12/09/2017

A coucher dehors T2

à coucher dehors.jpga coucher dehors t2.jpgDessin : AnLor
Scénario : Aurélien Ducoudray.
Éditeur : Grand angle.
Sortie : 30 aout 2017.
48 pages.
Genre : chronique sociale.

 

 

Le résumé.
Nicolas a disparu ! Amédée essaie tant bien que mal de le trouver au milieu des visiteurs du Parc de l’Espace. À la maison, Prie-Dieu a accroché sur le toit de la baraque les signes des trois religions monothéistes, provoquant un afflux des adeptes de tout poil. Ce qui n’est pas du goût d’Amédée, surtout que la priorité serait plutôt de retrouver l’apprenti cosmonaute ! Car huissiers et gendarmes attendent, montre au poignet. Si Nicolas n’est pas là rapidement, Amédée ne sera plus son tuteur et ce sera l’expulsion pour les trois clochards !

« Ah bon pourquoi ? On n’a pas le droit d’être cosmonaute, chez vous ? Pourtant, j’ai vu deux Charlemagne et un Pépin le Bref »

anlor,ducoudray,a coucher dehors,grand angle,comédie,082017

 

Mon avis.
Suite et fin de cette comédie joyeuse dont le sujet aborde la déficience ou plutôt la différence mentale avec comme anti-héros des SDF. On remarque tout de suite le soin qu’a apporté Aurélien Ducoudray aux textes. On serait tenté de les rapprocher au cinéma de Lautner ou Audiard mais de l’aveu même du scénariste, c’est vers le cinéma italien avec le film d’Ettore Scola « Affreux, sales et méchants (1976) » qu’on peut trouver un véritable lien. Le langage est souvent très fleuri mais on y aborde aussi des sujets plus profonds comme la condition sociale et le handicap.
On aurait pu croire qu’Anne Laure Bizot était demandeuse de cet univers par rapport aux 21192829_10213846067485834_4402167724061427208_n.jpgambiances plus sombres de ses derniers albums (Amère Russie). Mais non, il s’agissait presque d’un défi pour elle de dessiner cet environnement urbain plus cloisonné en y ajoutant cette dose de poésie si caractéristique à son trait. Elle a donc dû jouer avec des couleurs chaudes pour créer des cocons au milieu de cette jungle urbaine. En tout cas, son graphisme reste un plaisir pour les yeux avec comme qualité première une belle expressivité et une vivacité dans les attitudes très marquée.
Personnellement, je ne serais pas surpris de voir « à coucher dehors » repris au cinéma ou au théâtre vu le caractère très  vaudevillesque de cette œuvre.
De la sensibilité, de l’humour, des situations loufoques, des dialogues à tomber par terre, voilà donc la recette réussie de cette BD.
On retrouvera prochainement une nouvelle histoire de ce duo d’auteurs dont l’osmose n’est plus à démontrer.

Verso_310061.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif


Samba.
anlor, ducoudray,a coucher dehors,grand angle,comédie,08/2017,

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

24/02/2017

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagersBLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagersScénario : MAKINO
Dessin : MAKINO
Éditeur : Soleil 
192 pages
Date de sortie : 11 janvier 2017
Genre : shôjo, romance, teenagers, comédie.

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

Entre l’ange blanc et le démon noir il est parfois difficile de choisir, heureusement ce manga est là pour nous rappeler qu’il ne faut pas s’arrêter aux apparences…

Comme toutes les filles, Yû a flashé sur la coqueluche de l’école, le « white prince » Shirakawa. Autrefois renfermée, elle a dû faire beaucoup d’efforts pour devenir la jeune femme affirmée qu’elle est aujourd’hui. Suite à la mutation de ses parents, elle va devoir intégrer l’internat où vit Shirakawa. Mais si Yû pensait profiter de son nouveau logement pour se rapprocher du jeune homme, c’est raté ! Car Kurosaki le « black prince », aussi beau qu’insupportable, a bien décidé de venir gâcher le tableau…

 

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagers   BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagers

Mon avis :

Quoi de mieux pour un bon shôjo qu'un triangle amoureux ?! C'est, à ma connaissance, la recette la plus vendeuse et cette nouvelle série nous le prouve encore une fois. Avec des similitudes avec le très célèbre « Hana Yori Dango » (chez Glénat) qui marqueront peut-être les fans du genre et surtout de l’œuvre pré-citée qui a eu son heure de gloire tant à la télévision nippone que coréenne avec deux séries qui sont souvent reprises dans les top 10 des grandes romantiques fans de dramas (=séries télévisées asiatiques) sans compter toutes les autres adaptations asiatiques que je n'ai pas vue...

 

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagers

Ainsi nous retrouvons Yû, charmante demoiselle aux prises avec des sentiments complexes entre le prince blanc, Shirakawa, et le meilleur ami de celui-ci, Kurosaki dit le prince noir. Autant dire le yin et le yang entre ces deux jeunes hommes que tout oppose et qui sont pourtant les meilleurs amis du monde ! Le prince blanc est gentil, toujours souriant tandis que son ami est aussi ténébreux que grognon. Un duo au milieu duquel la jolie Yû se retrouve bien malgré elle, en voulant s'approcher de l'un, c'est l'autre qui lui tombe sur le dos au point de la troubler.

 

Bingo ! Nous avons donc un scénario classique, mais qui se tient. Petit bémol peut-être à cause de cette énorme ressemblance avec « Hana Yori Dango », rien que dans le nom de plume de la mangaka « Makino » qui s'avère être le prénom de l'héroïne de HYD. Autre clin d’œil, peut-être involontaire (je ne me suis pas entretenue avec l'auteure) : en guise de punition, Yû doit arracher les mauvaises herbes du pensionnat. De toutes les corvées possibles et inimaginables, il a fallu que ce soit les mauvaises herbes qui se disent « Tsukushi » en japonais et qui est, je vous le donne en mille, le nom de famille de Makino... encore dans HYD.

 

J'arrête où on continue ? Je continue avec le dernier point flagrant : Dans HYD, Makino est amoureuse d'un jeune homme qui s'habille toujours – ou en tout cas souvent – en blanc, qui est souriant, gentil, mais un brin mystérieux. Qui a pour meilleur ami, une espèce de mufle arrogant et prétentieux que l'héroïne ne peut s'empêcher de détester tout en étant chamboulée par sa présence.

 

Coïncidence ? Cela reste à voir dans les prochains volumes, dans l'espoir que la ressemblance se dissipe pour devenir un vrai shôjo unique en son genre.

 

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagers

Quant au dessin : ouf ! Je n'ai pu m'empêcher d'aller dépoussiérer mes quelques tomes de HYD pour faire la comparaison qui – ô joie – n'a rien à voir avec les dessins ici présent. Ceux-ci sont tellement fins, rayonnant, expressifs... que j'en ai presque eu peur de devoir y mettre une mauvaise note pour « recopiage involontaire ». Mais ce n'est pas le cas. Bien que typique du genre shôjo pour attirer les jeunes filles en fleur, le coup de crayon reste propre à Makino (la mangaka, pas l'héroïne de HYD, ne nous emmêlons pas voulez-vous...). Un tramage prononcé pour mettre en valeur les expressions du visage, une profusion de gros plans pour ne pas se perdre dans les décors et parfaitement raccord avec les dialogues.

 

C'est donc avec curiosité que j'ai envie de suivre ce manga dans l'espoir qu'il soit digne du très célèbre HYD (60 millions d'exemplaires mine de rien, soit la seconde plus grosse vente de l'année 2007) tout en ayant sa touche personnelle.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagers

 

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagers

 

BLACK PRINCE & WHITE PRINCE T.1, MAKINO, Soleil, shôjo, romance, comédie, teenagers

Affaire à suivre.

ShayHlyn.

 

 

22/02/2017

CHEEKY LOVE T.1

 

CHEEKY LOVE T.1, Miyuki MITSUBACHI, Delcourt / Tonkam Shôjo,romance, teenagers, comédie, sport Scénario : Miyuki MITSUBACHI
Dessin : Miyuki MITSUBACHI
Éditeur : Delcourt / Tonkam Shôjo
192
pages
Date de sortie : 08/02/2017
Genre : Shôjo, romance, teenagers, comédie, sport

 

 

Présentation de l'éditeur :

Façon comédie romantique, suivez le quotidien d’un petit club de basket, ponctué d’accrochages entre un jeune joueur carrément effronté et sa manager au sérieux olympien. Le début d’une cheeky love story !

Yuki est devenue la manager du club de basket de son lycée dans le but ultime (mais secret) de rester auprès du capitaine de l’équipe. Un jour, Naruse, nouveau membre du club, finit par apprendre le secret de Yuki. Le jeune homme tombe alors amoureux de sa manager et passe son temps à embêter l’héroïne, ce qui a le don de la rendre furieuse…

CHEEKY LOVE T.1, Miyuki MITSUBACHI, Delcourt / Tonkam Shôjo,romance, teenagers, comédie, sport

Mon avis :

Quand l'amour d'un adolescent populaire devient envahissant !

C'est là tout le nœud du problème pour Yuki, lycéenne perfectionniste dans son rôle de coach sportif. Alors qu'elle est secrètement amoureuse du capitaine de l'équipe de basket, Naruse, nouvel élève de l'école – et de l'équipe – s'avère aussi perspicace que casse-pieds. En moins de deux, il a non seulement démasqué la jeune femme, mais en prime : il lui déclare sa flamme.

De quoi faire frétiller nos jeunes lectrices ! D'autant que le dessin est à croquer, avec la juste dose de fleurs et d'étincelles lors des moments romantiques. Chaque personnage, comme le veut la règle tacite des shôjos, est beau. Chacun dégage un petit « je ne sais quoi » d'attachant, et en bonne fleur bleue que je suis : j'ai moi aussi eu envie de coller des baffes à ce Naruse aussi surprenant que beau gosse.

CHEEKY LOVE T.1, Miyuki MITSUBACHI, Delcourt / Tonkam Shôjo,romance, teenagers, comédie, sport

En somme : une demoiselle studieuse (et très jolie!), un nouvel élève un brin rebelle, un amour impossible et des prises de têtes incessantes. Voilà qui nous donne un bon shôjo comme on les aime. Avec en prime des athlètes qui se donnent à font lors des matchs pour une petite touche de virilité et le tour est joué pour ravir les adolescentes en fleur.

Entre « je t'aime, moi non plus », on se laisse prendre par ce jeu – particulier – de la séduction.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

CHEEKY LOVE T.1, Miyuki MITSUBACHI, Delcourt / Tonkam Shôjo,romance, teenagers, comédie, sport

 

CHEEKY LOVE T.1, Miyuki MITSUBACHI, Delcourt / Tonkam Shôjo,romance, teenagers, comédie, sport

 

CHEEKY LOVE T.1, Miyuki MITSUBACHI, Delcourt / Tonkam Shôjo,romance, teenagers, comédie, sport

Affaire à suivre,

ShayHlyn.

24/01/2017

Star Fuckers - tome 1 - la belle et les bêtes

star fuckers, alcante, gihef, teague, kennes éditions, polar, humour, star fuckers, alcante, gihef, teague, kennes éditions, polar, humour, Scénario : Alcante et Gihef
Dessin : Dylan Teague
Éditeur : Kennes Éditions
48 pages
Date de sortie : janvier 2017
Genre :polar, comédie

 

 

 

 

Résumé

 

Maria, jeune et très jolie Mexicaine de 18 ans rêve d'une autre vie et décide de traverser nuitamment le Rio Grande pour faire sa vie aux États-Unis. Les patrouilles de polices ont beau être nombreuses et suréquipées, les stratagèmes pour les mettre en défaut sont malin et la belle Maria va pouvoir entamer son plan de carrière pour accéder à ses rêves.

Mais le chemin qui mène aux étoiles n'est pas vraiment bordé de pétales de roses. La route est sinueuse, semée d'embûches et de malfaisants. Maria débute donc avec les atouts dont elle dispose, son charme hyper sexy, et trouve une place dans une boite de srtrip tease. Elle va découvrir une facette peu reluisante du star système hollywoodien et notamment les travers pervers de la superstar Hugh Gates, et fera la rencontre de Bill, un client fidèle au physique peu avenant mais très correct et surtout très au fait du fonctionnement du showbiz. Forcément : c'est un ancien paparazzi ! Ces deux rencontres seront déterminantes pour l'avenir de Maria.

 

 

 

 "- Tu te souviens de cet agent artistique qui m'avait laissé sa carte ?

- Wong Lau ?... Ce ''connard laqué'' te fait des misères ? ..."

 

Mon avis

 

Avec son titre choc, voilà un album qui dénote dans le catalogue de Kennes Éditions ! Mais malgré sa couverture un peu racoleuse, ne craignez pas d'ouvrir l'album de peur de tomber sur une débauche de fesses et de nichons. Bien sûr, je vous mentirai en vous disant qu'il n'y a pas quelques poitrails et fessiers à l'air libre, mais finalement pas tellement plus que dans tout un tas de BD aux allures plus sages, et au moins là c'est justifié puisque ça s'intègre complètement dans le déroulé du récit.

Le propos ici est très simple, avoué d'entrée de jeu et assumé. Starfuckers se veut être une série délibérément sexy et drôle, oscillant entre thriller et comédie dans l'univers complètement barré du showbiz. S'inspirant des séries TV Nip/Tuck et Californication, les scénaristes Gihef et Alcante nous servent un petit polar à priori sans grande prétention mais des plus sympathiques et lancent avec ce premier album une série qui pourrait bien durer. Les personnages mis en scène sont assez réussis, avec ce chouillat de caricature et d'exagération de leur traits qui les rendent sympathiques ou détestables, ou les deux à la fois ! Bon, pour Maria, c'est sûr que sa plastique aide à la rendre attachante !

star fuckers,alcante,gihef,teague,kennes éditions,polar,comédie, sexy,7/10,01/2017

On ajoute à tout ça une mini galerie de personnages secondaires inattendue et digne des meilleurs seconds rôles du cinéma, des dialogues bien servis avec des répliques qui fusent, un dessin réaliste très soigné au découpage rythmé façon "cinoche", et quelques petits messages en arrière plan sur la vie, la réussite sociale et le show business, et on obtient un début de série vraiment prometteur. D'ailleurs, les auteurs savent où ils vont et prévoient une histoire complète par tome avec comme fil rouge l'ascension de Maria et comme toile de fond de cette comédie sexy une critique à peine cachée du star système et de ses dérives.

Vite la suite ! Il me tarde de voir jusqu'à quel point le titre va prendre son double sens ...

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

star fuckers,alcante,gihef,teague,kennes éditions,polar,comédie, sexy,7/10,01/2017

 

star fuckers,alcante,gihef,teague,kennes éditions,polar,comédie, sexy,7/10,01/2017

 

star fuckers,alcante,gihef,teague,kennes éditions,polar,comédie, sexy,7/10,01/2017

 

Le blog de Dylan Teague

01/12/2016

Topaze

cov.jpg6.jpgTome 2/2

D’après l’oeuvre de Marcel Pagnol
Scénario : Serge Scotto et eric Stoffel
Dessin : Eric Hübsch
Editeur : Bamboo
Collection : Grand Angle
Sortie : 16 novembre 2016
Satire sociale

 

Présentation de l’éditeur :

Grand Angle adapte en BD l’intégralité de l’oeuvre de Marcel Pagnol !

Topaze, foncièrement honnête, est mis à la porte de la pension dans laquelle il travaille, car il refuse de «truquer» les notes des élèves de bonne famille. Sans ressource, il se laisse attirer par l’offre d’emploi que lui propose un homme politique influent, à la recherche d’un «prête-nom» pour faire passer ses affaires crapuleuses en douce. Naïf, Topaze a bien la tête de l’emploi, mais est-il si crédule que cela ?

topaze,tome 2,scotto,stoffel,hübsch,bamboo,grand angle,comédie,satire sociale

Mon avis :

Topaze est donc devenu directeur d'un cabinet d'affaires, paravent bien commode pour passer des marchés publics truqués. La métamorphose du mouton un peu benêt en requin sans scrupules est en marche...

Toutes les qualités du premier tome de ce diptyque se retrouvent ici.

5.jpg

Le scénario tiré de la pièce de théâtre d’origine respecte rigoureusement non seulement le texte mais également les notes et commentaires laissés par Marcel Pagnol. De cette comédie amère, la morale ne sortira pas sauve. Reste cet irrésistible côté jubilatoire et revanchard, ce mélange habilement dosé de jovialité et de cruauté. Ce déluge de bons mots se savoure d’autant mieux que notre époque semble se repaître de pseudo-Topaze qui n’ont même pas à leurs débordements scandaleux l’excuse de la candeur.

3.jpg

Le dessin semi-réaliste d’Eric Hübsch reste égal. La caricature rehausse la théâtralité et l’expressivité de l’ensemble. Les décors soignés rendent l’ambiance et l’époque palpables. Les cadrages, parfois très étudiés, dynamisent certaines planches dont la colorisation frôle la perfection. La case ci-dessus nous montre un Topaze métamorphosé. Notez bien les les inscriptions au tableau et sur les murs de son ancienne classe !

Le tout est ponctué par un petit dossier documentaire amusant : Faut-il se méfier des ingénieurs ?

Bref. A la lecture. Que du bonheur !

 

 Dessin

 Scénario

 Moyenne

 

Le site internet des Editions Bamboo et de la collection Grand Angle : ICI

 

Skippy.

01/10/2016

Red Skin Tome 2 . Jacky

xavier dorison,red skin tome 2,jacky,terry dodson,rachel dodson,espionnage,comédiexavier dorison,red skin tome 2,jacky,terry dodson,rachel dodson,espionnage,comédieScénario : Xavier Dorison
Dessin / couleurs : Terry Dodson
Encrage : Rachel Dodson
Dépot légal : 06/2016
Editeur : Glénat
Collection : Grafica
Planches : 52
Genre : comédie d’espionnage

En pleine guerre froide, dans les cerveaux des apparatchiks russes germe une idée lumineuse : créer une "super-héroïne » à l’esprit bien rouge pour propager les valeurs du communisme au USA. Vera, agent du KGB à la plastique irréprochable, est désignée pour cette mission délicate. Apres avoir mis fin au agissement du « Charpentier », un serial-killer réactionnaire, Vera continue son intégration à la société Américaine. La nuit elle est l’héroïne ultime, le jour elle est Alabama Jane, reine du porno !

xavier dorison,red skin tome 2,jacky,terry dodson,rachel dodson,espionnage,comédie

Difficile de passer à côté de cette série. Personne n'aura échappé à la couverture du tome 1, très trés aguicheuse. Il faut dire que le dessin est confié à une pointure dans la plastique féminine : Terry Dodson. Il a fait une première incursion dans la bande dessinée européenne avec la série Songes. Car Terry Dodson est un dessinateur de comics américain. Il est connu pour son travail sur des séries comme Harley Quinn, Trouble, Marvel Knights Spider-Man, Wonder Woman et Uncanny X-Men. Chaque fois, son très beau travail ne passe pas inaperçu et avec Red Skin, il déploie tout son savoir-faire avec en prime de belles scènes d’action. Par contre, est-ce le cahier des charges ou est-ce le puritanisme américain, mais dans les rendues des formes généreuses féminines vous ne verrez jamais poindre un téton ou une scène osée. Un comble pour une actrice porno ! Le tout est donc très sage et le dessinateur met une grande énergie à rechercher des cadrages chastes pour échapper au regard (forcément pervers) du lecteur Cela fini par fausser son travail. C’est, pour nous Européens, une source d’interrogations sans limite. A pleurer ou à rire….

xavier dorison,red skin tome 2,jacky,terry dodson,rachel dodson,espionnage,comédie

Difficile aussi de ne pas passer à côté du nom du scénariste, Xavier Dorison. Il est inutile de faire sa biographie ! Ici, il a découpé le scénario en deux parties, le combat final contre le Charpentier dans la première et la recherche d’une respectabilité à travers son nouveau job diurne pour Vera, dans la deuxième. Le boulot de Vera, ses gaffes à répétition rentrent en contradiction complète avec l’American way of life. Cela permet à X Dorison d’en tirer des effets comiques. Malheureusement, cela ne fonctionne pas bien. Passée la surprise, le lecteur se lasse vite de ce petit jeu. Par ailleurs, la recherche de sexe à tout prix de la « super héroïne » devient franchement lassante. Les limites de la nymphomanie sont atteintes et n’apportent pas grand-chose à l’histoire….

xavier dorison,red skin tome 2,jacky,terry dodson,rachel dodson,espionnage,comédie

Voici donc un album qui se démarque plus par son dessin que par son scénario. Les dessins de Dodson et la mise en couleur de madame Dodson donnent satisfaction. Mais ce plaisir est gâché par un scénario répétitif sans vraiment de consistance. Cela est peu concluant. Cette « fusion » franco-belge / comics est une bonne idée mais doit être revue en profondeur pour jouir d’une bonne cote.

xavier dorison,red skin tome 2,jacky,terry dodson,rachel dodson,espionnage,comédie

 

Scénario a04-3e788e4.gif
Dessin a06-3e788fc.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

27/10/2015

Comment faire fortune en juin 40

comme faire fortune en 44.jpgPlancheA_251091.jpgDessin : Laurent Astier.

Scénario :Xavier Dorison et Fabien Nury

Editeur : Casterman.

Sortie : 23 septembre 2015

Librement adapté de « sous l’aile noire des rapaces » de Pierre Siniac.

Le résumé.

Juin 1940. La France est en guerre depuis dix mois, et vient de s'en apercevoir. Après moins d'une semaine de "Blitzkrieg", les Nazis sont aux portes de Paris. Depuis 1939, la Banque de France, anticipant sans doute une brillante victoire de l'armée nationale, a prudemment évacué l'intégralité de ses réserves d'or loin de la capitale. A Paris, tous les coffres sont vides... Ou presque. Deux tonnes qu'un fourgon blindé doit transférer en urgence de Paris à Bordeaux. Sauf que Franck Popp et Ange Sambionetti ont un autre plan pour la tirelire. 

 

«  ahhh…j’adore les guerres ! Les guerres sont toujours pleines d’opportunités. ».

Mon avis.

Le point de départ de cet album est avant tout un hommage à des films comme cent mille dollars au soleil ou Week-end à Zuidcoote , deux films de Verneuil avec Belmondo. Bonjour donc l’aventure avec option comédie .On y voit aussi des références à des films comme le bon, la brute et le truand ,les 12 salopards ou encore de l’or pour les braves. Un panaché d’histoires mouvementées mais qui ne manquent pas d’humour. On est aussi clairement dans une histoire d’hommes avec des personnages qui ont de la gueule. Un Lino Ventura, un Gabin ou un Delon y aurait parfaitement leur place .

Laurent Astier (Cellule Poison) s’est imprégné de ces références cinématographiques pour donner à son graphique à la fois du dynamisme avec les scènes d’action mais  aussi un humour froid pour les expressions de ses personnages. Des protagonistes qui ont de la « gueule », des traits marqués  très reconnaissables. On remarquera aussi que Laurent Astier a beaucoup utilisé les plongées et contre-plongées pour donner du souffle et du rythme à cet album.

Un récit qui se lit à toute vitesse car les péripéties sont présentes à chaque page. La trame est certes classique mais que du bonheur pour les nostalgiques du bon vieux cinéma des années 70.

En plus appeler un des ses personnages Sambio, c’est une incitation à la fraternité rédactionnelle.

a07-3e78901.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba.

PlancheA_253835.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

30/03/2015

DAD -tome 1: Filles à papa.

Dad, Nob, Dupuis, 7/10, humour, comédie, société,03/2015Dad, Nob, Dupuis, 7/10, humour, comédie, société,03/2015Dessin & scénario: Nob

Sortie : 20/03/2015

Editions Dupuis

48 pages – Cartonné

Humour, comédie, société.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): Père célibataire au foyer, c'est un boulot à plein temps, et ce n'est pas Dad qui va prétendre le contraire ! Surtout avec quatre filles au caractère bien trempé, et pas vraiment du genre à s'écraser devant leur éternel ado de père... Entre Pandora l'intello, Ondine la volcanique, Roxane l'espiègle et Bébérenice la petite dernière, ce comédien au chômage a trouvé le rôle de sa vie : celui de s'occuper de sa famille sans rien perdre de sa propre jeunesse.

 

«Vous êtes comme vos mères…

Aucun sens de l’humour! »

 

Mon avis : Quel barnum chez Dupuis ! La communication est rondement menée ! D’abord quelques semaines avant la sortie officielle, j’ai reçu la plaquette destinée aux journalistes et aux libraires. On y découvre dans les grandes lignes les personnages de la série et quelques planches pour illustrer ainsi qu’une mini-interview de Nob (ne pas confondre le N avec la dernière lettre de l’alphabet…). Arrive ensuite, le jour de la sortie en librairie de l’album, un colis de chez Dupuis avec le dit album, flambant neuf, le même dossier de presse et la fiche technique de l’album. L’attachée de presse, Jocelyne,  s’est même fendue d’un petit commentaire écrit à la main : « Il sort aujourd’hui » (bien le timing !), « Fière de cette nouvelle série ! ». A fond dans le trip chez Dupuis ! Comment ne pas être charmé par autant d’attentions ?

Dad, Nob, Dupuis, 7/10, humour, comédie, société,03/2015

Me voilà donc parti par la lecture de cette nouveauté à laquelle la maison Dupuis croit beaucoup. Il faut d’abord savoir que deux albums sont prévus en 2015.Le tome 2 sortira en octobre 2015 pour les fêtes du mois de décembre, cela va cartonner dans les librairies !

Mais qui est Nob? De son vrai nom Bruno Chevrier, Nob est tombé dans la bande dessinée depuis son plus jeune âge. Il participe à un concours des éditions Glénat qui lui ouvre les portes du magazine « Tchô ». Il y dessine plusieurs séries dont la plus connue est la série « Mamette ». Il deviendra aussi le rédacteur en chef et graphiste du magazine, avant de passer la main en 2008. Il commence une collaboration avec Dupuis à partir de 2004. Il collabore à « l’Atelier Mastodonte », dirigé par Trondheim puis en 2013 apparait dans le journal de Spirou la série »Dad » dont il est question ici. C’est directement le plébiscite par les lecteurs (90% la recommande !). Dupuis a donc pu déjà tester la popularité de la série auprès des lecteurs du journal de Spirou, c’est l’avantage d’éditer ce type de journal. L’éditeur peut directement mesurer l’impact de la série sur le public avant de passer aux choses sérieuses à savoir la sortie du premier album en librairie.

Dad, Nob, Dupuis, 7/10, humour, comédie, société,03/2015

Quels sont les personnages ? Nous avons d’abord Dad, le papa, le personnage central. Il est père célibataire au foyer, accessoirement comédien au chômage. Il s’occupe de ses 4 filles (de 20 ans à dix mois) qu’il a eu avec 4 mères différentes. Dad a eu une vie sentimentale chargée...Viens ensuite l’ainée, Pandora, c’est l’intello de la famille. Après,c’est Ondine, la volcanique, une ado rêveuse qui s’intéresse plus aux séries télévisée qu’à ses études. Elle est soucieuse de son apparence, à l’opposé de Pandora avec qui elle est pourtant très complice. La troisième est Roxane, l’espiègle. Elle très sportive mais aussi franche et curieuse (trop diront certains). Enfin, la petite dernière, c’est Bérénice, la câline. Surnommée « Bébérénice », elle a déjà son petit caractère mais elle reste la chouchoute de la famille. Le lecteur va suivre les aventures de cette famille quelque peu atypique.

Dad, Nob, Dupuis, 7/10, humour, comédie, société,03/2015

C’est bien tout cela mais que faut-il en  penser ? Tout d’abord le dessin. Il m’a fait de suite penser au dessin de Zep et de Titeuf. Même façon de dessiner les personnages, même types de décors, même type de colorisation (Nob a été le coloriste de Zep). On voit directement que Nob est passé par le magazine « Tchô », émanation de Titeuf et Zep. Il y a des antécédents qui ne trompent pas ou plutôt qu’on ne peut renier, quoi de plus normal ! De plus avec l’Atelier Mastodonte, il est allé à bonne école ! Au niveau du scénario des gags, le plus souvent à une planche, même s’il s’agit d’une famille atypique, on voit qu’il y a du vécu et que Nob doit s’inspirer par moment de sa vie familiale réelle pour la transposer dans Dad.

Dad, Nob, Dupuis, 7/10, humour, comédie, société,03/2015

Pour conclure, je me suis pris à sourire et à rire plus d’une fois en cours de lecture. C’est bien mis en scène, c’est bien raconté. Je comprends tout à fait que le public apprécie. Des petits aux plus grands, tout le monde peut adhérer à cette comédie enlevée qui va divertir et ravir les familles. Bonne pioche chez Dupuis !

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne

 

 

Lien vers la fiche technique de l’album chez Dupuis: ICI.

Lien vers la page Facebook de Dad : ICI.

 

Capitol.

 

Dad, Nob, Dupuis, 7/10, humour, comédie, société,03/2015

 

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (2) | Tags : dad, nob, dupuis, 710, humour, comédie, société, 032015 |  Facebook | |

09/01/2013

BAKUMAN - Tome 1.

Couv_112328.jpgPlancheA_112328.jpgDessin : Takeshi Obata  - Scénario: Tsugumi Ohba

Editions Kana

Sortie : 02/07/2010

208 pages

Prix conseillé : 6,85 €

ISBN : 9782505008262

Manga, Shonen, Mangaka, ascension professionnelle, comédie.

 

 

Résumé (de l’éditeur): Moritaka Mashiro, surnommé Saïko par ses amis, est en 3e année de collège et ses dons pour le dessin lui ont permis de remporter plusieurs prix. Il est amoureux en secret de Miho Azuki mais n'ose pas lui révéler cet amour jusqu'à ce que son ami, Akito Takagi, force le destin. Takagi est le meilleur élève de sa classe, il écrit également des scénarios et souhaite que Mashiro les transpose en manga. Celui-ci refuse dans un premier temps, mais il se voit obligé d'accepter une fois qu'il se trouve devant la belle Azuki. Quant à elle, Azuki rêve de devenir doubleuse de films et de dessins animés. Si Azuki et Mashiro réalisent leur rêve, ils se marieront, mais d'ici là ils ne doivent plus se voir et communiquer uniquement par e-mail...

1301051151560001.JPG

Mon avis : Retour sur une série commencée en juillet 2010 et qui est actuellement en version francophone au tome 13 (sorti le 4 janvier 2013).Cette série Bakuman est signée par les deux auteurs de la série très connue « Death note », série vendue à des millions d’exemplaires et adaptée en dessin animé et en film ! La série Bakuman est terminée au Japon et comprend 20 tomes. Il est également adapté en dessin animé. La série raconte par le détail la lente ascension pour réaliser le meilleur manga jamais édité.

1301051150310001.JPG

Un vrai mystère entoure le scénariste de Death Note, beaucoup de rumeurs circulent mais rien d’officiel ne filtre sur l’identité du concepteur de ce scénario. On ne connaît ni son vrai nom, ni son visage.

Le dessin est dans le plus pur style shonen (pour les jeunes de 12 ans et plus). C’est bien dessiné mais cela n’arrive pas à un niveau extraordinaire comme pour d’autres séries. On retrouve tous les codes graphiques du manga de ce type destiné aux adolescents.

1301051151170001.JPG

Par contre, le scénario est très bien bâti et raconte par le détail la vie des mangakas. La vie n’est pas facile pour ceux qui débutent (on les appelle « bakuchiuchi »). Pour beaucoup de jeunes au Japon, devenir un mangaka connu et reconnu, c’est avoir une certaine reconnaissance financière et une place particulière dans la société japonaise. C’est un peu comme les joueurs de foot en Europe. Si tu réussis, tu es adulé. Si tu te loupes, tu es une merde sans situation. J’ai apprécié la remise dans le contexte de la société japonaise. C’est très bien expliqué. Mais encore une fois, on voit que la gloire peut être éphémère et que ce sont tous des gros bosseurs et souvent avec une armée de « petites mains » derrière eux.

1301051148320001.JPG

Au vu des réactions sur les forums, la série a été très bien accueillie et a donné à pas mal de gens l’envie de se lancer dans la réalisation de mangas. A noter qu’entre les chapitres, l’éditeur montre comment est construit, réalisé une planche de l’album. C’est très intéressant au niveau de la technique.

En conclusion, j’ai de suite accroché à l’histoire et la lecture m’a bien plu. Une lecture que je vous recommande. Une autre façon de rentrer dans le monde du manga, par la porte de service…

 

Graphisme :    7,0/10

Scénario :      8,0/10

Moyenne :      7,5/10

 

Capitol.

1301051142040001.JPG

04/01/2013

MAGASIN SEXUEL - Tome 2.

Couv_175612.jpg175612_pla.jpgDessin & Scénario: Turf

Editions Delcourt

Sortie : 21/11/2012

64 pages

Prix conseillé : 14,95 €

ISBN : 9782756027135

Humour, comédie

 

 

Résumé (de l’éditeur): Le village des Bombinettes s'est fait à l'idée de la présence d'Amandine et de sa boutique ambulante spécialisée en sex-toys. Les habitants semblent apprécier la jeune fille qui, en bonne commerçante, a toujours un mot aimable pour tous. Les jours de marché se succèdent, la foule grandit autour du Magasin sexuel, ce qui n'est pas pour plaire au maire, surveillant ce petit manège depuis sa fenêtre.

 

 

1212301817050001.JPG

 

Mon avis : Lors de ma chronique du premier tome, j’avais écrit que cet album me laissait sur ma faim et que j’attendais le second tome pour me faire une idée plus précise de cette série en deux albums. Me voilà donc avec le tome 2 en main. Première constatation : la couverture est superbe et attire l’attention. Ouvrons l’album. Rien de changé au niveau graphique. Le dessin est toujours dans le même style, bien maîtrisé, un rien enfantin, des couleurs acidulées pour jeunes filles en fleurs. En d’autre terme, Turf veut nous faire passer par le biais de l’humour une gentille histoire sur un problème de société dans un village reculé du fin fond de la France : l’existence d’un sex-shop ambulant sur le marché hebdomadaire. Les âmes bien pensantes sont offusquées. Que fait le Maire? Mais le Maire en pince pour Amandine, la petite tenancière dudit sex-shop…Suit un marivaudage et une suite de quiproquos dont je vous laisse découvrir l’épilogue. En fin de compte, le personnage principal est plutôt le Maire qui est mal barré sur tous les plans, tant celui de sa commune que de ses affaires de cœur.

1212301818580001.JPG

Au final, une petite histoire gentille menée à un train de sénateur mais que ne me laissera pas une trace indélébile dans ma mémoire. Je n’ai que moyennement apprécié. Vite lu, vite oublié…

1212301821030001.JPG

 

Graphisme :   7,0/10

Scénario :     7,0/10

Moyenne :     7,0/10

 

Capitol.

1212301821500001.JPG