01/04/2015

48H BD - Rendez-vous les 3 et 4 avril 2015!

Communiqué de presse:

48H BD,Belgique, France, 04/2014

48H BD,Belgique, France, 04/2014

48H BD,Belgique, France, 04/2014

Commentaire de samba BD:

48 H BD est une excellente initiative qui rassemble de plus en plus d'éditeurs pour une opération sur deux jours (les 3 et 4 avril 2015) dans près de 1200 librairies en France et en Belgique.

Vous aurez la possibilité de découvrir 12 bandes dessinées pour le prix symbolique de 1€! L'argent ainsi récolté permettra d'offrir des BD aux bibliothèques et aux écoles.

Pour connaître la liste des participants à l'opération, consultez le site www.48hBD.com .

Une occasion unique de découvrir la BD ou de découvrir de nouveaux albums!

Écrit par capitolbelgium dans Actualité | Commentaires (0) | Tags : 48h bd, belgique, france, 042014 |  Facebook | |

12/06/2014

D'ENCRE ET DE SANG - Tome 1/2.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.Dessin : Renaud - Scénario : Gihef –

Editions Sandawé

Sortie 04/06/2014

48 pages + dossier « Le Soir volé »

Prix conseillé : 15,00 €

ISBN : 9782930623269

2e guerre mondiale, Résistance, Le Soir, Bruxelles, Belgique

 

Résumé (de l’éditeur) : Katja est une journaliste d’origine autrichienne. Elle est également au service de la Résistance. Lors de l’été 1944, elle débarque à Bruxelles avec pour mission d’approcher Léon Degrelle, journaliste influent et sympathisant nazi, afin de permettre

sa mise hors d’état de nuire avant l’arrivée des Alliés dans la ville. Le traître s’avérant difficile à approcher, notre héroïne va intégrer le quotidien « Le Soir », principal outil de propagande de l’Occupant, pour retrouver sa piste. En parallèle, elle se voit confier une grosse affaire dont personne ne semble vouloir au journal : une série de meurtres odieux de jeunes femmes juives dont on retrouve les corps affreusement mutilés.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Mon avis : Sandawé, l’éditeur en crowdfunding (financement par les lecteurs via internet), abat une nouvelle carte importante dans son développement. Après son coup « Sara Lone » qui a marqué les esprits, voici maintenant que cet éditeur atypique édite le premier tome d’un diptyque dessiné par Renaud (Jessica Blandy) et scénarisé par Gihef. Le récit s’intéresse au « Soir volé » en 1944, à la veille de la libération de Bruxelles. Les Allemands avaient mis la main sur le journal « Le Soir » qui diffusait des informations dûment contrôlées par les occupants et de la propagande nazie.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Le financement de ce premier album (en attendant le second !) a pris du temps. Cela n’a pas été des plus simples…A quoi est-ce dû ? Renaud est et reste un grand nom de la bande dessinée belge, un nom encore « vendeur », même si sa collaboration avec Jean Dufaux n’est plus d’actualité. Mais, dans le crowdfunding, l’auteur doit donner de sa personne, vendre son produit, être présent sur le site et le blog de Sandawé pour donner envie aux lecteurs et investisseurs potentiels de miser sur son projet. Eric Arnoux, le scénariste de Sara Lone, l’a très bien compris. Il est devenu maintenant une référence, un exemple à suivre au sujet de la mise en vitrine d’un projet, alors que le tome 1 de sa série est à l’heure actuelle la meilleure vente de Sandawé et que les deux prochains tomes sont déjà financés. Il s’agit d’un nouveau marché et il faut trouver les codes d’une nouvelle communication entre l’auteur et son public, ses lecteurs. Renaud n’a-t-il pas été assez présent pour vendre son projet ? Pas assez vraisemblablement, ce qui justifie ce lent démarrage à l’allumage pour le financement ! La mise en place du présent album  dans les librairies semble bien en route et l’accueil plutôt positif d’après les premiers retours. Mais, le résultat final se mesurera sur la longueur après la parution du deuxième et dernier tome qui commence seulement son financement sur Sandawé. Espérons que le financement sera plus rapide pour éviter de devoir trop attendre pour voir paraître la suite.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Au niveau du dessin, Renaud fait du « Renaud ». Son dessin est reconnaissable entre tous, « sa patte » est là, assez classe et bien en place. Son graphisme, comme les couleurs, reste cependant dans la retenue, un peu froid…La période traitée, l’occupation de la Belgique par les nazis en 1944, « Le Soir volé », la persécution des juifs, ne laisse pas place à la gaudriole…On découvre une héroïne atypique, une autrichienne, envoyée au Soir par Berlin mais elle a des sympathies pour la cause juive. Elle joue un double jeu. Même si le lecteur connait son engagement, le scénario de Gihef reste malgré tout dans les grandes lignes et ne détaille pas plus le caractère, l’aspect psychologique  du personnage principal, Katja, qui à ce moment de l’histoire manque un peu de charisme. Mais, il faut rester clair et honnête vis-à-vis de ce premier tome, il s’agit d’une mise en place et le tome 2 devrait développer plus en profondeur le sujet. Le diptyque est donc un ensemble qu’il faudra juger sur sa totalité.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

A noter que l’album se termine par un dossier documentaire sur « Le Soir volé ». Ce dossier est développé par Daniel Couvreur, journaliste et spécialiste BD au Soir, une référence…La boucle est bouclée.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Le premier tome est une mise en bouche, l’entrée, avant, je l’espère, le plat de résistance (au sens premier) qu’est le second tome. Cet album m’a ouvert l’appétit et j’attends de dévorer la suite. Intéressant…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          7,0/10

Moyenne :          7,5/10

 

Le site internet de Sandawé: ICI.

 

Capitol

 

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

 

L’avis de Samba sur l’album : Le contexte historique est intéressant, la presse écrite sous l’occupation nazie .En plus, on situe le récit à Bruxelles. L’encrage de proximité est toujours un plus pour attirer le chaland. L’histoire est correcte, elle est à l’image de l’héroïne de Renaud, belle et froide. Par contre, on reviendra pour y trouver de l’émotion. A se demander si l’association Gihef /Renaud est des plus judicieuses ?

Samba.

 

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

27/04/2014

BAD BARTJE - Tome 1: Acta est fabula.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014Dessin : Marco Paulo - Scénario : Falzar

Editions Kennes

Sortie : 23/04/2014

49 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782875800237

Belgique, politique, humour, De Wever.

 

Résumé (de l’éditeur) : Fin des années 70. Bartje est un petit belge comme les autres.
Enfin presque…Il ne peut pas s’amuser tout à fait comme les autres car il a une mission.
Un Destin. Il le sent, il le sait. C’est lui qui va écrire l’Histoire. Et ce n’est pas une histoire belge. Ni une histoire drôle.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014


Mon avis : « Bien entendu, toute ressemblance avec des personnes existante ou ayant existé serait pure coïncidence… » C’est la phrase d’entrée que l’on peut lire sur le site des Editions Kennes qui publie cet album. Dimitri Kennes, un ancien de chez Dupuis, a lancé sa propre maison d’édition et maintenant se lance dans la publication de bandes dessinées. Nous avons donc reçu en primeur cet album belgo-belge, un peu un ovni dans le paysage belge de la bande dessinée où les albums à connotation politique sont peu nombreux, à la différence de la France où les albums ont fleuri sur Nicolas Sarkozy ou autre François Hollande.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

NDLR:"Momaaaaan, je n'sais pu djazer!":C'est du wallon. Cela veut dire: "Maman, je ne sais plus parler(wallon)".

D’abord parlons du titre. « Bad Bartje ». Une locution anglo-flamande qui veut dire en français « Le méchant petit Bart ». Pour nos amis francophones, ignorant de la politique belge, je dois maintenant passer par un plantage de décor, une explication du phénomène « Bart De Wever » car c’est de lui qu’il s’agit ici, le cauchemar de tous les partis politiques en Belgique en vue des élections qui se pointent pour le 25 mai 2014 (européenne, fédérale et régionale). On annonce un raz-de-marée en Flandres du parti de Bart De Wever, la NVA.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014Lors de la crise politique de 2010-2011 qui a duré 541 jours, où la Belgique a vécu de façon surréaliste sans gouvernement, un personnage très controversé est apparu comme le personnage central de la pièce qui se jouait au niveau politique. Il s’agit de Bart De Wever (De Wever veut dire « Le tisserand » en français). Avec son parti, la NVA, il réclame l’indépendance de la Flandre qui en a marre de subsidier la Wallonie et sa cohorte de « fainéants ». La NVA est aussi à la droite de la droite. Elle appelle au renvoi des étrangers non désirés, l’arrêt de nombreux programmes sociaux, la réduction du budget de l’Etat de 10% tout de suite, la réduction des prérogatives de l’Etat Fédéral au profit des régions et plus particulièrement la région flamande, demande la fin de la Royauté, etc…La direction de la NVA a des connections avec le FN en France, même s’il haïssent les francophones… Je vous passe les détails. Entre-temps, Bart De Wever est devenu le bourgmestre d’Anvers. Anvers est devenu le laboratoire de De Wever et de la NVA, avec des fortunes très diverses. C’est l’homme le plus populaire en Flandres et est crédité d’après les sondages à plus de 30% des voix en Flandres des intentions de vote de l’électeur flamand. Mais dans ce même sondage, 75% des électeurs de la NVA ne veulent pas entendre parler de la scission de la Belgique…Bonjour le surréalisme à la belge!

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014L’histoire personnelle de Bart De Wever vaut aussi le détour…Issu d’une famille de nationalistes flamands dont le grand-père, avait été secrétaire du Vlaams Nationaal Verbond, un parti flamand d'extrême droite de l'entre-deux-guerres, reconnu parti unique par l'occupant nazi. Son grand-père a été condamné après la guerre de 1940-1945 à la prison et à la déchéance de ses droits politiques pour collaboration avec l’occupant (les anciens parlent des « inciviques »). Cette famille a toujours milité pour l’indépendance de la Flandre et « vomit » la Belgique

Bart de Wever en 2008 et actuellement.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014(« Belgie barst ! »: Que la Belgique crève !).Bart De Wever est historien de formation et féru de l’antiquité et de l’époque romaine. Jules César, il adore. Lors de ses interventions, il agrémente celles-ci de citations latines (d’où le titre de l’album : acta est fabula).Au départ, il était obèse, une obésité presque morbide à tel point que ses médecins lui ont dit qu’il devait de toute urgence se reprendre en main. Lors de la crise des 541 jours, les négociateurs pour la formation du nouveau gouvernement

ont révélé que De Wever se goinfrait de nombreuses gaufres de Liège pendant les réunions. D’ou son surnom de l’époque. De Wever était devenu « De Wafel » (la gaufre en flamand) ce qui justifie une série de gags dans l’album. Il a médiatisé le régime draconien qu’il a suivi et il a perdu pas loin de 40 kilos en peu de mois grâce à une méthode de régime mystérieuse, pas très naturelle. On le voit courir en jogging, participer à des courses populaires…Le rondouillard De Wever se transforme radicalement pour devenir un homme mince, sec et cassant.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014Pendant les négociations politiques, il joue systématiquement la montre, critique tout, refuse les discussions à plus de deux personnes, privilégie les discussions en tête à tête, et enfin de compte enlise la situation politique de la Belgique. Bref, il sabote le fonctionnement de la Belgique, jusqu’à ce que les autres partis flamands prennent enfin leurs responsabilités et forment un gouvernement sans De Wever. La Belgique devenait petit à petit un bateau ivre, il fallait faire preuve de courage politique après 541 jours d’enlisement. Il a une science incroyable de la communication et rejette la faute sur les autres alors qu’il a tout fait pour que la Belgique ne fonctionne plus. A l’heure actuelle, il n’a rien perdu de son potentiel politique et de sa capacité de nuire à la Belgique. L’avenir nous dira la suite de son histoire après les élections du 25 mai 2014.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Dernière péripétie en date, c’est l’affaire des pandas ! Le très dynamique parc à thème « Pairi Daiza », situé en Wallonie, a négocié avec la Chine l’arrivée d’un couple de Pandas. La Chine accepte. C’est pour la Belgique un signe de confiance immense de la part de Chine qui pratique la politique des pandas comme un outil marketing de première force. Le premier ministre Elio Di Rupo en remet une couche. Il est sur le tarmac de l’aéroport à l’arrivée des deux sympathiques animaux pour les accueillir en grande pompe. Ils sont reçus comme on reçoit des hommes d’état. L’avion qui les transporte est peint spécialement pour la circonstance aux couleurs du transporteur (DHL) et du parc. Bref, grosse publicité pour Pairi Daiza qui voit ainsi récompenser son travail énorme et efficace dans l’ombre. Bart De Wever, bourgmestre d’Anvers, se réveille et apparaît dans une émission de télévision « people » déguisé en panda. Sur le ton de l’humour, il s’attaque à Pairi Daiza qui bénéficie d’un paquet de subsides wallons, de la bienveillance du premier ministre wallon qui favorise la Wallonie. Le « pauvre » mais réputé zoo d’Anvers méritait bien plus que les wallons la présence sur son territoire des deux illustres plantigrades. Bref, la Wallonie a encore une fois grugé la Flandre…De Wever crie au scandale ! La réponse de Pairi Daiza ne va pas tarder… Non, Pairi Daiza n’a reçu aucun subside et c’est le résultat de leur expertise, leurs contacts directs en Chine, de leur travail de longue haleine, leur sérieux. Le Zoo d’Anvers n’a jamais fait la moindre demande à la Chine pour avoir les pandas et en plus il bénéficie de subsides illégaux de la région flamande. Pairi Daiza donc réclame le remboursement de ses subsides par le zoo D’Anvers mais invite Bart De Wever a faire une visite en Wallonie pour rendre visite aux pandas. Il est le bienvenu ainsi que le public flamand. Voilà Bart De Wever pris au piège de sa propre rhétorique et remis à sa place. (Le communiqué de presse humoristique de Pairi Daiza : ICI).Voilà pourquoi vous trouverez des pandas dans l’album…

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Les auteurs sont Marco Paulo au dessin et Falzar au scénario. Paulo a déjà pas mal de références et de parutions dans le monde de la bande dessinée. Il a sorti la bande dessinée sur Rachida Dati en 2013 (Au nom du père) qui lui a valu un retentissement médiatique en France suite à une tentative avortée d’interdiction de sa parution. Falzar est un scénariste qui a travaillé chez Dupuis et le journal de Spirou. En 2013, il publie chez Sandawé l’album « zozoland » (chronique sur Samba BD : ICI) et « Plus belge la vie » publié à la renaissance du livre.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

L’album a été imprimé chez Lesaffre en Belgique et est très bien réalisé. La couverture est aux couleurs du drapeau national belge : noir, jaune, rouge. Il représente un Bart De Wever jeune avec un sourire sardonique, une boite d’allumette qui sort de sa poche, et la Belgique et Bruxelles en feu dans l’arrière plan. Il s’agit d’un livre d’humour. Nous sommes dans la caricature, une entreprise de dénigrement systématique qui ne va pas plaire à tout le monde. Certains parlent de « De Wever bashing ». Le principe de l’album est de raconter l’enfance du petit Bartje. Tout au long des planches, Bartje cherche une victime, rejette la faute sur l’autre, passe pour un monstre sans cœur qui a une destinée bien tracée. La série est actuellement en prépublication dans les journaux du groupe Sud presse, le plus important groupe de presse belge en francophonie. La presse flamande en a fait écho et reste à ma grande surprise sur la réserve, restant très zen et polie envers l’album. Mais à ce jour, l’éditeur n’a pas trouvé d’éditeur flamand d’accord de publier l’album en néerlandais. Certains disent qu’en Flandres, De Wever fait peur et que certains libraires et commerciaux craignent des vitrines brisées si l’album est exposé.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Le dessin est dans le plus pur style franco-belge. C’est classique. Le personnage est bien croqué. On peut y voir d’autres politiques flamands (Wout, Kris, Flupke,…). J’ai d’abord lu planche par planche l’album via le journal « La Meuse ». Je n’ai pas trouvé l’album très top. Des gags répétitifs, un peu basiques parfois, très « premier degré ». Par la suite, après avoir reçu l’album à la maison, j’ai relu les gags dans leur continuité et je dois reconnaître que cela forme ainsi un album plus compact, plus cohérent. Certains gags m’ont bien plu mais ce n’est pas non plus la 7e merveille du monde. C’est un très bel objet « marketing » qui sort à un moment bien choisi, un mois avant les élections, qui sera en librairies et en grandes surfaces du coté francophone sous les feux de l’actualité. Les Editions Kennes y ont vu un excellent coup, ils savent y faire…

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Vous aurez compris que, pour moi, ce n’est pas un album qui « déchire » mais il s’agit d’un produit dans l’air du temps. Je ne vais pas parler d’un album « gentil » mais plutôt « vénéneux ». Le journal flamand «De Standaard » parle d’un petit Nicolas en négatif. C’est flatteur mais avec la poésie en moins et cela fait une grosse différence. Je pense que l’album va fonctionner mais quand je vois la mention « tome 1 », je me pose quand même des questions…J’ai même vu un site en faire un « coup de cœur » mais il s’agit probablement aussi d’un effet marketing…Certains sites spécialisés en bande dessinée trouvent tous les albums qui sortent extraordinaires, ce n’est pas le cas sur Samba BD…A livre atypique, chronique fleuve, voilà le résultat de mes cogitations…Chacun se fera son avis. Je me demande si l’album sort en France…Il faudra poser la question à l’éditeur…

 

Dessin :            7,0/10

Scénario :          6,0/10

Moyenne :          6,5/10

 

Liens vers le site de l’éditeur Kennes : ICI.

Liens vers Wikipédia sur Bart De Wever : ICI.

Liens vers Wikipédia sur la crise politique belge de 541 jours : ICI.

Bart De Wever déguisé en panda : ICI.

Lien vers le site de Pairi Daiza : ICI.

 

Capitol

 

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

 

 

04/07/2013

LES DIABLES ROUGES - Tome 1: Destination Brésil.

Couv_190971.jpgPlancheA_190971.jpgDessin Bercovici - Scénario: André Lebrun

48 pages

Editions Joker

Sortie le : 03/06/2013

Prix : 13,00€

ISBN : 9782872655274

Humour, Football, Belgique.

 

Le résumé de l’histoire (de éditeur) : Dernière ligne droite pour atteindre le "grââl " des supporters des DIABLES ROUGES : une participation à la phase finale de la coupe du monde au Brésil en 2014. Marc Wilmots a resserré les boulons, les joueurs sont motivés, les sympathisants des Diables répondent en masse. Chez Marieke, local d'inconditionnels tricolores, Swatche, Kamiel et Fernand fourbissent leurs armes, leurs légitimes espoirs et partagent leurs souvenirs. Avec humour et ... conviction ! C’est aussi l'occasion de revenir sur les points forts, riches en anecdotes et en émotions, de ce début de campagne. Tous ensemble ... tous ensemble ... ! 

1306292055260001.JPG

Mon avis : La fièvre monte déjà en Belgique à un an de la Coupe du Monde de Football au Brésil. Depuis 2002, l’équipe nationale belge n’a plus été qualifiée pour une phase finale. La longue attente fait monter de plus en plus la pression. D’autant plus que les Belges se sont découverts une génération dorée de jeunes joueurs talentueux qui en veulent et qui s’exportent maintenant vers les plus grands clubs de la planète. La Fédération Belge de Football y voit une formidable occasion de se refaire une virginité sportive, de remplir à nouveau les caisses qui s’étaient méchamment vidées, de faire rêver à nouveau le Belge moyen, de relancer l’unité nationale mise à mal par la classe politique et j’en passe, et des meilleures…

1306292056280001.JPG

Le marketing n’est pas en reste. Grâce à des actions bien ciblées, les « Diables Rouges » (nom donné à l’Equipe Nationale Belge de Football) qui jouaient devant des banquettes vides il y a un an, jouent maintenant à guichets fermés. On s’arrache les billets. Le prochain match amical contre la France aura lieu  à Bruxelles au mois d’Août 2013. Les tickets se sont vendus en 15 minutes ! La machine du merchandising est en route. Plus un seul maillot des Diables n’est disponible dans les commerces en cette fin juin. On va ressortir le « Grand Jojo » (un « Peï » de Bruxelles qui vient de signer chez Universal) pour chanter un nouvel hymne à la gloire des Belges au Brésil. Numéro 1 au hit parade assuré en Belgique… Et puis, ils ont pensé à sortir une bande dessinée ! Il ne manquait plus que celle-là. Elle est déjà en tête de gondole partout dans les librairies, les grandes surfaces,… Même à la côte belge (ou plutôt flamande), j’ai vu l’album en vitrine entre le dernier « Léonard » et les « Lapins crétins ». N’écoutant que mon esprit d’ouverture et d’aventurier, j’ai acheté l’album, peut-être pour vous éviter de faire la même connerie…

1306292058540001.JPG

Bercovici  au dessin, on connaît (les femmes en blanc, etc…) C’est un pilier des séries d’humour. Le dessin d’humour, c’est quelque chose qu’il connaît. C’est maîtrisé. Je n’ai qu’un grief, certains personnages ne sont guerre ressemblants. L’entraîneur Marc Wilmots de l’album ne ressemble que de très loin au vrai. Certains joueurs sont plus réussis que d’autres. Bref, Bercovici aurait peut-être dû travailler un peu plus ses caricatures. Mais je suspecte que les délais étaient très brefs pour boucler l’album. Il devait être sorti pour le « fan day » avec la grosse vente à l’appui, avec moult dédicaces des joueurs. Cela veut dire directement un gros tirage et des rentrées importantes pour les auteurs, l’éditeur et la Fédération.

1306292100420001.JPG

Le scénariste André Lebrun (inconnu au bataillon pour ma part, scénariste de la série « Les Rouches », sur les supporters du Standard de Liège) raconte la dernière année des Diables Rouges. Il caricaturise le discours à contre-courant de l’entraîneur Marc Wilmots, parlent des défis des diables rouges à leurs supporters,... C’est bon enfant, mais rien de bien transcendant. J’ai plutôt souri par moment que ri à gorge déployée. C’est un peu lourd avec de grosses ficelles : les petites blagues du foot. Je crains même que les non initiés (nos amis français) n’y comprendront pas grand-chose…Trop belgo-belge !

1306292102190001.JPG

Et dire que c’est le tome 1… Cela veut dire qu’il y en aura d’autres…C’est pas avec un album pareil qu’on va être champion du monde mais on s’en fout. Et viva Brasil !

 

Dessin :           

Scénario :        

Moyenne :         

Capitol.

1306292054390001.JPG

22/01/2013

BD ET PHILATELIE (4): Un nouveau timbre belge KID PADDLE

Le 21 janvier 2013, BPOST (la poste belge) sort son timbre « Philatélie de la jeunesse » consacré à Kid Paddle dessiné par le dessinateur bruxellois Midam. A l’image de ses albums, Kid Paddle bénéficiera d'un technique spéciale de vernis brillant.

Je vous reproduis ci-dessous l’article tiré du magazine de Bpost intitulé « Philanews », le magazine pour les passionnés des timbres postes, qui traite de cette nouvelle émission. Vous y trouverez aussi toutes les données techniques.

1301132051420001.JPG

1301132052040001.JPG

10/09/2012

BD et philatélie (3)

This is Belgium : Belgique, pays de la BD

L’édition « Belgique, pays de la BD » met un point final à la série « This is Belgium », une superbe série qui fête son dixième anniversaire. La poste belge possède en effet une longue tradition dans l’émission de timbres consacrés à la bande dessinée et c’est un succès indéniable. Depuis des décennies, la BD belge conquiert le monde. Aujourd’hui, pas moins de 700 auteurs de BD sont actifs en Belgique. A la fin des années ’80, bpost a dédié chaque année un timbre spécial à un personnage de BD dans la série « Philatélie de la jeunesse ». Dès 1994, bpost, avec le soutien du Centre Belge de la Bande Dessinée,  s’est lancée dans la diffusion et la promotion des « Philabédés », une façon attrayante de présenter l’auteur du personnage choisi par le timbre et son œuvre. Avec l’émission « Belgique, pays de la BD », bpost entend rendre hommage aux plus grands auteurs belges de bande dessinée. Dix dessinateurs belges parmi les plus influents et les plus renommés ont été sélectionnés. Ils sont issus de part et d’autre de la frontière linguistique. Le livre fournit donc un bel aperçu de tous les timbres postes belges dédies à la BD depuis 1979.Un véritable must pour les collectionneurs !

1209091613380001.JPG

Cette édition a un tirage limité. L’édition standard est avec une « soft cover » (brochée). L’édition de luxe numérotée, « hard cover » (cartonnée), est une véritable aubaine pour les collectionneurs : elle propose un exemplaire de tous les timbres et feuillets consacrés à la BD, y compris celui de l’émission « Belgique, pays de la BD ». Publié à 700 exemplaires seulement (400 en français, 300 en néerlandais), c’est un must pour les philatélistes et amateurs de BD.

Le livre « Belgique, pays de la BD »  est au prix de 14,95€ en version standard et à 195€ en édition de luxe. Quand on aime, on ne compte pas…

1209091614080001.JPG

Écrit par capitolbelgium dans BD et philatélie | Commentaires (0) | Tags : bd, philatélie, timbre, belgique, this is belgium, bpost |  Facebook | |

11/02/2012

LES TEMPS NOUVEAUX - Tome 2/2: entre chien et loup

150624_c.jpgPlancheA_150624.jpgDessin & scénario: Warnauts  & Raives

Editions Le Lombard

Collection: Signé

Sortie : 13/01/2012

64 pages

Prix conseillé : 14.99 €

Histoire, 2e guerre mondiale, société, Belgique

 

Résumé (de l’éditeur: 1944. La guerre est terminée, mais cette nouvelle page qu'est la Libération s'écrit toujours en lettres de sang. Procès hâtifs des inciviques, vengeances personnelles et vieilles rancoeurs sont légion. Dans le petit village de La Goffe, Thomas Deschamps voit les G.I. remplacer les Allemands dans les chambres de sa petite auberge, sans savoir quel accueil il réservera à Charles, son collabo de frère. Petit à petit, les survivants reviennent à La Goffe, changés à tout jamais, abîmés parfois, par ces Temps Nouveaux qui voient les certitudes se brouiller un peu plus chaque jour. Mais Charles, lui, ne rentre pas...

 

 

205123.JPG

 

Mon avis : Le deuxième tome de ce diptyque vient enfin de paraître au Lombard. Nous retrouvons nos personnages (enfin presque tous) à la libération. Charles, le frère de Thomas, n’a plus donné de nouvelles et est considéré comme collabo. Mais différents événements vont jeter le trouble sur les activités de Charles pendant la guerre. Plutôt que la joie de la libération, c’est le questionnement et le repli sur soi…

205234.JPG

Warnauts et Raives ne nous ont pas vraiment décrit les années de guerre, ont occulté ces années de plombs. Juste des rumeurs à la libération, des jugements hâtifs, vieilles rancoeurs, jalousies, la populace qui ne fait pas dans le détail, des cœurs déchirés, des âmes en peine et surtout des questions sans réponses. Petit à petit, le lecteur va devoir progresser dans le récit en revoyant sa première approche. Les auteurs jouent,  à dessein, avec les sentiments du lecteur et distillent ça et là des éléments qui vont faire éclater en fin d’album la vérité ou du moins une certaine vérité. Le scénario est très bien amené et pose bien le problème de la collaboration et de la résistance à l’occupant en fonction du temps, des événements et des intérêts particuliers de chacun.

205548.JPG

Cet album n’est pas seulement une histoire sur la guerre 40-45 mais est aussi une analyse psychologique des différents personnages plongés malgré eux dans une véritable tragédie humaine. Héros ou traître ? Traître ou héros ? Voilà la question et la pierre angulaire de ce récit très bien mené. Le dessin est à la hauteur du défi et nous décrit magnifiquement les Ardennes liégeoises. Un bien bel album !  

 

Graphisme :   8,0/10

Scénario :     8,0/10

Moyenne :     8,0/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

205714.JPG

11/09/2011

11 septembre 2011

110911.png

06/08/2011

Les nouveaux maîtres du monde

notededieu.png

17/07/2011

Etape en montagne

coldesaccords.png