23/02/2017

Roma

cov.jpg3.jpgTome 5 – à l’origine du mal

Dessin : Régis Penet

Scénario : Didier Convard, Gilles Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions Glénat

Collection Grafica

64 pages – cartonné

Parution : 01 février 2017

Péplum historico-fantastique

 

Présentation :

Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

306. Constantin Ier règne sans partage sur un empire s’étendant de la mer du Nord à l’Orient. Samère, Hélène, fervente chrétienne, le pousse à la conversion et à imposer la religion du Dieu unique à tous ses citoyens. Les familles Leo et Aquila sont toujours les gardiennes et les garantes de la stabilité du Palladium, mais elles doivent désormais célébrer leur culte de manière clandestine. L’Empereur vient de fonder une seconde capitale pour l’Empire Romain d’Orient : Constantinople. Sous la pression de sa mère, il impose la religion chrétienne. Pour ce faire, il crée auprès des Romains un épouvantail qui les poussera à embrasser sa foi : il invente le Diable ! Il trouve dans l’antique culte du Palladium un bouc émissaire tout indiqué, et monte une machination pour désigner cette ancienne croyance, ainsi que ses adorateurs, à la vindicte populaire. Mais Ker, la déité prisonnière de la statue, usera de tous ses pouvoirs maléfiques pour briser les plans de l’Empereur...

1.jpg

Mon avis :

Cet album clôture le premier cycle de la série, celui consacré à la période de l’Antiquité. Régis Penet qui était au dessin du 1er tome vient logiquement achever cette première période historique. Son style réaliste reste parfaitement adapté au propos.

2.jpg

Du côté du travail des scénaristes, mon point de vue n’a pas varié : le mélange de BD historique avec un récit fantastique passe parfois difficilement. Même si l’époque était très réceptive aux croyances et superstitions, parfois complètement extravagantes, l’association de ces deux genres ne me semble pas vraiment pertinente. C’est sans doute mon intérêt pour la culture antique traditionnelle qui conditionne ma lecture. Par ailleurs, l’éclairage historique du professeur Bertrand Lançon en fin de tome vient contrebalancer ma perception. Une fois de plus, son dossier apporte nuances et précisions sur le contexte, ce qui invite à une relecture plus attentive et plus sensible à la démarche des auteurs. La série est donc intéressante et ouvre des possibilités de questionnement sur l’état de nos connaissances historiques des grandes étapes de l’histoire romaine. Cette stimulation à la réflexion critique agrémente un récit dessiné de manière académique et dont la lecture reste un bon moment de plaisir.

4.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

Skippy

01/10/2016

Saint-Barthélemy

001.jpg004.jpgTOME 1 – SAUVETERRE

Scénario : Pierre Boisserie, Eric Stalner

Dessin : Eric Stalner

Editeur : Les Arênes BD

64 pages - cartonné

Parution : 24 août 2016

Historique

 

Présentation de l’éditeur :

« Arrive un moment où la question de tuer au nom de Dieu  ne se pose plus…

   Nous tuons, nous prions… et nous recommençons… »

003.jpg

Les guerres de Religion gangrènent la France dans sa totalité.

Le fanatisme s’instille patiemment, incontrôlable, dévastateur, aveugle.

En 1562, Élie de Sauveterre, un jeune protestant, rejoint l’armée du prince de Condé pour retrouver son frère et sa sœur enlevés par les papistes. Des premières escarmouches au déchaînement ultime de la Saint-Barthélemy, emporté comme les autres par cette vague de violence frénétique, il sera bien malgré lui le héros de cette histoire-là.

002.jpg

 

Mon avis :

Le scénario dévoile une des pages les plus sanglantes de l’histoire de France : la nuit de la Saint-Barthélemy (24 août 1572). Radicalisme et barbarie sous prétexte religieux restent des thèmes décidément bien actuels ! Dans cet opus, le mélange de fiction et de réel, y compris l’aspect didactique, est bien dosé et rappelle en partie la trame du film La Reine Margot de Patrice Chéreau, adapté du roman éponyme d’Alexandre Dumas. Au-delà des faits du cadre historique, la progression dramatique, centrée sur les malheurs de la famille de Sauveterre, est habilement menée. Le lecteur est plongé dans un feuilleton de cape et d’épées, les pages tournent vite au rythme d’un récit épique.

005.jpg

Le dessin souligne justement les émotions, les reconstitutions d’époque sont très réussies et l’atmosphère, toute en tension et en anxiété délétère, imprègne durablement la lecture.

006.jpg

Saluons ici l'éditeur Les Arènes qui continue de développer son catalogue BD avec autant d’audace que de discernement.

 

 a08-3e78906.gif     Dessin

a08-3e78906.gif      Scénario

a08-3e78906.gif      Moyenne

 

Le site internet des Editions Les Arênes : ICI

 

Skippy.

 

28/09/2016

Roma

1.jpg2.jpgTome 4 - La chair de mon sang

Dessin : Christian Gine

Scénario : Didier Convard, Chantal Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions : Glénat

Collection : Grafica

64 pages – cartonné

Parution : 14 septembre 2016

Péplum historico-fantastique

 

Présentation :

Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

An 37. Caligula, l’empereur fou, règne sur Rome par le sang, le viol, et la terreur. Il est habité par des visions envoyées par le Palladium qui le convoque et l’appelle. Mystifié par l’idole, il découvre la jeune vestale Aquilina en laquelle il croit retrouver sa défunte sœur Drusilla, dont il est toujours éperdument amoureux. Caligula fait trembler le Sénat et s’enfonce dans la paranoïa. Ker, la déesse enfermée dans le Palladium veut profiter de la démence de l’Empereur pour s’extraire de sa gangue d’orichalque et libérer enfin les ténèbres, puis se venger des Dieux et des Hommes. La très vieille vestale Laena peut seule s’opposer au Palladium et à Caligula, repoussant ainsi pour un temps la Malédiction.

3.jpg

Mon avis :

Petit rappel : à l’origine, Roma est une idée de Gilles Chaillet. Après sa disparition en 2011, Chantal Chaillet, son épouse, avait souhaité que ce projet puisse être développé et mené à terme. Elle a fait alors appel à Didier Convard, aidé par Éric Adam et Pierre Boisserie, pour finaliser les scénarios de cette immense fresque supposée couvrir l’histoire de Rome, de l’Antiquité à 2030, en terminant par un épilogue de science-fiction. A chaque album devait correspondre une époque et un récit indépendant.

5.jpg

Roma se présente donc comme une grande saga historico-fantastique de 13 albums, construite autour de la malédiction du Palladium. À raison d'une parution semestrielle, chaque album, formant une histoire complète et réalisé par un dessinateur différent, a pour cadre un épisode célèbre de l'histoire de Rome. Pour le premier cycle des 5 récits couvrant la période antique, un cahier historique préparé par Bertrand Lançon, spécialiste de la période romaine, vient systématiquement compléter l’ouvrage.

4.jpg

La Chair de mon Sang est donc le quatrième tome. Un titre qui en résume parfaitement le contenu avec la folie de Caligula expliquée par l’emprise du Palladium. Sexe et violence sont au menu pour les dernières heures du tyran. C’est avec plaisir que le dessin semi-réaliste de Christian Gine nous rappelle sa collaboration avec Chaillet sur les Les boucliers de Mars et sa superbe vision de la Rome antique.  

6.jpg

Le cahier documentaire de Bertrand Lançon, historien et professeur émérite d'Histoire romaine à l'Université de Limoges, vient apporter une heureuse et  indispensable touche à la bonne compréhension du contexte historique. Il fait une très intéressante mise au point sur les différentes manières dont le mythique Caligula fut perçu dans les plus ou moins récentes productions romanesques et cinématographiques. Il s’essaie à un plaidoyer pour la BD historique et nous conseille une bibliographie de quelques ouvrages pour nuancer nos connaissances du sujet. Le tome 5 dont l'action se situera en 326  abordera, je suppose, la conversion de l'empereur Constantin au christianisme. Une lecture qui s'avère d'ores et déjà passionnante : quel rôle va bien pouvoir jouer le Palladium dans ce bouleversement ?

1.jpg

 a07-3e78901.gif    Dessin

a07-3e78901.gif     Scénario

a07-3e78901.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

Skippy.


08/02/2016

Roma - Tome 3 - Tuer César

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016Scénario : Didier Convard, Pierre Boisserie, Eric Adam
Concept : Gilles Chaillet
Dessin : Annabel

Editeur : Glénat
Collection : Grafica
64 pages -cartonné
Sortie : 20 janvier 2016
Genre : Aventure, Histoire, Fantastique

 

Présentation de l'éditeur :

44 avant J.-C. La république vacille sur ses bases. Jules César, après avoir soumis les peuples de la Gaule, s'est imposé par la force comme dictateur de Rome. Aveuglé par le pouvoir, il ignore qu'en écoutant sa maitresse, la reine Cléopâtre, qui le pousse à restaurer la monarchie, il se condamne et entraînera Rome dans sa chute. Car l'Egyptienne souhaite qu'Alexandrie devienne la nouvelle capitale de l'empire et que le palladium y trône.
Mais ce projet n'est pas conforme aux noirs desseins de la statue maudite.

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016

Rome ! Une ville immortelle. Une damnation éternelle.


43 avant J.-C. César, le plus puissant des hommes, est sur le point de restaurer la monarchie à Rome et de monter sur le trône. Fou amoureux de Cléopâtre, la reine d’Égypte, il s’apprête à transférer le Palladium à Alexandrie. Un complot, initié par le Palladium lui-même, manipulant les vestales, vise à assassiner le Consul. Car l’icône souhaite demeurer dans sa crypte à Rome d’où elle puise son antique pouvoir. Une jeune vestale, Laena, fille de Furius Leo –le principal conjuré–, va tenter de sauver César, Cléopâtre et leur fils. Le Palladium utilisera tous ses maléfices pour nuire à ceux qui contrarient son dessein.
Contant le destin à travers les âges d’une mystérieuse statuette intimement liée à la ville de Rome, Roma est une passionnante fresque historique et fantastique permettant de découvrir tous les épisodes-clés de la cité éternelle, de l’Antiquité aux temps modernes.

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016

Mon avis :

À partir d’un synopsis de scénario écrit par Gilles Chaillet avant sa disparition, Didier Convard, Éric Adam et Pierre Boisserie travaillent sur cette fresque historique et fantastique consacrée à La Ville Eternelle et prévue en treize volumes avec, pour fil conducteur, la malédiction du Palladium. Soucieux de la transmission de la culture antique, je suis avec beaucoup d’intérêt la production BD dans ce domaine. Je pense que cette œuvre très ambitieuse mérite l’attention de tous les lecteurs, même si personnellement je suis un peu réticent vis-à-vis de l’aspect fantastique de l’histoire. Réticence que j’avais déjà exprimée dans ma chronique du tome 2 consacré à Hannibal. Quoi qu’il en soit, j’ai lu avec plaisir ce troisième opus, m’attachant plus à l’aspect historique qu’au côté fantastique du scénario. La reconstitution des scènes célèbres, comme l’assassinat de César au sénat ou l’exécution de Cicéron dans les jardins de sa villa, me paraît bien réussie. On peut dire la même chose des cases montrant les rues de Rome, le Forum ou les villas des riches romains.

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016

Le dessin réaliste et précis ainsi que la colorisation agréable montrent un réel respect de la documentation. A cet égard le cahier historique de Bertrand Lançon, Historien et professeur émérite d'Histoire romaine à l'Université de Limoges, vient apporter une touche indispensable à la bonne compréhension du contexte. Le lecteur passionné devra attendre 6 mois avant la parution du tome 4 qui traitera de l’époque impériale et mettra en scène Caligula. Patience donc …

 

a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gifMoyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

 Skippy.

 

23/10/2015

Roma - tome 2 - Vaincre ou mourir

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015Vaincre ou mourir

Dessin : Luca Erbetta

Scénario : didier Convard, gilles Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions Glénat

Collection Grafica

64 pages - cartonné

                                                                   Péplum historico-fantastique

 

Présentation de l’éditeur :

 

Rome ! Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

 

217 avant Jésus Christ. Rome est devenue l’une des premières puissances de la Méditerranée. Seule Carthage contrarie son hégémonie. Hannibal conduit ses armées en Italie où il défait les légions de la République romaine à plusieurs reprises, ses troupes menaçant même la ville ! Les familles Aquilia et Léo, qui seules connaissent la malédiction nichée au cœur de la statue du Palladium, arriveront-elles à lutter à la fois contre la furie des dieux et celle des hommes ?

 

Furius Léo, descendant de Léonidas, espère briser la Malédiction qui accable sa famille en remettant le Palladium à Hannibal, avec la promesse que l’icône lui apporterait gloire et pouvoir éternels. Furius est prêt à tout sacrifier pour parvenir à ses fins. Il n’imagine pas que le Palladium retournera son plan contre lui, sur fond de guerres puniques et de luttes de pouvoir, dans un combat opposant les Dieux aux hommes et le Bien au Mal...

 

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

Mon avis :

Petit rappel : Roma est une idée ambitieuse de Gilles Chaillet. À la disparition de ce dernier en 2011, Chantal Chaillet, son épouse,  avait souhaité que  ce projet puisse être développé et mené à terme. Elle a fait alors appel à Didier Convard, aidé par Éric Adam et Pierre Boisserie, pour finaliser les scénarios de cette immense fresque supposée couvrir l’histoire de Rome, de l’Antiquité à 2030, en terminant par un épilogue de science-fiction. A chaque album devait correspondre une époque et un récit indépendant. Le dessin du premier tome a été confié au convaincant  Régis Penet. 

Roma se présente donc comme une grande saga historico-fantastique de 13 albums, construite autour de la malédiction du Palladium. À raison d'une parution semestrielle, chaque album, formant une histoire complète et réalisé par un dessinateur différent, a pour cadre un épisode célèbre de l'histoire de Rome. Pour le premier cycle des 5 récits couvrant la période antique, un cahier historique préparé par Bertrand Lançon, spécialiste de la période romaine, vient systématiquement compléter l’ouvrage.

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

Au dessin pour le tome 2, Luca Erbetta  a traité le scénario en alternant de grands plans cinématographiques avec des séquences plus denses et plus rythmées. Il a privilégié les scènes de grandes batailles, avec des milliers d’hommes qui s’affrontaient, sans négliger les moments plus intimes et les émotions des personnages. Son souci du détail, en particulier pour les armes et les tenues militaires, témoigne d’une recherche méticuleuse. Ce qui donne un réel crédit à son travail.

 

Au niveau du scénario, je pense que les fans d’Histoire, dont je suis, risquent de rester encore un peu sur leur faim. Passe encore de raccrocher la chute de Troie à la création mythologique de Rome dans le premier tome. Mais faire d’Hannibal ce portrait d’un général misant sur la seule puissance de la magie du Palladium pour s’assurer la victoire me semble tiré par les cheveux. La dimension fantastique qui apparaît dans le déroulement des batailles m’a également parue incongrue. Ma vision reste peut-être trop puriste ? Le Palladium vient pourtant expliquer une énigme de l’histoire : pourquoi Hannibal, dans une position de force, a-t-il renoncé à assiéger Rome ? Astucieux, penseront sans doute certains lecteurs. Pour ma part, j’ai du mal avec cette vision pourtant bien défendue par les commentaires du dossier historique.

 

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

Cette passionnante aventure, historique et éditoriale, à l’aspect fantastique assumé, mérite néanmoins toute l’attention des lecteurs Et je me réjouis personnellement de lire les épisodes qui vont suivre dans lesquels les grandes figures historiques de  César et Cléopâtre dans le tome 3 et surtout celle de Caligula dans le tome 4 viendront se confronter à la malédiction du Palladium. 

 

 

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne

 

  Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

 

Skippy.

 

 

31/08/2014

Les Chroniques Courtes (58) Patxi Babel Tome 1 : La vague - Arelate Tome 3 : Atticus

Patxi Babel Tome 1 : La vague

 


patxi babel,dargaud,082014,0410,boisserie,abolin,surf,pays basque,vague,surfeur,mer,ocean,patxi babel,dargaud,082014,0410,boisserie,abolin,surf,pays basque,vague,surfeur,mer,ocean,
 
Scénariste  : Pierre BOISSERIE
Dessinateur  : Georges ABOLIN
Éditeur : Dargaud
Dépôt Légal : 08/2014
ISBN : 978-2205071894





Patxi Babel a 19 ans et vit au Pays basque. Sur le point de devenir surfeur professionnel, il aspire aussi à une vie d'adolescent « normal », mais son père lui laisse peu de répit. 


Le monde du surf en avant plan, la crise d’émancipation en filigrane et enfin un peu de nationalisme basque pour compléter le cocktail de cette nouvelle série. Le problème, les figures aquatiques risquent d’intéresser que les aficionados  de la planche. La vie « cool » du héros va également vous ennuyer et des envies de «  claques bien méritées » vous titilleront l’esprit .Il reste le fond « basque » pour sauver un peu l’affaire de la noyade complète.


Coté dessin, le style proposé  par Abolin dénote avec ce genre d’histoire contemporaine et convient nettement  mieux à un style humoristique.


Voilà bien un titre qui va encore se diluer bien vite dans la surproduction actuelle.



a04-3e788e4.gif et encore !

 

Samba.

 

 

**************************

 

 

Arelate Tome 3 : Atticus

 

patxi babel,dargaud,082014,0410,boisserie,abolin,surf,pays basque,vague,surfeur,mer,ocean,arelate,0810,arles,gllo romain,jeux du cirque,gladiateur,histoire,historique,cleopas,072013,sieurac,genot,arènespatxi babel,dargaud,082014,0410,boisserie,abolin,surf,pays basque,vague,surfeur,mer,ocean,arelate,0810,arles,gllo romain,jeux du cirque,gladiateur,histoire,historique,cleopas,072013,sieurac,genot,arènesScénario : Sieurac, LaurentGenot, Alain
Dessin : Sieurac, Laurent
Dépôt légal : 07/2013
Éditeur : Cleopas
ISBN : 978-2-917283-73-8
Planches : 64

 

 

Une petite chronique pour remettre sous les feux de la rampe une superbe série !!! Arelate est vraiment une série à posséder dans sa bibliothèque quand on est passionné d'histoire. Laurent SIEURAC et Alain GENOT faisant ici un travail très minutieux et précis sur la période Gallo Romaine en la ville d'Arles (Arelate en latin). Voir le dossier clôturant ce tome 3, un vrai plus pour bien apprécier comme il se doit le travail des auteurs.

 

Dans ce tome 3, notre héros Vitalis, est devenu gladiateur pour effacer les dettes qu'il avait contractées. Sa nouvelle vie loin de sa femme et son fils ne sera pas facile. Heureusement qu'il peut compter sur Atticus qui lui enseigne les codes de la gladiature.

 

J'ai vraiment beaucoup aimé ce tome 3 d'Arelate et j'attends impatiemment la sortie du prochain volume des aventures de Vitalis.

 

patxi babel,dargaud,082014,0410,boisserie,abolin,surf,pays basque,vague,surfeur,mer,ocean,arelate,0810,arles,gllo romain,jeux du cirque,gladiateur,histoire,historique,cleopas,072013,sieurac,genot,arènes

 

Ma note : 8/10

 

Revedefer

01/07/2014

LA BANQUE -Première génération-Tome 1: 1815-1848.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.Dessin : Julien Maffre  - Scénario : Pierre Boisserie & Philippe Guillaume

Editions Dargaud

Sortie 25/04/2014

56 pages

Prix conseillé : 13,99 €

ISBN : 9782205070286

Aventure, Histoire,  Finances, Banque.

 

Résumé (de l’éditeur) : Londres, 1815. Charlotte et Christian de Saint-Hubert, enfants d'aristocrates français ayant fui la Révolution, survivent dans la capitale. Alors que Charlotte joue les courtisanes, Christian travaille pour les Rothschild. Lorsqu'ils découvrent que le banquier reçoit des informations sur la bataille de Waterloo dont il va se servir pour faire un coup de Bourse, ils tuent un riche client de Charlotte et investissent son argent. Mais cela tourne mal : Christian est arrêté et Charlotte doit fuir...

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Mon avis : Un autocollant de couleur trône sur la couverture : « La grande saga financière- préface Jean Dufaux ». Ah oui ! S’il y a une préface de Jean Dufaux, ce que le Maître a bien voulu se pencher sur le berceau de cette nouvelle saga prometteuse. C’est que cet album doit avoir un minimum de qualités graphiques et scénaristiques, me suis-je dit…Et pourtant, j’ai hésité avant d’acheter le livre chez mon libraire. Encore une saga, encore de la finance, le dessin est bien mais les couleurs un peu pâlottes. Je laisse ou je prends ? J’en avais eu des échos favorables…Allons-y !

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Dès que la lecture débute, je me rends compte que le scénario n’est pas vraiment focalisé sur la technique financière pure mais plutôt sur l’envers du décor, sur le côté « anecdote » de l’histoire qui en fait, dans la réalité, est loin d’être le cas. C’est sur ce genre d’anecdote que se fondent des grandes richesses colossales. C’est en réalité une partie de l’histoire de la famille de Rothschild dont il est question dans ce livre. Les scénaristes (Boisserie et Guillaume qui ont écrit la série « Dantès »)  nous font découvrir une famille de nobles désargentés par la « Révolution Française » qui vont avoir vent de l’histoire et qui vont essayer d’en profiter, de se mettre dans le sillage, pour se refaire une santé financière. Mais tout n’est pas très beau et rose dans la finance.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Les Rothschild ont compris l’importance et le prix de la bonne information de première main. Le dénouement de la bataille de Waterloo, ils vont être les premiers à en être informés grâce à un service de pigeons voyageurs qu’ils vont mettre en place entre la Belgique et l’Angleterre. Ils vont être avertis les premiers de la défaite de Napoléon. Profitant déjà de leur renommée sur la place de Londres, ils vont faire mine d’être au courant d’une victoire de Napoléon, vont vendre les premiers leurs actions en Bourse de Londres à bon prix. La Bourse s’effondre car les autres investisseurs suivent et vendent également mais à bas prix pour ne pas tout perdre. C’est à ce moment que Rothschild rachète les actions à vil prix. La victoire des anglais est ensuite annoncée et les cours remontent en flèche. En une journée, Rothschild a multiplié par 20 ses capitaux de départ… Un coup de maître ! Cette histoire est connue par tous les gens qui s’intéressent à l’histoire de la finance et de l’Angleterre. Les scénaristes la romancent en y intégrant leur personnages et leur famille qu’ils vont suivre tout au long de la saga.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Le scénario est habile et se base sur des faits réels autour duquel ils vont broder une histoire faite sur mesure, cousue main. Du beau travail…Le dessin de Maffre est bien maitrisé et est le juste complément du scénario, la pièce maîtresse de l’album. J’ai moins bien aimé la colorisation mais cela relève plutôt du détail.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Cette nouvelle série cartonne déjà dans les librairies et c’est mérité car le récit est bien monté et très intéressant. Il s’agit d’une très bonne mise en route. Reste à voir ce que cela donnera sur la durée. Wait and see…

 

Dessin :             7,5/10

Scénario :          8,5/10

Moyenne :          8,0/10

 

Capitol

 

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

08/06/2011

Nakara T1: Sorcière

Nakara1.jpgnakara1.1.jpgAuteurs : Rollin et Boisserie.
Editeur : Glénat.
Sortie : 05/2011

Brulez les tous !
Chasse aux sorcières dans un Moyen âge plein de fureur et de violence Nakara est issue d'une lignée de sorcières dont les origines se perdent dans la nuit des temps... Le Mal s'incarne en elle toujours un peu plus fort à chaque génération, et il est dit que c'est par elle que viendra l'apocalypse. Ceci est la doctrine enseignée par l'Ordre, une organisation religieuse dans laquelle officie Aurès. Ancien mercenaire cherchant la rédemption, son travail est de trouver et exterminer tout ce qui n'est pas conforme au Dogme et vient contredire la perfection divine. En réalité, leur but est de retrouver les différentes incarnations de Nakara, et de les exterminer génération après génération. Aurès et son tout jeune apprenti, Nathan, vont être mis sur la piste de la sorcière rousse… à leurs risques et périls !

Mettez votre doudoune
A la vue des noms des auteurs plaqués sur la couverture, ce Nakara est pour moi clairement une belle déception. Ce n’est vraiment pas une BD qui vous fera rêver, c’est même plutôt le contraire, c’est un cauchemar. Du point vue de l’ambiance, on peut même dire que c’est  réussi, c’est froid et  sombre à souhait .Une atmosphère qui colle parfaitement à cette époque de l’inquisition. Et tant qu’à faire, le héros est aussi sympathique qu’une pierre tombale. En plus de ce manque d’empathie, il a un  coté toutou assez consternant : j’obéis sans réfléchir aux demandes des maîtres des lieux et vas y que je ripaille le plus de monde possible. Malheureusement le cliffhanger et surtout le coté fantastique arrivent beaucoup trop tard pour réveiller l’intérêt de cette nouvelle série .Décidément, les sorcières sont maudites !
5-17ae.gif




On en parle sur le forum.

nakara-tome-1--planche-2.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

18/05/2011

Le voyageur Passé 4.

Voyageur12.jpgVoyageur12p.jpgAuteurs : Boisserie, Stalner, Liberge .
Editeur : Glénat.
Sortie :04/2011.

Avé …..
Nous retrouvons Fish, physiquement et mentalement abîmé, gladiateur à Lutèce dans l'Antiquité. Il attend Vedder pour retourner dans le futur. Les deux frères se retrouvent enfin, mais ne peuvent partir aussi vite : un saut quantique serait dangereux pour la santé précaire de Fish, et il y a un homme qu'ils ne peuvent laisser dans l'Antiquité, car il a un rôle capital à jouer dans le futur. Mais ces derniers moments dans l'arène vont se révéler funestes pour les Voyageurs…

Dans les arènes.
On arrive presque au bout du voyage  avec ce Passé 4. Un album dessiné par Liberge. On voyant son nom, j’ai failli m’étrangler. Au final, l’album est passé plus facilement que prévu  mais souffre toujours des mêmes griefs .Graphisme esthétiquement plaisant à la vue mais les visages manquent singulièrement d’expressivité .En plus, on a toujours cette brume en arrière plan, on a parfois l’impression de regarder une photo surexposée. J’ai aussi trouvé la touche de steampunk avec la machine à combattre d’une incongruité totale .Bonjour aussi l’unité éditoriale. Il faut dire que depuis qu’on est rentré dans le passé, on est plus à un dessinateur près. Sinon, ce tome se résume à un grand combat de  gladiateurs dans les arènes  et c’est quasiment tout.
Il nous reste l’épilogue dessiné par Guardino. Espérons que le niveau sera plus élevé que les pochettes.
5-17ae.gif




Voyageur12v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

28/04/2010

Voyageur . Passé 1.

Voyageur9VoyageurAuteurs : Boisserie,Stalner ,Rollin.
Editeur :Glénat.


Echafaudages.
On ne dose pas toujours très bien les effets d'un saut temporel... Mark le Voyageur, alors qu'il tentait d'échapper à son présent pour sauver Clara et son enfant, en fait l'amère expérience en s'écrasant sur les échafaudages de Notre Dame de Paris... en 1165 ! Jeté dans une geôle crasseuse, il comprend
très vite que ses fabuleux pouvoirs, érodés par la fatigue, ne lui permettront pas de s'échapper du Moyen Âge...

Un brin d’…..
Une chose est sûre, cette série  devrait recevoir « l’award » de la plus belle pochette. Un grand bravo à Guarnido qui s’est encore surpassé sur  ce « passé 1 ». Sinon, l’histoire est toujours aussi palpitante et captivante .La transition avec Rollin qui s’occupe du Passé s’est faite aisément .Vous n’aurez aucun problème pour reconnaitre les personnages, on aurait même pu se passer du célèbre V. J’ai adoré le langage des plus appropriés qui sied  tellement bien au 12 ème siècle. En plus, les révélations y sont légions et on se demande que pourra-t-on encore nous apprendre dans les prochains tomes. Je m’interroge d’ailleurs comment cet album ne se vend qu’à 12.000 ex, incompréhensible ….comme ma chronique.
surprises.smileysmiley.com.5

voyageun9_pla