21/04/2013

Les petites chroniques (9)

En Scène !

01.jpg02.jpgDe Raina Telgemeier sorti en mai 2013 chez Akiléos.


Callie adore le théâtre et saute sur l'occasion quand une production est lancée à son collège. Elle s'inscrit en qualité de décoratrice, déterminée à faire un spectacle digne de Broadway... Et quand des frères jumeaux beaux comme des dieux débarquent, les choses deviennent encore plus folles.


J’ai eu l’impression de voir une série TV  se déroulant dans un collège US  .Mes rêves, mes emmerdes et mes déboires avec les mecs .Le ton est léger et souvent guilleret (certains diront gay aussi). Vous l’aurez compris, cette BD est destinée à un jeune lectorat. Le dessin très expressif accompagné de couleurs vivifiantes suit  une héroïne pétillante à souhait. Au final, une  BD agréable à lire, on s’amuse et c’est bien là l’essentiel.


Ma note : 7/10.


Samba


***************************************************


Le Port de la Lune : T1 & 2


03.jpg04.jpgScénario : Corbeyran, Éric - Gourdon, Bénédicte
Dessin : Horne
Couleurs : Moreau, Catherine
Editeur : Vents d'Ouest
Tome 1 : Rue Abbé de L'Epée sorti en octobre 2011
Tome 2 : Le miroir d'eau  sorti en février 2013


Maya Lipman est une enquêtrice de Police sourde depuis l'enfance mais qui parle normalement et lit sur les lèvres.


Elle n'a donc aucun problème dans ses investigations et ses rapports avec ses collègues mâles.


Dans ce premier diptyque, l’équipe se partage plusieurs enquêtes différentes, d’une lettre anonyme de corbeau, à un dealer, en passant par un trafic de filles de l’Est … il va s’avérer que ces affaires sont liées. L’originalité de l’intrique réside dans le fait  que la révélation finale est surprenante et d’une logique implacable pour dissiper les brumes du début.


Corbeyran est assisté de la psychologue Bénédicte Gourdon pour le scénario intrigant et Horne illustre le tout d’un graphisme réaliste et élégant aux magnifiques couleurs pastel.


Bref, un agréable moment de lecture dont j’espère d’autres enquêtes de la charmante Maya.
 
Scénar : 8/10
Dessins : 8/10
Global : 8/10


Dgege



***************************************************


TROIE – Tome 2 : Le secret de Talos


02.jpg04.jpgDessin :Campanella Ardisha Erion
Scénario: Jarry Nicolas
Editions Soleil
Sortie : 20/03/2013
48 pages
Prix conseillé : 13,95 €
ISBN : 9782302027930
Histoire, Mythologie



Mon avis :
Le dessin est excellent mais j’ai des soucis de compréhension avec la mythologie. Je trouve le scénario tarabiscoté. Les personnages sont multiples et pas toujours facile de savoir qui est qui. Bref, je n’adhère pas vraiment et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Soporifique…


Moyenne : 7/10

Capitol.

06/10/2012

BACK TO PERDITION - Tome 1 & 2.

Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011 Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011 Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011 Dessin : Vanders - Scénario: Marie

Editions Vents d’Ouest

Sortie : T1 : 01/09/2010- T2 : 05/10/2011.

56 pages

Prix conseillé : 13,90 €

Aventures, drame.

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Perdition, c’est la ferme de crocodiles où vit Angie, une jeune Australienne blanche, avec son père et leurs employés qu’il maintient sous un joug de terreur. Perdition, c’est ce à quoi elle se voue aux yeux de son terrible père en tombant amoureuse de Mayaw, un jeune aborigène. Perdition, c’est le lieu dont ils n’auront de cesse de fuir le plus loin possible. Mais la vengeance, après avoir frappé le père de Mayaw, les poursuit : Bruce, chasseur redoutable et amoureux éconduit d’Angie, a pour mission de ramener le couple de traîtres. Lequel de la haine ou de l’amour sera le plus puissant ?

 

Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011

Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011 Mon avis : Toujours dans le cadre de mes remises à niveau et de la diminution de ma pile d’albums à lire, j’ai parcouru un diptyque (histoire en deux tomes) acheté en occasion lors de mes pérégrinations. J’avais lu de bonnes critiques du tome 1 et je me suis laissé tenté…

 

 

 

Dès qu’il ouvre le premier tome, l’attention du lecteur va être attirée par les couleurs, très sombres comme l’est d’ailleurs l’histoire en elle-même. Nous sommes en Australie dans un bled nommé « Perdition ». Fallait le trouver ce nom ! Il s’agit en réalité d’une ferme à crocodiles. Le patron est loin d’être sympathique avec son personnel et on sent directement une tension certaine. Dès la première page, le décor est planté. C’est noir, c’est glauque. L’histoire ne peut que déraper. La seule éclaircie, dans cette tempête qui se prépare, est Angie, la fille du patron. Elle est jolie, blonde mais elle va mettre un beau bordel dans un endroit déjà pas très accueillant pour le commun des mortels…Bienvenue en enfer ! Tension maximale…

Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011

Le dessin en lui-même n’est pas extraordinaire mais passe bien dans l’ambiance sombre du récit. Le trait est souvent gras et appuyé, épais. On y perd parfois dans le détail du trait mais on ne peut pas toujours tout avoir. La couverture du tome 1 est, dans le style décrit, forte et explicative du climat général de l’histoire.

 

 

 

 

 

 

Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011

Le scénario est la pierre angulaire de l’édifice. Non seulement il y a une histoire mais il y a surtout le décor qui l’environne, les personnages très typés et enfin les crocodiles pour la touche finale. Je ne vous en dis pas plus mais je me suis vraiment bien amusé à lire ces deux tomes. Comme quoi, avec de bonnes idées de départ, un bon casting, on peut faire d’une bonne histoire un récit d’enfer, un thriller sans concession. Si vous n’aimez pas les crocodiles, passez à autre chose… Black is black…Back to Perdition !

 

Graphisme : 7,5/10

Scénario :   8,5/10

Moyenne :   8,0/10

 

Capitol.

Capitol, Back to perdition, Vanders, Marie, Vents d'Ouest,8/10, aventures, drame, 09/2010,10/2011

05/08/2012

Sillage T14 : Liquidation totale.

Sillage14.jpgSillage14 e.jpgAuteurs : Morvan et Buchet.
Editeur : Delcourt(Néopolis).
Sortie : 10/2011.

Complots multiples.
Nävis s'apprête à rencontrer les autorités supérieures de Sillage. Mais pour les rejoindre, encore faudrait-il qu'elle reste en vie. Car «on» a engagé un assassin, le plus terrible qu'elle ait jamais connu. Elle-même se donne peu de chance d'en réchapper. Sachant qu'il s'agit peut-être de son dernier combat, Nävis décide de l'endroit où aura lieu le duel. Un endroit qui lui est cher ...


L’ultime warrior.
Vous  allez dire que Samba retarde bien ce coup là mais rappelez-vous que je continue cette série via des achats en 2e main. Un petit tour au festival BD de Contern et me voilà donc avec ce 14e tome des aventures de Nävis. Dans cet album, elle combat une sorte de combattant ultime ayant des allures de mante religieuse. Là, franchement bravo à Philippe Buchet car cet ennemi est réellement terrifiant. Les scènes de combat valent vraiment  le coup d’être contemplées vu leur dynamisme.
Sinon, sauf si vous êtes un diplômé de HES (haute école sillagienne), vous aurez du mal à tout capter de l’intrigue. Les revirements ou rebondissements sont trop nombreux pour qu’un Bobo y retrouve ses mineurs. Mais bonne nouvelle, ce grand complot semble terminé (ouf, on peut vraiment l’espérer). Il reste la partie Atsukau et son ami à décortiquer.
Il doit bien rester 52 albums pour y arriver, ne déspérons pas !

Scénario : 5/10
Dessin : 8/10
surprises.smileysmiley.com.6.3.gif Global.



On en parle sur le forum.

sillag.png


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

12/07/2012

Ushijima: "L'usurier de l'ombre" n°16

ushijima-manga-volume-5-simple-12231.jpg9498_t2.jpgAuteur: "Shohei Manabe"
224 pages
Dépôt légal: 10/2011




"Ushijima", série emblématique, dénonçant le système matérialiste du 21 ème siècle rebondit de plus belle avec pour cette fois, le thème de la tendance "fashion victime".
Dans cet opus n°16, on y retrouve toute la subtilité dont fait preuve "Shohei Manabe", son style violent, sa grandiloquence d'analyser la pauvreté, le mal-être de la société, le dévergondage en lui donnant vie, tout en  façonnant la personnalité de parias et de rebus.


Comme à son habitude, ce volume nous offre des dépendants, totalement asservis, pauvres intérieurement, cherchant la fuite quel qu'en soit le prix.
L'histoire se focalise sur "Nakata", jeune adulte sans repère apparent, qui trouve son réconfort uniquement par l'extravagance de ses habits de luxe, son look, ainsi que par le regard d'autrui sur sa personne extérieure.
Prêt à tout pour assouvir son désir de plaire à la société, il mange radicalement dans la main de l'empereur "Osare". Ce dernier s'est construit un nom au travers de son style excentrique vestimentaire faisant la une de magazines de mode relativement lu par la jeunesse nipponne.
Les empereurs tels qu'on les nomment dans ses revues forment un cercle très fermé, leur nombre étant particulièrement restreint.
Voilà donc la quête de "Nakata": Atteindre ce groupe sectaire dénué de tout sens moral influençant une jeunesse perdue.
"Ushijima", quant à lui, héros fascinant, n'apparaît comme fort régulièrement que peu, mais conserve tout de son charisme. Quelle que soit la blessure et la douleur des humains , il n'en a que faire, sa seule devise étant: "Tout être vivant m'est redevable du prêt accordé en sa faveur!"

imagesCAG70LSU.jpg


"Shohei Manabe" nous régale, propose une réelle réflexion pouvant conduire à une introspection totale: Nous vivons tout un chacun dans un contexte d'une vie angoissante parsemée d'obstacles, de tribulations et devant faire face chaque jour à des choix les plus adaptés.
Chaque thème proposé est audacieux, fort d'actualité, et malgré que les personnages décrits appartiennent à l'underground japonais, on s'y retrouve à chaque page, vivant intensément des périodes cruciales dans le but unique d'une forme de rédemption pour sauver sa peau.

Seul bémol, la longue durée entre chaque parution d'album particulièrement ses derniers temps.
Mais qui sait attendre savoure d'autant plus car voyant le succès flamboyant de cette série noire et l'effet crescendo du suspens, Shohei Manabe forge avec stratégie et imprègne son influence dans la jeune génération de mangakas.


Coq de Combat.

images.jpg

09/05/2012

L’agence T5-Le tombeau de Paul.

Agence (L')5.jpgAgence (L')5p.jpgAuteurs : Bartoll et Frisco.
Editeur : Casterman.
Sortie : 10/2011 mais réellement sortie le 02/2012.

Le paléo-résumé de l’éditeur.
Lorsque débute cette nouvelle aventure, un archéologue jésuite effectuant des fouilles sous-marines sur le site de l’ancien port antique de Césarée, aujourd’hui en Israël, découvre, dans une chapelle paléo-chrétienne pratiquement intacte, un intriguant ossuaire en pierre. D’après les inscriptions qui y sont gravées, il contiendrait les restes de Paul de Tarse : ni plus ni moins que Saint Paul, l’un des principaux apôtres du Christ ! Or l’histoire officielle chrétienne a toujours prétendu que les restes de Saint Paul se trouvent à Rome, où il serait mort en martyr sur ordre de Néron…

Notre peuple vaincra !
Je vous avais pourtant promis « plus jamais de BD de JC Bartoll » sur ce blog par Samba. Et puis voilà qu’on me glisse sournoisement dans mes lectures le tome 5 de « l’agence ». Reculant  devant rien pour vous fournir mon avis éclairé Clin d'œil, je prends la plume pour vous dire que c’est toujours aussi…..crac boum hueeeeeee
-Mais….. qui êtes vous ?
-Mais arrêtez ! Vous m’empêchez d’écrire ma chronique….. Paf  pif aïe
-Ici, les moudjahidines pro Bartoll  et nous avons coupé définitivement la parole à ce chien de Samba.
-Finis les avis de ce mécréant impérialiste. Nous les vrais connaisseurs de bonnes BD, nous vous conseillons vigoureusement (lisez obligatoirement) la lecture de cette sublime série d’aventure.
Car vous trouverez dans l’agence, une grande rigueur historique avec un focus  poussé sur une des merveilles de l’antiquité : le port de Césarée. Et aussi de la haute technologie avec le spectromètre IR, un matériel high tech digne des « experts ». On y trouve aussi de l’éthique (très important l’éthique) quand on respecte le touriste  lors d’une fusillade fortuite. Et ce n’est pas tout, notre grand scénariste n’a pas oublié d’ajouter  de nombreuses scènes d’action ou de castagne qui feront la joie des combattants martyres. On a aussi  beaucoup apprécié voir ton équipe MX-22  botter le cul aux israélites .Par contre, excuses nous Jean-Claude, tu devrais un peu plus couvrir tes héroïnes.
Tu pourrais faire  comme Eden Hazard, un petit  coup du foulard. Nous félicitons aussi ton nouveau dessinateur Frisco qui arrive à donner beaucoup de profondeur et consistance à tes  personnages. Et puis la typo à la Largo Winch quelle merveilleuse idée.
Alors chères fidèles, vous devez absolument lire cette BD car Bartoll est grand.
Des notes qui ne se contestent pas.
Scénario : 10/10
Dessin : 10/10
10-17aa.gif Global.




Les Moudjahidines pro Bartoll.
-Euh, Je proteste  contre cette cotation partisane !
-Ta  gueule toi ou je t’envoie en Afghanistan !

On n' en parle pas sur le forum (sujet trop sensible ).

agence.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

24/04/2012

Ash T1 et T2

Ash (Soleil)1.jpgAsh (Soleil)2.jpgAsh (Soleil)2p.jpgScénario : Debois, François
Dessin : Krystel
Couleurs : Krystel
Dépot légal : 06/2010 T1 et 10/2011 T2
Editeur : Soleil Productions
Collection : 1800

Couper le cordon…
Résumé de l'album : 1850. Royaume de Bohème. Ash est libérée d’une prison souterraine où elle croupit depuis quatre siècles. Qui est-elle et pourquoi a-t-elle été enfermée ? La seule chose dont la jeune fille soit sûre, c’est que son origine est intimement liée à un secret très convoité : celui de la vie éternelle...

De grands yeux !
krystel1.jpgVoilà bien un album où j’ai commencé ma lecture avec de fameux aprioris. Pour plusieurs raisons que voici : de 1, la collection 1800 ne m’a vraiment pas impressionné. De 2, encore une histoire avec le grand cornu et de 3, des auteurs inconnus au bataillon.
Finalement, j’accroche assez vite au dessin particulier de Krystel ( sa 1er BD) : des personnages aux visages ronds avec des grands yeux style manga,  évoluant dans un univers très victorien. Une ambiance toute particulière se dégage des pages, une sorte de steampunk gothique art nouveau. C’est indéniablement une très belle réussite pour cette jeune « diablesse »   de dessinatrice. Et puis l’histoire est assez étonnante aussi. François Dubois a eu l’intelligence de donner (enfin !) la parole à la logique scientifique, que ça fait du bien dans ces univers ésotériques cultivant des croyances de plus en plus révolues. Et puis notre Belzébuth est assez ambivalent et ambigu . Les personnages sont aussi très vite attachants et rendent la lecture très agréable. Mon seul regret  vient du fait qu’il s’agit d’un dyptique. Certaines scènes ou protagonistes  auraient mérité plus de développement. Et puis la fin est assez ouverte l’air de rien, on termine avec un gout de trop peu. Dommage .
Mais bon, cette série m’a fait découvrir une artiste pleine de promesse.
Krystel, vous avez gagné un fan.
Scénario : 7/10
Dessin : 9/10
surprises.smileysmiley.com.8.2.gifGlobal.




Samba.
On en parle sur le forum.

krystel.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.


12/04/2012

ETE INDIEN POUR LA MINI.

Couv_141492.jpgPlancheA_141492.jpgDessin & scénario : Régric

Editions Paquet

Collection Calandre

Sortie : 19/10/2011

48 pages

Prix conseillé : 13,00 €

ISBN : 978-2-88890-422-9

Automobile, aventures, polar.

 

 

Résumé (de l’éditeur: Inde, début 1960. L’expédition archéologique menée par le professeur Tumulus tourne court de bien étrange façon. Ce dernier se voit contraint de prendre la fuite à bord de sa Mini Cooper sans remarquer les étranges inscriptions que son assistant a gravé sur le capot...

Deux ans plus tard, c’est à Saint-Germain-sur-Orge que ce curieux passé va refaire surface !

 

capitol, été indien pour la mini, régric, paquet, 810, automobile, aventures, polar, calandre, 102011

 

Mon avis : La collection « Calandre » regorge de pépites insoupçonnées…Cet album en est le plus splendide exemple. La couverture n’est pas, à première vue, vraiment emballante, ou plutôt elle n’en dit pas assez! Il suffit d’ouvrir l’album et de lire la première planche pour se dire : « Mais bien sûr, je connais ce style de dessin ligne claire ! ». Mais, ce n’est pas n’importe quelle ligne claire, c’est « la » ligne claire de Hergé. Ce n’est pas possible d’avoir autant de mimétisme …Ou plutôt, c’est du Bob De Moor, un cousin de Barelli, avec sa gouaille et son grain…Car cette bande dessinée se rapporte plus à l’esprit de la famille De Moor, bien moins coincé que son illustre maître.

capitol, été indien pour la mini, régric, paquet, 810, automobile, aventures, polar, calandre, 102011

Régric, alias Frédéric Legrain , est un dessinateur français qui dès son plus jeune âge s’est amusé à copier les cases des Hergé, Martin et autre Bob De Moor. Après avoir travaillé pour un studio de dessin animé (sur Lucky Luke), il entre chez Jacques Martin pour reprendre les voyages de Lefranc, albums didactiques sur l’histoire de l’aviation. En 2009, il reprend le flambeau pour le compte de la série principale Lefranc et nous permet de lire « Noël noir », un des meilleurs albums de Lefranc depuis longtemps (voir la chronique sur SambaBD). Régric n’est donc pas le premier venu et il nous livre un album à la hauteur de son talent. Je crois que j’en ai assez dit sur le dessin, c’est une réussite totale…

capitol, été indien pour la mini, régric, paquet, 810, automobile, aventures, polar, calandre, 102011

Concernant le scénario, il nous raconte l’histoire d’une Mini-Cooper qui va devenir le personnage principal d’une aventure pleine de rebondissement, trépidante. Le récit est rempli de clins d’œil, de références, de jeux de mot, de calembours en tous genres. Au final, c’est un album qui m’a bien plus. J’ai eu l’impression que l’auteur s’est bien amusé et cette jubilation est communicative. Il ne s’est pas pris au sérieux mais il nous livre une BD bien aboutie et franchement bien torchée. Un délassement à la portée de tous, grand public.

 

Graphisme :   8,5/10

Scénario :     7,5/10

Moyenne :     8,0/10

 

Capitol.

 

capitol, été indien pour la mini, régric, paquet, 810, automobile, aventures, polar, calandre, 102011

30/03/2012

Gabrielle B. Cycle II Antilles : Liberté.

gabrielle b.jpggabrielle b p.jpgAuteurs : Dominique et Alain Robet.
Editeur : Emmanuel Proust.
Sortie : 10/2011

A l’abordage.
L’espionne de Napoléon est envoyée aux Antilles pour une mission décisive : attirer dans un guet-apens, la flotte de l’amiral Nelson. Une mission secrète très risquée pour la belle Gabrielle … Entre l’absurdité de la guerre et les horreurs de l’esclavage, elle ne pourra compter que sur le fidèle Masque d’Argent.

Chanson du matelot.
Parole de Gaby Oh Gaby:
J'fais ma traversée au milieu des algues et des coraux
Et j'fais mes abordages sur les restes d'un vieux brick, la  Revenante
J'dis bonjour... Faut bien que je me mouille et dérouille mes adversaires
C'est ma dernière escapade, je m'écrase le nez au hublot
J'ai mon contrat de confiance, le Masque qu'il faut
J'ai qu'du bol, j'en vois Nelson qui rigole

Gaby, oh Gaby, tu devrais pas toujours tirer la gueule
J'peux pas dormir, j'fais qu'des mauvaises critiques
Gaby, oh Gaby, tu veux qu'j'te chante la mer
Le long, le long, long des Antilles
Pas très clairs

En r'gardant les résultats d'son attaque
Un pavillon  anglais qui fumait plus à changer de camp
Ca fait frémir, faut savoir dire stop
Tu sais, tu sais c'est comme ce type qui voudrait me prendre ma liberté
Et qu'abandonne sa marque sur le peau des femmes
J'sens comme un vide, ramènes moi sur la Revenante.

Gaby, oh Gaby, tu devrais pas toujours tirer la gueule.
J'peux pas dormir, j'fais qu'des mauvaises critiques
Gaby, oh Gaby, tu veux qu'j'te chante la mer
Le long, le long, long des Antilles
Pas très clairs

Gaby j't'ai déjà dit qu't'es bien plus belle en souriant
T'es belle comme un canon qu'attend plus qu'une mèche
Ca fait boum, au feu les boulets
Aujourd'hui c'est Waterloo et j'aimerais bien qu'on m'aime
J'sens qu'j'vais encore finir en cotation et ses  notes sur dix
Et ses Inscrivez-vous à la newsletter ;
Oh Gaby !


Scénario :6.5/10
Dessin :6/10
surprises.smileysmiley.com.6.3.gif Global.



SAMBA.

gaby.jpg

24/03/2012

LES TUNIQUES BLEUES - Tome 55: Indien, mon frère.

 

 

Couv_135015.jpgPlancheA_135015.jpgDessin : Willy Lambil - Scénario : Raoul Cauvin

Editions Dupuis

Sortie : 07/10/2011

48 pages

Prix conseillé : 11,60 €

ISBN : 9782800150987

Aventure, Western, Histoire

 

 

Résumé (de l’éditeur: La cavalerie nordiste n'a pas fière allure : le cheval du colonel Stark a de l'emphysème, et celui de Chesterfield est parkinsonien... Impossible dès lors de charger correctement l'ennemi. Une nouvelle fois, l'avenir des unionistes est entre les mains de Blutch et Chesterfield. Les voilà désignés volontaires pour aller, déguisés en colons, chercher chez les tribus Comanches du Texas les chevaux nécessaires à la poursuite de la guerre. L'occasion de retrouver en route de vieilles connaissances, comme Plume d'argent, ou le colonel Appeltown et sa fille Amélie. Mais aussi de faire des rencontres beaucoup plus inattendues, notamment pour Blutch qui va se découvrir... un frère jumeau chez les Comanches !

164651.JPG

 

Mon avis : Que faire pour renouveler une série qui en est à son 55e tome ? Posez la question à Raoul Cauvin…Il va piquer un petit somme sur son divan et hop-là ! La réponse va arriver de ce petit moment réparateur ! (Véridique !) Cauvin va nous trouver pour ce 55e tome un frère jumeau de Blutch chez les Comanches du Texas…Et nous voilà reparti pour un tour…Willy Lambil s’applique toujours pour nous livrer un travail très professionnel dans le plus pur style de chez Dupuis. Raoul Cauvin lui continue sur son rythme de sénateur. C’est un diesel. Lentement mais sûrement. Il parvient toujours à nous sortir un lapin de son chapeau. La série ronronne bien…Parfois c’est un peu loupé, parfois cela se réveille quelque peu…ici, cela reste dans la bonne moyenne mais rien d’exceptionnel.

164931.JPG

Je suis persuadé que cette série bénéficie toujours d’une flux de sympathie chez les jeunes lecteurs et qu’elle assure son lot de bonnes ventes…C’est le genre de BD qui rassemble les générations, le père et le fils les lisent ensemble…Mais ne vous attendez pas à plus…Gentil mais pas extraordinaire…

 

Graphisme :   7,0/10

Scénario :     6,0/10

Moyenne :     6,5/10

 

Capitol.

164457.JPG

08/03/2012

Les chasseurs d’écume T1:1901, premières sardines.

Chasseurs d'écume (Les)1.jpgChasseurs d'écume (Les)1p.jpgAuteurs :Debois et Fino.
Editeur :Glénat .
Sortie : 10/2011

La sardine à l’huile.
Juin 1950(et pas 60 comme trouvé sur tous les résumés), dans un train entre Quimper et Paris. Jos Gloaguen, la soixantaine chenue, va représenter les intérêts des pêcheurs de Bretagne Sud au comité interministériel de la sardine. Un voisin de wagon intrigué l'interroge : il s'est toujours demandé comment un si petit poisson peut susciter autant d'émois... Comment en 1924 les grèves des Pen Sardines, ces travailleuses des conserveries, ont pu avoir un tel retentissement national ! Jos Gloaguen sait bien lui, que la sardine est le blé de l’océan, et autant une affaire de passion que de survie…Alors il remonte dans ses souvenirs, pour raconter comment il a embarqué pour la première fois en 1901, âgé de 12 ans. Comment il est tombé amoureux de la mer à peu près en même temps que de Denise Guilcher, fille d'une famille ennemie. Comme leur existence était difficile, entre l'âpreté des sorties en mer, les caprices de la sardine et l'exploitation par les patrons des conserveries.

Au filet.
A la base, cette histoire est tirée du roman de JC Boulard «  l’épopée de la sardine ».François Debois a eu la bonne idée de nous la proposer en BD en changeant judicieusement le titre car je pense que la sardine sur ce coup là ne serait pas trop vendeuse. Quoiqu’ en lisant ce premier album sur 4, la sardine est une véritable industrie à elle toute seule .Mais cette série, c’est avant tout une saga familiale à la « maitre de l’orge » mais avec l’option « pêche » comme lame de fond. On est très vite happé par la reconstitution  minutieuse d’un village breton du début du 20e siècle.  Les auteurs ont visiblement fait un très beau travail de repérage et de documentation pour cette série. C’est d’ailleurs parfois un peu trop poussé dans les termes de pêche surtout pour un terrestre comme moi. Mais la lecture reste très agréable et plaisante au fil des pages .On y aborde aussi d’autres thèmes comme le poids de l’église, l’agitation sociale, les dangers de la mer. Bref, c’est un album assez dense qui vous attend (on ne va pas s’en plaindre).Le dessin de Fino est certes assez classique  mais il réussit bien à nous faire ressentir toute l’apprêté de cette vie de pêcheur en Bretagne. Une bonne pêche en somme.
Pour la suite, j’espère qu’on mettra un peu plus l’accent sur le jeune Jos qui a trop d’orgueil et de détermination pour ne pas en faire profiter aux  lecteurs.
Allez bonne mer à tous.
Dessin : 7.5/10
Scénario : 7/10
surprises.smileysmiley.com.7.3.gif Global.



Chasseurs d'écume (Les)1v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.