20/09/2017

Olympus Mons T02 : Opération Mainbrace.

olympus mons.jpgolympus mons t2.jpgScénario : Christopher Bec
Dessin : Stephano Raffaele.
Editeur : Soleil.
48 pages.
Sortie : 6 septembre 2017
Genre : science-fiction.

 

 

Le résumé.
Sur Mars et sur Terre, on cherche à comprendre les anomalies qui semblent être d’origine extra-terrestres. Il en va de l’avenir de notre planète.

« Trois semaines que je n’ai plus parlé à personne, sinon à l’œil de cette caméra qui me filme. »

Olympus_Mons_3.jpg

 

Mon avis.

Si vous avez aimé le tome 1, ce 2e opus ne devrait pas poser de problème. C’est du Bec (Prométhée et Carthago) pur jus qui aime distiller son intrigue sur de nombreuses pistes. En 12 pages, on passe des vikings à la planète Mars en passant par la Russie de 1927, 1937 à l’état de New-England. C’est une sorte de journal télévisé des mystères du monde qui nous est proposé. Il ne manque plus que César, Charlemagne ou Kim Jong Un pour parfaire le tableau. On nous cache tout, on nous dit rien ! Le grand complot est bien là ! 

Coté graphisme, c’est toujours du tout bon sauf ce côté froid, aseptisé pour les émotions qui passent difficilement mais le scénario laisse-il la place à l’émotion ?

olympus mons,raffaele,bec,soleil,science-fiction,092017

 olympus mons,raffaele,bec,soleil,science-fiction,092017

 

 

 

 

 

Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif



23/08/2017

Prométhée - tome 15 - le village

prométhée T15.jpgprométhée T15_pl.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Stefano Raffaele
Éditeur : Soleil
48 pages
Date de sortie :  juin 2017
Genre : science-fiction, Fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

États-Unis, 2019, au "Village" : la résistance s'organise pour faire naître une nouvelle civilisation. Grande Bretagne, 1838 : Teki Turan, naufragé temporel, joue un rôle prépondérant dans l'étude d'un vaisseau alien crashé. Zone 51, 1959 : Hassan Turan et son équipe repartent dans les limbes du temps pour éviter l'apocalypse dont ils ont été témoins. Syracuse, -416 : l'état de siège plonge la ville dans le chaos. Un nouveau défi attend l'Humanité, car le plan alien est plus vaste que ce qu'elle pouvait redouter. 

 

 

Mon avis

Alors que cette excellente série de science-fiction aurait très bien pu se terminer avec le 12è album du premier cycle (je ne parle pas du tome 13 dont je ne comprends toujours pas l'existence, voir ma chronique), Christophe Bec a décidé de poursuivre l'aventure en démarrant un second cycle dont voici le deuxième opus. L'idée n'était pas mauvaise en soi car il y a de la matière pour un second cycle : monde post-apocalyptique, une poignée de survivants, un monde à reconstruire, des voyages spatio-temporels ... Christophe Bec a développé une œuvre riche et dense offrant beaucoup de possibilités narratives. Le problème c'est qu'on a le sentiment qu'il est prisonnier de son récit dont la trame complexe finit par l'empêcher de véritablement avancer. C'est lent, très lent, et seuls les passages d'une époque à l'autre donne un peu de rythme au récit. Et puis encore une fois, comme dans le tome précédent, c'est trop bavard et parfois très abscons, notamment les séquences se déroulant dans l'antiquité.

C'est dommage, parce qu'il y a un vrai potentiel pour un bon second cycle avec deux bonnes idées : le regroupement des survivants à l'invasion extraterrestre et la reconstruction d'une société dont on sent déjà les futurs travers, ainsi que l'équipage coincé dans les années 50 qui s’apprête à repartir dans le futur. Deux idées qui ne sont pas mises en valeur par ce scénario trop compliqué et une intrigue beaucoup trop lente.

Un bon point quand même pour le dessin réaliste de Stefano Raffaele qui est dans la même veine que sur le reste de la série : des planches bien construites, claires et lisibles (y compris celles surchargées de dialogues) avec une mise en couleur aux tons toujours parfaits.

L'entame de ce second cycle avec le tome 14 ne m'avait pas totalement séduit. Ce tome 15 ne me convainc pas plus et je suis d'autant plus déçu que le premier cycle est, lui, vraiment excellent.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

prométhée,bec,raffaele,soleil,fantastique,science fiction,062017,4/10

 

prométhée,bec,raffaele,soleil,fantastique,science fiction,062017,4/10

 

prométhée,bec,raffaele,soleil,fantastique,science fiction,062017,4/10

 

voir les autres tomes de la série

28/04/2017

Le Fulgur T1/3 Au fond du gouffre.

le fulgur.jpgle fulgur t1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Dejan Nenadov.
Éditeur : Soleil.
64 pages.
Sortie : 19 avril 2017
Genre : aventure historique.

 

 

Le résumé.
1907. Suite à une tempête, un navire voguant dans le canal du Yucatan sombre dans une fosse sous-marine avec un gros paquet d’or dans ses soutes. Un groupe de savants et d’aventuriers embarque à bord du Fulgur, un sous-marin révolutionnaire, afin de retrouver la cargaison perdue. Leur aventure va vite prendre une tournure inattendue.

« Plus impressionnant encore que Padirac »


Mon avis.

Cette nouvelle série de Christophe Bec reprend les codes des récits du XIXe siècle, dans l’esprit de 20.000 lieues sous les mers. C’est aussi une œuvre librement adaptée du roman de Paul de Sémant (1910).
Un peu dans la même veine que le château des étoiles d’Alice, on part pour la grande aventure made in Jules Verne avec un cahier des charges bien respecté par l’auteur de Prométhée, de Carthago, d’Olympus Mons et j’en passe et des meilleurs. Mais je dois bien l’avouer si vous connaissez bien ses œuvres et les romans de JV, c’est aussi sans grande surprise qu’on découvre les multiples péripéties que nos héros affrontent. Mais reconnaissons-le, c’est efficace et c’est avec envie qu’on tourne les pages.
Par contre, j’ai toujours un mal fou avec ce style de dessin charbonneux (un peu typique de l’école serbe et consorts). Ce trait me donne une sensation que le travail fut laborieux avec un rendu final très peu dynamique. Néanmoins, le 3e chapitre sauve un peu la mise. Autre point délicat, la typo utilisée pour la narration, il faut avoir des yeux de sioux pour savoir la déchiffrer avec notamment un T qui ressemble surtout à un +. La colorisation est aussi dans la même veine : terne !
En résumé je dirais que Nenadov n’a pas eu de fulgur au poing mais que Bec sauve les meubles en récitant ses gammes habituelles avec ce best-of abyssal.

le fulgur t1 bec.jpg

 

Samba

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a04-3e788e4.gif

 

a05-3e788c9.gif

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : nenadov, bec, le fulgur, soleil, 042017, 510 |  Facebook | |

17/02/2017

Olympus Mons T01 : Anomalie un

olympus mons.jpgolympus mons t1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Stephano Raffaele.
Editeur : Soleil.
56 pages.
Sortie : 25 janvier 2017
Genre : science-fiction.

 

 

 

 

Le résumé éditeur.
2026 : des phénomènes inexpliqués et étranges se produisent simultanément en différents lieux. Dans les profondeurs de la Mer Baltique, des chasseurs de trésors sous-marins découvrent ce qui semble être les vestiges d'un artefact inconnu ; dans l'Iowa, un medium est hanté par d'étranges visions dans lesquelles il visite une épave mystérieuse au fond de la mer. 


« -Tu crois qu’on est surveillés ? -Je ne sais pas mais ça ressemblait bien à une manœuvre d’intimidation. »

 

ol.jpg

Mon avis.

Christophe Bec (Carthago,Prométhée…) est décidément très fortiche quand il s‘ agit de créer du mystère, de l’angoisse ou des énigmes. Il construit ce premier tome d’Olympus Mons un peu comme une série TV moderne en éparpillant son histoire sur différents lieux et époques. Quelle est le point commun entre Colomb, des explorateurs de la mer de Barentz, des cosmonautes (fatalement russes) et un médium américain ? Aucun rapport en apparence mais…
Et comme il est aussi le roi du cliffhanger, impossible de ne pas poursuivre l’aventure même si un vertige alternobarique vous prend au dépourvu.
Un album assez costaud l’air de rien (plus ou moins une heure de lecture) grâce à des dialogues et des informations bien dosés.
Maintenant, reste à voir la qualité sur la durée. Une suite qui devrait être rapide car 2 tomes par an sont annoncés. Raffaele doit visiblement être un bourreau de travail pour tenir cette cadence de combat. Un extraterrestre qui sait ? En tout cas, un trait moderne et efficace avec une mention spéciale pour son rendu de la planète rouge, j’ai trouvé ça magnifique.
Voilà, une très bonne mise en place que ce premier opus, mais je n’en attendais pas moins d’eux dans un univers que les deux auteurs maîtrisent depuis un bout de temps.

 

olympus mons pl.jpg

 Samba

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (2) | Tags : olympus mons, bec, raffaele, science-fiction, 012017, 710 |  Facebook | |

04/01/2017

Prométhée - cycle 2 - tome 14 - les âmes perdues

Prométhée T14.jpgProméthée T14_pl.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : Stefano Raffaele

Éditeur : Soleil Production
54 pages
date de sortie : novembre 2016
genre : science-fiction

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Seule une petite partie de l’Humanité a survécu… Cette Humanité qui n’a pas voulu tenir compte des avertissements qui survenaient tous les jours à 13 heures 13, durant 13 jours. Cela aurait-il pu être évité ? Ou plutôt… Cela pourra-t-il être évité ?
En 1959, à Camp Hero, les scientifiques du projet secret Montauk voient arriver avec stupéfaction Turan, Dimbort, Lacan et Denton du XXIe siècle. Les “hommes du futur” vont devoir persuader les scientifiques du passé de la catastrophe à venir !
En 2019, de leur côté, les rares survivants de l’invasion alien tentent de survivre tant bien que mal… Pour eux, le temps est venu de brûler et d’enterrer les victimes du génocide planétaire orchestré par les extraterrestres.

 

 

Mon avis

 

Le premier cycle de Prométhée a tenu le lecteur en haleine sur 13 albums. Cette série SF brillamment écrite par Christophe Bec et dessinée par Stéfano Raffaele, est un "must have" du genre et sans doute l'une des meilleures série de ces 10 dernières années, même si le scénariste à un peu tiré sur la corde pour faire durer le plaisir.

Flirtant sur le succès de cette première saison, les auteurs ont donc décidé de poursuivre l'aventure. Pari risqué, tant les lecteurs sont exigeants et avides de nouveauté !

Fan de la première heure de cette série, ma curiosité à été piquée à l'annonce de ce 14ème tome. Mais mon enthousiasme est retombé comme un soufflé, devant un scénario compliqué, trop bavard et se perdant dans des considérations scientifico-techniques à faire pâlir de jalousie un professeur Mortimer au mieux de sa forme. Bien sûr, on est ici en face d'un album de mise en place et de démarrage d'un second cycle avec une nouvelle intrigue nécessitant quelques rappels et explications pour faire le lien avec le premier cycle. Les histoires de voyage dans le temps ne sont jamais simples à aborder, et là j'avoue avoir été vite largué.

Bref, malgré une idée de départ assez intéressante, voilà une entame de second cycle plutôt décevante qui me pousse à poser la question qui tue : était-ce bien nécessaire de poursuivre l'aventure ?

Allez, je vais rester positif en espérant une suite plus dynamique et en pariant que Christophe Bec saura exploiter comme il se doit les deux ou trois bonnes idées qu'il a amorcé dans cette nouvelle intrigue.

 

a05-3e788c9.gif



 Loubrun

 

 



 

20/04/2016

L'aéropostale, des pilotes de légende - tome 4 - Saint-Exupéry

l'aéropostale,des pilotes de légende,saint-exupéry,bec,dumas,soleil,aviation,histoire,biographie,610,032016l'aéropostale,des pilotes de légende,saint-exupéry,bec,dumas,soleil,aviation,histoire,biographie,610,032016Scénario : Christophe Bec

Dessin : Patrick Dumas

Éditeur : Soleil

52 pages

date de sortie : mars 2016

genre : aviation, histoire

 

 

 

De sa jeunesse jusqu’à l’aube de sa mort, les auteurs livrent ici un portrait insolite d’Antoine de Saint-Exupéry. Ils relatent des évènements connus de tous, comme sa carrière dans l’Aéropostale ou encore son union avec Consuelo de Saint-Exupéry, mais aussi des faits plus secrets : son intérêt pour l’hypnose, l’occultisme ou encore l’accident d’hydravion qui faillit lui coûter la vie.

 

"Je vous préviens, ça va être dur ! Et je suis dur avec tous les pilotes, sans exception ! Mais c'est un service à vous rendre"

 

Poursuivant la belle collection consacrée aux pilotes qui ont fait la légende de l'Aéropostale, ce quatrième opus nous raconte l'histoire d'un personnage plus connu pour sa contribution au patrimoine culturel et littéraire français. Traduits dans le monde entier, Vol de nuit et Le Petit Prince , pour ne citer que les plus connus, ont rendu Antoine de Saint-Exupéry immortel. Pourtant, il s'est d'abord fait remarquer dans l'aviation en tant que pilote chevronné bien que réputé distrait.

Né en 1900, il fut passionné dès son plus jeune âge par l'aviation qui était alors en plein essor. En sortant de l'école, il se rend sur les terrains d'aviations et questionne sans relâche les pilotes. Adolescent, il se payera un baptême de l'air et finira par apprendre à piloter lors de ses premiers pas dans l'armée. Il rejoindra enfin la compagnie Latécoère, célèbre pour ses hydravions qui acheminaient le courrier en Afrique de l'ouest puis en Amérique du Sud. Sous la direction du pionnier de l'aviation de Didier Daurat, il sera formé à la dure en occupant tous les postes au sol avant de prendre les airs.

Christophe Bec raconte en accéléré cette période riche en aventures de la vie de Saint-Ex. Si les évènements se succèdent un peu trop rapidement, l'auteur a la bonne idée de parsemer son récit de quelques faits méconnus comme l'intérêt de Saint-Ex pour l'hypnose et l'occultisme ou encore cet accident d'hydravion qui faillit lui couter la vie et dont on suit l'évolution tout au long de l'album comme un fil d’Ariane.

Patrick Dumas illustre cette histoire de son trait classique et détaillé en remplissant ses planches de cases serrées mais néanmoins très lisibles. Les décors grandioses ne manquent pas pour autant, avec une mention spéciale pour la double page où Saint-Ex tombe en panne en plein désert évoquant avec simplicité et poésie Le Petit Prince.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

 

11/04/2016

Deepwater prison - Tome 3 - Évasion

deepwater prison, bec, raffaele, soleil production, anticipation, prison, fantastique, trhriller, 7/10, 02/2016deepwater prison, bec, raffaele, soleil production, anticipation, prison, fantastique, trhriller, 7/10, 02/2016Scénario : Christophe Bec
Dessin : Stefano Raffaele
Éditeur : Soleil
48 pages
Sortie : février 2016
Genre : thriller, anticipation

 


 

Stewart et ses compagnons d'évasion mettent à exécution leur plan pour s'échapper de cette énorme boite de conserve échouée à 900 mètres de profondeur. La clé de la porte de sortie, c'est Elaine Rosenberg, la représentante du gouvernement chargée d'enquêter sur le naufrage de la plateforme pétrolière. Alors qu'ils la prennent en otage, celle-ci n'oppose aucune résistance et semble prête à collaborer avec les fugitifs. Elle a découvert que la Prométheus Oil et le directeur de la prison faussaient les résultats de son enquête pour préserver leurs intérêts.

 

"Je vois autour de moi une dizaine d'objets qui vous paraissent anodins mais avec lesquels je pourrai vous tuer en une fraction de seconde !"

 

Dans un final oppressant et glauque à souhait, Christophe Bec conclut cette aventure abyssale de belle manière mais sans grande surprise. L'explosion de la cocotte minute pressentie dans le tome 2 n'a pas vraiment lieu, bien que l'exécution du plan d'évasion soit soumis à quelques situations des plus sordides et non dénuée d'action et de rebondissements. La narration tourne essentiellement autour de l'évasion et les manœuvres mises en place pour contrer la représentante du gouvernement ne sont pas suffisamment développées. Il y a pourtant matière à faire quelque chose d'explosif avec ce mélange de cynisme exacerbé des toutes puissantes compagnies pétrolières et la déshumanisation sordide et sans morale qui règne dans les prisons laissées en quasi auto gérance. Bref, j'aurais aimé voir un télescopage plus franc entre les deux intrigues développées depuis le début.

On s'interroge aussi dans ce tome 3 sur l'utilité d'avoir introduit un pseudo suspense autour des monstres marins présents dans le premier tome. Leur présence ne sert pas vraiment le scénario si ce n'est à mettre un obstacle supplémentaire dans le plan d'évasion, et comme faire valoir pour la cause écologiste.

Graphiquement, cet album est dans la lignée des deux précédents et le talent de Stefano Raffaele n'est plus à démontrer. Le style hyper réaliste donne des planches assez froides, ce qui colle parfaitement à ce récit, auquel le découpage et les cadrages serrés donnent tout le rythme et le mouvement qu'il faut.

Si ce troisième tome déçoit un peu, les trois albums forment un ensemble cohérent pour un bon thriller d'anticipation oppressant, violent, angoissant, comme sait si bien les faire Christophe Bec. A déconseiller toutefois aux claustrophobes !

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

 

 

16/03/2016

Bikini Atoll

bikini atoll.jpgbikini.jpgDessinateur : Bernard Khattou.
Scénariste : Christophe Bec.
Editeur : Glénat Comics.
Sortie : 09 mars 2016.
128 pages.
Genre : Epouvante.

Le dernier endroit où faire du tourisme !

Un groupe de touristes part pour un séjour dépaysant au cœur du Pacifique sur l’atoll de Bikini, qui a donné son nom au fameux maillot deux-pièces. Théâtre d’un essai atomique au sortir de la Seconde Guerre mondiale et abandonné depuis, le lieu offre son lot de sensations fortes ! Au programme : soleil, plages de sable fin, cocotiers, mais aussi épaves de navires militaires, bunkers désaffectés et hordes de requins carnivores... Une mine de trésors cachés que leur guide, Malaval, promet de leur faire découvrir en détail. Sauf qu’il ne leur a peut-être pas tout dit... Car les lieux semblent moins inhabités qu’il le prétend. Et nos vacanciers sont loin d’imaginer quelles horreurs se cachent derrière ce cadre idyllique...

« Un bateau de touristes va venir ? ».

Mon avis.
Bernard khattou et Christophe Bec avaient inauguré la collection Flesh & Bones avec Sunlight, les voilà qui nous reviennent avec un nouveau jeu de massacre sur l’atoll de Bikini. On peut dire ce que l’on veut de Christophe Bec mais quand il est question d’instaurer une ambiance horrifique ou effrayante, le gars est réellement fortiche.
Avec ce nouvel album, il nage donc dans son élément. Il faut dire que le lieu des premiers essais nucléaires des USA est habillement choisi. C’est à la fois un endroit idyllique et terriblement dangereux pour sa radioactivité. Fatalement, tout y est possible dans notre imaginaire et l’auteur français ne s’en prive pas.
On débute l’histoire en faisant connaissance avec les vacanciers, ensuite la tension monte petit à petit jusqu’à l’emballage final.
L’ensemble est sans réelle surprise mais on savoure ce petit frisson à la lecture. Le jeu consiste souvent à miser sur quel personnage sera le survivant.
Le dessin de Khattou en noir et blanc convient parfaitement à la collection Flesh & Bones (du comic réalisé par des auteurs européens). Son trait avec un contraste bluffant est dans la droite ligne des bons auteurs US comme Moore ou Adlard .
Un programme très sea sex & gore pour une lecture à la fois plaisante et flippante.

Verso_273938.jpg

 

a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gif Global.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter .

 

08/03/2016

Prométhée - Tome 13 - Contacts

prometheeT13.jpgprometheeT13-1.jpgScénario : Christophe Bec
Dessin : collectif *
Éditeur : Soleil
48 pages
sortie : janvier 2016
genre : science-fiction, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Au cours de l’Histoire, de nombreux indices ont été disséminés sur toute la surface du globe par l’entité alien mais… personne n’a su les déchiffrer à temps ! L’humanité a par conséquent été méthodiquement exterminée après l’invasion extraterrestre ! Découvrez les signes annonciateurs du désastre dans cet album collectif exceptionnel.

 

prométhée,bec,raffaele,roudier,servain,gnoni,démarez,alberti,bonetti,toulhoat,soleil productions,fantastique,science-fiction,410,012016

 

Mon avis

Cet album, présenté comme une préquelle à la série de 12 albums déjà parus, est constitué de 8 récits se déroulant à différentes époques allant de plusieurs dizaines de milliers d'années avant Jésus Christ à nos jours. Chaque histoire est illustrée par un dessinateur différent. De styles différents et de qualité assez inégale, ces histoires se suivent de manière chronologique, nous montrant que la présence extraterrestre ne date pas de la dernière pluie, et qu'à chaque fois cette présence a été vue et jamais comprise.

Christophe Bec a su créer une série de science-fiction originale, inquiétante et pleine de mystères, et a réussi a fasciner le lecteur pendant 12 albums. Avec ce treizième opus, on a un peu le sentiment de se faire arnaquer. Ces historiettes n'apportent rien à l'ensemble de la série, mis à part le très mince fil rouge de l'album se passant de nos jours et dans un futur proche, que l'on peut lire dans le prologue et l'épilogue.

On a le sentiment que Christophe Bec tente ici d'ajouter des éléments qu'il n'a pu glisser dans les 12 albums du premier cycle. Mais, s'il ne les a pas mis avant, c'est qu'il ne les jugeait pas indispensables. Alors pourquoi ce treizième album ? Le chiffre 13 ayant de l'importance dans le scénario, on aurait pu s'attendre à un tome plus consistant du point de vue du scénario comme de celui du dessin.

Fan de la première heure de cette série, j'avoue ne pas comprendre l'existence de ce treizième tome tel qu'il est, si ce n'est de faire patienter le lecteur avant le lancement du deuxième cycle. On aurait pu patienter sans.

Pour finir sur une note positive, notons tout de même la magnifique couverture réalisée par Denis Bajram.

 

a04-3e788e4.gif

 

 

Loubrun

 

* les dessinateurs ayant participé à cet album : Stefano Raffaele, Emmanuel Roudier, Stéphane Servain, Laurent Gnoni, Thierry Démarez, Mario Alberti, Elia Bonetti, Ronan Toulhoat.

05/02/2016

Les tourbières noires

les tourbières noires,bec,glénat,grafica,13 janvier 2016,drame fantastiqueles tourbières noires,bec,glénat,grafica,13 janvier 2016,drame fantastiqueScénario et dessin : Christophe Bec
Editeur : Glénat
Collection Grafica
Sortie : 13 janvier 2016
64 pages – cartonné

Genre : Drame fantastique

 

 


Présentation de l’éditeur :


Antoine est un jeune photographe qui parcourt les tourbières de l’Aubrac à la recherche de clichés inédits. Alors qu’il est surpris par la rapide tombée de la nuit, il trouve par chance une vieille ferme fortifiée et demande le gîte. Le propriétaire, Baptiste, l’accueille en compagnie de ses deux molosses écumants de bave. Ce vieux chasseur acariâtre semble cacher un lourd secret de famille... Mal à l’aise, Antoine hésite à rester, quand la sublime fille de Baptiste fait son apparition : Mélodie, à la beauté aussi envoûtante que les landes de l’Aubrac...

les tourbières noires,bec,glénat,grafica,13 janvier 2016,drame fantastique


Mon avis :


Hasard du calendrier ? Voici le deuxième album que je chronique cette semaine dont le scénario est tiré d’une nouvelle de Maupassant. Il ne s’agit pas d’une adaptation fidèle d’un texte classique, mais d’une variation très libre et très personnelle réalisée à partir de La Peur, un texte considéré comme un modèle et qui effleure subtilement le genre fantastique. Christophe Bec en a fait un huis clos psychologique étouffant, un drame familial, dans un paysage exceptionnel : une vieille ferme perdue sur le plateau de l’Aubrac. Le cadrage quasi-cinématographique est parfait et impressionnant, ce qui plonge le lecteur dès les premières planches dans une atmosphère tendue et qui, on le sent, va devenir violente.

les tourbières noires,bec,glénat,grafica,13 janvier 2016,drame fantastique


Le dessin ultra-réaliste de Christophe Bec convient parfaitement pour créer ce type d’ambiance inquiétante. Sa virtuosité graphique, d’une grande précision, est rehaussée par une colorisation sombre et crépusculaire. Un cahier supplémentaire de 8 pages, en fin d'album, donne une bonne idée des étapes de la création.

les tourbières noires,bec,glénat,grafica,13 janvier 2016,drame fantastique


L’album se lit d’une traite, avec un réel plaisir. Même si la fin reste prévisible, on se laisse prendre par l’angoisse diffuse qui transpire de chaque case.

les tourbières noires,bec,glénat,grafica,13 janvier 2016,drame fantastique

 

a07-3e78901.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario


a07-3e78901.gifGlobal

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI



Skippy