19/05/2017

Les maitres saintiers - tome 3 - bénie entre toutes les femmes, 1884

les maitres saintiers T3.jpgles maitres saintiers T3_pl.jpgScénario : Laurent-Frédéric Bollée
Dessin : Serge Fino
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : Histoire, saga familiale, ésotérisme

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Printemps 1884. David, fils cadet des Rochebrune et héritier de la fonderie familiale de Châtellerault, monte à Paris pour rencontrer M. Bizot dans le cadre d’un projet hors-norme. Pour célébrer le centenaire de leur indépendance, les États-Unis ont commandé au génie français une gigantesque cloche de 200 tonnes et de plus de 6 mètres de haut : la plus grande du monde ! Impressionné par l’ampleur de la tâche, David ignore à quel point cette mission particulière va changer son destin à tout jamais...

 

"- De quoi tu parles ?

 

- Du carnet secret de ta famille ! J'ai tout déchiffré et j'ai tout compris !"

 

Mon avis

 

Nous voilà rendu à la fin du XIXè siècle et l'ont peut dire beaucoup d'eau à déjà coulé sous les ponts de cette saga familiale. Laurent Frédéric Bollée s'est inspiré de sa propre famille, dont certains de ses ancêtres étaient fondeurs de cloches, pour nous raconter cette intrigue familiale sur fond d'artisanat. Les deux premiers tomes étaient assez prometteurs mais n'ont visiblement pas rencontré le succès escompté puisque de 7 tomes prévus, la série se voit ramenée à 4 tomes. Ceci explique sans doute l'accélération du rythme de la narration et la multiplication des petites intrigues.

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

Dans ma chronique du tome 1, j'avais exprimé une petite inquiétude quant à la tournure trop ésotérique que risquait de prendre le scénario. Inquiétude qui se confirme dans ce troisième tome où l'héritier de la maison Rochebrune consacre plus de temps à résoudre une improbable énigme contenue dans le carnet de ses aïeux plutôt que de faire tourner la boite (d'ailleurs, cette énigme est bien rapidement résolue). La petite pointe de mystère entretenue dans les deux premiers tomes se transforme donc ici en grosse ficelle qui se délite bien vite quand on tire dessus. C'est d'autant plus dommage qu'il y a un potentiel dans ce scénario dans lequel LF Bollée a la bonne idée de faire se croiser Bartholdi, Jules Verne, le Tsar de Russie, de mettre en scène la statue de la liberté et une petite page de l'Histoire qui lie la France et les États-Unis. Plutôt qu'une orientation ésotérique, une petite uchronie aurait été plus sympathique et aurait peut-être séduit un plus large public.

Reste le magnifique dessin de Serge Fino, tout en finesse et en détails, dont les planches sont un ravissement, particulièrement dans les ambiances sombres et pluvieuses.

Allez, on prend quand même rendez-vous pour l'ultime tome, parce que celui-ci se termine sur un bon petit cliffhanger des familles !

Loubrun

 

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

Les autres tomes

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

17/03/2017

LaoWai T1-La guerre de l’opium.

lao wai.jpg02.jpgScénario : Alcante et LF Bollée.
Dessin : Xavier Besse.
Éditeur : Glénat.
48 pages.
Sortie : 4 janvier 2017
Genre : aventure historique.

 

 

 

Le résumé éditeur.
1859. L’Empereur Napoléon III et le royaume d’Angleterre préparent une nouvelle campagne contre la Chine. François Montagne et Jacques Jardin, soldats et amis de longue date, veulent à tout prix en faire partie. Mais les places sont chères. Seuls les meilleurs seront choisis... Deux mois plus tard, après une sélection et un entrainement draconiens, ils embarquent finalement pour l’Empire du milieu. 

«Ah oui ! Vous ne vous seriez pas plutôt aéré les couilles ? Vous êtes la honte de l’armée française, soldat Montagne ! »

 

Mon avis.

Je vous propose comme guise de chronique, un résumé de la conversation que j’ai eue avec Didier Swysen (Alcante) et Xavier Besse lors de la foire du livre de Bruxelles 2017.

La genèse de cette BD prend forme lors d’un voyage en Chine d’Alcante en 2011. Entre la grande muraille et la cité interdite, il entend parler de la présence de soldats français lors de la 2e guerre de l’opium. Assurément une partie méconnue de notre histoire et un sujet en or pour une aventure historique romancée. Ensuite, une partie de ping pong scénaristique s’engage avec Alcante et LFB. L’un s’occupe des consonnes et l’autre des voyelles. Plus sérieusement, le scénario prend forme et il ne reste plus qu’à trouver un dessinateur. Glénat leur présente donc Xavier Besse, sinologue de formation et passionné de la Chine. Bref, on ne pouvait rêver mieux pour illustrer avec justesse l’esthétisme chinois. Lors de mon interview, il m’a avoué avoir eu des difficultés, non pas à faire des fresques grandioses (voir page 21), mais à dessiner des scènes d’amour. Car notre héros, le soldat Montagne, est un fameux coureur de jupons. Par contre, c’est avec envie qu’il a réalisé les grands palais chinois, les paysages grandioses, l’univers marin etc.
Il s’est aussi renseigné auprès des spécialistes (la collection Osprey) pour trouver les uniformes adéquats à cette épopée. Bref, ici on ne triche pas avec les faits historiques et l’authenticité est de mise. Seule la partie avec le soldat Montagne est romancée.
3 tomes sont prévus et le second album devrait sortie en janvier prochain.
La suite va se révéler explosive car la partie diplomatique s’achève et va faire place à une guerre ouverte entre les différentes puissances.
J’en profite aussi pour demander à Didier S son actualité.
Ars Magna dont une intégrale vient de sortir. Starfuckers chez Kennes 39282640.2.jpget enfin avec Gihef et Perger , le 1er tome d’une nouvelle série concept ,Dark Muséum chez Delcourt dont le tome 1 American Gothic vient de sortir.
Je vous invite aussi à rejoindre la page Facebook de LaoWai pour avoir les dernières infos ICI.

En tout cas, une série qui commence excellemment, un pan d’histoire méconnu accompagné d’aventures hautes en couleur, j’ai adoré .

 

lao wai planche.PNG

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Samba

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : laowai, alcante, besse, bollee, guerre, histoire, 012017, 910, glénat |  Facebook | |

29/04/2016

Contrecoups

Contrecoups, Malik Oussekine, Bollée, Puchol, Casterman, Ecritures, 16 mars 2016, roman graphiqueContrecoups, Malik Oussekine, Bollée, Puchol, Casterman, Ecritures, 16 mars 2016, roman graphiqueMalik Oussekine
Scénario : Laurent-Frédéric Bollée
Dessin : Jeanne Puchol
Éditeur : Casterman
Collection : Écritures
208 pages- broché
Sortie : 16 mars 2016
Roman graphique

 

Présentation de l’éditeur :

30 ans après, le récit d'un drame qui secoua la société française.

Cela faisait plusieurs semaines que les étudiants manifestaient dans Paris et que les face-à-face avec la police se durcissaient.
Mais pour Olivier, Estelle, Martin, Oscar, Jean-Luc, Alain, Lise, Hassin et Francky, la vie continuait et la soirée du 5 décembre 1986 aurait pu être comme toutes les autres...
Sauf qu'ils se sont retrouvés en plein cœur de « l'affaire Malik Oussekine ».

Contrecoups, Malik Oussekine, Bollée, Puchol, Casterman, Ecritures, 16 mars 2016, roman graphique

Paris, le 6 décembre 1986. Suite à une manifestation estudiantine contre le projet de réforme universitaire du ministre délégué Alain Devaquet, une tragique bavure policière entraîne la mort de Malik Oussekine, jeune étudiant de 22 ans. A la suite de cette tragédie, Devaquet présente sa démission. 30 ans après, Jeanne Puchol et Laurent-Frédéric Bollée ravivent notre attention sur cet événement très médiatisé, qui aujourd'hui encore trouve des retentissements dans une France en proie à de nombreux troubles sociaux.

contrecoups,malik oussekine,bollée,puchol,casterman,ecritures,16 mars 2016,roman graphique

Mon avis :

Laurent-Frédéric Bollée, journaliste à France 2 et Jeanne Puchol, auteure d’une vingtaine d’albums, reviennent 30 ans plus tard sur l’affaire “Malik Oussekine”. Ils abordent indirectement le sujet en racontant la manière dont toute une série de personnes ont vécu ce drame : la famille des voisins de la victime, deux jeunes étudiants qui tombent amoureux dans les manifestations, un des CRS rongé par la culpabilité, les médecins légistes, un jeune urgentiste... autant de personnages que de perceptions différentes.

contrecoups,malik oussekine,bollée,puchol,casterman,ecritures,16 mars 2016,roman graphique

Cette construction narrative très dynamique et particulièrement prenante entraîne le lecteur dans un récit à lire comme une sorte de thriller. Impossible de rester insensible face à l’histoire poignante d’un véritable assassinat perpétré par les voltigeurs – la police mobile à moto destinée à réprimer les manifestations étudiantes.

contrecoups,malik oussekine,bollée,puchol,casterman,ecritures,16 mars 2016,roman graphique

Le dessin réaliste, au trait acéré, au cadrage précis, soutient un scénario impeccable dans sa construction. Cela donne un ensemble dont la réussite est indéniable. L’émotion est palpable dès les premières pages qui montrent des portraits de Malik Oussekine tel qu’il pourrait être aujourd’hui s’il était encore vivant.

contrecoups,malik oussekine,bollée,puchol,casterman,ecritures,16 mars 2016,roman graphique

Un formidable album, une émotion inoubliable.

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

 Skippy.

02/04/2015

Les maitres saintiers - tome 1 - à l'accord parfait, 1788

maitres saintiers,fino,bollée,glénat,histoire,saga,artisanat,histoire de famille,fondeurs de cloches,ésotérisme,032015,710maitres saintiers,fino,bollée,glénat,histoire,saga,artisanat,histoire de famille,fondeurs de cloches,ésotérisme,032015,710Scénario : Laurent Frédéric Bollée

Dessin : Serge Fino

Editeur : Glénat

48 pages

date de sortie : mars 2015

genre : Saga, Histoire, Esotérique

 

 

Résumé

1788. Étienne et François Rochebrune sont deux frères jumeaux aux caractères diamétralement opposés : Étienne, l’intellectuel, passe sa vie dans les livres, tandis que François, plus impulsif, est une vraie force de la nature. Ils descendent d’une longue lignée de maîtres saintiers dont le métier consiste à dessiner, sculpter et fondre les cloches. En recherche d’un chantier où exercer leurs talents, ils arrivent à la ville de Châtellerault. Ici, les gens se plaignent de la cacophonie produite par les cloches en piteux état de l’église Saint-Jacques. Comme il est de coutume de croire que les jumeaux portent malheur, les fidèles voient les frères Rochebrune d’un mauvais œil. Pourtant le maire de la ville décide de leur confier le chantier. Après une brève inspection, les jumeaux constatent l’étendue des dégâts et découvrent, gravées sur les cloches, de mystérieuses inscriptions en latin datant du XIVe siècle qui dévoileraient l’emplacement du tombeau de la Vierge Marie !

 

" Je dis juste que depuis que vous êtes dans la région,

les ennuis ont commencé ..."

 

Les éditions Glénat ont le chic pour nous servir de grandes sagas, qu'elles soient familiales, sociales ou ésotériques. Après les brasseurs de bière dans Les maitres de l'orge, les pêcheurs de sardine dans les Chasseurs d'écume ou les secrets de la Franc-maçonnerie dans le Triangle secret, Laurent Frédéric Bollée (Deadline, Un long destin de sang, Terra Australis) et Serge Fino (Chasseurs d'écume), nous proposent une incursion au sein de la corporation des maitres saintiers plus communément nommés "fondeurs de cloches".

 

S'inspirant directement de la vie de sa propre famille, Laurent Frédéric Bollée met à l'honneur avec passion un artisanat méconnu, qui a contribué – et contribue toujours - à rythmer la vie de toutes les villes et villages. La fabrication des cloches des églises est un véritable art que l'auteur entend bien nous faire partager.

Mais il n'a pas l'intention de nous ennuyer en nous livrant un cours magistral sur la fonderie. Son scénario mêle habilement Histoire et action à la sauce thriller ésotérique, dans des proportions suffisamment raisonnables pour capter l'attention du lecteur.

 

Le scénario, de facture assez classique, est sans grande surprise pour l'instant, mais il est efficace. L'auteur a le temps de réserver son lot de surprises, puisque la série est prévue en 7 tomes et la saga doit se dérouler jusqu'au XXe siècle. Pour l'instant, il plante le décor, installe les personnages et lance l'intrigue sur les chapeaux de roue en terminant ce tome 1 sur un cliffhanger à faire pâlir d'envie les meilleurs scénaristes américains de série TV.

 

Serge Fino qui avait magnifiquement mis en image la saga sardinière des Chasseurs d'écume, récidive ici avec le même talent. Son dessin réaliste est soigné, les planches sont belles et les ambiances réussies. Comme le scénario, c'est sans fioritures, parfois un peu austère, mais rudement efficace.

 

Voilà donc une nouvelle série qui démarre bien et qui présente tous les ingrédients pour trouver rapidement son public, pour peu que l'aspect ésotérique ne prédomine pas trop.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

Pour en savoir un peu plus sur la fonderie Bollée : ICI

Le Carillon de l'église de Châtellerault, composé de 52 cloches Bollée. C'est ici que démarre l'intrigue de cette saga.

 

16/12/2014

SINCLAIR - Tome 1: Bathurst 68.

Sinclair, Bollée, Carloni, Paquet, Calandre, 7/10, Aventure, courses automobiles, 10/2014Sinclair, Bollée, Carloni, Paquet, Calandre, 7/10, Aventure, courses automobiles, 10/2014Dessin : Stefano Carloni - Scénario : Laurent-Frédéric Bollée

Editions Paquet

Sortie : 22/10/2014

48 pages – cartonné

Aventure, courses automobiles.

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Philippe Sinclair a tout juste 20 ans en mai 1968. Il délaisse ses études de médecine pour assouvir sa passion. Il veut devenir pilote automobile. Ses premiers essais à Montlhéry, près de Paris, sont prometteurs, mais pas concluants...Philippe est invité, à sa grande surprise, à disputer une course à Bathurst, à 200 km de Sydney, en Australie. Il apprend qu’il est le fils de Phil Asher, un pilote australien qui avait participé à la course 30 ans plus tôt. Philippe est accueilli à Bathurst par le patron de l’équipe, Jack French, qui le prend sous son aile. Ce dernier semble avoir bien connu son père, décédé lors de sortie de piste des années plus tôt... Philippe Sinclair marchera alors sur les traces de ce père dont il ignorait l’existence. Il va y connaître, en quelque sorte, son vrai destin. Une première course professionnelle qui va se transformer un parcours initiatique, une quête identitaire, où le passé et le présent sont étrangement liés...

Sinclair, Bollée, Carloni, Paquet, Calandre, 7/10, Aventure, courses automobiles, 10/2014

« J’ai toujours voulu te protéger, tu comprends… ? Pour moi, ton père est vraiment mort depuis vingt ans ! »

 

Mon avis : Les nouveautés se suivent chez Paquet et aussi pour la collection « Calandre », consacrée à la course automobile. Le tome 1 est arrivé dans les librairies depuis la fin du mois d’octobre 2014. Le scénariste s’appelle Laurent-Frédéric Bollée, un journaliste spécialisé en sports automobiles. Parallèlement, il devient scénariste et a publié plus de 40 albums dans  les plus grandes maisons d’édition dont la série ApocalypseMania, l’Ultime Chimère ou des albums majeurs comme Terra Australis, Deadline ou XIII Mystery, Billy Stockton. Il est donc loin d’être un débutant dans le scénario de BD. Le dessinateur est Stefano Carloni. De nationalité italienne, il a déjà travaillé pour plusieurs maisons d’édition transalpines. C’est son premier album en français.

Sinclair, Bollée, Carloni, Paquet, Calandre, 7/10, Aventure, courses automobiles, 10/2014

Sur quelle base démarre l’histoire ? Philippe Sinclair, un jeune pilote français à la fin des années ’60 est invité en Australie pour représenter son père décédé lors de la course mythique de Bathurst, l’équivalent des 24 heures du Mans en France. Leurs destins vont s’entremêler et Sinclair va retrouver les traces de son père. Cet album est en réalité un voyage et une introspection de Philippe Sinclair sur ses racines, sur son père décédé en course. Ce voyage va prendre des allures de parcours initiatique et va bouleverser sa vie. Autour de ce thème central, vient se lier un autre élément, la vengeance d’une famille de fermiers qui a un compte à régler avec le défunt père de Sinclair. Il faut savoir que la course automobile sert de décor mais n’est pas vraiment le thème central. Le scénario ne se limite pas, loin de là, à raconter une course de 24 heures. C’est beaucoup plus développé que le thème basique de la course automobile.

Le dessin de Stefano Carloni est de bonne qualité. Il me fait penser à l’école italienne des Fumetti mais aussi aux Comics américains. La composition des planches est des plus conventionnelles. Les angles de vue sont plus cinématographiques. Les personnages sont bien rendus même si parfois certains visages sont peu expressifs. Les couleurs de Carloni font appel à des tons se rapprochant du sépia pour, je suppose, faire référence aux années ’60. C’est une option mais je trouve qu’au final le résultat est un peu triste.

Sinclair, Bollée, Carloni, Paquet, Calandre, 7/10, Aventure, courses automobiles, 10/2014

Le bilan ? La lecture est fluide, ce qui est déjà pas mal. Les amateurs de bolides et de scènes de courses seront au régime minimum. Mais par contre il y a une trame, des sentiments et une vraie trajectoire humaine pour le personnage principal. Mon sentiment par rapport à l’album est globalement positif mais le concept général de la série peut encore être amélioré…

 

a07-3e78901.gifScénario  
        

a07-3e78901.gifDessin  
         

a07-3e78901.gifMoyenne           

 

Lien vers la page Facebook de l’éditeur Paquet: ICI.

 

Capitol.

 

Sinclair, Bollée, Carloni, Paquet, Calandre, 7/10, Aventure, courses automobiles, 10/2014

 

20/11/2013

XIII MYSTERY- Tome 6: Billy Stockton.

Couv_196000.jpgPlancheA_196000.jpgscénario : Bollée Laurent-Frédéric - dessin : Cuzor Steve

Série créée par Jean Van Hamme et William Vance

Editions Dargaud

Sortie : 25/10/2013

56 pages

Prix conseillé : 11,99 €

ISBN : 9782505019541

Aventure, polar, thriller.

 

Résumé (de l’éditeur): Il s'appelait Billy Stockton : vingt ans à peine et, sur les épaules, le poids d'une dizaine de meurtres... Dans ce tome 6 de XIII Mystery, Laurent-Frédéric Bollée et Steve Cuzor reviennent sur l'histoire de celui qui a croisé le chemin de XIII dans une cellule du sordide pénitencier de Plain Rock. Un récit poignant et captivant sur la dérive d'un gosse auquel la vie n'a laissé d'autre refuge que celui de la folie. Histoire d'une enfance volée, d'une vie sacrifiée.

1311201049110001.JPG

Mon avis : XIII Mystery est la série spin-off de XIII qui nous permet de découvrir dans le détail la vie des personnages secondaires ou annexes que les lecteurs ont croisés dans la série principale. Parfois, cette plongée dans l’intime des personnages de la série, nous donne un éclairage différent et peut ainsi changer notre point de vue de l’intrigue principale. Dans d’autre cas, l’apport est totalement anecdotique, sans plus. Le présent album sur Billy Stockton fait partie d’une troisième catégorie : l’album qui n’amène pas grand-chose à la série principale mais qui est rudement bien foutu, indépendamment du reste. Les auteurs se sont emparés d’un personnage annexe, juste de passage dans le tome 3  de la série XIII appelé : « Toutes les larmes de l’enfer ».

1311201050050001.JPG

Un pauvre type dont l’enfance et l’adolescence ont été dévastées par les aléas de la vie. Il échappe comme par miracle d’un terrible accident d’avion privé. Ses parents sont morts dans ce crash. Orphelin et marqué à vie, il est l’unique héritier de la « Cardwell food ». Il est riche, très riche et mis sous tutelle. Il est confié à une tante éloignée Alice Stockton et son mari Jack qui ne voient qu’une chose : la pension que le gosse va leur rapporter chaque mois. L’enfant est régulièrement battu et se rebelle. La bombe a retardement est en route…

1311201051430001.JPG

Le dessin de type réaliste  de Cuzor est bien dans le ton de la série XIII. Les découpages  et les angles sont rapides et rythmés. La lecture est fluide et agréable. Le Billy Stockton de Cuzor n’a pas vraiment le look de celui de Vance. Mais Cuzor lui a donné une belle gueule d’ange qui va très bien avec le personnage qu’il désire décrire. Car l’ange devient vite un démon.

1311201052400001.JPG

Le scénario de Laurent-François Bollée exploite bien le filon du personnage de Vance et Van Hamme. D’un banal psychopathe en prison, il en fait un monstre, tantôt Docteur Jekyll et tantôt Mister Hyde, qui a un passé, des antécédents, qui peuvent expliquer certains comportements. Cela n’excuse en rien l’homme mais cela fait comprendre comment il en est arrivé là. Pour accentuer le sentiment de thriller mais aussi d’horreur, le scénariste a eu l’idée d’y associer un personnage atypique, un épouvantail, complice et confident de Billy Stockton.

1311201053450001.JPG

Au final, un excellent récit, un exercice de style, très bien exécuté par ce duo d’auteurs.  Excellent !

 

Graphisme :      8/10

Scénario :        8/10

Moyenne :        8/10

 

Capitol.

1311201054350001.JPG

23/09/2013

Deadline

deadline,bollée,rossi,glénat,guerre de sécession,western,racisme,ku klux klan,homosexualitédeadline,bollée,rossi,glénat,guerre de sécession,western,racisme,ku klux klan,homosexualitéScénario : Laurent-Frédéric Bollée

Dessin et couleurs : Christian Rossi

Editeur : Glénat

date de sortie : septembre 2013

82 pages

genre : western dramatique

 

 

La petite bourgade tranquille de Hartsville voit sa quiétude troublée en ce jour de décembre 1901. John C. Lester, ancien officier de l’armée sudiste et co-fondateur du Ku Klux Klan se fait assassiner par un homme arrivé le matin même. C’est Louis Paugham l’assassin.

 

deadline,bollée,rossi,glénat,guerre de sécession,western,racisme,ku klux klan,homosexualité


Petit flash-back de 48 ans. Louis n’est encore qu’un gamin lorsque ses parents se font massacrer sur une route de Louisiane par des esclaves en fuite. Il est recueilli par Philip Paugham, imprimeur de son état et militant abolitionniste actif. Philip éduquera Louis dans le respect des différences, dans la tolérance, et lui enseignera les valeurs abolitionnistes. Pas facile, quand on a vu ses parents se faire massacrer par des Noirs ! Il grandira tiraillé entre la soif de vengeance et les idées abolitionnistes inculquées par son père adoptif. Jusqu’à ce que le destin le fasse basculer dans le bon camp. Il a alors 17 ans et se retrouve enrôlé dans l’armée des confédérés, affecté dans une gigantesque prison à ciel ouvert. Pour son baptême du feu, il fait partie d’un détachement chargé de transférer quelques prisonniers. Son rôle : tirer sur quiconque franchira cette ligne tracée au sol, la deadline. Il est alors fortement impressionné et troublé par un prisonnier Noir qui tient fièrement tête aux soldats. Les sentiments qu'il éprouve à son encontre changeront radicalement sa vie.

 

deadline,bollée,rossi,glénat,guerre de sécession,western,racisme,ku klux klan,homosexualité


Laurent Frédéric Bollée signe là un western étonnant et captivant. Sans en renouveler tout à fait le genre, il nous emmène dans un récit intimiste, violent et tendre à la fois. Dans cette Amérique déchirée par la guerre civile, il aborde avec subtilité et sans prosélytisme les thèmes du rejet de l’autre dans une époque où il ne faisait pas bon être différent. Les personnages sont admirablement bien campés et criant de vérité. Sentiments opposés dont la frontière est ici bien ténue - comme la deadline - l’amour et la haine animent tour à tour 40 années de la vie de Louis Paugham.

 

deadline,bollée,rossi,glénat,guerre de sécession,western,racisme,ku klux klan,homosexualité


Ce scénario nous prend littéralement aux tripes ! Le fond historique tout à fait véridique (John C. Lester est vraiment mort à Hartsville en décembre 1901) donne un caractère authentique à cette histoire. La narration parsemée de sauts dans le temps habilement dosés, permet de parcourir quasiment 50 années sans jamais être perdu dans le fil de l’histoire et sans jamais s’ennuyer.

Il faut dire que ce récit, en plus d'être bien écrit, est magistralement illustré. Dès la première planche, on en prend plein les yeux ! Contrastant entre ombres et lumières, toutes les pages sont flamboyantes et restituent à merveille les ambiances du scénario. Christian Rossi atteint ici des sommets et sa mise en couleurs directe est une vraie réussite. Que les scènes se déroulent de nuit, de jour, dans les sous-bois, en plaine ou en ville, qu’elles soient rythmées ou posées, les tons sont toujours justes et appropriés. Du grand art !

Deadline est un western intimiste somptueux !

 

deadline,bollée,rossi,glénat,guerre de sécession,western,racisme,ku klux klan,homosexualité

Ma note : 9/10 - coup de cœur

Loubrun

16/08/2012

L’ultime chimère T4-La machine.

Ultime chimère (L')4.jpgultime c.jpgAuteurs : Bollée –Griffo-Meddour.
Editeur : Glénat.
Sortie : 09/2009.

En orbite
Elle a fait et défait les rois. Mais les artistes aussi. Dont un certain Léonard de Vinci… Toujours à la poursuite de la Flèche de Nemrod, la suite du redoutable best-seller de LF Bollée. Un convoi de chariots empesés perdus dans la campagne française mais dont la prestigieuse destination, Amboise, palais de François 1er, commence à poindre au loin. A l'intérieur de l'un des véhicules, un génie vieillissant : Léonard de Vinci qui ignore encore qu'au terme de son voyage, sera révélé son plus grand secret, jusque là dissimulé dans un de ses tableaux, L'annonciation. Un secret au sujet d'une certaine flèche de Nemrod, dont on dit qu'elle blessa Dieu lui-même… Ailleurs, en 2157, Morgan Sheperd, le premier gardien de la Flèche, raconte au travers de sa vie d'immortel le destin de fer et de sang de cette arme mythique. Qui détruisit autant d'hommes qu'elle en magnifia.

Un mirage.
Je profite de mes vacances pour écumer ma PAL (pile à lire). Et je tombe sur ce tome 4 de l‘ultime chimère. Une série concept que je continue via des achats en 2e main et heureusement d’ailleurs car  cette série n’arrive vraiment pas à me passionner. J’ai vraiment l’impression qu’on gonfle artificiellement le récit avec des histoires annexes sans grand intérêt. On dilue en somme mais le mystère reste toujours aussi grand. En plus, l’idée d’un artéfact divin, on nous l’a déjà servi  à maintes reprises. Question originalité, on a déjà connu mieux. Bref, cette histoire m’ennuie. Je ne sais pas trop si je vais  continuer plus loin l’aventure bien que j’ai lu que les 3 albums restants se focalisent plus sur la partie « Sheperd » qui est de loin la plus intéressante. Je constate aussi que les sorties de cette chimère sont parues dans un anonymat assez incroyable. 4 tomes d’introduction  ou de meubles avec des informations à doses homéopathiques, c’est assez pour quitter le navire. Bref, malgré les noms d’auteur qu’on apprécie sur la couverture et des dessins souvent très corrects (mais pas exceptionnels non plus), l’ultime chimère porte très bien son titre.
Dessins : 7/10
Scénario : 5/10
surprises.smileysmiley.com.6.3.gif Global.

 

SAMBA

On en parle sur le forum.

Ultime chimère (L')4p.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

14/10/2011

Chez Laurent F.Bollée.

Amis du sport automobile et de la BD, LFB vous attend sur son blog.
Un vrai blog, avec ses passions et ses interrogations .Je lui demanderais bien une pette interview si j’avais lu un long destin de sang …bizarre que je suis passé à coté de ce titre d’ailleurs car j’apprécie le dessin de Bédouel et le thème de cet album…bon il n’est pas trop tard pour se rattraper …c’est quand même symptomatique que le lecteur est enseveli sous les nouveautés et qu’on n’arrive pas à digérer toute cette masse.
Pour le lien, j’apprécie ce genre de blog car il représente bien mieux l’identité de l’auteur  qui ne se résume pas à quelques illustrations.
Sinon, GP de Belgique, Vettel à la frite …..Bonjour les clichés !!!!

Couv T1_T2.jpg

22/05/2010

UN LONG DESTIN DE SANG- Acte 1.

Couv_108238PlancheS_24258Dessin : Bedouel  

Scénario : Bollée

Editions 12bis

Résumé (de l'éditeur) : 31 mars 1918. Paris est bombardée par un canon allemand à longue portée situé au nord de la capitale.Une bombe tombe sur le square du temple où se trouvent 8 personnes. Une seule va mourir.Gaston Beauchamp, jeune soldat de l'Armée française, Hélène l'institutrice, Féraud l'imprimeur, le Général des Rozières, le commissaire Michel Crespin, le journaliste Philippe Loisel, le député de la Vigne et son jeune frère Étienne, acteur de son état, vont être pendant 24 heures les jouets du destin.

Mon avis : Une bonne surprise, cette histoire qui se déroulera en deux tomes ! C'est un thriller qui se passe à la fin de la grande guerre en 1918. Le pays est exsangue, on mobilise ce qu'on peut. Dans le pays, à l'arrière du front, c'est la suspicion, on fait la chasse aux opposants à la politique menée par les militaires...C'est dans ce contexte délétère qu'un journaliste fait une enquête sur des morts suspectes, des cadavres de soldats retrouvés dans une tranchée. S'engage une enquête avec de multiples intervenants et où planent également le mystère et la raison d'Etat.

Le scénario est très bien monté et on passe d'un personnage à l'autre sans problème de compréhension. C'est limpide et bien raconté. C'est une vraie mécanique qui se met en place et la fin du tome se termine sur une explosion dans un immeuble...avec de nombreuses questions.Le dessin, tout en ombres, aux couleurs sombres, se veut efficace, bien mis en page même si il ne s'agit pas d'un dessin réaliste. C'est plutôt un dessin dépouillé mais percutant. Cela ne gène en rien la lecture. Les visages sont le plus souvent inexpressifs et parfois juste esquissés. On pourrait penser que c'est un handicap mais cela passe sans problème. Ce dessin a un style bien particulier mais il s'adapte très bien à l'ambiance donnée à l'histoire. J'ai été rapidement pris par le récit et c'est une très belle réussite dont je vous conseille la lecture.

 

8,0/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.