25/05/2017

Chronosquad T3 : Poulet et cervelle de paon à la romaine.

Poulet-et-cervelle-de-paon-a-la-romaine.jpgChronosquad-T3-.jpegScénario : Giorgio Albertini
Dessin : Grégory Panaccione.
Éditeur : Delcourt.
232 pages
Sortie : 3 mai 2017
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Les chances de récupérer les deux adolescents perdus au bronze ancien s'amenuisent et la décision de Silverberg de les séparer ne va pas faciliter la tâche des Chronosquads. Alors que l'enquête de Penn et Bloch dans la Rome de Septime Sévère pourrait mettre au jour les agissements d'organisations illégales, Professeur Korais doit s'expliquer auprès du Premier ministre sur les failles de la prison du Dévonien

« Toute personne a le droit inaliénable de jouir de la circulation temporelle »

Mon avis.

A mon avis Grégory Panaccione a trouvé une faille spatio-temporelle pour ralentir son temps présent car dessiner 230 pages en 6 mois, ça relève du miracle ou alors il a une armée d’esclaves à son service. Rappelons que l’esclavagisme est (re)devenu légal suite aux accords de Knossos de 2003. On nage en pleine science-fiction, c’est clair !
Bon je dois avouer que je n’ai pas tout compris à cette affaire. Rien d’étonnant quand on vous pond des phrases pareilles « il n’existe qu’un présent sans fin sur lequel on peut agir en permanence ». Un bon sujet de philo assurément !
Un album avec un ton particulier très loin du burlesque du 1er tome. On enchaîne les longues scènes sans parole (une spécialité de Panaccione) avec d’autres nettement plus chargées en texte. Tout comme on mélange des scènes parfois légères ou désinvoltes voire inutiles avec d’autres nettement plus dramatiques et sérieuses. C’est clairement déroutant.
Un tome 3 donc nettement moins loufoque, plus mature qui se caractérise néanmoins par un final assez confus qui méritera certainement une relecture. Une série qui au final me donne un drôle de sentiment mitigé, l’idée est géniale mais j’ai eu du mal à tout comprendre, perdu dans les limbes temporels certainement.
Je m’attends pour le dernier tome 4 à une phrase célèbre « tu es mon fils » mais sans l’asthmatique de service.  
L'interview des auteurs chez BDgest .

 

bd-planche-chronio-3.jpg


Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

15/05/2017

Teach me love T3

teach me love.jpgteach me love t3.jpgAuteure: Ai Hibiki.
Editeur: Soleil Manga.
Sortie : octobre 2016.
Genre : Shojo érotique.

 

 

 

Le résumé.

Mahiro et Rei sont encore plus amoureux depuis qu’ils se sont unis autant sentimentalement que physiquement.
Le problème, c’est qu’ils ont des examens en fin d’année. Pour calmer Rei, Mahoro lui impose l’abstinence et les plaisirs solitaires !

« Je ne dois pas bouillir comme ça dès que je le vois »

Mon avis.
On les sentait bien chaud nos deux amoureux dans les 2 premiers tomes mais là, c’est carrément torride. Notre dévergondée (c’est elle qui le dit) a visiblement le feu au cul. Pour refroidir cette centrale nucléaire, elle décide de refroidir son cœur et surtout ses fesses en ne pourtant plus de petite culotte. Vous l’aurez compris, le ton est résolument débridé et décomplexé. Mais cela reste une comédie, un tour de force quand on parle d’exhibition et de domination mais tout ça se déroule dans un esprit léger et guilleret. On est loin de certain titre où le sexe est intellectualisé à outrance et qui finit par en devenir chiant.
On y retrouve aussi la sensibilité féminine de l’auteure plus tournée vers le plaisir que sur la performance physique. Elle doit aussi s’accommoder de la censure classique du pays du soleil levant (pas de poil beurkkk !).
Mais on sent aussi clairement que la demoiselle, elle s’éclate dans ses nombreuses scènes de jambes en l’air.
Allez, il est temps d’aller faire la vaisselle.

Verso_289831.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 


Inscrivez-vous à la newsletter.

24/04/2017

Les grandes batailles navales - tome 1 - Trafalgar

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017Scénario : Jean-Yves Delitte
Dessin : Denis Béchu
Éditeur : Glénat / Musée National de la Marine
48 pages + 8 pages de dossier
Date de sortie :  mars 2017
Genre : histoire

 

 

 

Présentation de l'éditeur
1805. Napoléon Ier a le projet de mener la guerre sur les terres mêmes de son éternel ennemi. Un plan audacieux pour l’empereur, car s’il lui est simple de rassembler des troupes en nombre sur les côtes de la Manche, faut-il encore réussir débarrasser les eaux de cette dernière de toute présence de vaisseaux anglais, au risque sinon de voir son projet prendre l’eau. C’est au vice-amiral de Villeneuve que revient la tâche ardue d’attirer la Royal Navy loin de ses côtes pour libérer le passage. Malheureusement pour l’empereur, son plan échoue. Il doit faire lever le camp à ses troupes pour les envoyer à l’est de son empire où la guerre menace et la Royal Navy n’a pas été abusé. Pis, la flotte franco-espagnole commandée par de Villeneuve, pourchassée par Horatio Nelson, s’est réfugiée à Cadix. La confrontation semble inévitable car l’amiral français reçoit l’ordre d’appareiller, de forcer le blocus anglais et se rendre au large de l’Italie pour soutenir les troupes de l’Empereur. S’il ne s’exécute pas, c’est le limogeage et le déshonneur. Après bien des hésitations, le vice-amiral de Villeneuve ira à la rencontre de son destin, persuadé qu’il peut vaincre. Il connaît tout de Nelson, sa flotte est supérieure en nombre et ses vaisseaux n’ont rien à envier aux Anglais. Mais l’amiral français a oublié que la puissance d’une flotte ne se trouve pas que dans les canons et le gréement des vaisseaux...

 

 

 

 

"Monsieur de Villeneuve... Amiral, je vous en conjure, nous ne pouvons éternellement rester ici..."

 

 

Mon avis

Trafalgar ! La bataille navale peut-être la plus connue de l'ère Napoléonienne. Encore une fois, selon le camp ou l'on se trouve, l'histoire aura eu un retentissement différent. La plus humiliante défaite pour la marine française et l'une des plus grandes victoires de la Royal Navy et de l'amiral Nelson qui y trouva pourtant la mort.

Ce volume constitue le premier tome de la série Les grandes batailles navales initiée par Jean-yves Delitte. Sur ce tome 1, Jean-yves Delitte ne s'occupe que du scénario et laisse les pinceaux à Denis Béchu qui n'a que peu d'albums à son actif (In Nomine, L'Abbaye de Clairvaux, le corps et l'âme). Dans un style un peu plus grossier et moins élégant que celui de Delitte, il s'en tire néanmoins avec les honneurs et propose des planches construites avec dynamisme servant parfaitement le récit.

 

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

Côté scénario, comme il en a été fait mention dans les chroniques des tomes 2 et 3, le parti pris de la série est de raconter ces grandes batailles à hauteur d'hommes, qu'ils soient simples marins ou officiers, et d'immerger le lecteur dans ces combats et leur préparation. Ainsi, parallèlement aux échanges tendus entre les officiers sur les choix tactiques, l'on suit un jeune gabier plein de fougue qui influera un peu malgré lui sur le cours de l'Histoire. Quand la fiction est habilement mise au service de l'histoire, le récit prend alors une dimension à la fois épique et pédagogique. Une recette pour plaire au plus grand nombre ?

 

Loubrun

 

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

Les autres tomes parus

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19/04/2017

Les grandes batailles navales - tome 3 - Chesapeake

les grandes batailles navales, chesapeake, delitte, glénat, histoire, marine, guerre, états-unis, indépendance,02/2017,6/10les grandes batailles navales, chesapeake, delitte, glénat, histoire, marine, guerre, états-unis, indépendance,02/2017,6/10Scénario : Jean-Yves Delitte
Dessin : Jean-Yves Delitte
Éditeur : Glénat / Musée National de la Marine
48 pages + 8 pages de dossier historique
Date de sortie :  mars 2017
Genre : histoire,

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Fin du XVIIIe siècle. Alors que les colonies anglaises d’Amérique, excédées par l’intransigeance de la couronne à les taxer toujours davantage, rêvent de liberté, le royaume de France se décide à prendre part officiellement au conflit aux côtés des insurgés. Missionné pour harceler les anglais dans les Antilles, l’amiral de Grasse au commandement d’une imposante flotte de guerre est appelé en renfort pour aider l’armée de George Washington et le contingent français aux ordres de Rochambeau dans la guerre qu’ils mènent tous deux aux troupes anglaises sur le territoire américain. Ils ont réussi à encercler les forces du général anglais Cornwallis dans Yorktown. Une importante victoire semble à portée de main, pourvu seulement que les anglais ne reçoivent pas des renforts par la mer. Celui qui deviendra maître des eaux dans la baie de Chesapeake contribuera immanquablement à la défaite d’un des protagonistes, Anglais ou patriotes américains et français.

Même si la bataille de Chesapeake ne sera pas une cuisante défaite pour la Royal Navy, elle marquera surtout un tournant dans la guerre qui se joue dans les colonies anglaises et contribuera à la victoire finale pour l’indépendance américaine.

 

 "- Ces colonies revendiquent leur indépendance. On se doit de la es aider André.

- Et nous, qui va nous aider ? Tu trouve qu'il fait bon vivre à bord de ce raffiot ?"

 

Mon avis

Aboukir, Trafalgar, Chesapeake ... Les noms des grandes batailles navales résonnent à nos oreilles comme autant de coups de canons jalonnant notre histoire. Selon le pays où l'on aura appris l'Histoire, ces noms auront une résonance plus ou moins importante. Il en va de celle de Chesapeake qui revêt une importance capitale pour les américains puisqu'elle fut cruciale dans la guerre d'indépendance des États-Unis. Les Anglais doivent s'en souvenir aussi, puisque la puissante Royal Navy y a subit une des rares défaites face à la flotte française.

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

Peintre officiel de la Marine, Jean-Yves Delitte n'en n'est pas à son premier coup d'essai en matière d'aventures maritimes en bande dessinée (Neptune, Le Belem, L'hermione, Black Crow ...). Il se lance ici dans une nouvelle grande et belle aventure en racontant les grandes batailles navales qui ont marqué l'Histoire vues et vécues de l'intérieur. Loin des stratèges et des grands enjeux historiques – même si ces derniers sont quand même évoqués – le lecteur suit des personnages ordinaires qui participent aux évènements avec le recul et la distance que leur confèrent leur rang. Du coup, le titre de la série est un peu trompeur puisqu'on a davantage l'impression de lire une histoire qui se passe pendant la bataille de Chesapeake qu'une histoire racontant la bataille en elle-même. L'épisode à proprement parler de la bataille est assez cours et les tactiques employées par les belligérants très succinctement évoqués. Les amateurs de stratégie navale en seront pour leur frais.

Ceci étant, l'album, tout en restant divertissant, n'est pas dénué d'une dimension pédagogique grâce notamment au dossier historique très clair en fin d'ouvrage.

Enfin, même s'il n'y en a pas assez à mon goût, Jean-Yves Delitte nous régale de scènes maritimes grandioses dont certaines s'étalent sur des double pages.

 

Voilà une belle série de divertissement pédagogique pour grand public, qui décevra peut-être les plus pointilleux des historiens en herbe regrettant ce point de vue de l'évènement à hauteur d'homme, mais qui ravira certainement les adeptes de fictions historique.

 

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

04/04/2017

Le château des étoiles T3 les chevaliers de Mars.

le chateau des étoiles t3.jpgchateau des étoiles r3.jpgAuteur : Alex Alice.
Editeur : Rue de Sèvres.
Sortie : 26 avril 2017.
64 pages.
Genre : Aventure, space opéra.

 

 

 

Le résumé.
1870. En plein dix-neuvième siècle, le sort de la Terre se joue sur Mars ! Dans cette suite de la série à succès Le Château des étoiles , récompensée par de nombreux prix, Séraphin et ses amis sont de retour sur Terre. Après avoir révélé au monde le secret du voyage spatial, ils ont trouvé refuge dans un manoir breton. Mais leur engin volant est désormais l'objet de toutes les convoitises ! Alors que le père de Séraphin est en voyage à Londres, le manoir est cerné par des brumes lourdes de menaces... 

« Dernière leçon, petit poussin, toujours garder un as dans ta manche. »

Mon avis.

Je vous invite à relire mon avis des 2 premiers tomes car c’était quasiment la même chronique que j’allais écrire (ça sent aussi le chroniqueur en manque d’inspiration !).

3572988859.jpg

 

Un hommage évident à l’œuvre de Jules Vernes, une présentation soignée, un emballage de qualité, un monde où tout est possible, où l’imaginaire triomphait sur les lois de la science.
On remplace simplement le château bavarois par une demeure bretonne et puis nous partons pour Mars au lieu de la Lune pour les tomes précédents.
Le dessin d’Alex Alice est toujours aussi féerique (ah ses couleurs à l’aquarelle, un délice). Par contre, on oscille toujours entre un récit enfantin et un récit plus adulte. J’ai eu aussi un peu de mal à suivre les scènes d’action, ma nuque a dû déraper sur une crêpe bretonne.
C’est aussi clairement un retour en nostalgie, à nos lectures d’enfant que ce château des étoiles et contre la nostalgie, toutes les pensées cartésiennes et logiques prennent l’eau ou plutôt ici l’éther.

Couv_299444.jpg


Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a09-3e78912.gif

 

a06-3e788fc.gif

28/03/2017

Ajin - tome 8

Ajin t8.jpgScénario : Gamon Sakuraï
Dessin : Gamon Sakuraï
194 pages
Date de sortie : 15 février 2017
Genre : fantastique

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Kei Nagai a choisi le siège de Forge sécurité comme arène pour affronter Sato et ses complices. Deux des onze personnalités visées par le groupuscule terroriste serviront d’appât, dans ce plan qui se met en action dès l’arrivée du commando ajin dans les locaux.
Menés par Tanaka, les immortels progressent rapidement dans les étages, loin de se douter qu’ils devront bientôt faire face à l’unité spéciale formée par Kei, Tosaki et leurs subordonnés. Les échanges de tirs entre mortels et immortels s’intensifient et les balles fusent de tous côtés dans cette tour désormais isolée de l’extérieur…

 

 

"Le hacker comprendra alors que tout ne se déroule pas comme prévu..."

 

Mon avis

Après une petite pause dédiée à la réflexion et à la stratégie dans le précédent volume, voilà nos deux clans d'immortels qui passent à nouveau à l'action. Le groupe de Kei s'installe dans le siège de Forge Sécurité pour y attirer Sato et ses sbires. Le piège fonctionne mais Sato a plus d'un tour dans son sac et ne s'en laisse pas compter si facilement. Le lecteur n'a plus qu'a mettre son cerveau sur off et compter les points. Ça défouraille dans tous les sens et l'intrigue n'avance pas tellement. L'auteur nous avait pourtant habitués à avoir quelques bribes d'informations dans chaque volume permettant de maintenir l'intérêt du lecteur en éveil.

Bon, on a quand même envie de connaitre la suite, mais il ne faudrait pas nous faire trop languir et il serait temps de faire avancer d'un bon pas cette intrigue qui commence à dangereusement trainer en longueur.

 

 Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.png

 

a08-3e78906.png

 

a06-3e788fc.png

 

 

ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017

 

 

 les autres tomes

ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017

 

 

 


ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017 

21/03/2017

Espace vital - volume 1

espace vital, bollée laurent-frederic, LF Bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, 02/2017, espace vital, bollée laurent-frederic, LF Bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, 02/2017, Scénario : LF Bollée
Dessin : Fabrice Meddour
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  22 février 2017
Genre : fantastique, thriller

 

 

 

Présentation de l'éditeur
Cela commence par une sensation étrange : Garth Sneebs, 43 ans, se réveille dans un lit et une chambre qui ne sont pas les siens. Machinalement, il se lève, se rase, s’habille et rejoint un salon où cinq inconnus l’attendent. Ils parlent la même langue, mais sont tellement différents... Aucun point commun a priori, si ce n’est de s’être tous réveillés dans cet hôtel mystérieux, sans explication. Comment sont-ils arrivés là, dans ce lieu qui semble hors du temps et de l’espace ? De quel jeu pervers sont-ils les victimes ?

"ne serait-ce pas la couleur qu'aperçoivent tous ceux qui sont en train de mourir ? Vous savez, le long couloir et la lumière au bout..."

 

Mon avis

Si vous vous êtes déjà réveillé un matin sans trop savoir ou vous êtes, c'est que que vous avez soit pris une sérieuse cuite la veille, soit pris un coup un peu trop fort sur la tête parce que vous ronfliez trop, ou alors ce sont les prémices d'Alzheimer qui vous guettent. A moins que vous ne soyez devenu malgré vous le héros d'une aventure écrite par Laurent Frédéric Bollée ou Stephen King !

Dans un huis-clos intriguant à défaut d'être totalement angoissant, l'auteur plonge ses protagonistes dans une espèce de prison qui, derrière ses allures de prison dorée se révèle être un piège mortel. Pourquoi sont-ils là, enfermé dans ce château étrange ? Ni eux, ni nous pauvre lecteur, ne le savons. Tout au plus avons-nous droit à des bribes du passé des prisonniers, mais les indices restent maigres. Donc, les 6 reclus s'interrogent, se découvrent, se révèlent, se disputent, se méfient... et forcément discutent beaucoup, notamment sur la mort et l'au delà. Une chose est sûre, entre les ravitaillements qui apparaissent comme par enchantement tous les matins, les trous béants qui se forment inopinément, les planchers qui vibrent, et le mur invisible qui entoure tout ça, ce manoir à l'air d'être animé par de puissantes forces très énigmatiques, voire obscures !

Vous l'aurez compris, nous ne saurons rien dans ce premier tome et le mystère reste entier. Évidemment, le cliffhanger final invite obligatoirement à poursuivre l'aventure dans le deuxième tome annoncé pour avril. Ça va, l'attente ne sera pas trop longue.

Fabrice Meddour installe une ambiance assez pesante sans avoir recours à de grands effets. Il multiplie gros plans et plans serrés et donne à ses personnages un spectre d'expressions allant de l'interrogation à la terreur en passant par la colère, l'angoisse, l'incompréhension. C'est plutôt bien fait même si l'ensemble donne une impression un peu trop figée.

Affaire à suivre donc dans les deux prochains tomes pour savoir si cette bonne mise en bouche tiendra ses promesses. En attendant on ne peut s'empêcher de penser à de nombreuses références qui apparaissent dans cet album, comme les films Cube, Shining, Les Autres, et puis aussi les nombreux mangas survival.

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

 

 

 
 

20/03/2017

Les grandes batailles navales, la bataille de Jutland.

les grandes batailles navales la bataille du Jutland.jpgjutland.jpgScénario : Jean-Yves Delitte.
Dessin : Jean-Yves Delitte.
Éditeur : Glénat.
Sortie : 15 mars 2017.
56 pages.
Genre : Guerre.

 

 

Le résumé éditeur.
31 mai 1916. Après plus de deux ans d’attente et plusieurs occasions manquées, la Royal Navy anglaise, dont la Grand Fleet est commandée par le vice-amiral John Jellicoe et l'escadre des croiseurs de bataille par le vice-amiral David Beatty, contraint les Allemands à une grande confrontation navale en mer du Nord au large des côtes danoises du Jutland. 


« N’ayez pas d’inquiétude, mon commandant, aucun fridolin ne pourra approcher notre flotte sans gouter aux obus de notre Charly ! On va vous les pulvériser, tous ces fridolins ! ».

les grandes batailles navales,la bataille du jutland,delitte,glénat,032017,610,guerre

 

Mon avis.

Expert en la matière, Jean-Yves Delitte propose avec cette nouvelle collection de vous plonger au cœur des plus grands batailles navales de l’histoire, de l’antiquité à la seconde guerre mondiale.
Privilégiant la narration à travers le regard des anonymes, on nous invite à vivre la fureur de ces combats de l’intérieur.
J-Y Delitte va assurer le scénario et les illustrations de tous les albums et déléguera son rôle de dessinateur sur certain tome de cette collection. Ainsi, Dénis Béchu, Federico, Nardo,Christian Gine, Philippe Adamov et Roger Seiter feront partie de cette aventure.

En fin de chaque album, vous trouverez aussi un cahier didactique de 8 pages illustré par des cartes et documents d’époque pour apporter un éclairage scientifique, tactique et historique.
On débute donc avec la bataille de Jutland qui a été la dernière grande confrontation maritime de la 1ère guerre mondiale.

Une énorme canonnade avec des navires aux allures massives admirablement dessinés par sieur Delitte. Je me suis arrêté sur ses superbes illustrations de navires (parfois en double page). On est aussi servi sur le contenu technique des vaisseaux mais on ne peut pas dire que l’émotion soit de mise.
Dommage !

Jutland.PNG

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

  a08-3e78906.gif  

a06-3e788fc.gif

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

02/03/2017

Deathtopia.T01.

deathtopia-1-soleil.jpgCJcJyXZWwAAY_o7.jpgDessin: Yoshinobu Yamada.
Scénariste: Yoshinobu Yamada.
Éditeur : Soleil Manga.
Sortie : 22 février 2017.
192 pages.
Genre : seinen.

 

 

Le résumé.
yamada,deathtopia,seinen,soleil manga,sexy,022017,610Kô Fujimura, un jeune homme bien propre sur lui, est admis aux urgences les yeux en compote après avoir été malencontreusement renversé par un véhicule plus dur que lui. Les braves médecins parviennent à sauver sa vision, mais depuis l’opération, il est doté d’un étrange pourvoir de perception : il a le don de voir ceux qui ont « un truc en plus ». Il mettra alors sa nouvelle faculté au service de trois jeunes policières très délurées pour élucider d’horribles et mystérieux crimes.

 

 

 

« J’hallucine, sérieusement, c’est quoi ce bordel ? »

Deathtopia.jpg


Mon avis.

Je ne sais pas vous mais le résumé m’a bien fait rire avec ces trois jeunes policières sexy en deathtopia.pngdiable. C’est d’un crédible pas possible surtout qu’on a une blonde, une rouquine et une brune pour ratisser large. En plus, on n’a pas oublié l’option forte poitrine et tenue courte pour achever le lecteur mâle prêt à pendre la langue devant de telles jolies courbes affriolantes. Bref, bienvenue dans une lecture typé détente masculine par excellence.
Fatalement, tout y est  excessif comme les situations (attention c’est assez gore), les expressions, les cadrages à basic instinct, les mensurations, le peu de tissus, les contre-plongées, etc.
Sinon, il manque un élément important ! Il n’y a pas d’ île déserte mais un monde urbain. Je suis outré ! CDC (notre chroniqueur spécialiste des mangas) ne va pas aimer ;-)
Malgré un sujet intéressant, difficile de prendre ça au sérieux mais la lecture reste agréable notamment grâce au dessin détaillé de Y² (cage of eden). C’est plutôt dynamique comme histoire, ça n’arrête pas une seconde de bouger dans tous les sens et, vous l’aurez compris, sexy à souhait.
Cette série s’est arrêtée au tome 8 au pays du soleil levant.

005.jpg

 

 

Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

28/02/2017

La cire moderne

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, Scénario : Vincent Cuvellier
Dessin : Max de Radiguès
Éditeur : Casterman
160 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : chronique sociale

 

 

 

 

Résumé

 

Sam et Manu sont des jeunes qui ne semblent ni inquiets ni préoccupés de leur avenir. En pleine campagne, ils vivent au jour le jour, d'amour, de baise et de beuh fraiche. Le facteur va mettre un terme à cette palpitante existance en apprenant à Manu que son oncle vient de mourrir. Le passage chez le notaire lui apprend qu'il hérite d'une usine de cierge, du stock qui reste et d'un vieux combi Volkswagen. Les deux tourtereaux ont bien une idée de quoi faire du combi, mais pour le reste ... c'est une autre histoire. Heureusement, Jordan, le frère de Sam qui pense parfois à autre chose qu'au cul, utilise son savoir acquis à son bac pro force de vente et va les aider à mettre sur pied un business plan du feu de Dieu pour écouler le stock. Et voilà les 3 glandeurs partis faire la tournée des monastères pour vendre du cierge et financer leur vacances.

Ce road trip estival et commercial ne les portera pas dans les coulisses du CAC 40, mais offrira à Manu de nouveaux horizons l'amenant à revoir sa conception de l'existence.

 

 

 

«Arrêtez, j’ai des techniques de vente trop mortelles. Je vais te les embrouiller moi les curés»

 

 

Mon avis

 

Drôle de titre, drôle d'histoire et drôle d'héritage ! Vincent Cuvellier nous présente une jeunesse en totale déshérence qui semble à priori perdue pour elle-même et pour la société. Mais c'est compter sans les voies du seigneur qui, comme chacun sait, sont impénétrables. Les trois lascars qui n'y entendent rien à la religion (comme à tout un tas d'autres choses par ailleurs), et sont gavés comme un grand nombre de leur semblables, de clichés et autres stéréotypes à son encontre, ne sont pas de mauvais bougres et acceptent cet héritage en le prenant simplement comme une occupation passagère et momentanée. Cette occupation leur fait lever le nez de leur nombril et de leur petits plaisirs et conduit Manu vers forme de spiritualité dont il sera le premier surpris.

la cire moderne,de radiguès,cuvellier,casterman,religion,foi

C'est avec beaucoup d'humour, de légèreté et de réalisme que Vincent Cuvellier nous parle de religion. Mais bien plus que de religion, il est ici question de foi et de quête de spiritualité. Sans faire de prosélytisme ni avoir de discours moralisateur ou incantatoire, l'auteur nous met en position de témoin d'une conversion.

C'est drôle, léger, parfois un peu vulgaire mais c'est pour donner du réalisme aux personnages. Les personnages sont par ailleurs assez attachants, même Jordan à qui on a souvent envie de foutre des claques.

Max de Radiguès donne à cette histoire originale une tonalité très épurée grâce a un dessin simple voire simpliste. Le trait un peu naïf donne l'impression d'avoir à faire à une histoire pour enfants. Mais avec quelques traits bien placés il arrive à rendre expressifs et vivants ses personnages.

Pour son premier scénario de BD, Vincent Cuvellier a eu raison de se battre* pour se faire publier et réussit plutôt bien à faire ce qu'il voulait faire, c'est à dire de "parler de foi, et de religion, de façon décomplexée, décontractée, sans faire de prosélytisme, enchainer une scène de cul et les vêpres du matin en deux pages, sans que personne ne soit ni choqué, ni pas choqué. Bref, parler de religion comme d'un sujet normal."

Une façon aussi de montrer que la religion et la foi ne font pas que porter le glaive et l'épée et peuvent être compatibles avec le monde moderne. Et l'on comprend alors la symbolique du titre.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

 

 * La cire moderne c'est aussi une drôle d'aventure éditoriale, comme nous le raconte ici Vincent Cuvellier : https://www.facebook.com/vincent.cuvellier/posts/10211900...