28/11/2017

Weavers

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10Scénario : Simon Spurrier
Dessin : Dylan Burnett
Éditeur : Ankama
158 pages
Date de sortie :  octobre 2017
Genre : polar, fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Seul survivant d’une attaque à la bombe, Sid Thyme intègre malgré lui les Weavers, une famille du crime organisé de la côte Est. Ses membres ne doivent leur loyauté qu’à des araignées vivant en eux, leur conférant des pouvoirs puissants et extraordinaires. Contre la volonté du groupe, Sid décide de mettre à profit ses nouvelles aptitudes pour lever le voile sur la mystérieuse bombe qui a tué son oncle. Mais il n’a pas beaucoup de temps : plus l’araignée grandit en lui, plus la dangereuse toile des Weavers se referme sur Sid…

 

"Chez les weavers, la loyauté est la seule récompense"

 

Mon avis

Weavers est un comics qui sort vraiment du lot. Simon Spurrier réussi à faire un récit d'une banalité affligeante et en même temps très atypique. Jugez un peu : une histoire de groupes mafieux qui se tirent la bourre pour contrôler le crime, un pauvre type qui se trouve mêlé malgré lui à l'un des groupes, un meurtre perpétré sur la femme d'un caïd, une enquête pour savoir qui a fait le coup et lui régler son compte. S'il n'y avait que ça, l'histoire n'aurait pas grand intérêt et aurait un bon relent de déjà vu.

Mais là, il y a un petit truc en plus. Les membres du gang ont tous un pouvoir particulier, surpuissant et dévastateur, qui leur est conféré par une étrange araignée qui prend le contrôle de leur esprit et de leur corps. Ces araignées font le lien entre les différents individus du clan, forçant ceux-ci à une solidarité obligatoire et bridant les initiatives individuelles, comme si tous ne faisaient qu'un. C'est presque la matérialisation physique du système mafieux où tout tourne autour d'un chef unique, à ceci près qu'ici, la moindre tentative de trahison est vite décelée sur la toile.

Les pouvoirs dont bénéficient les membres du gang sont étranges et ne donnent pas vraiment envie d'y être confronté ! Ainsi, Sid peut faire sortir de sa main des tentacules et des bouches monstrueuses pour terrasser ses ennemis. Effets visuels garantis !

Serait-ce là la monstruosité de l'âme de ces criminels incarnée dans un pouvoir monstrueux au sens propre comme au sens figuré ?

Simon Spurrier mêle dans son récit plusieurs thématiques et plusieurs genres. Entre polar, récit fantastique et récit d'horreur il y est question d'addiction (la drogue est présente à plusieurs niveaux de lectures), de pouvoir, d'influence, d'asservissement.

Sans véritablement surprendre, le récit prend le lecteur aux tripes en le plongeant dans des ambiances de plus en plus violentes et glauques dessinées par Dylan Burnett. Son trait moderne, rugueux, vif et très anguleux pourrait en dérouter plus d'un. Mais il est très efficace pour ce genre de récit et reste très expressif et lisible.

Weavers devrait plaire aux amateurs de la littérature Lovecaftienne, de drame mafieux et de bon polar bien ciselés.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10

 

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10

 

weavers, spurrier, burnett, ankama, mafia, gangs, fantastique, supers pouvoirs, 10/2017, 7/10

 

17/11/2017

La belle mort

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10Scénario : Mathieu Bablet
Dessin : Mathieu Bablet
Éditeur : Ankama
160 pages
Date de sortie :  septembre 2017 (réédition)
Genre : anticipation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Entrez dans un monde où des insectes venus de l'espace infini sont maintenant les maîtres de la Terre. Découvrez ce one-shot post-apocalyptique signé Mathieu Bablet (Adrastée et Shangri-la).

A quoi bon résister ? Voilà ce que se répètent jour après jour Wayne, Jeremiah et Scham, uniques survivants de l'invasion dévastatrices d'insectes extra-terrestres. La fin de l'humanité a eu lieu. Cherchant un but, une destinée justifiant leur futile présence dans un monde en ruine, ils ne se doutent pas qu'ils font partie d'un plan bien plus vaste, de quelque chose qui les dépasse complètement et qui implique un autre survivant...

 

Mon avis

Surfant sur le succès de Shangri-la sorti l'an dernier, les éditions Ankama rééditent le premier album de Mathieu Bablet, La belle Mort, paru initialement en 2011.

Récit d'anticipation post apocalyptique, cet album au rythme lent et poétique nous propose une incursion métaphorique sur une planète détruite et en proie à une colonie d'insectes venus de l'espace. Le sujet pourrait prêter à rire, mais Mathieu Bablet engage dans son récit une vraie réflexion sur la survie de l'espèce humaine. Trois personnages errent dans une ville en décomposition sans autre but que de survivre. Et quand ils rencontrent un autre survivant, l'instinct primaire prend souvent le dessus sur le bon sens. Sommes-nous irrémédiablement condamnés à redevenir des bêtes ? En creusant un peu, on peut voir dans cette errance un message plus subtile. L'Homme ne serait-il que de passage sur terre, locataire provisoire d'une planète qu'il aurait été incapable d'entretenir et de préserver ?

On pourrait sans doute trouver tout un tas d'autres métaphores dans cette histoire où finalement il ne se passe pas grand chose. Mais on s'intéresse davantage à cette ville en décrépitude dans la quelle on se sent littéralement aspiré. Personnage à part entière, elle semble vivante, peut-être endormie ou sous le contrôle d'une puissance invisible. Elle est à la fois fascinante par les décors grandioses, et terriblement anxiogène par cette absence d'humain, ce silence assourdissant et cette présence grandissante d'insectes.

Le final est surprenant, déroutant, et nous ramène à nos questions existentielles du début.

Ayant lu cet album après Shangri-la, j'avoue avoir eu un peu plus de mal à accrocher à cet univers. Néanmoins, l'album reste plaisant à lire, chacun pouvant s'y projeter selon ses propres sensibilités et mener ses propres réflexions sur l'existence.

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10

Les décors urbains de Mathieu Bablet forcent l'admiration. Quel travail ! On imagine le travail monacal du dessinateur qui, avec une précision chirurgicale, entasse des immeubles dans des perspectives ahurissantes, dessine des intérieurs où pas un détail ne manque. C'est proprement hallucinant et vertigineux. En revanche, les personnages laissent vraiment à désirer. Ils sont laids, pas expressifs et sans relief. C'était le défaut relevé sur Shangri-la, mais là, c'est pire.

La belle mort reste un album atypique dans le genre, qui a permis de révéler un auteur complet et talentueux. A découvrir, mais à lire avant Shangri-la.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10

 

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10

 

la belle mort, bablet, ankama, anticipation, fable, science-fiction, 9/2017, 5/10

05/10/2017

Curse

Couv_311876.jpgScénario : Mike Moreci,Tim Daniel
Dessin : Riley Rossmo,Colin Lorimer
Éditeur : Ankama éditions
88 pages
Date de sortie :  25 août 2017
Genre : Fantastique,horreur

 

 

 

Présentation:

Laney Griffin n'a pas eu de chance dans sa vie ! non seulement il a perdu sa femme lors d'une promenade en montagne où, blessée, il avait laissé cette dernière pour chercher du secours et constaté sa disparition au retour, mais de plus son unique enfant, Jaren, se meurt d'une leucémie. Alors lorsqu'un meurtrier sadique commence à joncher de cadavres la contrée et que la police impuissante offre une prime pour sa capture, Laney se dit qu'il pourrait obtenir cet argent nécessaire au traitement de son fils... Les choses vont changer lorsqu'il découvre que le meurtrier n'est pas tout à fait humain et qu'il est responsable de la disparition de son épouse alors que la police, menée par son ex-belle sœur, pense qu'il est le coupable et le traque. 

 

curse-mike-moreci-tim-daniel-riley-rossmo-colin-lorimer-prisonnier.jpg

Mon avis:

Une énième histoire de loup-garou traitée cependant de façon assez innovante pour que l'on prenne plaisir à la lire. La conclusion est malheureusement prévisible dès la première partie de l'aventure et gâche un peu la lecture. Un dessin de qualité, assez réaliste comme souvent dans les comics récents, et une mise en couleurs sobre et naturelle apportent un plus à l'ensemble. Mais il s'agit néanmoins d'un comics de production courante aux Etats Unis sans autre prétention.

curse-mike-moreci-tim-daniel-riley-rossmo-colin-lorimer-ankama-loup-garou-illustration.jpg

Comme toujours vous trouvez en fin de volume les illustrations des diverses couvertures de la publication originale en kiosque.

JR 

Curse_01_rev_Page_1.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

31/07/2017

Double.ME T.1

Double.Me, Miki Mâkasu, Oto-san, Ankama, thriller, science-fiction, action, network.Double.Me, Miki Mâkasu, Oto-san, Ankama, thriller, science-fiction, action, network.Scénario : Miki Mâkasu
Dessin : Oto-San
Éditeur : Ankama
192
pages
Date de sortie : 16/06/2017
Genre : thriller, science-fiction, action, network.



 

 

Présentation de l'éditeur

Aiko et sa meilleure amie Eri passent tout leur temps à tchater sur le réseau social Double.Me. Elles parlent de tout mais surtout de Dosan, un beau lycéen dont les deux amies sont amoureuses. Hélas, Eri meurt. Aiko, profondément touchée par la disparition de son amie, voit la nouvelle application de Double.Me s’activer : une I.A imite Eri. Aiko se laisse alors emporter par ses dialogues virtuels, mais jusqu’à quel point… ?

Double.Me, Miki Mâkasu, Oto-san, Ankama, thriller, science-fiction, action, network.

Mon avis

Voilà un manga qui me laisse perplexe. Est-ce bien ? Est-ce mauvais ? J'ai envie de dire que « l'avenir nous le dira » car ce 1er tome ouvre tellement de portes que finalement : il est difficile d'en fermer la moindre.

 

Alors que tout semble partir sur de simples histoires de lycéennes amoureuses de la star de l'école (Un chanteur au succès grandissant qui fréquente une fille jalouse comme pas deux et capable d'intimidation de masse au sein de l'école) voilà qu'un meurtre fait son apparition ! Une des deux héroïnes de l'histoire se fait assassiner. Meurtre involontaire lors d'un cambriolage qui tourne mal ? La jeune fille était-elle visée ou l'a-t-on tuée pour faire payer son père, grand politicien potentiellement véreux ?

 

Double.Me, Miki Mâkasu, Oto-san, Ankama, thriller, science-fiction, action, network.

Si les questions s'arrêtaient là, nous serions dans la cas « classique » d'un thriller, mais ce n'est pas tout ! Le réseau social à la mode – double.me – est doté d'une application « résurrection » qui permet aux personnes décédées d'être toujours « virtuellement » vivants. Comment ? Grâce à une intelligence artificielle qui aura emmagasiné tellement de données sur cette personne (via la mémoire cache des conversations privées et des posts en lignes) qu'il lui sera possible d'interpréter cette personne sur la toile.

 

Petit hic : selon une discussion détaillée dans quelques pages de ce tome, cette A.I. pourrait très bien devenir autonome à force de sauvegarder des données à caractères humains et subjectifs... hors, sans pouvoir surveiller eux-mêmes (c-à-d les inventeurs de cette A.I. implantée dans l'application résurrection) ce qui se dit sur leur réseau social : comment savoir si Sarah, cette A.I. va devenir bienveillante ou malveillante ? Et quel impact cette A.I. aura-t-elle sur les survivants, ceux qui ont perdus un proche, mais qui peuvent toujours dialoguer avec ce dernier, virtuellement, tout en le sachant mort ?

 

Double.Me, Miki Mâkasu, Oto-san, Ankama, thriller, science-fiction, action, network.

Toutes ces questions ouvertes impliquent de/invite à lire le second tome pour dissiper un peu le brouillard dans nos petites têtes de lecteurs. Quoiqu'il en soit, j'aime assez bien le dessin, même si quelques imperfections me titillent de temps à autres, notamment dans la proportion anatomique ou les détails « difformes » d'un cou ou d'un menton... mais c'est souvent des « petits brouillons » de début de série, qui se rectifient avec le temps et le nombre de tomes avançant. D'autant que le graphisme est bon malgré tout et les rendus de mouvements carrément excellents.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

double.me,miki mâkasu,oto-san,ankama,thriller,science-fiction,action,network.

Affaire à suivre donc... pour avoir les réponses à toutes les questions que l'on... que je... me pose.

ShayHlyn.

06/06/2017

Oms en série - tome 3 - La vieille-Terr

OMS en série T3.jpgOMS en série T3_pl.jpgScénario : Jean-David Morvan
Dessin : Mike Hawthorne
Éditeur : Ankama
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : science-fiction, adaptation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

La suite et fin du triptyque Oms en série, signé Jean-David Morvan et Mike Hawthorne !

Le Continent Sauvage. Désormais loin des Draags, les Oms se reconstruisent. De nouvelles terres, une nouvelle ville, un nouvel espoir… Soudain, l’alerte retentit, un intrus s’approche : c’est Tiwa. Terr ne l’a pas revue depuis qu’il s’est enfui, il y a des années de ça. Il lui conte alors l’épopée des Oms, qui est loin d’être terminée... car des vaisseaux Draags chargés de missiles foncent droit sur eux !

 

 

résumé du tome 2

 

Terr a grandi. Il a pris la tête des Oms libres et a guidé la construction de leur cité clandestine, à l'abri des Draags qui les maintenaient en captivité. Dans ce refuge souterrain se joue l'émancipation de leur espèce : pour atteindre le continent presque vierge d'où leurs anciens maîtres lancent leurs navettes spatiales, les Oms construisent d'immenses navires et préparent la conquête d'un nouveau territoire. Mais les événements s'accélèrent lorsque les Draags repèrent la tanière de ceux qu'ils considèrent encore comme des animaux de compagnie...

 

"Nous ne devons plus de comptes qu'à nous mêmes, mais nous ne pouvons plus compter que sur nous mêmes... "

 

 

Mon avis

Alors que sort enfin le troisième et dernier volume de cette adaptation magistrale de l'oeuvre non moins magistrale de Stephan Wul, je m'aperçois que nous avons omis de chroniquer le tome 2 sorti en 2014. Je me vois donc dans l'obligation de me confondre en excuses, d'autant que cette série, avec le triptyque Niourk, est peut-être une des plus réussies de la collection des univers de Stefan Wul. Ceci étant, cet oubli n'est pas si dramatique, car ces trois albums forment un tout indissociable et je vous invite à en apprécier la lecture dans son ensemble.

Cet ultime volume conclu de manière brillante cette histoire qui voit l'espèce humaine passer du statu d'animal de compagnie à celui de civilisation moderne, maitrisant la technologie de ses anciens maitres. Ce dernier tome est le pendant de la dernière partie du livre et montre la civilisation Oms très évoluée, prête à chercher une nouvelle planète où vivre. La narration originelle étant respectée – plusieurs années séparent chaque album - le personnage principal, Terr, prend une dimension quasi messianique au fil du récit.

Les thématiques abordées dans cette histoire écrite en 1957 sont encore d'actualité et semblent même intemporelles : la décadence des civilisations, la lutte contre l'asservissement, la quête des origines, l'autonomie des peuples, le pouvoir de la technologie... autant de thèmes où se mêlent politique, idéologie, philosophie, religion, tout ce qui fait le sel de la vie.

Le dessin de Mike Hawthorne et la belle mise en couleur d'Isabelle Rabarot contribuent grandement à la qualité de ce triptyque. Dans une mise en scène cinématographique aérée, l'auteur américain nous emmène rapidement à l'essentiel et arrive à créer une ambiance SF à la fois moderne et légèrement surannée.

Je le redis, Oms en série est, avec le triptyque Niourk, la plus belle adaptation des romans de Stefan Wul.

 

 

 Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.png

 

a08-3e78906.png

 

a08-3e78906.png

 

les tomes 1 et 2

OMS en série T1.jpgOMS en série T2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi Niourk (3 tomes)

niourk t1.jpgniourk t2.jpgniourk t3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

voir les autres albums de la collection "les univers de Stefan Wul"

05/06/2017

LA PEUR GEANTE L'intégrale

la peur géante,stefan wul,ankama,denis lapière,mathieu reynèsla peur géante,stefan wul,ankama,denis lapière,mathieu reynèsScénario : Denis Lapière
Dessin : Mathieu Reynès, Raúl Arnàiz
Éditeur : Ankama Editions
152 pages
Date de sortie : mai 2017 
Genre : Science - Fiction

 

 

 

Présentation de l'éditeur:

An 2157. Les villes englouties se comptent par milliers, le climat est totalement perturbé, un tiers des terres habitées sont ravagées. Comment la structure moléculaire de l'eau a-t-elle pu se trouver modifiée aussi soudainement ? Quelle intelligence mystérieuse est à l'origine de ces cataclysmes menaçant l'Homme ? Car d'étranges créatures font leur apparition dans les zones submergées... Bruno Daix, nageur de combat, sera le premier à devoir combattre l'indicible ennemi venu des profondeurs. 

la peur géante,stefan wul,ankama,denis lapière,mathieu reynèsMon avis:

 Après l'édition en trois volumes du roman culte de Stefan Wul (paru en 1957 chez Fleuve Noir dans la collection "Anticipation"), l'éditeur Ankama nous propose donc cette intégrale augmentée d'un cahier bonus dans lequel le scénariste Denis Lapière nous explique comment il a abordé l'adaptation du roman et complété par des superbes croquis de recherches de dessin des personnages.

Une belle adaptation de cette œuvre culte de la S.F française, un récit bien mené avec une intrigue culminant jusqu'au final qui pourra décevoir certains des humains que nous sommes lorsqu'ils sont confrontés à un ennemi dangereux et belliqueux à l'extrême ! Certains passages nous rappellent des films de S.F célèbres (les Torpèdes prisonniers dans des cylindres font penser aux aliens de "Independence day", des scènes sous-marines rappellent le très beau "Abyss", etc.). Les deux premiers tomes sont bien dessinés par Mathieu Reynès et le dernier par Raúl Arnàiz qui arrive assez bien à suivre l'univers imaginé par son prédécesseur ! 

la peur géante,stefan wul,ankama,denis lapière,mathieu reynès

JR

Voir également les chroniques des 3 tomes qui composent cette intégrale:

la peur géante,stefan wul,ankama,denis lapière,mathieu reynès

la peur géante,stefan wul,ankama,denis lapière,mathieu reynès 

 

 

 

 

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

07/05/2017

Chroniques courtes (129) Lady Mechanika T 03, Monkey bizness T 03, Le Grand et le Trop Court,Misty Mission T2

Lady Mechanika - Tome 03 - La Tablette des Destinées

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomScénario : Marcia Chen
Dessin : Joe Benitez, Martin Montiel
Dépot légal : 03/2017
Editeur : Glénat
ISBN : 978-2-344-02085-2
NB Pages : 160

 


Contient Lady Mechanika : The Tablet of Destinies #1 à 6 parus en VO chez .

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomLe grand-père de Winifred est en danger, il est parti en expédition à la recherche de la Tablette des Destinées (un artefact sumérien censé détenir le savoir des dieux et les secrets de l’univers) et ne donne plus signe de vie… Il n’en faut pas moins pour éveiller la curiosité et le goût de l’aventure de notre belle héroïne, qui va sans plus tarder partir dans une quête survoltée aux quatre coins du monde à la recherche de cette précieuse et mystérieuse relique...

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomClairement le meilleur des trois tomes avec l’avantage d’avoir une histoire que si tient en un volume, qui peut se lire sans avoir lu les dispensables et inégaux tomes précédents et qui permet d’apprécier le travail de Joe Benitez.




Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom

 

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom

 

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom

JaXoM


Monkey bizness – Tome 03 - La banane du futur

El diablo, pozla, miaw, ankama, Monkey bizness, monkey, bizness, joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomEl diablo, pozla, miaw, ankama, Monkey bizness, monkey, bizness, joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomScénario : El Diablo
Dessin : Pozla
Editeur : Ankama Éditions
Format : Autre format
Dépot légal : 01/2017
ISBN : 978-2-359-10539-1
NB Pages : 156

 

El diablo, pozla, miaw, ankama, Monkey bizness, monkey, bizness, joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomDans le dernier tome de ce triptyque, Jack Mandrill le babouin et Hammerfist le gorille fuient une embrouille en se planquant à bord de l’engin spatial construit en secret par le commandant Ramos afin de regagner la terre civilisée.

El diablo, pozla, miaw, ankama, Monkey bizness, monkey, bizness, joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomLes deux singes et l’humain vont tous trois traverser le continuum spatio-temporel pour se retrouver dans les années 80, à la toute fin de l’Anthropocène. Les primates vont vite s’apercevoir que dans cet univers étrange, ils sont loin d’être au sommet de la chaîne alimentaire, et qu’il va leur falloir distribuer un certain nombre de patates dans la gueule pour survivre dans ce monde ou règne sans partage la créature la plus dangereuse de l’histoire du monde : le singe nu !

el diablo,pozla,miaw,ankama,monkey bizness,monkey,bizness,joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom


El diablo, pozla, miaw, ankama, Monkey bizness, monkey, bizness, joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxomEl Diablo boucle la boucle des aventures de Jack Mandrill et Hammerfist dans un tome au rythme effréné parsemé de baston dans un trip rétro-futuriste rafraichissant et pas prise de tête. Le style de Pozla soutenu aux dessins par Miaw rentre bien dans les standards du Label 619 et ne plairont pas à tout le monde de prime abord, mais à la lecture c’est percutant et bien tripant.




Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom

 

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom

 

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom

JaXoM


joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom,el diablo,pozla,miaw,ankama,monkey bizness,monkey,biznessLe GRAND et le TROP COURT

Scénario : Jean-Luc Barré
Dessin : Jean-Paul Krassinsky
Éditeur : CASTERMAN
80 pages
Date de sortie : 15 mars 2017 
Genre : comédie politique

 

"En politique tout le monde trahit tout le monde". Cette phrase définit à elle seule le contenu de cet album à l'humour grinçant ! Jean-Luc Barré nous conte les relations "imagées" (si peu) de Nicolas Sarkozy avec la famille Chirac, l'antipathie (tellement vraie) que lui porte Jacques Chirac et l'affection (sincère mais bizarre) dont il fait l'objet par Madame Chirac. Nous assistons à la lente mais sure montée au pouvoir du "petit" Nicolas, ses déboires avec les proches du pouvoir, les embûches et autres crocs en jambe que lui porte le "grand" Jacques. L'artiste Jean-Paul Krassinsky croque tout ce beau monde avec un réel talent.

Un bel ouvrage dont la lecture nous fait souvent rire et nous rappelle notre récent passé politique et tous les événements qui ont mené Nicolas Sarkozy à la présidence. A lire en serrant les dents tant le milieu du pouvoir est terrible !

JR

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom,el diablo,pozla,miaw,ankama,monkey bizness,monkey,bizness

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

_______________________________________________________

joe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom,el diablo,pozla,miaw,ankama,monkey bizness,monkey,bizness,chirac et sarkozy,politique,le grand et le petit,casterman,barré,krassinskyjoe benitez,martin montiel,marcia chen,mechanika,lady mechanika,glénat,jaxom,el diablo,pozla,miaw,ankama,monkey bizness,monkey,bizness,chirac et sarkozy,politique,le grand et le petit,casterman,barré,krassinskyMisty Mission T2 En enfer comme au paradis.
Dessin et scénario : Michel Koeniguer.
Éditeur : Paquet (collection cockpit)
Sortie : avril 2017.
48 pages.

 

 

 

Automne 1967.
Retour dans la chaleur étouffante et moite de l’Asie du sud-est. Josh et Nick traquent tous deux un ennemi invisible. L’un aux commandes de son F-100, cherchant à repérer toute activité sur la piste Hô-Chi-Minh, et l’autre dans la jungle avec ses équipiers.
La guerre du Vietnam comme si vous y étiez, voilà Misty Mission. Une BD qui résonne comme le clairon du matin avec une belle immersion dans cet enfer vert. On traque Charlie mais utiliser un F-4 Phantom pour trouver un ennemi invisible, ce n’était pas gagné d’avance. Si vous aimez le sujet, ne vous privez pas de ce titre surtout que le dessin proposé par Michel Koeniguer va vous décoiffer le casque.

a07-3e78901.gif

 

Samba.

15/03/2017

The last contract

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017Scénario : Ed Brisson
Dessin : Lisandro Estherren
Éditeur : Ankama
112 pages
Date de sortie :  3 mars 2017
Genre : polar, thriller

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Après une vie passée comme tueur à gages, un vieil homme profite d’une retraite paisible en compagnie de son chien. Mais lorsque la liste de ses contrats pour un boss mafieux est révélée par un mystérieux maître-chanteur, il est obligé de faire face aux démons du passé et de revenir aux affaires. Alors qu’il se bat pour survivre et protéger ceux qui sont exposés par cette liste, le vieux tueur fait tout pour découvrir l’identité du maître-chanteur, sans se soucier de ce qui l’attend au bout du chemin.

 

 

 

"Encore ? J'en ai ma claque de voir des gens sortir des flingues."

 

 

 

Mon avis

 

Après avoir écrit des récits de science-fiction ou d'anticipation (Sheltered, Comeback, Cluster), Ed Brisson, qui a commencé sa carrière d'auteur de BD comme lettreur freelance, se met au bon vieux thriller noir. Mélangeant road trip et histoire de vengeance, cet album est loin de révolutionner le genre mais reste très efficace grâce à une dynamique narrative soutenue, un rythme endiablé et des dialogues bien piquants. Pas un instant de répit n'est accordé aux protagonistes et au lecteur. Les balles fusent, le sang coule allègrement et les actes de violences deviennent quasiment la norme ... Comme dans les films de Tarantino ou de Scorcese, Ed Brisson ne s'embarrasse pas et n'a pas l'intention de faire dans la dentelle. Après tout, c'est bien logique, nous avons affaire à des tueurs de la pire espèce qui même après 20 ans de retraite ont gardé leurs vieux réflexes.

Dommage que dessin et couleur ne soient pas à la hauteur. Le trait approximatif de Lisandro Estherren n'est pas des plus attirants et donne une impression trop brouillonne. Les couleurs blafardes enfoncent le clou et font penser à une BD des années 80 ... Pas top !

The last contract, c'est une histoire de papy flingueur efficace et sanguinolente qui aurait bien supporté une mise en image plus chatoyante.

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017

 

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017

 

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017

 

 

 

 

 

 

 

 


 

10/02/2017

HEART BEAT

CCF03022017_00000.jpgCCF03022017_00002.jpgScénario : Mariá Llovet
Dessin : Mariá Llovet
Éditeur : ankama 
148 pages
Date de sortie : 20/01/2017
Genre : thriller manga

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Eva est lycéenne dans l'école la plus prestigieuse de sa ville mais sa vie est un enfer : harcèlement, absence parentale, ignorance de l'être aimé. Tout n'est que cause de mal-être et de dégoût. Cependant, son existence prend un nouveau tournant lorsqu'elle assiste à un événement horrible : Donatien, le garçon le plus populaire du lycée, s'est attaqué à leur camarade Amber et a bu son sang. Fascinée par la scène macabre, Eva commence une relation dangereuse avec le meurtrier...

heart beat,maria llovet,ankama,manga,vampire,sadisme,étudiants,morbide

Mon avis

Mariá Llovet est une scénariste et dessinatrice catalane appartenant à la nouvelle mouvance de la bande dessinée espagnole. Elle est attirée par le style manga et allie à une imagination débridée un dessin très agréable avec un souci du détail dans les vues d'ensemble qui laisse béat d'admiration.

heart beat,maria llovet,ankama,manga,vampire,sadisme,étudiants,morbide

L'auteur nous conte ici une histoire macabre très proche, malheureusement, de notre réalité quotidienne. Ses jeunes gens étudiant dans une école privée très stricte sont désaxés; ils abusent de l'alcool, du sexe et des drogues comme si cela les affirmait dans leur existence. Leurs professeurs imbus de leur personne et catholiques bien pensants et leurs parents trop distants pour voir ou même imaginer leurs problèmes, état d'âme ou liaisons. Parallèlement sont présentées aussi les différences de classe sociale et l'héroïne Eva est déchirée entre une mère alcoolique et des copains de classe, Amber et son frère Mack, qui la dédaignent car leurs parents employaient sa mère comme femme de ménage!

Si vous ajoutez à cela une élève lesbienne, un garçon rêvant d'adultère avec sa sœur et un assassin buvant le sang de ses victimes tel un vampire vous aurez un cocktail explosif et un album frisant la dépravation la plus totale! 

heart beat,maria llovet,ankama,manga,vampire,sadisme,étudiants,morbide

Je ne sais pas si ces personnages reflètent la jeunesse actuelle mais, si c'est le cas, je plains beaucoup le monde à venir. Je dois être trop vieux.... Cependant si l'on se réfère au passé de l'Espagne dominée par une dictature gouvernementale et ecclésiastique on peut comprendre les obsessions de l'auteur ! (bien que les nouvelles générations n'aient plus à souffrir de cela depuis longtemps) 

JR

heart beat,maria llovet,ankama,manga,vampire,sadisme,étudiants,morbide

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

26/01/2017

Puzzle

franck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxomfranck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxomScénario : Franck Thilliez
Dessin & Couleurs : Mig
Éditeur : Ankama
216 pages
Date de sortie : 11/2016
Genre :Thriller psychologique

 

 

Résumé éditeur :

franck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxomIlan et Chloé, spécialistes des chasses au trésor, ont longtemps rêvé de participer à LA partie ultime : ce jeu mystérieux appelé Paranoïa.

Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle N°1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. Suivie de la règle N° 2 : L’un d’entre vous va mourir. Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, la distinction entre jeu et réalité devient de plus en plus difficile à établir. Paranoïa peut alors commencer…

 
Mon avis :

franck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxomFranck Thilliez adapte ici son propre roman avec le soutien de Mig aux dessins. Avec un scénario orienté thriller psychologique en mode huit clos dans un hôpital psychiatrique, on est en droit d’attendre de la tension, des personnages forts aux caractères développés et une histoire qui tient la route. Pas de chance pour nous, nous ne sommes pas - de mon point de vue - sur son meilleur roman en termes de développement de personnages et d’intensité sur les points clés de l’intrigue. C’est mou, les ficelles se voient assez rapidement et les personnages sont étrangement sous-développés. Dommage.

franck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxomMig quant à lui, nous livre un travail bien éloigné d’un Ogrest ou d’un Maskemane, mais toujours très soigné. Personnages expressifs, découpage convaincant et un gros travail sur les couleurs en bichromie. Je ne suis jamais déçu par cet artiste.

Malgré mes tendances à ratiociner, je trouve cette adaptation efficace et j’espère voir d’autres collaborations de ce type aboutir, ne serait-ce que pour faire découvrir le travail de Franck Thilliez et de Mig au grand public.

A découvrir si vous aimez Stephen King, Maxime Chattam ou Jean-Christophe Grangé pour ne citer qu’eux et si le genre vous intrigue / intéresse.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

franck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxom

 

franck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxom

 

franck thilliez,mig,ankama,puzzle,stephen king,jean christophe grangé,maxime chattam,jaxom

 JaXoM