15/08/2017

Harrow county - tome 3 - charmeuse de serpents

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017Scénario : Cullen Bunn
Dessin : Tyler Crook ; Carla Speed Mc Neil ; Hannah Christenson
Éditeur : Glénat Comics
128 pages dont 28 de bonus
Date de sortie :  juin 2017
Genre : épouvante

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le garçon décharné tente de comprendre les mystères de son passé, et Emmy enquête sur une ancienne demeure en décomposition. Pendant ce temps, un serpent malveillant sème la folie et la malice dans l’esprit des résidents de Holler. Seule Bernice parvient à lui résister grâce à l’aide du ténébreux Lovely Belfont. Mais ce soutien ne va-t-il pas la confronter à un danger plus terrible encore ?

Le suspense et les mystères ne faiblissent pas dans la suite de ce récit très « southern gothic » à la fois terrible et beau. Un classique en puissance adoubé par les grands Mike Mignola et Mark Millar !

 

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017

dessin de Carla Speed Mc Neil

 

Mon avis

Cullen Bunn continu de nous faire frissonner avec cette histoire de revenants, de sorcières et terres maléfiques. Pourtant, on pouvait craindre après le tome 2 que l'auteur ne tombe dans une routine un peu facile en déroulant des épisodes regorgeant de monstres en tout genre, s'opposant sans cesse à la jeune héroïne du récit et à son étrange compagnon décharné.

Il n'en est rien et l'auteur nous surprend ici avec trois récits courts dans lesquels il nous montre le jeune écorché en quête de son passé, puis Bernice confrontée à des serpents maléfiques, et enfin Emmy qui devra s'occuper d'une maison hantée. Trois récits assez différents mais qui conservent tous cette ambiance lugubre et froide présente depuis le début de la série.

La particularité de ce troisième tome est l'arrivée de deux dessinatrices en plus. Le premier chapitre est dessiné par Carla Speed Mc Neil et mis en couleur par Jenn Manley Lee. Le style est assez différent de celui de Tyler Crook . Le trait est plus fin et la couleur beaucoup plus sombre et froide donnant une ambiance forcément plus noire. Ce style est en adéquation parfaite avec le récit très sombre et assez flippant de ce chapitre qui est centré sur le jeune garçon écorché qui se questionne sur son passé.

Le dernier chapitre est quant à lui dessiné et mis en couleur par Hannah Christenson dans un style radicalement différent, pour le coup assez déroutant. Ce changement brutal d'esthétique nuit à l'homogénéité de l'album et casse l'ambiance efficace mise en place depuis le début. Dommage parce que cette histoire de maison hantée autrement dessinée aurait de quoi vraiment faire peur !

harow county,bunn,crook,mc neil,christenson,glénat comics,épouvante,horreur,sorcellerie,sorcière,610,062017

dessin de Hannah Christenson

 

Les bonnes BD d'épouvante n'étant pas légion, Harrow County reste tout de même une série à suivre.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.png

 

a05-3e788c9.png

 

a06-3e788fc.png

 

les autres tomes

Harrow county.jpgHarrow county T2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Tyler Crook dessine Harrow County

19/07/2016

Harrow county - tome 1 - spectres innombrables

Harrow county.jpgHarrow county_pl.jpgScénario : Cullen Bunn

Dessin : Tyler Crook

Éditeur : Glénat Comics

99 pages

date de sortie : juin 2016

genre : fantastique, horreur

 

 

 

Dans la petite bourgade du sud des États-Unis de Harrow County, Emmy a toujours su au fond d’elle que les bois qui entourent sa maison étaient peuplés de fantômes, gobelins et autres zombies. Mais le jour de son dix-huitième anniversaire, elle va découvrir qu’elle est connectée à ce lieu, et aux monstres qu’il renferme, d’une façon qu’elle n’aurait jamais imaginée... Peu à peu, elle sent d’étranges pouvoirs naître en elle. Est-elle prête à affronter tous les mystères de Harrow County ?

Désignée meilleure série de l’année 2015 par le légendaire Mike Mignola, Harrow County est la quête initiatique d’une jeune fille dans une société nimbée de surnaturel. Un récit onirique très « southern gothic », réalisé par Cullen Bunn (créateur du hit The Sixth Gun) et illustrée par l’envoûtant Tyler Crook (B.P.R.D.).

 

Harrow county_e01.jpg

 

Le genre horrifique n'est pas des plus facile à traiter en BD. On tombe soit dans le ridicule, soit dans le fantastique qui tourne au gore, soit tout simplement dans une histoire où les effets ne fonctionnent pas. Un peu comme dans ces films d'horreur où l'on rigole dès qu'on voit apparaitre le monstre, ou encore quand une musique tente de placer une ambiance un peu trop prévisible.

En BD, on se fait soit même sa petite musique d'épouvante et le scénario doit être drôlement bien ficelé pour produire l'effet voulu parce qu'un dessin n'arrivera quasiment jamais à nous foutre les jetons. L'auteur Japonais Junji Ito (Le Tunnel) est très fort dans ce registre et les américains ne sont pas en reste avec notamment Rachel Rising de Terry Moore, Fatale d'Ed Brubaker ou encore les fameux Tales from the crypt des années 50, que les éditions Akileos ont eu la bonne idée de rééditer en intégrales.

 

Harrow county_e02.jpg

 

Avec Harrow County, on n'échappe pas totalement aux clichés du récit d'horreur, mais comme Cullen Bunn ne cherche pas à en faire des tonnes pour impressionner le lecteur, sa narration fonctionne à merveille. Il nous entraine dans une chasse aux sorcières surprenante et inquiétante en faisant planer une drôle d'ombre sur le village de Harrow county et de ses habitants. L'histoire est assez simple, mais il y a de très bonnes idées qui produisent leur petit effet avec une grande efficacité.

Comme pour le scénario, Tyler Crook ne cherche pas à en faire des tonnes. Grâce à un dessin réaliste simple et une colorisation très maitrisée il rend crédible les scènes fantastiques qui coulent de source dans ce récit à la narration fluide.

Harrow county_e05.jpg

 

Ce bon premier volume nous montre la noirceur qui règne dans le cœur de certains homme et la jeune Emmy qui prend de l'envergure et gagne en puissance. J'attends avec impatience la suite de cette histoire et suis curieux de voir comment tout cela va tourner et comment les auteurs vont réussir encore à nous faire frissonner d'angoisse.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

 

10/07/2014

The sixth Gun Volume 2.

the sixth gun.JPGthe sixth gun t2.JPGAuteurs : Cullen Bunn et Brian Hurtt

Editeur : Urban comics.

 Sortie  le 4 juillet 2014.

 

Les 6

Suite au traumatisant dénouement de la bataille de Maw, Drake et Becky se refugient au cœur de la tentaculaire Nouvelle-Orléans. Alors qu’ils préparent leur prochain coup visant à  mettre la main sur les armes maudites, ils entrent en contact avec les forces mystiques habitant la région. Traitrise et magie vaudou sont au rendez-vous ! 

 

Tchik boum hue

Allez, on se met un bon Ministry (New World Ord comme titre, c’est l’idéal) comme fond sonore et c’est parti pour une lecture dantesque, si vous ne connaissez pas ce groupe underground, trouvez un truc qui dégage bien vos oreilles.

Ah Marinette aux bras secs est déjà là pour assister au concert des pistoléros, une abomination, anathème !

Mais Becky, Sinclair et Gord sont là  pour veiller au  grain. Un conseil « pars ou affronte la colère du Samba céleste ».

 

Aucune chance la créature des marais, le Samba céleste, c’est l’arme absolue de la critique folle.

Ce tome 2 est bien plus accrocheur que le prime opus ou alors c’est moi qui m’habitue à voir surgir des pages des créatures d’outre-tombe. On est ici plus dans l’esprit d’une quête pour trouver un moyen de neutraliser ces 6 fameux revolvers. Avec cet album, l’histoire se pose et on apprend à mieux connaitre les personnages, c’est nettement moins « Tchik boum hue » que le tome 1. Ici, c’est un peu plus subtil (bon pas trop quand même, c’est du comics) et la menace semble plus sous-jacente.

J’ai bien apprécié au milieu de l’album, la longue séquence sans bulle, un chouette moment où on a bon de frémir pour nos héros.

sixth gun.JPG

 

Une belle maîtrise de la mise en page pour le dessinateur Brian Hurtt. Par contre, ce violet criard mais quelle idée !

Allez, on pardonne car la lecture est agréable et trépidante.

 

Dans un mois le tome 3 ?

 

 

a06-3e788fc.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gif Global.

 

Samba.

 

sixth gun 2.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

20/06/2014

The sixth Gun

the sixth gun.JPGthe sixth gunAuteurs : Cullen Bunn et Brian Hurtt

Editeur : Urban comics.

Sortie : 20 juin 2014.

 

L’homme au pistolet maléfique.

Alors que le continent américain se remet difficilement des blessures de la Guerre Civile, d’inquiétants individus sillonnent le Grand Ouest à la recherche de six pistolets maudits détenant à eux seuls assez de puissance pour mettre fin à l’humanité. Parmi eux, le général confédéré Oleander Hume, créature suspendue entre la vie et la mort, attend dans son cercueil le jour où il pourra enfin remettre la main sur l’un de ces artefacts. Pour l’heure, son épouse et quatre de ses cavaliers les plus fidèles ont retrouvé la trace de l’une de ces armes entre les mains de Becky Montcrief, jeune femme cherchant à venger la mort d’un de ses proches. 

sixth gun.JPG

Un crescendo des forces du mal

C’est tellement too much que cette BD m’a bien fait marrer. Je vais essayer  de vous résumer l’affaire  mais attention c’est du lourd. Un ancien général confédéré doté de terribles pouvoirs maléfiques est sorti de son cercueil aidé par ses fidèles lieutenants munis de pistolets diaboliques aux caractéristiques propres. Le général veut aussi retrouver son propre pistolet mais hélas il est dans les mains d’une jolie jeune fille fatalement innocente. Elle sera sauvée par un ancien collaborateur du général devenu « renégat », le troublant Drake Sinclair. Bon, je vous passe les entités diaboliques et les nombreux morts vivants pour vous dire que c’est un joyeux bordel maléfique à la sauce western qu’on a là.

Si vous aimez ce genre de série Z comme Zombies ou z’ont fumé de l’herbe, ce comics  vous comblera  au delà de vos rêves les plus tordus surtout que le dessin est de bonne facture et assez déjanté lui aussi. 

Pour les cartésiens par contre, ça  passera plus difficilement.

a05-3e788c9.gifScénario

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gif Global.

 

Samba.

sixth gun 1.JPG