16/11/2016

Dragon Ball SD Tome 3

51p0Onzje+L__SX320_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_280799.jpgAuteur original : Akira Toriyama

Dessinateur SD : Naho Ohishi

Éditeur : Glénat

192 pages - arts martiaux

Sortie le 18 mai 2016

 

Avis de l'éditeur :

Parti à la recherche de la Su Shinchu de son grand-père, Goku se retrouve aux prises avec la redoutable armée du Red Ribon qui convoite également les Dragon Balls ! Après s être débarrassé du coriace commandant Blue, Goku récupère San Shinchu, la boule à trois étoiles... Évidemment, il ne va pas s arrêter là ! Dans ce volume, préparez-vous à découvrir la version SD d un vieil ennemi : Tao Pai Pai !!

Mon avis :

Ce 3ème recueil de Dragon Ball SD démarre entre le combat du général Blue contre Songoku. Ce dernier est déstabilisé dans un premier temps mais parvient aisément à redresser la barre. Récupérant par la suite la boule à 3 étoiles, il décide de se lancer à la recherche de la boule à 4 étoiles, qui appartenait à son grand-père.

Entre-temps, l'armée du Ruban Rouge décide de tenter le tout pour le tout : ils engagent Tao Pai Pai, un redoutable tueur à gage. Forcé d'admettre une défaite presque exemplaire, Goku prend ensuite une revanche contre ce tueur grâce à l'eau sacré de la tour Karine.

Seul face à l'armée complète du Ruban Rouge, il anéantit la totalité de celle-ci (sauf qu'il oublie le docteur que l'on retrouvera des années plus tard dans la version du Z avec l'arrivé de Trunks)

Cette version SD apporte un réel plus : une qualité d'encrage et de papier colorisé franchement très correcte! Et des personnages dessinés de façon minuscules pour l'occasion, qui les différencient de la version traditionnelle.

a07-3e78901.gif

20160526190007_t3.jpg

Coq de Combat

 

 

 

23/08/2016

Pin Up Wings T4

1507-1.jpgt058wx.pngAuteur : Romain Hugault

Éditeur : Paquet

Sortie : le 18 mai 2016

Prix : 16 euros - Genre : Art Book

                                    

 

Avis de l'éditeur :

Véritables icônes glamour, les pin-up sont indissociables de l’histoire de l’aviation, synonymes depuis toujours d’aventures et de passion.
Romain Hugault, en véritable amateur du genre est un virtuose de cet art. Il se fait une joie, entre deux planches de BD, de réaliser de nouvelles illustrations de ces demoiselles toujours pimpantes, parfois coquines mais jamais vulgaires. Peintes sur un fuselage, sur un blouson d’aviateur ou épinglées dans un cockpit, elles donnaient au pilote un peu de courage lorsqu’il était plongé au cœur d’une mission périlleuse.
Pour le plaisir des yeux, un quatrième recueil d’illustrations de Pin-Up signé Romain Hugault.

Mon avis :

Déjà le 4ème opus qui associe des Pin Up d'époque aux différents modèles d'aviations légendaires. Classique incontournable, la série Pin Up Wings ne se démode guère, ne perd rien à son acabit... plus, nous pourrions même avouer sans prétention, qu'elle prend de l'altitude, ne battant jamais de l'aile.

Hugault dessine les femmes comme on souhaite les voir s'afficher : sans complexe, audacieuses, franches. Ses femmes peu vêtues s'apparentent aux années soixante, très kitch. Hauts talons, jupettes, jambes galbées, maquillage, bas nylons, décolleté, formes enivrantes pour les sens, vernis, ongles, érotisme, sourire, qu'il s'agisse de femmes européennes, ou américaines, elles s’exhibent, s'offrent à volonté en extase...

9782888907664_pt01.jpg

Des poitrines gonflées aux boucles d'oreilles tendances, sans omettre ces chevelures sculptées, leurs rondeurs extrêmes et magnétisantes,leurs fesses en forme de cœur, leurs maillots moulants et mouillés, ces dames ont la prestance de déesses des temps immémoriaux. Elles expriment la sensualité, le sexe à outrance, le soleil, la plage, l'eau turquoise, les fruits exotiques et milkshakes aromatisés.

On découvre ainsi la fille au téléphone de George Petty (la préférée de l'auteur qui associe ses jeunes pilotes face à la mort accompagnés par ces jolies demoiselles) Leur détermination était accentuée et régie par leurs fantasmes, alors que la mort leur tendait les bras. Entre autres, on peut y retrouver le Bombardier B17, Memphis Belle, Clipper de la Pan American Airways, Seversky, Spitfire...

9782888907664_pt03.jpg

Hugault parle et décrit ses moments comme un souhait moral, comparable à un conditionnement agréable, une vision positive agrémenté de beauté en enfer.

Véritables ambassadrices dont ni le temps, ni la situation chaotique ne fragilise, par des visages et des corps paradisiaques, mélange subtil d'exotisme et de volupté.

Cigares, whisky, sexe, mort, immortalité, jeunesse, glamour, soif d'appétit, désir, conquête, vitesse, ronronnement de moteur... autant d'éléments qui mettent efficacement en évidence cette magnifique série de Pin Up Wings.

Élégance et raffinement.

 a08-3e78906.gif

Coq de Combat

9782888907664_pt05.jpg

 

22/08/2016

Niklos Koda T14 : Le spiborg .

niklos-koda-tome-14-spiborg.jpgniklos-koda-t14-le-spiborg-le-lombard-extrait.jpgDessin : Olivier Grenson.
Scénario : Jean Dufaux.
Editeur: Le Lombard.
Sortie : 20 mai 2016.
56 pages.
Genre : Fantastique.

 

 

Pour sauver sa fille, Niklos Koda plonge de plus en en plus profondément dans les arcanes de la magie noire. La puissance dont il a besoin est à ce prix... Celui de son âme.

 

« Désolée, mais je ne suis pas de passage...même si le passage reste très tentant. »

 

Mon avis.
Eh bien, il vaut mieux les éviter les Koda car leurs chemins sont jalonnés de morts. J’aurais cru qu’un personnage allait un peu perdurer et paf, un « walking dead » dans la vue et on n’en parle plus.
On se demande même s’il y a encore un fil conducteur dans cette histoire abracadabrantesque. Niklos semble poursuivre une chimère et sa fille arrive toujours en retard pour retrouver son paternel. Mais qui peut se targuer de sonder clairement l’occulte ? Sinon, ce tome 14 va vous faire penser à l’univers de la série Djinn. Déjà, on visite l’Inde et ses lieux magiques. Séléni (qui a bien grandi) joue de sa séduction pour envouter son petit monde mais attention qui s’y frotte s’y pique, un peu comme pour une Djinn. Et puis il y a l’envoutante, la délicieuse, la sculpturale Aïcha. .Ok, j’admets qu’elle fait de la figuration dans cet album, limite « pot de fleur » mais punaise qu’elle est magnifique. Rien que pour la scène du lit, ce tome en vaut largement la peine. Olivier Grenson est un magicien quand il s’agit de dessiner les corps, c’est délicieusement voluptueux.
J’ai l’impression d’ailleurs que l’histoire n’est plus qu’un prétexte pour mettre en valeur le talent du dessinateur belge.
Aïcha, Aïcha t’en vas pas !

9782803636969.jpg


05-3e731b2.gifDessin

a06-3e788fc.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

15/08/2016

L'aviateur T1 L'envol.

l'avaiteur.jpgl'avaiteur t1.jpgDessinateurs : Erik Arnoux et Chrys Millien.
Scénariste : Jean-Charles Kraehn.
Éditeur : Dargaud.
Sortie;20/5/2016
64 pages.
Genre:Aventure.


Le résumé.
Le sud-est de l'Afrique, durant la Première Guerre mondiale. Josef vit avec son père, un pasteur allemand, dans une région dominée par l'Allemagne. Lorsqu'il rend visite aux autres colons disséminés dans l'immensité de ces terres, le pasteur se déplace en avion. À ces occasions, il initie son fils au pilotage. Un jour, à la suite d'une violente dispute, Josef s'enfuit à bord de cet avion, sans réaliser que la guerre fait également rage dans cette région d'Afrique ! Cet album sera précédé d'un prologue qui fait le lien entre Tanguy-la-Vie-Dure, qui apparaît dans Tramp, et Josef.

« C'est l'exaltation meurtrière qui s'empare de moi lorsque je plongeai vers mon objectif »

Mon avis.

On retrouve ici un personnage brièvement entraperçu dans le la série Tram, Tanguy-la-vie-dure ( les chevaliers du ciel !) . On retrouve d'ailleurs au début d'album notre bon commandant Yann Calec  se plongeant dans les mémoires de Josef le baroudeur .
Je pense qu'en suivant ses aventures, on pourra passer en revue  tous les grands événements du 20 e siècle .On commence donc par la 1er guerre mondiale mais avec un pan assez oublié, celui de la guerre des colonies africaines.
Ce qui frappe tout de suite , c'est le dessin élégant et soigné de cet ouvrage. Si j'ai bien compris , Erik Arnoux s'est occupé du storyboard et Chrys Millien du dessin proprement dit .Les superbes couleurs sont réalisées par Patricia Jambers .Un très beau travail d 'équipe au final.Bravo !
Cet album, c'est surtout un magnifique dépaysement en Afrique des savanes . C’est réellement une invitation à l’aventure romanesque et héroïque avec un charme un rien « antédiluvien » .
C’est très agréable comme lecture , le seul petit reproche que j'aurais à formuler, c’est le manque de surprise dans la trame du scénario , un peu trop cousu de fil blanc pour ma part.
Si vous aimez l’aventure , les grands espaces, les coups de panaches, je pense qu'avec l’aviateur , on va être servi .
A suivre assurément .

l'avaiteur t.jpg


a07-3e78901.gifScénario 

a09-3e78912.gifDessin 

a08-3e78906.gifGlobal 

Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.

11/08/2016

Le Petit Prince : Hommages - Collectif - Glénat.

le petit prince.jpgpetit prince 1.jpgAuteur : Collectif.
Éditeur : Glénat.
56 pages.
Sortie : 25 mai 2016.
Genre : Aventure.




Résumé :

Le Petit Prince est l'une des figures les plus marquantes de la littérature moderne. Son univers a inspiré des artistes du monde entier. Cet ouvrage vous propose de retrouver une compilation des plus beaux hommages d'auteurs de BD dont les planches incarnent les valeurs universelles de ce personnage éternel et soulignent, une fois de plus, le génie de son créateur.


Mon avis :

L'indémodable est de retour en bande dessinée sous forme d'hommages exprimés en treize histoires de quatre pages chacune. De Mæbius (Blueberry, L'Incal, Arzach) à Didier Convard (Les Héritiers du soleil, Souvenirs de Toussaint, Finkel) en passant par Olivier Supiot (Erzurum, Le Narval, Tatoo), tous ont mis la main à pâte. Certains nous offrant un dessin de haut niveau, d'autres pas mais se rattrapant grâce à un sens de l'imagination scénaristique car, et c'est un fait, il y en a pour tous les styles! Ça aura donc été la première fois pour moi de chroniquer et d'évaluer un album aussi spécial.

On pourrait se demander ce qu'en aurait pensé Antoine de Saint-Exupéry. Il aurait forcément été touché par ces patentes mais sans toutes les admirer davantage. Heureusement, à l'encontre de toutes déceptions de ce regroupement, il existe toujours le roman qui laissera libre cours à la songerie indéfiniment. Une chose qui est frappante : septante ans après l'œuvre originale et au-delà de ses plus de 155 millions d'exemplaires vendus à travers le monde sans compter le nombre de langues dans lesquelles elle a été traduite, ce bijoux de la littérature, quel que soit son format, nous émerveille encore de sa sagesse, sa poésie, sa philosophie, sa pureté... Mais surtout de son dépouillement et sa profondeur qui sont les qualités par excellence de ce conte.

J'aimerais boucler mon jugement en me référant à une chanteuse, même si je ne l'aime pas. Il s'agit de Mylène Farmer qui, inspirée par le best-seller, a fredonné "dessine-moi un mouton, mon ciel est vide sans imagination ; [...] redevenir l'enfant que nous étions ; [...] le monde est triste sans imagination".

le petit prince 2.jpg


a08-3e78906.gifGénéral 


Mister Med.

28/07/2016

À Cheval! T.2 : Qui s'y frotte, s'hippique!

a cheval.jpga cheval t1.jpgScénario : Laurent Dufreney.
Dessin : Miss Prickly.
Couleur : Magali Paillat.
Éditeur : Delcourt.
41 pages.
Sortie : 11 mai 2016.
Genre : Humour, jeunesse.

Résumé :

Bijou, Gossbo, Flash et les autres apprennent à connaître Bella, la nouvelle jument très maladroite avec qui l'expression "tomber amoureux" prend tout son sens! Sur ce joyeux bazar, Balou, l'imposant cheval de trait débarque avec ses gros sabots! Pas sûr que ce renfort réjouisse tout le monde.

Mon avis :

Après le tome 1 qui avait pour but de présenter la bande éruptive d'équidés, qui en auront fait baver aux écuyers dès la rentrée au centre équestre, voici que l'histoire et les relations entre les personnages prennent de l'ampleur dans ce tome 2. Pour cause : deux nouvelles recrues. Une qui a tout pour plaire (Bella) excepté qu'elle porte la poisse et l'autre (Balou), un gentil animal mais sans discrétion ni délicatesse. Comme s'il n'y avait pas déjà assez de personnages aussi branquignols, dans cette histoire (rire). Effectivement, on a le paniqué à outrance Xanax, le dégueulasse Kamboui, l'hyperactif Flash, l'aboulique Smoussi, le goulafre Cookie et j'en passe! Mine de rien, c'est le seul reproche que je puisse faire à cette série : la réplétion de personnalités. Ça mis de côté, le dessin est très beau, mettant bien en évidence, en relief les expressions des personnages. Sans parler des gags qui sont plutôt marrants et qui, sans qu'on ne l'observe directement, permettent une certaine succession entre eux. Paraît-il qu'un troisième volet est en cours alors qu'on est même pas aux 2/3 de l'année! Je vous laisse imaginer dans dix ans! À cette allure-là, ceux et celles qui auront concouru à cette album feront mieux (en nombre de parutions, en tout cas. Le nombre d'exemplaires reste à voir mais vu le carton croissant, il y a de quoi être optimiste vis-à-vis de cet opus prometteur) que les géniteurs des "Vélomaniacs". Il est irrécusable qu'avec un scénariste comme Laurent Dufreney (cliquez ici, et ), qui a collaboré avec de grands réalisateurs en faveur du cinéma comme Luc Besson sur "Arthur et les Minimoys" ou Oliver Stone sur "Alexandre" et une dessinatrice émérite comme Isabelle Mandrou alias Miss Prickly (cliquez donc), à qui on doit le dessin de la faramineuse série jeunesse "Mortelle Adelle" aux Éditions Tourbillon, excusez-moi du peu, on ne doit pas être surpris du décollage imminent de ce début de saga chevaleresque. Chers lecteurs, lectrices, expressément les plus jeunes, rendez-vous chez votre libraire. N'y aller ni au pas ni au trot, ni au galop mais au triple galop!

a cheval b.jpg

 


a08-3e78906.gifGénéral 

 

Mister Med.

 

22/07/2016

Pyraths

pyraths.jpgpyraths t1.jpgScénario : Katia Even.
Dessin : Licinia Tozzi.
Couleurs : Francesca Pesci.
Couleurs de la couverture : Christophe Lacroix.
Editeur : Sandawe.com.
48 pages.
Sortie : 4 mai 2016.
Genre : Humour, aventure.

Résumé :

Une carte aux trésors ne mène pas toujours à la fortune. En compagnie de ces marins totalement déjantés que sont les Pyraths, elle peut vous entraîner dans un voyage pour le moins hilarant où flibusterie rime avec conner... Euh, drôlerie.

Mon avis :

Les Pyraths vivaient dans la prospérité grâce à leur figure de proue qui constituait, pour eux, un générateur de richesse indispensable jusqu'à ce qu'elle arrive à usure. Depuis, au menu, c'est poulpe matin, midi et soir (bonjour l'indigestion). De plus, comme si ça ne suffisait pas, le temps d'une escale permettant de vendre tout l'or qu'il leur restait, voilà que la fameuse figure de proue est dérobée! Heureusement (ou pas), ils ont pu se procurer une carte aux trésors. Ce qui va les pousser à parer à l'abordage alors qu'ils n'en ont plus du tout l'habitude, alors qu'ils ont oublié le goût du courage et de la bravoure. C'est telle une bande d'incompétents qu'ils vont partir à l'aventure. Fatalement, ce sera tout sauf une partie de plaisir lorsqu'ils verront ce qui les attend mais ils tiendront bon, peut-être jusqu'au bout. Quand j'ai vu la couverture de cette album, je l'ai beaucoup sous-estimé. Mais, après l'avoir parcouru, j'ai été frappé par la galéjade, l'intensité, l'effervescence et la vigueur du dessin qui est presque bluffant avec des personnages assez loufoques et barjots! Seule une demoiselle sort un peu du lot. J'ai bien aimé, en outre, les clins d'œil un peu brodequins à des œuvres classiques comme "Pirate des Caraïbes" ou encore "la Petite sirène". Par contre, les points négatifs sont l'aspect classique de l'histoire, la lésinerie des lettres, dans les bulles, mêmes si l'écriture est en majuscule, caractères imprimés, et le "trop plein" de calembours et de jeux de mots, déjà qu'au détriment de l'histoire, l'humour "part en live". Ce one-shot m'a fait penser à "de Caps et de crocs" mais, bien sûr, avec moins de poésie et d'éloquence étant donné qu'ici, le langage est plus contemporain (donc, moins théâtral) et qu'on n'échappe pas non plus à quelques anachronismes. On se plaignait de l'inexistence de récompense féminine, à Angoulême. Néanmoins, ce concentré de planches en aurait bien mérité une, si le contexte l'avait permis. Car, effectivement, 90 % de cet opus a été réalisé par trois femmes. Une BD sympathoche, recommandable. Surtout pour les plus jeunes. Un bon travail accompli par un quatuor qui pourrait vous donner envie de virer à bâbord ou à tribord. Enfin, de mettre toutes voiles dehors.

pyraths e.jpg


a08-3e78906.gifGénéral 


Mister Med.

04/07/2016

Lazarus - tome 4 - poison

lazarus,rucka,lark,glénat comics,thriller,guerre,anticipation, 910,052016lazarus,rucka,lark,glénat comics,thriller,guerre,anticipation, 910,052016Scénario : Greg Rucka

Dessin : Michael Lark

Éditeur : Glénat Comics

146 pages

date de sortie : mai 2016

genre : anticipation, thriller

 

 

Rien ne va plus ! Les familles toutes puissantes qui règnent sur le monde sont en guerre. Alors que Malcolm Carlyle est à l'agonie suite à un empoisonnement opéré par la famille Hock, son fils Stephen tente de le remplacer. Pas facile cependant de prendre la place et d'égaler le patriarche de la famille. Le fils n'a pas le même charisme que le père, et la situation devient vraiment critique notamment à Duluth qui est sur le point de tomber entre les mains de l'ennemi. Tandis que Forever est envoyée sur le terrain pour reprendre les choses en mains, luttes de pouvoir et intrigues perturbent sérieusement le sommet de la famille Carlyle.

 

"Je suis le commandant Forever Carlyle. Et à compter de maintenant, vous êtes à moi. Ensemble, nous allons sécuriser Duluth ... et tuer jusqu'au dernier les connards de Hock que nous y trouverons"

 

Les volumes de Lazarus se suivent et se ressemblent par la qualité du scénario et du dessin qui à chaque fois sont bluffants ! Ce quatrième volume pousse d'un cran le curseur de la violence et met l'accent sur une action soutenue à travers la guerre que se livrent les deux familles Carlyle et Hock. En envoyant Forever en première ligne, les auteurs nous réservent par ailleurs quelques surprises et rebondissements dont ils ont le secret et qui ne manquent pas de clouer le lecteur au fond de son fauteuil !

Le rythme haletant et l'ambiance assez anxiogène des scènes de batailles sont entrecoupées de scènes d'intérieurs plus posées mais pas moins angoissantes. En effet, il n'y a pas de place pour la lumière dans ce récit ! De l'âme des personnages aux desseins des familles, tout n'est que noirceur et donne une vision assez effrayante de ce monde totalitaire qu'a imaginé Greg Rucka.

C'est pourtant avec toujours autant de jubilation et de frénésie que l'on suit l'évolution de cet univers si sombre et surtout de Forever, le personnage principal, sur qui nous avons visiblement encore moult choses à apprendre.

Une série indispensable qui nous surprend et nous tient en haleine à chaque nouveau volume et dont le graphisme sublime se bonifie d'un tome à l'autre.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

 

28/06/2016

Requiem, Chevalier Vampire - Tome 3

9782344014011-L.jpglarge-requiem-chevalier-vampire-tome-2-danse-macabre-thumb.jpgScénariste : Pat Mills

Dessinateur : Olivier Ledroit

Éditeur : Glénat

56 pages - épouvante

Sortie : le 25 mai 2016

 

Avis de l'éditeur :

Après un voyage dans ses souvenirs, Requiem se rend compte qu'il est peut-être la réincarnation d'un vampire légendaire, un traître nommé Thurim. Mais le passé attendra. Pour l'heure, toutes les armées vampires sont mobilisées sur le vaisseau amiral de Dracula. Suite à la destruction de sa récolte d'opium noir, le Comte a décidé de contre-attaquer. Une immense bataille se prépare en Lémurie. Et dans le camp adverse, Requiem risque de faire une rencontre inattendue... 

Mon avis :

Attention, chers lecteurs, vous tenez entre vos mains, une pépite du genre. Cette version trash du célébrissime Dracula retentit au delà des frontières, et perce les bulles du temps. Certes, cette série ne s'adresse pas à tout un chacun, et d'ailleurs, les fervents admirateurs d'Olivier Ledroit le savent pertinemment. Ici, tout est démesuré, constatez le scénario sombre à souhait, le dessin hors-normes, ses couleurs vivaces bien que diaboliques. Ceux et celles qui recherchent des sensations extrêmes, soyez les bienvenus!

Et que dire du soin des détails, il suffit de constater la finesse des plats de couverture : net, précis, ajusté. Les persos ont de la vie (bien que la plupart sont morts), et l'arrière-champ est tout simplement superbe, grâce à de la profondeur et de la définition. Les dialogues valent eux aussi le détour, on y cause de mort, de sexe, de vengeance, les thèmes abordés ne surprennent forcément guère, mais tout réside dans la manière, qui excelle.

Ce thème aborde d'une part la relation entre Heimrich et Rebecca, cette fille juive, qu'il traita en catin ainsi que Dame Claudia, protagoniste que l'on retrouve dans une série annexe à son propre nom. Autre Femme de caractère que l'on côtoie, est Vénus, celle qui contribue à une descendance féminine, en castrant de fait les mâles, dés la naissance.

Bien que le public cible s'adresse aux hommes, les femmes seront comblées de constater le pouvoir mis en place par les auteurs à les mettre en première ligne. Mais n'oubliez pas chères dames, le pouvoir de certains guerriers capables de renverser un système mis en place.

Un must dans le genre, qui rappelle Arawn, chez Soleil.

 a08-3e78906.gif

2837074366.jpg

Coq de Combat

 

 

23/06/2016

Les Foot Maniacs - Tome 14

footmaniacs t14.jpgfootmaniacs.jpgScénario : Jenfèvre, Sulpice et Cazenove.
Dessin : Saive.
Éditeur : Bamboo.
48 pages.
Sortie : 18 mai 2016.
Genre : Humour, football


Résumé :

Le FC Palajoy voit se rapprocher une ancienne gloire du football devenue responsable d’une haute instance footballistique : Michel Flatini ! En s’intéressant à un petit club, Flatini espère redorer son image ternie par les affaires. Mais, ce qu’il ignore, c’est qu’il est l’idole absolue de Marcel Dubut, le plus insupportable des supporters du FC Palajoy. Le tout sur fond de championnat d’Europe des nations… Bref, encore un album de haute volée pour les champions des crampons !

Mon avis :

Cette quatorzième aventure qui se veut parodique, drolatique mais surtout, footballistique pourrait accessoirement (ou pas) remonter le moral aux mordus de foot en cas de défaite de leur équipe favorite au cours de l'Euro, immanquable événement bi-annuel. Tout particulièrement s'il s'agit du pays organisateur : la France (pour l'instant, on n'a pas vraiment de souci à se faire, elle a bien commencé).

Néanmoins, peut-on parler de puissance humoristique ? En réalité, on est entraîné dans une dérision aussi bien usuelle qu'alcaline. Étonnant de la part d'un scénariste de la trempe de Cazenove, surtout qu'ils s'y sont mis à trois pour combler les bulles de cette façon ! Lui qui avait fait un très bon taf avec Hervé Richez en apportant sa contribution pour "les fondus du Beaujolais nouveau", il me semble évident que sa collaboration avec Henri Jenfèvre et Olivier Sulpice ne soit pas si fructueuse. Hormis eux, il y a le dessinateur Olivier Saive qui donne libre cours à la touche "gros nez" (pas surprenant, vu ce genre de BD), l'accompagnant d'un ton malgracieux mais très sémillant.

Il ne faut pas non plus oublier de souligner, malgré tout, les clins d'oeil en concordance avec ce sport ainsi que la dégaine satirique de cette série. C'est-à-dire qu'il y a, par exemple, des allusions à l'immense joueur - dans tous les sens du terme - Zlatan Ibrahimovic qui là, se fait appeler "Zvatan" et Michel Platini qui a troqué son nom contre le pseudonyme Michel "Flatini", tous deux inspirés des auteurs de cette saga. Il y est fait mention d'une sorte de "what if" en rapport avec l'actualité de l'ancien footballeur international et coorganisateur de la Coupe du monde 1998 qui, pour rehausser sa réputation, doit impérativement s'intéresser aux "gens d'en-bas". Dans ce cas, il se penche vers un club inondé de défaites : le F.C. Palajoy. En guise de rappel, il faut savoir que, en octobre 2015, Michel PLATINI a été démis temporairement de ses fonctions de président de l'U.E.F.A. Même si cet opus français rend hommage à des icônes, ce quatorzième volet frôle le carton jaune.

 

Brasil-T12.jpg


a07-3e78901.gifGénéral 

 

Mister Med.