25/11/2016

Marie-Antoinette, la jeunesse d'une reine

Marie-antoinette T1.jpgmarie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610Scénario et dessin : Fuyumi Soryo

Éditeur : Glénat manga

180 pages

genre : Histoire, biographie, seinen

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Marie-Antoinette est l'une des personnalités historiques les plus adaptées en fiction. Sophia Coppola, Chantal Thomas ou Riyoko Ikeda… de nombreux créateurs ont donné naissance à un personnage en adéquation avec leurs idéaux. Cependant, quand Fuyumi Soryo s'attaque au mythe, ce n'est pas pour reproduire une énième icône malmenée par la vision trop partiale de Stephan Zweig, mais pour restituer dans la réalité historique une jeune fille dénuée de tout artifice.

 

Marie-Antoinette, la jeunesse d'une reine, Soryo, glénat manga, histoire, château de versailles, versailles, Louis XVI, royauté, 8/10, 09/2016

 

Mon avis

Le temps d'un volume racontant une partie de la jeunesse de la reine de France la plus connue au monde, Fuyumi Soryo s'octroie une pause dans la série consacrée à la vie de Cesare Borgia (10 volumes parus).

En 1770, Antonia, fille de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche va quitter son pays natal et sa famille pour épouser le Dauphin de France Louis Auguste, futur Louis XVI. Elle a 14 ans et n'a jamais vu son futur mari puisque le mariage est arrangé à des fins politiques de réconciliation des deux nations. Elle entreprend donc ce long voyage, le cœur serré et la boule au ventre, pour rejoindre le palais de Versailles et y faire la connaissance de son mari. Antonia, devenue Marie-Antoinette, découvrira la cour et ses convenances avec son Étiquette stricte et rigide lui paraissant si absurde. Puis elle apprendra à connaitre son époux si mystérieux et distant. Elle découvrira un homme différent du reste de la cour de Louis XV, et de leur union arrangée naitra un amour vrai et sincère, à mille lieues des intrigues de la cour.

 

Marie-Antoinette, la jeunesse d'une reine, Soryo, glénat manga, histoire, château de versailles, versailles, Louis XVI, royauté, 6/10, 09/2016

 

Difficile de savoir si le portrait que dresse Fuyumi Soryo de la future Reine est édulcoré ou non. Toujours est-il que l'auteure Japonaise s'est fait une réputation de documentaliste acharnée avec sa série Cesare. Édité en collaboration avec le château de Versailles, on peut raisonnablement penser que dans ce volume, Soryo ne prend pas trop d'aise avec la réalité historique.

L'objectif de cette tranche de vie de Marie-Antoinette est, sans grande prétention, de montrer son déracinement et son intégration difficile dans un milieu aux règles étranges et très différentes de celles en vigueur dans son pays natal. On y voit une jeune fille à l'air naïf mais qui néanmoins comprend vite qu'elle aura du mal à se faire accepter à moins qu'elle ne rentre et ne se fonde dans le moule, et qu'elle se prête au jeu des intrigues et autres rumeurs qui font le quotidien de la cour de Versailles. Ce à quoi elle se refuse. On est donc vraiment pris de sympathie pour cette jeune princesse et ce jeune couple qui se découvre et qui évolue dans un milieu qui ne semble pas fait pour eux.

 

marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610

 

Graphiquement, ceux qui ont lu la série Cesare reconnaîtront le style hyper précis et détaillé de la mangaka. Les décors et les costumes sont ici d'une précision hallucinante et forcent l'admiration. L'auteure avoue pourtant qu'elle a le rococo en horreur et que cette contrainte sur ce volume l'a quelque peu étouffée (interview à lire dans Kaboom N°16). Elle s'en est ma foi fort bien tirée et le résultat est tout simplement époustouflant. Les moindres moulures, dorures, dentelles, morceaux de parquet sont reproduit à la perfection. Un travail de fourmi.

Cette royale romance ne manque pas d'intérêt et donne même envie au lecteur d'en savoir plus et de continuer l'aventure aux côtés de Marie-Antoinette quand elle sera reine. Dommage que cela ne soit pas prévu au programme, car on a un petit goût de frustration et l'impression de projet inachevé.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

Abonnez-vous à la newsletter

 

A lire aussi de Fuyumi Soryo, la série  Cesare

marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610marie-antoinette,la jeunesse d'une reine,soryo,glénat manga,histoire,château de versailles,versailles,louis xvi,royauté,092016,610

24/11/2016

Sambre Tome 7 : Fleur de pavé

51of+GmQC2L__SX373_BO1,204,203,200_.jpg2038_P3.jpgAuteur : Yslaire

Éditeur : Glénat

72 pages

Genre : Drame Historique

Sortie le 28 septembre 2016

 

 

Avis de l'éditeur :

  Juin 1857. Bernard-Marie Sambre est élevé par sa tante à la Bastide. Judith, elle, grandit dans un orphelinat à Paris. Enfermé, il subit l'éducation stricte de sa tante et le poids du legs familial. Elle fréquente gamins des rues, voyous et gavroches. Après le drame qui a frappé leurs parents, les jumeaux grandissent chacun de leur côté. Mais ils seront rattrapés par le destin : eux aussi seront atteints par la malédiction de leur famille. Après la folie de Bernard pour Julie, il y aura celle de leurs enfants...

 

Mon avis :

Prestigieux, que dire d'autre! Une finesse du trait, une ambiance qui résonne dans les tempes, et des couleurs, bien que ténébreuses donnent une richesse sans nom à l'univers de Sambre. Difficile de ne point aimé ce style graphique!

On ne présente plus cet artiste hors normes qu'est Yslaire (voir les précédentes chroniques de Sambre : - la guerre des Sambre - Cycle 2 Tome 1 ainsi que Maxime et Constance Tome 2 - Hiver 1781). Et pourtant, à chaque nouveau tome, son trait s'améliore et subjugue le lecteur.

D'ailleurs, certaines planches sans la moindre bulle parlent pour elles-mêmes!

 

Une famille maudite, nulle égale à d'autres. Fleur de pavé, jeune fille délicate, peinte sur le 1er plat de couverture n'est certainement pas aussi dénuée d'innocence qu'il n'y parait.

2038_P4.jpg

Sambre existe et persiste dans le temps dû d'une part par cette touche graphique exemplaire, mais d'autre part, et non des moindres, par la netteté et le choix rigoureux de son éventail de couleurs. Tantôt éclairé, tantôt sombre, marquant d'un réalisme indéniable une jonction entre la clarté et l'ombre. D'une grande efficacité, nous touchons ici un point de relai entre une époque historique et notre monde contemporain.

Dans l'univers que nous propose l'imagination de l'auteur, chaque élément à sa place requise, rien n'est superflu. Le moindre détail repose sur une vérité. Scénaristiquement, chaque syllabe rappelle immanquablement les grands auteurs de la littérature de cette époque révolue.

Fleur de pavé, son 7ème tome est l'antépénultième, marquant la voie finale de cette ultime saga.

 a08-3e78906.gif

2038_P1.jpg

Coq de Combat

16/11/2016

Les cinq de Cambridge - tome 2 - 54 Broadway

les cinq de cambridge, lemaire, neuray, casterman, espionnage,histoire, aventure, les cinq de cambridge, lemaire, neuray, casterman, espionnage,histoire, aventure, Scénario : Valérie Lemaire

Dessin : Olivier Neuray

Éditeur : Casterman

48 pages

date de sortie : septembre 2016

genre : espionnage, Histoire, aventure

 

 

Présentation de l'éditeur

Tandis que le fascisme est à son apogée et plonge le monde dans la guerre, les Cinq de Cambridge se déploient en ordre de bataille. Traquer l'information pour abattre l'ennemi est leur devise, la victoire de la révolution mondiale leur credo. Leur arme? Infiltrer les hautes sphères de l'État et du renseignement britanniques pour mener l'Union soviétique au triomphe.
Quitte à payer le prix fort: s'oublier eux-mêmes, sacrifier des hommes, pactiser avec le diable !

 

les cinq de cambridge,lemaire,neuray,casterman,espionnage,histoire,aventure,6/10,09/2016

 

Mon avis

Les cinq espions anglais animés par l'idéal communiste continuent la mise en place de leur stratégie en se mettant définitivement au service de l'URSS. La guerre approchant, ces esprits brillants deviennent des atouts majeurs dans la stratégie à long terme que met en place Staline. L'infiltration est parfaite. Quand l'un se trouve journaliste en Espagne et proche des sphères Franquistes, les autres réussissent à rentrer au MI6 ou dans la diplomatie britannique et infiltrer les ambassades. Leur plan et leurs idées semblent inébranlables. Mais en matière d'espionnage rien n'est écrit dans le marbre, et le pacte de non agression que Soviétiques et Allemands signent, bouscule les certitudes des jeunes espions, sans pour autant remettre totalement en cause leur engagement.

 

Ce deuxième tome est tout autant palpitant que le premier et nous plonge dans un documentaire historique riche en détails. En télévision, on appellerait ça un docu-fiction. La narration est un énorme flashback entrecoupé de quelques scènes se déroulant au présent où l'on voit l'ancien espion Blunt raconter les évènements à John et Kolia, descendants des personnages impliqués dans l'affaire des Cosaques renvoyés en Union Soviétique en 1945. (lire les Cosaques d'Hitler des mêmes auteurs).

Valérie Lemaire ne cherche pas à simplifier la véritable histoire des cinq de Cambridge et nous livre donc une intrigue qu'il n'est pas toujours aisé de suivre. Néanmoins, elle réussit ce tour de force de ne jamais nous faire perdre pied et de nous faire comprendre parfaitement toutes les manœuvres et rouages mis en place sur ce grand échiquier de la Seconde Guerre mondiale.

Le beau dessin de style classique au trait légèrement appuyé d'Olivier Neuray donne à cette histoire complexe une lisibilité très claire. Les amateurs de ce style apprécieront le soin particulier apporté aux décors et aux détails qui procurent du crédit à chaque image.

Suite attendue avec impatience dans le troisième et dernier tome.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

voir aussi

 

les cinq de Cambridge T1 les cosaques d'Hitler

les cinq de cambridge,lemaire,neuray,casterman,espionnage,histoire,aventure,6/10,09/2016

les cinq de cambridge,lemaire,neuray,casterman,espionnage,histoire,aventure,6/10,09/2016

les cinq de cambridge,lemaire,neuray,casterman,espionnage,histoire,aventure,6/10,09/2016

 

Abonnez-vous à la newsletter

 

10/11/2016

La vie en Doll T1

61i3dexzrtL__SX359_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_289011.jpgAuteur : Junya Inoue

Éditeur : Glénat

228 pages - Fantastique

Sortie le 21 septembre 2016

 

 

Avis de l'éditeur :

La Vie en doll Tome 1

Entre les moqueries de ses camarades et sa mère alcoolique, Kasumi Haruno est une collégienne qui n'espère plus rien de la vie. Mais deux cadeaux mystérieux, une bague et un miroir, bouleversent son quotidien : elle se retrouve dotée de pouvoirs magiques et d'une deuxième personnalité agressive ! Cependant, ces objets attisent la convoitise d'une terrifiante organisation...

Mon avis :

La jeune Kasumi souffre un éternel martyr, d'une part brimée par ses camarades de classe, de l'autre par une mère alcoolique, généralement à côté de ses pompes. L'adolescente s'efface, se recroqueville dans sa bulle, se crée un mini-monde, bien qu'elle sait que la triste réalité reprend sans cesse le dessus.

Contre toute attente, elle reçoit un courrier contenant un miroir et une lettre de son père, disparu des années plus tôt. Lorsqu'elle se contemple au travers du miroir, son âme se métamorphose, et la douce et jeune fille coincée se transforme en conquérante, prêt à en découdre, contre quiconque se met sur son chemin.

 Voici donc la vie en Doll, la nouvelle série de Junya Inoue, l'auteur du survival de renom Btooom. Lorsqu'on sait l'auteur rempli d'ambition et de talents, on s'attend à du lourd, voir du très lourd de sa part.

Et pourtant, la vie en Doll, risque très nettement de décevoir ses fans dû à un changement radical de style et un récit à mille lieux de son seinen médiatisé. D'autre part, son public cible ne correspond pour rien au monde à celui de Btooom. Car autant la vie en Doll s'oriente vers un public davantage féminin, et d'adolescentes qui plus est, autant Btoom s'adresse à un public majoritairement masculin et adulte.

Clin d’œil à l'époque Sailor Moon, Pretty Cure, meublé de jeunes filles dotées de pouvoirs surnaturels.La vie en Doll reprend à sa sauce personnelle, les caractéristiques de cette ambiance de princesse, de poupées et guerrières lumineuses.

Graphiquement, on perçoit d'entrée de jeu la marque de fabrique de Junya Inoue, ses protagonistes fins, élégants, qui en jettent sur papier. Ses héros rappellent ceux repris dans Btooom, sans nulle doute, si ce n'est une faiblesse du trait de l’héroïne principale, qui se retrouve régulièrement avec des yeux exorbités et des grimaces incessantes.

La vie en Doll plaira certes à un public plus juvénile, et laissera certainement indifférent la gente masculine, qui devra se contenter de poursuivre les aventures de Ryota dans Btooom.

a06-3e788fc.gif

 

la vie en doll,junya inoue,glénat,610,fantastique,092016

Coq de Combat

 

 

 

08/11/2016

Neige Origines T2 : Eden

51RBqFJYyfL__SX371_BO1,204,203,200_.jpg81WFQHgqU2L.jpgScénaristes : Didier Convard & Eric Adam

Dessinateur : Fred Vignaux

Éditeur : Glénat

48 pages - Science-Fiction

Sortie : le 21 septembre 2016

 

Avis de l'éditeur :

 

Seul rescapé d'une attaque de crève-panse, Chantefable se réveille dans un petit chalet donnant sur une vallée verdoyante et fleurie. Un endroit idyllique, épargné de la glaciation qui a ravagé l'Europe, qui porte le doux nom d'Eden. Accueilli par le maître des lieux, un certain Yahvé, Chantefable ne tarde pas déceler quelques mystérieux et inquiétants détails du quotidien. Tant de bonheur semble suspect... Convaincu que l'Eden cache une vérité terrifiante, Père Tabac, l'un des Douze, le pousse à s'évader et à rejoindre le fort de Northman, pour l'informer de ses soupçons...Plongez une nouvelle fois dans l'Europe dévastée de Neige et découvrez le deuxième cycle en deux tomes d'un classique de la BD post-apocalyptique, signé Convard, Adam et Vignaux !

 Mon avis :

Les scénaristes jouent d'une part sur le mystique et les normes religieuses (citons l’Éden ou Yahvé par exemple) un endroit de recueillement pour sauver les âmes désespérées, et d'autre part, sur la colère des hommes, leurs sauvageries proche d'un film à la Mad Max, voilà un certain paradoxe qui vaut le détour.

Les protagonistes portent des noms surprenants et originaux : Chantefable, Père-Tabac... qui ne leur sied pas spécialement mais qui donne du répondant au script. Le récit de Neige Origines ne se cantonne pas sur un genre en particulier, ni une couleur : on constate quelques planches de toute beauté , on retiendra cette vue de la Venise futuriste page 27, somptueuse! Ou encore des reliefs montagneux en page 48, créant un changement radical de décors.

 

Graphiquement, on constate le trait sauvage de Fred Vignaux, nerveux et agressif. Malgré une foule de détails, arrière-champ, les visages des personnages manquent parfois de netteté, dommage, car la profondeur de champ des décors quant à eux donnent un réel charme.

Les couleurs marquent l'ambiance des lieux, soit claires pour les séquences calmes et paisibles, soit foncées pour les situations chaotiques. On se retrouve d'ailleurs avec un mélange de style à l'ancienne et totalement moderne.

Neige Origines plaira certainement aux fans de la 1ère série, et les nouveaux lecteurs pourront s'y délecter agréablement, par cette foule de détails graphiques, sans toutefois oublier les thèmes abordés : religion, conspirations, fléau, contamination, réseau sectaire, développement personnel.

a07-3e78901.gif

71BY83SUyIL.jpg

Coq de Combat

Les seigneurs de la terre - tome 2 - to bio or not to bio

les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, glénat, saga familiale, agriculture, 09/2016les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, glénat, saga familiale, agriculture, 09/2016Scénario : Fabien Rodhain

Dessin : Luca Malisan

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : septembre 2016

genre : saga familiale agricole

 

 

 

Florian, qui était promis à une belle carrière d'avocat, renonce à devenir associé dans le cabinet dans lequel il est embauché et décide de se lancer dans l'agriculture bio. Ce n'est pas vraiment la vie à laquelle aspire sa femme Anne, mais elle le suit quand même dans cette aventure semée d'embûches. À commencer par le propre père de Florian, Président de la plus grosse coopérative de la région opposé au bio et qui décide de ne pas prendre sa retraite pour empêcher son fils de reprendre son exploitation, ce dernier voulant la passer en agriculture biologique. Il usera de toute son influence pour lui mettre des bâtons dans les roues et faire capoter son projet.

 

"s'installer est toujours un parcours du combattant... Mais avec ce choix du bio, ça devient carrément l'enfer !"



Alors que le premier tome posait les bases d'une grande saga familiale et rurale avec comme cible clairement annoncée les grandes multinationales pourvoyeuses de produits chimiques en tous genres, le deuxième nous plonge en plein Dallas agricole. En plaçant son intrigue au début des années 2000, l'auteur nous décrit non seulement la complexité du monde agricole mais aussi la difficile émergence de l'agriculture biologique. On l'a peut-être oublié aujourd'hui, mais il y a 20 ans, la prise de conscience de certains agriculteurs à propos des dérives de l'agriculture intensive était assez mal vue dans le monde agricole. Aussi, ceux qui voulaient passer leur exploitation en bio étaient, au mieux, raillés et moqués, au pire se faisaient mettre des bâtons dans les roues par certaines coopératives toutes puissantes et à la solde des puissances chimiques mondiales.

 

les seigneurs de la terre,rodhain,malisan,glénat,saga familiale,agriculture,092016

 

Tout cela, Fabien Rodhain nous le décrit de façon claire, détaillée et documentée dans un récit très militant et tout autant divertissant. L'intrigue familiale, moteur du récit qui oppose le père et le fils n'est jamais étouffée par l'abondance de détails. On y apprend donc beaucoup de choses, notamment les démarches pour s'installer en tant qu'agriculteur, les relations entre exploitants et coopératives, le rôle des banques, les techniques, bienfaits et limites de l'agriculture bio, et comment l'agriculture intensive se met au marketing en inventant le terme "d'agriculture raisonnée", pour faire moins peur aux gens.

Voilà une série bien écrite, bien dessinée, intelligente, divertissante et utile.

 

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

Le tome 1 : ICI

Le site de l'auteur

 

 

Abonnez-vous à la newsletter

 

04/11/2016

Btooom T19

51y+C3a33qL__SX356_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_288674.jpgAuteur  : Junya Inoue

Éditeur : Glénat

194 pages

Survival

Sortie : le 21 septembre 2016

 

 

Avis de l'éditeur :

Les derniers participants à Btooom! font enfin leur apparition. Face à Himiko, c'est l'homme à cause duquel elle s'est retrouvée sur l'île qui surgit de nulle part et la kidnappe. Comment aurait-elle pu échapper à un homme armé d'une mitraillette… De son côté, Ryota se voit contraint d'affronter à la fois un drone télécommandé et le jeune Kosuke qui en profite pour s'en prendre à lui. Alors que la situation est loin d'être à son avantage et que Ryota voit la défaite poindre, un drôle d'événement se produit…

Mon avis :

Ryota mène la danse, retrouvant ses capacités de joueur de haut standing, mais à force, plusieurs ennemis tentent de le traquer simultanément. Entre autres, une ennemie de taille utilise des drones télécommandés pour le vaincre, mais aucun d'entre eux ne parvient à prendre le dessus.

Himiko, de son côté, se retrouve piégée face à un adversaire qu'elle connait fort bien, mais qui ne devait nullement se trouver sur l'île du massacre : son ancien violeur. Sa situation se gâte, et du coup, les différences tactiques mises en place pour neutraliser l'ennemi sont à revoir.

Btooom se laisse toujours autant savourer et déguster quoi que, à force d'introduire de nouveaux personnages sans fin, cela repousse son dénouement. Ce qui n'est pas pour nous déplaire car l'originalité et le charisme ressortent nettement de cette série. Les tomes se lisent vite, le rythme est endiablé, le trait de Junya Inoue est un régal et ses protagonistes attachants.

A noter également, depuis quelques volumes, une partie du texte rédigé en anglais, et forcément traduit, se concentre sur le personnage de Francisca, une joueuse domiciliée à Washington. Cette dernière, classée parmi le top mondial des joueurs en ligne du Btooom, s'acharne sans état d'âme sur Ryota en usant de ruses les plus diverses. Ne se trouvant pas sur l'île du massacre, mais jouant tranquillement à distance sur son clavier, cette jeune femme ne possède aucune pitié et savoure chaque tuerie comme si il s'agissait véritablement du jeu en ligne.

Le prochain volume atteindra déjà son 20ème tome. Pour un survival qui tient la distance : c'est un aspect ô combien positif et jouissif !

 a08-3e78906.gif

btooom,junya inoue,glénat,810,survival,092016

Coq de Combat

 

03/11/2016

La guerre des Lulus - tome 4 - 1917 la déchirure

la guerre des lulus, hautière, hardoc, casterman, jeunesse, aventure, guerre, première guerre mondiale, 1914-1918,14-18, la guerre des lulus, hautière, hardoc, casterman, jeunesse, aventure, guerre, première guerre mondiale, 1914-1918,14-18, Scénario : Régis Hautière

Dessin : Hardoc

Éditeur : Casterman

56 pages

date de sortie : septembre 2016

genre : aventure, jeunesse

 

 

 

La guerre s'éternise. Le blocus naval mis en place par l'Angleterre, pour empêcher le ravitaillement des puissances centrales, provoque une pénurie alimentaire dans toutes les zones contrôlées par l'armée allemande. Dans cette Europe meurtrie, le périple des Lulus se poursuit. Malgré leur optimisme naturel, ils commencent à désespérer de revoir un jour l'abbé et les copains de l'orphelinat. Et, s'ils restent soudés dans l'adversité, les lézardes apparaissent dans leur belle amitié.
Leur route, semée d'embûches, leur réserve toutefois de belles surprises et c'est d'un pas décidé qu'ils partent à la rencontre d'un pays qui leur est inconnu et de ses drôles d'habitants...

 

la guerre des lulus,hautière,hardoc,casterman,jeunesse,aventure,guerre,première guerre mondiale,1914-1918,14-18,8/10,09/2016

 

Démarrée en 2013 cette série a apporté comme un vent de fraicheur dans les œuvres commémoratives de la guerre de 14-18. Prévue en 5 tomes, un par année de guerre, on y suit l'odyssée d'un groupe d'enfants que la guerre a chassés de leur orphelinat en Picardie. Livrés à eux-mêmes, ne saisissant pas l'ampleur et la gravité des évènements, ils survivent dans la nature et sur les routes avec comme seules armes leur débrouillardise et leur innocence.

Dans ce quatrième opus, la débrouillardise est toujours de mise mais l'innocence s'étiole un peu laissant place à quelques jalousies et rivalités entre mecs voulant rouler des mécaniques devant la seule fille du groupe. Ils restent néanmoins soudés comme les 5 doigts d'une main et affrontent les épreuves toujours avec courage. Ils auront quand même un bref moment de répit grâce à un photographe qui survit à sa manière, et qui réussira à donner aux 5 Lulus un de ces instants de bonheur immense et unique, instants magiques qu'on aimerait faire durer éternellement et qui restent à jamais gravés dans les mémoires. Surtout quand c'est la guerre et que le danger est partout.

la guerre des lulus,hautière,hardoc,casterman,jeunesse,aventure,guerre,première guerre mondiale,1914-1918,14-18,8/10,09/2016

Ni mieux, ni moins bon, ce volume reste dans la même veine que les précédents, c'est-à-dire excellent. Scénario, dialogues, dessins tout est bon. Le rythme de la narration est soutenu et appuyé par un découpage habile qui invite, voire oblige, le lecteur à tourner les pages. Les personnages sont toujours aussi attachants et leur évolution au cours du récit est bien menée. Il y en a ni trop, ni trop peu. On les voit grandir et mûrir lentement mais sûrement apprenant tous les jours de la vie et des épreuves qu'ils traversent. Et même s'il paraît improbable qu'une bande de gamins puisse survivre 5 ans dans de telles conditions, on y croit dur comme fer et on redoute à chaque page qu'il ne leur arrive un malheur.

Aventure, amitié, épreuves, forgent ce récit tout public au souffle épique, décrivant la guerre avec légèreté sans pour autant en masquer les horreurs.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

Voir les chroniques des tomes précédents

 

Abonnez-vous à la newsletter

 

31/10/2016

Emerald et autres récits.

 

Couv_290014.jpgemerald.jpgAuteur :Hiroaki Samura.
Editeur : Casterman -Sakka.
208 planches.
Sortie:12 octobre 2016.
Genre: Seinen.

 

Ce recueil initialement appelé Sister Génerator regroupe des histoires courtes avec comme fil conducteur, des filles comme personnages principaux.

Comme souvent dans ce genre de compilation, le niveau des histoires est très variable. Du très bon avec le western Emerald et le festin de Brigitte mais aussi du magnifiquement ennuyant comme les bavardages de lycéennes avec cet uniforme qui nous colle à la peau. On a même droit à un récit étonnant sur la soumission. Cet album a au moins le mérite de mettre en exergue le talent de dessinateur de Hiroaki. On constate vite la force de son trait (notamment les regards) et sa grande maîtrise du noir et blanc. On passe clairement dans la catégorie « dessinateur doué ». Par contre, autant le découvrir par sa série majeure « l’habitant de l’infini » que par ces petites histoires sans grande envergure.

emerald et autres recits.jpg



a03-3e788b8.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a04-3e788e4.gifGlobal

 

Samba

 

26/10/2016

Bad Ass T4 : Very Bad Trip

sans-titre.pngbad-ass-04-very-bad-team_2.jpgScénariste : Herik Hanna

Dessinateur : Bruno Bessadi

Éditeur : Delcourt Comics

112 pages - Super-Héros

Sortie : le 14 septembre 2016

 

 

Avis de l'éditeur :

Dead End fait face à la domination globale de la planète par la F.J.A. Les anciens super-héros, ivres de vengeance et de pouvoir, ont pris la planète en otage… et seuls les pires salopards de l’univers pourront la sauver. Accompagné de The Voice, de Master Of Pain, de la fidèle Dead Mobile et des super-vilains les plus surpuissants et les plus instables… Jack sauve le monde !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Mon avis :

Voici un Comics remplit d'originalité et de créativité! Un Comics à la française, truffé de clins d’œil au cinéma hollywoodien, en totale démesure pour lequel, il faut l'admettre on retrouve un décalage sur certaines vannes.

 C'est pourquoi, afin de saisir toute la profondeur de ce récit d'une part incohérent (totalement volontaire de la part des auteurs), et d'autre part sur dynamité en termes de testostérones à-tout-va, le lecteur affuté souhaitera décortiquer cet ouvrage sous tous ses angles.



Car même si certains aspects peuvent paraitre redondants par une mise en scène qui privilégie l'action brute, l'hémoglobine et des héros complètement barrés, une fois ces détails mis en retraits, on obtient un Comics qui contient de nombreux points positifs!

Une kyrielle de persos aussi dévastateurs que provocants, un fil conducteur sans queue ni tête, mais qui ne se prend au grand jamais au sérieux, des couleurs parfaitement adaptées au trait dynamique (félicitons le travail de Bruno Bessadi), un déluge de fous rires(des bovins en combinaisons spatiales prêts à en découdre)...

Georges, un géant massif à la corpulence d'Hulk, qui s'introduit une multitude de sabres pointus tout le long de son corps et grimace par la sensation que cela lui provoque; Golden Ronin, ancien membre de triades; The Voice, Master of Pain, le gratin des super héros les plus délirants qui existent font de Bad Ass un excellent moment de lecture.

 

A l'opposé, du récent Secret Identities, totalement surfait et indigeste, Bad Ass tourne la dérision en burlesque, et au final apporte au public un moment de partage.



Un régal dans son genre!

bad-ass-04-very-bad-team_4.jpg

Coq de Combat