15/05/2017

Teach me love T3

teach me love.jpgteach me love t3.jpgAuteure: Ai Hibiki.
Editeur: Soleil Manga.
Sortie : octobre 2016.
Genre : Shojo érotique.

 

 

 

Le résumé.

Mahiro et Rei sont encore plus amoureux depuis qu’ils se sont unis autant sentimentalement que physiquement.
Le problème, c’est qu’ils ont des examens en fin d’année. Pour calmer Rei, Mahoro lui impose l’abstinence et les plaisirs solitaires !

« Je ne dois pas bouillir comme ça dès que je le vois »

Mon avis.
On les sentait bien chaud nos deux amoureux dans les 2 premiers tomes mais là, c’est carrément torride. Notre dévergondée (c’est elle qui le dit) a visiblement le feu au cul. Pour refroidir cette centrale nucléaire, elle décide de refroidir son cœur et surtout ses fesses en ne pourtant plus de petite culotte. Vous l’aurez compris, le ton est résolument débridé et décomplexé. Mais cela reste une comédie, un tour de force quand on parle d’exhibition et de domination mais tout ça se déroule dans un esprit léger et guilleret. On est loin de certain titre où le sexe est intellectualisé à outrance et qui finit par en devenir chiant.
On y retrouve aussi la sensibilité féminine de l’auteure plus tournée vers le plaisir que sur la performance physique. Elle doit aussi s’accommoder de la censure classique du pays du soleil levant (pas de poil beurkkk !).
Mais on sent aussi clairement que la demoiselle, elle s’éclate dans ses nombreuses scènes de jambes en l’air.
Allez, il est temps d’aller faire la vaisselle.

Verso_289831.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 


Inscrivez-vous à la newsletter.

09/02/2017

L’assassin qu’elle mérite T4 : les amants effroyables.

l'assassin qu'elle merite.jpgl'assassin qu'elle merite t4.jpgDessin : Yannick Corboz
Scénario : Wilfrid Lupano.
Éditeur : vents d’Ouest.
Sortie : 12 octobre 2016.
56 pages
Genre : thriller, drame.

 

Le résumé éditeur.
Paris, 1900. Victor a finalement sauvé Léna, celle qu’il avait prévu d’assassiner pour se venger d’Alec ! Dès lors, comment parvenir à faire payer son ancien mentor ? La réponse se trouve peut-être dans la lettre de revendication qu’il a subtilisée à ses nouvelles fréquentations. Un couple de révolutionnaires qui compte faire exploser le prestigieux palais de l’électricité, alors même que le débat sur la modernité frappe le Paris de l’Exposition Universelle.

« Le 20e siècle va balayer les notions archaïques de nations et de compétition libérale. La science est universelle ! »

Mon avis.

Ce qui m’a le plus marqué pendant ma relecture des 4 tomes de cette série, c’est la qualité narrative des dialogues de Lupano. Je n’ai jamais ressenti une once d’ennui pour cette leçon ambigüe et surtout imprévisible. L’assassin qu’elle mérite, c’est aussi un focus sur une époque (1900) avec ses espérances, ses progrès, ses excès ou encore sa fébrilité.
Yannick Corboz illustre cet univers d’une manière très cinématographique avec un trait assurément expressif, pétillant et parfois charmeur. L’encrage s’est aussi pas mal affiné par rapport au premier opus.
On y sent clairement une belle osmose entre le dessin et l’histoire, un peu comme un député avec son attaché(e) parlementaire.
Mais ici pas d’emploi fictif mais bien un jeu de pouvoir où les apparences sont parfois bien trompeuses. Ne sommes-nous que des pantins manipulés esclaves de nos émotions ?
L’assassin qu’elle mérite aura donc le label lu et approuvé par la SambaTeam !

 

l'assassin qu'elle merite tt.jpg

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif



 

25/01/2017

Letter 44 - tome 4 - le temps des sauveurs

letter 44, albuquerque, soule, glénat, comics, science-fiction,10/2016,letter 44, albuquerque, soule, glénat, comics, science-fiction,10/2016,Scénario : Charles Soule
Dessin : Alberto J. Albuquerque
Éditeur : Glénat comics
160 pages
Date de sortie : octobre 2016
Genre : Science-fiction

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le Major Gabriel Drum est arrivé sur Terre, émergeant de l’astéroïde où il avait été laissé un an auparavant. Il a l’air quelque peu… différent. Bien déterminé à parler avec le président, il ne laissera personne entraver son chemin, et il semble que Blade n’ait d’autre choix que d’écouter ce qu’il a à lui dire. Il est venu lui annoncer la destruction de la Terre, et la possibilité qui lui était offerte de sauver un nombre très limité de vie qu'il devra lui-même choisir.

Pendant ce temps, l’équipage du Clarke, qui ne sait pas que Drum est en vie, doit subir les conséquences pour s’être opposé aux souhaits des Constructeurs. Gomez n’étant plus là, personne n’est à l’abri de la colère des aliens…

 

 

 "Monsieur le Président, ce que j'ai à vous dire est très important .... et terrible."

 

Mon avis

Ce quatrième tome prend un virage un plus SF que dans les précédents bien qu'il y ait toujours les trois arcs narratifs se succédant à vive allure. La dimension politique qui allait crescendo dans les trois premiers volumes, a visiblement atteint son sommet dans le tome 3 avec la guerre mondiale due à la révélation au monde de la présence extraterrestre. La tension politique n'est plus de mise, la guerre est finie et seul l'ancien président trame quelque chose.

Charles Soule réussit néanmoins à garder son lectorat captif en révélant quelques infos sur les intentions des aliens et en chamboulant les certitudes qu'on aurait pu avoir dans les épisodes précédents. Reste l'équipage du Clarke, qui semble de plus en plus livré à lui-même, à moins qu'il ne soit devenu l'instrument des aliens.

Avec un récit un peu moins dynamique qui semble constituer une charnière, cet épisode est un cran en dessous des précédents, même si rebondissements et surprises sont multiples et si l'intrigue ne manque pas d'intérêt.

Le dessinateur Alberto J. Albuquerque assure toujours autant avec un trait rempli de fougue et d'énergie.

Je reste accroc, et tombe à nouveau dans le piège du cliffhanger tendu par Charles Soule !

 

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

 les tomes précédents

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

18/01/2017

La suite de Skolem T2 : Disparitions.

la suite de skolem.jpgsuite de skolem.jpgDessin : Marek
Scénario : J.F Kierzkowski.
Editeur : les éditions Pirate(s)
Sortie : novembre 2016.
107 pages
Genre : aventure fantastique.

 

 

Le résumé éditeur.
Dans ce second tome, nous quittons la froidure de l'hiver Ukrainien pour rejoindre les bords de l'Adriatique en Croatie. Et si, pour nos héros, le voile se lève petit à petit sur le mystère de l'homme en noir, l'urgence devient alors de briser cette fatale destinée dans laquelle ils se retrouvent tous plongés.

« Hé, Zlatko, sers-moi une pinte de Karlovacko, j’ai besoin d’un remontant »

Mon avis.

C’est notre regretté Marc qui avait chroniqué le tome 1 de cette sympathique série. Il y expliquait la démarche des éditions pirates et la genèse de la suite de Skolem. Voir ICI.

Je reprends donc le flambeau pour la chronique du tome 2 car j’avais lu le primo album à l’époque.
C’est vraiment une histoire qui sent bon la BD de notre jeunesse avec un dessin en noir et blanc très ligne claire. D’ailleurs, j’y vois clairement un hommage au maître du genre Hergé. En plus comme certaines situations deviennent souvent burlesques ou rocambolesques, le rapprochement va certainement vous sauter aux yeux. La lecture se fait aisément malgré un sujet qui pourrait paraître casse gueule mais le scénario évite toute lourdeur et nous présente un récit sur les paradoxes temporels tout à fait convainquant.
Voilà, inutile de faire de long discours, une série attachante qui ravira les plus nostalgiques d’entre nous.

la suite de skolem t2.jpg

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif



 

17/01/2017

Trou de mémoire - tome 2 - combien de temps un homme peut-il survivre sans respirer ?

trou de mémoire T2.jpgtrou de mémoire T2_couv.jpgScénario : Roger Seiter
Dessin : Pascal Regnauld
Éditeur : Éditions du long bec
56 pages
Date de sortie : octobre 2016
Genre : Polar

 

 

 

 

Résumé

Suite et fin de ce polar noir centré sur la quête d'identité d'un amnésique. Souvenez-vous : Gilford Milton s'est réveillé sur un ponton aux côtés du cadavre d'une fille et d'un revolver. Ne voulant pas être mêlé à cette histoire, il quitte les lieux au plus vite mais ne sait pas ou aller puisque le coup pris sur la tête l'a rendu amnésique. Il mène donc sa petite enquête pour savoir qui il est et se découvre une existence plus que sulfureuse. Il est riche, très riche, possède plusieurs adresses à New York, et il est connu et reconnu dans un immeuble luxueux sous un autre nom. Ah oui ! Il trouve des indices qui ne laissent aucun doute sur son état de tueur à gage... Il découvre aussi qu'il a un frère, une famille et une petite amie. Pour retrouver ses souvenirs, il décide de contacter son frère, ce qui va lui couter très cher.

 

 

 "T'en fais pas, je suis un peu médecin. J'ai un médicament qui va te soulager."

 

 

Mon avis

Si vous avez lu la série XIII, le pitch de ce polar ne vous semblera pas d'une très grande originalité. C'est dans le traitement graphique et narratif que tiennent l'originalité et la réussite de ce diptyque. Dans un style semi-réaliste parfois proche de la caricature pour les personnages, Pascal Regnauld offre un graphisme très stylisé teinté de bichromies ocres ou bleutées répandant avec simplicité et efficacité les ambiances d'un polar. Le mélange des aplats noirs et des traits blancs est vraiment harmonieux et offre des planches à la fois sombres et lumineuses.

Côté scénario, la recette est la même que dans le tome 1 : une narration efficace en voix off par le personnage principal et une vraie évolution du caractère du personnage au fur et à mesure qu'il se découvre. Roger Seiter nous tient en haleine avec la double enquête - celle de Milton sur lui-même et celle des flics sur Milton - mais il n'a pas su mettre en place un grand suspense qui aurait fait de ce polar un chef d’œuvre. On se doute malheureusement un peu vite de l'issue.

Grâce à un traitement graphique audacieux et esthétique ainsi qu'à une narration proche des romans de genre, Trou de mémoire reste un très bon polar qui réussit à sortir des sentiers battus malgré un pitch de départ sans grande originalité.

Je suis preneur pour un nouveau diptyque de la même veine, avec une intrigue peut-être un peu plus costaud.

 

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

trou de mémoire,regnauld,seiter,éditions du long bec,polar,102016,710

 

trou de mémoire,regnauld,seiter,éditions du long bec,polar,102016,710

 

trou de mémoire,regnauld,seiter,éditions du long bec,polar,102016,710

 

A lire, le tome 1

trou de mémoire,gila monster,seiter,regnauld,éditions du long bec,polar,polar noir,amnésique,092015,810

02/01/2017

Alix T35 : L'or de Saturne

61FsL4WNw7L__SX371_BO1,204,203,200_.jpg9782203070967_3.jpg

Dessin : Marco Venanzi
Scénario : Pierre Valmour & Marco Venanzi
Éditeur : Casterman
Sortie le 26 octobre 2016
Genre : Historique

 

 

 

Avis de l'éditeur :

Néant

Mon avis :

Pour les fins historiens, la guerre civile romaine n'est pas loin : À vrai dire, Alix se retrouve messager du grand César – qui revient en Italie après la conquête de la Gaulle – afin de pouvoir retrouver sa chère Rome, en tant que consul aux côtés de Pompée. L'Histoire nous apprend que l'un comme l'autre demandaient le démantèlement des armées de chacun, en guise de bonne entente.

Sauf que Pompée, resté trop longtemps seul à la tête de la ville pendant que César conquérait le monde au nom de Rome, n'avait pas envie de voir ce chef de guerre lui voler sa place ! Au contraire, il était prêt à accuser son « ami » d'ennemi d'État pour le rendre personæ non gratta dans tout l'Empire.

Résultat des courses, on se retrouve de stratagèmes en complots : Pompée fit voler tout l'or de Rome en faisant porter le chapeau à César, par l'intermédiaire d' Alix déclaré coupable. (à cause d'une arme laissée sur les lieux du crime ne pouvant appartenir qu'à lui)

C'est ainsi que notre héros se retrouve à mettre en action le très célèbre adage : « il faut rendre à César ce qui appartient à César ». En effet, l'or de l'État, ainsi volé, s'il était restitué à César et que lui-même devenait Consul de Rome, servirait à payer les troupes de César s'en revenant de Gaulle.

Cette épopée relatée, ici, par Alix, a également été revisité sur petit écran dans la célèbre série « Rome » où il est mention également de cet or volé puis ensuite perdu par les hommes de Pompée (et retrouvé par simple hasard, par un homme de César... mais ceci est une autre histoire).

 

L'or de Saturne reprend dans une certaine mesure un ancien album Légions perdues, par le retour de Garofula, avec des scènes se déroulant dans les neiges, pour les adeptes de la première heure.

Graphiquement, on tient ici avec ce titre, des paysages nets, des couleurs justes et vives,et une dynamique fluide. Certains personnages dessinés à la va-vite sont tout de même à déplorer (et c'est même le cas par moment pour Alix!) Une maladresse, car la majorité du temps, Marco Venanzi assure et déploie l’étendue de son potentiel.

a07-3e78901.gif



Coq de Combat.

 

alix,marco venanzi,pierre valmour,casterman,810,historique,102016

 

30/12/2016

Chronosquad T1 lune de miel à l'âge du bronze.

chronosquad t1.jpgchronosquad.jpgDessin : Grégory Panaccione
Scénario : Giorgio Albertini

Éditeur : Delcourt.
Sortie : octobre 2016
241 pages.
Genre : Science-fiction

 

Le résumé.
Bloch Telinius vient de recevoir l’appel de sa vie : il va enfin intégrer la mythique Chronosquad pour une mission en Égypte antique ! Une banale fugue d’adolescents d’un centre de vacances que l’expérience de ses coéquipiers, Penn et Beylogu, devrait permettre de résoudre rapidement. Mais ce qui se présentait comme une balade temporelle de santé se transforme bientôt pour Bloch en voyage initiatique…


« Paléoki,soyez le premier à faire votre trace ...
Un week-end inoubliable de 23 jours.
12999,99 euro « tout inclus » en plein Paléolithique. »

Mon avis.

Honte sur SambaBD , on a laissé passer un Panaccione , l'auteur de l’excellent match et l'émouvant océan d'amour . C'est la sélection officielle d' Angoulême qui a attiré mon attention sur cet impardonnable oubli paru en octobre ( pas de grand retard néanmoins).Pour une fois que cette sélection m'inspire un achat , comme quoi tout arrive.
Bref, revenons à nos moutons ou plutôt à nos voyageurs temporels. J'ai adoré le principe , des voyages dans le temps ( rien de bien nouveau ) mais avec option vacances détentes . Là par contre, ça devient croustillant . C'est à la fois drôle, on retrouve notre Marcel Coste ( une sorte de Gérard Depardieu version jeune et moins gros) mais aussi passionnant grâce à une trame aventureuse allant vers le polar .
Fatalement , vous imaginez bien que retrouver 2 ados en pleine Égypte antique ne se fera pas sans casse ni sans traduction ( trop nombreuses d'ailleurs ..ça n'apporte pas grand chose au récit toutes ses traductions ). Néanmoins, je sais maintenant ce qu'une femme égyptienne vous demande si elle dit « Nn Kr-Xn Wwi ! ».
4 tomes sont prévus ! On en sera à pas loin de 1000 pages pour Grégory P. Il avance visiblement très vite le gaillard !
Je serai partant pour la suite car on s'attache vite aux personnages et l'effet « série » est indéniable, on a envie de connaître la suite.
Cet album me fait penser à une sorte de pastiche mais en assumant clairement son coté décalé.

chronosquad tome 1.jpg

 

a07-3e78901.gifDessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Global.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

19/12/2016

Peacemaker T16

Couv_292285.jpgAuteur : Ryouji Minagawa

Éditeur : Glénat

226 pages - western moderne

Seinen

Sortie : le 19 octobre 2016

 

 

Avis de l'éditeur :

La finale du Guns of Domination d’Emperor Garden réserve bien des surprises. Dans un renversement sans précédent, Cole a en effet décidé d'affronter un par un chacun des cinq participants restants. Le premier adversaire est Atra Crimson.

L'affrontement ultime entre le dieu du tir et le plus grand assassin est sur le point de commencer !

 

Mon avis :

Voici venu le moment des confrontations : un duel à mort entre 5 challengers hors-normes. Chacun d'entre eux tentera sa chance, à tour de rôle face au Dieu du tir.

L'assassin aux 1000 mystères, l'ancien commandant des armées d'Aquatarkus, le mercenaire de légende Steve Bucket, une dame qui combat pour la 1ère fois en ces lieux hostiles , Nicolas Crimson, et enfin et non des moindres , Hope Emerson, le propre frère du Dieu du tir, Cole Emerson.

Un adversaire légendaire, détenteur suprême du tir. Les affrontements se succèdent en un amas de techniques défenses-attaques, aussi surprenantes qu’inattendues.

Quelle tristesse de ne point observer de profondeur de champ. Alors que l'action est en place, seuls d'éternels plans rapprochés se succèdent. On s'attendait à un meilleur découpage pour ces duels. Cela dit, l'ambiance western bat son plein d'énergie, et chaque personnage possède a propre légende.

 a06-3e788fc.gif

peacemaker,ryouji minagawa,glénat,610,western,102016

Coq de Combat

 

14/12/2016

Les chasseurs d'écume - tome 6 - 1939, les sardines sous le contrôle de la Gast

les chasseurs d'écume,debois,fino,glénat,mer,bretagne,guerre,saga familiale, fresque sociale,seconde guerre mondiale,pêche,610,102016les chasseurs d'écume,debois,fino,glénat,mer,bretagne,guerre,saga familiale, fresque sociale,seconde guerre mondiale,pêche,610,102016Scénario : François Debois

Dessin : Serge Fino

Éditeur :  Glénat

48 pages

date de sortie : octobre 2016

genre : saga familiale, fresque sociale

 

 

 

1939. Fanch Gloaguen, le fils de Jos, est engagé pour combattre les Allemands sur le croiseur Dunkerque. Revenu d’entre les morts après la tragédie de Mers el-Kébir, il retrouve un Douarnenez bien changé. Passé aux mains des Nazis, le port vit des heures sombres, tiraillé entre les marins collabos, les résistants et ceux qui souhaitent tout simplement poursuivre la pêche malgré tout. Quel sera le choix de Fanch ?

 

"T'inquiète, les Boches franchiront jamais la ligne Maginot"

 

La saga des pêcheurs de sardine suit son court et continue de se fondre avec les évènements historiques qui ont marqués le siècle dernier. La seconde guerre mondiale n'aura épargné personne et la petite communauté des sardiniers va voir son quotidien bouleversé par l'arrivée des Nazis dans le petit port de pêche de Douarnenez. A leur échelle, les habitants du port breton vivront ce que tous les français ont vécu à cette époque. Tiraillés entre leurs intérêts personnels, la protection de leur outil de travail ou de leur famille et les enjeux supérieurs et la lutte contre l'occupant, l'heure est aux choix et aux décisions pas si faciles que ça à prendre. Et donc, comme partout ailleurs deux camps se dessinent dans le village.

L'histoire de la famille Gloaguen et des pêcheurs de sardines est toujours aussi passionnante même si sur cet épisode la grande Histoire occupe un peu plus le devant de la scène. Il n'empêche, la guerre à eu un impact sur toute l'activité économique de la France, il n'y a donc pas de raison que la sardine y échappe !

Une fois de plus les auteurs allient avec habileté fiction et réalité et nous livrent un documentaire d'excellente qualité et qui plus est parfaitement divertissant. Le dessin réaliste, précis et tout en sobriété de Serge Fino est une merveille et fait mouche à tous les coups, aussi bien sur terre que sur mer.

Rendez-vous est pris pour le tome 7, pour une autre guerre annoncée !

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

09/12/2016

Terminus 1 - tome 2 - le fruit défendu

terminus 1, ponzio, le tendre, ankama, wul, stephan wul, science-fiction, ressources, 5/10, 10/2016terminus 1, ponzio, le tendre, ankama, wul, stephan wul, science-fiction, ressources, 5/10, 10/2016Scénario : Serge Le Tendre

Dessin : Jean-Michel Ponzio

Éditeur : Ankama

48 pages

date de sortie : octobre 2016

genre : science-fiction

 

 

Guidé par Diaz qui ignore tout de son véritable objectif, Julius entame une longue et dangereuse ascension vers le gisement de palladium à travers les montagnes les plus hostiles du système. Sa survie dépend d’une valise. Une valise contre la fournaise du désert jaune, contre les singes volants aux serres acérées, contre les Velus cannibales, gardiens du précieux métal. Mais Julius n’a d’autre choix que de revenir en vie s’il espère revoir Stella, laissée en sécurité à Fort Signal. À moins qu’elle ne soit déjà partie le retrouver… dans les grandes forêts aux charmes mortels de la station Terminus 1…

 

" Étranges ces arbres, vous avez vu ? la haut, on dirait ... des hommes ! "

 

Un second tome qui nous sort des confins de l'espace pour nous entrainer sur une chaude planète regorgeant d'un trésor caché et de curieuses créatures. Avec le héros en quête du précieux métal, l'histoire prend ici une tournure aux relents westerniens assez amusants qui finit par dériver en espèce de romance dramatique pour le moins curieuse.

L'enthousiasme que j'avais pour le tome 1 se transforme ici en déception et le message habituellement clair dans les œuvres de Stephan Wul se délite dans une intrigue sans grande saveur. Je m'attendais à quelque chose de plus grand, et un message fort sur les ressources minières et les enjeux politiques liés à leur exploitation. J'attendais du Wul, quoi ! Bon, on va dire que ça n'est sans doute pas le meilleur cru de Stephan Wul...

Restent les planches fabuleuses et les décors superbes plantés par Jean-Michel Ponzio, qui arrivent à faire oublier le traitement très photographique des personnages, qui a parfois du mal à passer.

 

a05-3e788c9.gif

 

 

Loubrun

 

 

A lire le tome 1

terminus 1, ponzio, le tendre, ankama, wul, stephan wul, science-fiction, ressources, 5/10, 10/2016