de Robert Silverberg ? Et bien car on y trouve une flore et une faune très dépaysantes, une planète colonisée par l’homme, des remous sentimentaux, quelques débats sociétaux etc. Bref, hormis les douches tout y est et même le logo fait un clin d’œil à la série de Léo. En tout cas, c’est un plaisir de retrouver le trait de la dessinatrice des épées de verre. C’est réellement un enchantement pour les yeux. On ne peut qu’admirer la beauté et la minutie des décors et son imagination pour créer ce monde mystérieux de Belzagor.
Le personnage principal, Eddie Gunders, ne parait pas très sympathique de prime abord mais son ambiguïté a fini par m’intriguer. On assimile pas mal d’info et aussi un peu de délirium tremens en début de tome mais une fois le voyage « initiatique » commencé, la lecture se fait plus aisée.
Comme anecdote, le personnage de Kurt a pris les traits de son créateur, Silverberg.
Autre point positif, il s’agit d’un diptyque donc pas d’aventures interminables à craindre.
Alors qui est prêt pour embarquer pour la terre de Holman ?

belzagor.jpg

 


Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a09-3e78912.gif

 

a08-3e78906.gif

16/05/2017

Streamliner - tome 1 - Bye-bye Lisa Dora

streamliner, 'fane, rue de sèvres, moto, courses automobiles, voitures, vintage, 04/2017,8/10streamliner, 'fane, rue de sèvres, moto, courses automobiles, voitures, vintage, 04/2017,8/10Scénario : Fane
Dessin : Fane
Éditeur : Rue de Sèvres
158 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : aventure, action, western mécanique

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Quelque part au cœur de l’Amérique, début des années 60. Dans leur station service paumée au milieu d’un gros morceau du désert continental, Cristal et son père, Evel O’Neil, vieille gloire de la compétition automobile vintage de longue date rangé des bagnoles, se sont longtemps crus seuls au monde. Jusqu’à ce que surgisse un jour une sorte de baroudeur armé d’une Winchester, Billy Joe. Un peu abrupt, mais pas déplaisant. Et avec en tête un projet très précis : profiter de l’isolement de la Lisa Dora Station pour y ressusciter, quelques jours durant, l’esprit streamliner, ces courses automobiles extrêmes et presque sans règles qui ont fait la gloire des bolides d’antan et de leurs pilotes, à l’orée des années 50. Les circonstances amèneront le père et la fille à accepter le défi. Et conduiront même Cristal à prendre elle-même le volant de la Black Widow, bolide de légende qui fut naguère la voiture de son père, à l’époque où on le surnommait le Duke…

Évidemment, la course elle-même connaîtra une tournure inattendue ...

 

 

 " ... tu n'y es pas, beau gosse. Il s'agit bien de ta petite course... mais on n'a pas fait tout ce chemin pour jouer les pom-pom girls, vois-tu ..."

 

Mon avis

L'auteur de Joe Bar Team délaisse les blagues de motards potaches et met les mains dans le cambouis pour nous entrainer dans une aventure qui sent bon l'essence, l'huile, le cuir, le sable chaud et le rock'n roll.

Il n'y a guère de place pour la finesse dans ce récit brut de décoffrage, où le but de chacun est de rouler plus vite que son voisin, ou sa voisine. Pas de message non plus de la part de l'auteur qui, sans complexe et de manière tout a fait assumée, a fait avancer son histoire en même temps qu'il la dessinait. Un peu à la façon d'un morceau de rock où les instruments entrent en scène les uns après les autres, pour finir en une apothéose sonore orgasmique, les personnages arrivent ici au fil de l'eau, tous plus barrés les uns que les autres, ayant tous le même objectif d'en découdre à plus de 200 à l'heure dans ce coin de désert sans foi ni lois. Le désert entourant la Lisa Dora Station se rempli donc d'une bande de filles à moto, amazones du 20ème siècle, d'un groupe de hard rock , d'un tueur psychopathe en cavale, d'une nuée de médias en manque de scoop, et des fédéraux qui viennent foutre la merde ... autant de grains de sables qui vont perturber la gentille petite course que voulait organiser Billy Joe.

streamliner, 'fane, rue de sèvres, moto, courses automobiles, voitures, vintage, 04/2017,8/10

Durant 8 chapitres bien balancés à tous points de vue – narration fluide et équilibrée entre flashbacks et scènes au présent, dialogues vifs et piquants, découpage cinématographique – , 'Fane entraine sans retenue le lecteur dans ce western mécanique de folie qui fleure bon l'influence Tarantinesque.

Le dessin est comme l'histoire, brut, limite crasseux, et offre ce ton particulier à l'album qui donne l'impression de prime abord d'avoir entre les mains un album bâclé. Il n'en est rien, bien entendu, 'Fane ayant adopté le style qu'il voulait pour cette histoire, un style sans artifices, qui va à l'essentiel et qui restitue à merveille l'ambiance souhaitée et le caractère bien trempé des personnages. Une particularité à noter : il n'y a pas une seule onomatopée pour le bruit des moteurs. Toute la fureur des V8 et autres engins en échappements libres est symbolisée par des traits et lignes de fuite. Ce stratagème pour éviter la surabondance de Vraoom sur toutes les pages fonctionne vraiment bien !

Ce premier tome qui se termine juste avant le départ du run du siècle est littéralement envoûtant, et laisse le lecteur dans un état de tension absolue, comme peuvent l'être les pilotes avant de lâcher les chevaux.

Alors vite ! Qu'on les lâche ces chevaux !

Loubrun

 

 

 

streamliner, 'fane, rue de sèvres, moto, courses automobiles, voitures, vintage, 04/2017,8/10

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

streamliner, 'fane, rue de sèvres, moto, courses automobiles, voitures, vintage, 04/2017,8/10

 

streamliner, 'fane, rue de sèvres, moto, courses automobiles, voitures, vintage, 04/2017,8/10

 

streamliner, 'fane, rue de sèvres, moto, courses automobiles, voitures, vintage, 04/2017,8/10

09/05/2017

Warhammer 40000 : Volonté d'acier T1

image.jpgumt-hx0qwlKkLlvAzHkwgVXWu-E.jpgScénariste   : George Mann

Dessinateur : Tazio Bettin

Éditeur : Soleil

Genre : Guerre - Conquête spatiale

Sortie : le 26 avril 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Après plus de 10 000 ans, de violentes tempêtes cosmiques en chaîne se sont éloignées de la constellation Calaphrax, permettant qu'un nouveau front s'ouvre dans la guerre contre le Chaos. Des forces armées d'une puissance inouïe, dont les puissants Space Marines, troupes d'élites de l'Empereur, convergent vers ce secteur de l'univers, prêtes à en découdre pour s'emparer de reliques anciennes, de connaissances perdues et de puissantes armes de guerre oubliées depuis des siècles.

Mon avis :

 Calaphrax regorge de trésors multiples. Principalement l'une de ses planètes, Exyrion, qui va devenir le centre d'intérêt de l'"inquisitrice Sabbathiel", des "space marine" et principalement d'"Altheous", chapelain investigateur, fin stratagème et connaisseur du secret de cette planète. Des ennemis de longues date s'opposent et se tiraillent sans merci pour conquérir ce qui semble être le nectar le plus fin en matière de richesse et de puissance galactique.

Une claque! Voilà ce qu'il en est à la lecture agressive de ce Warhammer 40000. Les pages se dévorent, la lecture est à température ambiante, malgré le souffle des explosions, et les réacteurs des machines de guerre qui surplombent chaque recoin.

Des monstres terrifiants qui s'affrontent dans un déluge de violence; des humains guerriers revêtus de combinaisons robotisées pour la plupart, qui s'anéantissent dans un flot de casse, de sang à profusion et disparaissant pour l'éternité sous des carcasses de pierres.

On ressort presque assommé de cette lecture. Visuellement, la qualité est de mise! Tazio Bettin s'acharne autant que ses protagonistes à donner le meilleur de lui-même.

Les plans rapprochés absorbent le regard, tandis que les séquences en arrière-champ donnent une réelle dimension, palpables à souhaits, représentatifs d'une guerre totale, où même le lecteur dépasse son rôle d'observateur neutre, et s'enfonce littéralement vers les apocalypses, les entrailles obscures d'un chaos sans précédent.

Un album vivement conseillé, qui se lit trop vite certes, mais qui pénètre l'âme,  qui se meurtri et saigne avidement dans cette chimère troublée et raffinée.

Un grand moment de lecture!

 

warhammer40000-T1-4.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

Coq de Combat

30/04/2017

Les chroniques courtes (128).Elle, un ange dans la résistance T1/2,Carton jaune !

elle un ange dans la résistance.jpgelle.jpgElle, un ange dans la résistance T1/2.
Auteure : Fanny Montgermont.
Éditeur : Paquet.
Sortie : avril 2017.
96 pages.

 

 

 

Cette BD est une réédition pour la collection mémoire 1939-1945 d’un diptyque sorti en 2003.
Nous sommes à Rennes en mai 1944. Hyppolyte, un jeune résistant va faire la connaissance de la mystérieuse Michelle, fille d’un chef de la milice.
L’histoire est intrigante puisqu’elle mélange des faits historiques avec des éléments religieux (Michelle déclare être un ange). Pas sûr que les amateurs de récits guerriers apprécient ce curieux mélange. Perso, j’attends de connaître la suite pour me prononcer surtout que le dessin proposé bien que parfois bien figé reste agréable à regarder.

a06-3e788fc.gif



Samba.

_______________________________________________________
carton jaune.jpgcarton jaune t.jpgCarton jaune !
Dessin : Hanouka Assaf.
Scénario : Didier Daeninckx.
Éditeur : EP éditions.
Sortie : 3 avril 2017.
52 pages.

 

 

Une autre réédition chez EP éditions d’un titre de 1999. Il s’agit de la transposition au monde du foot de l’histoire de Victor Young Perez, champion du monde de boxe assassiné par les nazis en 1945.
En 1999, j’aurais certainement crié au chef d’œuvre mais depuis on a pu lire de nombreuses BD sur le sujet et de très bonnes (Young de Tunis à Auschwitz ou à l’ombre de la gloire chez Futuropolis par exemple). Ici, le style narratif aseptise le sujet pourtant fort, on suit cette tranche de vie de loin sans grande empathie pour le héros. Cette BD, c’est aussi un focus sur les années 30 que le dessin de l’israélien (mais aussi très discret, plus aucune BD depuis 2008) Hanuka retranscrit très honorablement.

a06-3e788fc.gif


Samba.

28/04/2017

Le Fulgur T1/3 Au fond du gouffre.

le fulgur.jpgle fulgur t1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Dejan Nenadov.
Éditeur : Soleil.
64 pages.
Sortie : 19 avril 2017
Genre : aventure historique.

 

 

Le résumé.
1907. Suite à une tempête, un navire voguant dans le canal du Yucatan sombre dans une fosse sous-marine avec un gros paquet d’or dans ses soutes. Un groupe de savants et d’aventuriers embarque à bord du Fulgur, un sous-marin révolutionnaire, afin de retrouver la cargaison perdue. Leur aventure va vite prendre une tournure inattendue.

« Plus impressionnant encore que Padirac »


Mon avis.

Cette nouvelle série de Christophe Bec reprend les codes des récits du XIXe siècle, dans l’esprit de 20.000 lieues sous les mers. C’est aussi une œuvre librement adaptée du roman de Paul de Sémant (1910).
Un peu dans la même veine que le château des étoiles d’Alice, on part pour la grande aventure made in Jules Verne avec un cahier des charges bien respecté par l’auteur de Prométhée, de Carthago, d’Olympus Mons et j’en passe et des meilleurs. Mais je dois bien l’avouer si vous connaissez bien ses œuvres et les romans de JV, c’est aussi sans grande surprise qu’on découvre les multiples péripéties que nos héros affrontent. Mais reconnaissons-le, c’est efficace et c’est avec envie qu’on tourne les pages.
Par contre, j’ai toujours un mal fou avec ce style de dessin charbonneux (un peu typique de l’école serbe et consorts). Ce trait me donne une sensation que le travail fut laborieux avec un rendu final très peu dynamique. Néanmoins, le 3e chapitre sauve un peu la mise. Autre point délicat, la typo utilisée pour la narration, il faut avoir des yeux de sioux pour savoir la déchiffrer avec notamment un T qui ressemble surtout à un +. La colorisation est aussi dans la même veine : terne !
En résumé je dirais que Nenadov n’a pas eu de fulgur au poing mais que Bec sauve les meubles en récitant ses gammes habituelles avec ce best-of abyssal.

le fulgur t1 bec.jpg

 

Samba

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a04-3e788e4.gif

 

a05-3e788c9.gif

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : nenadov, bec, le fulgur, soleil, 042017, 510 |  Facebook | |

27/04/2017

La malédiction de Smenkharê

La malédiction de Smenkharé.jpgLa malédiction de Smenkharé_pl.jpgScénario : Anthony Auffret
Dessin : Anthony Auffret
Éditeur : Casterman
48 pages
Date de sortie :  5 avril 2017
Genre : aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Jeune archéologue parisienne, Alexandra est envoyée en Egypte pour porter un artefact antique au professeur Saul qui a découvert le tombeau de Smenkharê, le prédécesseur de Toutankhamon.A son arrivée sur place, le professeur vient d'être enlevé par des terroristes qui comptent sur son savoir pour accéder aux richesses, et surtout aux puissants pouvoirs, du pharaon maudit.

 

 

"l'office du tourisme devra être créatif s'ils veulent que des étrangers se décident à revenir"

 

 

Mon avis

Des vestiges antiques qui sont pulvérisés à l'explosif, forcément ça évoque les événements tragiques se déroulant ces temps-ci en Syrie et en Iraq. Là, nous sommes en Syrie sur les traces du tombeau d'un pharaon totalement inconnu mais qui a bel et bien existé. Ce qui est pratique avec ce roi d’Égypte, c'est que l'on ne sait quasiment rien de lui et que son histoire est sujette à de nombreuses divergences d'opinions entre les spécialistes. Donc, l'auteur Anthony Auffret, dont c'est ici la première BD, peut imaginer sans complexes tout un tas d'aventure plus loufoques ou invraisemblables les unes que les autres.

Vous l'aurez compris, tout ici n'est que fiction et aventure façon Indiana Jones. Courses-poursuites, rebondissements, retournements de situations, coups d'éclats, l'aventure bat son plein dans un rythme effréné, agrémentée de dialogues concis et percutants, avec parfois une petite touche d'humour.

 

La malédiction de Smenkharé_e01.jpg

 

Côté graphisme, on a sous les yeux un album qui sort de l'ordinaire. Anthony Auffret est un autodidacte en matière de dessin. Son admiration pour l'école belge classique se ressent dans son découpage très rythmé offrant une narration sans temps mort. Il va a l'essentiel et la priorité est toujours accordée à l'action. Mais là où l'auteur nous surprend c'est par son audace graphique. Première réflexion qui m'est venue à l'esprit en feuilletant l'album : "on dirait du Brüno !". Il y a de ça, mais en moins rond et moins souple, avec en plus une petite évocation du style Mike Mignola, mais moins riche en détails et moins fignolé. Anthony Auffret crée son style particulier "à la façon de...", style qui aura quand même beaucoup de mal à rivaliser avec le talent des deux auteurs précités.

Au final, on a un album en demi teinte, où l'aventure est plutôt sympa mais sans plus, avec un graphisme original mais pas parfait et des personnages sur lesquels on ne s'attarde pas plus que ça.

A suivre, ou pas ...

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.png

 

a05-3e788c9.png

 

a05-3e788c9.png

 

07/04/2017

Nuisible Tome 2

nuisible t2.jpgnuisible t2 t.PNGScénario : Masaya Hokazono.
Dessin : Yû Satomi.
Éditeur : Kana.
Sortie : avril 2017
207 pages.
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Kikuko a décidément une araignée au plafond et prend vite la mouche. De son coté, Ryôichi se rend compte qu’il vient de se mettre dans un fameux guêpier. De quoi avoir le cafard toute sa vie.

« Cette fille n’est pas un être humain ».

Mon avis.
La bonne impression du primo album se confirme avec ce tome 2/3. Et même meilleure car on évite les longues conversations à bailler aux corneilles sur la vie des insectes. Le rythme s’accélère et on suit avec « plaisir » notre mante religieuse prête à pourrir la vie de la vermine humaine. Certes, c’est assez abracadabrant mais on joue ici sur le registre de l’horreur (saleté d’insectes !). Une mention spéciale à la dessinatrice Yû Satomi qui arrive instaurer une ambiance bien lugubre grâce à son trait atypique (pour un manga).
Bref, si vous aimez le récit horrifique, Nuisible pourrait parasiter votre cerveau dans le bon sens.
Attention néanmoins aux piqûres de moustiques !

 

nuisible.PNG

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif



 

hokazono,satomi,nuisible,kana,horreur,042017,710

04/04/2017

Le château des étoiles T3 les chevaliers de Mars.

le chateau des étoiles t3.jpgchateau des étoiles r3.jpgAuteur : Alex Alice.
Editeur : Rue de Sèvres.
Sortie : 26 avril 2017.
64 pages.
Genre : Aventure, space opéra.

 

 

 

Le résumé.
1870. En plein dix-neuvième siècle, le sort de la Terre se joue sur Mars ! Dans cette suite de la série à succès Le Château des étoiles , récompensée par de nombreux prix, Séraphin et ses amis sont de retour sur Terre. Après avoir révélé au monde le secret du voyage spatial, ils ont trouvé refuge dans un manoir breton. Mais leur engin volant est désormais l'objet de toutes les convoitises ! Alors que le père de Séraphin est en voyage à Londres, le manoir est cerné par des brumes lourdes de menaces... 

« Dernière leçon, petit poussin, toujours garder un as dans ta manche. »

Mon avis.

Je vous invite à relire mon avis des 2 premiers tomes car c’était quasiment la même chronique que j’allais écrire (ça sent aussi le chroniqueur en manque d’inspiration !).

3572988859.jpg

 

Un hommage évident à l’œuvre de Jules Vernes, une présentation soignée, un emballage de qualité, un monde où tout est possible, où l’imaginaire triomphait sur les lois de la science.
On remplace simplement le château bavarois par une demeure bretonne et puis nous partons pour Mars au lieu de la Lune pour les tomes précédents.
Le dessin d’Alex Alice est toujours aussi féerique (ah ses couleurs à l’aquarelle, un délice). Par contre, on oscille toujours entre un récit enfantin et un récit plus adulte. J’ai eu aussi un peu de mal à suivre les scènes d’action, ma nuque a dû déraper sur une crêpe bretonne.
C’est aussi clairement un retour en nostalgie, à nos lectures d’enfant que ce château des étoiles et contre la nostalgie, toutes les pensées cartésiennes et logiques prennent l’eau ou plutôt ici l’éther.

Couv_299444.jpg


Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a09-3e78912.gif

 

a06-3e788fc.gif

31/03/2017

Après la pluie T1

apres-la-pluie-t1-270x383.jpgaprès la pluie.PNGDessin : Mayuzuki Jun.
Scénariste : Mayuzuki Jun.
Éditeur : Kana.
Sortie : 7 avril 2017.
192 pages.
Genre : seinen, tranche de vie.

 

 

Le résumé.
Akira est une adolescente de 18 ans qui travaille dans un Family Restaurant après les cours. Elle est secrètement amoureuse du gérant du restaurant, Masami Kondo, un homme de 45 ans, divorcé, ayant un enfant. Il n’est ni beau ni charismatique, juste un homme ordinaire, un peu fatigué, désillusionné, conscient de sa situation et de son âge qui avance.

« Remarque pour une fille de son âge, c’est moi la tâche. »

Mon avis.

Il est 2 heure du mat et je viens de sombrer d’ennui après 10 pages d’une BD franco-belge « Isadora ». Il me faut quelque chose de plus léger, de plus frais. Essayons ce manga aux airs de shôjo, « après la pluie ». Le pitch ne révèle rien de bien nouveau mais au lieu d’une liaison habituelle entre une belle ingénue et un beau gosse, nous avons un amour plus improbable entre un quadra et une jeune lycéenne. Bien vite, on se rend compte que ce manga se démarque. On a bien les traditionnelles scènes de comédies « japonaises » mais on est aussi attiré par une certaine poésie, une certaine douceur qui émane de cet album. On ressent bien cette délicatesse des sentiments dans les pages « muettes » qui sont paradoxalement très parlantes. Là je dis bravo car c’est du grand art.
J’ai aimé être fusillé du regard par Akira. Un personnage parfois bien étrange, à la fois délicate mais aussi d’une froideur incroyable. Elle est désarmante et je plains le pauvre Kondo car il est pris dans un tourbillon dont il sera difficile de sortir.
7 tomes sont déjà sortis au Japon avec une adaptation au cinéma de prévu. Bref, visiblement ce manga n’a pas touché que moi. J’espère qu’on y abordera des thèmes comme les conventions sociales, la pression morale ou les entraves des traditions. Il y a un beau potentiel pour ce titre, c’est certain.

après la pluie,mayuzuki,kana,romance,710,042017

 

 Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif