05/02/2018

Alice on Border Road T2

Alice-on-Border-Road-02.jpgPlancheA_316455.jpgScénariste : Haro Aso

Dessinateur : Takayoshi Kuroda

Éditeur : Delcourt / Tonkam

Genre : Survival

208 pages

Sortie : le 29 novembre 2017

 

Avis de l'éditeur :

Une lycéenne introvertie se retrouve, malgré elle, dans un Japon post-apocalyptique en ruine. Accompagnée d'autres victimes, elle va découvrir qu'ils sont coincés dans un monde de jeux cruels et contraints d'y participer pour rester en vie. Chaque jeu est symbolisé par une carte à jouer, dont la couleur et le chiffre indiquent le type d'épreuve et le niveau de difficulté...

 

Mon avis :

Voici une série qui provoque une franche frustration! En deux tomes seulement, on passe du très mauvais à presque de l'excellent, si bien que plus d'un lecteur a certainement donné, ou vendu voire jeter le précédent tome, se disant, en connaissance de cause, que c'était là, la meilleure décision... Grave erreur, mais qui aurait pu deviner un tel retour de situation, sur bien des aspects.

Les personnages si fades ont entre temps développé une sacrée personnalité. L'intrigue inexistante est quasi palpable à chaque page. Pour un bref rappel aux sources, Alice et d'autres individus se retrouvent dans un Kyoto en ruines, ne sachant pour rien au monde ce qu'ils font en ces lieux. Chacun possède une carte d'un jeu classique et envisagent de se rendre à Tokyo. La nuit avant leur départ, deux candidats trouvent mystérieusement la mort. Au début de ce second tome, on perçoit clairement les personnages forts des plus faibles. Gamon fait alliance avec  Hayon, pour le moment le profil le plus ambitieux. Mais Gamon, bien que couchant avec elle, s'en sert à sa guise. Le vieux Kuki, pris dans son propre piège de perversité se retrouve sacrifié et menotté à l'abandon. Alice, quant à elle, se lie d'amitié avec Kimari, bien qu'il s'agisse du prétendu assassin des deux cadavres trouvés. Chacun cherche à récupérer les cartes d'autrui, dans le but de survivre, mais surtout d'émettre la possibilité de prendre goût à cette partie.

Ce second tome relance totalement la série, par ses qualités scénaristiques majeures. La qualité graphique apportée par Takayoshi Kuroda permet de découvrir la face cachée sombre en tout individu. Le troisième opus risque de faire mal!

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

alice on border road,takayoshi kuroda,haro aso,delcourt  tonkam,710,survival,112017

 

alice on border road,takayoshi kuroda,haro aso,delcourt  tonkam,710,survival,112017

 

alice on border road,takayoshi kuroda,haro aso,delcourt  tonkam,710,survival,112017

Coq de Combat

 

 alice on border road,takayoshi kuroda,haro aso,delcourt  tonkam,710,survival,112017

 

24/01/2018

Lanfeust Odyssey T9 : Le Stratège ingénu

Couv_314245.jpgPlancheA_314245.jpgScénariste : Arleston

Dessinateur : Tarquin

Éditeur : Soleil

Genre : Heroic Fantasy

48 pages

Sortie : le 22 novembre 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Au Castel Or-Azur la fête bat son plein mais Lanfeust n'est pas d'humeur à fêter quoique ce soit. Si ses armées sont en déroute, Lilth court toujours et il ne faut pas lui laisser le temps de reprendre des forces sinon tout serait à refaire. Il souhaite rassembler ses fidèles compagnons et partir à sa recherche au plus vite. Mais la déesse, dont la duplicité n'est plus à prouver, n'est pas si loin...

 

Mon avis :


Un banquet est organisé pour la déroute de l'armée de la démoniaque bleue. Mais y aura-t-il assez de bouffe? Car Hébus a grande faim! Parallèlement, ils doivent éliminer la reine Banshee, une créature magique dont Lilith peut se nourrir. La gardienne Tseu-Hi se plaint que Lanfeust utilise en abondance l'énergie du Magohamoth, pour le pouvoir absolu. Du coup, il ne conserve que son pouvoir de forgeron et quant à ses quatre épouses (Lumëh, Figne, Fagne et Dzong), ces dernières deviennent minuscules, réduites à leur premier stade de transformation.

Une nouvelle aventure pleine de péripéties les attends : ils partent pour le Darshan en utilisant un batracé comme montgolfière.

Les vingt premières pages du récit continuent avec la formule traditionnelle connue à la série. Des calembours, des jeux de mots bien placés, qui font la marque de fabrique de cette saga ô combien longue. Contre toute attente, sans spolier le déroulement des événements de ce tome, plus d'un lecteur sera agréablement surpris par le dénouement de ce tome...qui laisse sans voix.

Graphiquement, le découpage et les couleurs en jettent toujours autant.

Affaire à suivre dans le tome dix intitulé "Un destin Karaxastin".

 

lanfeust odyssey,tarquin,arleston,soleil,710,héroic fantasy,112017

Album_R_sf_txt_65px.jpg

lanfeust odyssey,tarquin,arleston,soleil,710,héroic fantasy,112017

Coq de Combat

20/01/2018

Gantz : G T2

51WnZpsPFTL__SX350_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_316550.jpgScénariste   : Hiroya Oku

Dessinateur : Keita Iizuka

Éditeur : Delcourt / Tonkam

Genre : Science-Fiction - 208 pages

Sortie : le 29 novembre 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

2005, une tragédie frappe une classe entière au cours dune sortie scolaire à bord d'un bus. Après une chute d'un pont, les passagers se réveillent dans une école abandonnée et se retrouvent obligés de suivre les ordres dune étrange sphère noire appelée ""Gantz"". Ils doivent alors éliminer des visiteurs venus d'un autre monde pour gagner de précieux points qui leur permettront de retrouver leur liberté.

 

Mon avis :

Gantz a dicté ses règles : il faut impérativement acquérir 100 points pour recouvrer la vie. Les 5 filles survivantes du massacre reprennent le cours de leur existence en attendant la prochaine décision de Gantz. Chaque soirée, Yoshiko, Kimiko, Kurona, Ai et Kei s'entraînent dans leur nouvelle combinaison anti-chocs, et aux tirs à distance. Leurs professeurs : Akiko et Fujimoto, deux participants à Gantz, qui ont déjà survécu à plusieurs reprises au jeu de la mort.

Ce second tome met en avant la rivalité des filles, vraiment salopes les unes avec les autres. La compétition est de taille. Plutôt que d'unir leurs forces, elles se querellent et veulent s'affirmer comme étant "la number one". Un titre sans trop d'action, qui met en place les différents ingrédients avec en fin de tome le commencement de la seconde soirée du jeu de Gantz. Une fin de volume qui annonce un troisième tome particulièrement violent et rythmé.

La qualité graphique est toujours un véritable régal, malgré une répétition de styles. Les vedettes sont les personnages féminins. Les hommes sont mis davantage en retrait pour ce chapitre.

gantz g,hiroya oku,keita iizuka,delcourt tonkam,710,science-fiction,112017

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gantz g,hiroya oku,keita iizuka,delcourt tonkam,710,science-fiction,112017

Coq de Combat

 

16/01/2018

Jour J T31 Le prince des ténèbres 3/3

Couv_312741.jpgPlancheA_312741.jpgScénaristes : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau

Dessinateur : Igor Kordey

Éditeur : Delcourt Série B

64 pages - Historique

Sortie : le 22 novembre 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

À la suite de la déposition de Saddam Hussein par les Irakiens, le pays est devenu une démocratie, déclenchant avant l'heure le printemps arabe. Affaiblis, Ben Laden et Al-Qaïda restent actifs. Bob, l'agent rebelle de la CIA, le sait, mais les USA font la sourde oreille de peur de mettre en péril leurs intérêts pétroliers. Bob et ONeill, devenu entre-temps directeur du FBI, vont alors devoir encore une fois forcer le destin.

Mon avis :

Voici donc venu ce troisième tome du Prince des Ténèbres qui clôt cette trilogie tant espérée. Mis en avant de manière de main de maître par le duo de scénaristes Fred Duval & Jean-Pierre Pécau, on s'attendait à du lourd, voire du très lourd, après ce qu'ils nous ont offerts pour les deux premiers opus.

La fin du second tome montrait l'attentat du 11 septembre 2001 évité de justesse. Ce troisième et dernier volume démarre en 2006 où notre agent fou, Bob de la CIA, de son vrai nom Robert Baer se fait incarcérer suite au meurtre de deux agents policiers du nouvel état démocratique d'Irak.

Bref, on saisit de suite que Baer s'est fichu dans une mouise colossale, évitant la peine de mort, cette dernière abolie, mais risque au minimum une peine de 30 piges, dans des prisons ô combien accueillantes et familiales, particulièrement pour des ricains, qui plus est, si c'est un agent de la CIA.

Il suffit d'un appel téléphonique pour qu'Oneill prenne les devants, bien que la suite risque d'en laisser plus d'un sur place. Certes, Jour J modifie à sa guise l'histoire, parfois de manière subtile, parfois de manière radicale. Mais la manière et l'aisance avec laquelle Baer est délivré des troupes irakiennes est on ne peut plus téléphonée. Tout le monde connait forcément les forces de frappes américaines, et leur démonstration de force dans le domaine, mais on aurait espéré pour le fil de ce scénario, un peu plus de répondant de la part des irakiens. Étrange en effet que les auteurs ne se soient pas pris davantage au jeu. Car une fois Baer délivré, on repart sur un "melting pot" général d'informations sur le printemps arabe pour enfin terminer avec Ben Laden. L'intrigue est réelle, mais il faut pouvoir tenir la cadence avec les événements authentiques et racontés.

Au final, plus d'un lecteur se sentira doublé à un moment donné, bien que ne sachant pas mettre le doigt avec exactitude sur ce détail. Les deux précédents tomes étaient tout de même d'un cran au dessus, à moins bien sûr, qu'il ne faille d'une traite relire la trilogie pour s'en faire une idée plus globale. Qu'à cela ne tienne, vous tenez toutefois entre vos mains, la meilleure époque de Jour J à ce jour.

jour j,igor kordey,fred duval,jean-pierre pecau,delcourt série b,710,historique,112017

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,igor kordey,fred duval,jean-pierre pecau,delcourt série b,710,historique,112017

 

jour j,igor kordey,fred duval,jean-pierre pecau,delcourt série b,710,historique,112017

 

jour j,igor kordey,fred duval,jean-pierre pecau,delcourt série b,710,historique,112017

Coq de Combat

09/01/2018

Les Dalton - tome 2 - le dernier jour

les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017Scénario : Olivier Visonneau
Dessin : Jesús Alonso
Éditeur : Ep Editions
56 pages
Date de sortie :  novembre 2017
Genre : western

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Après le braquage du saloon de SilverCity, Emmett et Bob sont obligés de se cacher. Ils passent un hiver difficile dans une cabane vétuste au fond d'un bois.

De retour de Californie, où il s'est évadé de prison, Grattan propose à ses frères de dévaliser des trains. Le gang composé des Dalton, Bill, Dick et Black face se reforme.

De pillages en hold-up, ils s'enfoncent toujours plus dans l'illégalité. Toutes les polices du pays sont à leurs trousses. Les mois passent, et les difficultés d'une vie en cavale créent de violentes tensions au sein du gang.

 

"Personne n'est à l'abri de devenir riche. Il suffit qu'une idée de génie te traverse l'esprit"

 

Mon avis

"l'histoire s'appréciera mieux dans son ensemble lors de la parution du second volume ", c'est ce que je disais dans ma chronique du tome 1 publiée en août 2016. J'ai donc relu le premier tome avant d'entamer le second. Bien m'en a pris, car j'avais vu juste, ce diptyque se lit comme un one-shot. Certes, on sait depuis le début comment tout cela se termine, mais on reste curieux de voir comment et pourquoi les frères Dalton ont inexorablement glissé sur la mauvaise pente. Jusqu'au terminus à Coffeyville, Olivier Visonneau nous raconte de manière épique et dans la droite lignée des plus grands westerns, les principaux méfaits de la fraterie infernale. Pour donner encore plus de relief à l'intrigue, il s'arrange légèrement avec l'Histoire officielle en intégrant quelques personnages fictifs dans son récit. Ces seconds couteaux rendraient d'ailleurs presque sympathiques les frangins !

Le dessin jeté comme un crayonné abouti, donne une ambiance sauvage qui sied parfaitement à ce récit. On y ajoute une mise en couleur sobre et des dialogues percutants, et l'on obtient un très bon western qui sonne juste et ne tombe jamais dans l'exagération des codes du genre.

J'ajouterai une mention spéciale pour les couvertures. Prises séparément, elles n'ont rien d'extraordinaire. Il faut les lire côte à côte et l'on s'aperçoit que pour le tome 1 les frères font dos à la banque, arborant fièrement leurs étoiles de shériffs et prêts à faire front d'éventuels braqueurs. Même lieu pour le tome 2. Mais les frères font face à la banque, les étoiles sont tombées, colts aux poings, visages fermés, prêts pour leur ultime combat. La vie des Dalton résumée en deux dessins.

Loubrun

 

les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017

les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017

 

les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017

 

les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017

 

Le tome 1

les dalton, visonneau, alonso, ep éditions, ep, paquet, western, dalton, 7/10, 11/2017

21/12/2017

Le Député

le député, cucuel, Coutelis, bamboo, documentaire, politique, assemblée nationale, 09/2017,7/10le député, cucuel, Coutelis, bamboo, documentaire, politique, assemblée nationale, 09/2017,7/10Scénario : Xavier Cucuel
Dessin : Al Coutelis
Éditeur : Bamboo
154 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : documentaire

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Jean-René Galopin est médecin de campagne en Aquitaine. Maire d’un village de 350 habitants, il décide de tenter sa chance dans la course à la députation. Contre toute attente, ce candidat sans étiquette est élu pour siéger à l’Assemblée nationale. Comme il s’était engagé dans cette législative partielle par bravade plus que par réelle ambition, Jean-René Galopin doit tout apprendre sur le tas. Et très vite. Il ne dispose d’aucun parti politique en mesure de le soutenir. Dans les premiers jours, le jeune élu de 41 ans se perd dans les couloirs du palais Bourbon. Le nouveau député va néanmoins peu à peu s’habituer à ce monde qui lui était jusqu’alors totalement étranger. Soutenu par un mystérieux mentor, il apprend tous les rouages de l’Assemblée nationale, de la meilleure façon de se faire remarquer aux accointances les plus compromettantes.

 

le député,cucuel,coutelis,bamboo,documentaire,politique,assemblée nationale,092017,710

 

Mon avis

On pourrait qualifier cette BD de docu-fiction. Fruit d'une rencontre fortuite lors d'un salon au Touquet durant lequel Xavier Cucuel et Jean-Louis Debré – alors président du conseil constitutionnel – dédicaçaient leurs ouvrages respectifs, cet album nous immerge au cœur du pouvoir législatif français. Au cœur, puisqu'on pénètre dans l'assemblée, mais surtout dans les coulisses, puisqu'on en voit tous les rouages en suivant pas à pas l'installation d'un nouvel élu, totalement novice en la matière.

Devenu député un peu malgré lui, Jean-René Galopin incarne ces gens qui ont la foi et qui sont animés d'un enthousiasme débordant pour la cause publique, au sens noble du terme. Aux innocents les mains pleines, comme on dit !

Il y a des règles à l'Assemblée, des codes à respecter, des us et coutumes à connaitre, des pièges à éviter, des trucs à savoir pour se faire connaitre et reconnaitre, par ses pairs mais aussi par les médias. Jean-René Galopin apprendra tout cela vite et bien, mais il aura du mal à éviter le piège tendu par une belle lobbyiste diligentée par des labo pharmaceutiques.

 

Écrite avant 2017 et le renouvellement des députés (424 nouveaux députés aux législatives de 2017) cet album est véritablement instructif car tout ce qui y est dit est vrai. La caution est de taille puisque les deux auteurs ont eu le privilège de faire une visite guidée des lieux par Jean-Louis Debré qui fut Président de l'assemblée Nationale de 2002 à 2007. Il connait les lieux,  l'institution et son fonctionnement sur le bout des doigts. Ainsi, toutes les anecdotes relèvent de ce qui a été raconté par Debré, et sont donc authentiques : les surnoms, le choix des commissions, les anciens ministres qui profitent des droits et privilèges à vie, les ministres ou députés odieux et méprisant avec le personnel du palais Bourbon, le mépris envers les sans étiquette, les lobbys, les candidatures au poste d'attaché parlementaire, le rôle de l'épouse (qui spontanément ouvre son courrier et l'aide à gérer son agenda), les réunions et doléances locales, la prise de poids, les cocktails, et j'en passe des vertes et des pas mûres qui ne donnent pas franchement envie de côtoyer cet univers.

Si certaines situations font sourire, d'autres sont assez pitoyables et globalement tout cela n'est pas très reluisant et ne met pas en valeur les représentants du peuple.

Entre épure et détail, le dessin d'Al Coutelis se veut des plus réalistes. Il représente les monuments et les scènes avec précision pour s'approcher de la réalité des architectures, des décors et des personnages. Le style est simple, sans fioritures, et va à l'essentiel pour un rendu des plus efficace.

Le Député est un beau reportage instructif et très documenté qui offre une autre vue de cette petite ville qu'est le palais Bourbon.

Par contre, le risque est de ne plus avoir envie de voter après l'avoir lu !

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le député,cucuel,coutelis,bamboo,documentaire,politique,assemblée nationale,092017,710

 

le député,cucuel,coutelis,bamboo,documentaire,politique,assemblée nationale,092017,710

 

le député,cucuel,coutelis,bamboo,documentaire,politique,assemblée nationale,092017,710

 

28/11/2017

Weavers

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10Scénario : Simon Spurrier
Dessin : Dylan Burnett
Éditeur : Ankama
158 pages
Date de sortie :  octobre 2017
Genre : polar, fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Seul survivant d’une attaque à la bombe, Sid Thyme intègre malgré lui les Weavers, une famille du crime organisé de la côte Est. Ses membres ne doivent leur loyauté qu’à des araignées vivant en eux, leur conférant des pouvoirs puissants et extraordinaires. Contre la volonté du groupe, Sid décide de mettre à profit ses nouvelles aptitudes pour lever le voile sur la mystérieuse bombe qui a tué son oncle. Mais il n’a pas beaucoup de temps : plus l’araignée grandit en lui, plus la dangereuse toile des Weavers se referme sur Sid…

 

"Chez les weavers, la loyauté est la seule récompense"

 

Mon avis

Weavers est un comics qui sort vraiment du lot. Simon Spurrier réussi à faire un récit d'une banalité affligeante et en même temps très atypique. Jugez un peu : une histoire de groupes mafieux qui se tirent la bourre pour contrôler le crime, un pauvre type qui se trouve mêlé malgré lui à l'un des groupes, un meurtre perpétré sur la femme d'un caïd, une enquête pour savoir qui a fait le coup et lui régler son compte. S'il n'y avait que ça, l'histoire n'aurait pas grand intérêt et aurait un bon relent de déjà vu.

Mais là, il y a un petit truc en plus. Les membres du gang ont tous un pouvoir particulier, surpuissant et dévastateur, qui leur est conféré par une étrange araignée qui prend le contrôle de leur esprit et de leur corps. Ces araignées font le lien entre les différents individus du clan, forçant ceux-ci à une solidarité obligatoire et bridant les initiatives individuelles, comme si tous ne faisaient qu'un. C'est presque la matérialisation physique du système mafieux où tout tourne autour d'un chef unique, à ceci près qu'ici, la moindre tentative de trahison est vite décelée sur la toile.

Les pouvoirs dont bénéficient les membres du gang sont étranges et ne donnent pas vraiment envie d'y être confronté ! Ainsi, Sid peut faire sortir de sa main des tentacules et des bouches monstrueuses pour terrasser ses ennemis. Effets visuels garantis !

Serait-ce là la monstruosité de l'âme de ces criminels incarnée dans un pouvoir monstrueux au sens propre comme au sens figuré ?

Simon Spurrier mêle dans son récit plusieurs thématiques et plusieurs genres. Entre polar, récit fantastique et récit d'horreur il y est question d'addiction (la drogue est présente à plusieurs niveaux de lectures), de pouvoir, d'influence, d'asservissement.

Sans véritablement surprendre, le récit prend le lecteur aux tripes en le plongeant dans des ambiances de plus en plus violentes et glauques dessinées par Dylan Burnett. Son trait moderne, rugueux, vif et très anguleux pourrait en dérouter plus d'un. Mais il est très efficace pour ce genre de récit et reste très expressif et lisible.

Weavers devrait plaire aux amateurs de la littérature Lovecaftienne, de drame mafieux et de bon polar bien ciselés.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10

 

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10

 

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10

 

03/11/2017

Samurai Origines T1 : Takeo

Couv_311651.jpgPlancheA_311651.jpgScénariste   : Jean-François Di Giorgio

Dessinateur : Vax

Éditeur : Soleil

Genre : Médiéval - Sabre

Sortie : le 13 septembre 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

Takeo n'est qu'un enfant lorsqu'il tue l'horrible Shusaké. Malheureusement, il na pas respecté la voie du Buddho et doit en subir les conséquences. La punition tombe. Il est expulsé du monastère et se retrouve livré à lui-même. Son seul espoir, maintenant, est de suivre l'enseignement de maître Kazé, mais le chemin qui y mène est pavé d'embuches et il avance à travers un territoire très hostile.

 

Mon avis :

Maître Agatamori excelle dans le Budo, l'art du combat sans sabre. Néanmoins ses élèves sont pour le moins dissipés : Ceux-ci se chamaillent à savoir lequel est le plus valeureux, surtout lorsqu'ils apprennent que leur maître se rend à Naha, la ville aux 1000 duels. L'un d'entre eux se démarque particulièrement : "Takeo". Ce dernier a pour maître d'armes "Izameon", un guerrier juste et puissant. Maître Shusaké forme également ce jeune prodige, à sa façon. Car même si Izameon enseigne des techniques plus rusées et fourbes pour sortir victorieux d'un duel, l'homme est plus fiable que son rival Maître Shusaké.

Lors d'un entrainement en situation réelle, munis de véritables sabres, Takeo perd contre Maître Shusaké, alors qu'il menait, certes de manière irrégulière, mais ne put vaincre son adversaire. Suite à ce duel, Shusaké laisse à moitié mort le jeune Takeo, qui endosse une seconde peine : il se voit banni par le Conseil, suite à sa traitrise au combat. Ayant frappé son adversaire lâchement par derrière, même si le rapport de forces était inégal d'entrée de jeu, le jeune prodige est contraint d'abandonner les siens, du moins temporairement pour aller se parfaire chez le grand Kazé, un des plus grands maîtres d'armes du pays.

Accompagné par son véritable maître d'armes Izameon, ils se rendent chez Kazé et découvrent le véritable but de ce voyage : défendre au péril de leur vie une authentique Onna - Bugeisha, la seule capable d'éviter une guerre de clans car le royaume se fragilise, le Keita (le Nord) s'est rallié avec le clan Nasuri.

Samurai Origines, dans la lignée directe avec la série Samurai chez le même éditeur ravira les admirateurs de combats au sabre. Les duels sont magnifiquement orchestrés, comparables à la série de films Baby Kart ou d'excellents films de Tsui Hark.

Le découpage est efficace, tout comme le choix des couleurs pertinent! Les personnages aux traits fins resplendissent autant lors de scènes de pénombres que dans la clarté du jour.

Malgré les tueries, et la voie du guerrier, des amitiés profondes s'installent tout comme le début d'une romance entre le jeune Takeo et sa copine Eiko.

Samurai Origines vaut le détour pour ceux qui ont un véritable attrait au domaine des samurais.

 

samuraiOrigineT1-3.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

samurai origines,vax,di giorgio,soleil,710,sabre,092017

Coq de Combat

 

 

 

24/10/2017

Claudia T1 : La porte des enfers

sans-titre.pngPlancheA_312092.jpgScénariste : Pat Mills

Dessinateur : Franck Tacito

Éditeur : Glénat

48 pages - Fantastique

Sortie le 13 septembre 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

Prématurément décédée suite à un sacrifice raté, la gardienne de la porte des enfers renaît dans le chaos de Résurrection où elle est adoubée chevalier vampire sous le nom de Claudia Démona. Tout serait pour le mieux dans le pire des mondes, s il n'y avait la clause de son contrat qui lui impose d'achever dans les six mois ses obligations terrestres. Or personne n'est jamais ressorti des enfers...

 

Mon avis :

Voici venu la réédition d'une série sortie il y a plus ou moins 13 ans. Étant étroitement lié avec l'univers de Requiem, dont les rééditions chez Glénat vont bon train, l'éditeur consacre désormais en parallèle la possibilité de (re)découvrir la vampire aussi belle que dangereuse. L'histoire démarre lorsque Carly, la fille de 18 ans de Claudia revient au domicile familial, retrouvant sa mère en train de cramer, suite à un sacrifice raté. La planche suivante montre la partie funéraire, où tous les pseudo-amis de la défunte se réunissent d'une manière bien étrange : chacun y compris Carly affiche un grand sourire. Un cantique sabbatique embarque la pauvre Claudia dans son dernier voyage avant d'emménager sur Résurrection.

Nue, vicieuse, et prête au combat, elle s'en prend de suite à une horde de zombies locaux, avant de retrouver un autre vampire, Milo, Lord Mortis qui l'emmène rencontrer Sire Cryptus, à la tête des vampires du complexe. Afin de la rendre plus cruelle et diabolique que jamais, elle suit un traitement des plus fins et particulièrement gore. Une fois devenu Chevalier Vampire, elle ne disposera que de six mois pour quitter Résurrection, sacrifier sa fille Carly et revenir...situation plutôt compliquée vu que personne n'est revenu des Enfers.

D'un point de vue graphique, Tacito met le paquet sur son héroïne Claudia. Habillée Sado-Maso tenues écarlates et noires - serrées au corps, bottes, fouets, cravaches, cette vampire femme fatale, cheveux corbeaux, tatouages explicites et regards provocants a le profil parfait de la maitresse bondage. Aussi farouche soit-elle, elle devra cependant être l'esclave de forces supérieures afin de mettre en avant ses pleins pouvoirs.

Hormis sa figure principale, Tacito crée une ambiance et des protagonistes alléchants. Les démons, et diverses créatures sataniques brillent au firmament. Cependant, malgré l'étendue de son potentiel, aussi fascinant soit son crayonné, il est pourtant loin derrière la qualité graphique de Requiem Chevalier Vampire, dessiné par Olivier Ledroit. Moins de détails visuels, couleurs plus classiques... Notons que le 1er plat de couverture est dessiné par Olivier Ledroit, un maître dans son registre.

Quel bonheur de lire Claudia la fétichiste vampire, avide de sang, de sexe, de pouvoir (et de tout le reste aussi)

 

ClaudiaChevalierVampire_08012005.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

tacito,mills,glénat,710,fantastique,092017

 

tacito,mills,glénat,710,fantastique,092017

 

tacito,mills,glénat,710,fantastique,092017

Coq de Combat

 

 

 

26/09/2017

Les ailes du singe - tome 2 - Hollywoodland

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017Scénario : Etienne Willem
Dessin : Etienne Willem
Éditeur : Paquet
48 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : aventure, animalier

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Ancien pilote de l’Escadrille Lafayette, Harry Faulkner se retrouve engagé comme cascadeur aérien par Hollywood…Il découvre rapidement que la cité des anges abrite également quelques démons, comme la belle et sulfureuse Clara Palmer.
Et voici notre pilote entrainé dans le scénario macabre d'un film noir, prouvant, une fois de plus, que la réalité est au-delà de la fiction. Une plongée au cœur du Hollywood des années 30, de ses starlettes mais aussi de ses intrigues, dont certaines pourraient changer la face du monde.

 

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

Mon avis

Révélé au grand public avec la série Héroïc médiévale animalière en 4 tomes L'épée d'Ardennois, Étienne Willem continue dans la voie des personnages anthropomorphiques dans la série Les Ailes du Singe. Polar se situant dans les années 30 aux États-Unis et dans le milieu de l'aviation, cette série met en scène un ancien pilote d'avion devenu cascadeur qui se trouve mêlé à des affaires qui le dépassent vite. On est là en pleine BD d'aventure et d'action, au scénario simple et très efficace dont la prétention n'est autre que de divertir. Mission accomplie donc pour ce cascadeur un brin hâbleur qui se retrouve ici dans une sombre histoire d'espionnage sous les strass et paillettes du Hollywood des années 30. Politique, cinéma, prohibition, personnages hauts en couleur comme Howard Hughes, Douglas Fairbanks, ou Cecil B. DeMille, les ingrédients sont réunis pour faire un bon polar. On y ajoute un excellent dessin animalier dans lequel on sent l'influence qu'a eu l'animation sur son auteur, des dialogues percutant et sonnant justes, et on a là une BD très agréable à lire.

Je suis toujours stupéfait de voir dans les séries animalières avec quelle justesse les dessinateurs arrivent à trouver les animaux qui interprètent le mieux les personnages. Il n'y a pas de fausse note. Le tueur un peu débonnaire figuré par un tapir, Douglas Fairbanks représenté par un gros félin, Howard Hughes par un chien aux traits secs et tendus ... des rôles de figurants aux rôles principaux, pas un personnage n'est négligé et ils sont tous réussis. 

Du grand art assurément, du même niveau que Guarnido dans Blacksad, et justement récompensé en août 2017 par le Grand prix du festival Wallonie BD.

Après un tome 1 en demi teinte quant au scénario, voici un tome qui, je pense, devrait installer confortablement la série. Ça ne serait que justice pour un auteur si talentueux, aux nombreux projets avortés, comme en témoigne l'art book d’Étienne Willem que vous je présenterai prochainement.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 le tome 1 et l'art book

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017