14/03/2017

Jojolion T2

51-AguguMqL__SX333_BO1,204,203,200_.jpg20170125121104_t2.jpgAuteur : Hirohiko Araki

Éditeur : Delcourt Tonkam

192 pages

Sortie : le 4 janvier 2017

Genre : Seinen action

 

Avis de l'éditeur :

 

La ville de Morio est dévastée par le séisme de la côte Pacifique du Japon. A la suite de cette catastrophe, d'étranges édifices appelés ""murs aux yeux"" font leur apparition. Yasuho, une étudiante, va trouver un jeune homme nu, coiffé d'un béret de marin, dans les décombres. Il ne se souvient de rien. Ils vont alors partir dans une quête à la recherche de son véritable nom

Mon avis :


L'univers de Jojo bizarre adventure se démarque des séries mangas classiques. Certes, on a ici droit à une série à rallonge, (tout de même classé parmi le top 10 des plus longues séries au Japon) mais quelque soit l'arc en question, Hirohiko Araki parvient aisément à enjoliver chaque nouvelle structure de son récit, sans ennuyer un tant soit peu ses lecteurs.

On se retrouve avec des personnages clinquants : la jeune fille filiforme Yasuho Hirose, extrêmement bien mise en valeur (style vestimentaire à la fois rétro et moderne), un inconnu amnésique avec pour tatouage fort étrange : une tache en forme d'étoile et quatre testicules, Ojiro Sasame, un surfeur qui cherche des noises à un certain Yoshikage Kira, se faisant passer pour lui, face au jeune homme amnésique, une kyrielle de seconds aussi charismatiques qu'attachants...

Ainsi qu'un décor glauque et une intrigue alléchante, de quoi placer une tension constante et graduelle, ni trop, ni trop peu, parfaitement équilibrée entre scènes d'action et dialogues poignants.

Qu'il s'agisse des héros masculins ou féminins, les protagonistes évoluant dans Jojolion, ainsi que pour les arcs précédents, ont de la gueule, une prestance unique pour ce décor. On aime ou on déteste ce style graphique quelque peu vulgaire, disproportionné.

Tronches excentriques, tenues vestimentaires provocantes, lèvres pulpeuses sont des arguments efficaces, mais la force ultime du trait de l'auteur se note au niveau du regard de ses interprètes. Des yeux profonds, qui respirent tant d'éléments, qui parviendraient à jalouser des créatures de modes, ou rendre dingos les plus illustres photographes.

Quant au nom du protagoniste principal, sachez que l'auteur révèle un indice qui risque de faire parler la poudre. Précipitez-vous sur la lecture de ce second opus, et vous discernerez le lien avec l'arc Diamond is unbreakable.

 

Affaire à suivre avec grand intérêt.

 

226badd3f3410155b258766cca6002ea.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jojolion,hirohiko araki,delcourt tonkam,810,seinen action,012017

 

jojolion,hirohiko araki,delcourt tonkam,810,seinen action,012017

 

jojolion,hirohiko araki,delcourt tonkam,810,seinen action,012017


Coq de Combat

 

 

08/03/2017

Btooom T20

61uaQ1RHV9L__SX359_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_298431.jpgAuteur : Junya Inoue

Éditeur : Glénat Manga

194 pages

Genre : Survival

Sortie : le 15 février 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Après avoir abattu le drone de Xaviera et récupéré les médicaments, Kosuké se dépêche de revenir auprès d'Heitaro. Au même moment, Yoshioka d'un côté et Heitaro et Kaguya de l'autre tombent nez A nez. Pour protéger la petite fille, l'ancien policier se jette A corps perdu sur les balles du musicien, mais…

 

Mon avis :


Ryota, plus décidé que jamais à remporter la victoire finale décide de sauver Himiko, détenue prisonnière par l'un des participants les plus cruels de l'île.

Malheureusement, son coéquipier le trahit et n'est entre autres que l'allié du bourreau de sa bien-aimée.

Kosuké, quant à lui perd les pédales et tente d'assassiner ses compagnons de route.

Junya Inoue donne le ton avec ce 20ème opus. Il se lâche à bien des niveaux. Les trahisons sont multiples, la violence crue (même si elle apparaissait jusqu'ici de manière plus que régulière) mais le récit prend une tournure encore plus tendue et apocalyptique.

Le final du tome est à couper le souffle. On se demande de quelle manière l'auteur tournera son itinéraire pour la suite, tellement la situation est stressante. Va-t-il pousser Ryota à céder à ses ardeurs et violer l'unique femme de son cœur, pour laquelle il se réserve une fois le jeu clôturé, ou le scénario risque-il de basculer une fois encore vers une énième tournure insolite?

La psychologie des protagonistes prouve l'efficacité de Btooom, qui dépasse le simple Seinen survival, par ses tueries sauvages. Car derrière chaque participant(e) se cache une histoire pertinente, un passé douloureux.

Graphiquement, comme à son habitude, Inoue fait fort : détails aériens,  dynamique des combats, visages intenses des persos. On vit chaque situation, chaque page de manière intense, sans jamais se dire que l'on perd son temps...ça c'est déjà un sacré challenge pour un mangaka, après 20 volumes, que de contribuer à partager une agréable lecture à ses lecteurs!

Chapeau l'artiste!

 

8ae41ce7912de99edc24b1860b5d40aebeddd347_hq.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

btooom,junya inoue,glénat,810,survival,022017

 

btooom,junya inoue,glénat,810,survival,022017

 

btooom,junya inoue,glénat,810,survival,022017

 

Coq de Combat

 

20/02/2017

Groenland vertigo

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017Scénario : Hervé Tanquerelle
Dessin : Hervé Tanquerelle
Éditeur : Casterman
100 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : aventure, humour

 

 

 

Résumé

En pleine crise de déprime due à un manque chronique d’inspiration, Georges, auteur de BD, reçoit un mail qui va lui donner un sérieux coup de fouet. Magnus Keller est capitaine d'un voilier et lui propose de se joindre à l'équipage pour une expédition au Groenland. Le but du voyage est d'accompagner l'artiste performer Ulrich Kloster qui veut faire une installation spectaculaire pour dénoncer l'exploitation destructrice des compagnies pétrolières. Georges s'embarque dans l'aventure et se retrouve entouré d'un artiste parano, de scientifiques, et de l'écrivain Jørn Freuchen qui revient sur les traces d'un précédent voyage. L'aventure sera plus cocasse qu'épique et sera surtout une belle source d'inspiration pour Georges.

 

 

Mon avis

Hervé Tanquerelle et Gwen de Bonneval avaient adapté les textes de l'écrivain et aventurier Danois Jørn Riel aux Éditions Sarbacane dans la série "...et autres racontars". En 2011, entouré de l'écrivain, de scientifiques et d'artistes de renom, Hervé s'embarque pour trois semaines d'expédition pour découvrir et rendre compte des réalités actuelles du Groenland. Cette aventure l'inspirera pour cet album. Mais, d'un projet initial de reportage BD ou de récit autobiographique, il se dirige finalement vers une fiction fortement inspirée de son expérience. Entouré de Danois, alors qu'il ne parle pas la langue et très mal l'anglais, il s'est vite rendu compte qu'il ne pourrait rester qu'à la surface des choses et n'aurait pas assez de matière pour un récit autobiographique pertinent. Ce n'est que trois ans plus tard qu'il a vu cette expérience sous un autre angle, grâce à la complicité de ses amis Gwen de Bonneval et Brüno, et qu'il a pu la raconter sous le prisme de la fiction, ou de l'autofiction.

 

groenland vertigo,tanquerelle,casterman,hommage,hergé,jorn riel,aventure,expédition,810,012017

 

On est frappé d'emblée par l'héritage revendiqué d'Hergé qui transpire dès les premières pages. Les analogies avec Tintin sont légions, particulièrement avec l'album l'étoile mystérieuse, mais pas que : l'expédition arctique, le nom du bateau qui est un homonyme à une lettre près, le personnage de l'artiste performer renfrogné et parano qui fait penser à Carreidas dans vol 714 pour Sydney, l'écrivain qui a des airs du capitaine Haddock et un petit penchant pour la bouteille ... et j'en passe, jusque dans la typo utilisée, identique à celle que l'on trouve dans les Tintin. Même le dessin, s'il n'est pas franchement ligne claire pure (seuls les personnages sont encrés et les couleurs sont faites visiblement au lavis) s'en inspire fortement et cherche à s'en approcher.

 

Le tout est rudement convaincant et on se laisse agréablement mener dans cette aventure farfelue ou rien ne se passe comme prévu et qui au passage distille un petit message écolo contre les lobbies pétroliers.

Voilà un album savoureux sur lequel les amoureux de Tintin s'amuseront des nombreux clins d’œil que Tanquerelle a semés dans son histoire.

 

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017

 

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017

 

groenland vertigo, tanquerelle, casterman, hommage, hergé, Jorn riel, aventure, expédition, 8/10,01/2017

 

 

 

 

 

 

 

 


 

16/02/2017

Higanjima T33

41K1gFbSoML__SX350_BO1,204,203,200_.jpg9782302056077_pg.jpgAuteur : Koji Matsumoto

Éditeur : Soleil

384 pages - Épouvante

Sortie : le 30 novembre 2016

 

 
Avis de l'éditeur :
Personne n'est jamais revenu de île d'Higanjima, petit îlot désert qui cache le plus terrible des secrets : une secte de vampires ! Pourtant Aki et ses amis s’embarquent pour Higanjima, à la recherche d'un frère, disparu deux ans auparavant. Sur l’île, ils découvrent l’horreur absolue et remontent jusqu'à la source du mal. Un des plus grands best-sellers d’horreur, traduit en temps réel avec le Japon, régénère le mythe des vampires en nous offrant un suspense organique et haletant.


Mon avis :


Higanjima, l'île des vampires a démarré voici plus de 10 ans pour sa version française. Certainement l'une des séries horrifiques les plus déstabilisantes parues à ce jour. Rien n'est épargné, monnaie courante pour les Seinen d'épouvante...mais l'île d'Higanjima torture tout autant le lecteur que ses protagonistes, à la petite cuillère, ne faisant pas dans la dentelle.

Démembrements, sacrifices, rituels maléfiques, viols, tortures multiples, cruauté barbares remontant à la nuit des temps, lorsqu'on lit l’œuvre de Koji Matsumoto, on découvre avec quel acharnement il se délecte à nous en mettre plein la vue...jusqu'à déstabiliser.

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016,higanjima

 

Mais qu'on se le dise : il ne s'agit nullement d'une façade quelconque à dédramatiser sa vision de l'horreur. Son récit bien que long, voire trop long sur sa distance, permet toutefois de pénétrer un scénario qui tient la distance. Certes, quelques tomes "inutiles" demeurent, sans réel apport quant à la constitution mis en place par l'auteur, mais qu'importe, on se sent bouleversé intérieurement à la fois par la violence omniprésente autant raffinée qu'atypique, tout en se laissant bercer par une tension jouissive.La maîtrise du récit, ses protagonistes attachants, la qualité graphique (encrage épais, gros plans travaillés au style Found Footage) ainsi que son effet marketing (qualité du papier, plats de couvertures aguicheurs) propulsent l'île d'Higanjima parmi les inconditionnels du genre (sans toutefois appartenir à un genre unique).On y parle de vampires, mais en se détachant littéralement du conventionnel, sous tous ses aspects. Un mélange subtil de Cannibal Holocaust, de Ruggero Deodato, aux films contemporains Cat 3 (Catégorie 3) réservé à un public franchement averti. Du trash stylé, comme les amateurs du genre s'en délecteront.Ce 33ème tome clôt de manière éblouissante le sujet, et les chanceux que vous êtes pourront lire une histoire bonus en fin d'album, tout aussi étrange que malsaine.Vous l'aurez donc compris : l'île d'Higanjima ne s'adresse pas spécialement aux amateurs de vampires, mais plaira  sans  nulle doute aux admirateurs de scénario et du cinéma underground et hardcore.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016

 

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016

 

koji matsumoto,soleil,810,epouvante,112016

Coq de Combat

 

08/02/2017

L’armée de l’ombre T4 Nous étions des hommes.

l'armée de l'ombre t4.jpgl'armée de l'ombre 4.jpgDessin: Olivier Speltens.
Scénariste: Olivier Speltens.
Editeur : Paquet
Sortie : 7 décembre 2016
56 pages.
Genre : guerre.

 

 

Le résumé éditeur.
Août 1944. Les troupes allemandes sont repoussées vers l'Allemagne. Les ventres sont vides, les corps sont fatigués. Les longues colonnes de soldats sont impitoyablement massacrées par l'aviation soviétique maîtresse des cieux. La politique de la terre brûlée n'a eu pour d'autres effets que de décupler la haine de l'ennemi.


« Je crois bien qu’ils sont au bout…comme nous »

Mon avis.

Dernier tome de cette excellente série nous narrant le quotidien d’un groupe de soldats de la Wehrmacht sur le front de l’Est.
C’est la débâcle, les illusions se sont envolées, le cynisme est de rigueur pour éviter la folie qui guette. Nos gaillards sont quasiment mûrs pour l’asile. Ils leur restent à réaliser un baroud d’honneur avant leur oraison funèbre. Décidément, la guerre est une belle absurdité !
Olivier Speltens a trouvé le ton juste pour décrire cet hallali tout comme pour son dessin et sa colorisation. D’ailleurs, le succès éditorial en est la meilleure preuve, cette série grâce à cette belle qualité, a su trouver son public !
Les plus passionnées d’entre vous ont certainement posé leur dévolu sur l’édition toilée à 1200 exemplaires avec son cahier graphique ou alors sur le coffret avec ou sans cale.
Pour la version classique, la couverture a certainement pris Steve Mc Queen comme inspiration.
La prochaine réalisation de l’auteur belge nous amènera sur les traces de Rommel et de sa célèbre Afrika Corps. On l’attend déjà avec impatience.

Verso_294835.jpg



Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

30/01/2017

Outcast - tome 3 - une petite lueur

outcast, kirkman, azaceta, delcourt, horreur, possession, exorcisme, outcast, kirkman, azaceta, delcourt, horreur, possession, exorcisme, Scénario : Robert Kirkman
Dessin : Paul Azaceta
Éditeur : Delcourt
119 pages
Date de sortie : novembre 2016
Genre : horreur, épouvante

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Kyle Barnes doit pratiquer l’exorcisme le plus émotionnellement intense de sa vie, alors qu’il commence tout juste à maîtriser  ses capacités… et à comprendre ce qui se passe réellement autour de lui… Les pièces du puzzle se mettent petit à petit en place, et des secrets sont révélés. Des secrets qui risquent de tout changer…

 

 

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

Mon avis

Reprenant les chapitres 13 à 18 de la version US, ce troisième volume est sorti fin 2016 alors que la première saison de la série TV a été diffusée en France en juin 2016.

Robert Kirkman est très habile pour nous mettre les nerfs en pelote. Sa recette ? Partant d'histoires 100 fois rabâchées (les zombies et possédés sont légions en BD et en romans d'épouvante), il fait mine de nous emmener sur des sentiers battus et nous fait subrepticement dévier de la route pour nous embarquer sur des chemins de traverse. Sur ces chemins de travers, il place des personnages d'apparence tout à fait ordinaire dont le caractère tourmenté se révèle petit à petit au fil de l'histoire et surtout, il implique leur famille toute entière dans la trame de son récit. Enfin, les héros de l'histoire n'en sont pas vraiment et leur créateur aime à nous présenter leurs forces et leurs failles. Et c'est avec ces dernières qu'il joue le plus. Il aime malmener ses personnages et les mettre en péril. Et puis bien sûr, Robert Kirkman n'a pas son pareil pour mettre en scène des ambiances dérangeantes et créer un suspense qu'il distille au compte goutte. C'en est même parfois pénible tant la diffusion d'informations se fait avec parcimonie.

 

Sa recette fonctionne à plein régime dans Outcast. L'histoire de possession et d'exorcisme démarre de façon assez traditionnelle et prend une tournure inattendue avec l'apparition de personnages énigmatiques prennant tranquillement de l'ampleur au fil des chapitres. Dans ce tome 3, le ton monte d'un cran. Kyle Barnes prend davantage d'ampleur et d'implication dans les évènements en devant exorciser sa soeur Mégane et les entitées démoniaques se révèlent quelque peu différentes de ce a quoi on pouvait s'attendre. Mais surtout, elles ont l'air de bien connaitre Kyle...

Le récit s'achève sur un cliffhanger redoutable qui nous fait déjà frissonner d'angoisse quant à la suite.

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

Le travail de Paul Azaceta sur le dessin est de la même veine que dans les tomes précédents. Il va à l'essentiel et ne tombe pas dans une surenchère d'effets spéciaux notamment dans les scènes de possession. Son procédé consistant à placer des petites vignettes carrées pour faire un gros plan sur des détails de scènes, permet de faire passer un tas d'informations et d'enrichir la narration.

 

Outcast s'installe tranquillement comme une série référence dans son genre.

 

 

 Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

Les tomes 1 et 2

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme,11/2016,8/10outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme,11/2016,8/10

23/01/2017

Le Teckel T3 : Votez le Teckel.

le teckel t3.jpgle teckel tome 3.jpgScénario : Hervé Bourhis
Dessin : Grégory Mardon.
Éditeur : Casterman.
Sortie : 11 janvier 2017.
112 pages.
Genre : aventures électorales.

 

 

Présentation du candidat.
Le Teckel, le candidat pour une France qui a du chien !
Le Teckel, le héros qui fait vibrer les électeurs et émoustille les électrices !
Le Teckel, l’album aux 112 pages d’action moustachue, de campagne électorale en CX break et de rire très hexagonal.
Le Teckel, la BD qui met à nu les pratiques de la politique française et ses communicants.


«  Je vais vous donner un truc pour quand la question vous gêne. Vous contournez. Je vais vous répondre, mais d’abord laissez-moi vous dire que… Et là, vous dites quelque chose que vous maîtrisez. »


Mon avis.
Le Teckel, la légende de la profession visiteur médial se lance à la course à la présidence de la république. Une farce ? Certainement pas quand on s’appelle Guy Farkas, on plaque, on fracasse, on boit un p’tit coup et plus rien ne l’arrête.
Notre Teckel, c’est une sorte de Trump avec une dose de général de Gaulle et aussi une touche involontaire de Rocco Siffrédi. Bref, le candidat populiste idéal !
Les dialogues de ce tome 3 sont toujours aussi savoureux. J’ai lu cette BD avec un grand plaisir. Sous un air de pastiche, les auteurs ont vraiment su humer l’air du temps et on se dit que tout ça pourrait être possible. Il y a aussi quelques scènes d’anthologies comme le discours sous coke, le débat télévisé pour la présidentielle ou encore le dîner avec Sarkozy ou Hollande.
Le teckel président, le Teckel président !
Ok, le dessin n’est pas des plus extraordinaires mais il a un grand mérite, c’est d’être expressif et porteur du message du candidat.
Bref, je trouve cette série excellente, intelligente et jubilatoire.

le teckel.PNG

 

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a09-3e78912.gif

 

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (1) | Tags : bourhis, mardon, le teckel, casterman, politique, 012017, 810 |  Facebook | |

09/01/2017

Vectorama - Arthur de Pin's

51dMWXHq1VL__SX414_BO1,204,203,200_.jpgcapture-decran-2016-12-19-a-14_17_09.png

Vectorama - Arthur de Pin's

Auteur : Arthur de Pin's
Éditeur : Soleil
Artbook - 224 pages
Sortie : le 7 décembre 2016

 

 

Avis de l'éditeur

Un artbook soigné et moderne , vecteur de l'intimité graphique d'Arthur de Pin's qui s'anime au gré des courbes de Bézier.

 

Mon avis :

Voici un album qui a des chances de satisfaire de nombreux lecteurs, adeptes d'un auteur hors-norme, qui se distingue par bien des manières. Éclectique et polyvalent, l'univers d'Arthur de Pin's s’illustre brillamment par cet artbook du tonnerre.

Celles et ceux qui ont croisé pour la 1ère fois l’œuvre de l'auteur se sont certainement sentis bouleversés par ses images dévoilant des minettes aux formes gracieuses et voluptueuses, des anti-caricatures de la Pin-up filiforme (bien que l'artiste dessine également des dames relativement minces, mais son répertoire se cantonne largement aux courbes idylliques)

224 pages que vous pourrez contempler sous bien des angles. Arthur de Pin's, dans toute sa splendeur, aussi bien pour ses travaux pour magazines, projets publicitaires, ou encore pour des jeux vidéos; l'auteur, animateur et réalisateur, aborde avec un grand humour, les désirs de la chair, (ceci dit, les amateurs de fesses et de nichons risquent de se reconnaitre amplement... et de remercier l'auteur pour assouvir leur goût en matière de luxure).

Notons également l'apparition de nombreux crabes (les vrais!, pas les humains!), directement issus de son travail de réalisateur (la révolution des crabes), ainsi que la marche du crabe (également chez Soleil)

 

 

album-page-large-31808.jpg

Un artbook qui se déguste, se savoure jusqu'à la dernière planche. Maintenant, soyons d'accord, il semble impératif d'être attiré par ce style graphique d’entrée de jeu, afin d'en comprendre son sens....linéaire, homogène, sexuel, fesses, nichons, fesses...

Étant donné les dimensions de l'album ( 285 x 342 mm), il va vous falloir dénicher un endroit spécifique pour entreposer ce titre, pas comme les autres...

PlancheA_103922.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

N/A

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Coq de Combat

02/01/2017

Alix T35 : L'or de Saturne

61FsL4WNw7L__SX371_BO1,204,203,200_.jpg9782203070967_3.jpg

Dessin : Marco Venanzi
Scénario : Pierre Valmour & Marco Venanzi
Éditeur : Casterman
Sortie le 26 octobre 2016
Genre : Historique

 

 

 

Avis de l'éditeur :

Néant

Mon avis :

Pour les fins historiens, la guerre civile romaine n'est pas loin : À vrai dire, Alix se retrouve messager du grand César – qui revient en Italie après la conquête de la Gaulle – afin de pouvoir retrouver sa chère Rome, en tant que consul aux côtés de Pompée. L'Histoire nous apprend que l'un comme l'autre demandaient le démantèlement des armées de chacun, en guise de bonne entente.

Sauf que Pompée, resté trop longtemps seul à la tête de la ville pendant que César conquérait le monde au nom de Rome, n'avait pas envie de voir ce chef de guerre lui voler sa place ! Au contraire, il était prêt à accuser son « ami » d'ennemi d'État pour le rendre personæ non gratta dans tout l'Empire.

Résultat des courses, on se retrouve de stratagèmes en complots : Pompée fit voler tout l'or de Rome en faisant porter le chapeau à César, par l'intermédiaire d' Alix déclaré coupable. (à cause d'une arme laissée sur les lieux du crime ne pouvant appartenir qu'à lui)

C'est ainsi que notre héros se retrouve à mettre en action le très célèbre adage : « il faut rendre à César ce qui appartient à César ». En effet, l'or de l'État, ainsi volé, s'il était restitué à César et que lui-même devenait Consul de Rome, servirait à payer les troupes de César s'en revenant de Gaulle.

Cette épopée relatée, ici, par Alix, a également été revisité sur petit écran dans la célèbre série « Rome » où il est mention également de cet or volé puis ensuite perdu par les hommes de Pompée (et retrouvé par simple hasard, par un homme de César... mais ceci est une autre histoire).

 

L'or de Saturne reprend dans une certaine mesure un ancien album Légions perdues, par le retour de Garofula, avec des scènes se déroulant dans les neiges, pour les adeptes de la première heure.

Graphiquement, on tient ici avec ce titre, des paysages nets, des couleurs justes et vives,et une dynamique fluide. Certains personnages dessinés à la va-vite sont tout de même à déplorer (et c'est même le cas par moment pour Alix!) Une maladresse, car la majorité du temps, Marco Venanzi assure et déploie l’étendue de son potentiel.

a07-3e78901.gif



Coq de Combat.

 

alix,marco venanzi,pierre valmour,casterman,810,historique,102016

 

30/12/2016

Chronosquad T1 lune de miel à l'âge du bronze.

chronosquad t1.jpgchronosquad.jpgDessin : Grégory Panaccione
Scénario : Giorgio Albertini

Éditeur : Delcourt.
Sortie : octobre 2016
241 pages.
Genre : Science-fiction

 

Le résumé.
Bloch Telinius vient de recevoir l’appel de sa vie : il va enfin intégrer la mythique Chronosquad pour une mission en Égypte antique ! Une banale fugue d’adolescents d’un centre de vacances que l’expérience de ses coéquipiers, Penn et Beylogu, devrait permettre de résoudre rapidement. Mais ce qui se présentait comme une balade temporelle de santé se transforme bientôt pour Bloch en voyage initiatique…


« Paléoki,soyez le premier à faire votre trace ...
Un week-end inoubliable de 23 jours.
12999,99 euro « tout inclus » en plein Paléolithique. »

Mon avis.

Honte sur SambaBD , on a laissé passer un Panaccione , l'auteur de l’excellent match et l'émouvant océan d'amour . C'est la sélection officielle d' Angoulême qui a attiré mon attention sur cet impardonnable oubli paru en octobre ( pas de grand retard néanmoins).Pour une fois que cette sélection m'inspire un achat , comme quoi tout arrive.
Bref, revenons à nos moutons ou plutôt à nos voyageurs temporels. J'ai adoré le principe , des voyages dans le temps ( rien de bien nouveau ) mais avec option vacances détentes . Là par contre, ça devient croustillant . C'est à la fois drôle, on retrouve notre Marcel Coste ( une sorte de Gérard Depardieu version jeune et moins gros) mais aussi passionnant grâce à une trame aventureuse allant vers le polar .
Fatalement , vous imaginez bien que retrouver 2 ados en pleine Égypte antique ne se fera pas sans casse ni sans traduction ( trop nombreuses d'ailleurs ..ça n'apporte pas grand chose au récit toutes ses traductions ). Néanmoins, je sais maintenant ce qu'une femme égyptienne vous demande si elle dit « Nn Kr-Xn Wwi ! ».
4 tomes sont prévus ! On en sera à pas loin de 1000 pages pour Grégory P. Il avance visiblement très vite le gaillard !
Je serai partant pour la suite car on s'attache vite aux personnages et l'effet « série » est indéniable, on a envie de connaître la suite.
Cet album me fait penser à une sorte de pastiche mais en assumant clairement son coté décalé.

chronosquad tome 1.jpg

 

a07-3e78901.gifDessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Global.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.