25/05/2017

Chronosquad T3 : Poulet et cervelle de paon à la romaine.

Poulet-et-cervelle-de-paon-a-la-romaine.jpgChronosquad-T3-.jpegScénario : Giorgio Albertini
Dessin : Grégory Panaccione.
Éditeur : Delcourt.
232 pages
Sortie : 3 mai 2017
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Les chances de récupérer les deux adolescents perdus au bronze ancien s'amenuisent et la décision de Silverberg de les séparer ne va pas faciliter la tâche des Chronosquads. Alors que l'enquête de Penn et Bloch dans la Rome de Septime Sévère pourrait mettre au jour les agissements d'organisations illégales, Professeur Korais doit s'expliquer auprès du Premier ministre sur les failles de la prison du Dévonien

« Toute personne a le droit inaliénable de jouir de la circulation temporelle »

Mon avis.

A mon avis Grégory Panaccione a trouvé une faille spatio-temporelle pour ralentir son temps présent car dessiner 230 pages en 6 mois, ça relève du miracle ou alors il a une armée d’esclaves à son service. Rappelons que l’esclavagisme est (re)devenu légal suite aux accords de Knossos de 2003. On nage en pleine science-fiction, c’est clair !
Bon je dois avouer que je n’ai pas tout compris à cette affaire. Rien d’étonnant quand on vous pond des phrases pareilles « il n’existe qu’un présent sans fin sur lequel on peut agir en permanence ». Un bon sujet de philo assurément !
Un album avec un ton particulier très loin du burlesque du 1er tome. On enchaîne les longues scènes sans parole (une spécialité de Panaccione) avec d’autres nettement plus chargées en texte. Tout comme on mélange des scènes parfois légères ou désinvoltes voire inutiles avec d’autres nettement plus dramatiques et sérieuses. C’est clairement déroutant.
Un tome 3 donc nettement moins loufoque, plus mature qui se caractérise néanmoins par un final assez confus qui méritera certainement une relecture. Une série qui au final me donne un drôle de sentiment mitigé, l’idée est géniale mais j’ai eu du mal à tout comprendre, perdu dans les limbes temporels certainement.
Je m’attends pour le dernier tome 4 à une phrase célèbre « tu es mon fils » mais sans l’asthmatique de service.  
L'interview des auteurs chez BDgest .

 

bd-planche-chronio-3.jpg


Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

23/05/2017

La bataille de Yashan, 1279

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710Scénario : Bo Lu
Dessin : Bo Lu
Éditeur : Urban China
286 pages
Date de sortie :  mai 2017
Genre : manhua, histoire, guerre

 

 

 

Présentation de l'éditeur

En 1279, la Chine est pour la première fois sous la domination des Mongols. La dynastie Yuan, fondée par Kubilai Khan - le petit-fils de Gengis Khan - a en effet assimilé la totalité de l'empire du milieu... sauf la ville de Yamen, située sur le littoral sud, où un dernier bastion de l'ancienne dynastie Song lui résiste encore. Une des plus grandes batailles navales de l'Histoire s'apprête à avoir lieu...

 

"Le futur Gengis Khan était né, et avec lui, une lignée de guerriers insatiables qui allaient mettre la Chine à feu et à sang durant plus de 200 ans !"

 

 

 

Mon avis

Nous avions fait la rencontre avec cet auteur Chinois, Bo Lu, dans La Bataille de Shanghai 1937 sorti en 2015 chez Urban China où il nous racontait par le détail la bataille sanglante où l'armée Japonaise, inférieure en nombre mais supérieure techniquement avait vaincu l'armée Chinoise et pris possession de cette ville nommée à l'époque le "Paris de l'Orient".

Changement d'époque pour ce nouveau documentaire historique. Nous voilà plongés au cœur de cette Chine du Moyen Âge où le territoire reste divisé en provinces autonomes et est donc le théâtre de nombreuses batailles. Si quelques noms comme Gengis Khan ou Kubilaï Khan ne nous sont pas totalement inconnus, il faut bien avouer qu'en Europe on n'y connaît pas grand-chose dans l'histoire de la Chine. Bo Lu se pose en professeur d'Histoire et éclaire notre lanterne sur ces batailles très violentes, fondatrices de l'histoire de la Chine.

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

La bataille de Yashan à proprement parler, c'est une bataille navale hors du commun durant laquelle se sont opposés des milliers de navires Mongols de la dynastie Yuan et Chinois de la dynastie Song. Bien que supérieurs en technologie et en nombre, ces derniers seront sévèrement défaits par les Yuan, et cette bataille marquera la fin de la dynastie Song.

Bo Lu tente ici un travail de mémoire et de réhabilitation des vieilles dynasties Chinoises pour mettre un terme à l'idée qu'après Yashan il n'y a plus eu de Chine, et qu'avant que le communisme ne détruise toutes les traditions, la Chine s'est construite sur l'histoire de ces dynasties.

Ce livre épais de près de 290 pages se divise en 16 chapitres dans lesquels la violence des combats est omniprésente. S'il était en couleur, il y aurait du rouge absolument sur toutes les pages ! La première partie relate l'invasion Mongole et la progression de ses différentes armées jusqu'à l’île de Yashan. Un peu longue et fastidieuse à lire, elle a néanmoins son importance pour bien appréhender les forces en présence et le contexte historique des deux armées. La seconde partie se concentre sur la bataille de Yashan. Les tactiques des deux armées sont très détaillées et l'on sent là le gros travail de documentation qu'a dû fournir l'auteur. Le déroulé de la bataille est vraiment passionnant même si la lecture est parfois rendue délicate par un dessin très fourni et des noms de protagonistes pas toujours évidents à retenir. Heureusement, Bo Lu opte pour une narration en voix off et limite au maximum l'usage des dialogues, allégeant ainsi ses cases autant visuellement que d'un point de vue narratif. Du coup, cette bande dessinée se lit vraiment comme un documentaire.

 

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

Pour le dessin, l'auteur avoue dans la postface qu'il a eu recours aux outils numériques lui permettant d'avancer plus vite. Franchement, je l'aurai pas lu, je ne l'aurai pas su. En comparant avec son précédent ouvrage, on constate juste un trait plus épais et plus grossier (surtout dans la première moitié du livre) ainsi qu'un encrage plus prononcé. Mais surtout, la caractéristique principale du dessin, c'est qu'il y a beaucoup de gros plans et de plans rapprochés montrant les scènes de combats, ce qui donne à certaines planches un aspect un peu fouillis. Il faut prendre le temps de s'attarder sur le dessin, et alors on s'aperçoit de la foultitude de détails et de la précision que Bo Lu apporte à ses mises en scène.

 

Comme avec La bataille de Shanghai, ce nouveau document Historique de Bo Lu ravira les curieux et les férus d'Histoire et de batailles navales, sauf s'ils s'attendent à une fiction historique où l'aventure prédominerait sur l'Histoire.

 

Loubrun

  

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

A lire aussi

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

 

18/05/2017

Centaurus Tome3 : Terre de folie.

centaurus tome 3.jpgcentaurus t3.jpgScénario : Leo et Rodolphe
Dessin : Zoran Janjetov.
Editeur : Delcourt(neopolis).
48 pages.
Sortie : 3 mai 2017
Genre : science-fiction

 

 

Le résumé.
L’équipe de reconnaissance qui a débarqué sur la planète Véra se retrouve face à un mont Saint-Michel fidèlement reconstitué mais totalement abandonné. Les mystères autour de cette planète se font de plus en plus étranges et les dangers de plus en plus grands.

« Plus nous avançons, plus les mystères nous tombent dessus »

Mon avis.
Visiblement le dessinateur des Technopères ne s’est pas croisé les bras pour la couverture. Elle intrigue et donne envie de lire ce 3e opus. Par contre, je suis toujours un peu surpris par l’attitude figée des personnages avec leurs bras le long du corps. Je dirais presque que les bras m’en tombent. Les visages aussi restent un peu bourrus mais sinon le reste est adopté à bras le corps. Avec comme bras droit, une très bonne colorisation et une faune vraiment effrayante. Le bras de fer contre « les crevettes » ne m’a pas fait tomber dans les bras de Morphée, ça c’est certain.
Sinon, pour l’intrigue, on ne va pas baisser les bras avant le tome 5, on veut savoir, sommes-nous de retour sur terre ? J’espère que les aventuriers auront le bras long car les dangers semblent de plus en plus nombreux.
L’air de rien, Leo et Rodophe enchaînent les scénarios à tour de bras ces derniers temps avec quelles collaborations bras dessus, bras dessous.
Allez, Centaurus a un grand mérite, celui de nous tenir en haleine et comme le cliffhanger est imparable, il vous sera impossible de ne pas continuer cette série. Désolé mais ça va vous coûter un bras !

centaurus.jpg


.
Sambras.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a08-3e78906.gif