24/07/2017

Urban T4 : Enquête immobile.

urban t4.jpgurban.jpgDessin : Roberto Ricci
Scénario : Luc Brunschwig.
Editeur : Futuropolis.
Sortie : juin 2017
62 pages.
Genre : anticipation.


Résumé.

Après l’attaque terroriste qui a plongée la ville de Monplaisir dans le noir, Springy Fool trouve des boucs émissaires à sacrifier pour calme la foule des plaisanciers. Zacchary est mis à pied pour n’avoir pas tué Ronald, le magicien, coupable idéal du meurtre du petit Neil. Chez lui, grâce à son accès à A.L.I.C.E ,le système d’exploitation de Monplaisir, il mène l’enquête qui l’amène à la naissance même du parc d’attraction…

 

« Dorénavant, les robots devront arborer des signes qui les distinguent des humains !»

Mon avis.

Vous allez me prendre pour un fou, mais pour moi Urban, c’est le game of thrones version anticipation. Plusieurs éléments m’ont fait penser à ce rapprochement osé. Il faut dire que j’avais les batteries cérébrales plutôt vides lors de ma lecture.
La violence d’abords, on ne compte plus les scènes où les morts se ramassent à la pelle. Pour info, mangez léger avant la lecture de ce tome 4. Le sexe ensuite est pour le moins explicite, on ne compte plus les belles poitrines exposées. Certains personnages sont plus que détestables, on ne compte plus les bons névropathes qui jalonnent cet album. On est vite pris d’empathie pour les autres, on ne compte plus les « allez buzz » qu’on a assené pendant la lecture. Notre bon Buzz assigné à résidence, ce qui va lui permettre de lever un coin du voile sur pas mal d’informations statistiquement improbables mais oh combien sensibles.
On reconnait vite la touche Luc Brunschwig qui aime tisser sa toile scénaristique méticuleusement vers l’ultime tome 5 et son dénouement de nœuds gordiens.
Mais que serait Urban sans le dessin du talentueux Roberto Ricci ? Pas grand-chose car c’est lui qui a su installer cet ambiance si caractéristique dans cette ville « divertissement » à la fois resplendissante et crasseuse. Sans oublier un décorum soigné et des personnages très typés, on y voit même des super-héros, c’est vous dire !
Bon pour ma part, il est grand temps que je prenne des vacances pour mon plus grand plaisir.

urban t.jpg

Samba.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Les Tomes 1-2 et 3 ICI.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : urban, brunschwig, ricci, futuropolis, 062017, 810 |  Facebook | |

19/06/2017

La mémoire dans les poches Troisième partie.

la memoire dans les poches.jpgmemoire dans les poches t3.jpgScénario : Luc Brunschwig.
Dessin : Etienne Le Roux.
Editeur : Futuropolis.
Sortie : 18 mai 2017.
74 pages.
Genre : Saga familiale,drame.

 

 

Le résumé.
Une famille française, apparemment sans histoire. Le père, la mère, le fils aimé. Construit à travers le regard de chacun des trois personnages, La Mémoire dans les poches raconte des vies ordinaires, des choix, des fragilités, des fuites, des impasses. Petits mensonges, discrets arrangements, et autres secrets … Un récit intimiste pour dire aussi les tourments de l’Histoire du XXe siècle.

Un autre regard !

Le scénariste français Luc Brunschwig, auteur de séries à succès a mis le point final à La Mémoire dans les poches, fiction intimiste inspirée de son propre patrimoine familial, une grande histoire d’amour filial forte, et certainement une des histoires les plus personnelles de l’auteur. Il aura fallu 10 ans pour clore ce singulier triptyque. Certainement parce qu’il aura été le texte le plus sensible et le plus difficile à écrire pour lui. Les personnages n’en sont que plus incarnés, singuliers et bouleversants. Il aura fallu passer le temps du deuil. Brunschwig aura dû laisser reposer ses mots, afin de choisir les plus justes, et les plus fidèles à son idée, au croisement de la nostalgie et de la mélancolie.


« Ce livre a failli avoir ma peau ! ». A ces mots lourds de sens, je m’interroge et je comprends vite que le scénario de la mémoire dans les poches est fortement inspiré par la propre vie du scénariste. C’est avec cette idée que je reprends ma relecture (à coup de pied dans le cul) des 2 premiers tomes de ce triptyque. Car il ne s’agit pas d’une lecture détente mais d’une lecture « émotionnelle » et qui selon votre vécu vous parlera à un moment ou à un autre. Bref, il faut se mettre en condition pour aborder les chemins sinueux de la famille Letignal.
Hormis quelques petites longueurs (Luc B. aime bien poser ses caractères et présenter ses personnages), j’arrive à ce fameux tome 3. Je suis agréablement surpris par la colorisation proposée. Un peu plus lumineuse que les précédentes, je trouve ce choix vraiment adéquat. On contrebalance ainsi le drame qui s’y joue. Un peu comme la présence du petit Tarik qui égaye un peu les pages.
Je suis aussi assez bluffé par les transitions qui se font vraiment dans une harmonie presque symphonique. Bref, le dessin d'Etienne Le Roux est à la hauteur de nos espérances.
L’histoire elle aussi va vous émouvoir par sa justesse et sa sensibilité. Elle traverse aussi la grande fracture du 20e siècle et son corollaire de drames. Pas mal de tristesse, de regrets ou de résilience dans cet ultime tome qui comme je l’ai dit plus haut fera écho à votre vécu. Vous verrez qu’une fois cette BD déposée, vos pensées iront au pays de la nostalgie et des fractures de la vie.
Merci aux auteurs pour ce moment d’émotion !

la memoire dans les poches.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

Liens vers les anciennes chroniques de cette série.Pour le tome 1, on remonte à la genèse du blog !
la memoire dans la poche,brunschwig,le roux,futuropolis,052017,drame familialela memoire dans la poche,brunschwig,le roux,futuropolis,052017,drame familiale

06/12/2016

BOB MORANE Renaissance Tome 2

Couv_287372.jpgVerso_287372.jpgLe village qui n'existait pas

scénario: L. Brunschwig et A. Ducoudray

dessin: Dimitri Armand

couleurs: Hugo Facio

LE LOMBARD 10/2016

54 pages, cartonné

 

 

Résumé du tome un:

Bob Morane et Bill Ballantine, tous deux soldats des forces de paix de l'ONU au Nigéria, interviennent pour sauver une famille de dignitaires musulmans qui va être exécutée par un faction rivale chrétienne. Comme ils ont désobéi aux ordres de "non intervention", ils sont jugés militairement par leur pays ! si Morane sauve sa tête grâce à l'intervention de Kanem Oussman, le nigérien qu'il a sauvé et qui est devenu président de son pays, Ballantine, lui, écope de 4 ans de prison ferme. Morane accepte de travailler pour Oussman et le sauve même d'un attentat perpétré par un de ses ministres, membre d'un groupe islamiste. 

bob morane,l'ombre jaune,vernes,brunschwig,armand,ducoudray,le lombard

Bob Morane est maintenant le porte-parole de l'action humanitaire lancée par le président Oussman et de hauts dignitaires français afin de moderniser et éduquer le pays. Cette action fait partie du programme "éducation contre minerai", accord passé entre le Nigéria et la France. Il est chargé de mener à bien l'opération qui consiste à fournir aux enfants du pays des casques d'apprentissage qui leur donneront très rapidement la connaissance. Mais, dans l'ombre, la révolte gronde.

Une organisation clandestine dirigée par un chinois, Monsieur Ming, et sa nièce Tania Orloff, veut empêcher cet accord. Ming s'est rendu compte que les casques "hypnotisaient" ceux qui les mettaient et leur faisaient croire que Morane et la France étaient les sauveurs - de quoi enlever le libre arbitre à tout un peuple ! Morane échappe à la mort programmée par Ming et découvre qu'il a été trompé par Oussman et son propre pays, la France.

 

bob morane,l'ombre jaune,vernes,brunschwig,armand,ducoudray,le lombard

Voici donc le deuxième tome de cette "renaissance" du personnage de Bob Morane, créé à l'origine par Henri Vernes dans la fameuse collection romanesque Marabout. Morane et Ballantine sont donc modernisés, ils gardent leurs valeurs morales mais les périls ont changé ! la France, vilain pays colonialiste, veut s'accaparer toutes les richesses d'un pauvre petit pays africain. Ming, gentil chinois (laissez-moi rire !) est un humanitaire aux méthodes un peu expéditives qui combat l'impérialisme occidental et... Ballantine ne boit plus de whisky ! Bref ! une histoire moderne, liée aux problèmes de notre époque et qu'on aurait pu raconter avec n'importe quel personnage inventé pour l'occasion; alors pourquoi Bob Morane ? pourquoi toucher à une icône du passé qui a ses passionnés et qui n'a pas besoin d'être mis au goût du jour ! pourquoi ne pas laisser le commandant Morane à ses valeurs propres aux années cinquante , et Bill Ballantine à son élevage de poulets et son whisky Zat 77 ?  Et Ming, l'Ombre Jaune, ce personnage digne de Fu Manchu, dont le but est la domination du monde, qui possède la vie éternelle, une technologie avancée et une armée de tueurs fanatiques à son service, est bien pâle dans ce récit.  bob morane,l'ombre jaune,vernes,brunschwig,armand,ducoudray,le lombardEspérons que l'avenir le rendra plus diabolique car, pour le moment, il est peu crédible. Peu crédible aussi le Morane nouveau, chevalier des valeurs justes qui se laisse bien facilement berner par les gens au service desquels il se met. La seule chose positive est la fiancée que les auteurs lui ont donnée (l'original était assez asexué et l'on pouvait se poser des questions quant à sa camaraderie envers Ballantine). Finalement, seuls Ballantine et Tania Orloff tirent leur épingle de ce "relooking" pas nécessaire du tout !   

Si le scénario peut passer, bien que je ne crois pas du tout à cette technologie futuriste de casques donnant la connaissance aux enfants nigériens, le dessin, trop moderne, de Dimitri Armand manque de souffle ! L'artiste est très à l'aise dans les scènes d'intérieur et les plans américains sur les personnages mais il rate souvent les scènes d'action et son Bob Morane tenant un pistolet à la Horatio Caine dans les Experts nous fait sourire gentiment.

Sachez aussi que pour Noël un tirage de luxe, incluant les deux tomes de ce premier cycle, est publié par Le Lombard! 

Bref ! allez donc relire "les poupées de l'Ombre Jaune" par William Vance ou bien "l'épée du paladin" par Gérald Forton et vous m'en direz des nouvelles.

JR

scénario: 

dessin:    

bob morane,l'ombre jaune,vernes,brunschwig,armand,ducoudray,le lombard

 

                                                                                  

 

27/04/2016

Leviathan tome 1

Leviathan tome 1, les premiers jours, Brunschwig, Ducoudray, Bossard, Casterman, 16 mars 201, thrillerLeviathan tome 1, les premiers jours, Brunschwig, Ducoudray, Bossard, Casterman, 16 mars 201, thrillerAprès la fin du monde
Scénaristes : Luc Brunschwig, Aurélien Ducoudray
Dessinateur : Florent Bossard
Editeur : Casterman
Date de publication : 16 mars 2016

72 pages- cartonné

Thriller fantastique

 

Présentation de l’éditeur :

 

Sous des dehors de film catastrophe, le début d'un thriller politique et psychologique.

Marseille - 21 avril - 08h23.
Premier bilan après le séisme qui a violemment secoué la cité phocéenne ce matin.
1498 morts - 4355 blessés - 807 disparus.
Ce bilan est provisoire et susceptible d'évoluer à tout moment.

Leviathan tome 1, les premiers jours, Brunschwig, Ducoudray, Bossard, Casterman, 16 mars 201, thriller

 Récit à hauteur d'homme de la destruction impensable et terrifiante d'une partie de Marseille, par ce qui semble tout d'abord être un tremblement de terre. Intrigue chorale, qui entremêle les actions de 4 marseillais, au contact direct des victimes de la catastrophe : un policier, une infirmière, une psychologue et un agent des pompes funèbres. Leviathan explore les conséquences humaines, sanitaires et politiques d'une telle catastrophe, dans une ville déjà troublée par un présent difficile, au coeur d'enjeux politiques et économiques majeurs. Et nous, que ferions-nous dans une telle situation ?

Leviathan tome 1, les premiers jours, Brunschwig, Ducoudray, Bossard, Casterman, 16 mars 201, thriller

Mon avis :

Le travail du duo Brunschwig-Ducoudray au scénario fonctionne comme une mécanique parfaitement huilée. La cuvée de cette nouvelle série promet d’être du meilleur tonneau. A la première lecture, on est captivé par ce mystérieux thriller qui mélange habilement intrigues policières, psychologiques et fantastiques sur fond de machinations politico-militaires. La trame temporelle éclatée dévoile lentement toutes ses strates, avec d’intrigants retours dans le passé des personnages principaux qui attirent l’attention sur le moindre détail d’un récit chapitré en quatre journées.

Bossard, au dessin, démontre sa totale maîtrise du sujet. Ses cadrages, sa gestion des couleurs et de la lumière, son trait nerveux, ses visages torturés sont autant d’occasions de donner toute la mesure de son talent.

Leviathan tome 1, les premiers jours, Brunschwig, Ducoudray, Bossard, Casterman, 16 mars 201, thriller

Réussite exemplaire pour cet album!

La mise en place très méthodique de cette histoire alambiquée nous promet un suspens original pour les prochains tomes.

 

  Dessin

 Scénario

 Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

24/12/2015

Holmes livre IV : La dame de Scutari

holmes.jpgHolmes t4.jpgAuteurs : Cecil et Brunschwig.
Editeur: Futuropolis.
Sortie: 22 octobre 2015
Genre: Thriller.
Le résumé.
Alors que Wiggins suit, sous l’œil attentif de Mycroft, la plaidoirie du docteur Parks au procès de Judith Brown, dont l’issue va provoquer l’émoi dans le pays tout entier, Mary et John Watson sont au chevet de la nourrice de Sherlock, blessée par balles. Les révélations de celle-ci vont les mettre sur la piste d’une femme dont le nom fut aussi au cœur du procès : Florence Nightingale. La célèbre infirmière et pionnière des soins modernes a mis en pratique ses théories lors de la guerre de Crimée à l’hôpital de Scutari où officièrent le jeune docteur Parks et une certaine Violet Holmes

Mon avis.
holmes t4 v.jpgRetour sur une série « phare » dont les tomes sortent de façon régulière mais plus espacée que la majorité des séries « à succès ».
Le tome 3 est en effet sorti en 2012 .L’attente a été longue mais l’arrivée était très attendue…
Rappelons qu’officiellement Sherlock Holmes a disparu la 4 mai 1891 aux chutes de Reichenbach en Suisse entrainant avec lui dans sa mort son plus grand ennemi, le professeur Moriarty .Le docteur Watson se lance sur les traces de Holmes. C’est ce que raconte cette série.
Le scénario est mené de main de maître par Luc Brunschwig (le pouvoir des innocents, le sourire du clown, Urban..) et donne toujours envie au lecteur de suivre le déroulement de l’histoire.
Cécil s’occupe toujours du dessin, un trait d’une grande qualité, qui privilégie la précision et la réalité historique. Je conseillerais pour bien comprendre l’histoire de relire les tomes précédents.
A noter que Cécil prend en charge également les couleurs .Le ton général des couleurs correspond toujours à une période bien précise du récit, ce qui facilite grandement la tache et la compréhension au lecteur.
Les amateurs d’Histoire et de polar trouveront dans cette série leur graal. C’est franchement bien charpenté au niveau du scénario et le dessin sert l’histoire de façon efficace et pointue.
Le lecteur va faire connaissance de la dame de Scutari et de Violet Holmes .On avance mais la fin de l’histoire n’aura pas lieu avec ce tome 4.Les paris sont ouverts pour la sortie du tome 5 !
En conclusion, il s ‘agit d’un tome de transition mais très intéressant qui vaut qu’on s’y attache, qu’on le lise attentivement. En attendant la suite …

holmes t4 vl.jpg

a09-3e78912.gifDessin

a08-3e78906.gifScénario

a08-3e78906.gifGlobal 

Capitol.
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

16/04/2015

Le Pouvoir des Innocents T3 - Cycle 2 : Car l'enfer est ici

 

Couv_237026.jpgPlancheA_237026.jpg

Scénario : Luc Brunschwig

Dessin : Nouhad et Hirn

Éditeur: Futuropolis

56 pages

Parution : 12 février 2015

Genre: Thriller moderne - Politique & Économique

 

 

 

Le résumé de l'éditeur :

Six mois se sont écoulés depuis l'attentat odieux qui a endeuillé la fin de l'élection municipale à New York. L'ancien marine, Joshua Logan, considéré par tous comme le principal suspect, vient de se rendre à la police pour tenter de clamer son innocence. Mais l'homme le plus haï du pays a-t-il une chance de faire entendre sa voix ? De son côté, le nouveau maire de la ville, Jessica Ruppert, a engagé la politique de réformes sociales qu'elle avait promise à ses électeurs. Mais ce virage à gauche, inédit aux États-Unis, inquiète de nombreux opposants.

 

Mon avis :

Condamné à tort, Joshua Logan tel un laissé pour compte, vit des instants pénibles derrière les barreaux. Aux antipodes de là, le démocrate MacArthur joue les playboys charismatiques afin de toucher un très large public…

Avec "Car l'enfer est ici", 2ème cycle de leur série culte le pouvoir des innocents publié chez Futuropolis, Luc Brunscwig et David Nouhaud poursuivent leur dépeçage en règle de l'Amérique contemporaine.

Les avis vont certainement se partager entre d'un côté pourquoi avoir continuer cette série au delà du 1er cycle ( étant donné la qualité, la structure mise en place et un dénouement tout aussi radieux) et de l'autre, le désir d'en apprendre davantage et l'envie de voir perdurer Joshua, Amy et cie dans ce contexte politiquement incorrect. Ceci dit, on recense peu d'action dans cet ouvrage, le scénario évoluant principalement sur de longs dialogues diplomatiques, politiques et économiques.

 

Thriller moderne dans lequel s'entremêlent boutades politiques, règlements de compte et complots stratégiques, le pouvoir des innocents dénonce un système, celui où le plus faible rame à outrance pour le compte des gros bonnets. Les pontes de la finance, de la politique et des organisations puissantes de ce monde se réunissent afin d'accroitre davantage de pouvoir au détriment du peuple. Rien de neuf, en somme, mais une thématique soigneusement adaptée grâce à des protagonistes divers qui se démarquent les uns des autres. Deux adversaires dont tout sépare : la bravoure qu'affiche Jessica Rupert qui croit fermement au changement et à la rédemption tandis que sa rivale Meredith Bambrick ne le voit de cet œil. Quant au candidat démocrate MacArthur, celui-ci tente de bousculer les indices, car malgré son charisme omniprésent, les sondages ne le placent plus sur du velours… Quant à Domenico Coracci, cet homme sans morale, la quête du pouvoir semble plus juteuse que n'importe quel palmarès, et cela qu'importe le prix à casquer.

 

La touche graphique est présentée par le duo Hirn et Nouhaud. Ceux qui n'apprécient pas le style de trait à l'aquarelle, le mieux est de passer votre chemin, par contre les autres seront certainement aux anges par ce processus de tons et de nuances mis en place par les auteurs. Les traits des faciès tristes et affaiblis transpirent l'atmosphère de la saga. Forcément, tous les protagonistes ne coulent ici des jours heureux et se débattent corps et âme afin d'accéder à une fin meilleure.

Les férus d'élections politiques, de discours enchanteresses et de vilaines combines seront allègrement surpris.

 Une série qui par moments semble stagner et à d'autres, réagir au quart de tour.

 

pouvoir-t3-5_tel_def.jpg

 

Lien vers la fiche technique de l'album sur le site de Futuropolis: ICI.

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne.

 

 

 

Coq de Combat.

 

16/10/2014

Urban T3 : Que la lumière soit ….

Urban3.jpgUrban3f.jpgAuteurs :Brunschwig et Ricci.

Editeur :Futuropolis.

Sortie : 09/2014

 

Alors que la ville de Montplaisir est sous le choc après l’extinction générale de toute son alimentation électrique, suite, semble-t-il, à une attaque terroriste de grande ampleur, Zacchary reste auprès de la dépouille du petit Neil, victime innocente de son combat avec le tueur Antiochus Ebrahimi. En dehors de la ville, la famille de Zach est attaquée par ses propres robots d’entretien…

 

Breaking news.

Suite à une action de protestation syndicale  s’occupant des services de presse, nous informons notre aimable assistance que cette chronique a été retardée d’un mois. On arrive donc après la guerre pour vous chroniquer ce tome 3 d’Urban !

Mais retrouvons tout de suite notre envoyé spécial, Lapinou, en direct de Montplaisir pour faire le point sur cette tragédie.

-Et oui, Samba, je me trouve à l’endroit même  où des terroristes ont déclaré la guerre à notre centre de loisir. Notre monde n’allait déjà pas très bien mais là, on est au bord du gouffre. C’est avec beaucoup d ‘émotion (et aussi pas mal de voyeurisme) qu’on  vous montre des images de détresse d’une mère pour son enfant disparu ou des familles pleurant la perte d’un proche.

Snif ! Ayons une minute de compassion pour ces malheureux mais crions aussi vengeance et traquons ces terroristes jusqu’en enfer (qui n’existe plus rappelons le). 

-Merci Lapinou pour ce témoignage édifiant qui montre qu’Urban ne ménage pas ses personnages. Il faut dire que son chef d’orchestre, un certain Luc Brunschwig , n’est pas à son coup d’essai .On y retrouve d’ailleurs sa marque de fabrique avec quelques flashbacks montrant le coté émotionnel de toute cette histoire .Il est aussi secondé par l’excellentissime Roberto Ricci qui a mis en image de manière très convaincante cette parabole selon Saint Luc. 

On peut aisément proclamer que ce tome 3 donne une nouvelle dimension à l’ensemble, le danger est incontestablement plus important que prévu.

Sinon, vous pouvez miser sur le nombre de like sur cette chronique, 5 dalsuns par proposition.

On se quitte comme toujours avec notre pin-up de jour, aujourd’hui la douce  Ishrat .

A demain.

urban_ascenceur.jpg

a08-3e78906.gifScénario

a08-3e78906.gifDessin 

a08-3e78906.gifGlobal.

Samba.

On en parle sur le forum.

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

 

08/05/2013

Lloyd Singer Tome 8 : 1985

Lloyd Singer8.jpgLloyd Singer8e.jpgAuteurs : Brunschwig & Martin.

Editeur : Grand angle.

Sortie : 04/2013

 

L’épilogue

Alors qu’avance la psychothérapie des Singer pour sauver Esther de l’anorexie, l’arrestation du mystérieux tueur en série va accélérer le processus de réminiscences de Lloyd. Mais avec le temps les souvenirs s’estompent, s’effacent même. Et lorsqu’ils refont surface, lorsqu’ils se recoupent enfin, la vérité peut être encore plus inattendue que tout ce que l’on s’était imaginé jusqu’alors...

 

Non mais !

Ce tome 8 sonne le glas des aventures de Lloyd Singer. Et pourquoi cette cessation d’activité ?

Et bien, car vous, amis lecteurs n’avez pas suivi et encore moins adopté ce personnage oh combien attachant.

Ok, il ne rentrait pas spécialement dans le moule classique du super héros. Il vous a fait peur avec ses cheveux bouclés et ses grosses lunettes. Il ne fallait pas se fier aux apparences les amis, ce mec était 100 fois plus intéressant qu’un Largo Winch (c’est mon avis et j’ai envie de le  partager). Le mot psychologie vous a effrayé pensant à un truc chiant, de nouveau une erreur mais vous commencez à les accumuler là !

3066060806.jpg

 

Je prends ma part de responsabilité en pensant qu’on vous a mal vendu l’affaire.

Bon, dans Lloyd Singer de Grand angle  ex Makabi chez Dupuis (vous suivez ?), vous avez des querelles de famille, des engueulades sur fond de mystères. Ça ne vous dit rien ça ? Si j’ajoute une voix off bien caverneuse, bin oui secret story (j’ai eu beaucoup de  mal à ne pas écrire secret connerie).

Ah, je vois tendre quelques juvéniles  oreilles à ces mots.

Allez, je rajoute des palmiers et Miami. Magnifique non ? On sent déjà le glamour, les belles filles, le soleil.

Vous pensez que j’affabule, tapez Lloyd Singer dans google image, vous obtiendrez ça.lloyd-ashley-500.jpg

Attendez, ce n’est pas fini, il faut bien entendu de l’amour. C’est beau l’amour, ça fait chavirer nos cœurs, on voit tout en rose.  Bon comme c’est du Luc Brunschwig , on a aussi l’option récalcitrante avec un pervers pépère. Mais pour adoucir tout ça, on fait aussi dans « l’animal » avec une vieille chouette. Hé, il se décarcasse là le père Brunschwig non ? Je n’ai pas encore fini, pour coller parfaitement à l’air du temps, et hop  une touche culinaire, un vrai top chef ce Luc. Bref, vous êtes gâté de chez gâté.

Quoi, vous n’êtes toujours pas persuadé par la qualité de cette série !

Vous êtes désespérants là les gars !

J’ai encore un argument qui tue, on y parle de vampires !

 Mais c’est plutôt des buveurs de pensées, d’affection, ceux qui vous bouffent votre vie. 

Allez ! Approchez. N’ayez pas peur, je crois qu’il est temps pour vous de rencontrer Lloyd.

Voilà, si après ça vous n’êtes toujours pas convaincus, je crains que vous ne regardiez trop TF1 ou RTL.

Et puis, je préfère savoir qu’on est entre gens de bonne compagnie sachant apprécier les bonnes choses pour savourer ce thriller psychologique de haute qualité. Là, je suscite la jalousie et la susceptibilité, j’aurais vraiment tout essayé !

 

Scénario : 10/10

Dessin : 8/10

surprises.smileysmiley.com.9.gifGlobal 

 

Samba.

On en parle avec le psychanalyste.

Lloyd Singer8r.jpg

 

Inscrivez-vous à la thérapie de groupe.

18/02/2013

Urban T2 : ceux qui vont mourir.

Urban2.jpgUrban2p.jpgAuteurs : Luc Brunschwig et Roberto Ricci.
Editeur :Futuropolis.
Sortie :01/2013

ALICE.

Monplaisir est une société hyper contrôlée, dirigée par l’omniprésent Springy Fool. A grands renforts de caméras et d’écrans géants, toute la ville peut suivre en direct les moindres faits et gestes de ses habitants. Monplaisir est également sous le contrôle d’A.L.I.C.E., un système automatisé composé de robots nettoyeurs qui font la chasse aux voleurs, avec des méthodes plutôt musclées … Ce système permet aux policiers de s’occuper des vrais crimes, car derrière la fête et l’amusement, on retrouve les corps mutilés de plusieurs jeunes filles. Devenant trop gênant, l’enquêteur principal est lui même assassiné par Antiochus Ebrahimi. On met alors sur le coup le meilleur Urban Interceptor : Isham El Ghellab. Cette traque est mise en scène en direct sous forme de jeu télévisé, où les spectateurs peuvent parier sur la mise à mort d’un des deux protagonistes.

Interception.
Le premier tome  m’avait séduit, le second  confirme tout le bien que je pensais  de cette série. Un signe qui ne trompe pas : mon appétit pour dévorer cet album. Une véritable faim de loup. Il faut avouer que le dessin de Roberto Ricci est un réel plaisir pour la rétine. En plus, son univers futuriste est des plus crédibles. Sa cité du jeu Montplaisir devient presque un personnage à part entière. On peut y trouver aussi quelques uns de nos travers actuels comme les dérives de la téléréalité, l’argent roi, la justice spectacle ou l’occultation des plus « pauvres ». L’ambiance devient d’ailleurs nettement plus pesante dans ce tome 2 et on commence à sentir la grosse anguille sous la roche venir troubler les rouages bien huilés de cette ville « idyllique ». Bref, Luc Brunschwig nous propose une histoire intelligente et complexe  comme à son habitude. Par contre, le cliffhanger final est une véritable torture …..aaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhh Punaise dire qu’il va falloir attendre le tome 3 pour savoir ce qui s’est passé !
Ce sont des salauds ces auteurs, ils flattent nos yeux avec des dessins sublimes, ils captivent notre cerveau avec une belle immersion dans un monde futuriste et puis voilà ... on nous laisse dans l’expectative.
Allez, courage, on s’arme de patience et vivement le tome 3.
A noter un cahier graphique  réservé à la première édition.
Dessin : 9.5/10
Scénario :9/10
surprises.smileysmiley.com.9.gif Global.



Coup de cœur pour Samba.
On en parle sur le forum.

urban.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

16/07/2012

HOLMES - livre III: L'ombre du doute.

Couv_166433.jpgPlancheA_166433.jpg1207141342540001.JPGDessin : Cecil 

Scénario : Luc Brunschwig

Editions Futuropolis

Sortie : 21/06/2012

64 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782754802475

Polar

 

 

Résumé (de l’éditeur) : 4 mai 1891, Sherlock Holmes disparaît en Suisse aux Chutes de Reichenbach, entraînant avec lui dans la mort son plus grand ennemi, le professeur Moriarty. Pour Mycroft, son frère, la mort de Holmes est le suicide déguisé d’un homme qui ne pouvait se résoudre à voir son cerveau détruit par la drogue. Malgré les preuves apportées, le docteur Watson se refuse à croire cette version des faits. Il se lance à travers toute l’Europe dans une incroyable enquête qui va tout lui révéler de l’histoire de Sherlock Holmes et de sa famille. Alors que Watson se rend à Pau, où la famille Holmes possède une maison, pour tenter de rencontrer des gens qui ont bien connu Sherlock quand il était jeune, Wiggins part à la rencontre d'un médecin dont le passé est lié au père de Holmes. Il se retrouve alors au coeur d'une manifestation qui va dégénérer en émeute et qui a pour cible… le docteur qu'il recherche …

 

 

1207141344040001.JPG

 

Mon avis : Evénement chez Futuropolis ! Après 4 années d’attente insoutenable, le tome 3 de Holmes vient de sortir de presse et quel album ! 4 ans de doutes, de recherches, des repentirs selon les termes des auteurs. Ce qui frappe l’amateur de bande dessinée que je suis, c’est l’extraordinaire discipline, minutie dans le travail des auteurs. C’est une ode à l’excellence tant au niveau graphique que du scénario. C’est aussi le triomphe du masochisme et de l’esthétisme mis au niveau de la BD. A un tel point que je me demande si c’est franchement rentable de passer autant de temps sur un album…Mais Futuropolis, un éditeur atypique et à la ligne éditoriale innovante, a voulu mettre en avant ce fantastique travail en y ajoutant un magnifique cahier graphique de 16 pages époustouflantes où chacun peut mesurer la somme du travail accompli. Ce cahier graphique accompagne la première édition. Ne traînez donc pas pour acheter votre album, c’est un « plus » indéniable pour comprendre la démarche artistique des auteurs.

1207141344340001.JPG

Le dessin de Cecil est somptueux. La qualité photographique, uniquement en noir et blanc, avec des noirs, des blancs et toute la gamme des gris. La technique du dessin de Cecil est décrite par le détail dans ce fameux cahier graphique. La période envisagée par le récit est bien rendue et a dû demander un paquet de documentations d’époque. Les personnages sont bien plantés. Le lecteur est vite plongé dans le récit comme s’il était dans la vraie vie. Rien à redire, bravo l’artiste…

En ce qui concerne le scénario, Luc Brunschwig nous plonge dans la vie romancée et fantasmée de ce cher Sherlock Holmes. Sa vie « connue », décrite par son géniteur littéraire, est faite de lumière. Notre scénariste lui trouve des parts d’ombre mais aussi une certaine humanité. Il en profite pour nous décrire la vie des gens simples mais aussi la vie des bas-fonds de Londres pendant la révolution industrielle. En plus de l’enquête de Watson et du côté polar de l’ouvrage, Luc Brunschwig réussit à nous passionner pour la vie cachée de Holmes, qui n’est pas qu’un long fleuve tranquille, loin des premières analyses. On est encore très loin du dénouement, mais ce n’est que du bonheur cette série.

1207141354030001.JPG

En conclusion, c’est un tome passionnant. Je suis vraiment conquis par cette série depuis le début et mon intérêt est loin de s’affaiblir. C’est du tout bon ! J’émets juste un vœu : ne pas attendre encore 4 ans pour lire la suite de l’histoire concoctée par nos deux compères. J’espère que cette période d’attente, de mise en friche, aura été mise à profit pour tracer un chemin bien moins long et plus direct à travers la forêt vierge de l’imaginaire de ces deux auteurs. « Le » coup de cœur de ce mois de juin 2012 !

   

Graphisme :   9/10

Scénario :     9/10

Moyenne :     9/10

 

Capitol.

1207141354460001.JPG

1207141342260001.JPG

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (4) | Tags : capitol, holmes, cecil, brunschwig, futuropolis, 910, polar, 062012 |  Facebook | |