10/10/2016

Fort Boyard T.1 : Les Monstres des Océans

fort-boyard-les-monstres-des-oceans.jpgbd-fort-boyard-2016-planche-2.jpgScénario : Benjamin Ferré.
Dessin : Christopher Lannes et Gildas Le Roc'h.
Couleurs : Joël Odone.
Éditeur : Soleil.
48 pages.
Sortie : 29 juin 2016.


Résumé :

Un groupe de cinq jeunes ados vient participer aux jeux du Fort Boyard. Mais un événement incroyable se produit : trois monstres marins venant d’une autre dimension fondent sur le fort dans le but de dérober le trésor de Boyard !

Dès lors, le jeu n’en est plus un : nos cinq héros devront affronter des monstres et des épreuves bien réels pour sauver le Fort Boyard.
Que l’aventure commence !

 

Mon avis :

 

Avant d'être une adaptation en bande dessinée, Fort Boyard, jusqu'à ce jour, reste le jeu télévisé français le plus exporté dans le monde depuis 26 ans ! Ce divertissement est, avant tout et fatalement, un des plus grands succès de l'histoire de la télévision française; dans la lignée d'Intervilles, du Grand Bluff, etc. Avec des pics d'audience allant, en moyenne, de 2.204.857 à 6.162.800 téléspectateurs chaque saison sachant qu'il s'agit de diffusions estivales (sauf cas exceptionnels) !

Si vous vous attendez à voir, lors de la lecture de cette BD, des "stars" du même acabit que Francis Lalanne, Laëticia Milot ou Arnaud Ducret avoir le trouillomètre à zéro en bravant serpents, araignées, cafards ou autres espèces, détrompez-vous. Il est plutôt question de cinq enfants : Liz, brillante et vive d'esprit ; Noa, altruiste et impavide ; Sam, impulsif et courageux ; Lou, vaillante et combative ; Léo, érudit et prudent.

On pousse encore loin le surréalisme enfantin vu le scénario mais le dessin, lui, est nickel avec des Passe-Partout, Passe-Muraille, Passe-temps et autres plus vrais que nature sans oublier un père Fouras plus expressif, vivace et vigoureux que l'original ! Ce qui devrait faire plaisir à Yann Le Gac. Vous l'aurez compris, c'est surtout aux plus jeunes que plaira cette série.

En gros, à travers ce premier numéro, vous verrez le fort le plus célèbre du monde comme vous ne l'avez jamais vu. Rien à voir avec l'authentique parce que là, on est vraiment moulé dans le surnaturel fantastique, l'heroïc-fantasy, avec plus de scènes d'action presque à chaque page que d'énigmes à proprement parler. Pour moi, ça sent quand même le carton sur les planches après le carton télévisuel. Je vous laisse avec cette phrase du père Fouras : "la partie va commencer alors préparez-vous à trembler, car vous êtes loin d'imaginer, ce qui va vous arriver (rires)".

visuel-fortboyardlesmonstresdesoceans-p18-2-39d5b.jpg

 


a05-3e788c9.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifGlobal 

 

Mister Med.

14/09/2016

De rien

COUV.jpgPlancheS_52670.jpgAuteur : Geoffroy Monde
Éditeur : Delcourt
158 pages
Parution : 8 juin 2016

Genre :
                MDR.gif

Vous ruminez depuis plus d'une heure dans la salle d'attente de votre médecin ou dans un train où tout le monde tire une tronche de six pieds de long.
Vous-même vous sentez d'humeur anthracite.

Qu'à cela ne tienne : sortez donc cet album de votre besace et trébuchez sans retenue dans le Monde de Geoffroy : à coup sûr, il aura sur vous l'effet d'un gaz hilarant. Je l'ai testé chez mon généraliste, mes éclats de rire ont mis tous les patients en joie.

Voyez ci-dessous :

Verso_282234.jpg

Le décor est planté.

En piste, des tas de gens passablement dérangés ; mais aussi quelques génies sortis de leurs lampes, ainsi que Dieu et le Diable, tout-à-fait dépités par la débilité des souhaits que les gens leur expriment ; un ours, des joggers courant avec des cuillères à soupe ou des tournevis qui font "cling gling cling gling" dans leurs poches, et Jackie Chan.
Improbable à souhait.

Trois ou quatre historiettes sont un peu moins désopilantes que les autres mais globalement le spectacle est fou, inattendu, et offre des moments d'anthologie, comme "La bibliothèque", où c'est à celui qui dira "chut !" le plus fort. (Si celui là ne vous plaît pas vous choisirez le vôtre, il y en aura forcément un.)

J'avais adoré Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro, j'ai retrouvé là un délire de la même veine, à ceci près qu'il ne faut chercher dans "De rien" aucune charge féroce contre la société, mais le simple plaisir de poser son cerveau et de passer un bon moment dans le non-sens avant de retourner jouer aux grandes personnes dans le monde réel, assommant et supposément sensé.

Se côtoient deux types de dessin :
- précis et fouillé comme la piste qu'aurait laissée un attelage de seize mouches aux pattes prolongées d'une pointe BIC® Grip Permanent Ultra Fine, pour les pages d'introduction ;

de rien,geoffroy monde,delcourt,humour,délire,absurde,non sens,jackie chan,lampe d'aladin

- simple et dépouillé comme un appartement après le passage des huissiers en charge de la saisie de l'ensemble des biens meubles de son propriétaire, pour le corps des historiettes.

de rien,geoffroy monde,delcourt,humour,délire,absurde,non sens,jackie chan,lampe d'aladin

Pour terminer, je ne trouve pas mieux que cette explication de texte empruntée à l'auteur lui-même, artiste complet, philosophe, et beau garçon de surcroît :

En présentant des scènes d'un burlesque prononcé, d'un ridicule plat et d'une idiotie obstinée, je détourne simplement l'impuissance désolante de nos vies face au réel, en jeu d'une égale inconséquence.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Virgule

 

12/09/2016

Alban Dmerlu - Tome 1 : Du sable entre les orteils

Couv_228113.jpgAlban-Dmerlu-1-planche-2.jpgAuteur : Polpino.
Éditeur : Beaupré.
48 pages.
Sortie : 29 juin 2016.
Genre : Humour.




Résumé :

Nous sommes en 2016. Toute la côte est occupée par des vacanciers. Alban Dmerlu, marin-pêcheur retraité, la figure ravagée par les embruns, décide lui aussi de prendre des vacances. Le choc de deux civilisations avec des gags en voulez-vous, en voilà.


Mon avis :

La Chaume. Région : Pays de la Loire. Département : Vendée. Ville : les Sables-d'Olonne. Habitants : Chaumois dont un dénommé Alban Dmerlu, un personnage qui a de la bouteille, c'est le cas de le dire. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir du coeur malgré son caractère de râleur. À ses côtés, une autre Chaumoise : son épouse, Odette. Durant des années, elle a attendu que son mari rentre de la mer. À présent, elle attend qu'il rentre du bistrot (rire). Ce qui lui a forgé pas mal de caractère et c'est peu de le préciser. Il y a aussi celui dont le nom et le prénom sont issus d'un jeu de mots, comme les titres des gags et autres tirés de ce premier numéro : Roland Goustine. Marin retraité, lui aussi. C'est le copain du personnage clé de cette BD. Il ne renonce jamais à une partie de pétanque, de pêche ou de cartes, voire d'un verre de rouge. Ménif est là aussi, c'est le "toutou" de notre protagoniste principal. Un "sans-race" étant le seul au monde à attraper des mouches comme un lézard. Et on y vient, la pierre d'achoppement de Mister Dmerlu : les estivants, comme ils les appellent (autrement dit, les vacanciers).

Les sexagénaires nous invitent dans un univers pas hilarant, en fin de compte, mais pas falot non plus. Loin d'être falot. L'humour est notamment centré sur les chamailleries d'Alban et d'Odette. Heureusement que les expressions chaumoises ont été traduites parce qu'il y a comme un goût de localisme, dans cette oeuvre. Autres défauts, le dessin qui laisse à désirer et ce qui semblerait peut-être un détail pour certains et/ou certaines (pas pour moi, en tout cas), l'auteur n'a pas eu la présence d'esprit de mettre une majuscule après chaque fin de phrase en plus de se permettre une faute d'orthographe à la page 47 mais bigrement justifiée. Il s'agit de "refoidir" à la place de "refroidir". La pasquinade dont s'est imprégné Polpino est un chouïa original mais pas assez pour avoir la certitude de se démarquer des séries du même genre. S'additionne encore à ça le fait que l'auteur a parfois tendance à revenir stérilement sur les béatilles du gag précédant. Je m'accorde à dire qu'il fait tout tout seul. Toutefois, il y a quand même des limites. En attendant le tome deux prévu pour fin septembre et subséquemment à l'écoulement sur un an de quelques milliers d'exemplaires, espérons que nos soixantenaires ne nous laissent pas un fumet trop amer.

alban.jpg


a06-3e788fc.gifGénéral 


L'Estivale Les Sables d'Olonne : Polpino, auteur d'Alban Dmerlu et Nicolas Mairand, fondateur de VenD1.


Mister Med.



 


L'Estivale Les Sables d'Olonne : Polpino... par TVVendee

30/08/2016

Wunderwaffen T9 : le visiteur du soir

sans-titre.pngPlancheA_283163.jpgScénariste : Richard D Nolane

Dessinateur : Maza

Éditeur : Paquet

48 pages

Sortie : le 22 juin 2016

Genre : Aviation

 

Avis de l'éditeur :

Aiguillonnés par Churchill et De Gaulle, les Américains prennent enfin conscience que ce qui se passe en Antarctique pourrait modifier le cours de la guerre. Un étrange jeu sinstalle entre le Visiteur naufragé des étoiles et Himmler. Leurs sorts semblent désormais liés, si larme alien Thor ne voyage pas dans le temps pour faire échec au débarquement de 1944 et changer lHistoire, le Visiteur restera prisonnier de la glace et ne sera jamais découvert par les nazis qui perdront la guerre. 

Mon avis :

Après l'échec surprise du débarquement allié, le 6 juin 1944, les armes volantes spéciales des nazis déciment les avions alliés. Le major Walter Murnau, homme d'honneur et talentueux pilote se retrouve décoré par Adolf Hitler, mutilé lors d'un attentat et qui lui inspire crainte et dégout.

Il est surnommé le pilote du diable. Les américains dévoilent dans le ciel du Reich qu'ils ont commencé à maitriser en secret, au cœur de la zone 51, la technologie des Wunderwaffen.

Les scènes de combat sont d'un réalisme impressionnant, et ce, malgré le manque de décors arrière-champ, plutôt vide. Les scènes de pénombre éclairées impressionnent, et la profondeur de champ est soigneusement calibrée. On retrouve un découpage classique mais efficace.

Les couleurs sont nettes, éclairées par de gracieux jets de lumières. Cet album plaira aux inconditionnels de la série et demeure un must pour le rayon aviation - militaire - historique, grâce entre autres au suspense haletant et aux différentes tactiques militaires. Un bon présage pour la suite de la série.

 
a06-3e788fc.gif

wunderwaffen,maza,nolane,paquet,062016,aviation,610

Coq de combat

 

29/08/2016

Double assassinat dans la rue morgue

double assassinat dans la rue morgue,akileos,céka,clod,edgar alan poe,policier,adaptation,710,062016double assassinat dans la rue morgue,akileos,céka,clod,edgar alan poe,policier,adaptation,710,062016Scénario : Céka

Dessin : Clod

Éditeur : Akileos

d''après la nouvelle de Edgar Alan Poe

48 pages

date de sortie : août 2016

genre : policier, adaptation littéraire

 

 

 

Deux femmes sont retrouvées assassinées rue Morgue. Étrange : toutes les issues de leur appartement sont condamnées… de l’intérieur ! Comment les meurtriers ont-ils réussi à s’enfuir ? Qui sont-ils ? Le Chevalier Dupin et son acolyte sont bien décidés à démêler les fils de cette « histoire extraordinaire ».

 

"Voyez-vous mon cher, ce qui m'a mis sur la voie, c'est l'absence apparente de motifs légitimant non pas le meurtre en lui-même, mais l'atrocité du meurtre !"

 

 

Écrite en 1841, cette nouvelle d'Edgar Alan Poe est fidèlement adaptée par Céka et Clod. Qualifiée d'histoire extraordinaire pour l'époque, on la rangera aujourd'hui plus volontiers dans la catégorie des bonnes petites enquêtes policières qui se laissent savourer sans modération.

Les auteurs rendent ce récit très accessible et y apportent une touche de modernité dans les dialogues en y injectant une légère pointe d'humour, absente de l’œuvre originale. Néanmoins, l'intrigue et le fond de la nouvelle sont scrupuleusement respectés (certains dialogues sont repris mot pour mot) et mis en scène avec force dynamisme. Les auteurs transposent avec brio ce que voulait montrer Poe, à savoir la puissance de l'esprit, de la réflexion et du sens de l'observation au service de la résolution d'une énigme mystérieuse et a priori inexplicable mettant à bas toutes formes de superstitions et croyances mystiques.

Le dessin volontairement déstructuré de Clod apporte la dimension un peu inquiétante et noire que l'on connait dans l’œuvre du romancier, et crée un contraste entre l'esprit très cartésien du Chevalier Dupin et le décorum tortueux du quartier parisien ou se déroule l'action.

 

Cette adaptation intéressante et divertissante, réédition de l'album paru en 2007 chez Akiléos, vous donnera peut-être envie de vous plonger ou de vous replonger dans les histoires extraordinaires du célèbre écrivain considéré comme l'inventeur du roman policier.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

 

 double assassinat dans la rue morgue,akileos,céka,clod,edgar alan poe,policier,adaptation,710,062016

24/08/2016

Witchazel T1: le sort du Wlouf!

darnaudet,elric,Witchazel et le sort du Wlouf!,jeunesse,humour,paquet,kramiek,darnaudet,elric,Witchazel et le sort du Wlouf!,jeunesse,humour,paquet,kramiek,Scénario : François Darnaudet et Elric.
Dessin : Elric.
Couleur : Laure Durandelle et Elric.
Éditeur : Paquet (Kramiek).
48 pages.
Sortie : 15 juin 2016.
Genre : Aventure, jeunesse.

 


Résumé :

Nouvellement installée à Lagune, Hamamélis attend ses clients. Trop jeune pour être une sorcière crédible, personne ne la prend au sérieux et sa boutique de sorcellerie reste vide. Alors, elle décide de se grimer en Witchazel! Quand un mystérieux voleur se met à sévir dans les environs, elle devient la personne désignée pour trouver le coupable. Hamamélis pourra compter sur ses nouveaux amis, le chat Pristi et le Père Duchêne, pour résoudre cette énigme.

 


Mon avis :

C'est un nouveau chapitre qui commence dans la vie d'Hamamélis après une bien triste dispute avec sa mère. La Voilà qui part affronter la vie pour de bon, livrée à elle-même mais favorablement, et en deux temps trois mouvements, elle fait la connaissance d'un chat (Pristi) avant de faire celle d'un intrigant animal de la même race qu'elle : un mulot (le père Duchêne). Pour comprendre pourquoi j'ai employé le mot "intrigant", il faudra tout simplement se procurer cette "fable". Pristi, comme pas mal d'autres personnages, est sympa, attachant, un peu innocent et souvent de bonne humeur. Mais, au-delà de ça, il est naïf et collant envers la sorcière. Il n'a de cesse de lui offrir des fleurs alors que ça fait partie des choses qu'elle réprouve. Ce qui ne l'empêche pas, en bronchant à peine, de les accepter. Or, si ce félin à un faible pour la mulote, un lapin commissaire dont le nom n'est pas encore connu (ce sera peut-être le cas dans le prochain tome), lui, est épris d'un coup de foudre pour la "face B" : Witchazel. Tant mieux pour l'héroïne car cet inspecteur sera d'une toute grande utilité pour résoudre une affaire de vol à cause de laquelle Pristi est emprisonné malgré lui car, comme le dit l'enquêteur, "... quand la police ne sait pas quoi faire, elle arrête un chat!". Ce chat représente donc les minorités comme les personnes de couleur noire, d'origines maghrébines et autres.

Preuve que, sous ses faux airs de BD jeunesse, ce conte dénonce non seulement le racisme, le système judiciaire mais aussi les dérives sectaires par le moyen d'un autre capitan : la pie Lélectrique qui sera, avec certitude, une figure importante du quatrième tome à venir. À l'opposite du récit qui est lui plutôt pas mal, pas rébarbatif en matière de jeux de mots, s'il vous plaît, le dessin et les couleurs sont moyens, vieillots et pour changer, hors du style "gros pif" pour faire place au style "iris noires". L'album fait même penser aux vieux dessins animés Disney, nécessaire pour les nostalgiques. un début de saga que j'aurais dévoré à une époque. Toutefois, la magie doit encore opérer pour que la série puisse durer et qu'on ait le loisir de dire "le sort en est jeté"!

darnaudet,elric,Witchazel et le sort du Wlouf!,jeunesse,humour,paquet,kramiek,


a07-3e78901.gifGénéral 


Mister Med.

Aliénor T5:la légende noire

61YSPSSXnHL__SX357_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_282383.jpgScénaristes : Arnaud Delalande & Simona Mogavino

Dessinateur : Carols Gomez

Éditeur : Delcourt

Sortie : le 22 juin 2016

Genre : Historique

 

 

Avis de l'éditeur :

Désormais mariée à Henri Plantagenêt, Aliénor s'apprête à embarquer pour l'Angleterre. Mais les derniers mois ont été terribles. Geoffroy, le frère d'Henri, prépare dans l'ombre le soulèvement de l'Anjou. Or, ce dernier bénéficie d'un allié de taille : Louis VII, roi de France, plus que jamais résolu à se venger du remariage de son ex-épouse, alors même que la guerre de succession pour le trône d'Angleterre fait rage !

 

Mon avis :

Machinations, trahisons, exécutions, envie, jalousie, chacun y met du sien pour accéder au trône tellement envié par tous. Les coups bas pleuvent à volonté, qu'importe les crimes et les assassinats pour réaliser l'exploit tant convoité. Ce 5ème volume se concentre sur la trahison accentuée entre la Reine de France et celle d’Angleterre.

Notons qu'une pléiade de protagonistes secondaires apparaissent, certes nécessaire au fil conducteur mais cela demande grande concentration par moments.

Graphiquement, on retiendra et s'arrêtera longuement face à certaines planches de toute beauté. Quel travail d'arrache-pied, Carols Gomez y met tout son panache. Le must demeure les animaux, travaillés à l'excellence, qu'il s'agisse d'un hibou, d'une meute de chiens partant à la chasse, ou encore leurs proies, de petits renards tout penaud, on en redemande. Mais le talent de l'artiste ne s'arrête pas à ce stade. Doué pour accentué les reflets lumineux, comme si ses dessins possédaient l'option "arrêt sur image", de sorte que l'on puisse s'exalter face à ce brillant travail.

La fin du tome laisse entrevoir une suite des plus alléchantes. Cette série tient ses promesses.

 

 a08-3e78906.gif

 

COQ DE COMBAT.

 

23/08/2016

CLos de Bourgogne - tome 1 - le monopole

clos de bourgogne,corbeyran,ruizgé,glénat,vins,vignobles,saga,610,062016clos de bourgogne,corbeyran,ruizgé,glénat,vins,vignobles,saga,610,062016Scénario : Eric Corbeyran

Dessin : Francisco Ruizgé

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : juin 2016

genre : saga viticole

 

 

Paul Bernodet est l'heureux propriétaire du Clos du pré pentu, un domaine viticole réputé et très apprécié de la région Bourgogne. Un jour, pour une mystérieuse raison, Paul décide de tout plaquer et de vendre ses terres et ses biens. Géraldine Leroy-Barreyre, journaliste spécialisée, s'entretient avec lui pour connaître les dessous de cette surprenante décision. Paul promet de tout lui révéler si, en échange de ses confessions, elle enquête pour lui sur une histoire vieille de trente ans...

 

"C'est à vous qu'il faut mettre une muselière ! Vous avez un palais désastreux et une langue de vipère ! Votre incompétence n'a d'égale que votre étroitesse d'esprit !"

 

A l'opposé des grands vignobles Bordelais, Corbeyran nous emmène à la découverte des petites parcelles Bourguignonnes qui recèlent de trésors liquides. Dans une histoire aux accents d'une dramaturgie sentimentale un peu éculés, Eric Corbeyran nous tisse une intrigue qui se laisse déguster tranquillement avec son lot de petits rebondissements. S'agissant là d'un one shot, on ne peut pas parler vraiment d'une saga familiale, mais y retrouve, outre la jolie journaliste qui sévit dans les autres séries viticoles du sieur Corbeyran, les ingrédients qui en font le succès : amitiés, haines, trahisons, coups bas ... Une trame des plus classiques, bien menée, bien mise en scène pour une enquête dans un environnement plutôt agréable qui vous apprendra peut-être deux ou trois petites choses sur le milieu viticole en Bourgogne.

Pour le dessin, c'est l'Espagnol Francisco Ruizgé qui s'y colle. Déjà à l’œuvre sur la série Bodégas mettant en relief les vins espagnols, il nous livre ici un dessin réaliste de facture très classique. Les décors sont soignés, à la différence des personnages qui manquent parfois de précisions et de finesse.

Au final, cet album qui sent bon le terroir se lit comme on boit un cru moyen : aimable et gouleyant sur le coup, mais qui ne reste pas longtemps en bouche.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

clos de bourgogne,corbeyran,ruizgé,glénat,vins,vignobles,saga,610,062016

 

17/08/2016

Les ailes du singe - tome 1 - wakanda

les ailes du singe T1.jpgles ailes du singe T1_pl.jpgScénario et dessin : Etienne Willem

Éditeur : Paquet

48 pages

date de sortie : juin 2016

genre : aventure, animalier

 

 

 

1933, les USA sont en pleine crise économique. Ancien pilote de guerre dans l'escadrille Lafayette, Harry Faulkner est devenu cascadeur aérien et a même possédé son propre cirque volant. Mais pour d'obscures raisons... il est aujourd'hui au chômage, sans le sou, et très déprimé.
Ce n'est pas le cas du maire de New York qui va inaugurer en grande pompe le mât d'amarrage du Zeppelin qui va relier l'Europe au nouveau continent. Une fête somptueuse en plein ciel où le champagne va couler à flot pour les nombreux invités prestigieux... malgré la prohibition. Un événement marquant et très politique.
Mais c'est sans compter sur une bande de terroristes qui s'empare du dirigeable et réclame une rançon sous peine d'écraser tout ce petit monde sur Manhattan.
Qui de l'armée ou de notre ancien pilote virtuose arrivera à sauver la grosse pomme et surtout Betty Laverne, intrépide journaliste qui a eut la mauvaise idée de se glisser dans la réception ?

 

les ailes du singe,willem,paquet,aviation,animalier,aventure,610,062016

Étienne Willem quitte l'univers médiéval qu'il avait animé dans la série en 4 tome L'Épée d'Ardenois, pour nous embarquer dans une folle aventure dans les États-Unis des années 30. Comme dans l'Épée d'Ardenois, nous avons affaire ici à des personnages anthropomorphiques tous parfaitement réussis. A l'instar d'un certain Juanjo Guarnido, on ressent bien le passage d'Étienne Willem par un studio d'animation tant ses personnages sont plein de vie et de fougue. Le sens du mouvement et de l'action sont assurément les points forts de cet album et ses personnages tiennent sans rougir la comparaison avec ceux de Blacksad.

Pour le reste, on a là du divertissement pur jus avec des protagonistes au caractère bien campé et bien trempé, qui ravira à coup sûr le jeune lectorat. Mais, si la thématique du terrorisme renvoie à l'actualité, il n'y a pas à chercher grand chose de plus que du divertissement dans ce one-shot sympathique dont les contours demeurent assez vagues.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

les ailes du singe,willem,paquet,aviation,animalier,aventure,610,062016

 

16/08/2016

Etunwan : celui qui regarde

etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016Scénario et dessin : Thierry Murat

Éditeur : Futuropolis

date de sortie : juin 2016

156 pages

genre : western intimiste

 

 

 

Pittsburg, États-Unis, 1867. Joseph Wallace est photographe portraitiste et vit paisiblement et confortablement de sa passion mais sans pouvoir y apporter de fantaisie artistique. Il éprouve le besoin d'apporter de la grandeur à son art et s'engage alors à suivre une expédition dans les rocheuses, financée par le gouvernement et dirigée par le docteur Walter. Le but est d'explorer et de cartographier de nouvelles zones afin de découvrir si de nouveaux gisements d'or ou de charbon sont exploitables. Sa rencontre avec les Indiens Oglalas va modifier profondément le sens de son expédition et va bouleverser sa vie. Le voyage prendra une tournure initiatique et intimiste. Il appréhendera l'existence d'une manière plus humaniste et n'aura de cesse de mettre son art au service de l'être humain non pas pour simplement le montrer, mais pour le sublimer. Il devient alors Etunwan, "celui qui regarde".

 

etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016

Thierry Murat est de ces auteurs qui sortent du lot. D'abord par ce que l'on voit en premier : son graphisme. Unique et identifiable entre tous, il est d'une puissance évocatrice quasi envoutante où l'épure et le contraste se font la part belle dans de grandes cases qui vous invitent à prendre votre temps. Le trait de Murat force à la contemplation et oblige le lecteur à ralentir son rythme de lecture. Il peut alors prendre à son compte le voyage initiatique du personnage et s'extraire du monde pendant la lecture des 160 pages de ce beau western intimiste. Et c'est là la deuxième marque de fabrique de Thierry Murat. Une narration fluide au service de récits intenses, des personnages profonds et authentiques qui souvent forcent l'admiration et vous font voyager hors du temps.

Etunwan, celui-qui-regarde, vous emmènera loin, au cœur des tribus indiennes avant que celles-ci elles ne soient exterminées par cette société américaine avide de richesse et de puissance de la fin du XIXe siècle.

Etunwan, celui-qui-regarde, c'est un grand et beau voyage initiatique à côté du quel il serait dommage de passer.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

etunwan,murat,futuropolis,western,indiens,photographie,910,062016