26/09/2017

Les ailes du singe - tome 2 - Hollywoodland

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017Scénario : Etienne Willem
Dessin : Etienne Willem
Éditeur : Paquet
48 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : aventure, animalier

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Ancien pilote de l’Escadrille Lafayette, Harry Faulkner se retrouve engagé comme cascadeur aérien par Hollywood…Il découvre rapidement que la cité des anges abrite également quelques démons, comme la belle et sulfureuse Clara Palmer.
Et voici notre pilote entrainé dans le scénario macabre d'un film noir, prouvant, une fois de plus, que la réalité est au-delà de la fiction. Une plongée au cœur du Hollywood des années 30, de ses starlettes mais aussi de ses intrigues, dont certaines pourraient changer la face du monde.

 

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

Mon avis

Révélé au grand public avec la série Héroïc médiévale animalière en 4 tomes L'épée d'Ardennois, Étienne Willem continue dans la voie des personnages anthropomorphiques dans la série Les Ailes du Singe. Polar se situant dans les années 30 aux États-Unis et dans le milieu de l'aviation, cette série met en scène un ancien pilote d'avion devenu cascadeur qui se trouve mêlé à des affaires qui le dépassent vite. On est là en pleine BD d'aventure et d'action, au scénario simple et très efficace dont la prétention n'est autre que de divertir. Mission accomplie donc pour ce cascadeur un brin hâbleur qui se retrouve ici dans une sombre histoire d'espionnage sous les strass et paillettes du Hollywood des années 30. Politique, cinéma, prohibition, personnages hauts en couleur comme Howard Hughes, Douglas Fairbanks, ou Cecil B. DeMille, les ingrédients sont réunis pour faire un bon polar. On y ajoute un excellent dessin animalier dans lequel on sent l'influence qu'a eu l'animation sur son auteur, des dialogues percutant et sonnant justes, et on a là une BD très agréable à lire.

Je suis toujours stupéfait de voir dans les séries animalières avec quelle justesse les dessinateurs arrivent à trouver les animaux qui interprètent le mieux les personnages. Il n'y a pas de fausse note. Le tueur un peu débonnaire figuré par un tapir, Douglas Fairbanks représenté par un gros félin, Howard Hughes par un chien aux traits secs et tendus ... des rôles de figurants aux rôles principaux, pas un personnage n'est négligé et ils sont tous réussis. 

Du grand art assurément, du même niveau que Guarnido dans Blacksad, et justement récompensé en août 2017 par le Grand prix du festival Wallonie BD.

Après un tome 1 en demi teinte quant au scénario, voici un tome qui, je pense, devrait installer confortablement la série. Ça ne serait que justice pour un auteur si talentueux, aux nombreux projets avortés, comme en témoigne l'art book d’Étienne Willem que vous je présenterai prochainement.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 le tome 1 et l'art book

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

18/09/2017

Gantz : G T1

51EqeiRnoeL__SX350_BO1,204,203,200_.jpgPlancheS_57552.jpgScénario : Hiroya Oku

Dessinateur : Keita Iikuka

Éditeur : Delcourt / Tonkam

Genre : Science-Fiction

Sortie : le 16 août 2017

 

Avis de l'éditeur :

2005, une tragédie frappe une classe entière au cours d'une sortie scolaire à bord d'un bus. Après une chute d'un pont, les passagers se réveillent dans une école abandonnée et se retrouvent obligés de suivre les ordres d'une étrange sphère noire appelée "Gantz". Ils doivent alors éliminer des visiteurs venus d'un autre monde pour gagner de précieux points qui leur permettront de retrouver leur liberté...

 

Mon avis :

L'univers de Gantz affiche des chiffres explosifs : 21 millions d’exemplaires au Japon pour les 37 tomes de la série originale, des films, une série télé d'animation comprenant 24 épisodes, un jeu Playstation, 2 romans... de nombreux produits dérivés.

Alors que la série de base ressort à raison de deux tomes en un (volume double), l'auteur travaille également sur Last Hero Inuyashiki chez Ki-oon.

Gantz G reprend pour ainsi dire les mêmes ingrédients que pour son prédécesseur. Des jeunes étudiants confrontés à gagner un maximum de points pour ressusciter, ou ressusciter un proche. Le but étant emmagasiner 100 points.

Les premières impressions sont plutôt plaisantes. De suite, on se sent propulsé dans ce monde de science-fiction où se mêlent plusieurs facteurs : oublier instantanément sa vie antérieure (certains adolescents ne comprennent pas de suite le fonctionnement des règles et en pâtissent royalement les circonstances); être vif, et ne pas hésiter à tuer l'ennemi sans concessions, se lier d'amitié avec les éléments forts du groupe, sans toutefois se montrer trop généreux.

Graphiquement, la force majeure se note au niveau des protagonistes. Traits fins (parfois trop lisses), coupes de cheveux parfaites (et ce malgré les pirouettes à 360° de certains participants, monstres réalistes (ici des animaux hybrides issus de différentes dimensions).

La dynamique est constante mais les décors n'existent pour ainsi dire pas du tout. On aimerait davantage pouvoir prétendre à un effet de profondeur de champ...il n'en est rien. On doit se contenter des protagonistes.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gantz g,keita iizuka,hiroya oku,delcourt tonkam,710,082017

Coq de Combat

01/09/2017

La carte du ciel

la carte du ciel.jpgla carte du ciel r.jpgDessin : Laurent Richard
Scénario : Arnaud le Gouëfflec.
Éditeur : Glénat collection 1000 feuilles
Sortie :23 août 2017
144 pages.
Genre :je ne peux pas le dire...ce serait un spoiler



Résumé.

Vallièvre, petite commune de campagne. Il ne s’y passe jamais rien, ou presque. Mais voilà qu’on prétend y avoir vu passer des OVNI ! Si tout le monde a l’air de prendre ça à la rigolade, ce n’est pas le cas de Claire, Wouki et Jules, trois potes qui se sont récemment pris de passion pour le sujet. Alors qu’ils enquêtent sur le phénomène et que l’arrivée d’une nouvelle prof fait sensation au lycée, les trois inséparables découvrent que les événements étranges se multiplient...


« Moi, si je devais faire de la philo, la première chose que je dirais c’est qu’on n’est rien d’autre que des animaux. Le premier truc c’est le ventre, pas le cerveau. Et une fois qu’on a mangé, la seule chose qui nous intéresse, c’est le cul ! »

Mon avis.

Parfois il ne faut pas aller loin pour savoir si une BD est bonne ou pas, si vous n’avez pas décollé le nez de toute la lecture, c’est que l’histoire vous a captivée et donc que c’est de la bonne !
C’est clairement le cas avec cette carte du ciel. On ne sait pas trop où on va avec le scénario de Arnaud le Gouëfflec (Soucoupes avec Obion, Topless, j’aurai ta peau, Dominique A). On y retrouve à la fois de la SF, un récit sur le premier amour, de la philosophie, etc ...
Bref, on pourrait être dérouté avec ce thriller doux-amer sur l’adolescence nimbé de surnaturel. mais la curiosité est manifestement la plus forte. J’ai aimé cette façon d’intriguer le lecteur au fil des pages avec un tempo plutôt lent.
Coté dessin, Laurent Richard, illustrateur pour la presse et d’édition jeunesse nous propose un trait particulier voire inquiétant. On est un peu hypnotisé par ses grands yeux d’extra-terrestres qui nous fixent souvent. Un trait assez anguleux aussi qui passera ou pas selon vos goûts mais qui m’a enchanté pour sa colorisation.
Sinon, j’ai trouvé l’héroïne très charismatique, un étonnant mélange d’intuition, d’attitude rebelle et de pragmatisme. Je serais vraiment ravi de la retrouver dans un rôle de flic par exemple, ça lui irait comme un gant.

la carte du ciel rf.jpg

Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a07-3e78901.gif

26/08/2017

Ni terre ni mer - tome 1/2

ni terre ni mer, megaton, genzianella, ricard, dupuis, mer, amitié, drame, horreur, thriller, 07/2017ni terre ni mer, megaton, genzianella, ricard, dupuis, mer, amitié, drame, horreur, thriller, 07/2017Scénario : Sylvain Ricard ; Olivier Mégaton
Dessin : Nicola Genzianella
Éditeur : Dupuis
56 pages
Date de sortie : juillet 2017
Genre : thriller, angoisse

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Au large des côtes normandes, une tempête projette sur les récifs une voile en perdition. À son bord, Alex, Thomas, Ève, Hélène et Julie, cinq anciens amis surpris par le brusque changement de houle, se retrouvent échoués sur un îlot où se dresse un phare aux lueurs erratiques. L'atmosphère oppressante qui pèse sur ce refuge de fortune ne tient pourtant pas qu'aux conditions météorologiques. Entre les portes closes et le gardien austère, les appareils électroniques défectueux et les étranges protocoles qui interdisent aux bateaux de secours d'accoster, tout porte à croire que quelque chose, ou quelqu'un, refuse que les jeunes gens quittent ce rocher battu par les vents.
Alors, sitôt que la mort s'ajoute à la partie, plus de doute possible : le naufrage était prémédité. Mais par qui ? Et pour quelle raison ? Il semblerait que tous ici détiennent de lourds secrets...

 

" - Et Hélène ?

- Hélène !

- Putain, mais c'est pas vrai !

- Vous l'auriez laissé crever, salopes ! "

 

Mon avis

Les équipes marketing ont bien bossé chez Dupuis. Le tout petit sticker sur la couverture marqué "par le réalisateur de Taken 2 et Taken 3" a bien attiré mon attention. Associé à une couverture assez anxiogène avec cette main sortant de l'eau qui semble appeler vainement à l'aide et les deux petites silhouettes se détachant sur un ciel de feu, me voilà ferré, en train de feuilleter l'album. Le feuilletage continue de me convaincre, et je passe en caisse.

 

ni terre ni mer,megaton,genzianella,ricard,dupuis,mer,amitié,drame,horreur,thriller,072017,7/10

Nous avons donc affaire à une BD-qui-fait-peur et, comme dans les films du même acabit nous avons droit à un déluge de ces petites incohérences qui font le sel de ce genre de films, vous savez, tous ces trucs qui dans la vraie vie ne peuvent absolument pas arriver, en tout cas pas à nous. Comme par exemple emmener ses amis faire du bateau alors qu'une grosse tempête est annoncée ... ou encore laisser deux passagers se baigner en pleine mer autour du bateau, sans surveillance. Ok, il y a un bout qui traine dans l'eau pour pouvoir remonter à bord. Mais s'il se décroche ? ... tiens, il s'est décroché...

ni terre ni mer,megaton,genzianella,ricard,dupuis,mer,amitié,drame,horreur,thriller,072017,7/10

Bref, un ensemble de petits détails énervants mais qui pourtant ne nuisent pas à l'efficacité du scénario dont le but est de nous faire frémir d'angoisse. Force est de constater que ça marche assez bien. En usant du procédé du flashback, l'auteur capte le lecteur très vite et révèle, avec parcimonie mais de façon régulière, le passé chaotique de ce groupe d'amis en même temps qu'il met en place les étranges évènements qui se déroulent dans le phare.

Le dessin sombre, froid et parfois un peu figé de Nicola Genzianella (Bunker, Dampyr) répond parfaitement à l'objectif du scénario : foutre la trouille. Franchement, on a pas envie d'en être de cette croisière, et pourtant on y est jusqu'au cou tellement la mise en scène et le découpage sont immersifs. Sans mauvais jeu de mot !

Prévu en deux tomes, ce thriller étouffant tiens bon les flots et plonge le lecteur dans un maelstrom angoissant où tout n'est que manipulations, mensonges, obsessions ... à suivre à l'automne prochain.

Loubrun

 

 

Si vous prenez la mer :

1 – assurez-vous des compétences du skipper;
2 – regardez la météo, même si le skipper l'a fait;
3 – méfiez-vous des phares sur les îlots en pleine mer, surtout s'ils sont habités.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

ni terre ni mer,megaton,genzianella,ricard,dupuis,mer,amitié,drame,horreur,thriller,072017,7/10

 

ni terre ni mer,megaton,genzianella,ricard,dupuis,mer,amitié,drame,horreur,thriller,072017,7/10

 

ni terre ni mer,megaton,genzianella,ricard,dupuis,mer,amitié,drame,horreur,thriller,072017,7/10

 

17/08/2017

Nains T6 et T7

61JnvVUYZGL__SX362_BO1,204,203,200_.jpg51ylbUOr8bL__SX362_BO1,204,203,200_.jpgScénariste : Nicolas Jarry

Dessinateur : Stéphane Créty

Éditeur : Soleil

56 pages / Tome

Genre : Heroic Fantasy

Sortie : le 19 avril 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Quinze années se sont écoulées depuis l'incendie qui a ravagé Fort Druz. L'ordre du Talion n'a pas été détruit. Le pouvoir a seulement changé de mains, passant de celles des archivistes à celles des seigneurs de la banque de Pierre. Pourchassé par les maîtres assassins de la loge Noire, Ordo a renoncé à sa vengeance... Jusqu'au jour où la belle et mystérieuse Derdhr, l'un des plus puissant seigneurs de la banque de Pierre, vient le trouver pour lui proposer de terminer ce qu'il a commencé...

Mon avis :

Après le ravage de Fort Druz, nous avons droit ici à un récit davantage porté sur des conspirations, une corruption familiale que centré sur une essence fantasy, bien que conservant malgré tout une touche authentique de l'univers Celtic.

Derdhr, un des 7 seigneurs de la Banque de Pierre, deuxième fortune mondiale après Urus d'Ettorn, père d'Ordo, chez qui elle se rend et lui propose un marché.

D'une part, Derdh, la conspiratrice, aussi belle que douée en affaires commerciales veut étendre son pouvoir et pour ce faire utilise le fils pour faire tomber le père - Une alliance scellée dans le sang entre la Loge Noire et la Banque de sang. D'autre part, Ordo de Talion n'est pas née de la dernière pluie. Fin stratagème qui a fréquenté le gratin de haut rang, rois et généraux de tout standing, semble douter de l’honnêteté de son hôte.

Donc, une diablesse qui tente d'utiliser un fin stratège... cela semble astucieux de la part des auteurs.

Néanmoins, malgré une intrigue plutôt efficace, dés les premières pages, on comprend le verdict de ce récit. Nul besoin d'avoir la science infuse pour s'en rendre compte.

Scénario et dessins combinent. La lecture fluide permet de s'attarder longuement sur les détails, même si ce récit offre énormément de bulles de lectures par rapport aux tomes précédents.

La confrontation en paroles entre père et fils (Le Nain du Talion et son fils Ordo) valent le déplacement. Personne n'est blanc comme neige, qu'il s'agisse de la belle Derdhr, ou des autres protagonistes.

Fourberie et corruption sont les maîtres mots de l'histoire.

Certaines répliques telles que : "la gobe-foutre"; une suce-queutar qui se lubrifie le nénuphar au Saint Doux en comparaison avec une bavette, apportent leurs lots d'émotions.

Enfin, notons que la fin d'album est gratifié d'un glossaire avec ces mots, ce jargon , et sa traduction en français courant, afin d'éclairer nos lanternes.

 

PlancheA_301826.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 nains,créty,jarry,soleil,710,fantasy,042017

Coq de Combat

 

 

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : nains, créty, jarry, soleil, 710, fantasy, 042017 |  Facebook | |

10/08/2017

Gambling School T1 & T2

51oVkMHHQML__SX345_BO1,204,203,200_.jpg51NZLpsONbL__SX350_BO1,204,203,200_.jpgScénariste: Homura Kawamoto

Dessinateur : Toru Naomura

Éditeur : Soleil

Seinen

240 pages / Tome

Genre : Jeux / Domination

 

Avis de l'éditeur :

Dans cette école, ce ne sont ni les résultats scolaires ni les performances sportives qui comptent, mais les prouesses aux jeux de hasard. Des sommes parfois colossales peuvent être pariées. Les élèves les plus forts sont enviés, les plus faibles persécutés. Yumeko, une nouvelle élève, est immédiatement placée sur la liste des personnalités à surveiller. Étrangement, elle ne semble pas être là pour "gagner", mais par pur amour du jeu et de l'excitation...

Mon avis :

Les japonais ont décidément une obsession à ce qui touche au domaine de domination "Maîtres - Esclaves".

Gambling School en est la preuve unilatérale, poussant le vice dans ses retranchements.

Dans cette école, composée de la future élite du pays, ces jeunes pour la plupart issus de familles riches, s'adonnent aux jeux de hasard, sous toutes ses formes...si bien, que les moins fortunés terminent rapidement au bas de l'échelle, portant autour du cou, une pancarte de chien - chat, en fonction du sexe, totalement dévoués, esclaves à plein temps envers leurs "chefs".

Les terreurs de l'école tiennent les rênes du pouvoir jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle, dont l'attitude décomplexée semble irriter l'assemblée.

Un excellent manga sur le rythme infernal des joueurs et leur attitude autodestructrice, les faisant grimper au paradis ou basculer en enfer.

Le véritable joueur se reconnaîtra dans cette lecture sombre, prenante et diabolique.

L'animé sous son nom officiel "Kakegurui" est vivement conseillé. La 1ère saison compte 12 épisodes.

Adrénaline et sensations fortes garanties pour tout amateur de jeux de hasard!

 

PlancheA_306465.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

Coq de Combat

 

07/08/2017

Requiem Chevalier Vampire T5 et T6

61m045a+u9L__SX373_BO1,204,203,200_.jpg61EXBCQ4hRL__SX373_BO1,204,203,200_.jpg9782914420013_pg.jpgScénariste   : Pat Mills

Dessinateur : Olivier Ledroit

Éditeur : Glénat

56 pages / Tome

Genre: Épouvante

Sortie : le 31 mai 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Le bal de Dracula bat son plein. Pourchassés par Otto et ses hordes de dragons sanguinaires, Rebecca et Requiem tentent de retrouver leur amour perdu dans un déluge de feu. Mais lors de l'affrontement, la personnalité de Thurim, combattant légendaire et ancien bras droit du Comte, refait son apparition, permettant aux amants de s'en sortir sans dommage. Pendant ce temps, alors que plane la rébellion de Mortis et Black Sabbath, les goules attaquent une cargaison d'Opium noir afin d'affaiblir les chevaliers vampires...

Mon avis :

Requiem Chevalier Vampire rassemble le gratin des horreurs. Chaque héros ou anti-héros, selon la vision personnelle que l'on a des protagonistes, renferme une identité chaotique, un passé lourd de tribulations, certains voués à la torture éternelle, d'autres aux délices les plus aphrodisiaques.

De suite, à la vue des premières pages, voire même des plats de couverture, le lecteur se sentira poussé ou répulsé par cette lecture sombre et apocalyptique.

C'est la guerre sur Résurrection! L'équipe de médiums noirs est cruellement rationnée, dû au manque d'opium, qui leur permet d'augmenter leurs pouvoirs psychiques.

Des goules, des vampires, des gobelins, des créatures malfaisantes, Dracula et ses nymphomanes diaboliques, de la drogue à outrance...le monde établit par Mills et Ledroit façonnent les enfers comme on souhaiterait certainement le reluquer.

Car ces enfers là offrent une distraction de premier choix : le pouvoir, l'immortalité, la luxure, les plaisirs, les souffrances... très proche finalement de notre monde humain, avec une touche de fantaisie à l’extrême.

Clin d’œil, à la vampire Claudia, qui s'adonne dans les cales de Satanik à la luxure débauchée, au kamasutra vampirique. Notons que les albums de Claudia auront également leurs versions améliorées d'ici peu, également prévu chez Glénat.

Visuellement, on se reçoit une claque en plein visage, si toutefois on apprécie ce style graphique, fort appréciable pour les admirateurs de séries telles que le Fléau des Dieux ou Arawn aux éditions Soleil.

La fin de chaque album offre un glossaire montrant l'attirail de chaque personnage, en bonus par rapport à la précédente édition.

Mélange d'un porno gore tout à fait immoral : à savourer ou à renier, à vous de voir!

 

PlancheA_52196.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

requiem chevalier vampire,ledroit,mills,glénat,710,épouvante,052017

 

requiem chevalier vampire,ledroit,mills,glénat,710,épouvante,052017

 

requiem chevalier vampire,ledroit,mills,glénat,710,épouvante,052017

 

Coq de Combat

03/08/2017

Jack cool 1966- quelques jours avant Jésus-gris

jack cool 1966, manini, mangin, bamboo, grand angle, musique, hippies, drogues, LSD, road trip, merry pranksters, satanisme, polar, 06/2017, 7/10jack cool 1966, manini, mangin, bamboo, grand angle, musique, hippies, drogues, LSD, road trip, merry pranksters, satanisme, polar, 06/2017, 7/10Scénario : Jack Manini
Dessin : Olivier Mangin
Éditeur : Bamboo
56 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : aventure, road trip psychédélique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Californie 1966. Il est apparu tel un fantôme dans la communauté des « Merry Pranksters ». Comme il était sale et maigre, ils l’ont surnommé Jésus Gris. Il va les entrainer sur la route au volant d’un bus psychédélique.
Jayne Mansfield, actrice et grande prêtresse de l’église de Satan, charge le détective Jack Cool de retrouver sa fille. L’enquête le mène jusqu’au fameux bus …

 

"On va s'injecter une bonne dose de présent... tous synchros avec la grande harmonique de l'univers..."

 

Mon avis

Grisaille, neige, bureau austère dans l'usine Cadillac à Detroit ... les premières pages sont à l'opposé de la couverture chatoyante aux effluves psychédéliques. On voit un homme seul, l'air triste et perdu, au téléphone avec sa femme Lucille. Cet homme qui vient de mentir à sa femme fait annuler tous ses rendez-vous et quitte son bureau pour ne plus jamais y revenir. Entre alors en scène le détective Jack Cool qui est chargé par Lucille de retrouver son mari. Il retrouvera vite la trace du disparu, affublé du nom de Jésus-Gris, au sein d'un mouvement hippie, les Merry Pranksters. L'enquête de Jack Cool le mènera également dans les milieux satanistes et sur les pas de Jayne Mansfield dont la fille a disparue.

Jack Manini nous propose avec ce polar à double enquête une immersion totale dans les milieux hippies des années 60 sous forme de road-trip sur-alimenté au LSD. En ce milieu des sixties cette substance chimique n'est pas encore illégale et est largement consommée par les adeptes de la liberté totale, du rejet de toute forme d'autorité et surtout de la société de surconsommation. Flirtant entre thriller et chronique sociale, Jack Manini mélange subtilement le vrai et le faux et nous fait découvrir l'univers très coloré de la beat generation, notamment les Merry Pranksters de Ken Kesey qui ont vraiment existé et traversé les Etats-Unis à bord d'un bus aux couleurs psychédéliques, tout en vantant les bienfaits du LSD.

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

Le rythme n'est pas des plus endiablé mais l'intrigue naissante dans ce premier volume reste intrigante. On ne sait que peu de choses de Jésus-Gris si ce n'est qu'il a traversé la guerre du Vietnam et en est revenu avec un traumatisme qu'on espère connaitre dans le second tome. Idem concernant l'enquête dans les milieux satanistes, des jalons sont posés et l'on peut supposer que la suite sera beaucoup moins colorée.

Empreint d'une sobriété de bon aloi, le dessin d'Olivier Mangin est parfait dans toutes les situations et toutes les ambiances. Il ne cède pas à la facilité du décorum psychédélique trop bariolé et se permet juste quelques ondulations de cases lorsque les personnages sont sous l'emprise des acides. C'est clair, crédible et agréable à l’œil.

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

On est habitué dans la collection Grand Angle aux petits suppléments en fin de volume. Aussi avons-nous droit ici à quelques compléments d'information sur les Merry Pranksters et l'histoire du LSD. Instructif. Il manque juste quelques buvards de démo :-)

Suite et fin de cet étonnant voyage dans le tome 2.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

jack cool 1966,manini,mangin,bamboo,grand angle,musique,hippies,drogues,lsd,road trip,merry pranksters,satanisme,polar,062017,710

 

jack cool 1966, manini, mangin, bamboo, grand angle, musique, hippies, drogues, LSD, road trip, merry pranksters, satanisme, polar, 06/2017, 7/10

 

Un peu de musique pour accompagner cette belle lecture

28/07/2017

Bianca de Crepax

516CUHH7o9L__SX377_BO1,204,203,200_.jpgbiancapl.jpgAuteur : Crepax

Éditeur : Delcourt

272 pages 

Érotique

Sortie : le 24 mai 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Suivez Bianca dans ses voyages fantastiques, scabreux, sensuels et oniriques. De la planète Van Diemen à Brobdingnags, d'Houyhnhnm à l'île de Laputa qu'elle parcourt à la manière de Gulliver, ou encore d'Odessa en 1905 jusqu'aux pièces surréalistes d'une maison folle, vous prendrez rapidement conscience que le lieu importe peu. Vous n'aurez d'yeux que pour Bianca la brune.

Mon avis :


Voici l'un des auteurs qui a marqué une génération de lecteurs, avides de femmes filiformes, durant les années 70.

Les éditions Delcourt ressortent une belle édition au format intégral de Guido Crepax, cet artiste italien, décédé en 2003 dans sa ville natale de Milan.

Avec du recul, on sent néanmoins que son style graphique n'est plus du tout à la mode de maintenant. Déjà ses femmes comme il les dessine ont à peine la peau sur les os, mannequins certes, mais à l’extrême ( à peine de la poitrine, fesses inexistantes, visages creusés...), contre- courant entre deux époques totalement opposés.

Même si ce récit ne pointe pas au rire, les visages des protagonistes féminins tirent une tronche désespérante de bout en bout, et pourtant l'une des forces de l'auteur s'oriente justement à soigner des morceaux du corps comme l'illustre fort bien le 1er plat de couverture.

Crepax jongle avec le génie lorsqu'il retranscrit à sa sauce personnelle les diverses tortures sado- masochistes. (tout de même fortement influencées par "Le Marquis de Sade" pour lequel il illustre les protagonistes de "Juliette" et de "Bianca", ou pour d'autres de ses récits dont "Emmanuelle Arsan" ou encore "Georges Bataille")

D'un point de vue scénaristique, le lecteur se perd dans un dédale incompréhensible d’informations, n'ayant queue ni tête, ne cohabitant guère les unes avec les autres. C'est tout simplement une histoire érotique sous LSD, mélangée à d'autres psychotropes hallucinogènes. Impossible avec de l'eau plate d'en saisir son sens.

De la 1ère case à la dernière, on suit le parcours étrange, fascinant, morbide et inquiétant de cette drolasse, qui se retrouve propulsée d'un monde à un autre, sous d'affreuses tortures. Un déchirement du corps mais surtout de l'esprit, car la jeune femme ne maîtrise en rien son sort, mais semble tout de même prédisposée à la soumission et l'obéissance.

Un jeu du voyeurisme défile sous nos yeux. Perversion et cruauté? "Peut-être". Jouissance et quintessence sexuelle, "sans aucun doute"!

Chimères de l'esprit, fantasmes enfouis, cette BD adulte plaira par son raffinement. A l'heure du libertinage, où les expressions sexuelles s'affirment avec intensité.

D'une part enfoui dans le temps, et de l'autre précurseur sur son époque, tout comme Manara, Serpieri et Pichard l'auraient abordés : Crepax grave sa marque avec style et grandiloquence.

 

On aime ou on reste indifférent. Faites votre choix!

 

album-page-large-32949.jpg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

bianca,crepax,delcourt,710,érotique,052017

 

bianca,crepax,delcourt,710,érotique,052017

 

bianca,crepax,delcourt,710,érotique,052017

Coq de Combat

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : bianca, crepax, delcourt, 710, érotique, 052017 |  Facebook | |

13/07/2017

Travis T12 : Les tueurs de fer

sans-titre.pngPlancheA_303387.jpgScénariste : Fred Duval

Dessinateur : Christophe Quet

Éditeur : Delcourt Série B

Genre : Science-Fiction

Sortie : le 26 avril 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

Alors que les puissantes armées des narcotrafiquants étaient sur le point de prendre le contrôle total du Mexique, Vlad Nyrki parvient à retrouver son plus vieil ami mystérieusement disparu dans cette zone de guerre civile. Il y découvre alors Travis, réfugié dans la jungle du Chiapas chez les enfants de Marcos et engagé aux côtés des rebelles zapatistes pour le partage des terres mexicaines.

 

Mon avis :

Les Narcos contrôlent d'une main de fer tout le Yucatan. Seuls quelques résistants, les derniers enfants de Marcos tentent l'impossible. Travis et les siens sont poursuivis par le cartel de Merida et celui de l'Obsidienne, suite à une alliance d'intérêts communs.

 Afin que l'ONU puisse intervenir en leurs faveurs, il est impératif à Travis de prouver la complicité des Narcos dont le but est de détruire l'humanité à l'aide d'une intelligence artificielle.

Remontant les rivières du Rio Usumacinta, ils auront fort affaire face aux cyborgs, de sérieuses machines de guerre programmées pour anéantir les humains.

Ça canarde à tout va - on se sent aspiré par ce déluge de détonations, de combats terrestres et aériens.

Plutôt réalistes, d'ailleurs comme scènes de guerre, on se rapproche d'un film d'anticipation, et les protagonistes y vont bon train.

Les fans de Carmen Mc Callum auront certainement les mêmes ressentis, pareilles émotions, on se retrouve en situations semblables à un Call of Duty, ou l'honneur, la justice et la quête personnalisée est grandement valorisée.

Graphiquement, les décors sont sacrément mis en valeur, démonstration du talent de Christophe Quet, dont l'ambition consiste à nous en mettre plein la vue.

L'album est visuellement réussi, contenant peu de scènes de pénombre, davantage porté sur une qualité expressive de luminosité dont les couleurs lumineuses de Pierre Schelle rayonnent.

Notons également un clin d’œil au personnage de Machette (Dany Trejo) qui fera le bonheur de certains lecteurs.

Ceux qui souhaitent accentuer leurs connaissances sur cet univers, sachez que 4 séries parallèles existent :

 

- Carmen Mc Callum - Code Mc Callum - Carmen + Travis  - Travis Karamatronics

 

9782756080765_p_3.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

travis,quet,duva,delcourt,710,science-fiction,042017

Coq de Combat