13/01/2018

Arelate - tomes 4, 5, 6

arelate, sieurac, Genot, 100bulles, rome, romains, antiquité, Histoire, 8/10, 06/2017arelate, sieurac, Genot, 100bulles, rome, romains, antiquité, Histoire, 8/10, 06/2017Scénario : Laurent Sieurac ; Alain Genot
Dessin : Laurent Sieurac
Éditeur : 100Bulles
48 pages pour chaque album + 12 pages de dossier
Date de sortie :  juin 2017
Genre : Histoire

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 tome 4 - Neiko

arelate, sieurac, Genot, 100bulles, rome, romains, antiquité, Histoire, 8/10, 06/2017Neiko est enfin devenu marin. Il vogue nochalamment sur le Rhône à destination de Lugdunum sans se douter que ce fleuve impétueux et ses eaux capricieuses lui réservent bien des épreuves. A Arelate, Vitalis désespère de retrouver celle qui fut un jour son épouse et tente de percer le mystère qui entoure le meurtre de son mentor et ami Atticus...

 

 

 

 

tome 5 - Hortensis

arelate, sieurac, Genot, 100bulles, rome, romains, antiquité, Histoire, 8/10, 06/2017Arelate est une cité portuaire où marchandises et argent circulent en abondance. Pour Hortensis, c'est l'occasion de se livrer, pour le compte de son maitre, à toutes sortes de trafics. Il n'est cependan pas le seul escroc de la cité et dans l'ombre, d'autres forces, bien plus influentes, complotent également... Quant à Vitalis, il ne semble pas vouloir abandonner l'idée de retrouver sa famille.

 

 

 

Tome 6 - Carmilia

arelate, sieurac, Genot, 100bulles, rome, romains, antiquité, Histoire, 8/10, 06/2017Tandis que la cité d'Arelate panse ses plaies suite au terrible incendie qui a ravagé le quartier portuaire, les comanditaires de ces destructions peaufinent leur plan d'action, faisant place nette pour que rien ni personne n'interfère avec leur objectif. Vitalis, grâce au sacrifice de son ami Tilius, est en route pour Lyon où il espère retrouver sa douce Carmilia, quand à Hortensis, il n'a pas d'autre choix que de trouver une solution au conflit qui l'oppose à son ennemei intime Crassus.

 

 

 

 

Mon avis

Au delà de la qualité même de la série, Arelate mérite qu'on s'y attarde vu la pugnacité avec laquelle les auteurs et en particulier Laurent Sieurac, mènent ce projet éditorial. Le premier tome est paru en 2009 en tirage limité, édité par Idée +. En 2012, ce premier volume était réédité chez Cleopas en même temps que la parution du deuxième tome. Suit un troisième tome avant que l'éditeur ne fasse faillite, risquant de mettre un terme à cette belle série historique se déroulant dans la Rome antique. Mais, malgré la place déjà bien occupée par d'autres très bonne séries du même genre (Murena, Les Aigles de Rome, Alix Senator ...), Arelate a su trouver son public assez rapidement. Le projet s'est donc poursuivi sous une nouvelle structure, les éditions 100Bulles créée par Laurent Sieurac. On n'est jamais mieux servis que par soi-même ! Le modèle économique du financement participatif permet de poursuivre l'aventure et de sortir en 2015 le quatrième volume avec au passage la sortie en intégrale des trois premiers tomes, puis les volumes 5 et 6 en 2016 et 2017.

Il me parait important de faire ce résumé du parcours éditorial de cette série, pour montrer à quel point la BD est aussi et encore très artisanale et que certaines œuvres de ce type tentent de tirer leur épingle du jeu au milieu des productions mainstream qui bénéficient de la puissance de feu marketing des gros éditeurs.

arelate,sieurac,genot,100bulles,rome,romains,antiquité,histoire,810,062017

Arelate est donc une série historique dont l'intrigue se déroule à Arles au temps des Romains. On y suit le quotidien de deux héros : Vitalis, tailleur de pierre que ses vices vont rattraper et Neiko, adolescent qui ne rêve que de prendre la mer. C'est là l'originalité de cette série que de choisir pour héros des gens ordinaires. L'autre point original, c'est la volonté des auteurs de placer leurs Histoires dans un contexte historique le plus proche de ce que fut la réalité, en fonction des connaissances actuelles de cette période de l'histoire et de l'avancée des recherches. C'est là qu'intervient Alain Genot, archéologue spécialiste de l'antiquité, et qui apporte une caution scientifique en plus d'être co-scénariste avec Laurent Sieurac. Son objectif est simple : ouvrir et rendre accessible au grand public le travail de fourmis réalisé par les chercheurs et archéologues. Ainsi, cette bande dessinée devient un véritable document historique bourré de détails et faits de vie véridiques retranscrit dans une fiction accessible à tous. Un peu comme ses passionnés d'Histoire qui font des reconstitutions grandeur nature des batailles Napoléoniennes, Laurent Sieurac et Alain Genot font vraiment revivre l'Antiquité Romaine. En lisant Arelate, on lit une fiction avec des personnages, une intrigue, une histoire, des rebondissements, dont le décorum jusqu'au plus petit détail vestimentaire ou architectural est solidement ancrée sur une base scientifique. C'est à ce titre passionnant et, plus que toute autre série qui se voudrait didactique, Arelate permet véritablement de s'instruire en se divertissant.

Chaque album se termine par un dossier conséquent faisant le lien entre des éléments de l'histoire et l'archéologie, comme les techniques de décoration des maisons, l'histoire d'objets de la vie courante, la navigation fluviale, la voirie romaine, les fontaines ....On se plait alors à comparer les photos des découvertes archéologiques avec les dessins minutieux de Laurent Sieurac.

arelate,sieurac,genot,100bulles,rome,romains,antiquité,histoire,810,062017

Pour répondre à cet objectif de réalisme historique, le dessin se doit d'être à la hauteur. C'est le cas ici, et ce depuis le premier album, où Laurent Sieurac apporte un soin particulier aux détails des scènes de la vie courante, des costumes, des décors, des bâtiments. La réalisation des planches au lavis dans les tons ocres ou gris bleus, donne sa marque de fabrique à la série et la place définitivement sur un autre registre que ses concurrentes. A ce propos, lors de ma rencontre avec Laurent Sieurac à Saint-Malo, je lui avais demandé les raisons de ce choix graphique. La raison entre en parfaite adéquation avec l'esprit de véracité souhaitée par les auteurs. C'est en effet parce que Alain Genot, très pris par son activité au musée Arles Antique, n'avait pas le temps d'effectuer des recherches approfondies sur la couleur des costumes de l'époque que nous avons droit à ces magnifiques planches au lavis.

arelate,sieurac,genot,100bulles,rome,romains,antiquité,histoire,810,062017

Si vous ne connaissez pas encore cette série, vous pouvez l'entamer avec le premier cycle des trois premiers tomes réunis en intégrale. Si vous êtes amateurs d'Histoire vous serez certainement conquis et continuerez l'aventure avec les trois tomes suivants qui bouclent le second cycle. Enfin, réjouissez-vous car Laurent Sieurac m'a avoué avoir déjà écrit un synopsis pour 12 tomes.

L'aventure n'est donc pas près de s'arrêter et c'est tant mieux.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

arelate,sieurac,genot,100bulles,rome,romains,antiquité,histoire,810,062017

 

arelate,sieurac,genot,100bulles,rome,romains,antiquité,histoire,810,062017

 

arelate,sieurac,genot,100bulles,rome,romains,antiquité,histoire,810,062017

 

Un grand merci à Laurent Sieurac pour sa gentillesse et sa disponibilité lors de notre rencontre au festival Quai des Bulles à Saint-Malo.

 

L'intégrale

arelate,sieurac,genot,100bulles,rome,romains,antiquité,histoire,810,062017

11/01/2018

Le pays des purs

le pays des purs, caron, maury, la boite à bulles, pakistan, documentaire, reportage, benzir bhutto, 05/2017, 8/10le pays des purs, caron, maury, la boite à bulles, pakistan, documentaire, reportage, benzir bhutto, 05/2017, 8/10Scénario : Sarah Caron ; Hubert Maury
Dessin : Hubert Maury
Éditeur : La boîte à bulles
176 pages
Date de sortie :  mai 2017
Genre : roman graphique, reportage

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le 27 décembre 2007, la ville de Rawalpindi, au Pakistan, est la proie de violentes émeutes, suite à l’assassinat de Benazir Bhutto, principale opposante au régime en place.
Dans la foule, Sarah Caron, photographe française, saisit avec son appareil les moindres détails de la scène. Mais très vite, la jeune femme est repérée et se retrouve poursuivie, craignant pour sa vie.
Un mois plus tôt, Sarah rencontrait Benazir Bhutto afin de réaliser une série de portraits commandée par le magazine Time. Une entrevue difficilement décrochée et qui, par un pur hasard, survenait le jour même de l’assignation à résidence de l’opposante. Une aubaine pour Sarah : pendant 4 jours, elle se retrouvait aux premières loges de l’actualité ! De jour, elle mitraillait les lieux, de nuit, elle transférait ses clichés.
En immersion totale et au gré des commandes, la jeune femme passe cette année-là du monde de l’élite pakistanaise à celui des talibans, avec l’aide d’un fier guerrier pachtoune. Son objectif est une arme dont elle se sert pour frapper les esprits et franchir les frontières, qu’elles soient physiques ou culturelles, et ce malgré le danger des lieux et des situations.

 

"Tout est question d'arrangements politiques... Avec Musharraf... Avec mon ancienne complice Benazir Bhutto... A propos, j'ai appris qu'elle allait organiser un dernier meeting dans quelques jours à Rawalpindi. Intéressant ... Mais dangereux ! Qu'en penseront mes amis Talibans ?"

 

Mon avis

Sarah Caron est photo-reportrice et parcourt le monde pour les plus grands magazines français et étrangers. C'est lors d'une mission au Pakistan en 2007 qu'elle rencontre le dessinateur Hubert Maury, alors en poste à l'ambassade de France. Sarah revient du Pakistan avec de quoi publier un livre de photos, Pakistan, Land of the pure et avec une expérience forte et très marquante puisqu'elle s'est retrouvée au cœur du chaos lors de l'assassinat de Bénazir Bhutto. Elle en a fait un récit intime, Le Pakistan à vif, qui a inspiré cet album "Le pays des purs" à Hubert Maury.

Hubert Maury nous plonge en immersion totale dans cet État islamiste de 193 millions d'âmes plus grand que la France et la Belgique réunis. C'est avec une narration très rythmée et qui donne parfois l'impression d'être légèrement et peut-être volontairement chaotique, à l'image de la situation du pays en 2007, qu'il nous met sur les pas de Sarah dont on suit les aventures et mésaventures comme on suivrait celles d'une héroïne de BD dans une fiction. On est pourtant bien loin d'une fiction, les 14 pages de photos légendées ouvrant le livre sont là pour nous le rappeler.

le pays des purs,caron,maury,la boite à bulles,pakistan,documentaire,reportage,benzir bhutto,052017,810

Le sujet du photoreportage, tout comme celui de ce livre, n'est pas de faire une analyse de la situation géopolitique des lieux, mais bien de montrer les faits et d'être si possible au cœur des évènement et au plus près de ceux qui les font. Ainsi, l'on suit la photographe toujours en quête, non pas du scoop (ça c'est plutôt l'affaire des rédactions occidentales), mais des images au plus près de la vérité. Toutes ses rencontres, de Benazir Buttho au Mollah islamiste en passant par les chauffeurs de taxi, intermédiaires et facilitateurs, permettent de mieux appréhender la complexité de ce pays à la culture si différente de la nôtre.

En juxtaposant les anecdotes (la quête de sous-vêtements suite à la perte des bagages à l'aéroport ; le besoin constant d'une connexion internet pour transférer les photos ...) à des situations graves, dramatiques ou terrifiantes (poursuite par une foule enragée après l'assassinat ; rencontre avec une jeune fille mariée de force à 12 ans puis répudiée ; incursion dans un village transformée en usine d'armement et tombée aux mains des talibans ; ...), le récit est mis à hauteur d'homme et permet de prendre la mesure de tous ces faits qui paraissent parfois surréalistes. Comme l'est cette rencontre avec un guerrier Pachtoune qui cite Victor Hugo et prend pour modèle Napoléon.

le pays des purs,caron,maury,la boite à bulles,pakistan,documentaire,reportage,benzir bhutto,052017,810

Ce sont eux les héros de ce récit et ils nous font comprendre, avec un coup de pouce de l'auteur, le sens de ce titre énigmatique pour une contrée où règnent violence et conflits depuis des décennies. Pakistan signifie Pays des purs en ourdou, la langue officielle du pays. Les purs, ce sont ces guerriers Pachtounes qui vivent avec le chaos, armes à la main protégeant village, maison, famille avec cet espoir toujours chevillé au corps et une certitude inébranlable que la paix reviendra un jour. Sarah Caron en a rencontré un, et l'on devine que c'est peut-être la rencontre qui l'aura le plus marquée.

 

Le dessin léger de Hubert Maury contraste avec la tension permanente du récit. A mi-chemin entre le semi-réalisme et la caricature, les traits sont posés avec précision et beaucoup d'expressivité. Ce style confère aussi au récit un ton volontairement épique et le sort du registre des documentaires didactiques au ton trop dramatique, et permet de prendre un peu de distance avec la réalité des faits. Comme le fait Sarah avec ses photos, Hubert montre les faits le plus simplement possible. L'alternance entre bichromie et noir et blanc profond crée un jeu subtile entre ombre et lumière mettant en évidence les nombreux contrastes de ce pays.

 

le pays des purs,caron,maury,la boite à bulles,pakistan,documentaire,reportage,benzir bhutto,052017,810

 

Le Pays des purs, je vous en recommande vivement la lecture, car c'est le genre de livre qui aide à comprendre des évènements qui souvent nous échappent, noyés que nous sommes par des flots d'informations sélectionnées souvent superficielles.

C'est aussi un bel hommage rendu aux journalistes, ceux qui vont au front chercher l'info, en permanence pris en tenaille entre la tension du terrain et la pression exercée par leurs rédactions.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le pays des purs, caron, maury, la boite à bulles, pakistan, documentaire, reportage, benzir bhutto, 05/2017, 8/10

 

le pays des purs, caron, maury, la boite à bulles, pakistan, documentaire, reportage, benzir bhutto, 05/2017, 8/10

 

le pays des purs, caron, maury, la boite à bulles, pakistan, documentaire, reportage, benzir bhutto, 05/2017, 8/10

 

 

 

 

Le site de Sarah Caron

03/01/2018

Gantz Perfect Edition T1 & T2

sans-titre.png51X4eIkrR-L__SX350_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_307250.jpgAuteur : Hiroya Oku

Éditeur : Delcourt / Tonkam

Genre : Science-Fiction

408 pages / Tome

Sortie : juillet / Août 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Kei et Masaru, deux anciens amis de primaire, sont écrasés par un train après avoir sauvé un ivrogne tombé sur une voie... Ils ont néanmoins la surprise de se réveiller dans un appartement inconnu, entourés d'autres personnes ayant également connu la mort. Là, une étrange sphère noire appelée "Gantz" ordonne à tout le groupe d'éliminer un certain "homme poireau". Une mystérieuse lutte commence alors !

 

Mon avis :

Considéré comme étant une des références Seinen de science-fiction, Gantz est une série de 37 volumes créé par Hiroya Oku. Le concept étant de permettre à des personnes mortes de retrouver la vie...mais pas à n'importe quel prix. Ceux-ci doivent atteindre 100 unités (ou 100 points) en accomplissant des missions spécifiques - généralement affronter des ennemis et les exterminer.

On suit le parcours, de Kei Kurono, qui tentant de sauver un ami tombé sur les voies ferrées de Tokyo, perd la vie. Dés lors, il se retrouve avec des individus inconnus dans une pièce, au centre de laquelle une sphère noire dicte ses règles. Ce manga joue grandement sur le psychologique des protagonistes, la violence y règne de manière abondante, les scènes crues sont affichées tel un met onctueux. Des clans vont se créer, d'autres se dissoudre, des amitiés se briseront, Gantz est qui plus est détaillé par une richesse graphique de haut standing. Le niveau d'encrage est d'ailleurs si épais, que les émotions transpirent par delà les pages. Tout comme le sang qui gicle en abondance, où les combinaisons de protection de chaque participant, qui émergent par un noir brillant, resplendissant.

Certaines scènes gores tout à fait originales, présentent des morceaux de chairs ou des organes à l'air libre. Sans toutefois se focaliser sur cette ébauche brutale, le lecteur se sent aspiré par la spirale stressante du scénario. Les personnages sont eux aussi pour le moins attachants, et dégagent une aura perceptible, pour la plupart d'entre eux. Certaines planches sont tout bonnement magnifiques par une précision de style proche de la quintessence.

 

Par contre, cette Perfect edition n'apporte en somme rien de neuf au niveau du récit, ce qui peut en décevoir plus d'un. Heureusement, la fin de volume de chaque intégrale présente une interview qui vaut réellement le détour. Des secrets de réalisation, des ficelles sur l'emploi du temps du mangaka, ses outils de travail... Comme le souligne son auteur, Hiroya Oku, de nombreuses heures de préparations ont été nécessaires pour la réalisation de ce projet. Perfectionniste dans l'âme, il recherchait en permanence un coup d'avance sur l'évolution de son script.  Pas toujours évident vu la teneur et la progression de cette trame, ô combien recherchée. La réalisation d' un "Name" (pré-maquette des planches du manga sur laquelle figure les dialogues et les dessins) prenait environ 2 à 3 heures par semaine. Suite à cela, l'auteur et son équipe insèrent les décors infographiés tout en respectant le découpage des planches.

Ceux et celles qui possèdent déjà cette série mythique, ne trouveront certainement pas matière suffisante à se mettre sous la bouche. Par contre, cette version Perfect Edition s'adresse particulièrement à tout lecteur susceptible de se lancer dans cette aventure d'anticipation.

 

gantz-perfect-edition-scan-fr-vf-manga.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gantz perfect edition,hiroya oku,delcourt  tonkam,810,science-fiction,082017

Coq de Combat

01/01/2018

La guerre des Lulus - tome 5 - Le der des ders

la guerre des lulus T5.jpgla guerre des lulus T5_pl.jpgScénario : Régis Hautière
Dessin : Hardoc
Éditeur : Casterman
56 pages
Date de sortie :  novembre 2017
Genre : aventure, jeunesse

 

 

 

Présentation de l'éditeur

1918. Alors que la Première Guerre mondiale fait rage, les Lulus tentent de survivre en zone occupée. Enrôlés malgré eux par une société secrète, les quatre orphelins sont contraints de se séparer. Cette séparation, la toute première depuis qu'ils se connaissent, pourrait être beaucoup plus longue qu'ils ne l'imaginent...

 

la guerre des lulus T5_e01.jpg

 

Mon avis

C'est toujours une joie de retrouver nos bons Lulus ! Même si pour eux la joie et l'innocences des débuts n'est plus qu'un lointain souvenir. Ils ne le savent pas encore, mais la guerre touche à sa fin et cette dernière année du conflit est pour eux la plus difficile et la plus sombre. Les inséparables sont séparés, et se retrouvent plus que jamais confrontés à la réalité. C'est dur, âpre, émouvant et touchant. Régis Hautière montre très bien avec cet ultime volume que la guerre change les Hommes en les faisant grandir et vieillir plus vite que de raison. Comme il nous y a habitué depuis le début de cette belle série, l'action, l'émotion et le drame figurent quasiment à chaque page, tout comme les rebondissements qui font le sel de ce récit de guerre hors normes. Car il s'agit bien d'un récit hors normes qui, initialement destiné aux jeunes lecteurs, réussit à captiver tous les lectorats. Il y a tout dans ce récit : Histoire, émotion, aventure, amitié, drame, des personnages réalistes avec une diversité de caractères permettnant à tout un chacun de s'identifier facilement à l'un ou a l'autre.

Le dessin de Hardoc est toujours aussi magistral. Son trait semi-réaliste donne vie de manière très expressive à tous les personnages et confère un ton juste à toutes les situations vécues par les Lulus.

Bien sûr, on est content que cette sale guerre n'ait duré "que" quatre ans, mais quand même, on est un peu triste de quitter cette bande de petits héros en herbe pour laquelle on s'est pris d'une grande affection. Les auteurs aussi doivent avoir du mal à s'en séparer. C'est sans doute pourquoi Régis Hautière nous propose de continuer l'aventure en revenant sur quelques évènements survenus en 1916 et 1917 dans deux albums à paraitre intitulés "La guerre des Lulus, la perspective Luigi". Affaire à suivre !

 

Vraiment, je recommande vivement cette série qui est selon moi l'une des meilleures du genre pour initier un jeune lectorat à l'Histoire de la guerre de 14-18. En tout cas, tous ceux à qui je l'ai conseillée n'ont pas été déçus.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.png

 

a09-3e78912.png

 

a08-3e78906.png

21/12/2017

Intégrale Caroline Baldwin T3 & T4

sans-titre.png41NL22rtYlL__SX371_BO1,204,203,200_.jpg71HmsMZYfwL.jpgAuteur : André Taymans

Éditeur : Paquet

208 pages / Intégrale

Policier

Sortie 25 septembre et 27 octobre 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Depuis sa première apparition en 1996 dans les pages du magazine (A suivre), Caroline Baldwin a parcouru un sacré bout de chemin. Avec déjà 16 albums traduits dans plusieurs langues dont l'allemand, l'italien, l'espagnol ou le portugais, les aventures trépidantes de la belle enquêtrice imaginée par André Taymans sont aujourd'hui devenues un classique du genre. Dans ce troisième volume, après l'annonce de sa séropositivité, Caroline réapprend à vivre au rythme des thérapies expérimentales qui parfois peuvent s'avérer... mortelles !

 

Mon avis :

 

Intégrale 3 :

En fin de l'année 2001, André et son épouse font un périple au Népal, une expédition en solitaires, seulement accompagnés d'un guide et d'un porteur. Un voyage hardi car le conflit opposant les troupes royalistes et les guérillas maoïstes font rage. Mais leur guide ne semble pas rassuré, c'est une première pour lui de s'aventurer dans le "Gamesh Himal". Finalement, des ennemis atteignent le village où André se trouve et ni le porteur ni le guide ne comprennent le dialecte de ces gens. Fort heureusement, André parvient à calmer la situation en donnant au chef un peu d'argent. André est convié par le chef ennemi de se rendre dans une petite maison où il recevra un reçu "Social service from Gutland", portant le numéro 001. Ils partent libres, mais apprennent qu'en fin fin novembre, de nombreux massacres ont lieu, du coup, ils décident de quitter Katmandou pour rejoindre Bruxelles.

 

Taymans aime surprendre son lecteur. Dans le 9ème tome de Caroline, il insert le thème des ovnis de Roswell. Il associe cela avec le contexte des montagnes népalaises. Il relance une autre héroïne, Roxanne, la blonde qui devient "la guest star" de rendez-vous à Katmandou. Avec son nouveau label, l'album inaugure la collection Polar Ligne rouge chez Casterman.

Taymans retourne ensuite au Québec lors d'une tournée de promotion avec Albert Weinberg, Jean-Pierre Talbot et Jean Roba, il profite une fois encore d'animer la Belle Provence au centre des récits. L’héroïne Hélène, dans la série Bleu Lézard chez Glénat croise le chemin de Caroline un bref instant, à la demande de Benoît Roels. L'album est une belle réussite, riche en émotions.

Au Québec, Taymans peut compter sur un réseau d'amis impressionnant. Des auteurs, des libraires, des journalistes ainsi qu'un agent des services secrets qui va l'inspirer pour sa future histoire. Un scénario qui traite des révoltes indiennes. Notons qu'un incident de parcours apparaît lors de la fin de son album "Maison D’État" et la suite de ce diptyque "Le roi du nord" : la vue d'André baisse considérablement.

Sa santé finit par s'améliorer et il travaille avec cet agent spécial, notamment en s'entourant d'agents de la répression des fraudes. Quelques mois après la sortie de son album, il est invité au Liban pour la promotion de sa série. On y relate sa forte amitié avec Albert Weinberg. Les deux hommes ont créé un héros canadien, fortement influencés par Blake et Mortimer. Ils adorent développer le côté humain chez leurs personnages.

Intégrale 4 :

 En 2006, Taymans entreprend un album de Lefranc, donnant lieu à une véritable consécration. Le titre avoisine les 100000 exemplaires, dépassant le dernier Alix. Une première chez Casterman! Du coup, il délaisse temporairement Caroline, e se lance dans un second titre de Lefranc : Après Le Maitre de l'atome, voici Londres en péril.

Après le roi du nord, Taymans se rend chez un spécialiste de la vue et devra porter des lunettes. Son 13ème titre (la nuit du grand marcheur) sera pour lui un véritable supplice. Mais sa vue finira par se stabiliser.  Par contre, dû au succès de Lefranc, Caroline est reléguée au second plan. Le succès de Lefranc a brulé les ailes de Caroline Baldwin!

Avec les jeux olympiques en Chine, et son nouvel album Free Tibet, il tente de relancer son héroïne fétiche, notamment avec des séance de dédicaces et une version limitée de ce titre à 1000 exemplaires (crayonné + cd)

L'ombre de la chouette sort en 2011 mais les fans de la 1ère heure sont déçus par le changement radical (format et modifications éditoriales) Une adaptation d'Angel Rock devait paraitre au grand écran, mais le projet s'enlise, sans résultat. Avec son titre la conjuration de Bohème, cela indique la fin d'une époque de plus de 15 ans avec le même éditeur.

Ils ne fonctionnent plus du tout en cohérence. Mais André se relève et se souvient d'une phrase de Jacques Martin : Les éditeurs passent, les auteurs restent.

Il fait ensuite la connaissance de Jean-Pierre Bertin, directeur d'Universal Pictures en Belgique. Ils tente de transporter Caroline à l'écran. Il écrit deux synopsis : Half Blood et Narco Tango. Mais de nouveau le projet part complètement à la dérive...

Taymans essaye d'encaisser le coup et retourne au Népal pour méditer. Il faut patienter jusqu’à cette année 2017 où il trouvera un compromis et obtiendra les droits complets de sa série Caroline. Il travaille désormais avec Paquet et se lance sur deux récits précédemment écrits pour le cinéma (Narco Tango et Half Blood)

Voici le renouveau de Caroline !

71svtCb5AqL.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

caroline baldwin,taymans,paquet,810,102017

Coq de Combat

 

 

17/12/2017

Les tribulations de Belmondo

les tribulations de Belmondo, belmondo, chanoinat, borot, glénat, cinéma, illustration, caricature, 11/2017, 8/10les tribulations de Belmondo, belmondo, chanoinat, borot, glénat, cinéma, illustration, caricature, 11/2017, 8/10Textes : Philippe Chanoinat
Dessin : Jean-Marc Borot
Éditeur : Glénat
64 pages
Date de sortie :  novembre 2017
Genre : illustration, caricatures

 

 

 

Mon avis

Je le dis sans vergogne et sans retenue, Belmondo est le plus grand acteur français. Ok, je suis fan et un inconditionnel de Bébel, même si je n'ai pas vu tous ses films notamment ceux de la période Nouvelle vague. Promis, je comblerai cette lacune.

A la fois icône de la nouvelle vague et du cinéma populaire, ou plutôt de divertissement, il a tourné avec les plus grands réalisateurs (Alain Resnais à Louis Malle, en passant par Georges Lautner, Claude Chabrol ou Jean-Luc Godard....) laissant pour la postérité une oeuvre cinématographique hallucinante dans laquelle il est toujours aussi plaisant de se plonger.

Préfacé par Jean-Paul Belmondo lui-même, cet ouvrage rédigé par Philippe Chanoinat et illustré par Jean-Marc Borot est un bel hommage rendu à ce grand comédien et un joli cadeau pour les fans. Les textes de Chanoinat sont magnifiques de simplicité et de franc-parler. Pas de langue de bois ni de flatteries mielleuses et tant pis si cela risque d'en vexer plus d'un ! Le cinéma français actuel en prend pour son grade dans des formules sans concessions, qui sentent parfois un peu, il faut bien l'avouer, la nostalgie. J'adore ce ton franc du collier qui donne l'impression de participer à une vraie discussion de cinéphiles. Et au passage on y apprend quelques petites anecdotes sympas.

En couleur ou en noir et blanc, les caricatures de Borot sont superbes et évidemment très expressives. Les plus cinéphiles reconnaitront au premier coup d’œil le film dont il est question avant même d'en voir vu le titre sur la page de gauche.

30 films mis en avant et en valeur par un adorateur de cet immense acteur, qui réussi à nous donner envie de tous les voir et revoir.

Loubrun

 

En bonus, voici un petit échantillon du franc-parler de Chanoinat :

"c'est dire si, une fois de plus, ces inutiles ont perdu l'occasion de la mettre en veilleuse" ;

"Je n'aime pas les films de Godard en général, car je les trouve ennuyeux et nombrilistes" ;

"Certains imbéciles sans grande imagination ont vu dans cette histoire une apologie de l'alcool et de son cortège de dérapages" ;

" ... et ce n'est pas ce qui sort aujourd'hui sur les écrans qui va me faire changer d'avis." ;

"à une lointaine époque, à chaque fois que le laborieux Henri Chapier dézinguait un film, je me précipitais pour le voir ...".

 

 

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les tribulations de Belmondo, belmondo, chanoinat, borot, glénat, cinéma, illustration, caricature, 11/2017, 8/10

12/12/2017

Les étoiles du temps

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10Scénario : Victor Hussenot
Dessin : Victor Hussenot
Éditeur : Gallimard
90 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : documentaire, philosophie

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le temps est mathématique mais aussi aléatoire, subjectif... insaisissable. Pour preuve, plus on vieillit et plus il semble s'accélérer. De raisonnements logiques en déambulations imaginaires, le personnage principal de cette enquête singulière s'interroge sur notre perception du temps et ses représentations. Une quête qui le mène de l'enfance aux divers âges de la vie. Mêlant intime et universel, Victor Hussenot poursuit ici avec brio sa réflexion graphique et poétique sur l'existence humaine.

 

"Je m'apercevais aussi que chacun d'entre nous possède une idée précise du temps... "une" définition personnelle, qu'on invente ! et à laquelle on se réfère comme s'il s'agissait d'une vérité."

 

Mon avis

Plus je vieillis, plus j'ai le sentiment que le temps passe vite ! Je constatais l'autre jour qu'on était déjà début décembre et que je n'avais pas vu passer cette année. Vous n'avez pas cette impression vous, que le temps vous échappe ? En tout cas, Victor Hussenot a lui aussi cette impression du temps qui file. C'est ce qu'il nous explique en se posant en narrateur dans cet album très singulier, tant dans la forme que dans le fond.

 

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

 

Avec un dessin tout en aquarelles, il nous invite à un voyage temporel et une réflexion philosophique et métaphysique sur le temps qui passe. Partant du constat que le temps est insaisissable, L'auteur/narrateur s'interroge sur ce temps qui nous file entre les doigts et sur la perception que chacun en a. Il nous propose alors ses réponses et ses raisonnements que l'on suit avec amusement, étonnement et émerveillement. Même si ses propositions sont parfois un peu complexes à suivre, le dessin est là en support et complément narratif pour offrir au lecteur perdu une branche à laquelle se raccrocher. C'est là aussi la force de cet album qui déroutera sans doute les amateurs de dessin classique (je les invite quand même à sortir des sentiers battus) et qui ravira les adeptes de trouvailles et d'audace graphique. De ce point de vue, on ne peut être qu'admiratif du travail de Victor Hussenot qui joue avec les cases et les pages, démolit les cadres, se joue des codes narratifs et nous fait littéralement voyager au gré de son temps qui passe sur l'océan des souvenirs, le continent révolu, la plaine des commémorations, la chaine des derniers instants, les terres prémonitoires, comme en témoignent sa carte du temps "personnel", construite comme un mind mapping poussé à l'extrême.

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

C'est donc avec douceur et volupté qu'on se laisse emporter dans ce va-et-vient entre logique, poésie et onirisme jusqu'à en perdre totalement la notion du temps. Pour preuve, j'ai entamé cette lecture tard le soir et suis arrivé très en retard le lendemain au boulot ...

Voilà donc un magnifique petit précis de philosophie à savourer tranquillement, à l'usage – entre autre - de ceux qui courent toujours partout et n'ont jamais le temps de rien.

 

Loubrun

  

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

 

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

 

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

Dragon Ball Landmark - Guide Officiel

618xBk+XjaL__SX344_BO1,204,203,200_.jpgSans-titre-5.jpgGuide Officiel : De l'enfance de Goku à Freezer

Auteur : Akira Toriyama

Éditeur : Glénat - 200 pages

Guide officiel - Sortie 4 octobre 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

L'univers de Dragon Ball est vaste. Immense même... Dragon Ball Landmark vous propose d'en faire le tour et d'en découvrir les mystères. Géographie de la Terre et de l'Au-delà, duels entre personnages, techniques de combat, quiz, tout y est. Et si cela ne vous suffit pas, vous pourrez même y retrouver une interview inédite d'Akira Toriyama et des illustrations couleurs en hommage à Dragon Ball. Dont une d'un certain... Eiichiro Oda.

 

Mon avis :

Ce guide officiel reprend la période depuis l'enfance de Goku jusqu'à l'arc de Freezer. 200 pages qui permettront d'affiner ses connaissances dans la matière, car plus d'un fan de l'univers de Toriyama se surprendra de (re)découvrir certains passages plus anodins, afin de de devenir incollable sur le sujet.

Les 20 premières pages émettent un éventail concret des grands événements de la saga (répétons-le, il ne s'agit ici que la période de la petite enfance de Songoku jusqu'à son combat contre Freezer sur Namek, déjà pas mal en soit) reprenant les personnages phares : Bulma, Krilin, Piccolo...

Outre les protagonistes principaux, ce recueil nous replonge à la quête des boules de cristal - la terrible armée du Ruban Rouge, les tournois d'arts martiaux - l'affrontement contre Satan et enfin, moment crucial : le début de la saga du Z, avec l'arrivée des guerriers de l'espace et surtout une figure emblématique qui persistera jusqu'aux épisodes actuels : en l’occurrence Vegeta, prince de la planète du même nom.

Une fois ces éléments présentés, nous avons droit à une carte géographique de l'étendue du monde conçut par Toriyama : le palais du roi roi Enma - l'enfer - la planète vegeta - planète Freezer - la planète Namek - le paradis - le chemin du serpent - le cosmos - l'univers et bien sûr la Terre. La Terre justement, où se déroulent bon nombre de combats, de tournois et de situations scabreuses. Une carte est également à la disposition du lecteur pour s'y retrouver, au travers de ce dédale sans fin : les quatre points géographiques; les déserts; les montagnes; le palais de Baba la voyante; le château de Pilaf...

Soigné et méticuleux dans l'approche de ce guide, chaque partie est agréablement détaillée avec respect de l’œuvre originale, et présentée de manière claire, que l'on soit fin connaisseur ou moyennement connaisseur. Un minimum de savoir est donc requis pour maîtriser ces informations.

C'est donc de manière progressive et à votre rythme que vous lirez ce recueil. La provenance des Dragon Ball, les différents dragons à leur source, leur limites ou non de pouvoirs, le type de vœux qu'ils exhaussent... tout comme les différentes techniques assimilées, les modes d'entrainements; les combats hors de l'arène; les différents peuples, pour enfin aboutir à la saga des Saiyans, tout d'abord sur Terre et puis sur Namek; lieu où pour la première fois, nous découvrirons le mythe du super guerrier de l'espace.

En bonus, un récapitulatif fort intéressant sur cet auteur de génie qu'est Akira Toriyama, des photos inédites, son évolution de carrière, bref, ce guide officiel, c'est du lourd!

Pour une dizaine d'euros, faites-vous plaisir, et affronter vos connaissances avec ce Landmark (points de repères).

 

dragon ball landmark,akira toriyama,glénat,810,guide officiel,102017

Album_R_sf_txt_65px.jpg

dragon ball landmark,akira toriyama,glénat,810,guide officiel,102017

Coq de Combat

 

30/11/2017

Litteul Kevin - Intégrale ultime édition - volume 1

litteul kenvin,coyotte,fluide glacial,humour,moto,harley davidson,intégrale,810,102017litteul kenvin,coyotte,fluide glacial,humour,moto,harley davidson,intégrale,810,102017Scénario : Coyotte
Dessin : Coyotte
Éditeur : Fluide Glacial
208 pages
Date de sortie :  octobre 2017
Genre : humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Qui ne connait pas Litteul Kevin, le petit garçon à la Harley Davidson, personnage fétiche de Coyotte ? Apparu en 1993 dans les pages de Fluide Glacial, Litteul Kevin est un jenu biker drôle et espiègle, très rock'n roll qui chevauche une Harley à sa taille. Il n'a pas vraiment d'âge si ce n'est celui de taquiner ses parents, Chacal et Sophie, membres d'un club de motards.

 

Mon avis

Ah ! Ce brave et sympathique Litteul Kevin ! C'est toujours une joie de le retrouver entouré de sa mère au physique de pin-up et de son père à la mauvaise foi assumée. Cette intégrale regroupe les 4 premiers tomes de la série (qui en compte 10) dans une version colorisée. Cette mise en couleur séduira sans doute de nouveaux lecteurs, mais pour ma part j'ai un faible pour les versions originales en noir et blanc où le trait souple et énergique de Coyote était bien mis en valeur. Je trouve ici que les couleurs sont un peu ternes et mangent le dessin.

Il n'empêche, les gags font toujours autant sourire et on reste toujours attaché à cette famille hors normes et à ce petit mec qui roule en Harley au lieu de rouler en skate et partage les mêmes passions que son père.

Le petit plus sur cette intégrale, mis a part la couleur (qui pour moi est un moins), c'est la petite dizaine de pages de bonus à la fin. J'en aurai aimé un peu plus, mais c'est mieux que rien. Ceux qui découvrent Coyote avec cette intégrale apprendront pas mal de choses intéressantes sur son parcours et ses passions que furent la moto et la BD dans une interview réalisée en février 2015. On y retrouve aussi deux histoires inédites réalisées pour un hors série de Fluide Glacial "spécial moto" et le hors série spécial 20 ans de Fluide Glacial.

Coyote, ce motard au grand cœur et dessinateur hors pair influencé par Uderzo et Gotlib, est parti bien trop tôt. En août 2015 il laisse le petit Kevin orphelin, mais son œuvre reste intacte et pourrait bien traverser le temps sans prendre trop de rides. Et puis, Coyote est toujours un peu là, tellement il a mis de lui dans ses personnages.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

litteul kevin,coyotte,fluide glacial,humour,moto,harley davidson,intégrale,810,102017

 

litteul kevin,coyotte,fluide glacial,humour,moto,harley davidson,intégrale,810,102017 

 

litteul kevin,coyotte,fluide glacial,humour,moto,harley davidson,intégrale,810,102017

24/11/2017

Maria et Salazar

maria et salazar, robin wlater, des ronds dans l'o, roman graphique, immigration, portugal, portugais, dictature, salazar, années 60, 10/2017,8/10maria et salazar, robin wlater, des ronds dans l'o, roman graphique, immigration, portugal, portugais, dictature, salazar, années 60, 10/2017,8/10Scénario : Robin Walter
Dessin : Robin Walter
Éditeur : Des ronds dans l'O
130 pages
Date de sortie :  octobre 2017
Genre : Histoire, roman graphique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Alors que les parents de Robin Walter revendent leur maison familiale de Champigny-sur-Marne, vient le moment pour tous de dire au revoir à Maria, leur femme de ménage et bien plus depuis plus de trente ans. Que va-t-elle faire, elle qui est venue du Portugal avec son mari comme des milliers de ses compatriotes, quelques décennies auparavant, fuyant ainsi la dictature de Salazar ?
Au travers de leurs souvenirs, le récit dépeint ce que fut la plus longue dictature de l'histoire moderne de l'Europe occidentale et l'immigration portugaise de masse qui en a découlé.

 

"On pouvait laisser sa voiture ouverte, laisser ses vélos, on ne risquait pas de se faire voler. Aujourd'hui, ça ne ferait pas de mal qu'il revienne... pour ça c'était bien.

Par contre, on n'avait aucune liberté"

 

Mon avis

Sur 130 pages de beaux lavis tout en nuances de gris, Robin Walter nous offre un beau et touchant roman graphique dans lequel il nous raconte, à travers son histoire familiale, l'immigration portugaise en France, liée directement à l'Histoire du Portugal et la dictature sous le régime de l'Estado Novo de Salazar, qui dura de 1933 à 1974.

En mettant en lumière son histoire familiale, Robin Walter rend hommage à ces centaines de milliers de Portugais qui sont arrivés en France dans les années 60 en quête d'une vie meilleure. En effet, le régime autoritaire de Salazar a plongé la plupart des portugais dans une misère économique poussant nombre d'entre eux à fuir leur pays. La dictature de Salazar, moins connue que celles des fascistes et des nazis, a traversé les décennies en se faisant discrète et s'est faite oublier durant la seconde guerre mondiale en se mettant sous le drapeau de la neutralité. Cette politique lui a fait rater le train de la modernité et a placé le pays à la traine de ses voisins européens.

maria et salazar,robin wlater,des ronds dans l'o,roman graphique,immigration,portugal,portugais,dictature,salazar,années 60,102017,810

La vie de Maria et de son époux ressemble sans doute beaucoup à celle de ses compatriotes immigrés : des débuts très difficiles dans un pays ou l'on ne connait rien et où l'étranger est regardé de travers, et une volonté farouche de s'intégrer au plus vite dans la discrétion. Le meilleur moyen, c'est le travail, qui ne manque pas à l'époque : Les femmes font des ménages, les hommes sont dans le BTP et personne ne rechigne à la tâche.

Cette histoire familiale somme toute assez banale, Robin Walter la rend passionnante, émouvante et très instructive. D'abord parce que l'on se projette facilement dans le récit de cette famille unie aux souvenirs heureux autour de Maria, et ensuite parce que la trame historique de la vie de Maria est racontée de manière très factuelle, avec simplicité et beaucoup d'humanité. En complément des témoignages de Maria, Robin Walter s'est fait rat de bibliothèque pour se documenter sur cette période historique que l'on ne connait pas en France. Il arrive alors à mêler naturellement la petite et la grande histoire, et à montrer que la seconde n'est rien sans la première.

Robin Walter nous offre là un beau récit biographique, autobiographique et historique qui permet d'avoir un autre regard sur l'histoire du Portugal, l'histoire de France et l'histoire de l'immigration. A découvrir.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

maria et salazar,robin wlater,des ronds dans l'o,roman graphique,immigration,portugal,portugais,dictature,salazar,années 60,102017,810

 

maria et salazar,robin wlater,des ronds dans l'o,roman graphique,immigration,portugal,portugais,dictature,salazar,années 60,102017,810

 

maria et salazar,robin wlater,des ronds dans l'o,roman graphique,immigration,portugal,portugais,dictature,salazar,années 60,102017,810