18/06/2017

Les chroniques courtes (134): Trump de A à Z, Le livre noir, Vertical T18,Môeuh ! T.1

trump de A à Z.jpgtrump de A à Z r.jpgScénario : Hervé Bourhis, Collectif
Dessin : Hervé Bourhis, Collectif
Editeur: Casterman.
Sortie: 24 mai 2017.
Genre:Humour.

 

 

Un seul organisme de sondage sur 19 pensait que le clown de la TV milliardaire irait au bureau ovale.
Mais qui est donc cet énergumène ? Hervé Bourhis se lance sur tous les sujets« alphabétiquement » de cet individu Anti système, en passant par Ivanka, mais aussi Golden shower. Quand on dresse le portrait de l’impertinent 45ème président, il faut quelques potes dessinateurs pour saisir l’ensemble des bêtises et une dose d’impertinence pour décrire ce blondinet couleur Marilyn adorant les fesses et la gaudriole. 
Un divertissement pour le lecteur sensible à la politique, à l’actualité et qui possède une longue vue au second degré avec un doigt de cynisme.
Sympa avec des sujets sérieux évoqués comme le KKK ou la vision de la vieille Europe, le programme de santé de son prédécesseur… Lisez le donc avant qu’il ne soit démis. J’arrête d’en parler sinon Washington va twitter : « Samba BD je ne vous envoie pas Ivanka mais des agents de la CIA ».
Robsy

a06-3e788fc.gif

trump de A à Zdr.jpg

____________________________________________

 Le Livre Noir

trump de a à z,bourhis,humour,politique,castermantrump de a à z,bourhis,humour,politique,castermanAuteur: Lefred-Thouron.
Editeur: Fluide glacial.
Sortie:17 mai 2017.
Genre: Humour noir?

 

 

 

En regardant la couverture,on pourrait penser à un manuel occulte, mais le nom de l’éditeur rassure Fluide Glacial : cela va délirer…
Tout est parti d’un poisson d’avril (dans la revue du même nom) qui annonçait la sortie d’un album du dessinateur de presse engagé Lefred –Thouron. Les messages arrivant à la rédaction à ce sujet, il a été décidé de donner vie à cette blague.
C’est plus proche du travail d’artiste conceptuel que de la BD. Si Delphine Boel (respect) dit blabla en boucle, l’auteur c’est noir noir, on est en mode catalogue d’une exposition.
Une page noire et sur l’autre un cadre noir avec des variantes de tailles ou de polices de caractères pour en tirer un gag. Le point faible c’est que l’humour est souvent décalé (ou absent) et c’est difficile d’apprécier le travail qui est derrière.
Un concept un peu délirant comme ce double code barre sur la quatrième page pour troubler le vendeur. On est loin des « idées noires », mais pour offrir à votre beau-frère que vous soupçonnez d’avoir crevé vos pneus la nuit (donc dans le noir) c’est le cadeau idéal.
La démarche artistique c’est bien, mais parfois un peu inutile.

a02-3e788b1.gif

Robsy.

______________________________________

trump de a à z,bourhis,humour,politique,casterman,le livre noir,lefred-thouron,fluide glacial,farcetrump de a à z,bourhis,humour,politique,casterman,le livre noir,lefred-thouron,fluide glacial,farceAuteur : Shinichi Ishizuka.
Éditeur : Glénat Manga.
212 pages.
Sortie : 19 avril 2017.
Genre : Seinen.





Népal, Amérique du Nord et du Sud, Europe... Sanpo Shimazaki a conquis les plus hauts sommets du monde. Il connaît les techniques d'alpinisme, la splendeur des montagnes, mais aussi les tragédies qui s'y produisent. De retour dans les Alpes japonaises qui l'on vu naître, il croise la route de victimes, souvent impliquées dans d'horribles accidents.

Sanpo Shimazaki a été chef d'une équipe de secouristes aux États-Unis. Une fois au Népal, il a rencontré par hasard une expédition pour l'Everest menée par son ami de toujours : Oscar. Il a fait une partie de la route avec ce groupe dont il avait autrefois secouru un des membres, Sosuke Oda, prisonnier d'une crevasse dans les montagnes du Japon.

Ce manga m'a automatiquement fait penser au film Cliffhanger de Renny Harlin, avec "l'éminent" Sylvester Stallone. À la différence, c'est qu'il y a plus de personnes prisonnières dans des précipices, aucun crash d'avion et aucune prise d'otage. Cela étant dit, ce dix-huitième volet ne manque ni d'action, ni de suspense et Sanpo est un individu ahurissant puisqu'il tient bon là où tout le monde lâche prise ! En effet, c'est un demi-dieu avéré qui, EN PLUS, ne manque pas d'humour et de grivoiserie là où il est presque difficile d'en avoir. Pourtant, il ne se drogue pas (rires).

Hélas, seules les quatre dernière pages nous honorent d'un dessin en couleur. Quant aux autres, elles sont certes animées de résurrections mais les visages des protagonistes ravagés par des rafales enneigées sont inexpressifs. Laconiquement, à l'approche de l'été, cette lecture ne fera pas grimper le mercure mais plutôt baisser la température.

trump de a à z,bourhis,humour,politique,casterman,le livre noir,lefred-thouron,fluide glacial,farce


Mister Med.

a06-3e788fc.gif

 

 

_________________________________________________

 

Môeuh ! T.1

trump de a à z,bourhis,humour,politique,casterman,le livre noir,lefred-thouron,fluide glacial,farce,vertical,ishizuka,glénat mangatrump de a à z,bourhis,humour,politique,casterman,le livre noir,lefred-thouron,fluide glacial,farce,vertical,ishizuka,glénat mangaDessin : Thijs Wilms.
Scénario : Wil Raymakers.
Éditeur : Bamboo.
48 pages.
Sortie : 29 mars 2017.
Genre : Humour, jeunesse.




Bienvenue dans le parc animalier le plus délirant de la BD ! Son propriétaire, un bœuf en salopette, a fort à faire avec toute une ménagerie qu'il doit gérer sans ménagement. Car de la girafe à la tortue, du kangourou au gorille, les animaux sont prêts à toutes les facéties pour une franche rigolade.

J'ai trois choses à écrire à propos de l'humour de cet album : efficace, intelligent, universel. Connaissez-vous « Le Cri de l'Autruche » ou bien « Le Fond du Bocal » de Nicolas Poupon ? J'ai la nette impression que les deux hommes à qui on doit cette réalisation s'en sont inspirés ainsi que des tôliers comme Gary Larson et Walt Disney. En fait, les deux néerlandais Wilms et Raymakers en sont les méritoires héritiers. Vous cherchez les bulles ? Vous n'en trouverez pas. Les scénettes n'en ont nullement besoin sinon, ce ne serait pas aussi délassant. Le dessinateur nous a déroulé un dessin très suggestif qui accentue bien les cambrures des bestioles. Il y a juste un moment où la répétition s'incruste mais après, c'est reparti pour un humour bien calibré. Ceci pour la modique somme de 3 € ! Un prix de lancement formellement dû à la durée de la crise. Les trois tomes suivants sont déjà en vente (le n°2 est aussi à 3 €) et le cinquième sera "dévorable" à compter du 28 juin 2017. Minh De Van disait "pour être heureux, inspire-toi de la conduite des animaux". Mais pour s'amuser un peu, imagine ce que ce bœuf peut faire dans cet impayable zoo !

trump de a à z,bourhis,humour,politique,casterman,le livre noir,lefred-thouron,fluide glacial,farce,vertical,ishizuka,glénat manga,moeuh!,wilms,raymakers,bamboo


Mister Med.

a07-3e78901.gif

__________________________________________

23/01/2017

Le Teckel T3 : Votez le Teckel.

le teckel t3.jpgle teckel tome 3.jpgScénario : Hervé Bourhis
Dessin : Grégory Mardon.
Éditeur : Casterman.
Sortie : 11 janvier 2017.
112 pages.
Genre : aventures électorales.

 

 

Présentation du candidat.
Le Teckel, le candidat pour une France qui a du chien !
Le Teckel, le héros qui fait vibrer les électeurs et émoustille les électrices !
Le Teckel, l’album aux 112 pages d’action moustachue, de campagne électorale en CX break et de rire très hexagonal.
Le Teckel, la BD qui met à nu les pratiques de la politique française et ses communicants.


«  Je vais vous donner un truc pour quand la question vous gêne. Vous contournez. Je vais vous répondre, mais d’abord laissez-moi vous dire que… Et là, vous dites quelque chose que vous maîtrisez. »


Mon avis.
Le Teckel, la légende de la profession visiteur médial se lance à la course à la présidence de la république. Une farce ? Certainement pas quand on s’appelle Guy Farkas, on plaque, on fracasse, on boit un p’tit coup et plus rien ne l’arrête.
Notre Teckel, c’est une sorte de Trump avec une dose de général de Gaulle et aussi une touche involontaire de Rocco Siffrédi. Bref, le candidat populiste idéal !
Les dialogues de ce tome 3 sont toujours aussi savoureux. J’ai lu cette BD avec un grand plaisir. Sous un air de pastiche, les auteurs ont vraiment su humer l’air du temps et on se dit que tout ça pourrait être possible. Il y a aussi quelques scènes d’anthologies comme le discours sous coke, le débat télévisé pour la présidentielle ou encore le dîner avec Sarkozy ou Hollande.
Le teckel président, le Teckel président !
Ok, le dessin n’est pas des plus extraordinaires mais il a un grand mérite, c’est d’être expressif et porteur du message du candidat.
Bref, je trouve cette série excellente, intelligente et jubilatoire.

le teckel.PNG

 

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a09-3e78912.gif

 

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (1) | Tags : bourhis, mardon, le teckel, casterman, politique, 012017, 810 |  Facebook | |

20/09/2014

PREVERT, INVENTEUR.

Prévert, Cailleaux, Bourhis, Dupuis, 09/2014Prévert, Cailleaux, bourhis, dupuis, 09/2014Dessin : Christian Cailleaux- Scénario : Hervé Bourhis

Editions Dupuis- Collection Aire Libre

Sortie 19/09/2014

72 pages –Cartonné- couleurs

Prix conseillé : 16,50 €

ISBN : 9782800162256

Biographie, Littérature, Prévert

 

Résumé (de l’éditeur) : Envoyé à 21 ans en Turquie pendant son service militaire, Jacques Prévert y fait la connaissance de Marcel Duhamel. De retour à Paris, ils s'installent dans le quartier de Montparnasse qui va devenir le cœur de l'avant-garde des années 1920. Entre petits boulots et fêtes enivrantes, Prévert fait la connaissance d'Aragon, Breton, Desnos, avec lesquels il écrit quelques-unes des plus belles pages du surréalisme. Mais la politisation de Breton ébranle le groupe d'amis. Viscéralement indépendant, Jacques Prévert prend ses distances vis-à-vis d'un mouvement avec lequel il ne va pas tarder à rompre et fait de nouvelles rencontres déterminantes, notamment avec Giacometti et Pierre Batcheff. S'ouvre alors pour lui une nouvelle carrière de scénariste.

« -Qu’est-ce que vous buvez, Desnos ? Je connais votre travail, vous savez. Je trouve ça dégueulasse. Positivement dégueulasse.»

 

Mon avis : Encore une biographie d’un grand auteur de la littérature française ! C’est à la mode mais il faut bien dire que souvent ils ont eu une vie atypique qui sort des sentiers battus, de la vie monotone de Monsieur tout-le-monde…Il faut bien dire qu’à part quelques poèmes, je ne connais rien de Prévert. Cet album m’a permis de mieux appréhender l’homme qui se cache derrière l’œuvre. Je me suis aussi rendu compte que le Prévert que l’on a connu sur la fin de sa vie, s’était fortement assagi par rapport à ses débuts entre 1920 et 1931.

En effet, les auteurs de cet album ont pu bénéficier du soutien de la famille de Jacques Prévert et ont eu accès à ses archives. C’est donc assez pointu comme narration. C’est d’autant plus remarquable que Prévert n’apparait pas toujours sous son meilleur jour. Prévert est un homme qui n’aime pas travailler et il le dit ! Il vit la plupart du temps aux crochets d’amis, il a une grande gueule, aime faire la bringue et sortir la nuit. Il a la répartie facile, fait beaucoup de jeux de mots, ce qui amuse la galerie mais lui vaut aussi parfois des problèmes, y compris avec la police. Bref, Prévert, c’est un pochtron, un glandeur qui va même par moment se retrouver à loger sous les ponts, à devoir vivre de peu. En fin de compte, il se mettra à l’écriture de poèmes plus par nécessité que vraiment d’envie au départ.

Il n’empêche que, après un service militaire à Constantinople, sa vie de bohème dans le quartier de Montparnasse va lui permettre de fréquenter l’avant-garde de l’époque. Il va fréquenter les surréalistes avant de couper les ponts et devenir poète et scénariste.

Au niveau du dessin de Cailleaux, pas de case, mais des illustrations commentées, des phylactères, posés sur une planche d’un seul tenant. Le dessin est plus stylisé que réaliste. Pourtant, ce dessin est détaillé et précis. On revit avec Prévert, par exemple au début de l’album, son service militaire à Constantinople, un poste de tout repos, dans une ville magnifique et fascinante. C’est Byzance ! Cela n’empêche pas quelques trouvailles graphiques comme le plan de la maison du 54, rue du Château à Paris. Cela ressemble parfois à un carnet de voyage. Le lecteur visite Montparnasse des années ‘20 comme un touriste visite La Turquie…A première vue, cela a l’air débridé mais la lecture au niveau graphique est très plaisante.

Pour le scénario de Bourhis, j’en ai déjà touché un mot. C’est très pointu. La narration fait un excellent résumé des étapes importantes dans le cheminement de Prévert. On ne rate aucune de ses rencontres importantes et il en a rencontré du monde et pas n’importe qui ! Les dialogues sont bien choisis et montrent la façon de penser, parler de Prévert, sa manière de triturer la langue française, ses jeux de mots. Le scénariste a su garder la bonne mesure pour que la lecture reste limpide, qu’on ne se lasse pas de la lecture par un texte trop long, trop lourd, ampoulé.

Il s’agit semble-t-il d’un premier tome mais cet album peut déjà se suffire à lui-même. La période abordée est très intéressante et moins bien connue de nos jours. J’ai découvert Prévert qui n’était pour moi qu’une icône aperçue de loin lors d’un cours sur la littérature française, au détour d’une page du dictionnaire Larousse. Très intéressant et bien réalisé.

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           8,0/10

Moyenne :           8,0/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Prévert, Cailleaux, bourhis, dupuis, 09/2014