18/08/2017

Le chasseur de rêves - tome 2 - haro sur le tigronimbus !

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017Scénario : Martin Desbat
Dessin : Martin Desbat
Éditeur : Sarbacane
48 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : jeunesse, humour, aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le chasseur et son fidèle Sancho reprennent du service et fourbissent leurs armes. Cette fois, leur traque les mène aux confins du monde des rêves… En bateau, en armure ou en ballon, ils se lancent de nouveaux défis à la hauteur de leurs utopies : traquer le Kraken dans les glaces des pôles, chevaucher un Tigronimbus sous les cieux éthérés, piéger des idées noires et autres créatures imaginaires…

 

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

 

Mon avis

Voilà une BD jeunesse où règnent en maitres l'absurde, le loufoque, l'aventure et la poésie. Martin Desbat a imaginé un héros qui n'a qu'une idée en tête, celle d'accrocher de nouveaux trophées à son mur. Rien ne l'arrête dans sa quête improbable de trophées toujours plus saugrenus et insolites les uns que les autres : poulpes géants, tigronimbus et autres nuages aux formes évocatrices, et même de tout petits microbes pour chasser un rhume.

Sous ses airs absurdes, cette série ne prend pas les enfants pour des imbéciles. Bourrée de références et de clins d’œil littéraires, la drôlerie l'emporte à toute les pages et ravira petits et grands pour une balade dans un univers merveilleux pour les uns et un retour en enfance apaisant pour les autres.

En passant joyeusement à la moulinette Alice au pays des merveille, Moby Dick, Philémon, Pinocchio ou encore Don Quichotte, l'auteur à créé un univers empreint de poésie fantastique dans lequel les personnages n'ont pour seul moteur que la fantaisie. Les trouvailles et ressorts humoristiques sont bien vus et font mouche à tous les coups. On se plait alors à suivre ces doux dingues dans leurs pérégrinations et à voyager avec eux dans des univers parallèles où le rationnel n'a vraiment pas sa place.

Vous cherchez une BD jeunesse drôle, pleine de fraicheur et surtout laissant une grande place à l'imaginaire (j'ai l'impression que ça se fait de plus en plus rare de nos jours) ? Alors suivez vite les aventures incroyables de ce curieux chasseur et de son fidèle serviteur Sancho.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

le tome 1

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

15/08/2017

Harrow county - tome 3 - charmeuse de serpents

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017Scénario : Cullen Bunn
Dessin : Tyler Crook ; Carla Speed Mc Neil ; Hannah Christenson
Éditeur : Glénat Comics
128 pages dont 28 de bonus
Date de sortie :  juin 2017
Genre : épouvante

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le garçon décharné tente de comprendre les mystères de son passé, et Emmy enquête sur une ancienne demeure en décomposition. Pendant ce temps, un serpent malveillant sème la folie et la malice dans l’esprit des résidents de Holler. Seule Bernice parvient à lui résister grâce à l’aide du ténébreux Lovely Belfont. Mais ce soutien ne va-t-il pas la confronter à un danger plus terrible encore ?

Le suspense et les mystères ne faiblissent pas dans la suite de ce récit très « southern gothic » à la fois terrible et beau. Un classique en puissance adoubé par les grands Mike Mignola et Mark Millar !

 

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017

dessin de Carla Speed Mc Neil

 

Mon avis

Cullen Bunn continu de nous faire frissonner avec cette histoire de revenants, de sorcières et terres maléfiques. Pourtant, on pouvait craindre après le tome 2 que l'auteur ne tombe dans une routine un peu facile en déroulant des épisodes regorgeant de monstres en tout genre, s'opposant sans cesse à la jeune héroïne du récit et à son étrange compagnon décharné.

Il n'en est rien et l'auteur nous surprend ici avec trois récits courts dans lesquels il nous montre le jeune écorché en quête de son passé, puis Bernice confrontée à des serpents maléfiques, et enfin Emmy qui devra s'occuper d'une maison hantée. Trois récits assez différents mais qui conservent tous cette ambiance lugubre et froide présente depuis le début de la série.

La particularité de ce troisième tome est l'arrivée de deux dessinatrices en plus. Le premier chapitre est dessiné par Carla Speed Mc Neil et mis en couleur par Jenn Manley Lee. Le style est assez différent de celui de Tyler Crook . Le trait est plus fin et la couleur beaucoup plus sombre et froide donnant une ambiance forcément plus noire. Ce style est en adéquation parfaite avec le récit très sombre et assez flippant de ce chapitre qui est centré sur le jeune garçon écorché qui se questionne sur son passé.

Le dernier chapitre est quant à lui dessiné et mis en couleur par Hannah Christenson dans un style radicalement différent, pour le coup assez déroutant. Ce changement brutal d'esthétique nuit à l'homogénéité de l'album et casse l'ambiance efficace mise en place depuis le début. Dommage parce que cette histoire de maison hantée autrement dessinée aurait de quoi vraiment faire peur !

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017

dessin de Hannah Christenson

 

Les bonnes BD d'épouvante n'étant pas légion, Harrow County reste tout de même une série à suivre.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.png

 

a05-3e788c9.png

 

a06-3e788fc.png

 

les autres tomes

Harrow county.jpgHarrow county T2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Tyler Crook dessine Harrow County

10/08/2017

Gambling School T1 & T2

51oVkMHHQML__SX345_BO1,204,203,200_.jpg51NZLpsONbL__SX350_BO1,204,203,200_.jpgScénariste: Homura Kawamoto

Dessinateur : Toru Naomura

Éditeur : Soleil

Seinen

240 pages / Tome

Genre : Jeux / Domination

 

Avis de l'éditeur :

Dans cette école, ce ne sont ni les résultats scolaires ni les performances sportives qui comptent, mais les prouesses aux jeux de hasard. Des sommes parfois colossales peuvent être pariées. Les élèves les plus forts sont enviés, les plus faibles persécutés. Yumeko, une nouvelle élève, est immédiatement placée sur la liste des personnalités à surveiller. Étrangement, elle ne semble pas être là pour "gagner", mais par pur amour du jeu et de l'excitation...

Mon avis :

Les japonais ont décidément une obsession à ce qui touche au domaine de domination "Maîtres - Esclaves".

Gambling School en est la preuve unilatérale, poussant le vice dans ses retranchements.

Dans cette école, composée de la future élite du pays, ces jeunes pour la plupart issus de familles riches, s'adonnent aux jeux de hasard, sous toutes ses formes...si bien, que les moins fortunés terminent rapidement au bas de l'échelle, portant autour du cou, une pancarte de chien - chat, en fonction du sexe, totalement dévoués, esclaves à plein temps envers leurs "chefs".

Les terreurs de l'école tiennent les rênes du pouvoir jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle, dont l'attitude décomplexée semble irriter l'assemblée.

Un excellent manga sur le rythme infernal des joueurs et leur attitude autodestructrice, les faisant grimper au paradis ou basculer en enfer.

Le véritable joueur se reconnaîtra dans cette lecture sombre, prenante et diabolique.

L'animé sous son nom officiel "Kakegurui" est vivement conseillé. La 1ère saison compte 12 épisodes.

Adrénaline et sensations fortes garanties pour tout amateur de jeux de hasard!

 

PlancheA_306465.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

Coq de Combat

 

09/08/2017

Parallèle T2 Donnant donnant.

parallèle.jpgparallèle t2.jpgDessin:Laval Ng
Scénario : Philippe Pelaez.
Éditeur : Sandawé.com
Sortie : 21 juin 2017.
48 pages.
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Dans le tome 1, on découvrait l'équipage d'un vaisseau spatial, Hybris, attaqué par des monstres sur une planète hostile. Ils avaient réalisé à leur grand effroi qu'ils étaient prisonniers d'un univers parallèle, sur une planète Terre désolée, et que les monstres qu'ils affrontaient... étaient leurs propres doubles.


« -Commandant..Y a-t-il un truc que vous n'ayez jamais fait dans votre vie ?
-Mourir ,je crois ... ! »


Mon avis.
Quand on parcourt le net pour trouver des infos aux sujets de cette série « Parallèle », on tombe sur de très nombreux avis élogieux .
Une brillante variation sur le thème du paradoxe temporel, vibrant hommage aux classiques du genre.
Un récit habile et haletant.
Un dessin époustouflant de virtuosité et une construction en « parallèle » pour la couverture et pour de nombreuses pages à l'intérieur.
C'est certainement ce dernier point qui est le plus marquant. Mais bon ce n'est pas une première, Schuiten par exemple avait utilisé ce procédé d'une façon magistrale dans sa série les terres creuses(NOGEGON).
L'univers post apocalyptique créé par Laval Ng est en effet de plus prenant ( brrr on se gèle les couilles) mais mon dieu que tous ses personnages masculins se ressemblent hormis le chef des zombies. Et oui, encore des morts vivants....ils sont décidément redevenus à la mode ceux là.
Bref, on ne peut pas dire que c'est si original que ça !
Et pour être franc, ça m'a vite ennuyé cette énième lutte pour sauver la veuve et l'orphelin et la Terre par la même occasion surtout que question empathie pour les personnages, mon curseur est resté à zéro.
Ah oui, un détail m'a quand même amusé.On entend nos héros dire de faire attention où ils marchent car l'eau est radioactive . Que croyez-vous qu'ils font deux pages plus loin ?
Pas sûr que Sandawé aie trouvé son 2e Sara Lones avec ce titre ?

PlancheA_305950.jpg

Samba le septique.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a05-3e788c9.gif

04/08/2017

L'homme invisible T2

61XXLPWdvAL__SX373_BO1,204,203,200_.jpg71lYspeBzFL.jpgD'après HG Wells

Scénariste : Dobbs

Dessinateur : Christophe Regnault

Éditeur : Glénat

Science-Fiction

Sortie : le 14 juin 2017

Avis de l'éditeur:

 

Sous ses légers bandages se cache un lourd secret...

Alors que le paisible village d Ipen imagine qu il est hanté par un fantôme, Griffin, l Homme invisible, est violemment chassé. Trouvant refuge chez le docteur Kemp, il décide de lui confier son histoire. Mais ce dernier, prenant peur, décide de dénoncer son ancien condisciple aux autorités locales. À la fois profondément trahi et subjugué par sa propre puissance, Griffin se laisse envahir par la mégalomanie. Kemp et son maudit village seront les premières victimes de sa folie. Le reste du monde suivra...

 

Mon avis :

 

La partie tant attendue dans le tome 1 arrive enfin. En trouvant refuge chez le médecin Kemp, l'homme invisible - Griffin - dévoile genèse de sa transformation.

Au long de quelques pages aux teintes ambrées du souvenir, il explique comment ses recherches l'ont amenées  à transformer un tissu, puis un chat en molécules transparentes...jusqu'à lui-même cesse de refléter la lumière pour le rendre translucide.

Mais bien que détenteur d'un pouvoir presque divin, être invisible a aussi ses imperfections, comme la nudité qui le rend vulnérable aux aléas de la météo.

Pire encore, le Docteur Kemp réalise combien son ancien camarade d'université est devenu fou. Imbu de lui-même, suite à sa transformation sans précédent, Griffin veut asservir le monde sous sa coupe. Faire régner une atmosphère de terreur, et de mort autour de lui. Ce qui est inadmissible pour l'homme de bien qui l'écoute...les desseins de l'un et de l'autre vont alors prendre forme. Entre l'envie de mort de l'un et la course poursuite de l'autre, pour empêcher la folie humaine de prendre de l'ampleur.

Encore un bel ouvrage mêlant teintes ocres, glauques et sépia. Des personnages soigneusement détaillés, des expressions vivantes et un texte riche.

Ce second tome qui clôture ce diptyque est à la hauteur des espérances exigées par un public admirateur de l’œuvre originale.

 

l'homme invisible,regnault,dobbs,glénat,810,science-fiction,062017

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

l'homme invisible,regnault,dobbs,glénat,810,science-fiction,062017

Coq de Combat

 

 

03/08/2017

Jack cool 1966- quelques jours avant Jésus-gris

jack cool 1966, manini, mangin, bamboo, grand angle, musique, hippies, drogues, LSD, road trip, merry pranksters, satanisme, polar, 06/2017, 7/10jack cool 1966, manini, mangin, bamboo, grand angle, musique, hippies, drogues, LSD, road trip, merry pranksters, satanisme, polar, 06/2017, 7/10Scénario : Jack Manini
Dessin : Olivier Mangin
Éditeur : Bamboo
56 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : aventure, road trip psychédélique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Californie 1966. Il est apparu tel un fantôme dans la communauté des « Merry Pranksters ». Comme il était sale et maigre, ils l’ont surnommé Jésus Gris. Il va les entrainer sur la route au volant d’un bus psychédélique.
Jayne Mansfield, actrice et grande prêtresse de l’église de Satan, charge le détective Jack Cool de retrouver sa fille. L’enquête le mène jusqu’au fameux bus …

 

"On va s'injecter une bonne dose de présent... tous synchros avec la grande harmonique de l'univers..."

 

Mon avis

Grisaille, neige, bureau austère dans l'usine Cadillac à Detroit ... les premières pages sont à l'opposé de la couverture chatoyante aux effluves psychédéliques. On voit un homme seul, l'air triste et perdu, au téléphone avec sa femme Lucille. Cet homme qui vient de mentir à sa femme fait annuler tous ses rendez-vous et quitte son bureau pour ne plus jamais y revenir. Entre alors en scène le détective Jack Cool qui est chargé par Lucille de retrouver son mari. Il retrouvera vite la trace du disparu, affublé du nom de Jésus-Gris, au sein d'un mouvement hippie, les Merry Pranksters. L'enquête de Jack Cool le mènera également dans les milieux satanistes et sur les pas de Jayne Mansfield dont la fille a disparue.

Jack Manini nous propose avec ce polar à double enquête une immersion totale dans les milieux hippies des années 60 sous forme de road-trip sur-alimenté au LSD. En ce milieu des sixties cette substance chimique n'est pas encore illégale et est largement consommée par les adeptes de la liberté totale, du rejet de toute forme d'autorité et surtout de la société de surconsommation. Flirtant entre thriller et chronique sociale, Jack Manini mélange subtilement le vrai et le faux et nous fait découvrir l'univers très coloré de la beat generation, notamment les Merry Pranksters de Ken Kesey qui ont vraiment existé et traversé les Etats-Unis à bord d'un bus aux couleurs psychédéliques, tout en vantant les bienfaits du LSD.

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

Le rythme n'est pas des plus endiablé mais l'intrigue naissante dans ce premier volume reste intrigante. On ne sait que peu de choses de Jésus-Gris si ce n'est qu'il a traversé la guerre du Vietnam et en est revenu avec un traumatisme qu'on espère connaitre dans le second tome. Idem concernant l'enquête dans les milieux satanistes, des jalons sont posés et l'on peut supposer que la suite sera beaucoup moins colorée.

Empreint d'une sobriété de bon aloi, le dessin d'Olivier Mangin est parfait dans toutes les situations et toutes les ambiances. Il ne cède pas à la facilité du décorum psychédélique trop bariolé et se permet juste quelques ondulations de cases lorsque les personnages sont sous l'emprise des acides. C'est clair, crédible et agréable à l’œil.

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

On est habitué dans la collection Grand Angle aux petits suppléments en fin de volume. Aussi avons-nous droit ici à quelques compléments d'information sur les Merry Pranksters et l'histoire du LSD. Instructif. Il manque juste quelques buvards de démo :-)

Suite et fin de cet étonnant voyage dans le tome 2.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

jack cool 1966, manini, mangin, bamboo, grand angle, musique, hippies, drogues, LSD, road trip, merry pranksters, satanisme, polar, 06/2017, 7/10

 

Un peu de musique pour accompagner cette belle lecture

Noob T.12 : Le tournoi des espoirs

noobT12.jpgnoobT12-1.jpgDessin : Philippe Cardona.
Scénario : Fabien Fournier.
Éditeur : Soleil.
48 pages.
Sortie : 14 juin 2017.
Genre : Humour, jeunesse.

 


Résumé :

Horizon 2.0 est un jeu vidéo en ligne à la mode. Chaque jour, des millions de joueurs arpentent le monde virtuel d'Olydri et vivent des aventures épiques sans bouger de leur fauteuil. Cette fois-ci, Arthéon et ses amis s'envolent pour Tokyo qu'ils découvrent d'une manière inattendue.


Mon avis :

La douzième apparition de la Guilde Noob dans la série éponyme a vu le jour, aux éditions Soleil. J'aurais juré que le dessinateur avait collaboré à la réalisation du dessin de la série Fort Boyard en BD tellement la ressemblance avec ce dernier est frappante mais c'est en partie à ça qu'on reconnaît les éditions Soleil ! Déclamatoire est un adjectif qui pourrait convenir au trait de Philippe Cardona. Ah, ça m'a fait plaisir de lire cet album après m'être farci "Le petit chemin caillouteux" qui n'a absolument rien à voir et qui était davantage un supplice.

Ça mis à part, est-ce que nos apôtres du fluxball, une fois arrivés sur les terres de la troisième puissance économique mondiale, feront la différence ? Remporteront-ils la coupe du monde d'E-sport ? Gagneront-ils leur place pour la catégorie Espoirs ? Ils en ont les capacités, c'est déjà ça. Je rappelle qu'à la base, pour ceux et celles qui ne le savent pas, Noob est une web-série qui marche du tonnerre sur la Toile (s'en faire une idée ici) et qui diffère in extenso de la version dessinée. Il existe aussi un autre tome 12, édition Japan Expo 2017, qui verra le jour le 1 juillet prochain. Le tome 10 avait aussi bénéficié de cette double parution (Japan Expo 2015). Un bel univers dont, même si les dialogues ne sont pas top, la modernité et le rythme induisent à plaire.

Noob.jpg


Mister Med.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a06-3e788fc.gif

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (0) | Tags : noob, cardona, fournier, soleil, jeunesse, 062017 |  Facebook | |

01/08/2017

Marshal Bass - tome 1 - Black & white

marshal bass, Macan, Kordey, desko, Delcourt, western, racisme, esclavage, 6/10, 06/2017marshal bass, Macan, Kordey, desko, Delcourt, western, racisme, esclavage, 6/10, 06/2017Scénario : Darko Macan
Dessin : Igor Kordey
Éditeur : Delcourt
56 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : western

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Arizona, 1875. Un gang d’esclaves affranchis, dirigé par un mystérieux Milord, terrorise tout un état. River Bass, premier afro-américain de l’US Marshal Service, est le seul à pouvoir l’infiltrer. Il a accepté l’étoile pour le respect et l’égalité, mais il ne sera confronté qu’à la cruauté du monde. Bass sera démasqué par le gang infiltré et son combat pour la justice s’arrête là. Commence alors celui pour sa vie…

 

"La seule et unique raison pour laquelle ce colonel blanc veut que tu sois son adjoint, c'est parce que tu es un homme noir et qu'il doit arrêter un gang de noirs. C'est comme envoyer un chien chasser des loups, voilà ce que c'est ..."

 

 

Mon avis

Le western est redevenu à la mode et chaque éditeur a à coeur de bien figurer dans cette tendance. La chose n'est pas aisée tant la barre a été placée haute par les deux nouveaux fers de lance du genre de chez Dargaud. Pas facile d'autant que le genre doit répondre à des codes précis souvent attendus des fans, alors que pour sortir du lot, l'originalité est de mise.

Marshal Bass répond à tous les critères. Une histoire assez basique où il est question d'une bande de hors la loi semant mort et terreur pourchassée par un marshal totalement épris de justice mais n'hésitant pas à employer les méthodes fortes. Il y a des grands espaces, des personnages aux tronches pas possibles , des chevaux, de la poussière et surtout de la violence, du sang et des morts. Ça, c'est pour la partie classique avec ce petit plus de violence extrême et très explicite. Pour l'originalité, les auteurs ont choisi de se baser sur des faits historiques en mettant en scène le premier marshal afro-américain, Bass Reeves de son vrai nom. Quand on sait la rudesse de l'ouest américain en cette seconde moitié de 19è siècle, on imagine facilement qu'un noir, esclave affranchi, ne vit pas une sinécure dans cet environnement hostile, a plus forte raison quand il représente la loi. Rejeté par les blancs du bureau du marshal qui voient d'un très mauvais œil l'arrivée d'un noir dans leur équipe, et considéré comme traitre par les anciens esclaves du gang qu'il infiltre lorsqu'il se trouve démasqué, Bass n'a finalement pour lui que la justice et sa soif d'égalité.

Tout ceci nous donne un paquet de bons ingrédients pour faire de Marshal Bass un bon western épique, profond, enlevé, animé par une action et une violence omniprésentes et quelques rebondissements de bon aloi.

marshal bass,macan,kordey,desko,delcourt,western,racisme,esclavage,610,062017

Igor Kordey met tout ça en image assez brillamment. D'un trait puissant et expressif il donne l'ambiance et le ton du récit dans une mise en scène très cinématographique. Dommage que ce trait dynamique soit complètement bouffé par une mise en couleur totalement ratée. Mélangeant tonalités criardes et sombres les planches donnent cette désagréable impression de dégouliner, comme si chaque case était trop chargée en couleur – ce qui est d'ailleurs souvent le cas - et comme si le coloriste avait cherché à éclaircir un dessin naturellement sombre. Le tout manque cruellement d'harmonie ce qui gâche le dessin et un peu la lecture. Finalement, les plus belles planches sont celles figurant les scènes nocturnes où les nuances monochromes de bleus nuit sont du plus bel effet.

Mais les amateurs devraient malgré tout y trouver leur compte grâce au scénario efficace et au personnage principal qui dégage un charisme certain qui sied à tout bon héros de western.

A suivre dans le deuxième tome à paraitre fin 2017.

 

 Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

marshal bass, Macan, Kordey, desko, Delcourt, western, racisme, esclavage, 6/10, 06/2017

 

marshal bass, Macan, Kordey, desko, Delcourt, western, racisme, esclavage, 6/10, 06/2017

 

marshal bass, Macan, Kordey, desko, Delcourt, western, racisme, esclavage, 6/10, 06/2017

Gung Ho T3 Sexy Beast.

gung ho.jpggung ho3.jpgScénario : Benjamin von Eckartsberg.
Dessin : Thomy von Kummant..
Éditeur : Paquet.
Sortie : juin2017.
84 pages.
Genre : science-fiction.

 

 

Le résumé.
Les enfants obtiennent officiellement le droit de porter des armes et sont donc autorisés à quitter Fort Apache sans adultes. Mais une attaque des Rippers va remettre cette décision en cause.

« Il est encore loin, ce putain de poste de sécurité ?. »

Mon avis.
Avant de commencer ma chronique, sachez que je vais vous parler de la version classique, pas du tome 3,1 , ni 3,2 et encore moins du HS . Paquet a eu le nez creux en déclinant cette série sous différentes versions, il a attiré le collectionneur qui sommeille souvent chez un amateur de BD.
Bon, Gung Ho est une série qui doit à mon avis cliver pas mal les différentes générations.
Les jeunes la trouveront certainement géniale. Il faut dire que les ados y ont le beau rôle : intrépides, courageux, épris de justice et cerise sur le gâteau, intègres. Le dessin ( sans encrage apparent) doit aussi participer à cet élan de modernité. Rajoutez y une action quasiment permanente et l’affaire est dans le sac.
Pour les plus vieux, âgés, les grabataires quoi, le graphisme passera normalement sans soucis, l'univers post-apocalyptique version « campagne » est des plus crédibles et franchement l'immersion est réussie. Par contre, ils trouveront les réactions des jeunes assez désinvoltes dénuées de toutes intelligences ou de subtilités. On fonce, point barre et on fait les cons. Mais n'attendez pas que les adultes relèvent le niveau, ils sont aussi dans le même moule des « neurones en moins ». C'est très Amérique profonde comme attitude (oh le cliché Samba !). En plus, j'ai l’impression qu'à l'instar d'un Walking dead que cet univers n'est qu'un prétexte, un danger qui ne sera jamais vraiment expliqué et que la course sera sans véritable but si ce n'est celui de survivre (oh deuxième supposition éhonté Samba !) .
Voilà chef d’œuvre d'anticipation pour les uns ou série B pour les autres.
A vous de choisir votre camp ... retranché.

Verso_306046.jpg

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

 

26/07/2017

Julia Von Kleist T1 Allemagne 1932.

julia von kleist.jpg9782889320608_pt4.jpgScénario : Jean-Blaise Djian.
Dessin : Bruno Marivain..
Editeur :EP éditions.
Sortie juin 2017.
48 pages.
Genre : historique.

 

 

Le résumé.
Allemagne, 1932. Nous faisons la connaissance d'une famille de riches industriels, les Von Kleist. La femme, Julia Von Kleist, est l'héritière de l'usine et a épousé un jeune aristocrate désargenté et ancien pilote de la Grande Guerre, Ulrich. Ils ont deux enfants, Siegrfred et Baldur, dont l'un est très proche de son père, extrêmement fier de lui. L'autre, plus introverti, est proche de sa mère. Ulrich était, pendant la Première Guerre, un ancien coéquipier de Göring, le futur ministre de la propagande d'Adolf Hitler.

« Nous comptons utiliser ce Hitler pour ramener l’ordre dans l’Allemagne en crise, et écraser les communistes avant qu’ils ne s’emparent de nos usines. »

Mon avis.
EP éditions qui fait maintenant partie du groupe Paquet continue sa série de rééditions de l’ancien catalogue Emmanuel Proust. Julia Von Kleist est sorti initialement en 2009 et a comporté 3 tomes avec une fin bien ouverte comme j’ai pu le lire sur certaine chronique.
Je dois avouer que cette série m’était passée sous le nez à l’époque pourtant avec autant de bottes qui claquent sur la couverture, j’aurais dû l’entendre.
Cette BD historique nous narre l’émergence du nazisme en Allemagne dans les années 20-30 en suivant en parallèle une intrigue sentimentale. Ce pitch ne vous fait pas penser à une autre série ? Bien-sûr que oui, à Amours fragiles surtout que le dessin de Bruno Marivain (Barbara Wolf) est dans la même veine de la ligne claire. Et la comparaison fait un peu mal car aussi bien le scénario que le dessin sont un cran en-dessous de la série éditée chez Casterman.
La lecture est agréable mais on a du mal à cerner les intentions et le jeu des personnages. Le focus sur Hermann Goring est intéressant mais comme on mélange faits historiques et fiction, on n’a du mal à être clairement captivé par cette histoire. En plus, on ne peut pas dire que le dessin transpire d’émotion. Un tome qu’on qualifiera d’introduction, j’attends la suite pour me forger un avis plus approprié sur Julia Von Kleist.
A noter la disparition d’un dossier de 8 pages sur la montée du nazisme par rapport à l’édition originale… dommage !

 

julia_von_kleist2_plaatje2.jpg

Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif