19/12/2017

Buck Danny - Les oiseaux noirs tome 2/2

buck danny, le bras, buendia, zumbiehl, dupuis, bergèse, charlier, aviation, espionnage, u2, blackbirds, urss, guerre froide,10/2017, 6/10buck danny, le bras, buendia, zumbiehl, dupuis, bergèse, charlier, aviation, espionnage, u2, blackbirds, urss, guerre froide,10/2017, 6/10Scénario : Frédéric Zumbiehl ; Patrice Buendia
Dessin : André Le Bras
Éditeur : Dupuis
48 pages
Date de sortie :  octobre 2017
Genre : aventure, aviation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Suite à l'échec de la première mission de Buck, Tumb et Sonny, racontée dans le tome précédent, l'état-major décide d'en lancer une deuxième, avec cette fois, Tumbler aux commandes d'un Blackbird spécialement équipé. Sauf que les Soviétiques ont été prévenus et abattent l'appareil de Tumb. Pour Buck et ses amis, c'est un coup de tonnerre. D'autant plus qu'ils reçoivent une information ahurissante : les Russes ont un système de combat spatial dorénavant parfaitement opérationnel et s'apprêtent à détruire tous les satellites militaires américains. Buck imagine alors un plan d'une audace incroyable, basé sur le jeu d'échecs, afin de contrer la menace soviétique...

 

Mon avis

Dans la famille Buck Danny je voudrais le "one shot". Ou le "hors série" (sur le site de Dupuis c'est classé en hors-série et sur la 4ème couv c'est répertorié en Série One-shot...). Bref, après la série "Classic" démarrée en 2014 avec des aventures inédites se déroulant dans des contextes historiques marquant comme la seconde guerre mondiale, la guerre de Corée ou la guerre froide, Dupuis lance cette nouvelle franchise nommée "One-shot". C'est un peu l'occasion qui fait le larron, puisque Dupuis profite des 70 ans de la série pour faire ce coup éditorial. Car c'en est un.

En effet, voici un album sorti d'outre tombe puisqu'il s'agit d'un scénario écrit en 1988 par Jean-Michel Charlier et inachevé. Les oiseaux noirs devait être le 45ème album de la série, mais Charlier n'a eu le temps d'écrire que la première partie du premier tome. Dupuis a voulu célébrer les 70 ans du pilote en proposant une suite à cette histoire se déroulant en pleine guerre froide où l'on voit les trois compères aux commandes des célèbres avions espions U2 et Blackbird.

C'est Patrice Buendia (scénariste sur Tanguy et Laverdure Classic) et Frédéric Zumbiehl (scénariste sur Buck Danny et Buck Danny Classic) qui ont eu la responsabilité d'imaginer cette suite, avec André Le Bras au dessin pour le tome 2.

Il n'y a pas grand chose à dire sur cette histoire très classique et parfaitement dans le moule de la série mère, si ce n'est que c'est du solide au niveau scénario et au niveau graphique, même si les puristes préfèreront sans doute le trait plus dynamique de Bergèse qui avait commencé à l'époque le tome 1 et l'a terminé pour sa sortie au début de cette année.

C'est une bonne BD d'aventure sans surprise, faite "à la façon de" pour coller au style de Charlier, qui devrait séduire les amateurs.

 

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

buck danny, le bras, buendia, zumbiehl, dupuis, bergèse, charlier, aviation, espionnage, u2, blackbirds, urss, guerre froide,10/2017, 6/10

 

buck danny, le bras, buendia, zumbiehl, dupuis, bergèse, charlier, aviation, espionnage, u2, blackbirds, urss, guerre froide,10/2017, 6/10

 

buck danny, le bras, buendia, zumbiehl, dupuis, bergèse, charlier, aviation, espionnage, u2, blackbirds, urss, guerre froide,10/2017, 6/10

 

15/12/2017

Millenium T 2/3 : Les nouveaux Spartiates

51b454gmSeL__SX371_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_312268.jpgScénariste : Sylvain Runberg

Dessinateur : Belen Ortega

Éditeur : Dupuis

60 pages

Sortie : le 27 octobre 2017

Genre : Polar

 

Avis de l'éditeur :

 

Livrée à elle-même après les enlèvements ayant touché les membres de son groupe de hackeurs, Lisbeth Salander se lance sur les traces des responsables, un obscur groupuscule aux méthodes radicales nommé "Sparta". Cependant, elle n'est pas seule : Mickael Blomkvist, journaliste controversé de "Millénium", est déterminé à lui venir en aide en échange d'informations sur un candidat électoral aux dangereuses influences. Alors que les deux domaines semblent ne rien partager (entre l'espionnage et le piratage numériques d'un côté, l'extrémisme politique de l'autre), le duo de choc prendra bien vite conscience des liens qui unissent leurs affaires respectives... Jusqu'à révéler de sombres machinations.

 

Mon avis :

 

"Plague", l'un des meilleurs hackers mondiaux se fait kidnapper par un groupe extrémiste. Ils tentent de l'utiliser pour leurs basses besognes.  L’enquête de Lisbeth la mène en terrain miné, chemin qui s'enlise toujours plus en profondeur. Elle découvre qu'un certain "Mark Borrow", soit-disant coach en séduction moderne, utilise des messages de propagande, au travers des réseaux du monde entier. Bien loin de prôner le désir des femmes, il exprime ses idées antiféministes , devenu pour lui une réelle obsession.

Quand au post-it repris dans ce bouquin, il s'agit d'un célèbre hacker qui s'est mis en étroite collaboration avec Plague, sous le pseudo "Télècle", roi grec qui a dirigé la cité spartiate durant l'antiquité. Malheureusement, Lisbeth et le journaliste "Mikael Blonkvist" sont accusés à tord et tentent de démanteler le groupe d'assassins.

 

Graphiquement, on n'est vraiment pas gâté par le travail d'Ortega! Franchement, cela ne fait pas du tout rêver, non seulement la colorisation dégage de manière omniprésente un étalage de nuances exagérée, qui, certes, permet à la qualité graphique d'émerger, de donner du relief...mais malheureusement, la touche graphique explose dans le mauvais sens, ce qui double les dégâts!

Néanmoins, quelques planches plus ordonnées remontent nettement le niveau global : la poursuite à moto dans la pénombre, ainsi que pour la majorité des plans où l’héroïne Lisbeth est mise en valeur, sans oublier quelques décors qui se respectent.  Sinon, le reste du temps, c'est de mauvais goût ou plutôt fade. Les planches 30 et 31 sont particulièrement grotesques, où chaque plan où l'on voit Erika, une protagoniste secondaire du récit, tirer des tronches inacceptables.

On se retrouve avec un scénario plaisant qui intercale des faits de société tels que le "Brexit" ou l'élection de "Donald Trump" avec une intrigue policière comme les scandinaves savent si bien les créer.

 

millenium saga,ortega,runberg,dupuis,610,polar,102017

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

millenium saga,ortega,runberg,dupuis,610,polar,102017

 

millenium saga,ortega,runberg,dupuis,610,polar,102017

 

millenium saga,ortega,runberg,dupuis,610,polar,102017

Coq de Combat

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : ortega, runberg, dupuis, 610, polar, 102017, millenium |  Facebook | |

21/11/2017

A la vie à la mort - tome 1 - Pierrot le fou

à la vie à la mort, rodolphe, séjourné, verney, soleil, pierrot le fou, gangsters, banditisme, histoire, gang des tractions, polar, aventure, 09/2017, 6/10à la vie à la mort, rodolphe, séjourné, verney, soleil, pierrot le fou, gangsters, banditisme, histoire, gang des tractions, polar, aventure, 09/2017, 6/10Scénario : Rodolphe
Dessin : Gaël Séjourné
Éditeur : Soleil
58 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : policier

 

 

 

Présentation de l'éditeur

1946, L’ennemi public numéro 1 s’appelle le Gang des Tractions Avant. Parmi leurs membres, Jo Attia et Pierrot Le Fou terrorisent la France de l’après-guerre. Voici leur singulière histoire.

La guerre est finie et la France, en reconstruction, retrouve le goût de vivre. Deux anciens Bat’ d’Af’, ces bataillons de militaires, sanctionnés durant leur service et engagés dans l’infanterie d’Afrique, se retrouvent pour ne plus se quitter et faire alliance. Mais leur passé violent et leur goût prononcé pour les armes à feu et l’argent, vont rapidement décider de la direction que va prendre cette alliance…

 

"Petit, je sais pas d'où tu débarques, mais tu vas y retourner ... Ici tu fous la merde et c'est pas bon pour mes affaires !"

 

Mon avis

Qui n'a jamais entendu parler du célèbre "Gang des Tractions avant"?! Ce gang créé par Pierre Loutrel dit Pierrot le Fou, fait partie des figures mythiques de l'histoire du grand banditisme en France. Spécialistes des braquages à mains armées, Pierrot le Fou profita du chaos de l'immédiat après-guerre pour constituer sa bande de malfaiteurs hétéroclite. On y trouvait en effet d'anciens résistants, d'anciens collabos de la Gestapo et des voyous résistants de la dernière heure.

Rodolphe adapte ici son propre roman consacré à Pierrot le Fou en apportant une touche un peu plus aventureuse à son récit. L'angle donné à l'album est davantage à l'action qu'à la psychologie des personnages. Ainsi, on y découvre à coups de nombreux flashback et d'ellipses, comment Loutrel a monté son gang et les premiers coups qu'il a mis sur pied.

C'est vraiment bien mené et, même si l'action prime sur les personnages, on ressent bien la violence qui habite ces personnages peu fréquentables. Si l'audace de leur braquages et la minutie de leur préparation peuvent forcer l'admiration, le caractère criminel de ces individus n'est pas édulcoré. Ces braqueurs étaient des tueurs qui n'hésitaient pas à faire usage de leurs armes si nécessaire.

Gaël Séjourné, à travers un dessin classique, nous offre une très belle mise en scène qui répond parfaitement au dynamisme du récit. Son trait réaliste nous plonge directement dans l'ambiance des années 40 et dans l'aventure de cette folle équipée.

Voilà une belle entame sur les méfaits d'un des plus grand gangster français. Prévu en trois tomes, les amateurs de polar adhèreront vite à ce récit bien ciselé dont on connait pourtant déjà la fin et dont l'ambiance qui se dégage n'est pas sans rappeler un certain cinéma de genre.

 Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

à la vie à la mort, rodolphe, séjourné, verney, soleil, pierrot le fou, gangsters, banditisme, histoire, gang des tractions, polar, aventure, 09/2017, 6/10

 

à la vie à la mort, rodolphe, séjourné, verney, soleil, pierrot le fou, gangsters, banditisme, histoire, gang des tractions, polar, aventure, 09/2017, 6/10

 

à la vie à la mort, rodolphe, séjourné, verney, soleil, pierrot le fou, gangsters, banditisme, histoire, gang des tractions, polar, aventure, 09/2017, 6/10

 

16/11/2017

Alice on Border Road T1

alice-on-border-road-1-delcourt.jpgalice-on-border-road-tome-1-delcourt-tonkam-planche5.jpgScénario : Haro Asô

Dessin    : Takayoshi Kuroda

Éditeur   : Delcourt / Tonkam

Genre    : Survival

192 pages

Sortie : le 20 septembre 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Une lycéenne introvertie se retrouve, malgré elle, dans un Japon en ruine et post-apocalyptique. Accompagnée d'autres personnes qui sont dans la même situation, ils vont explorer ce monde et découvrir qu'ils sont coincés dans un jeu cruel. Contraints d'y participer pour rester en vie, ils vont vite en découvrir les règles. Les jeux proposés sont symbolisés par des cartes à jouer, et le chiffre sur la carte indique le niveau de difficulté du jeu, tandis que le couleur indique son type.

 

Mon avis :

Des individus issus de Tokyo se réveillent sans le moindre souvenir de ce qui s'est produit récemment dans leur existence. Ils émergent à Kyoto, chacun disposant d'une carte de jeu (Roi - Reine - Valet...)

Un cadre dans une société, un chauffeur poids lourds, un détective privé, des sœurs mystérieuses... ils sont 11, dont Alice, une jeune femme élancée et pleine d'assurance, qui néanmoins déteste la vie dictée par la société. Sa rencontre avec une autre jeune femme, Kina Sato, va les placer sur le centre de l’échiquier de ce jeu intriguant.

Alice on Border Road s'annonce comme étant un énième "survival post apocalyptique". Malheureusement, pour ce premier tome, on ne plane pas réellement, les protagonistes ne se démarquent pas et se prennent bien trop vite au jeu. Certes, ils n'ont aucun souvenir de leur passé immédiat, ont chacun une carte de jeu, mais se sentent conditionnés sans trop réfléchir. Chaque participant, hormis un seul, protège sa carte pensant que c'est le seul moyen de se sortir de leur condition.

 Étrange que le résumé de l'éditeur se porte sur une autre protagoniste qu'Alice car la jeune femme introvertie est Kina, tandis qu'Alice affiche une soif de vivre malgré les apparences, qui peuvent être trompeuses comme elle le relate.

Graphiquement, on se retrouve avec certaines planches de bonnes qualités, sans plus. Les décors arrières-champ manquent de détail, sauf quelques paysages de Kyoto qui valent le détour.

Vous l'aurez compris, ce manga n'est pas l'un des meilleurs de l'année; mais soyons correct, ceci est un tome 1, donc à voir pour les prochains.

 

PlancheA_311623.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

alice on border road,kuroda,asô,delcourt  tonkam,610,survival,092017

 

alice on border road,kuroda,asô,delcourt  tonkam,610,survival,092017

 

alice on border road,kuroda,asô,delcourt  tonkam,610,survival,092017

Coq de Combat

13/11/2017

Un Australien à Gallipoli

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10Scénario : Ruth Starke
Dessin : Greg Holfeld
Éditeur : Kramiek
72 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : Histoire, guerre

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Au début de la Première Guerre mondiale, Wally et Roy sont parmi les premiers à s’enrôler. Mais leur grande aventure se transforme bientôt en désastre. Le lendemain du débarquement, le 25 avril 1915, plus de 2000 de leurs compagnons de l'ANZAC (corps d'armée australien et néozélandais) sont morts et la tentative audacieuse par les commandants alliés de renverser les Turcs tourne mal. Tandis que la campagne de Gallipoli continue, Wally, Roy et leur nouveau compagnon Tom se retrouvent prisonniers d’un combat contre un ennemi redoutable, des paysages hostiles, les puces, le froid et la maladie.

 

 "Quitter un peu la ferme et voir le monde. Si on s'inscrit en même temps, on partira ensemble."

 

Mon avis

Jusqu'à présent les éditions Kramiek nous avaient conquis par le registre de l'humour. Humour potache, absurde, surréaliste ou poétique, souvent en décalage avec le reste de la production BD.

Avec un Australien à Gallipoli, les voilà qui investissent l'Histoire, celle avec un grand H, et nous plongent en immersion dans les tranchées de la première guerre mondiale. Toutefois, la boue n'est pas celle de Verdun ou de la Somme, mais celle de la péninsule de Gallipoli en Turquie.

Fougueux, intrépides, pressés d'en découdre et de découvrir le vieux continent, les trois personnages principaux de ce récit déchanteront vite en constatant d'abord qu'ils n'iront pas en Europe et ensuite que leur adversaire, les Turcs en l’occurrence, sont bien plus aguerris qu'ils ne le pensaient. Mais la guerre est la même partout et on retrouve sur ce front des Dardanelles les même images que l'on connait en France : la naïveté des soldats au début de la guerre, la camaraderie dans les tranchées, la mort brutale, la maladie, les conditions sanitaires lamentables, les ordres absurdes, les stratégies militaires insensées ...

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

Sous la plume de l'Australienne Ruth Starke, on découvre un récit de guerre vu sous l'angle du quotidien de trois jeunes soldats Australiens et un épisode de la Première Guerre mondiale que l'on ne connait pas en Europe. En Australie en revanche, cet événement est célébré tous les ans et le 25 avril est un jour férié.

Si le récit est bien mené et plutôt bien mis en scène par Greg Holfeld, je m'interroge en revanche sur l'utilité du choix de personnages anthropomorphes. Les troupes australiennes et Néo Zélandaises sont représentées par des kangourous ou des koalas, les Turcs quant à eux sont représentés par des Caracals. Le choix n'est pas anodin. L'auteur à voulu mettre en scène des animaux emblématiques des régions que les personnages sont censés représenter. C'est bien réalisé, mais je trouve que ce choix dédramatise l'évènement qui, humainement parlant, fut aussi terrible que les batailles menées sur le front français.

L'album se termine sur 8 pages de notes apportant un complément d'informations Historiques. Voilà un récit de guerre inédit par son traitement graphique qui a le mérite d'apporter un éclairage supplémentaire sur cette Histoire que l'on croit toujours connaitre par cœur. Dommage que l'on ai du mal à s'attacher un peu plus aux personnages.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

 

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

 

un australien à gallipoli, starke, holfeld, kramiek, histoire, guerre, première guerre mondiale, dardanelles, australie, ANZAC, 10/2017, 6/10

 

22/09/2017

Infinity 8 - tome 5 - le jour de l'apocalypse

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017Scénario : Lewis Trondheim ; Davy Mourier
Dessin : Lorenzo de Felici
Éditeur : Rue de Sèvres
96 pages
Date de sortie :  13 septembre 2017
Genre : science-fiction, humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Tous aux abris : une horde de zombies décime les passagers de l’Infinity ! Non seulement leur morsure est contagieuse, mais l’arme expérimentale qui les a créés a touché la nécropole et l’a transformée en une inépuisable armée de morts vivants ! Ann Ninurta, élue du capitaine pour cette nouvelle boucle temporelle, échappera-t-elle au coup de dent fatal ? Modèle de droiture et jeune mère célibataire ne boudant pas les rencontres masculines, elle pourrait bien être la première agente à découvrir l’origine du cimetière… Choisira-t-elle sa fille ou sa mission ?

 

" - Tu es amphibie, toi ?

- Non, non, pas du tout. Je m'appelle Mason.

- Euh ... Tu fais de l'humour ?

- Non ... du karaté et des arts martiaux. "

 

 

Mon avis

Vous vous souvenez de ce film avec Bill Muray, Un Jour sans fin, où chaque jour se déroule exactement comme la veille. Infinity 8 pourrait être le pendant BD version space opéra de ce film devenu mythique. Sauf que, si chaque reboot d'Infinity 8 nous ramène au postulat de départ, rien ne se passe ensuite de la même façon et ce pour notre plus grande joie. Nous avons à chaque fois droit à une nouvelle héroïne et une nouvelle situation plus ou moins loufoque, absurde, débile, et dans tous les cas à l'humour potache et pulp totalement assumé, fond de commerce de cette série unique en son genre.

Donc, dans ce 5ème redémarrage, la nécropole gigantesque est toujours là et personne n'a encore réussi à débloquer le vaisseau de cet amas inextricable de tombes et mausolées. On ne doute pas qu'Ann Ninurta y parvienne. Quoique, vu le titre de l'album et le concept de la série, si, finalement on doute ! Après avoir eu affaire à des groupes de psychopathes nécrophages, de néo-nazis, de secte politico-religieuse voilà que nos naufragés de l'espace sont confrontés à une horde de zombies ... le vaisseau est plus que jamais en danger.

Ce cinquième opus, réalisé par Davy Mourier et Lorenzo de Felici, est encore plus déjanté que les autres. Curieusement, le scénario et le niveau de lecture est beaucoup plus binaire que dans les tomes précédents. On a un brin d'explication dans les bonus : ce tome est le premier de la série à avoir été scénarisé. On sent bien que les auteurs se sont défoulés sans retenue et qu'ils ont tiré jusqu'au bout sur la ficelle du concept reboot. C'est du on/off, il y a les méchants zombies, la gentille agente et sa mignonne petite fille et les bras cassés débiles de l'équipe de sécurité. Pas de messages sous-jacent, ça dézingue à tout va dans un rythme effréné de la première à la dernière page. Et franchement, ça a beau être hyper simpliste, on prend un vrai plaisir à lire cette histoire absurde.

Bien entendu, la mission va échouer et une réinitialisation sera nécessaire. Sauf que, quand même, on à droit à un début de semblant d'explication sur le pourquoi du comment de ce que fout cette nécropole en plein milieu de nulle part.

De quoi nous allécher pour le sixième reboot ...

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

 

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

 

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

 

les autres tomes de la série

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

21/09/2017

Jour J T29 et T30 Le prince des ténèbres

sans-titre.pngsans-titre.pngPlancheA_308002.jpgScénaristes : Duval & Pécau

Dessinateur : Kordey

Éditeur : Delcourt, Série B

Genre : Historique , Uchronie

Sortie : le 16 août 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

L’histoire suit l’enquête d'un personnage ayant existé, John O'Neill, alias le ""Prince des ténèbres"", un agent du FBI ayant eu l'intuition que Ben Laden préparait une attaque d'envergure contre les USA et qui trouva la mort dans la destruction des tours du World Trade Center. Que se serait-il passé s'il avait eu l'occasion de traquer Ben Laden et s'il avait pu empêcher l'attaque du 11 septembre 2001 ?

 

Mon avis :

Voici certainement l'un des titres les plus réussis de la série Jour J, grâce à cette belle trilogie reprenant à la fois faits réels et tournures hypothétiques si le désastre du 11 septembre 2001 ne s'était pas produit.

On suit le parcours et l'enquête menés par l'Agent O'Neil, appelé le prince des ténèbres car il bosse comme un demeuré et s’habille toujours en noir, de la marque "Gucci". Suite à un attentat en Arabie Saoudite,  faisant 20 victimes américaines de l'Air Force, lui et son équipe, notons Sam Sullivan et sa coéquipière l'Agent Carter, raclent l'entièreté du territoire, tentant d'obtenir de minces indices.

Sur place, ils découvrent que Ben Laden a créé un véritable Royaume, des autoroutes, d'immense palais..., qu'il s'agit d'un entrepreneur du Yemen. Ils découvrent également qu'en 1988, il prête au trésor royal - sans intérêts ; que sa route le mènera de la Mecque à Taif, et que l'Iran utilise du matériel Russe contre le Royaume.

Les agents qualifiés analysent le terrain malgré les prérogatives des saoudiens donnant lieu à un rapport du G2 (Services secrets de l'armée) en provenance d'Allemagne qui démontre que l'attentat de Khobar provient d'Al Quaida. Al Fadl a trahi les siens tandis que les différents organismes (FBI NSA CIA) ont leur idée sur le sujet. L'analyse des experts concernant les bombes utilisées est relativement instructive ( Sentex - TNT...)

Notre équipe menée par l'agent O'Neill se retrouve à Gloucester Building Tyson Corner en Virginie, et découvrent avec stupéfaction qu'ils possèdent des dossiers sur Ben Laden depuis 1993.

La partie historique et remaniée est captivante de bout en bout.

- New York en 1993 : 6 morts et 1000 blessés

- Ethiopie en 1996 : le président égyptien est la cible d'un assassinat

Les attentats de Ben Laden se déroulent sur plusieurs continents avec des moyens de logistique surprenants. Pourtant, à ce stade, seuls l'Agent Oneil et son équipe semblent convaincus de la véritable puissance de l'organisation d'Al Quaida.

Les second tome démarre tout en force avec Obama (sénateur) qui tente de convaincre le Président sur la qualité d'O'Neill et ses arguments, bien que le prince des ténèbres soit entaché par traitrise et indiscipline.

La tournure scénaristique atteint son apogée lorsqu'il se retrouve à l'aide de l'un de ses contacts en Israël, afin de débusquer leur ennemi. 

Un scénario quasi parfait qui malheureusement est accompagné par un dessin de piètre qualité, voir maladroit dans le trait. Une qualité graphique qui frôle la décadence sauf si la volonté de caricaturer chaque personnage à l’extrême est volontaire. Franchement, même les plans rapprochés montrent le manque de netteté. Les protagonistes sont laids, quel dommage avec une trame qui excelle. Quant aux présidents et sénateurs, jugez par vous-mêmes...Fort heureusement, les couleurs nettes recadrent quelque peu la qualité graphique. On aurait pu obtenir un chef-d’œuvre, on récolte un bon album.

L'une des forces du récit se note également par la construction efficace de répliques appropriées :

" Qui veut dîner avec le Diable, doit se munir d'une longue cuillère..."

On se laisse prendre au jeu et au rythme de l'intrigue. Un bon moment de lecture avant l'attente de la fin de cette trilogie !

PlancheA_308001.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,duval,pécau,kordey,delcourt,610,historique,082017

 

jour j,duval,pécau,kordey,delcourt,610,historique,082017

 

jour j,duval,pécau,kordey,delcourt,610,historique,082017

Coq de Combat

 

 

 

31/08/2017

Chito Grant - Intégrale

chito grant, intégrale, Djian, Etien, EP éditions, paquet, western, 6/10, 05/2017chito grant, intégrale, Djian, Etien, EP éditions, paquet, western, 6/10, 05/2017Scénario : Jean-Blaise Djian
Dessin : David Etien
Éditeur : Eléonore Paquet Editions
144 pages
Date de sortie :  mai 2017
Genre : western

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le borgne Chito Grant a un vieux compte à régler avec la ville qui lui a enlevé son père adoptif, sa seule famille. Et ce n'est pas la pulpeuse Texas, la reine de cette ville, qui va l'impressionner. Seulement, notre héros ne se doute pas qu'en pénétrant sur les terres de cette femme richissime, c'est son passé qu'il va rencontrer.

 

Mon avis

Publié initialement en 3 tomes de 2004 à 2008 chez EP Editions, ce western classique écrit par Jean-Blaise Djian et dessiné par David Etien refait surface 9 ans plus tard sous forme d'intégrale. Entre temps, de l'eau à coulé sous les ponts. Les éditions EP (EP pour Emmanuel Proust) sont devenues Editions EP (EP pour Eléonore Paquet) en intégrant le groupe Paquet. Subtile hein ! Le nom change tout en restant le même. Toute cette petite cuisine éditoriale ne change pas grand chose pour le lecteur, mais explique le pourquoi de cette intégrale : il y a un fond à faire vivre.

Jean-Blaise Djian a écrit là un chouette western (si on aime le western, et si on est bon public) tout ce qu'il y a de plus classique mêlant vengeance, corruption, pillage de banque, bande organisée et secrets qui refont surface. Tout ça dans un village mené à la baguette par une matrone qui possède tout et "protégé" par un pseudo shériff-barman (ça, j'avais jamais vu) pleutre et lâche comme pas deux.

Rien de bien nouveau sous le soleil, d'autant que depuis, le revival du western en BD nous a délivré quelques belles pépites. Du coup, cette intégrale souffre clairement de la comparaison avec les dernières productions du genre.

Mais qu'a cela ne tienne, si on aime le western on apprécie ici les situations simples et prévisibles ainsi que les dialogues percutant qui sonnent juste tout au long de ces trois tomes, même si l'on peut déplorer un dénouement ultra rapide dans le troisième volume, comme s'il avait fallut vite finir.

C'est en revanche un peu plus compliqué pour le dessin. Très anguleux et assez approximatif quant aux visages des protagonistes, ce dessin ne donne vite plus envie. D'agréable au début avec notamment une colorisation plutôt douce dans des tons pastels, il devient limite supportable dans le tome 3 à cause d'un trait plus grossier et de couleurs criardes à en foutre la migraine à un non-voyant ! On est vraiment à mille lieues des belles planches de la série Les quatre de Baker Street que David Etien a produit par la suite.

C'est là le revers de la médaille des intégrales. On lit tout d'un coup, donc les différences, les évolutions ou régressions nous sautent aux yeux, les fins précipitées se révèlent. Ce qui peut passer en lisant 48 pages tous les deux ans ne passe pas quand on lit 144 pages d'un coup. Pour ça, l'intégrale est impitoyable.

Je vous le disais, de l'eau a coulé sous les ponts.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

chito grant, intégrale, Djian, Etien, EP éditions, paquet, western, 6/10, 05/2017

 

chito grant, intégrale, Djian, Etien, EP éditions, paquet, western, 6/10, 05/2017

 

chito grant, intégrale, Djian, Etien, EP éditions, paquet, western, 6/10, 05/2017

18/08/2017

Le chasseur de rêves - tome 2 - haro sur le tigronimbus !

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017Scénario : Martin Desbat
Dessin : Martin Desbat
Éditeur : Sarbacane
48 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : jeunesse, humour, aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le chasseur et son fidèle Sancho reprennent du service et fourbissent leurs armes. Cette fois, leur traque les mène aux confins du monde des rêves… En bateau, en armure ou en ballon, ils se lancent de nouveaux défis à la hauteur de leurs utopies : traquer le Kraken dans les glaces des pôles, chevaucher un Tigronimbus sous les cieux éthérés, piéger des idées noires et autres créatures imaginaires…

 

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

 

Mon avis

Voilà une BD jeunesse où règnent en maitres l'absurde, le loufoque, l'aventure et la poésie. Martin Desbat a imaginé un héros qui n'a qu'une idée en tête, celle d'accrocher de nouveaux trophées à son mur. Rien ne l'arrête dans sa quête improbable de trophées toujours plus saugrenus et insolites les uns que les autres : poulpes géants, tigronimbus et autres nuages aux formes évocatrices, et même de tout petits microbes pour chasser un rhume.

Sous ses airs absurdes, cette série ne prend pas les enfants pour des imbéciles. Bourrée de références et de clins d’œil littéraires, la drôlerie l'emporte à toute les pages et ravira petits et grands pour une balade dans un univers merveilleux pour les uns et un retour en enfance apaisant pour les autres.

En passant joyeusement à la moulinette Alice au pays des merveille, Moby Dick, Philémon, Pinocchio ou encore Don Quichotte, l'auteur à créé un univers empreint de poésie fantastique dans lequel les personnages n'ont pour seul moteur que la fantaisie. Les trouvailles et ressorts humoristiques sont bien vus et font mouche à tous les coups. On se plait alors à suivre ces doux dingues dans leurs pérégrinations et à voyager avec eux dans des univers parallèles où le rationnel n'a vraiment pas sa place.

Vous cherchez une BD jeunesse drôle, pleine de fraicheur et surtout laissant une grande place à l'imaginaire (j'ai l'impression que ça se fait de plus en plus rare de nos jours) ? Alors suivez vite les aventures incroyables de ce curieux chasseur et de son fidèle serviteur Sancho.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

 

le tome 1

le chasseur de rêves, Desbat, Sarbacane, jeunesse, aventure, 6/10, 06/2017

15/08/2017

Harrow county - tome 3 - charmeuse de serpents

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017Scénario : Cullen Bunn
Dessin : Tyler Crook ; Carla Speed Mc Neil ; Hannah Christenson
Éditeur : Glénat Comics
128 pages dont 28 de bonus
Date de sortie :  juin 2017
Genre : épouvante

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le garçon décharné tente de comprendre les mystères de son passé, et Emmy enquête sur une ancienne demeure en décomposition. Pendant ce temps, un serpent malveillant sème la folie et la malice dans l’esprit des résidents de Holler. Seule Bernice parvient à lui résister grâce à l’aide du ténébreux Lovely Belfont. Mais ce soutien ne va-t-il pas la confronter à un danger plus terrible encore ?

Le suspense et les mystères ne faiblissent pas dans la suite de ce récit très « southern gothic » à la fois terrible et beau. Un classique en puissance adoubé par les grands Mike Mignola et Mark Millar !

 

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017

dessin de Carla Speed Mc Neil

 

Mon avis

Cullen Bunn continu de nous faire frissonner avec cette histoire de revenants, de sorcières et terres maléfiques. Pourtant, on pouvait craindre après le tome 2 que l'auteur ne tombe dans une routine un peu facile en déroulant des épisodes regorgeant de monstres en tout genre, s'opposant sans cesse à la jeune héroïne du récit et à son étrange compagnon décharné.

Il n'en est rien et l'auteur nous surprend ici avec trois récits courts dans lesquels il nous montre le jeune écorché en quête de son passé, puis Bernice confrontée à des serpents maléfiques, et enfin Emmy qui devra s'occuper d'une maison hantée. Trois récits assez différents mais qui conservent tous cette ambiance lugubre et froide présente depuis le début de la série.

La particularité de ce troisième tome est l'arrivée de deux dessinatrices en plus. Le premier chapitre est dessiné par Carla Speed Mc Neil et mis en couleur par Jenn Manley Lee. Le style est assez différent de celui de Tyler Crook . Le trait est plus fin et la couleur beaucoup plus sombre et froide donnant une ambiance forcément plus noire. Ce style est en adéquation parfaite avec le récit très sombre et assez flippant de ce chapitre qui est centré sur le jeune garçon écorché qui se questionne sur son passé.

Le dernier chapitre est quant à lui dessiné et mis en couleur par Hannah Christenson dans un style radicalement différent, pour le coup assez déroutant. Ce changement brutal d'esthétique nuit à l'homogénéité de l'album et casse l'ambiance efficace mise en place depuis le début. Dommage parce que cette histoire de maison hantée autrement dessinée aurait de quoi vraiment faire peur !

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017

dessin de Hannah Christenson

 

Les bonnes BD d'épouvante n'étant pas légion, Harrow County reste tout de même une série à suivre.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.png

 

a05-3e788c9.png

 

a06-3e788fc.png

 

les autres tomes

Harrow county.jpgHarrow county T2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Tyler Crook dessine Harrow County