19/02/2013

Chez Alex Clérisse.

Direction le blog d'Alexandre Clérisse en complément de la chronique "souvenirs de l'empire de l'atome" parue ce matin.

alex c.JPG

SOUVENIRS DE L'EMPIRE DE L'ATOME.

178995_c.jpgPlancheA_178995.jpgDessin : Alexandre Clerisse - Scénario: Thierry Smolderen

Editions Dargaud

One shot

Sortie : 18/01/2013

144 pages

Prix conseillé : 19,99 €

ISBN : 978205069303

Thriller, Science-fiction, style atome.

 

 

Résumé (de l’éditeur): En apparence, Paul est un Américain comme les autres. Spécialiste du monde asiatique, il travaille pour le Pentagone et semble parfaitement intégré à la société des années 1950. Jusqu’au jour où ses supérieurs découvrent son étrange trouble de la personnalité. Depuis l’âge de treize ans, en effet, Paul cultive une relation télépathique (imaginaire ?) avec Zarth Arn, héros d’une épopée galactique située dans un lointain futur. Après la parution d’un article, le cas de Paul devient soudain célèbre. Gibbon Zelbub, consultant bien connu du Pentagone et de l’industrie US, décide alors de sonder son cerveau pour s’emparer des armes du futur. Zelbub espère ainsi fonder un véritable empire capable de diriger le monde : l’empire de l’Atome.

1302150933180001.JPG

Mon avis : Certains voudraient voir la Bd exclusivement en ligne et sur tablette. Ils ont l’impression de vouloir faire passer les adeptes du livre « physique » pour des « has been », des ringards … Certains veulent imposer le numérique pour mieux asservir les masses par l’obsolescence programmée. Résistons ! Et pourtant, il suffit d’avoir entre les mains ce très bel album pour se convaincre du contraire. Cet album est un bijou d’impression de par la qualité de la couverture (avec des lignages dorés …), de la reliure, du papier, et de l’impression. Bref, cet album est un bel objet qui ne dépareillera pas dans votre bibliothèque et que n’égalera pas votre tablette, juste bonne à la poubelle dans moins de trois ans.

Mais, au-delà du contenant, il y a un contenu qui ne manquera pas d’en étonner plus d’un. C’est réellement une expérience de lecture, en dehors des sentiers battus, avec un graphisme un peu rétro mais toujours d’actualité, un thème atypique et surtout une histoire débridée et décoiffante. Elle demandera de l’attention au lecteur mais lui permettra à terme d’avoir vécu une réelle aventure artistique, graphique, scénaristique et éditoriale. Un vent frais dans votre cerveau abruti par la « connerie », élevée à la hauteur d’un dogme !

1302150934380001.JPG

Ce qui frappe le candidat lecteur dès l’ouverture de l’album, c’est le graphisme. Vous connaissez Sasek ? Miroslav Sasek ? Dans les années’60, il a publié (en français chez Casterman) des superbes livres très didactiques, et avec une pointe d’humour, sur des grandes villes ou des pays (Paris, Venise, New York, l’Irlande …) Son graphisme, reconnaissable parmi tant d’autres, a marqué mon enfance et m’a donné mes premières envies de voyage. Ce style moderniste a influencé l’illustration, la publicité, le design, la musique de l’époque (regardez les pochettes de Jazz comme celle de Dave Brubeck !). On a parlé au même moment et dans le même courant d’un style « atome » à Bruxelles, faisant référence à l’expo ’58 de Bruxelles, à l’architecture audacieuse de l’Atomium et de certains pavillons de l’exposition universelle. Cet album est un hommage appuyé à ce courant graphique et c’est un vrai régal. Alexandre Clerisse, un jeune dessinateur (« Jazz club » et « Trompe la mort » parus chez Dargaud), s’est collé à la tâche sous la direction de Thierry Smolderen, scénariste belge bien connu. Franchement, le résultat est extraordinaire car Clerisse a su assimiler un style considéré maintenant comme « rétro » voire « enfantin », qui est toujours aussi  performant car simple (et non simpliste) mais percutant.

1302150935500001.JPG

L’histoire, elle, est du même niveau : surprenante, décalée, le reflet des thèmes de l’époque. Thierry Smolderen nous a concocté une espèce de « Space opéra » où se mêlent la science fiction, la psychanalyse, des mondes parallèles avec leurs forces, leurs failles et dérives. Le lecteur que je suis a dû accrocher sa ceinture pour suivre le fil d’une histoire qui semble tarabiscotée au départ mais qui au fil des pages devient de plus en plus structurée et maîtrisée. En plus, le bédéphile attentif pourra découvrir des références à certains auteurs. On y rencontre par exemple une allusion appuyée à André Franquin (voir page 102-103), des personnages qui rappellent les « grosses têtes » de Greg ou encore une inspiration des comics américains de l’époque tel que « Buck Roger ». L’Expo ’58 de Bruxelles a aussi une place privilégiée dans l’histoire.

1302150936430001.JPG

En conclusion, il s’agit d’un véritable « concept album » où tout a été pensé en fonction des références graphiques et thématiques. Même les pages de garde ont été pensées pour l’album et, détail suprême, une page en fin d’album est prévue pour recevoir une dédicace ! Un album qui sort du lot à tous les niveaux et qui ne vous laissera pas sans réaction. Pour ma part, je l’ai trouvé épatant !

Une dernière information : allez consulter l’excellent site internet pour découvrir plus d’informations sur le style atome et les inspirations de cet album sur : http://empiredelatome.wordpress.com;

 

Graphisme :     9,5/10

Scénario :       8,5/10

Moyenne :       9,0/10

 

Capitol.

1302150939110001.JPG