13/11/2017

Un Australien à Gallipoli

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10Scénario : Ruth Starke
Dessin : Greg Holfeld
Éditeur : Kramiek
72 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : Histoire, guerre

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Au début de la Première Guerre mondiale, Wally et Roy sont parmi les premiers à s’enrôler. Mais leur grande aventure se transforme bientôt en désastre. Le lendemain du débarquement, le 25 avril 1915, plus de 2000 de leurs compagnons de l'ANZAC (corps d'armée australien et néozélandais) sont morts et la tentative audacieuse par les commandants alliés de renverser les Turcs tourne mal. Tandis que la campagne de Gallipoli continue, Wally, Roy et leur nouveau compagnon Tom se retrouvent prisonniers d’un combat contre un ennemi redoutable, des paysages hostiles, les puces, le froid et la maladie.

 

 "Quitter un peu la ferme et voir le monde. Si on s'inscrit en même temps, on partira ensemble."

 

Mon avis

Jusqu'à présent les éditions Kramiek nous avaient conquis par le registre de l'humour. Humour potache, absurde, surréaliste ou poétique, souvent en décalage avec le reste de la production BD.

Avec un Australien à Gallipoli, les voilà qui investissent l'Histoire, celle avec un grand H, et nous plongent en immersion dans les tranchées de la première guerre mondiale. Toutefois, la boue n'est pas celle de Verdun ou de la Somme, mais celle de la péninsule de Gallipoli en Turquie.

Fougueux, intrépides, pressés d'en découdre et de découvrir le vieux continent, les trois personnages principaux de ce récit déchanteront vite en constatant d'abord qu'ils n'iront pas en Europe et ensuite que leur adversaire, les Turcs en l’occurrence, sont bien plus aguerris qu'ils ne le pensaient. Mais la guerre est la même partout et on retrouve sur ce front des Dardanelles les même images que l'on connait en France : la naïveté des soldats au début de la guerre, la camaraderie dans les tranchées, la mort brutale, la maladie, les conditions sanitaires lamentables, les ordres absurdes, les stratégies militaires insensées ...

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

Sous la plume de l'Australienne Ruth Starke, on découvre un récit de guerre vu sous l'angle du quotidien de trois jeunes soldats Australiens et un épisode de la Première Guerre mondiale que l'on ne connait pas en Europe. En Australie en revanche, cet événement est célébré tous les ans et le 25 avril est un jour férié.

Si le récit est bien mené et plutôt bien mis en scène par Greg Holfeld, je m'interroge en revanche sur l'utilité du choix de personnages anthropomorphes. Les troupes australiennes et Néo Zélandaises sont représentées par des kangourous ou des koalas, les Turcs quant à eux sont représentés par des Caracals. Le choix n'est pas anodin. L'auteur à voulu mettre en scène des animaux emblématiques des régions que les personnages sont censés représenter. C'est bien réalisé, mais je trouve que ce choix dédramatise l'évènement qui, humainement parlant, fut aussi terrible que les batailles menées sur le front français.

L'album se termine sur 8 pages de notes apportant un complément d'informations Historiques. Voilà un récit de guerre inédit par son traitement graphique qui a le mérite d'apporter un éclairage supplémentaire sur cette Histoire que l'on croit toujours connaitre par cœur. Dommage que l'on ai du mal à s'attacher un peu plus aux personnages.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

 

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

 

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

 

17/10/2017

Journal d'un enfant de lune

journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017Scénario : Joris Chamblain
Dessin : Anne-Lise Nalin
Éditeur : Kennes Editions
56 pages
Date de sortie :  11 octobre 2017
Genre : chronique sociale, témoignage

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Avec Journal d'un enfant de lune, Joris Chamblain, le scénariste de la série best-seller Les Carnets de Cerise et de Sorcières Sorcières, propose un récit fort véhiculant des valeurs positives pour un public ado-adulte. Journal d'un enfant de lune a pour thème une maladie rare (l'hypersensibilité de la peau au soleil). Il est scénarisé par Joris Chamblain et dessiné par Anne-Lise Nalin.

 

journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017

 

Mon avis

Les parents de Morgane, une jeune ado de 16 ans, emménagent dans une nouvelle maison. Difficile pour une ado de changer de vie, de perdre ses copines et de se rerouver dans un nouveau lieu avec pour seul horizon ses parents et son petit frère. Elle râle beaucoup, elle claque les portes et envoie balader un peu tout le monde. Elle est cependant loin de se douter que ce déménagement va changer sa vie, et peut-être même lui faire mettre un premier pied dans le monde adulte.

En déballant ses cartons elle trouve un journal intime caché derrière un radiateur. C'est celui de Maxime, âgé de 17 ans. Il y raconte sa maladie, la Xeroderma Pigmentosum, une de ces maladies génétiques orphelines, appelées maladies rares, qui font doublement souffrir d'une part parce que la maladie en elle même est une souffrance et d'autre part parce que ces maladies orphelines sont difficiles à prendre en charge du fait de la rareté des cas.

Cette maladie interdit à Maxime de s'exposer au soleil sans quoi sa peau serait irrémédiablement détruite par les UVA. Il est donc obligé de se cacher des rayons du soleil en enfilant des combinaisons lourdes, incommodes et inconfortables et n'a pour seul espace de liberté totale que la nuit et lueur de la lune.

journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017

Morgane est tout de suite bouleversée par ce journal plein de noirceur et la description touchante que Maxime fait de sa maladie. Elle veut retrouver l'auteur du journal et le lui rendre. Sa petite enquête la mènera au sein d'une association d'aide aux enfants de la lune où elle y fera du bénévolat durant un été. Cette expérience montrera à Morgane que la vie, faite de peines et de joies, réserve tous les jours son lot de surprises et que l'espoir est un formidable moteur pour avancer et franchir les obstacles.

journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017

Voilà une très belle histoire, touchante, émouvante, intelligente, sensible et utile que nous raconte le scénariste des Carnets de Cerise, Joris Chamblain. Joliment illustré et chaleureusement mis en couleur par Anne-Lise Nalin, ce récit nous fait découvrir avec simplicité cette maladie rare qui bouleverse la vie non seulement de ceux en sont atteint mais aussi de tout leur entourage. Imaginez-vous un instant sortir de chez vous affublé d'une combinaison de spationaute entièrement étanche aux UV. Imaginez les transformations à faire dans votre maison pour chasser les UV : ampoules électriques spéciales, filtres sur les vitres, hectolitres de crème solaire protectrice ... Difficile à imaginer si on y est pas confronté. Sans verser dans le pathos et la sensiblerie larmoyante, nous découvrons avec beaucoup d'émotion le quotidien de ces gens pas comme les autres qui essayent de vivre comme tout le monde.

C'est en partenariat avec l'association "Enfants de la lune" que les éditions Kennes ont mené ce projet éditorial. Plus qu'une mise en lumière – si j'ose dire – de cette maladie rare, cet album a vocation à venir en aide à l'association par le reversement d'une partie des recettes de l'album afin d'aider à la recherche mais aussi et surtout à venir en aide aux familles notamment par l'achat des coûteux équipements.

Une BD belle, intelligente, bouleversante et utile qui touchera les lecteurs de tous âges et qui devrait faire prendre un peu de recul aux ados qui pleurnichent quand ils n'ont plus de wifi...

 

Loubrun

 

le site de l'association Enfants de la Lune

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017

 

journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017

 

journal d'un enfant de lune, Chamblain, nalin, kennes editions, enfants de la lune, témoignage, maladie orpheline, xeroderma pigmentosum, chronique sociale, 8/10, 10/2017