17/08/2017

Nains T6 et T7

61JnvVUYZGL__SX362_BO1,204,203,200_.jpg51ylbUOr8bL__SX362_BO1,204,203,200_.jpgScénariste : Nicolas Jarry

Dessinateur : Stéphane Créty

Éditeur : Soleil

56 pages / Tome

Genre : Heroic Fantasy

Sortie : le 19 avril 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Quinze années se sont écoulées depuis l'incendie qui a ravagé Fort Druz. L'ordre du Talion n'a pas été détruit. Le pouvoir a seulement changé de mains, passant de celles des archivistes à celles des seigneurs de la banque de Pierre. Pourchassé par les maîtres assassins de la loge Noire, Ordo a renoncé à sa vengeance... Jusqu'au jour où la belle et mystérieuse Derdhr, l'un des plus puissant seigneurs de la banque de Pierre, vient le trouver pour lui proposer de terminer ce qu'il a commencé...

Mon avis :

Après le ravage de Fort Druz, nous avons droit ici à un récit davantage porté sur des conspirations, une corruption familiale que centré sur une essence fantasy, bien que conservant malgré tout une touche authentique de l'univers Celtic.

Derdhr, un des 7 seigneurs de la Banque de Pierre, deuxième fortune mondiale après Urus d'Ettorn, père d'Ordo, chez qui elle se rend et lui propose un marché.

D'une part, Derdh, la conspiratrice, aussi belle que douée en affaires commerciales veut étendre son pouvoir et pour ce faire utilise le fils pour faire tomber le père - Une alliance scellée dans le sang entre la Loge Noire et la Banque de sang. D'autre part, Ordo de Talion n'est pas née de la dernière pluie. Fin stratagème qui a fréquenté le gratin de haut rang, rois et généraux de tout standing, semble douter de l’honnêteté de son hôte.

Donc, une diablesse qui tente d'utiliser un fin stratège... cela semble astucieux de la part des auteurs.

Néanmoins, malgré une intrigue plutôt efficace, dés les premières pages, on comprend le verdict de ce récit. Nul besoin d'avoir la science infuse pour s'en rendre compte.

Scénario et dessins combinent. La lecture fluide permet de s'attarder longuement sur les détails, même si ce récit offre énormément de bulles de lectures par rapport aux tomes précédents.

La confrontation en paroles entre père et fils (Le Nain du Talion et son fils Ordo) valent le déplacement. Personne n'est blanc comme neige, qu'il s'agisse de la belle Derdhr, ou des autres protagonistes.

Fourberie et corruption sont les maîtres mots de l'histoire.

Certaines répliques telles que : "la gobe-foutre"; une suce-queutar qui se lubrifie le nénuphar au Saint Doux en comparaison avec une bavette, apportent leurs lots d'émotions.

Enfin, notons que la fin d'album est gratifié d'un glossaire avec ces mots, ce jargon , et sa traduction en français courant, afin d'éclairer nos lanternes.

 

PlancheA_301826.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 nains,créty,jarry,soleil,710,fantasy,042017

Coq de Combat

 

 

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : nains, créty, jarry, soleil, 710, fantasy, 042017 |  Facebook | |

13/07/2017

Travis T12 : Les tueurs de fer

sans-titre.pngPlancheA_303387.jpgScénariste : Fred Duval

Dessinateur : Christophe Quet

Éditeur : Delcourt Série B

Genre : Science-Fiction

Sortie : le 26 avril 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

Alors que les puissantes armées des narcotrafiquants étaient sur le point de prendre le contrôle total du Mexique, Vlad Nyrki parvient à retrouver son plus vieil ami mystérieusement disparu dans cette zone de guerre civile. Il y découvre alors Travis, réfugié dans la jungle du Chiapas chez les enfants de Marcos et engagé aux côtés des rebelles zapatistes pour le partage des terres mexicaines.

 

Mon avis :

Les Narcos contrôlent d'une main de fer tout le Yucatan. Seuls quelques résistants, les derniers enfants de Marcos tentent l'impossible. Travis et les siens sont poursuivis par le cartel de Merida et celui de l'Obsidienne, suite à une alliance d'intérêts communs.

 Afin que l'ONU puisse intervenir en leurs faveurs, il est impératif à Travis de prouver la complicité des Narcos dont le but est de détruire l'humanité à l'aide d'une intelligence artificielle.

Remontant les rivières du Rio Usumacinta, ils auront fort affaire face aux cyborgs, de sérieuses machines de guerre programmées pour anéantir les humains.

Ça canarde à tout va - on se sent aspiré par ce déluge de détonations, de combats terrestres et aériens.

Plutôt réalistes, d'ailleurs comme scènes de guerre, on se rapproche d'un film d'anticipation, et les protagonistes y vont bon train.

Les fans de Carmen Mc Callum auront certainement les mêmes ressentis, pareilles émotions, on se retrouve en situations semblables à un Call of Duty, ou l'honneur, la justice et la quête personnalisée est grandement valorisée.

Graphiquement, les décors sont sacrément mis en valeur, démonstration du talent de Christophe Quet, dont l'ambition consiste à nous en mettre plein la vue.

L'album est visuellement réussi, contenant peu de scènes de pénombre, davantage porté sur une qualité expressive de luminosité dont les couleurs lumineuses de Pierre Schelle rayonnent.

Notons également un clin d’œil au personnage de Machette (Dany Trejo) qui fera le bonheur de certains lecteurs.

Ceux qui souhaitent accentuer leurs connaissances sur cet univers, sachez que 4 séries parallèles existent :

 

- Carmen Mc Callum - Code Mc Callum - Carmen + Travis  - Travis Karamatronics

 

9782756080765_p_3.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

travis,quet,duva,delcourt,710,science-fiction,042017

Coq de Combat

 

 

 

 

 

21/06/2017

Masked Noise t. 6

masked-noise-manga-6-simple-276801.jpg9782344013175_pg.jpgAuteur : Ryoko Fukuyama.
Éditeur : Glénat Manga.
192 pages.
Sortie : 19 avril 2017.
Genre : Shôjo.

 

 


Résumé :

Le temps passe et voilà que c’est déjà la saison du festival du lycée ! Alors que les membres du club de musique s’apprêtent à jouer en public après plusieurs mois sans concert, Haruyoshi et Mio se rapprochent soudainement ! Où cet amour naissant va-t-il les mener ? Nino finira-t-elle par réussir à chanter l’un des morceaux de l’homme qui la tourmente ?!


Mon avis :

Elle voulait devenir une mangaka à l'âge de sept ans et, au cours de ses années de collège, elle a remporté un prix manga en envoyant son travail à Hana to Yume qui a rapidement été suivi par ses débuts comme mangaka. À l'heure actuelle, son dernier ouvrage (Nousatsu Junkie) est le manga #1 le plus populaire dans la version chinoise du magazine Hana to Yume, licencié par Panini Comics. Sa spécialité est qu'elle s'endort instantanément après s'être mise au lit. Julietta Suzuki (Divine Nanami) a été l'une de ses assistantes pendant un temps.

Tel est le portrait que l'on pourrait dresser de l'autrice qui, à travers son dessin, se targue de nous transfuser un ressenti comme elle l'évoque dans cet ouvrage en écrivant : "rien ne me fait sans doute plus frémir que de dessiner cet instant où les personnages, juste après leur prise d'élan, s'apprêtent à prendre leur envol. J'espère réussir à vous communiquer dans mes dessins ce que je ressens à ce moment-là". La "communication" est plutôt réussie.

Graphiquement, le niveau est le même que Monochrome Animals, une autre série imaginée par Miss Fukuyama achevée en 2014 et disponible en 12 tomes. Vous ne me croirez peut-être pas mais sept volets déjà seront à paraître ! Le prochain est programmé pour le 21 juin 2017. Un mix de ritournelles, d'euphémisme et de babioles fielleuses trusté dans une saga généreuse.

mn.jpg


Mister Med.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

 

16/06/2017

Bleu pétrole

bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017Scénario : Gwenola Morizur
Dessin : Fanny Montgermont
Éditeur : Bamboo
87 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : drame, histoire, société

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le combat d’un homme pour que les pollueurs soient les payeurs.

16 mars 1978 : le pétrolier Amoco Cadiz s’échoue sur les rochers de Portsall, dans le Finistère. 220 000 tonnes de pétrole brut sont déversées sur près de 400 kilomètres de côtes bretonnes, provoquant l’une des plus grandes marées noires du siècle. Léon, le maire de la petite commune, décide de poursuivre les responsables et engage la lutte contre la firme propriétaire du chargement de l’Amoco, jusqu’aux procès aux États-Unis qui durera quatorze ans. À ses côtés, sa fille Bleu vit de plein fouet la catastrophe et s’en fait le témoin. Elle nous livre ses souvenirs : leur vie de famille et les liens qui les unissent. L’espoir. La persévérance. Bleu Pétrole est leur histoire.

 

"Juste cette immense carcasse flottante et ses plaintes de métal, lancinantes ..."

 

 

Mon avis

Le naufrage de l'Amoco Cadiz et la marée noire qui en a découlé est aujourd'hui encore considéré comme l'une des pires marées noires de l'histoire. C'est aussi la catastrophe qui aura fait "bouger les choses". Après le drame, les sémaphores de l'Aber Wrach et Molène furent modernisés et notamment équipés de radars, le système de prise en charge des navires en détresse fut entièrement repensé et amélioré, la lutte contre les pavillons de complaisance fut plus active, tout comme la chasse aux navires en mauvais état. Ce naufrage aura également fait bougé les choses au plan juridique, grâce à l'obstination du maire de la petite commune de Ploudalmézeau sur les rochers de laquelle le pétrolier s'est fracassé en ce sombre 16 mars 1978. Ce petit paysan Breton du Finistère qui aura mené un combat 14 ans durant contre les gigantesques compagnies pétrolières en mettant en place des structures et en fédérant les élus, a posé les fondations du principe du "pollueur / payeur" et permis l'existence d'organismes tels que Vigipol, qui, à défaut de pouvoir empêcher les catastrophes de se produire, offre les moyens d'y faire face et de mener des actions en justice efficaces contre les pollueurs.

 

bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017

 

J'avais 10 ans à l'époque de la catastrophe et je me souviens parfaitement de l'émotion qu'avait suscité alors ce drame. Mon monde a changé de couleur ce jour là, quand j'ai vu pour la première fois des images d'oiseaux figés dans des postures affreuses, et quand j'ai compris que ce pétrole qui servait à nous emmener tous les étés sur les côtes bretonnes, pouvait aussi tuer. Pendant des années après, et loin du lieu du drame sur les plages des côtes d'Armor et d'île et Vilaine, on tombait souvent en creusant des trous dans le sable sur des boulettes de "goudron", comme on disait à l'époque. Comme nous le rappelle en préambule Gwénola Morizur, la scénariste et petite fille d'Alphonse Arzel, le maire du village, "n'importe quel Breton peut vous dire où il se trouvait et ce qu'il faisait le jour du naufrage de l'Amoco Cadiz".

Gwénola Morizur ne nous raconte pas l'histoire de ce naufrage, mais l'histoire de sa famille qui a vécu de près le drame et qui est devenu l'acteur principal de la gestion de cette catastrophe. Pour son récit elle change les noms et se permet quelques toutes petites libertés sur son histoire familiale faisant là une fiction basée sur une solide documentation. Elle nous raconte avec simplicité et sensibilité l'ascension politique de son grand-père, le soutien indéfectible de sa famille dans sa lutte difficile contre l'ogre pétrolier, et c'est avec beaucoup d'admiration mêlé de respect que l'on suit l'intimité de cette famille solide et unie.

Cet album est une magnifique chronique sociale, ode à la famille, ode à la lutte pour la justice, ode à la défense de l'environnement, ode à l’opiniâtreté et allégorie de David contre Goliath.

bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017

Le dessin de Fanny Montgermont, aux teintes aquarelles douces, renforce le réalisme du récit et rend parfaitement les atmosphères et les ambiances. Je suis tombé en arrêt devant la double page effroyablement envoûtante du naufrage, ou l'on voit le tanker brisé en deux, le château arrière arc-bouté contre les déferlantes tandis que la partie avant se laisse caresser par les vagues s'échouant sur le pont, laissant l'eau filer tranquillement d'un bord à l'autre. Et pendant que le blanc des écumes attire l’œil, le noir visqueux se répand inéluctablement des entrailles du monstre de fer et mange peu à peu le vert émeraude de la mer. Une double page à la beauté terrifiante où l'on a l'impression d'assister, impuissant, à la fin d'un monde et qui finit par vous faire monter les larmes aux yeux.

Bleu pétrole est à lire pour se souvenir, pour voir le chemin parcouru depuis ce drame, et pour honorer la mémoire d'Alphonse Arzel.

 

Loubrun

 

bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017

 

bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017

 

bleu pétrole, Morizur, Montgermont, bamboo, grand angle, histoire, mer, amoco cadiz, pétrolier, naufrage, marée noire, famille, 8/10, 04/2017

 

17 mars 1978

13/06/2017

Le Voleur de Souhaits

VOLEURDESOUHAITS_C1.jpgVOLEURDESOUHAITS_17.jpgDessin : Bertrand Gatignol.
Scénario : Loïc Clément.
Éditeur : Delcourt.
32 pages.
Sortie : 19 avril 2017.
Genre : Fantastique , jeunesse.

 

 


Résumé :

Chaque éternuement d’autrui est pour Félix une occasion de prouver son anti-conformisme.

Alors que toute personne bien élevée est censée accompagner l’éternuement de quelqu’un d’un « à vos souhaits » bien à propos, Félix, lui, modifie la formule à son profit par un subtil « à MES souhaits ». Et pour peu qu’il en soit remercié, il s’approprie le souhait en le capturant dans un de ses innombrables bocaux.

 

Mon avis :

 

Loïc Clément vit dans une "caverne" de livres bien rangés. Il aime broder des textes sur mesure pour de talentueux dessinateurs et aime se faire surprendre lorsque ses mots deviennent leurs images. Il écrit des scénarios de BD et des albums jeunesse qui parlent souvent d’arbres, de chats, de cuisine et de magie. Il est à la fois critique littéraire, bibliothécaire et enseignant de l’histoire de la bande dessinée. Il signe, à 30 ans, Jours de pluie, son premier scénario puis Le temps des mitaines, en 2014. Les jours sucrés, en 2016 et Chaussette, en 2017, avec Anne Montel au dessin et couleurs. On peut retrouver ce monsieur pas très loin de Bordeaux. Il participe à un blog avec Anne Montel. Le voici : nekokitsune.blogspot.fr.

Au début, je me suis dit "aïe aïe aïe, cette histoire commence de façon classique avec un garçon pas comme les autres, etc". Puis, très rapidement, je me suis aperçu qu'il s'agissait plutôt d'un conte certes trop vite lu mais chouette, avec de belles couleurs et illustrations débonnaires. Ce récit est une leçon de vie sur ces belles valeurs que sont l'amour, l'amitié, la connaissance de l'autre et de soi. En outre, le lecteur devient le spectateur d'un être passant de l'égoïsme (voire peut-être également de l'égocentrisme) à l'altruisme et de l'entourloupe à l'authenticité. Je n'oublie pas de préciser que les cinq dernière pages de ce one shot constituent le making-of. Bref, il y a de quoi nous pousser à la méditation pour que la sagacité remplace la déraison.

VOLEURDESOUHAITS_C4_VISUEL.jpg


Mister Med.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif


Interview Bertrand Gatignol. par med01

Lazarus -tome 5 - génocide programmé

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017Scénario : Greg Rucka
Dessin : Michael Lark
Éditeur : Glénat comics
124 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : thriller, anticipation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

 

Quinze familles contrôlent le monde. Ça fait quatorze de trop.

 

Alors qu’elle a pris le contrôle de la Famille depuis la maladie de son père, Johanna Carlyle cherche à contre-attaquer Hock en Amérique du Nord. Il lui manque son arme la plus redoutable, sa sœur, le Lazare de sa famille : Forever. Mais il existe une autre Forever Carlyle. Elle a onze ans et a été fabriquée pour remplacer l’ancien modèle. Elle n’est pas encore prête. Pire encore, le secret sur son existence a été compromis. Le Lazare Sonja Bittner sait et compte bien remédier au problème. Un génocide est programmé...

 

 

 

"Puis informez le général Valeri que nous avons retiré le premier Lazare et que l'invasion alliée de l'Europe peut commencer"

 

 

Mon avis

Ce thriller d'anticipation sorti de l'imagination de Greg Rucka et de Michael Lark est toujours, au bout de 5 volumes, aussi passionnant, éprouvant, bluffant et anxiogène.

L'arme ultime de la famille Carlyle, le lazare Forever, est sérieusement amoché et momentanément hors d'état de nuire à quiconque. Le problème c'est que la guerre est totale entre les différentes familles, et il est inenvisageable pour les Carlyle de se passer de Forever. Elle sera retapée, c'est sûr, mais en combien de temps ?

Ce cinquième opus un peu moins enlevé que les précédents n'en demeure pas moins fascinant par son lot de révélations sur les personnages notamment. Le bras armé, qui semblait indestructible grâce à une technologie bio-médicale avancée, se révèle faillible et en proie au doute. Des révélations sur ses origines en sont la cause et pourraient bien à l'avenir bouleverser la donne dans la guerre de pouvoir que se livrent les familles. Les cartes pourraient également être rebattues au sein même de la famille Carlyle grâce, où à cause de Johanna qui assure l'intérim de son père et prend des décisions pour le moins surprenantes. Mais avec Greg Rucka aux manettes, on ne sait jamais jusqu'à quel niveau de manipulation il peut mener ses personnages. Je pense que l'on n'est pas au bout de nos surprises et que l'on peut s'attendre à de multiples rebondissements à venir. Le suspens et la tension restent entiers, et les secrets révélés sur Forever ne font que renforcer la curiosité du lecteur et l'envie de poursuivre cette intrigue au plus vite.

Un des meilleurs thriller d'anticipation du moment, animé par une intrigue complexe et fascinante par sa dimension politico-sociale digne des plus belles œuvres anticipation.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

 

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

 

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

 

les autres tomes

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

12/06/2017

Le Monde à Malec : Paris-Tokyo-Internet

mondeAmalec.jpg671180lemondedemalec2.jpgAuteur : Alexandre Ulmann.
Éditeur : Delcourt.
144 pages.
Sortie : 19 avril 2017.
Genre : Humour.

 


Résumé :

Malec est un peu bête mais jamais méchant. Taquin, il a son mot à dire sur tout.

Kirika est une femme-enfant un peu candide qui cache une grande autorité. Ensemble, ils vont nous donner un aperçu de leur vie à Tokyo, de leur quotidien, de leur regard sur la vie et leurs différences culturelles.

Le Monde à Malec, c’est un concentré de soleil levant, d’Internet et de choc des cultures !

 Mon avis :

 Alexandre Ulmann dit "Malec" est un auteur de BD complètement barré et c'est peu de l'écrire ! Pour certains et/ou certaines, il est LE trublion d'internet et, pour moi, LE NOUVEAU trublion de la bande dessinée. En plus, c'est un véritable touche-à-tout puisqu'il est à la fois animateur, storyboarder, youtubeur, rappeur, blogueur, etc. Il donne aussi dans le Turbomédia, créé par son compère Balac et mâtinant BD et animation.


J'ai jamais vu un spécialiste du neuvième art casser les codes de cette façon-là ! Si l'humoriste Arnaud Tsamere devait se reconvertir dans ce domaine, il aurait tout intérêt à s'inspirer, au moins un peu, de ce style qui mixtionne à merveille l'absurde, l'originalité et une ULTRA modernité. De là éclot un humour particulièrement savoureux !


Sauf qu'il y a quelques petites choses qui m'ont embêté : des fois, on est confronté à des problèmes de connexité et d'aboutement entre les thèmes abordés parce qu'à mon grand étonnement, derrière une couverture d'album presque innocente se cachent une cohorte de sujets conviés à la moulinette par un politiquement incorrect décomplexé, la plupart du temps. Un choc culturel au service d'un genre inusuel.

 

Capture.PNG

Mister Med.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a05-3e788c9.gif

 

a06-3e788fc.gif


le-monde-a-malec-paris-tokyo-internet par med01

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (2) | Tags : le monde à malec, ulmann, delcourt, 042017 |  Facebook | |

11/06/2017

Woodstock t. 16

X9fkYTzeLxOqDcigaSf9N2io3zE.jpg2_large.jpgAuteur : Yukai Asada.
Éditeur : Glénat Manga.
192 pages.
Sortie : 19 avril 2017.
Genre : Seinen.

 

 


Résumé :

Le rideau s'est baissé sur la prestation de Wunder Kammer. C'est maintenant au tour de Charlie de saisir la scène du Road to Detroit. Mais les membres du groupe sauront-ils faire face à la foule et aux éléments déchaînés ?


Mon avis :

On dit que le rock ne mourra pas mais il ne faudrait pas non plus que le talent de l'auteur meurt avec lui. Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup moins aimé ce numéro qui fait trop traîner les choses en longueur à cause de bandes et de vignettes dont on pourrait amplement se passer. D'un seul coup, je me surprends à feuilleter un de ces mangas banals avec un dessin encore plus dégoulinant que celui du volet précédant sauf - et heureusement pour leur dignité (rires) - quand il a vocation à rendre hommage à des défricheurs du rock. Effectivement, cette fois-ci, les Ramones et les Sex Pistols sont à l'honneur.

J'espère que Monsieur Asada se ressaisira avec le 17ème volume. Après, il faut quand même observer que c'est le premier tome de la série exhaustivement consacré à un concert de Charlie, avec un Gaku appâtant sa chance, sa guitare saturée à la main diamétralement raccordée à un Marshall ! Encore à observer : la façon dont ces quatre musiciens feront preuve d'inventivité pour avoir face à eux un public américain conquis. Mais, ces détails n'auront pas suffit à me déniaiser. Quand chantent les guitares, gare au tintamarre !

woodstock,asada,glénat manga,042017

 


Mister Med.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a04-3e788e4.gif  

a06-3e788fc.gif

 

a05-3e788c9.gif

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : woodstock, asada, glénat manga, 042017 |  Facebook | |

06/06/2017

Oms en série - tome 3 - La vieille-Terr

OMS en série T3.jpgOMS en série T3_pl.jpgScénario : Jean-David Morvan
Dessin : Mike Hawthorne
Éditeur : Ankama
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : science-fiction, adaptation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

La suite et fin du triptyque Oms en série, signé Jean-David Morvan et Mike Hawthorne !

Le Continent Sauvage. Désormais loin des Draags, les Oms se reconstruisent. De nouvelles terres, une nouvelle ville, un nouvel espoir… Soudain, l’alerte retentit, un intrus s’approche : c’est Tiwa. Terr ne l’a pas revue depuis qu’il s’est enfui, il y a des années de ça. Il lui conte alors l’épopée des Oms, qui est loin d’être terminée... car des vaisseaux Draags chargés de missiles foncent droit sur eux !

 

 

résumé du tome 2

 

Terr a grandi. Il a pris la tête des Oms libres et a guidé la construction de leur cité clandestine, à l'abri des Draags qui les maintenaient en captivité. Dans ce refuge souterrain se joue l'émancipation de leur espèce : pour atteindre le continent presque vierge d'où leurs anciens maîtres lancent leurs navettes spatiales, les Oms construisent d'immenses navires et préparent la conquête d'un nouveau territoire. Mais les événements s'accélèrent lorsque les Draags repèrent la tanière de ceux qu'ils considèrent encore comme des animaux de compagnie...

 

"Nous ne devons plus de comptes qu'à nous mêmes, mais nous ne pouvons plus compter que sur nous mêmes... "

 

 

Mon avis

Alors que sort enfin le troisième et dernier volume de cette adaptation magistrale de l'oeuvre non moins magistrale de Stephan Wul, je m'aperçois que nous avons omis de chroniquer le tome 2 sorti en 2014. Je me vois donc dans l'obligation de me confondre en excuses, d'autant que cette série, avec le triptyque Niourk, est peut-être une des plus réussies de la collection des univers de Stefan Wul. Ceci étant, cet oubli n'est pas si dramatique, car ces trois albums forment un tout indissociable et je vous invite à en apprécier la lecture dans son ensemble.

Cet ultime volume conclu de manière brillante cette histoire qui voit l'espèce humaine passer du statu d'animal de compagnie à celui de civilisation moderne, maitrisant la technologie de ses anciens maitres. Ce dernier tome est le pendant de la dernière partie du livre et montre la civilisation Oms très évoluée, prête à chercher une nouvelle planète où vivre. La narration originelle étant respectée – plusieurs années séparent chaque album - le personnage principal, Terr, prend une dimension quasi messianique au fil du récit.

Les thématiques abordées dans cette histoire écrite en 1957 sont encore d'actualité et semblent même intemporelles : la décadence des civilisations, la lutte contre l'asservissement, la quête des origines, l'autonomie des peuples, le pouvoir de la technologie... autant de thèmes où se mêlent politique, idéologie, philosophie, religion, tout ce qui fait le sel de la vie.

Le dessin de Mike Hawthorne et la belle mise en couleur d'Isabelle Rabarot contribuent grandement à la qualité de ce triptyque. Dans une mise en scène cinématographique aérée, l'auteur américain nous emmène rapidement à l'essentiel et arrive à créer une ambiance SF à la fois moderne et légèrement surannée.

Je le redis, Oms en série est, avec le triptyque Niourk, la plus belle adaptation des romans de Stefan Wul.

 

 

 Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.png

 

a08-3e78906.png

 

a08-3e78906.png

 

les tomes 1 et 2

OMS en série T1.jpgOMS en série T2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi Niourk (3 tomes)

niourk t1.jpgniourk t2.jpgniourk t3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

voir les autres albums de la collection "les univers de Stefan Wul"

02/06/2017

Espace vital - tome 2 -

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017Scénario : Laurent-Frédéric Bollée
Dessin : Fabrice Meddour
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : thriller, fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Des prisonniers de l’étrange hôtel hors du temps et de l’espace, il n’en demeure que trois : Nathan, Helen et Garth. Du moins, le pensaient-ils... Car un nouveau « naufragé » ne tarde pas à faire son apparition, aux côtés du cadavre de Hans. Visiblement, en plus des pièges que renferme ce lieu hostile, un autre danger les menace : l’un d’entre eux est un tueur en série ! S’agit-il du nouveau venu, Harlan ? Ou du taciturne Garth dont ils se méfient depuis le début ? Même si les survivants ignorent toujours les raisons de leur présence ici et les règles de ce jeu pervers, ils ne sont pas dupes quant à son dénouement. À la fin, il n’en restera qu’un.

 

 

"t'as compris comme moi, je suppose, ce qui se passait ici..."

 

Mon avis

Des 6 à s'être retrouvé échoués dans ce manoir étrange entouré d'un champ de force empêchant toute fuite, ils ne sont à présent plus que 3. Enfin ... normalement. Une chose semble sûre, c'est qu'il ne doit en rester qu'un. Dans ce deuxième tome qui arrive très vite après le premier sorti en février de cette année, LF Bollée nous offre son lot de rebondissements et de révélations, qu'il est évidemment impossible de dévoiler ici au risque de ruiner l'intérêt de la lecture. Si, quand même, je peux vous dire qu'on en sait un peu plus sur le passé des survivants, que ce passé fout un peu la trouille et que je n'aimerais pas être enfermé dans ce foutu manoir avec eux ! Enfin, juste pour susciter l'envie et attiser un chouillat la curiosité, il n'y a qu'une question à se poser : pourquoi ne doit-il en rester qu'un ??

Ambiance toujours aussi glauque et oppressante pour cet étrange thriller fantastique dont on se demande bien quelle en sera l'issue. On saura tout dans l'ultime tome qui, espérons-le, devrait paraitre avant la fin de l'année.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017

 

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017

 

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017

 

le tome 1

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017