16/02/2017

Higanjima T33

41K1gFbSoML__SX350_BO1,204,203,200_.jpg9782302056077_pg.jpgAuteur : Koji Matsumoto

Éditeur : Soleil

384 pages - Épouvante

Sortie : le 30 novembre 2016

 

 
Avis de l'éditeur :
Personne n'est jamais revenu de île d'Higanjima, petit îlot désert qui cache le plus terrible des secrets : une secte de vampires ! Pourtant Aki et ses amis s’embarquent pour Higanjima, à la recherche d'un frère, disparu deux ans auparavant. Sur l’île, ils découvrent l’horreur absolue et remontent jusqu'à la source du mal. Un des plus grands best-sellers d’horreur, traduit en temps réel avec le Japon, régénère le mythe des vampires en nous offrant un suspense organique et haletant.


Mon avis :


Higanjima, l'île des vampires a démarré voici plus de 10 ans pour sa version française. Certainement l'une des séries horrifiques les plus déstabilisantes parues à ce jour. Rien n'est épargné, monnaie courante pour les Seinen d'épouvante...mais l'île d'Higanjima torture tout autant le lecteur que ses protagonistes, à la petite cuillère, ne faisant pas dans la dentelle.

Démembrements, sacrifices, rituels maléfiques, viols, tortures multiples, cruauté barbares remontant à la nuit des temps, lorsqu'on lit l’œuvre de Koji Matsumoto, on découvre avec quel acharnement il se délecte à nous en mettre plein la vue...jusqu'à déstabiliser.

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016,higanjima

 

Mais qu'on se le dise : il ne s'agit nullement d'une façade quelconque à dédramatiser sa vision de l'horreur. Son récit bien que long, voire trop long sur sa distance, permet toutefois de pénétrer un scénario qui tient la distance. Certes, quelques tomes "inutiles" demeurent, sans réel apport quant à la constitution mis en place par l'auteur, mais qu'importe, on se sent bouleversé intérieurement à la fois par la violence omniprésente autant raffinée qu'atypique, tout en se laissant bercer par une tension jouissive.La maîtrise du récit, ses protagonistes attachants, la qualité graphique (encrage épais, gros plans travaillés au style Found Footage) ainsi que son effet marketing (qualité du papier, plats de couvertures aguicheurs) propulsent l'île d'Higanjima parmi les inconditionnels du genre (sans toutefois appartenir à un genre unique).On y parle de vampires, mais en se détachant littéralement du conventionnel, sous tous ses aspects. Un mélange subtil de Cannibal Holocaust, de Ruggero Deodato, aux films contemporains Cat 3 (Catégorie 3) réservé à un public franchement averti. Du trash stylé, comme les amateurs du genre s'en délecteront.Ce 33ème tome clôt de manière éblouissante le sujet, et les chanceux que vous êtes pourront lire une histoire bonus en fin d'album, tout aussi étrange que malsaine.Vous l'aurez donc compris : l'île d'Higanjima ne s'adresse pas spécialement aux amateurs de vampires, mais plaira  sans  nulle doute aux admirateurs de scénario et du cinéma underground et hardcore.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016

 

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016

 

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016

Coq de Combat

 

30/01/2017

Ex-Arm T3

Couv_293965.jpgPlancheA_293965.jpgScénariste : Hirock

Dessinateur : Shin-Ya Komi

Éditeur : Delcourt - Tonkam

224 pages - Science-Fiction

Sortie : le 30 novembre 2016

 

 

 

Résumé de l'éditeur

Année 2030, sur le port de Tokyo. Un groupe doté de l'« Ex-Arm » nº08, attaque la policière Minami Uezono et sa co-équipière androïde Alma, alors infiltrées dans la transaction de l'« Ex-Arm », arme inconnue. Jouant le tout pour le tout, nos deux compères vont-elles réussir à initialiser l'« Ex-Arm » nº00 qu'elles ont dérobé à leurs assaillants ?!

 

Mon avis :

 Tout démarre avec un "trancheur", un organisme ultra-développé, à la recherche d'une androïde dans une maison de passes. Une maison close qui offre le plaisir dernier cri : des sexoïdes modernes totalement consentantes pour assouvir les désirs d'hommes richissimes. Mais ce lieu de perversion en tout genre referme un ôté bien obscur et maléfique...

Akira Natsume, ayant fait un bond dans le futur, se retrouve être une machine mécanique et électronique de haut standing. Le jeune homme, totalement dépassé par les événements devient un hacker hors-normes traquant du gros gibier, au solde d'une organisation Ex Arm de la police.

 

Suite à deux premiers volumes plutôt faiblards, on s'attendait à une suite de même acabit. Heureusement pour nous, il n'en est rien. On peut enfin espérer entrevoir une porte de sortie de la galère dans laquelle nous nous trouvions.

Soulignons-le tout de même, bien des mystères demeurent... et la trame parachute le lecteur dans un méli-mélo de tous les diables. Néanmoins, certains passages démontrent (temporairement) qu'Ex Arm a du répondant, et qu'il faut en tenir compte. Espérons que la série conserve dorénavant cette cadence et stimule nos sens.

Ce 3ème opus régale par son trait soigné. Les androïdes rappellent immanquablement l’œuvre de Hajime Sorayama. Élégance et sexy, corps aux formes creusées et rebondies, harmonie du métal et de la chair, fusion de la grâce et de la tendance cyberpunk. Le regard en prend pour se rincer l’œil à outrance.

Le clou du spectacle propose ces corps mi-humains mi-métal tranchés, lacérés par des lames plus puissantes que le titane. C'est ainsi que l'on contemple, des visages sectionnés de leur tronc, des mains délicates voltigeants telles des plumes au vent. Extase de l'horreur confronté au morbide.

 

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

 

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

 

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

Coq de Combat

 

 

Outcast - tome 3 - une petite lueur

outcast, kirkman, azaceta, delcourt, horreur, possession, exorcisme, outcast, kirkman, azaceta, delcourt, horreur, possession, exorcisme, Scénario : Robert Kirkman
Dessin : Paul Azaceta
Éditeur : Delcourt
119 pages
Date de sortie : novembre 2016
Genre : horreur, épouvante

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Kyle Barnes doit pratiquer l’exorcisme le plus émotionnellement intense de sa vie, alors qu’il commence tout juste à maîtriser  ses capacités… et à comprendre ce qui se passe réellement autour de lui… Les pièces du puzzle se mettent petit à petit en place, et des secrets sont révélés. Des secrets qui risquent de tout changer…

 

 

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

Mon avis

Reprenant les chapitres 13 à 18 de la version US, ce troisième volume est sorti fin 2016 alors que la première saison de la série TV a été diffusée en France en juin 2016.

Robert Kirkman est très habile pour nous mettre les nerfs en pelote. Sa recette ? Partant d'histoires 100 fois rabâchées (les zombies et possédés sont légions en BD et en romans d'épouvante), il fait mine de nous emmener sur des sentiers battus et nous fait subrepticement dévier de la route pour nous embarquer sur des chemins de traverse. Sur ces chemins de travers, il place des personnages d'apparence tout à fait ordinaire dont le caractère tourmenté se révèle petit à petit au fil de l'histoire et surtout, il implique leur famille toute entière dans la trame de son récit. Enfin, les héros de l'histoire n'en sont pas vraiment et leur créateur aime à nous présenter leurs forces et leurs failles. Et c'est avec ces dernières qu'il joue le plus. Il aime malmener ses personnages et les mettre en péril. Et puis bien sûr, Robert Kirkman n'a pas son pareil pour mettre en scène des ambiances dérangeantes et créer un suspense qu'il distille au compte goutte. C'en est même parfois pénible tant la diffusion d'informations se fait avec parcimonie.

 

Sa recette fonctionne à plein régime dans Outcast. L'histoire de possession et d'exorcisme démarre de façon assez traditionnelle et prend une tournure inattendue avec l'apparition de personnages énigmatiques prennant tranquillement de l'ampleur au fil des chapitres. Dans ce tome 3, le ton monte d'un cran. Kyle Barnes prend davantage d'ampleur et d'implication dans les évènements en devant exorciser sa soeur Mégane et les entitées démoniaques se révèlent quelque peu différentes de ce a quoi on pouvait s'attendre. Mais surtout, elles ont l'air de bien connaitre Kyle...

Le récit s'achève sur un cliffhanger redoutable qui nous fait déjà frissonner d'angoisse quant à la suite.

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

Le travail de Paul Azaceta sur le dessin est de la même veine que dans les tomes précédents. Il va à l'essentiel et ne tombe pas dans une surenchère d'effets spéciaux notamment dans les scènes de possession. Son procédé consistant à placer des petites vignettes carrées pour faire un gros plan sur des détails de scènes, permet de faire passer un tas d'informations et d'enrichir la narration.

 

Outcast s'installe tranquillement comme une série référence dans son genre.

 

 

 Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

Les tomes 1 et 2

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme,11/2016,8/10outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme,11/2016,8/10

27/01/2017

La vie en Doll T2

61ODREcDyvL__SX358_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_289011.jpgAuteur : Junya Inoue

Éditeur : Glénat

224 pages

Sortie : le 16 novembre 2016

Genre : Fantastique

 

Avis de l'éditeur :

 

Depuis la mort de son amie Emi qu'elle n'a pas réussi à secourir, Kasumi déprime. Au même moment, Michael, un agent de l'organisation qui en a après Kasumi, commence à douter des principes et des activités de son employeur, et décide de promettre à la jeune fille de la protéger. Mais le répit est de courte durée, et l'organisation recourt à une autre "vierge" pour s'emparer du miroir et de la bague d'auriculaire de la reine. Voilà qu'un nouvel obstacle bien plus puissant que les précédents se dresse sur la route de Kasumi…
 
Mon avis :
 
La trame débute avec Mademoiselle Hanna qui explose littéralement à elle seule une armée de cancrelats à la solde d'un ponte du pétrole. Une mission comme une autre, semble-t-il. En quelques pages, à peine, une kyrielle de morts s'entassent à la chaîne.
 
On comprend de suite que cette dite organisation, dont fait partie la jeune fille, s'organise à démanteler à sa sauce les dirigeants de multinationales ou autres groupes richissimes, interférant dans leurs propres activités.
 
Partant sur de bonnes bases, on pourrait s'attendre à un récit calibré et ordonné. Malheureusement, le lecteur sombre vite vers un dédale obscur sans réel intérêt. On s'ennuie vite, et cela se ressent pleinement.
 
Malgré qu'il s'agit d'une œuvre de Junya Inoue, autant le scénario que la touche graphique est de loin insuffisante par rapport à ce qu'il nous a déjà proposé de par le passé. Ses protagonistes ont des têtes difformes, des yeux ô combien énormes et globuleux... et que dire du manque de créativité de l'arrière-champ.
 
Au final, ce second tome est à l'instar de son prédécesseur : ceux qui ont apprécié se délecteront, les autres s'ennuieront à mourir. Mais en toute modestie, ce scénario fade n'apporte rien de nouveau sous le soleil.
 

junya inoue,glénat,510,fantastique,112016

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

junya inoue,glénat,510,fantastique,112016

 

junya inoue,glénat,510,fantastique,112016

 

junya inoue,glénat,510,fantastique,112016

Coq de Combat

 

 

 

25/01/2017

Dragon Ball SD Tome 4 :L'homme au masque de renard

dragon_ball_sd_4_cover.pngPlancheA_294080.jpgŒuvre originale : Akira Toriyama

Dessinateur pour Version SD : Naho Ohishi

Éditeur : Glénat

185 pages

Sortie : le 16 novembre 2016

Genre : Arts Martiaux

 

Résumé de l'éditeur :

 

Après avoir vaincu l'armée du Red Ribon, il ne manque plus qu'une seule Dragon Ball à Son Goku. Malheureusement, celle-ci n'apparaît plus sur le Dragon Radar… C'est alors que Kamé Sennin leur conseille d'aller voir Baba la voyante…
 
Mon avis :
 
 
Dans le tome précédent, Goku a vaincu à lui seul l'armée du ruban rouge. Cependant, il lui manque encore une boule du dragon pour exaucer son vœu : redonner vie au père de Upa, tué par Tao Pai Pai.
Accompagné de sa troupe d'amis, Goku, et les siens se rendent voir la diseuse de bonne aventure : Baba la voyante, qui n'est entre autres que la sœur de Tortue Géniale.
Puisqu'ils arrivent les mains vides et que Baba ne voit que par l'argent, elle en profite pour tester les compétences arts martiales de nos héros : ils devront à tour de rôle affronter les champions de ces lieux, aussi étranges que morbides.
Entre l'homme invisible et la momie, de curieux combats se déroulent.
 
Cette collection SD offre un panel agrémenté de fous rires. L'humour de Toriyama atteint des sommités.
Conseillé pour tout adepte de la série même si les lecteurs novices devraient s'attaquer directement à l’œuvre originale.
 

ob_0dfeca_2014-05-13-anime-classement-bab.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Perfect Crime T1, Arata MIYATSU, Yuuya KANZAKIKI, DELCOURT, TONKAM SEINEN, policier, intrigue psychologique

 

naho ohishi,akira toriyama,glénat,710,arts martiaux,112016

 

Perfect Crime T1, Arata MIYATSU, Yuuya KANZAKIKI, DELCOURT, TONKAM SEINEN, policier, intrigue psychologique

Coq de Combat

10/01/2017

Dead Body Road

dead body road, jordan, scalera, delcourt, comics, polar, vengeance, 11/2016, 3/10dead body road, jordan, scalera, delcourt, comics, polar, vengeance, 11/2016, 3/10Scénario : Justin Jordan
Dessin : Mattéo Scalera
Éditeur : Delcourt
144 pages
Date de sortie : novembre 2016
Genre : polar

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Du pur polar qui tache entre Banshee et les films de Tarantino ! Un nouveau récit noir et ultra violent par le scénariste de Luther Strode et le dessinateur de Black Science !
Orson Gage a une mission : assassiner tous ceux, sans exception, qui sont impliqués dans la mort de sa femme. Sa route le mène tout droit en Enfer. Mais Orson Gage s’en fout. Il n’a plus rien à perdre. Entre courses de voitures, meurtres, fusillades et action non-stop, rien ne l’arrêtera dans sa quête de vengeance ultime. 

 

 

" Tu es venu m'en empêcher, Yab ? Essayer de me convaincre ? Me dire de ne pas interférer ? "

 

Mon avis

Tout est parti d'un braquage qui a mal tourné, au cour du quel la femme d'Orson Gage a trouvé la mort alors qu'elle accomplissait son devoir de flic en faisant face à la bande de malfrats. Pour accomplir sa mission vengeresse, Orson sera mis sur la piste d'un des gangsters par la police elle-même, et verra sa tâche facilitée par la scission de la bande.


Débranchez vos neurones et mettez votre cerveau sur off. Justin Jordan ne perd pas son temps à poser l'intrigue et à décrire le caractère des personnages. Tout cela tient en deux pages et nous sommes plongés en deux temps trois mouvements dans le cœur de l'action. Et l'action, c'est le crédo de cet album ! Le récit ultra-dynamique au découpage très cinématographique ne laisse aucune place à la réflexion. Ça court, ça défouraille et ça jure à tout va. Tout s'enchaine dans un déferlement de violences et de vulgarité jusqu’à l'issue sans surprise de la quête menée par le gars Orson. Les dialogues, du niveau d'une cours de récré de collège, sont sans intérêt, et même pénibles à lire. Le dessin très anguleux de Mattéo Scalera semble beaucoup moins travaillé que sur Black Science. Certes, il répond à la dynamique de la narration avec son aspect taillé à la serpe, mais l'impression générale qui se dégage est plus proche du bâclage et du brouillon.


Pour reprendre le pitch de l'éditeur, on est quand même assez loin des films de Tarantino desquels se dégagent, au milieu de la violence, au moins un peu d'humour et une forme d'esthétique, complètement absents ici.


Pour se défouler après une dure journée de boulot, pourquoi pas. Et encore ...

 

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

dead body road,jordan,scalera,delcourt,comics,polar,vengeance,112016,310

 

dead body road,jordan,scalera,delcourt,comics,polar,vengeance,112016,310

 

dead body road,jordan,scalera,delcourt,comics,polar,vengeance,112016,310

 

05/01/2017

Universal war two - tome 3 - l'exode

universal war two, bajram,casterman, science-fiction, 11/2016universal war two, bajram,casterman, science-fiction, 11/2016Scénario et dessin : Denis Bajram

Éditeur : Casterman

48 pages

date de sortie : novembre 2016

genre : science-fiction

 

 

 

Présentation de l'éditeur

La première Guerre Universelle a été apocalyptique, manquant d'anéantir l'humanité. La paix à peine revenue, un effrayant et insondable ennemi frappe de nouveau le système solaire ainsi que l'idyllique Canaan. Les plus sages des humains ne savent plus que faire à part fuir. Seul la jeune Théa croit encore que la civilisation fondée par Kalish peut être sauvée. Quitte à devoir affronter les plus grands mystères de l'univers.

 

" Je crains de comprendre : vous traitez de "Kalish" tous les crétins caractériels ?" 

 

Mon avis

 

Bajram serait-il encore plus fort que Dark Vador dans Star Wars ? Après avoir pulvérisé la planète Terre, le voilà qui raye du système le Soleil, Mars, Titan, puis toutes les planètes sur lesquelles l'espèce humaine s'est installée. Canaan va-t-elle en réchapper ?

Le brave Kalish qui a voyagé dans le passé pour refonder une civilisation pacifique sur Canaan afin d'éviter les guerres, est ramené contre son gré dans le présent pour trouver une solution. Mais de solution, il n'en a pas, et n'a pas l'intention d'en trouver, consterné qu'il est de constater qu'il a été érigé en idole et est quasiment vénéré comme un dieu. Il se prend en pleine face l'échec de son projet et assiste impuissant à la disparition de toute forme de civilisation. S'il ne peut contrer ces phénomènes de destruction, il finit néanmoins par en comprendre les raisons.

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

Œuvre majeure de la SF, Universal War 2 continue de nous faire voyager dans le continuum espace-temps, après l'époustouflant premier cycle devenu culte. Pas toujours facile à suivre, on en demeure pas moins littéralement subjugué par la grandeur, la majesté et la richesse scénaristique de l’œuvre créée par Denis Bajram.

Il accentue dans ce troisième opus les dimensions philosophiques et métaphysiques sous-jacentes dans tout le récit depuis le tome 1 du premier cycle. Comme le noir profond des Wormhole qui aspirent les planètes et des mystérieux triangles qui les englobent, le ton de ce tome 3 est d'un pessimisme noir qui nous glace d'effroi. L'humanité n'est-elle vraiment capable que de destruction, la conduisant à une sanction ultime et fatale conduite par des forces extraterrestres aussi puissantes que mystérieuses ?

Dans des décors toujours aussi somptueux et inventifs, Denis Bajram fait évoluer des personnages accessibles, crédibles et terriblement humains dans tout ce qu'ils ont de meilleur et de plus détestable. Les dialogues sont d'ailleurs souvent très crus et directs. Du coup, l'histoire n'est ni rébarbative ni hermétique malgré un scénario assez complexe. Je recommande quand même de se replonger dans les deux premiers tomes avant d'attaquer celui-ci.

Ce troisième tome est une merveille graphique au scénario qui laisse la part belle au mystère et aux questions dont les fans vont attendre les réponses avec fébrilité dans les trois tomes à venir.

 

Loubrun

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016,910

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016,910

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016,910

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

 

 

 

 

 

 

les tomes 1 et 2

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016 universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

 

 

 

 

 

 

 

A lire aussi La Guerre Éternelle (intégrale reprenant les 3 tomes) et Libre à jamais (3 tomes)

 

universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016universal war two,bajram,casterman,science-fiction,112016

04/01/2017

Prométhée - cycle 2 - tome 14 - les âmes perdues

Prométhée T14.jpgProméthée T14_pl.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Stefano Raffaele

Éditeur : Soleil Production
54 pages
date de sortie : novembre 2016
genre : science-fiction

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Seule une petite partie de l’Humanité a survécu… Cette Humanité qui n’a pas voulu tenir compte des avertissements qui survenaient tous les jours à 13 heures 13, durant 13 jours. Cela aurait-il pu être évité ? Ou plutôt… Cela pourra-t-il être évité ?
En 1959, à Camp Hero, les scientifiques du projet secret Montauk voient arriver avec stupéfaction Turan, Dimbort, Lacan et Denton du XXIe siècle. Les “hommes du futur” vont devoir persuader les scientifiques du passé de la catastrophe à venir !
En 2019, de leur côté, les rares survivants de l’invasion alien tentent de survivre tant bien que mal… Pour eux, le temps est venu de brûler et d’enterrer les victimes du génocide planétaire orchestré par les extraterrestres.

 

 

Mon avis

 

Le premier cycle de Prométhée a tenu le lecteur en haleine sur 13 albums. Cette série SF brillamment écrite par Christophe Bec et dessinée par Stéfano Raffaele, est un "must have" du genre et sans doute l'une des meilleures série de ces 10 dernières années, même si le scénariste à un peu tiré sur la corde pour faire durer le plaisir.

Flirtant sur le succès de cette première saison, les auteurs ont donc décidé de poursuivre l'aventure. Pari risqué, tant les lecteurs sont exigeants et avides de nouveauté !

Fan de la première heure de cette série, ma curiosité à été piquée à l'annonce de ce 14ème tome. Mais mon enthousiasme est retombé comme un soufflé, devant un scénario compliqué, trop bavard et se perdant dans des considérations scientifico-techniques à faire pâlir de jalousie un professeur Mortimer au mieux de sa forme. Bien sûr, on est ici en face d'un album de mise en place et de démarrage d'un second cycle avec une nouvelle intrigue nécessitant quelques rappels et explications pour faire le lien avec le premier cycle. Les histoires de voyage dans le temps ne sont jamais simples à aborder, et là j'avoue avoir été vite largué.

Bref, malgré une idée de départ assez intéressante, voilà une entame de second cycle plutôt décevante qui me pousse à poser la question qui tue : était-ce bien nécessaire de poursuivre l'aventure ?

Allez, je vais rester positif en espérant une suite plus dynamique et en pariant que Christophe Bec saura exploiter comme il se doit les deux ou trois bonnes idées qu'il a amorcé dans cette nouvelle intrigue.

 

a05-3e788c9.gif



 Loubrun

 

 



 

30/12/2016

Dead Tube T3

61pRkCIzZmL__SX348_BO1,204,203,200_.jpgdead-tube-volume-1-delcourt-tonkam-manga.jpg

Dessinateur : Touta Kitakawa
Scénariste   : Mikoto Yamaguchi
Éditeur : Delcourt
192 pages
Sortie le 30 novembre 2016
Genre:Horreur.

 

 

Avis de l'éditeur :

 Deadtube. Les jeunes gens n'ont plus que ce nom de site de partage de vidéos à la bouche. En fonction du nombre de vues, il peut rendre n'importe qui incroyablement riche. Mais seules les vidéos les plus trash, les plus humiliantes ou dangereuses intéressent les gens. Accepter d'y participer, c'est prendre le risque de finir dernier et d’endosser tous les crimes réalisés par les autres prétendants. C'est à ce jeu morbide que vont jouer Mai et Tomohiro...

 

Mon avis :

 Suite directe du 2ème opus pour lequel on s'était attardé sur Eri Betsuki, cette professeur, à priori sans problème, douce et discrète, qui se fait subitement harceler et malmener par certains vauriens de sa classe. Enfermée dans un local, elle se fait sauvagement gang banger à tour de rôle par ses élèves. Aux 1ers abords, on pourrait croire à un viol collectif, la vérité est bien plus troublante : la dame prend littéralement son pied à se faire abuser et maltraiter par ses élèves. Mais contre toute attente, sa vengeance est radicale et sa soif de débauche, sans limite.

La seconde partie du récit énumère une sélection nominée pour tentatives de suicide. Le réalisme étant aux abonnés présents, il va sans dire, que ce sujet doit être pris avec une entière précaution.

Dead Tube est la rencontre de la débauche et de la violence grandissante. Une version extrême du genre. (Killer Instinct également chez Delcourt est du même acabit, voir même pire!)

Outre cette folie de l'esprit, l'introspection des protagonistes vaut franchement le détour. Victimes ou bourreaux, les deux, voire aucun, un processus et résultat d'une société gangrenée, ou simplement la férocité de l'humain primitif dans toute sa fourberie et sa splendeur.

Certains crieront sans nulle doute à une violence gratuite. Mais comme le stipule fort bien le réalisateur du film indépendant Making off de Cédric Dupuis, rien n'est gratuit en ce bas monde... Chacun demeure libre de lire, ou visionner ce genre de littérature, car oui, c'est de l'art, au même titre que des blockbusters américains ou des séries BD, comprenant plus de 50 tomes.

Certes, il est toute de même judicieux de rappeler que les sujets traités dans Dead Tube, encore il y a peu, tabous ou underground, se révèlent de plus en plus au grand jour.

Phénomènes de société, Dead Tube, en clin d’œil à You Tube, propose de l'inédit, contribue à satisfaire une audience. Réservé à un public plus qu’avertit !

Pour ma part, je clame haut et fort : vivement la suite!

a08-3e78906.gif

 

trailer-manga-dead-tube.jpg

Coq de Combat

 

28/12/2016

Harrow county - tome 2 - bis répétita

harrow county, cullen bunn, tyler crook, glénat comics, horreur, fantastique, monstres, 7/10, 11/2016harrow county, cullen bunn, tyler crook, glénat comics, horreur, fantastique, monstres, 7/10, 11/2016Dessin : Tyler Crook
Scénario : Cullen Bunn
Éditeur : Glénat comics
112 pages
Date de sortie : novembre 2016
Genre : horreur, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

 

Aux frontières de l’horreur…

Emmy a désormais découvert l’histoire tordue de Harrow County et la nature du lien étrange qui l’unit avec ses habitants. Mais alors que cette connexion s’approfondit un peu plus, plane l’ombre d’une présence sinistre et familière. Il est bien possible que celle-ci cherche à détruire la nouvelle harmonie intérieure d’Emmy…

harrow county,cullen bunn,tyler crook,glénat comics,horreur,fantastique,monstres,710,112016

 

Mon avis

 

Il est difficile de parler de cet album sans dévoiler les ressorts qui font le piment de ce récit. Aussi vais-je céder à la facilité et ne vous en dirai pas tellement plus que dans le résumé de l'éditeur, si ce n'est qu'il faut se méfier de l'eau qui dort ...

Il est question dans ce tome 2 de sorcières, de magie, de monstres de créatures démoniaques et d'un combat acharné entre les puissances du mal et le bien. Le surnaturel figure à toutes les pages, mais la narration simple mise en place par Cullen Bunn nous fait presque considérer les évènements comme naturels. On pense inévitablement aux romans de Stephen King où la vie semble toujours paisible et normale jusqu'à ce qu'un grain de sable ne vienne tout enrayer. C'est franchement bien écrit et dessiné et on se prend au jeu de cette ambiance fantastico-horrifique mise en scène avec maitrise. Quelques croquis en fin d'ouvrage permettent de prendre la mesure du talent de Tyler Crook quant à son dessin et d'apprécier la plus-value apportée au récit par sa colorisation.

Un petit bémol toutefois. si certains monstres sont assez effrayants, d'autres me paraissent plutôt grotesques et prêtent à rire. Bon, ceci étant dit, cela ne gâche en rien le plaisir de se faire peur avec ce récit fantastique dont l'ambiance générale tend quand même davantage vers le frisson que vers la rigolade.

 

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

A lire aussi

harrow county T1;  Witch Hunter ; The Empty Man

 

 

 

harrow county,cullen bunn,tyler crook,glénat comics,horreur,fantastique,monstres,710,112016harrow county,cullen bunn,tyler crook,glénat comics,horreur,fantastique,monstres,710,112016harrow county,cullen bunn,tyler crook,glénat comics,horreur,fantastique,monstres,710,112016