28/03/2017

Ajin - tome 8

Ajin t8.jpgScénario : Gamon Sakuraï
Dessin : Gamon Sakuraï
194 pages
Date de sortie : 15 février 2017
Genre : fantastique

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Kei Nagai a choisi le siège de Forge sécurité comme arène pour affronter Sato et ses complices. Deux des onze personnalités visées par le groupuscule terroriste serviront d’appât, dans ce plan qui se met en action dès l’arrivée du commando ajin dans les locaux.
Menés par Tanaka, les immortels progressent rapidement dans les étages, loin de se douter qu’ils devront bientôt faire face à l’unité spéciale formée par Kei, Tosaki et leurs subordonnés. Les échanges de tirs entre mortels et immortels s’intensifient et les balles fusent de tous côtés dans cette tour désormais isolée de l’extérieur…

 

 

"Le hacker comprendra alors que tout ne se déroule pas comme prévu..."

 

Mon avis

Après une petite pause dédiée à la réflexion et à la stratégie dans le précédent volume, voilà nos deux clans d'immortels qui passent à nouveau à l'action. Le groupe de Kei s'installe dans le siège de Forge Sécurité pour y attirer Sato et ses sbires. Le piège fonctionne mais Sato a plus d'un tour dans son sac et ne s'en laisse pas compter si facilement. Le lecteur n'a plus qu'a mettre son cerveau sur off et compter les points. Ça défouraille dans tous les sens et l'intrigue n'avance pas tellement. L'auteur nous avait pourtant habitués à avoir quelques bribes d'informations dans chaque volume permettant de maintenir l'intérêt du lecteur en éveil.

Bon, on a quand même envie de connaitre la suite, mais il ne faudrait pas nous faire trop languir et il serait temps de faire avancer d'un bon pas cette intrigue qui commence à dangereusement trainer en longueur.

 

 Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.png

 

a08-3e78906.png

 

a06-3e788fc.png

 

 

ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017

 

 

 les autres tomes

ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017

 

 

 


ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017 

21/03/2017

Espace vital - volume 1

espace vital, bollée laurent-frederic, LF Bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, 02/2017, espace vital, bollée laurent-frederic, LF Bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, 02/2017, Scénario : LF Bollée
Dessin : Fabrice Meddour
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  22 février 2017
Genre : fantastique, thriller

 

 

 

Présentation de l'éditeur
Cela commence par une sensation étrange : Garth Sneebs, 43 ans, se réveille dans un lit et une chambre qui ne sont pas les siens. Machinalement, il se lève, se rase, s’habille et rejoint un salon où cinq inconnus l’attendent. Ils parlent la même langue, mais sont tellement différents... Aucun point commun a priori, si ce n’est de s’être tous réveillés dans cet hôtel mystérieux, sans explication. Comment sont-ils arrivés là, dans ce lieu qui semble hors du temps et de l’espace ? De quel jeu pervers sont-ils les victimes ?

"ne serait-ce pas la couleur qu'aperçoivent tous ceux qui sont en train de mourir ? Vous savez, le long couloir et la lumière au bout..."

 

Mon avis

Si vous vous êtes déjà réveillé un matin sans trop savoir ou vous êtes, c'est que que vous avez soit pris une sérieuse cuite la veille, soit pris un coup un peu trop fort sur la tête parce que vous ronfliez trop, ou alors ce sont les prémices d'Alzheimer qui vous guettent. A moins que vous ne soyez devenu malgré vous le héros d'une aventure écrite par Laurent Frédéric Bollée ou Stephen King !

Dans un huis-clos intriguant à défaut d'être totalement angoissant, l'auteur plonge ses protagonistes dans une espèce de prison qui, derrière ses allures de prison dorée se révèle être un piège mortel. Pourquoi sont-ils là, enfermé dans ce château étrange ? Ni eux, ni nous pauvre lecteur, ne le savons. Tout au plus avons-nous droit à des bribes du passé des prisonniers, mais les indices restent maigres. Donc, les 6 reclus s'interrogent, se découvrent, se révèlent, se disputent, se méfient... et forcément discutent beaucoup, notamment sur la mort et l'au delà. Une chose est sûre, entre les ravitaillements qui apparaissent comme par enchantement tous les matins, les trous béants qui se forment inopinément, les planchers qui vibrent, et le mur invisible qui entoure tout ça, ce manoir à l'air d'être animé par de puissantes forces très énigmatiques, voire obscures !

Vous l'aurez compris, nous ne saurons rien dans ce premier tome et le mystère reste entier. Évidemment, le cliffhanger final invite obligatoirement à poursuivre l'aventure dans le deuxième tome annoncé pour avril. Ça va, l'attente ne sera pas trop longue.

Fabrice Meddour installe une ambiance assez pesante sans avoir recours à de grands effets. Il multiplie gros plans et plans serrés et donne à ses personnages un spectre d'expressions allant de l'interrogation à la terreur en passant par la colère, l'angoisse, l'incompréhension. C'est plutôt bien fait même si l'ensemble donne une impression un peu trop figée.

Affaire à suivre donc dans les deux prochains tomes pour savoir si cette bonne mise en bouche tiendra ses promesses. En attendant on ne peut s'empêcher de penser à de nombreuses références qui apparaissent dans cet album, comme les films Cube, Shining, Les Autres, et puis aussi les nombreux mangas survival.

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

 

 

 
 

20/03/2017

Les grandes batailles navales, la bataille de Jutland.

les grandes batailles navales la bataille du Jutland.jpgjutland.jpgScénario : Jean-Yves Delitte.
Dessin : Jean-Yves Delitte.
Éditeur : Glénat.
Sortie : 15 mars 2017.
56 pages.
Genre : Guerre.

 

 

Le résumé éditeur.
31 mai 1916. Après plus de deux ans d’attente et plusieurs occasions manquées, la Royal Navy anglaise, dont la Grand Fleet est commandée par le vice-amiral John Jellicoe et l'escadre des croiseurs de bataille par le vice-amiral David Beatty, contraint les Allemands à une grande confrontation navale en mer du Nord au large des côtes danoises du Jutland. 


« N’ayez pas d’inquiétude, mon commandant, aucun fridolin ne pourra approcher notre flotte sans gouter aux obus de notre Charly ! On va vous les pulvériser, tous ces fridolins ! ».

les grandes batailles navales,la bataille du jutland,delitte,glénat,032017,610,guerre

 

Mon avis.

Expert en la matière, Jean-Yves Delitte propose avec cette nouvelle collection de vous plonger au cœur des plus grands batailles navales de l’histoire, de l’antiquité à la seconde guerre mondiale.
Privilégiant la narration à travers le regard des anonymes, on nous invite à vivre la fureur de ces combats de l’intérieur.
J-Y Delitte va assurer le scénario et les illustrations de tous les albums et déléguera son rôle de dessinateur sur certain tome de cette collection. Ainsi, Dénis Béchu, Federico, Nardo,Christian Gine, Philippe Adamov et Roger Seiter feront partie de cette aventure.

En fin de chaque album, vous trouverez aussi un cahier didactique de 8 pages illustré par des cartes et documents d’époque pour apporter un éclairage scientifique, tactique et historique.
On débute donc avec la bataille de Jutland qui a été la dernière grande confrontation maritime de la 1ère guerre mondiale.

Une énorme canonnade avec des navires aux allures massives admirablement dessinés par sieur Delitte. Je me suis arrêté sur ses superbes illustrations de navires (parfois en double page). On est aussi servi sur le contenu technique des vaisseaux mais on ne peut pas dire que l’émotion soit de mise.
Dommage !

Jutland.PNG

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

  a08-3e78906.gif  

a06-3e788fc.gif

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

02/03/2017

Deathtopia.T01.

deathtopia-1-soleil.jpgCJcJyXZWwAAY_o7.jpgDessin: Yoshinobu Yamada.
Scénariste: Yoshinobu Yamada.
Éditeur : Soleil Manga.
Sortie : 22 février 2017.
192 pages.
Genre : seinen.

 

 

Le résumé.
yamada,deathtopia,seinen,soleil manga,sexy,022017,610Kô Fujimura, un jeune homme bien propre sur lui, est admis aux urgences les yeux en compote après avoir été malencontreusement renversé par un véhicule plus dur que lui. Les braves médecins parviennent à sauver sa vision, mais depuis l’opération, il est doté d’un étrange pourvoir de perception : il a le don de voir ceux qui ont « un truc en plus ». Il mettra alors sa nouvelle faculté au service de trois jeunes policières très délurées pour élucider d’horribles et mystérieux crimes.

 

 

 

« J’hallucine, sérieusement, c’est quoi ce bordel ? »

Deathtopia.jpg


Mon avis.

Je ne sais pas vous mais le résumé m’a bien fait rire avec ces trois jeunes policières sexy en deathtopia.pngdiable. C’est d’un crédible pas possible surtout qu’on a une blonde, une rouquine et une brune pour ratisser large. En plus, on n’a pas oublié l’option forte poitrine et tenue courte pour achever le lecteur mâle prêt à pendre la langue devant de telles jolies courbes affriolantes. Bref, bienvenue dans une lecture typé détente masculine par excellence.
Fatalement, tout y est  excessif comme les situations (attention c’est assez gore), les expressions, les cadrages à basic instinct, les mensurations, le peu de tissus, les contre-plongées, etc.
Sinon, il manque un élément important ! Il n’y a pas d’ île déserte mais un monde urbain. Je suis outré ! CDC (notre chroniqueur spécialiste des mangas) ne va pas aimer ;-)
Malgré un sujet intéressant, difficile de prendre ça au sérieux mais la lecture reste agréable notamment grâce au dessin détaillé de Y² (cage of eden). C’est plutôt dynamique comme histoire, ça n’arrête pas une seconde de bouger dans tous les sens et, vous l’aurez compris, sexy à souhait.
Cette série s’est arrêtée au tome 8 au pays du soleil levant.

005.jpg

 

 

Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

28/02/2017

La cire moderne

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, Scénario : Vincent Cuvellier
Dessin : Max de Radiguès
Éditeur : Casterman
160 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : chronique sociale

 

 

 

 

Résumé

 

Sam et Manu sont des jeunes qui ne semblent ni inquiets ni préoccupés de leur avenir. En pleine campagne, ils vivent au jour le jour, d'amour, de baise et de beuh fraiche. Le facteur va mettre un terme à cette palpitante existance en apprenant à Manu que son oncle vient de mourrir. Le passage chez le notaire lui apprend qu'il hérite d'une usine de cierge, du stock qui reste et d'un vieux combi Volkswagen. Les deux tourtereaux ont bien une idée de quoi faire du combi, mais pour le reste ... c'est une autre histoire. Heureusement, Jordan, le frère de Sam qui pense parfois à autre chose qu'au cul, utilise son savoir acquis à son bac pro force de vente et va les aider à mettre sur pied un business plan du feu de Dieu pour écouler le stock. Et voilà les 3 glandeurs partis faire la tournée des monastères pour vendre du cierge et financer leur vacances.

Ce road trip estival et commercial ne les portera pas dans les coulisses du CAC 40, mais offrira à Manu de nouveaux horizons l'amenant à revoir sa conception de l'existence.

 

 

 

«Arrêtez, j’ai des techniques de vente trop mortelles. Je vais te les embrouiller moi les curés»

 

 

Mon avis

 

Drôle de titre, drôle d'histoire et drôle d'héritage ! Vincent Cuvellier nous présente une jeunesse en totale déshérence qui semble à priori perdue pour elle-même et pour la société. Mais c'est compter sans les voies du seigneur qui, comme chacun sait, sont impénétrables. Les trois lascars qui n'y entendent rien à la religion (comme à tout un tas d'autres choses par ailleurs), et sont gavés comme un grand nombre de leur semblables, de clichés et autres stéréotypes à son encontre, ne sont pas de mauvais bougres et acceptent cet héritage en le prenant simplement comme une occupation passagère et momentanée. Cette occupation leur fait lever le nez de leur nombril et de leur petits plaisirs et conduit Manu vers forme de spiritualité dont il sera le premier surpris.

la cire moderne,de radiguès,cuvellier,casterman,religion,foi

C'est avec beaucoup d'humour, de légèreté et de réalisme que Vincent Cuvellier nous parle de religion. Mais bien plus que de religion, il est ici question de foi et de quête de spiritualité. Sans faire de prosélytisme ni avoir de discours moralisateur ou incantatoire, l'auteur nous met en position de témoin d'une conversion.

C'est drôle, léger, parfois un peu vulgaire mais c'est pour donner du réalisme aux personnages. Les personnages sont par ailleurs assez attachants, même Jordan à qui on a souvent envie de foutre des claques.

Max de Radiguès donne à cette histoire originale une tonalité très épurée grâce a un dessin simple voire simpliste. Le trait un peu naïf donne l'impression d'avoir à faire à une histoire pour enfants. Mais avec quelques traits bien placés il arrive à rendre expressifs et vivants ses personnages.

Pour son premier scénario de BD, Vincent Cuvellier a eu raison de se battre* pour se faire publier et réussit plutôt bien à faire ce qu'il voulait faire, c'est à dire de "parler de foi, et de religion, de façon décomplexée, décontractée, sans faire de prosélytisme, enchainer une scène de cul et les vêpres du matin en deux pages, sans que personne ne soit ni choqué, ni pas choqué. Bref, parler de religion comme d'un sujet normal."

Une façon aussi de montrer que la religion et la foi ne font pas que porter le glaive et l'épée et peuvent être compatibles avec le monde moderne. Et l'on comprend alors la symbolique du titre.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

 

 * La cire moderne c'est aussi une drôle d'aventure éditoriale, comme nous le raconte ici Vincent Cuvellier : https://www.facebook.com/vincent.cuvellier/posts/10211900...

 

 

21/02/2017

Verdun T2 : L’agonie du fort de Vaux.

verdun.jpgverdun l'agonie du fort de vaux.jpgScénario : Jean-Yves Le Naour.
Dessin : Marko et Holgado.
Editeur : Grand angle.
56 pages.
Sortie : 1er février 2017.
Genre : guerre.

 

 

Le résumé éditeur.
Le commandant Raynal, un officier blessé, se porte volontaire pour une mission désespérée : prendre le commandement du fort de Vaux, aux avant-postes des lignes françaises et tenir tête à l’offensive allemande qui avance. Sans moyens et dans des conditions épouvantables, Raynal et ses hommes vont pourtant se battre avec acharnement, assoiffés et ne tenant que grâce au maigre espoir de l’arrivée de renforts ou d’une contre-offensive salvatrice… 

« Bon, il ne peut être question de renvoyer un poilu pareil. Alors gardez-le mais je ne veux pas le voir ni l’entendre ! »

Mon avis.

Ce 2e volet nous narre la résistance héroïque (le terme n’est vraiment pas galvaudé) du fort de Vaux face à l’envahisseur germain. Une histoire qui peut se lire de manière indépendante malgré son label tome 2. Comme pour les autres albums proposés par l’historien et spécialiste de la 1e guerre, Jean-Yves Le Naour, on sent à la fois un récit rigoureux mais aussi une belle clarté dans son explication tactique. Cet album est donc à la portée de tous et même aux tirs ennemis.
Pour illustrer cette restitution fidèle, saluons les poilus Marko (mise en scène) et Holgado(dessin) car dessiner un truc aussi difforme que le fort de vaux, il faut le faire. Ce fort à l’état normal, ce n’est déjà pas une sinécure mais à l’état de ruine, c’est un peu une vision apocalyptique de l’enfer sur terre, une sorte d’enchevêtrement de boue, de murs détruits, de rocailles, de cadavres...
Le commandant Raynal est certainement le personnage le plus marquant, à la fois dur, déterminé, pragmatique mais aussi compatissant aux souffrances de ses hommes. La propagande française et allemande en fera un héros mais son action illustre parfaitement la fameuse devise française de Verdun « on ne passe pas ! »
Cet album est complété par 8 pages documentaires sur le fort de Vaux réalisé en partenariat avec le mémorial de Verdun.

verdun,l'agonie du fort de vaux,le naour,marko,grand angle,6/10,guerre,



Samba

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

13/02/2017

Duke - tome 1 - la boue et le sang

duke,la boue et le sang,hermann,yves h.,le lombard,western,610,012017duke,la boue et le sang,hermann,yves h.,le lombard,western,610,012017Scénario : Yves H.
Dessin : Hermann
Éditeur : le Lombard
54 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : western

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Duke est un homme tourmenté. Shérif adjoint d'une petite bourgade, convaincu par la dimension morale de sa mission, il est aussi un tireur d'élite habitué à la violence. Quand un conflit se déclare entre mineurs et propriétaires terriens, Duke doit quitter sa neutralité. Et recourir à ce qu'il connaît le mieux et redoute le plus : ses armes.

 

 

 

Mon avis

Je suis toujours très hésitant devant les albums de Hermann père et fils. En effet, leurs derniers albums m'ont tellement déçu qu'à la sortie d'une de leur nouveauté, j'y vais soit à reculons, soit pas du tout. Mais j'aime beaucoup le dessin de Hermann qui a le chic pour créer des personnages aux gueules réalistes qui sentent l'authentique et desquels transpirent littéralement toute la souffrance et la misère du monde, qui révoltent tant ce grand dessinateur. Et puis j'aime aussi les westerns pour toutes les images qu'ils véhiculent : l'aventure ; les héros et anti-héros ; l'expression de l'orgueil de l'homme dans son désir de conquête de territoires vierges, d'exploitation à outrance de ressources naturelles ; la domination des plus forts sur les plus faibles ; l'émergence de micro-sociétés qui naissent dans la violence et la douleur, et cette soif de justice sans cesse en lutte avec les plus vils instincts de vengeance que, peut-être nous portons chacun en nous.

 

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017

 

Pour ces deux raisons, je me suis penché sur Duke et ce premier tome d'une nouvelle série western signée Hermann. Le ton de la série est donné avec le titre de cette entame : la boue et le sang. Misère, désespoir et violence. Sur une trame ultra-classique, voire simpliste, Yves H. nous propose de suivre un personnage peut-être plus complexe qu'il n'y parait. En tout cas c'est ce qu'il nous laisse supposer dans ce premier tome qui pose les bases du personnage pour la suite de l'aventure. Adjoint au Shériff dans une petite ville minière corrompue et sous la coupe d'un despote sans scrupules, on ne sait rien de lui sinon qu'il a une soif inextinguible de justice mais qu'il peut être capable de méthodes expéditives.

Si l'on sent dans son personnage principal un potentiel intéressant pour la suite de la série, le scénario d'Yves H. est ici vraiment trop simple à mon goût. On a l'impression d'avoir lu cette histoire mille fois, et, mises à part deux ou trois surprises dans le scénario, on connait toute l'histoire dès le premier tiers de l'album.

 

La lecture n'en reste pas moins agréable et divertissante et les planches en couleurs directes sont d'une grande beauté, notamment les séquences dans les paysages enneigés.

Ce premier tome, sans être franchement bon ni franchement mauvais, place en orbite un personnage qui servira de fil rouge à cette série qui sera vraisemblablement constituée de one-shot. Souhaitons qu'Yves H. sache exploiter au mieux ce filon du personnage ambigu. Parce qu'en la matière, et particulièrement dans ce genre, la concurrence est rude.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017

 

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017

 

duke, la boue et le sang, Hermann, Yves H., le lombard, western, 6/10,01/2017

 

 

 

 

 

 

 

 


 

25/01/2017

Letter 44 - tome 4 - le temps des sauveurs

letter 44, albuquerque, soule, glénat, comics, science-fiction,10/2016,letter 44, albuquerque, soule, glénat, comics, science-fiction,10/2016,Scénario : Charles Soule
Dessin : Alberto J. Albuquerque
Éditeur : Glénat comics
160 pages
Date de sortie : octobre 2016
Genre : Science-fiction

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le Major Gabriel Drum est arrivé sur Terre, émergeant de l’astéroïde où il avait été laissé un an auparavant. Il a l’air quelque peu… différent. Bien déterminé à parler avec le président, il ne laissera personne entraver son chemin, et il semble que Blade n’ait d’autre choix que d’écouter ce qu’il a à lui dire. Il est venu lui annoncer la destruction de la Terre, et la possibilité qui lui était offerte de sauver un nombre très limité de vie qu'il devra lui-même choisir.

Pendant ce temps, l’équipage du Clarke, qui ne sait pas que Drum est en vie, doit subir les conséquences pour s’être opposé aux souhaits des Constructeurs. Gomez n’étant plus là, personne n’est à l’abri de la colère des aliens…

 

 

 "Monsieur le Président, ce que j'ai à vous dire est très important .... et terrible."

 

Mon avis

Ce quatrième tome prend un virage un plus SF que dans les précédents bien qu'il y ait toujours les trois arcs narratifs se succédant à vive allure. La dimension politique qui allait crescendo dans les trois premiers volumes, a visiblement atteint son sommet dans le tome 3 avec la guerre mondiale due à la révélation au monde de la présence extraterrestre. La tension politique n'est plus de mise, la guerre est finie et seul l'ancien président trame quelque chose.

Charles Soule réussit néanmoins à garder son lectorat captif en révélant quelques infos sur les intentions des aliens et en chamboulant les certitudes qu'on aurait pu avoir dans les épisodes précédents. Reste l'équipage du Clarke, qui semble de plus en plus livré à lui-même, à moins qu'il ne soit devenu l'instrument des aliens.

Avec un récit un peu moins dynamique qui semble constituer une charnière, cet épisode est un cran en dessous des précédents, même si rebondissements et surprises sont multiples et si l'intrigue ne manque pas d'intérêt.

Le dessinateur Alberto J. Albuquerque assure toujours autant avec un trait rempli de fougue et d'énergie.

Je reste accroc, et tombe à nouveau dans le piège du cliffhanger tendu par Charles Soule !

 

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

 les tomes précédents

letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016letter 44,albuquerque,soule,glénat,comics,science-fiction,6/10,102016

 

13/01/2017

Nuisible Tome1

nuisible-t1-270x383.jpgnuisible t1.PNGScénario : Masaya Hokazono.
Dessin : Yû Satomi.
Éditeur : Kana.
Sortie : 20 janvier 2017
207 pages.
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Ryoichi Takasago est un lycéen ordinaire, sans problème particulier. Si ce n’est qu’il fait, depuis quelque temps, des rêves très étranges peuplés de morts, et d’une jeune fille qui, derrière une beauté irrésistible, cache un monstre cannibale. Un jour, une nouvelle élève arrive dans sa classe. Kikuko Munekata ressemble comme deux gouttes d’eau à la fille de ses cauchemars.


« Attendez, il y a quelque chose au fond de la gorge ».

Mon avis.

Voilà bien un manga atypique pour son dessin, on est loin du moule classique, on se dirait presque dans une BD FB de chez Futuropolis, c’est vous dire.
Sinon, il faut laisser aux mangas une grande qualité, c’est de savoir rentrer dans le vif du sujet en quelques pages. L’ambiance est vite plantée, le mystère est de mise avec un petit côté flippant vraiment savoureux. Dommage qu’il manque une bande son pour encore plus amplifier le côté horrifique de l’histoire. Un récit qui fait penser à un bon Stephen King mais à la sauce nippone, on a droit, fatalement, à notre petit groupe de collégiens (il ne manque plus que l’île déserte). Étonnamment, le récit fantastique tourne au polar scientifique aux 2/3 de l’album. A partir de là, j’ai trouvé quelques passages assez bavards surtout qu’on avait deviné la plupart des « révélations ».
Trois tomes sont prévus (une excellente chose, ce n’est donc pas une série à rallonge).
Curieux de connaître la suite.

kana,nuisible,hokazono,satomi,polar fantastique,insectes,610,012017

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

03/01/2017

Quelle Famille Formidable !

Capture.PNGCapture2.PNG

Dessin : Collectif.
Scénario : Jacky Goupil et Christian Godard.

Éditeur : Vents d'Ouest.
96 pages.
Sortie : 9 novembre 2016.
Genre : Humour.


Résumé :

Une famille formidable, c'est quoi ? Des frères, sœurs, belles-mères pas toujours belles, beaux-pères pas toujours beaux, etc. Mais qui sont-ils ? Les connaissez-vous bien ? Peut-on les choisir ? Grâce à cet album de BD, vous allez comprendre la famille, l'accepter et même rigoler avec elle. Un magnifique et hilarant album pour toute la famille !


Mon avis :

À ne pas confondre avec le feuilleton "Une Famille Formidable" qui, grâce à son succès, aura été diffusé durant des années sur certaines chaînes et, particulièrement, sur TF1. La série "Les Super Guides en BD" n'a, une fois de plus, pas chômé en enfantant un nouveau produit humoristique. Hélas, ça ne vaut pas "Les Papas En BD" mais ça ne vaut pas non plus "Maudit Manoir" (pardon pour Manu Boisteau et Paul Martin).

Étant issu d'une famille composée de frères, soeurs, demi-soeurs, beaux-frères, belles-soeurs et même d'une belle-mère (je sais, ça en fait du monde (rires)), je suis censé me sentir concerné. Pourtant, bien que cette bande dessinée traite de façon relativement complète cette thématique, je ne me suis pas boyauté de rire. Je ne me retrouve pas non plus dans la majorité des cases mais ça ne sera peut-être pas le cas des autres bibliomanes.

Inopportunément, le dessin est moyen. Il commence à y en avoir ras-la-casquette de ces albums dont seule la couverture est belle. Pourtant, il y a du monde sur le coup : Patrick Prugne dit Tybo, Cédric Ghorbani et Jean-Christophe Grenon. Sans gracier les coloristes : Camille, Isabelle Lebeau et l'Atelier Cerise (Cynthia Englebert et Gianluca Carboni). Ni, congrûment, le responsable de la couverture : Fabio Lai. Aucune sorte de famille n'est épargnée pour guère de franche rigolade à gorge déployée.

9782749308326_pg.jpg


a06-3e788fc.gifScénario 

a06-3e788fc.gifDessin 


Mister Med.