30/06/2016

SambaBD en deuil .

C’est avec tristesse que je vous annonce le décès de Marc Dufays alias Capitol suite à une longue maladie.

marc dufays.jpg


Tu resteras à jamais dans nos cœurs. Comment oublier cette grande carcasse dont les réparties claquaient avec intelligence mais aussi avec beaucoup d ‘humour . Comment oublier ta générosité et ta gentillesse pour les personnes que tu appréciais . Comment oublier ton talent de conteur quand tu écrivais une chronique ou quand tu nous parlais de tes souvenirs. Comment oublier ton érudition qui en bluffait beaucoup .
J’espère que là où tu trouves, il y a une grande bibliothèque pour assouvir ton besoin de lecture.
Il n’empêche que ce foutu crabe, il fait bien chier car tu nous quittes bien trop tôt.
Que serait SambaBD sans tes initiatives et tes nombreuses chroniques ?
Toute l’équipe de SambaBD adresse ses condoléances à sa famille et à ses proches.

Vous pouvez retrouver toutes ses chroniques ICI , du haut du Capitol qui n'ont jamais aussi bien porté leur titre.
Ciao mon bon Marc.

Samba.

27/04/2014

BAD BARTJE - Tome 1: Acta est fabula.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014Dessin : Marco Paulo - Scénario : Falzar

Editions Kennes

Sortie : 23/04/2014

49 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782875800237

Belgique, politique, humour, De Wever.

 

Résumé (de l’éditeur) : Fin des années 70. Bartje est un petit belge comme les autres.
Enfin presque…Il ne peut pas s’amuser tout à fait comme les autres car il a une mission.
Un Destin. Il le sent, il le sait. C’est lui qui va écrire l’Histoire. Et ce n’est pas une histoire belge. Ni une histoire drôle.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014


Mon avis : « Bien entendu, toute ressemblance avec des personnes existante ou ayant existé serait pure coïncidence… » C’est la phrase d’entrée que l’on peut lire sur le site des Editions Kennes qui publie cet album. Dimitri Kennes, un ancien de chez Dupuis, a lancé sa propre maison d’édition et maintenant se lance dans la publication de bandes dessinées. Nous avons donc reçu en primeur cet album belgo-belge, un peu un ovni dans le paysage belge de la bande dessinée où les albums à connotation politique sont peu nombreux, à la différence de la France où les albums ont fleuri sur Nicolas Sarkozy ou autre François Hollande.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

NDLR:"Momaaaaan, je n'sais pu djazer!":C'est du wallon. Cela veut dire: "Maman, je ne sais plus parler(wallon)".

D’abord parlons du titre. « Bad Bartje ». Une locution anglo-flamande qui veut dire en français « Le méchant petit Bart ». Pour nos amis francophones, ignorant de la politique belge, je dois maintenant passer par un plantage de décor, une explication du phénomène « Bart De Wever » car c’est de lui qu’il s’agit ici, le cauchemar de tous les partis politiques en Belgique en vue des élections qui se pointent pour le 25 mai 2014 (européenne, fédérale et régionale). On annonce un raz-de-marée en Flandres du parti de Bart De Wever, la NVA.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014Lors de la crise politique de 2010-2011 qui a duré 541 jours, où la Belgique a vécu de façon surréaliste sans gouvernement, un personnage très controversé est apparu comme le personnage central de la pièce qui se jouait au niveau politique. Il s’agit de Bart De Wever (De Wever veut dire « Le tisserand » en français). Avec son parti, la NVA, il réclame l’indépendance de la Flandre qui en a marre de subsidier la Wallonie et sa cohorte de « fainéants ». La NVA est aussi à la droite de la droite. Elle appelle au renvoi des étrangers non désirés, l’arrêt de nombreux programmes sociaux, la réduction du budget de l’Etat de 10% tout de suite, la réduction des prérogatives de l’Etat Fédéral au profit des régions et plus particulièrement la région flamande, demande la fin de la Royauté, etc…La direction de la NVA a des connections avec le FN en France, même s’il haïssent les francophones… Je vous passe les détails. Entre-temps, Bart De Wever est devenu le bourgmestre d’Anvers. Anvers est devenu le laboratoire de De Wever et de la NVA, avec des fortunes très diverses. C’est l’homme le plus populaire en Flandres et est crédité d’après les sondages à plus de 30% des voix en Flandres des intentions de vote de l’électeur flamand. Mais dans ce même sondage, 75% des électeurs de la NVA ne veulent pas entendre parler de la scission de la Belgique…Bonjour le surréalisme à la belge!

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014L’histoire personnelle de Bart De Wever vaut aussi le détour…Issu d’une famille de nationalistes flamands dont le grand-père, avait été secrétaire du Vlaams Nationaal Verbond, un parti flamand d'extrême droite de l'entre-deux-guerres, reconnu parti unique par l'occupant nazi. Son grand-père a été condamné après la guerre de 1940-1945 à la prison et à la déchéance de ses droits politiques pour collaboration avec l’occupant (les anciens parlent des « inciviques »). Cette famille a toujours milité pour l’indépendance de la Flandre et « vomit » la Belgique

Bart de Wever en 2008 et actuellement.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014(« Belgie barst ! »: Que la Belgique crève !).Bart De Wever est historien de formation et féru de l’antiquité et de l’époque romaine. Jules César, il adore. Lors de ses interventions, il agrémente celles-ci de citations latines (d’où le titre de l’album : acta est fabula).Au départ, il était obèse, une obésité presque morbide à tel point que ses médecins lui ont dit qu’il devait de toute urgence se reprendre en main. Lors de la crise des 541 jours, les négociateurs pour la formation du nouveau gouvernement

ont révélé que De Wever se goinfrait de nombreuses gaufres de Liège pendant les réunions. D’ou son surnom de l’époque. De Wever était devenu « De Wafel » (la gaufre en flamand) ce qui justifie une série de gags dans l’album. Il a médiatisé le régime draconien qu’il a suivi et il a perdu pas loin de 40 kilos en peu de mois grâce à une méthode de régime mystérieuse, pas très naturelle. On le voit courir en jogging, participer à des courses populaires…Le rondouillard De Wever se transforme radicalement pour devenir un homme mince, sec et cassant.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014Pendant les négociations politiques, il joue systématiquement la montre, critique tout, refuse les discussions à plus de deux personnes, privilégie les discussions en tête à tête, et enfin de compte enlise la situation politique de la Belgique. Bref, il sabote le fonctionnement de la Belgique, jusqu’à ce que les autres partis flamands prennent enfin leurs responsabilités et forment un gouvernement sans De Wever. La Belgique devenait petit à petit un bateau ivre, il fallait faire preuve de courage politique après 541 jours d’enlisement. Il a une science incroyable de la communication et rejette la faute sur les autres alors qu’il a tout fait pour que la Belgique ne fonctionne plus. A l’heure actuelle, il n’a rien perdu de son potentiel politique et de sa capacité de nuire à la Belgique. L’avenir nous dira la suite de son histoire après les élections du 25 mai 2014.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Dernière péripétie en date, c’est l’affaire des pandas ! Le très dynamique parc à thème « Pairi Daiza », situé en Wallonie, a négocié avec la Chine l’arrivée d’un couple de Pandas. La Chine accepte. C’est pour la Belgique un signe de confiance immense de la part de Chine qui pratique la politique des pandas comme un outil marketing de première force. Le premier ministre Elio Di Rupo en remet une couche. Il est sur le tarmac de l’aéroport à l’arrivée des deux sympathiques animaux pour les accueillir en grande pompe. Ils sont reçus comme on reçoit des hommes d’état. L’avion qui les transporte est peint spécialement pour la circonstance aux couleurs du transporteur (DHL) et du parc. Bref, grosse publicité pour Pairi Daiza qui voit ainsi récompenser son travail énorme et efficace dans l’ombre. Bart De Wever, bourgmestre d’Anvers, se réveille et apparaît dans une émission de télévision « people » déguisé en panda. Sur le ton de l’humour, il s’attaque à Pairi Daiza qui bénéficie d’un paquet de subsides wallons, de la bienveillance du premier ministre wallon qui favorise la Wallonie. Le « pauvre » mais réputé zoo d’Anvers méritait bien plus que les wallons la présence sur son territoire des deux illustres plantigrades. Bref, la Wallonie a encore une fois grugé la Flandre…De Wever crie au scandale ! La réponse de Pairi Daiza ne va pas tarder… Non, Pairi Daiza n’a reçu aucun subside et c’est le résultat de leur expertise, leurs contacts directs en Chine, de leur travail de longue haleine, leur sérieux. Le Zoo d’Anvers n’a jamais fait la moindre demande à la Chine pour avoir les pandas et en plus il bénéficie de subsides illégaux de la région flamande. Pairi Daiza donc réclame le remboursement de ses subsides par le zoo D’Anvers mais invite Bart De Wever a faire une visite en Wallonie pour rendre visite aux pandas. Il est le bienvenu ainsi que le public flamand. Voilà Bart De Wever pris au piège de sa propre rhétorique et remis à sa place. (Le communiqué de presse humoristique de Pairi Daiza : ICI).Voilà pourquoi vous trouverez des pandas dans l’album…

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Les auteurs sont Marco Paulo au dessin et Falzar au scénario. Paulo a déjà pas mal de références et de parutions dans le monde de la bande dessinée. Il a sorti la bande dessinée sur Rachida Dati en 2013 (Au nom du père) qui lui a valu un retentissement médiatique en France suite à une tentative avortée d’interdiction de sa parution. Falzar est un scénariste qui a travaillé chez Dupuis et le journal de Spirou. En 2013, il publie chez Sandawé l’album « zozoland » (chronique sur Samba BD : ICI) et « Plus belge la vie » publié à la renaissance du livre.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

L’album a été imprimé chez Lesaffre en Belgique et est très bien réalisé. La couverture est aux couleurs du drapeau national belge : noir, jaune, rouge. Il représente un Bart De Wever jeune avec un sourire sardonique, une boite d’allumette qui sort de sa poche, et la Belgique et Bruxelles en feu dans l’arrière plan. Il s’agit d’un livre d’humour. Nous sommes dans la caricature, une entreprise de dénigrement systématique qui ne va pas plaire à tout le monde. Certains parlent de « De Wever bashing ». Le principe de l’album est de raconter l’enfance du petit Bartje. Tout au long des planches, Bartje cherche une victime, rejette la faute sur l’autre, passe pour un monstre sans cœur qui a une destinée bien tracée. La série est actuellement en prépublication dans les journaux du groupe Sud presse, le plus important groupe de presse belge en francophonie. La presse flamande en a fait écho et reste à ma grande surprise sur la réserve, restant très zen et polie envers l’album. Mais à ce jour, l’éditeur n’a pas trouvé d’éditeur flamand d’accord de publier l’album en néerlandais. Certains disent qu’en Flandres, De Wever fait peur et que certains libraires et commerciaux craignent des vitrines brisées si l’album est exposé.

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Le dessin est dans le plus pur style franco-belge. C’est classique. Le personnage est bien croqué. On peut y voir d’autres politiques flamands (Wout, Kris, Flupke,…). J’ai d’abord lu planche par planche l’album via le journal « La Meuse ». Je n’ai pas trouvé l’album très top. Des gags répétitifs, un peu basiques parfois, très « premier degré ». Par la suite, après avoir reçu l’album à la maison, j’ai relu les gags dans leur continuité et je dois reconnaître que cela forme ainsi un album plus compact, plus cohérent. Certains gags m’ont bien plu mais ce n’est pas non plus la 7e merveille du monde. C’est un très bel objet « marketing » qui sort à un moment bien choisi, un mois avant les élections, qui sera en librairies et en grandes surfaces du coté francophone sous les feux de l’actualité. Les Editions Kennes y ont vu un excellent coup, ils savent y faire…

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

Vous aurez compris que, pour moi, ce n’est pas un album qui « déchire » mais il s’agit d’un produit dans l’air du temps. Je ne vais pas parler d’un album « gentil » mais plutôt « vénéneux ». Le journal flamand «De Standaard » parle d’un petit Nicolas en négatif. C’est flatteur mais avec la poésie en moins et cela fait une grosse différence. Je pense que l’album va fonctionner mais quand je vois la mention « tome 1 », je me pose quand même des questions…J’ai même vu un site en faire un « coup de cœur » mais il s’agit probablement aussi d’un effet marketing…Certains sites spécialisés en bande dessinée trouvent tous les albums qui sortent extraordinaires, ce n’est pas le cas sur Samba BD…A livre atypique, chronique fleuve, voilà le résultat de mes cogitations…Chacun se fera son avis. Je me demande si l’album sort en France…Il faudra poser la question à l’éditeur…

 

Dessin :            7,0/10

Scénario :          6,0/10

Moyenne :          6,5/10

 

Liens vers le site de l’éditeur Kennes : ICI.

Liens vers Wikipédia sur Bart De Wever : ICI.

Liens vers Wikipédia sur la crise politique belge de 541 jours : ICI.

Bart De Wever déguisé en panda : ICI.

Lien vers le site de Pairi Daiza : ICI.

 

Capitol

 

Bad Bartje, Paulo, Falzar, Kennes, 04/2014

 

 

25/04/2014

SUCCUBES - Tome 4: Messaline.

Succubes, Messaline, Mosdi, Dominici, Soleil, 03/2014Succubes, Messaline, Mosdi, Dominici, Soleil, 03/2014Dessin : Marco Dominici - Scénario : Thomas Mosdi

Editions Soleil

Collection : Secret du Vatican

Sortie : 19/03/2014

48 pages

Prix conseillé : 12,90 €

ISBN : 9782302037496

Histoire, Rome, aventure, ésotérisme.

 

Résumé (de l’éditeur) : Rome, 48 après J.-C. Parfois surnommée la "putain impériale", il est peu de femmes à avoir laissé dans l’Histoire, une empreinte aussi sulfureuse. Mariée dès son plus jeune âge à l’empereur Claude, de loin son aîné, Messaline se démarque par sa fureur de vivre, son appétit sexuel insatiable, son goût pour le pouvoir et le luxe. Esprit libre mais d’un tempérament cruel et manipulateur, elle n’hésite pas à soumettre ou à éliminer tous ceux qui lui portent ombrage. Ses crimes sont si nombreux qu’en établir la liste est impossible. Placée dans le lit de Claude par l’Ordre des Filles de Lilith, en lutte contre la mystérieuse Confrérie des Chasseurs, Messaline ne tarde pas à vouloir se défaire des liens secrets qui l’entravent.
Des bas-fonds de Rome, au palais impérial, en passant par les fabuleux jardins de Lucullus, commence alors un combat sans merci où se mêlent complots, trahisons et volupté. Messaline ne pourra pas échapper à sa destinée

Succubes, Messaline, Mosdi, Dominici, Soleil, 03/2014


Mon avis : Tome 4 de la série Succubes dans la collection « Les Secrets du Vatican » (il faudra qu’on m’explique le rapport avec Messaline). L’avantage de cette collection, c’est qu’on n’est pas obligé de suivre les différents tomes puisqu’ils sont indépendants l’un de l’autre. C’est à chaque fois une autre histoire à une autre époque de l’Histoire.

 

Succubes, Messaline, Mosdi, Dominici, Soleil, 03/2014

 

Ici, on se retrouve à l’époque de Messaline qui a été placée dans le lit de l’empereur Claude par l’ordre des filles de Lilith (tout un programme !) qui combat pour la reconnaissance des femmes au plus haut niveau de la société. Les femmes œuvrent donc à l’accomplissement d’un vaste plan aux objectifs occultes (sic !). Cela nous vaut donc une sombre histoire d’alcôves, de pouvoir, de manipulations au temps des Romains.

 

Succubes, Messaline, Mosdi, Dominici, Soleil, 03/2014

 

Le dessin est plus que correct. Messaline et ses copines sont bien dessinées. Cela tient la route. Je suis moins fan de la colorisation, question de goût. Quant au scénario, il raconte la vie dépravée de Messaline, une femme de pouvoir, et qu’il faut surveiller comme le lait sur le feu…La narration est classique comme la mise en images et la construction de l’intrigue.

 

Succubes, Messaline, Mosdi, Dominici, Soleil, 03/2014

 

C’est du bon travail, vite lu, apprécié sans plus, et surtout bien vite oublié. Cette série manque franchement d’une unité et d’un ressort qui donnerait un dynamisme à cette production sans grand relief. Lecture de fin de week-end de Pâques et encombrement dans les bacs des libraires. A quand la décroissance des sorties en bande dessinée ?  

 

Dessin :             7,0/10

Scénario :          7,0/10

Moyenne :        7,0/10

 

Liens vers le site de l’éditeur Soleil : ICI.

 

Capitol

 

Succubes, Messaline, Mosdi, Dominici, Soleil, 03/2014

 

24/04/2014

NARCISSE - Tome 1/3: Mémoires d'outre-monde.

capitol,narcisse,chanouga,paquet,cabestan,910,nautisme,aventure,voyage,voiliers,042014capitol,narcisse,chanouga,paquet,cabestan,910,nautisme,aventure,voyage,voiliers,042014Dessin & scénario : Chanouga

Editions Paquet

Collection Cabestan

Sortie : 23/04/2014

64 pages

Prix conseillé : 14,50 €

ISBN : 9782888906360

Nautisme, aventure, voyage, voiliers.

 

Résumé (de l’éditeur) : Inspiré de l'histoire vraie de Narcisse Pelletier, jeune mousse vendéen qui, à la suite du naufrage de son navire, vivra une longue parenthèse de 17 années chez les «sauvages» du Cap Flattery (Extrême Nord Australien).
Ce premier tome est celui de l’apprentissage. Celui d'un enfant dont le désir de devenir marin va le conduire à s'embarquer pour un périple de deux ans, brusquement interrompu par un naufrage sur des rivages océaniens peuplés de cannibales. Il ignore que cette tragédie marque le début d’une nouvelle vie…

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014


Mon avis : Cela bouge beaucoup chez l’éditeur Paquet ! Voici une nouvelle collection quiNarcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014 commence, la collection « Cabestan » ! Je vous rappelle que le cabestan est un treuil à axe vertical, employé  sur les bateaux pour toutes les manœuvres exigeant de gros efforts. Nous sommes donc de plain pied dans le domaine de la navigation à voile, de la marine. Dans cet album plus particulièrement, ce sont les grands voiliers qui ont sillonnés les mers au 19e siècle qui sont au centre de l’attention.

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014

 

Pour ce premier tome dans une nouvelle collection, Paquet a fait appel à Chanouga qui a déjà fait paraître chez le même éditeur « De profundis » en 2011 qui a obtenu un beau succès. Un album qui aurait pu déjà faire partie de cette nouvelle collection. 

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014

 

Dès l’ouverture de l’album, on retrouve cette « patte » propre à Chanouga, un dessin qui peut paraître par moment un peu inachevé mais cela fait partie du style graphique de l’auteur. En comparaison avec son album précédent « De profundis », on remarque une progression remarquable du dessin qui devient plus précis, plus affirmé, plus détaillé mais aussi plus sensible. Dès que l’on rentre de plein pied dans l’univers marin, les cases s’agrandissent, les casent s’assemblent, se juxtaposent. Le résultat est remarquable et vaut qu’on s’y intéresse de près. Une force de conviction et d’évocation incroyable se retrouve dans les images. C’est une ode au départ, au voyage. Les atmosphères sont très bien rendues. Par exemple, la scène du bateau dans le brouillard, dans la purée de pois, est d’une criante vérité. J’ai vécu ce type d’expérience en voilier lors de la traversée de la manche où vous ne voyez rien mais vous entendez tous les bruits qui sont amplifiés. Pincement de cœur… La colorisation de l’auteur est toute en nuance et de bon aloi.

 

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014

 

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014Chanouga est également son propre scénariste. Cette série en trois tomes s’inspire de faits véridiques, de l’histoire de Narcisse Pelletier, jeune marin vendéen au milieu du XIXe siècle. L’auteur a découvert Narcisse par hasard en chinant sur une brocante où il a acheté un vieux numéro de la revue « Histoire de mer ». Il y découvre une photographie d’un personnage atypique, blanc au torse nu scarifié, aux oreilles et au nez percés. Chagouna s’entiche du personnage et commence des recherches, rassembles des documents rares relatifs à ce mystérieux personnage. De ce puzzle incomplet, il va tenter de reconstituer son histoire, en remplissant les blancs, les « vides ». Chagouna est un grand amateur de la littérature de voyage, de Conrad, Stevenson, Melville, London,…Nous voilà donc embarqué avec un curieux personnage...Ce premier tome raconte le cheminement de Narcisse vers son rêve, partir au large sur toutes les mers du globe. Mais la vie n’est pas pavée que de bonnes intentions et comporte beaucoup de péripéties, pas toujours amusantes.

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014

A noter qu’un dossier avec cartes maritimes et photos d’archives complète l’album et replace le récit dans son contexte, dans la réalité du XIXe siècle.

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014

 

Amateur de voile et de l’univers maritime, cet album m’a captivé. J’ai été enthousiasmé par le côté graphique du travail mais aussi par l’originalité du sujet et le traitement du scénario. C’est un album que je recommande pour tous ceux qui veulent faire un formidable voyage maritime, graphique et littéraire…

 

Dessin :            9,0/10

Scénario :          9,0/10

Moyenne :          9,0/10

 

Liens vers le site de l’éditeur Paquet : ICI.

 

Capitol

Narcisse, Chanouga, Paquet, Cabestan, 04/2014

21/04/2014

LES AVENTURES DE JACQUES GIPAR - Tome 5: Trafic sur la grande bleue.

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013Dessin : Jean-Luc Delvaux - Scénario : Thierry Dubois

Editions Paquet

Collection : Calandre

Sortie : 23/04/2014

48 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782888906216

Aventure, polar, automobile.

 

Résumé (de l’éditeur) : 1952. Un cargo faisant du cabotage en Méditerranée, quitte le port de Tanger avec une cargaison de cigarette. En pleine mer, il est abordé par des pirates et dérouté...
1954. Jacques Gipar et Petit Breton se rendent à Marseille pour enquêter sur les récents meurtres qui secouent le milieu local. En chemin, ce sont de drôles d’auto-stoppeurs qui vont s’inviter dans leur voiture et nos héros vont se retrouver en pleine guerre des blondes ! Sous le ciel de la Côte d’Azur, il n’y a pas que le soleil qui chauffe les esprits.

 

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

 


Mon avis : C’est le retour de Jacques Gipar ! Nouveauté : une histoire en deux tomes ! C’est un indice que la série a trouvé ses amateurs et qu’elle prend de l’ampleur. Je ne vous cache pas que j’ai été un fan de la première heure de cette série qui lie l’automobile au polar. L’interview que j’ai faite de Jean-Luc Delvaux en marc 2013 sur Samba BD (lien ICI !) nous donnait déjà la problématique de cette histoire en deux tomes.

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

J’ai donc reçu de chez Paquet en avant-première ce fameux album (intitulé « Trafic sur la grande bleue). Bien calé dans mon fauteuil, j’ai attaqué la lecture de l’album. Immersion complète, pas de téléphone, personne pour me déranger…

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

Jean-Luc Delvaux assure au dessin comme à son habitude. C’est une bande dessinée des plus classiques, tant dans le découpage que le dessin, dans le plus pur style année ’50. On pense directement à Tillieux et Gil Jourdan. Les personnages restent simples, pas de fioriture mais les proportions et les attitudes sont bien respectées. Par contre, quand on arrive dans la « bagnole », le dessin éclate et se fait virtuose. Le scénario en plus s’y prête de façon extraordinaire. Les poursuites, dépassements limites, et les coups fourrés en voiture se multiplient. Là, c’est vraiment « le » truc à Jean-Luc Delvaux et c’est très agréable à regarder, à lire. Vous découvrirez aussi au fil des cases des clins d’œil, je vous laisse chercher…

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

Le scénario de Thierry Dubois, c’est de la fine mécanique. Le polar, il connaît. La géographie des lieux où il se fait dérouler l’action aussi (l’album Nationale 7, c’est lui !). Il s’est inspiré d’un fait réel pour en faire la base de son récit. C’est classique mais bien mené et il y a ce brin d’humour de bon aloi. Il sait ne pas en dire de trop pour garder l’énigme entière, pour garder le suspens jusqu’au bout. Je ne vous cache pas qu’à la fin de ce tome, je sais que Jacques Gipar s’est mis dans un guêpier. Mais, je suis incapable de vous dire quelle sera la fin de l’histoire. Jean-Luc Delvaux m’avait dit que le but était malgré tout de faire des albums indépendants l’un de l’autre. Je confirme que le premier tome se laisse lire avec facilité mais les auteurs nous laissent au milieu du gué avec une grosse envie de connaître la suite. Le tome 5 et le tome 6 ne pourront donc pas se passer l’un de l’autre. Le tome 6 relancera donc à n’en pas douter la vente du tome 5 et de toute la série. Bien vu Monsieur Paquet qui se permet à notre époque de lancer des séries alors que d’autres préfèrent frileusement de sortir des intégrales de vieilles séries bien endormies…

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

Le tome 6 (intitulé : Station au clair de lune) est prévu pour janvier 2015. Jean-Luc Delvaux n’a donc pas le droit de « trainasser » sur sa planche à dessin. Les vacances d’été cette année seront courtes. Allons, courage Jean-Luc. Au turbin !

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

A noter également qu’une édition limitée à 999 exemplaires avec des planches en noir et blanc et des crayonnés est sortie en même temps que ce tome 5 de très bonne qualité. Reste à voir si Jacques Gipar va encore agrandir son lectorat. Je n’en doute pas…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           8,0/10

Moyenne :           8,0/10

 

Liens vers le site de l’éditeur Paquet : ICI.

Liens vers l’interview de Jean-Luc Delvaux (mars 2013) : ICI.

Liens vers le site de Jean-Luc Delvaux : ICI.

 

Capitol

 

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

 

14/04/2014

RIDER ON THE STORM - Tome 2: Londres.

  

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014Dessin : Baudouin Deville - Scénario : Géro

Editions Paquet

Collection Carenage

Sortie : 26/03/2014

48 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782888906230

Motocyclisme, polar, aventure, Londres, Bruxelles.

 

Rider on the storm, Deville, Géro, Londres, Paquet, 03/2014

 

Résumé (de l’éditeur) : Juin 1975, Gaspard sort du coma. Sa chute en pleine course provoquée par le tireur embusqué a bien failli lui coûter la vie. Mais le carénage a dévié la balle… Gaspard le sait désormais, sa famille est au coeur d’une conspiration à laquelle il se doit de mettre un terme. Raccrochant temporairement son cuir, il décide de se rendre à Londres pour tenter d’élucider le mystère du passé de ses parents. Mais alors qu’il fait une découverte surprenante, c’est un complot bien plus important qui se prépare à Bruxelles…

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014


Mon avis : Le tome 2 de « Rider on the storm » est en librairie. Le tome 1 a été très bien accueilli par la critique et les lecteurs et est un succès. Le tome 2 est donc très attendu et je n’ai pas été déçu à sa lecture…

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

Il faut d’abord rappeler que cet album fait partie de la collection carénage de chez Paquet. Cette collection a pour sujet principal la moto. Mais, comme souvent chez cet éditeur, ce n’est qu’une porte d’entrée vers d’autres sujets. Ici, on parle moto mais le lecteur qui ne s’intéresse pas au sujet peut cependant apprécier l’album car il s’agit d’un polar vraiment bien ficelé par le scénariste Géro et Baudouin Deville (En réalité, Deville père et fils…). En plus, l’actualité s’invite dans le scénario via l’affaire Cornélius Gurlitt, et le vol de tableaux par les nazis pendant la seconde guerre mondiale (on parle ici de l’Art dégénéré). Un autre élément m’a charmé dans cet album, c’est le parlé bruxellois de Jo, le préparateur de moto. Les auteurs ont eu l’intelligence de traduire en bon français ces expressions savoureuses. Ils ont repris cette excellente idée du premier tome. Les lecteurs en ont redemandé, les voilà servis !

 

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

 

 

 

Au niveau graphique, j’ai vraiment bien aimé cette ligne claire agréable avec un soin particulier pour ce qui touche la moto mais aussi les villes visitées par les personnages de ce récit à savoir Londres et Bruxelles. J’ai apprécié également que Baudouin Deville a introduit dans l’histoire des personnages connus et d’autres moins connus. Pour cette deuxième catégorie, ce sont des « private jokes » que seuls quelques connaisseurs peuvent comprendre. Par exemple, page 26, Nicolas Anspach, éditeur de collection belge chez Paquet, a droit à sa caricature et devient un juge anglais affublé d’une perruque de circonstance. J’ai eu l’occasion de rencontrer Nicolas plusieurs fois, cela m’a amusé car je le connais mais le grand public ne le connaît pas nécessairement et va passer à côté comme je suis passé probablement à côté d’autres choses car n’étant pas « initié » .Vous pourrez donc regarder les détails dans les cases, les personnages et retrouver des éléments, des têtes connues comme Benoit Poelvoorde en curé déjanté, Rosy de Palma en concierge espagnole, la reine Fabiola de Belgique et bien d’autres…

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

La musique reste en fond avec des références aux Rolling Stones et au festival de musique de Knebworth que Jo qualifie de « concerts pour gamines » avec à l’affiche Pink Floyd, Steve Miller Band ou Captain Beeefheart,…Beaucoup d’humour, des clins d’œil en plus d’une enquête criminelle bien menée.

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

A noter également que la première planche résume le tome 1 de la série, c’est toujours bien pour se remettre dans l’histoire et la dernière planche qui est la planche technique du livre, pour les amateurs de belles motos mythiques (on y parle dans le tome 2 de la Kawasaki 900 Z1 A).

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

Pour clôturer cette chronique, on peut considérer que le tome 2 répond complètement aux attentes. Il est enlevé, bien construit au niveau de l’intrigue, plein d’humour. La lecture de week-end qui m’a donné beaucoup de plaisir…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           9,0/10

Moyenne :           8,5/10

 

N’oubliez pas nos liens pour en savoir plus : 

Chronique du tome 1 sur Samba BD (du 27/11/2012) : ICI.

L’interview de Baudouin Deville à Samba BD (du 27/11/2012) : ICI.

Liens vers le site de l’éditeur Paquet : ICI.

Liens vers la collection Carénage : ICI.

 

Capitol

Rider on the storm, Deville, Géro, Londres, Paquet, 03/2014

07/04/2014

ANIMAL KINGDOM - Tome 1.

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.Dessin & scénario : Makoto Raiku

Editions Ki-oon

Manga jeunesse

Sortie : 23/01/2014

192 pages

Prix conseillé : 6,60 €

ISBN : 9782355926181

Jeunesse, animaux, jungle.

 

Résumé (de l’éditeur) : Dans le monde d’Animal Kingdom, les animaux les plus puissants imposent leur loi aux plus faibles. Raton laveur de son état, Monoko découvre un jour un bébé humain abandonné dans un panier qui dérive le long de la rivière. Elle décide de l’adopter et de l’élever comme elle peut, malgré les dangers permanents qui règnent dans la jungle.
Si le petit d’homme n’a pas de griffes ou de crocs pour se protéger des autres prédateurs, il possède en revanche un don bien plus précieux : celui de comprendre et de parler le langage de tous les animaux ! Notre héros va alors tenter l’impossible : dépasser les haines ancestrales et unir tous les habitants de la forêt !

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.



Mon avis : « Après Tarzan et Mowgli, découvre le nouveau roi de la jungle ! » Voilà le slogan de Ki-oon pour sa nouvelle série dédié aux enfants. Gros moyens, gros tapage, probablement un (très) gros tirage à un prix démocratique. 6,60€ l’album, c’est pas cher. La série est prévue en 14 volumes (série terminée au Japon). La série a reçu le prix du meilleur manga jeunesse Kodansha 2013 (Kodansha est la plus grosse compagnie éditrice de Manga au Japon). L’éditeur parle d’une série qui a les qualités de cœur d’un futur classique, rien de moins !

 

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.J’ai récupéré auprès d’une connaissance, spécialisée "Manga", le tome 1 et le dossier de presse. Comme vous connaissez mon ouverture et que je ne recule devant rien, même pas devant la lecture d’un manga « kids », je me suis plongé dans le monde idyllique d’ "Animal Kingdom ". Le dessin est dans le plus pur style manga jeunesse. Le dessin, et surtout les animaux, sont bien maîtrisés même si on n’arrive pas à la perfection technique de certaines séries . On reste dans les poncifs d’un peu de castagne entre animaux, des onomatopées japonaises à longueur de case, pas de grands décors à dessiner…On est bien dans un vrai manga au niveau graphique. Sur certaines planches, il ne faut pas être trop regardant sur les détails. On fait ici dans le concret et dans l’efficace. Pas de fioriture.

Au niveau du scénario, c’est franchement bien pensé pour le public « jeunes », pour les petites filles et les petits garçons au cœur de guimauve. Cela va pleurer dans les chaumières mais à la fin, tout s’arrangera. Le début de l’histoire donne le ton. Un petit enfant est abandonné par ses parents et est retrouvé par des ratons laveurs qui lui sauvent la vie et décident de l’élever malgré les dangers que cela représente. Nombreux sont les prédateurs qui rodent…C’est plein de bons sentiments et à la fin tout finira bien, j’en prends les paris.

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.

Cette série est réalisée par Makoto Raiku, né en 1974 et qui fait du manga depuis l’âge de 17 ans. Son œuvre « Zachtbell ! » a été primée plusieurs fois, adapté en dessin animé et publié partout dans le monde. On n’a donc pas affaire à un débutant.

Cela se lit sans problème mais je dois avouer que ce n’est pas ma tasse de thé et c’est bien normal. Je pense cependant que pour le public cible des enfants, cela risque de cartonner. C’est bien pensé, bien exécuté. Le marketing est intelligent. Les parents de nos chères petites têtes blondes devraient s’y intéresser…Le site « Manga-news.com », spécialisé "manga", parle pour cette série de la première claque de l’année 2014 avec une note de 17/20. Rien que cela. C’est beau l’optimisme!

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.

 

CONCOURS : Vous pouvez gagner le tome 1 de « Animal kingdom » ainsi que le dossier de presse qui s’y rapporte (un collector !) en « likant » et en mettant un commentaire sur cette même chronique (du style : « je participe »). Le concours est ouvert jusqu’au 21 avril 2014 inclus. Tirage au sort par une main innocente dans les jours qui suivent. Concours valable pour la France, la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, le Canada, plus les pays d’Europe.

 

Dessin :              7,0/10

Scénario :          7,0/10

Moyenne :          7,0/10

 

Capitol

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.

 

06/04/2014

TEAM RAFALE N°7 - Affrontement final.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014Dessin : Michel Lourenço  - Scénario : Frédéric Zumbiehl

Couleurs : Sylvaine Scomazzon

D’après les personnages créés graphiquement par Eric Loutte

Editions Zephir BD

Sortie : 13/03/2014

46 pages couleurs

Prix conseillé : 14,00 €

ISBN : 9782361181413

Aviation, aventure.

 

Résumé (de l’éditeur) : L’enquête pour retrouver les drones Black Shark, entraine nos héros en Irlande, où les activistes d’Anarchy, aidés par des membres de l’IRA, leur tendent un piège mortel. Pendant ce temps, les dirigeants du G8, tous rapatriés sur la base aérienne écossaise de Leuchars, se préparent à rentrer chez eux sans même attendre la fin de l’enquête.
Mais c’est une très mauvaise idée, car Klaus Unger et son équipe, retranchés dans leur plate-forme pétrolière perdue en mer du Nord, piratent un câble sous-marin et préparent la dernière partie de leur plan en vue de l’affrontement final…

 

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

 

Mon avis : Zephir BD est un éditeur spécialisé dans les séries d’aviation et « Team Rafale » est une de ses séries les plus connues du catalogue. Nous en sommes déjà au tome 7 ; Ce tome est la suite et la fin de l’histoire commencée dans le tome 6 intitulé : « Anarchy 2012 ».Sponsorisée par l’armée de l’air française et Dassault aviation, la série a déjà connu plusieurs dessinateurs (Eric Loutte, Matthieu Durand). Depuis le tome 5, c’est Michel Lourenço qui s’y colle avec des fortunes diverses. Le scénario est assuré depuis le début par Frédéric Zumbiehl.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

Alors cet album ? Quel barnum ! Le scénariste n’a pas lésiné sur les rebondissements, les effets spectaculaires, les gros dégâts et un final en plein Londres au dessus du Tower Bridge, de Big Ben et du Parlement…Comme le disait Hugo Pratt, la bande dessinée est le cinéma du pauvre mais on peut faire beaucoup de choses avec peu de moyens. C’est bien le cas ici ! Si c’était un film à réaliser, cela coûterait très cher (trop ?). L’histoire tient, malgré tout, la route et m’a donné beaucoup de plaisir à la lecture.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

Le dessin est typique de ce genre de bande dessinée. Réalisé par un fondu d’aviation, tout ce qui touche à la technique (aviation, voiture,…) est réalisé de façon extraordinaire. Il ne manque pas un boulon, c’est parfait et bien dessiné. Pour les personnages, en dehors de l’avion, ça coince un peu. Les visages sont figés et peu expressifs, les attitudes physiques ne sont pas toujours très fluides et même parfois pas très naturelles. De plus, parfois il y a un problème de proportion. A quoi est-ce dû ? Pas assez de temps pour fignoler les dessins ? Les mises en situation de la vie courante sont-elles considérées comme accessoires  par rapport au sujet principal et à l’action ? Difficile d’y répondre directement sans en discuter avec les auteurs. Concernant le « fignolage », quand je vois avec quelle précision les monuments de Londres sont rendus, je ne peux qu’en conclure que le dessinateur y a passé du temps. C’est époustouflant ! Il y a donc au sujet des personnages des progrès à faire mais je dois souligner que cette approche approximative du dessin n’enlève en rien le plaisir de la lecture, cela ne choquera pas pour autant le passionné d’aviation.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

A noter également, il faut le remarquer quand c’est bien exécuté, les magnifiques couleurs qui jalonnent l’album. L’album se termine par un supplément photographique de 14 pages couleurs consacré à l’avion Rafale. Enfin, pour boucler cette chronique, le lecteur notera qu’il existe également un tirage limité de 500 exemplaires avec un ex-libris numéroté et signé par le dessinateur.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

J’ai bien aimé et l’album a été lu en un temps record. C’est enlevé et assez bien réussi au niveau du dessin « d’aviation ». Les puristes auront quelque chose à dire sur le rendu des personnages mais cela n’arrêtera pas les amateurs du genre ! Décollage immédiat…

 

Dessin :            7,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          7,5/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

 

03/04/2014

LES BOUCLIERS DE MARS - Tome 3: Sémiramis.

Les boucliers de Mars, Gine, Chaillet, Sémiramis, Glénat, 09/2013Les boucliers de Mars, Gine, Chaillet, Sémiramis, Glénat, 09/2013Dessin : Christian Gine  - Scénario : Gilles Chaillet

Editions Glenat

Collection Grafica

Sortie : 11/09/2013

56 pages couleurs

Prix conseillé : 13,90 €

ISBN : 9782723490436

Aventure, Histoire, antiquité, Rome.

 

Résumé (de l’éditeur) : L’Empire romain est encore ébranlé par l’humiliation de l’attaque surprise des Parthes, menée par Vahram. Cette guerre se nourrit de traîtrises et de complots, aussi le préfet Charax décide-t-il d’utiliser la ruse, en enlevant Sémiramis, la maîtresse de Vahram. Il ne sait pas que dans l’ombre, des hommes autrement plus puissants tirent les ficelles dans le but de déclencher la guerre avec l’Empire romain et faire tomber les boucliers de Mars...

Les boucliers de Mars, Gine, Chaillet, Sémiramis, Glénat, 09/2013

Mon avis : Séance de rattrapage pour cet album sorti en septembre 2013 et qui est resté sur ma pile de livres à lire pendant près de 6 mois…Quelques jours après la sortie de l’album, Gilles Chaillet, le talentueux dessinateur-scénariste, nous quittait…Ici, en tant que scénariste, il plonge les lecteurs dans une période de l’Histoire qu’il affectionnait particulièrement à savoir l’antiquité romaine. Très bien documenté, il nous livre un scénario dans lequel il monte une intrigue sur les fameux boucliers de Mars, gage de paix à Rome. L’album comporte également en couverture un superbe sticker rouge avec la mention : « Série complète ». A croire que ce qui devrait être «normal», devient «exceptionnel» dans le monde de la bande dessinée…

Les boucliers de Mars, Gine, Chaillet, Sémiramis, Glénat, 09/2013

J’avais trouvé le premier tome un peu léger, étant plutôt une mise en place. Le deuxième tome était plus convainquant et laissait entrevoir des développements intéressants. Reste le troisième et dernier tome, qui en fin de compte est quelque peu décevant. Je m’attendais à autre chose qu’à une pâle prise d’otage, en la personne de Sémiramis, qui voudra au lecteur une petite surprise…C’est bien la seule dans cette série, mais quelle surprise! Un peu anecdotique. Pas vraiment de quoi en faire un «énorme» fromage…Au final, c’est une série qui m’a franchement déçue au niveau du scénario. La montagne accouche d’une souris. Grosse attente et un épilogue en forme de flop…Rien de bien extraordinaire, du déjà lu et fort prévisible en fin de compte.

Le dessin de Gine est propre et bien maîtrisé mais ne me laissera pas une trace indélébile dans mon esprit. Rien de bien mémorable, hélas.

Les boucliers de Mars, Gine, Chaillet, Sémiramis, Glénat, 09/2013

C’est le type de série qui fait partie de cet énorme flot de sorties, un album sans grand relief, qui sera vite lu et vite oublié…Dommage, on pouvait attendre mieux avec des auteurs à la réputation bien établie. Après coup, je comprends pourquoi ce livre est resté sur ma pile d’albums à lire pendant autant de temps…

 

Dessin :            7,0/10

Scénario :          6,0/10

Moyenne :          6,5/10

 

Capitol

 

Les boucliers de Mars, Gine, Chaillet, Sémiramis, Glénat, 09/2013

 

02/04/2014

LE TRAIN DES ORPHELINS - Tome 4: Joey - Cycle II: 2/2.

Le train des orphelins, Joey, grand angle, Charlot, Fourquemin, 03/2014.Le train des orphelins, Joey, grand angle, Charlot, Fourquemin, 03/2014.Dessin : Philippe Charlot  - Scénario : Xavier Fourquemin

Editions Grand angle

Sortie : 12/03/2014

48 pages couleurs

Prix conseillé : 13,90 €

ISBN : 9782818926598

Aventure, Histoire, Etats-Unis.

 

Résumé (de l’éditeur) : Après avoir fugué de leur famille d’adoption, Lisa et Joey arrivent à New York dans l’espoir de retrouver leur ami et grand frère, Jim. Sur place, ils demandent l’aide de M. Coleman, en charge du placement des orphelins à bord du train où ils voyageaient, et aujourd’hui licencié et poursuivi pour trafic d’enfants. Lorsque ce dernier apprend que Jim serait en ville, il y voit l’occasion de tirer profit du secret du jeune garçon en le faisant chanter. Jim, qui n’est autre qu’Harvey l’usurpateur, ne voit pas d’un très bon oeil les recherches de Lisa et Joey, et la pression de Coleman, car elles pourraient mettre en péril son identité auprès de ses richissimes parents adoptifs... 

Le train des orphelins, Joey, grand angle, Charlot, Fourquemin, 03/2014.

Mon avis : La saga du train des orphelins en est déjà à son tome 4 !  Ce tome se focalise en réalité sur Jim, alias Harvey, l’usurpateur, qui n’a pas hésité de prendre l’identité d’un autre enfant pour être adopté par des riches… Tout au long de l’album, il va s’ingénier à saboter les recherches de Lisa et Joey pour retrouver Jim, le vrai ! On y voit toute la duplicité du personnage qui est prêt à faire beaucoup, pas toujours recommandable, pour arriver à ses fins.

Le train des orphelins, Joey, grand angle, Charlot, Fourquemin, 03/2014.

Philippe Charlot et Xavier Fourquemin continuent sur leur lancée à nous servir une série attachante et bien menée. Le dessin, dans le plus pur style franco-belge, fait passer la dure réalité de la vie et d’une histoire vraie en une fiction sympathique et agréable à lire, malgré un conformisme patent. Vous n’y trouverez pas d’envolée graphique mais cela reste très efficace. Le scénario, sans être extraordinaire au niveau de la construction, est du même tonneau.

Le train des orphelins, Joey, grand angle, Charlot, Fourquemin, 03/2014.

Au final, ce train des orphelins nous mène à bon port. La morale de l’histoire, c’est que le temps parfois arrange certaines choses…La fin de l’album se termine sur une case symbolique que je vous laisse découvrir…Je pense que cette case se suffit à elle-même. Cela nous voudra-t-il cependant un troisième cycle ? L’avenir nous le dira. Attention cependant de ne pas faire l’album de trop. Il ne faut pas non plus tirer trop fort sur la corde…

 

Dessin :            7,0/10

Scénario :          7,0/10

Moyenne :          7,0/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

 

 

Capitol, Le train des orphelins, Charlot, Fourquemin, Grand Angle, 7,0/10, aventure, Histoire, Etats-Unis, 03/2014