23/02/2017

Roma

cov.jpg3.jpgTome 5 – à l’origine du mal

Dessin : Régis Penet

Scénario : Didier Convard, Gilles Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions Glénat

Collection Grafica

64 pages – cartonné

Parution : 01 février 2017

Péplum historico-fantastique

 

Présentation :

Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

306. Constantin Ier règne sans partage sur un empire s’étendant de la mer du Nord à l’Orient. Samère, Hélène, fervente chrétienne, le pousse à la conversion et à imposer la religion du Dieu unique à tous ses citoyens. Les familles Leo et Aquila sont toujours les gardiennes et les garantes de la stabilité du Palladium, mais elles doivent désormais célébrer leur culte de manière clandestine. L’Empereur vient de fonder une seconde capitale pour l’Empire Romain d’Orient : Constantinople. Sous la pression de sa mère, il impose la religion chrétienne. Pour ce faire, il crée auprès des Romains un épouvantail qui les poussera à embrasser sa foi : il invente le Diable ! Il trouve dans l’antique culte du Palladium un bouc émissaire tout indiqué, et monte une machination pour désigner cette ancienne croyance, ainsi que ses adorateurs, à la vindicte populaire. Mais Ker, la déité prisonnière de la statue, usera de tous ses pouvoirs maléfiques pour briser les plans de l’Empereur...

1.jpg

Mon avis :

Cet album clôture le premier cycle de la série, celui consacré à la période de l’Antiquité. Régis Penet qui était au dessin du 1er tome vient logiquement achever cette première période historique. Son style réaliste reste parfaitement adapté au propos.

2.jpg

Du côté du travail des scénaristes, mon point de vue n’a pas varié : le mélange de BD historique avec un récit fantastique passe parfois difficilement. Même si l’époque était très réceptive aux croyances et superstitions, parfois complètement extravagantes, l’association de ces deux genres ne me semble pas vraiment pertinente. C’est sans doute mon intérêt pour la culture antique traditionnelle qui conditionne ma lecture. Par ailleurs, l’éclairage historique du professeur Bertrand Lançon en fin de tome vient contrebalancer ma perception. Une fois de plus, son dossier apporte nuances et précisions sur le contexte, ce qui invite à une relecture plus attentive et plus sensible à la démarche des auteurs. La série est donc intéressante et ouvre des possibilités de questionnement sur l’état de nos connaissances historiques des grandes étapes de l’histoire romaine. Cette stimulation à la réflexion critique agrémente un récit dessiné de manière académique et dont la lecture reste un bon moment de plaisir.

4.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

Skippy

26/11/2016

Lacrima Christi T2 : A l'aube de l'Apocalypse

sans-titre.png71YGTh0SbfL.jpgScénariste : Didier Convard

Dessinateur : Denis Falque

Éditeur : Glénat

56 pages - Historique

Sortie le 26 octobre 2016

 

Avis de l'éditeur :

 

Le traître Benciveni a désormais fait état de l'efficacité du Lacrima Christi à l'aéroport JFK de New York : des centaines de morts et de contaminés que les autorités tentent vaille que vaille de secourir devant toutes les TV du monde. Pour éviter l'Apocalypse, ce n'est plus qu'une question de temps pour Jean Nomane et son équipe… Mais en mettant la main sur la Cronico – la lettre testament de Biancofuri, le créateur du virus –, les agents font une découverte de taille : l'existence d'un possible antidote, que l'alchimiste aurait emporté avec lui avant de sombrer au large d'Haïfa !
 
Mon avis :
 
On ne dénombre plus les infectés par le Lacrima Christi à Kennedy Airport suite à une attaque bactériologique, provoquant une scène de guerre sans précédent. Milonsky, un spécialiste des palimpsestes et de la cryptographie est mis à contribution pour décortiquer la cronico de l'alchimiste et la lettre du pape Clément afin de découvrir si un vaccin est envisageable.
 
D'autre part, les relations diplomatiques entre le Vatican et les États-Unis d'Amérique sont tendus. Une partie des informations reste cachée volontairement, ce qui ennuie de surcroit le Vatican.
 
Onze mois plus tard, le Rectificateur, se trouvant à Pyongyang, en Corée du nord, tente de dénicher  et détruire la source même de cette bactérie, aux mains du Dictateur.
 
 
Avec ce second tome de Lacrima Christi, on se retrouve en pleine situation catastrophique économique et politique. Chacun tente de tirer profit de la situation à son avantage. Le récit se focalise sur une enquête au-delà des âges, à la fois contemporain et historique. Une guerre bactériologique des temps modernes dont la source provient 1000 ans plus tôt au travers d'une chrétienté sordide.
 
D'un aspect graphique, la touche de Denis Falque s'adapte au scénario mis en place par un Didier Convard convainquant. Précis et net, sans s'encombrer de plans inutiles. Les détails sont allègrement fournis mais occupent les bulles de manière équilibrée.
 
Les adeptes de Da Vinci Code et autres séries économico-politique devraient apprécier.
 a07-3e78901.gif

71cM1OLB4DL.jpg

Coq de Combat
 
 

 

 

08/11/2016

Neige Origines T2 : Eden

51RBqFJYyfL__SX371_BO1,204,203,200_.jpg81WFQHgqU2L.jpgScénaristes : Didier Convard & Eric Adam

Dessinateur : Fred Vignaux

Éditeur : Glénat

48 pages - Science-Fiction

Sortie : le 21 septembre 2016

 

Avis de l'éditeur :

 

Seul rescapé d'une attaque de crève-panse, Chantefable se réveille dans un petit chalet donnant sur une vallée verdoyante et fleurie. Un endroit idyllique, épargné de la glaciation qui a ravagé l'Europe, qui porte le doux nom d'Eden. Accueilli par le maître des lieux, un certain Yahvé, Chantefable ne tarde pas déceler quelques mystérieux et inquiétants détails du quotidien. Tant de bonheur semble suspect... Convaincu que l'Eden cache une vérité terrifiante, Père Tabac, l'un des Douze, le pousse à s'évader et à rejoindre le fort de Northman, pour l'informer de ses soupçons...Plongez une nouvelle fois dans l'Europe dévastée de Neige et découvrez le deuxième cycle en deux tomes d'un classique de la BD post-apocalyptique, signé Convard, Adam et Vignaux !

 Mon avis :

Les scénaristes jouent d'une part sur le mystique et les normes religieuses (citons l’Éden ou Yahvé par exemple) un endroit de recueillement pour sauver les âmes désespérées, et d'autre part, sur la colère des hommes, leurs sauvageries proche d'un film à la Mad Max, voilà un certain paradoxe qui vaut le détour.

Les protagonistes portent des noms surprenants et originaux : Chantefable, Père-Tabac... qui ne leur sied pas spécialement mais qui donne du répondant au script. Le récit de Neige Origines ne se cantonne pas sur un genre en particulier, ni une couleur : on constate quelques planches de toute beauté , on retiendra cette vue de la Venise futuriste page 27, somptueuse! Ou encore des reliefs montagneux en page 48, créant un changement radical de décors.

 

Graphiquement, on constate le trait sauvage de Fred Vignaux, nerveux et agressif. Malgré une foule de détails, arrière-champ, les visages des personnages manquent parfois de netteté, dommage, car la profondeur de champ des décors quant à eux donnent un réel charme.

Les couleurs marquent l'ambiance des lieux, soit claires pour les séquences calmes et paisibles, soit foncées pour les situations chaotiques. On se retrouve d'ailleurs avec un mélange de style à l'ancienne et totalement moderne.

Neige Origines plaira certainement aux fans de la 1ère série, et les nouveaux lecteurs pourront s'y délecter agréablement, par cette foule de détails graphiques, sans toutefois oublier les thèmes abordés : religion, conspirations, fléau, contamination, réseau sectaire, développement personnel.

a07-3e78901.gif

71BY83SUyIL.jpg

Coq de Combat

28/09/2016

Roma

1.jpg2.jpgTome 4 - La chair de mon sang

Dessin : Christian Gine

Scénario : Didier Convard, Chantal Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions : Glénat

Collection : Grafica

64 pages – cartonné

Parution : 14 septembre 2016

Péplum historico-fantastique

 

Présentation :

Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

An 37. Caligula, l’empereur fou, règne sur Rome par le sang, le viol, et la terreur. Il est habité par des visions envoyées par le Palladium qui le convoque et l’appelle. Mystifié par l’idole, il découvre la jeune vestale Aquilina en laquelle il croit retrouver sa défunte sœur Drusilla, dont il est toujours éperdument amoureux. Caligula fait trembler le Sénat et s’enfonce dans la paranoïa. Ker, la déesse enfermée dans le Palladium veut profiter de la démence de l’Empereur pour s’extraire de sa gangue d’orichalque et libérer enfin les ténèbres, puis se venger des Dieux et des Hommes. La très vieille vestale Laena peut seule s’opposer au Palladium et à Caligula, repoussant ainsi pour un temps la Malédiction.

3.jpg

Mon avis :

Petit rappel : à l’origine, Roma est une idée de Gilles Chaillet. Après sa disparition en 2011, Chantal Chaillet, son épouse, avait souhaité que ce projet puisse être développé et mené à terme. Elle a fait alors appel à Didier Convard, aidé par Éric Adam et Pierre Boisserie, pour finaliser les scénarios de cette immense fresque supposée couvrir l’histoire de Rome, de l’Antiquité à 2030, en terminant par un épilogue de science-fiction. A chaque album devait correspondre une époque et un récit indépendant.

5.jpg

Roma se présente donc comme une grande saga historico-fantastique de 13 albums, construite autour de la malédiction du Palladium. À raison d'une parution semestrielle, chaque album, formant une histoire complète et réalisé par un dessinateur différent, a pour cadre un épisode célèbre de l'histoire de Rome. Pour le premier cycle des 5 récits couvrant la période antique, un cahier historique préparé par Bertrand Lançon, spécialiste de la période romaine, vient systématiquement compléter l’ouvrage.

4.jpg

La Chair de mon Sang est donc le quatrième tome. Un titre qui en résume parfaitement le contenu avec la folie de Caligula expliquée par l’emprise du Palladium. Sexe et violence sont au menu pour les dernières heures du tyran. C’est avec plaisir que le dessin semi-réaliste de Christian Gine nous rappelle sa collaboration avec Chaillet sur les Les boucliers de Mars et sa superbe vision de la Rome antique.  

6.jpg

Le cahier documentaire de Bertrand Lançon, historien et professeur émérite d'Histoire romaine à l'Université de Limoges, vient apporter une heureuse et  indispensable touche à la bonne compréhension du contexte historique. Il fait une très intéressante mise au point sur les différentes manières dont le mythique Caligula fut perçu dans les plus ou moins récentes productions romanesques et cinématographiques. Il s’essaie à un plaidoyer pour la BD historique et nous conseille une bibliographie de quelques ouvrages pour nuancer nos connaissances du sujet. Le tome 5 dont l'action se situera en 326  abordera, je suppose, la conversion de l'empereur Constantin au christianisme. Une lecture qui s'avère d'ores et déjà passionnante : quel rôle va bien pouvoir jouer le Palladium dans ce bouleversement ?

1.jpg

 a07-3e78901.gif    Dessin

a07-3e78901.gif     Scénario

a07-3e78901.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

Skippy.


08/02/2016

Roma - Tome 3 - Tuer César

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016Scénario : Didier Convard, Pierre Boisserie, Eric Adam
Concept : Gilles Chaillet
Dessin : Annabel

Editeur : Glénat
Collection : Grafica
64 pages -cartonné
Sortie : 20 janvier 2016
Genre : Aventure, Histoire, Fantastique

 

Présentation de l'éditeur :

44 avant J.-C. La république vacille sur ses bases. Jules César, après avoir soumis les peuples de la Gaule, s'est imposé par la force comme dictateur de Rome. Aveuglé par le pouvoir, il ignore qu'en écoutant sa maitresse, la reine Cléopâtre, qui le pousse à restaurer la monarchie, il se condamne et entraînera Rome dans sa chute. Car l'Egyptienne souhaite qu'Alexandrie devienne la nouvelle capitale de l'empire et que le palladium y trône.
Mais ce projet n'est pas conforme aux noirs desseins de la statue maudite.

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016

Rome ! Une ville immortelle. Une damnation éternelle.


43 avant J.-C. César, le plus puissant des hommes, est sur le point de restaurer la monarchie à Rome et de monter sur le trône. Fou amoureux de Cléopâtre, la reine d’Égypte, il s’apprête à transférer le Palladium à Alexandrie. Un complot, initié par le Palladium lui-même, manipulant les vestales, vise à assassiner le Consul. Car l’icône souhaite demeurer dans sa crypte à Rome d’où elle puise son antique pouvoir. Une jeune vestale, Laena, fille de Furius Leo –le principal conjuré–, va tenter de sauver César, Cléopâtre et leur fils. Le Palladium utilisera tous ses maléfices pour nuire à ceux qui contrarient son dessein.
Contant le destin à travers les âges d’une mystérieuse statuette intimement liée à la ville de Rome, Roma est une passionnante fresque historique et fantastique permettant de découvrir tous les épisodes-clés de la cité éternelle, de l’Antiquité aux temps modernes.

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016

Mon avis :

À partir d’un synopsis de scénario écrit par Gilles Chaillet avant sa disparition, Didier Convard, Éric Adam et Pierre Boisserie travaillent sur cette fresque historique et fantastique consacrée à La Ville Eternelle et prévue en treize volumes avec, pour fil conducteur, la malédiction du Palladium. Soucieux de la transmission de la culture antique, je suis avec beaucoup d’intérêt la production BD dans ce domaine. Je pense que cette œuvre très ambitieuse mérite l’attention de tous les lecteurs, même si personnellement je suis un peu réticent vis-à-vis de l’aspect fantastique de l’histoire. Réticence que j’avais déjà exprimée dans ma chronique du tome 2 consacré à Hannibal. Quoi qu’il en soit, j’ai lu avec plaisir ce troisième opus, m’attachant plus à l’aspect historique qu’au côté fantastique du scénario. La reconstitution des scènes célèbres, comme l’assassinat de César au sénat ou l’exécution de Cicéron dans les jardins de sa villa, me paraît bien réussie. On peut dire la même chose des cases montrant les rues de Rome, le Forum ou les villas des riches romains.

roma tome 3,tuer césar,chaillet,adam,boisserie,convard,annabel,glénat,grafica,peplum historico-fantastique,20 janvier 2016

Le dessin réaliste et précis ainsi que la colorisation agréable montrent un réel respect de la documentation. A cet égard le cahier historique de Bertrand Lançon, Historien et professeur émérite d'Histoire romaine à l'Université de Limoges, vient apporter une touche indispensable à la bonne compréhension du contexte. Le lecteur passionné devra attendre 6 mois avant la parution du tome 4 qui traitera de l’époque impériale et mettra en scène Caligula. Patience donc …

 

a07-3e78901.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario

a07-3e78901.gifMoyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

 Skippy.

 

06/11/2015

Lacrima Christi T1

9782344009161-L.jpgScénariste   : Didier Convard

Dessinateur : Denis Falque

Éditeur         :  Glénat

56 pages

Sortie : le 14 octobre 2015

Genre : Historique

 

Avis de l'éditeur :

 

Jean Nomane est le Rectificateur. Agent d’élite du Triumvirat, véritable machine à tuer, il est envoyé en mission à Pyongyang, en Corée du Nord. Sur place, le despote mégalomane Cho Ihn Kyang a fait construire dans le plus grand des secrets un laboratoire capable de synthétiser le Lacrima Christi. Sous le poétique nom de « Larmes du Christ » se cache en réalité la souche de la plus effroyable peste que l’humanité ait jamais connue, élaborée des siècles auparavant par le  célèbre alchimiste Biancofuori. C’est le Gardien du Sang Bencivenni qui l’a découvert au large d’Haïfa, onze mois plus tôt. Et celui-ci n’a pas hésité à trahir ses commanditaires pour vendre cette arme terrible au plus offrant...

Cette année, découvrez la toute nouvelle saison du Triangle Secret ! Toujours orchestrée de main de maître par l’architecte Didier Convard et dessinée par le trait précis de Denis Falque, Lacrima Christi est un récit d’espionnage haletant sur fond de mystères religieux, nous montrant les dérives de la science quand celle-ci est utilisée à des fins mercantiles.

 

Mon avis :

En avril 2000, les lecteurs ont eu l'opportunité de découvrir une série qui aura longtemps fait parler d'elle, il s'agit bien entendu du Triangle Secret. Aux commandes : Didier Convard, déjà à maintes fois récompensé par ses scénarios surexcités et diaboliquement bien ficelés. Commence ensuite la saga Inri en 2004, Hertz en 2006 et tout récemment Lacrima Christi en 2015.

L'histoire démarre en Corée du sud, où le Lacrima Christi(larmes du Christ) dévoile sont potentiel destructeur, renfermant un pouvoir inégalé en matière de virus, créé par un alchimiste de renommée Biancofuori.. Attiré par la convoitise, Bencivenni, un gardien du sang, trahit, vole et spécule au plus offrant.

 

71H7neSBOML.jpg

 Ce 1er tome met en scène les différents protagonistes et leurs rôles. Une nouvelle intrigue s'incruste au fil des pages mais malheureusement, cette dernière provoque rapidement un ennui profond. Cette impression de déjà vu, déjà raconté et déjà vécu, est subtilement réajusté pour enflammer les troupes. Forcément, reprendre le flambeau d'une saga pareille consiste à attirer les fans de la 1ère heure, ainsi que de nombreux curieux, afin de les replonger vers une énième épopée à plusieurs volumes.

Les séries à rallonge contenant de nouveaux cycles sont particulièrement à la mode ces derniers temps. L'exemple le plus concret reste 13 de Van Hamme, repris depuis par une nouvelle équipe, tant au dessin que pour la trame. Est-ce favorable? Ne tire-on pas en longueur les mêmes éléments revus et corrigés afin de façonner et stéréotyper le lecteur?

Certains crient au scandale, tandis que d'autres en réclament toujours plus. Bref, pour une série de l'ampleur du Triangle Secret, chaque avis personnel se veut pertinent, mais laissons lui, la possibilité de voir venir, et de ce qu'il a dans le ventre!

Le trait de Denis Falque s'acclimate en fonction de la thématique, il est davantage convainquant sur l'arrière-champ; les détails sont riches, qu'il s'agisse de situations de pénombres ou en plein jour. Par contre, quel manque de rigueur au niveau des visages des personnages, qui, la majeure partie du temps apparaissent déformés, aux yeux fatigués, lèvres coupées sans réelles consistances.

Bref, je n’administre pas plus qu'un moyen pour ce tome d'introduction. Affaire à suivre... pour certains.


a06-3e788fc.gif

81CsywCgRhL.jpg

 

Coq de Combat

23/10/2015

Roma - tome 2 - Vaincre ou mourir

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015Vaincre ou mourir

Dessin : Luca Erbetta

Scénario : didier Convard, gilles Chaillet, Eric Adam, Pierre Boisserie

Editions Glénat

Collection Grafica

64 pages - cartonné

                                                                   Péplum historico-fantastique

 

Présentation de l’éditeur :

 

Rome ! Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

 

217 avant Jésus Christ. Rome est devenue l’une des premières puissances de la Méditerranée. Seule Carthage contrarie son hégémonie. Hannibal conduit ses armées en Italie où il défait les légions de la République romaine à plusieurs reprises, ses troupes menaçant même la ville ! Les familles Aquilia et Léo, qui seules connaissent la malédiction nichée au cœur de la statue du Palladium, arriveront-elles à lutter à la fois contre la furie des dieux et celle des hommes ?

 

Furius Léo, descendant de Léonidas, espère briser la Malédiction qui accable sa famille en remettant le Palladium à Hannibal, avec la promesse que l’icône lui apporterait gloire et pouvoir éternels. Furius est prêt à tout sacrifier pour parvenir à ses fins. Il n’imagine pas que le Palladium retournera son plan contre lui, sur fond de guerres puniques et de luttes de pouvoir, dans un combat opposant les Dieux aux hommes et le Bien au Mal...

 

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

Mon avis :

Petit rappel : Roma est une idée ambitieuse de Gilles Chaillet. À la disparition de ce dernier en 2011, Chantal Chaillet, son épouse,  avait souhaité que  ce projet puisse être développé et mené à terme. Elle a fait alors appel à Didier Convard, aidé par Éric Adam et Pierre Boisserie, pour finaliser les scénarios de cette immense fresque supposée couvrir l’histoire de Rome, de l’Antiquité à 2030, en terminant par un épilogue de science-fiction. A chaque album devait correspondre une époque et un récit indépendant. Le dessin du premier tome a été confié au convaincant  Régis Penet. 

Roma se présente donc comme une grande saga historico-fantastique de 13 albums, construite autour de la malédiction du Palladium. À raison d'une parution semestrielle, chaque album, formant une histoire complète et réalisé par un dessinateur différent, a pour cadre un épisode célèbre de l'histoire de Rome. Pour le premier cycle des 5 récits couvrant la période antique, un cahier historique préparé par Bertrand Lançon, spécialiste de la période romaine, vient systématiquement compléter l’ouvrage.

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

Au dessin pour le tome 2, Luca Erbetta  a traité le scénario en alternant de grands plans cinématographiques avec des séquences plus denses et plus rythmées. Il a privilégié les scènes de grandes batailles, avec des milliers d’hommes qui s’affrontaient, sans négliger les moments plus intimes et les émotions des personnages. Son souci du détail, en particulier pour les armes et les tenues militaires, témoigne d’une recherche méticuleuse. Ce qui donne un réel crédit à son travail.

 

Au niveau du scénario, je pense que les fans d’Histoire, dont je suis, risquent de rester encore un peu sur leur faim. Passe encore de raccrocher la chute de Troie à la création mythologique de Rome dans le premier tome. Mais faire d’Hannibal ce portrait d’un général misant sur la seule puissance de la magie du Palladium pour s’assurer la victoire me semble tiré par les cheveux. La dimension fantastique qui apparaît dans le déroulement des batailles m’a également parue incongrue. Ma vision reste peut-être trop puriste ? Le Palladium vient pourtant expliquer une énigme de l’histoire : pourquoi Hannibal, dans une position de force, a-t-il renoncé à assiéger Rome ? Astucieux, penseront sans doute certains lecteurs. Pour ma part, j’ai du mal avec cette vision pourtant bien défendue par les commentaires du dossier historique.

 

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

Cette passionnante aventure, historique et éditoriale, à l’aspect fantastique assumé, mérite néanmoins toute l’attention des lecteurs Et je me réjouis personnellement de lire les épisodes qui vont suivre dans lesquels les grandes figures historiques de  César et Cléopâtre dans le tome 3 et surtout celle de Caligula dans le tome 4 viendront se confronter à la malédiction du Palladium. 

 

 

Roma, Vaincre ou mourir, Erbetta, Convard, Chaillet, Adam, Boisserie, Glénat, Péplum, 23 septembre 2015

 

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne

 

  Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

 

Skippy.

 

 

08/04/2015

LE TRIANGLE SECRET - HERTZ - Tome 5: La troisième mort de l'Empereur.

Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015Dessin : Christian Gine & Denis Falque

Scénario: Didier Convard  & Eric Adam

Sortie : 18/03/2015

Editions Glénat

56 pages – Cartonné

Histoire, aventure, ésotérisme, Franc-Maçonnerie.

 

 

Résumé (de l’éditeur): 1821, Île de Sainte-Hélène. Piégé sur cette île isolée, pris en étau dans un machiavélique complot ourdi par le général britannique Hudson Lowe, la mort de Napoléon semblait inéluctable... C’est son propre aide de camp, Louis Hertz, victime d’un odieux chantage, qui avait pour mission de l’empoisonner. Heureusement, l’Empereur disposait d’un atout de taille : André Hertz, l’ombre de l’Aigle, qui vaut une armée à lui tout seul ! Sauvé par son espion particulier, l’Empereur est à présent en fuite vers l’Égypte, mais il est toujours victime de ce poison qui continue de le ronger à petit feu. Sans compter sur la ténacité de Lowe qui, lancé à leur poursuite, fera tout pour entrer dans l’Histoire comme celui qui sera parvenu à débarrasser le monde de l’Ogre corse...

Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015

 

«Impossible n’est pas français (Napoléon Bonaparte). »

 

Mon avis : Dans le cadre de la collection « La Loge Noire », « Le Triangle Secret » est la série phare et se décline en plusieurs épopées dont « Hertz » qui raconte l’histoire d’André Hertz, l’espion particulier de Napoléon Bonaparte. Cette série regroupe une fameuse brochette de scénaristes et dessinateurs qui font régulièrement parler d’eux. En plus, la couverture est d’André Juillard, qui vient mettre son grain de sel pour attirer le client.

Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015

Soyons d’abord bien clair. Si vous aimez l’Histoire et l’ésotérisme, si vous vous intéressez aux secrets du Christianisme et de la Franc-Maçonnerie, vous devez avoir lu « Le Triangle Secret ». Vous ne serez pas déçu. Inutile de vous préciser que prendre en marche le train au tome 5 d’Hertz, sans avoir lu les albums antérieurs, c’est du suicide !

Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015

Ces préliminaires ayant été énoncés, nous pouvons parler de l’album. Si vous relisez mes chroniques précédentes concernant cette série, mon avis ne change guère car cela reste bien fichu. Le scénario dirigé par Didier Convard est toujours aussi bien mené de main de maître. Il y a de la lecture. Vous n’aurez pas une succession d’onomatopées. Il prend le temps de développer les idées, les dialogues. Ce n’est pas ampoulé comme Blake et Mortimer, mais on a de quoi lire car il faut mettre en place toute une mécanique et expliquer qui tire les ficelles et dans quels buts. Dans ce tome 5, on est plus dans l’action mais l’ésotérisme revient très vite remettre son grain de sel dans la fiction ou plutôt dans les coins sombres de l’Histoire, particulièrement dans celle de Napoléon.

Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015

Les dessins, prennent rapidement une importance relative, tellement le scénario est prenant. Au niveau des décors, des postures des personnages, de la mise en scène du récit, le dessin tient bien la route. Le point noir récurrent pour moi est le manque d’expression des visages ou plutôt le style figé et peu naturel. Mais, je dois reconnaître qu’au fil de la lecture, j’ai fait abstraction de ce détail pour moi car la force de cette série est le récit et sa mise en forme globalement réussie.

Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015

Ce tome 5 termine un cycle mais en dernière page de l’album on annonce une suite de façon laconique « André Hertz reviendra bientôt dans de nouvelles aventures: Le secret d’Evariste Gallois ».Je vous laisse découvrir qu’elle est la troisième mort de Napoléon. Mystère, mystère… Je suis toujours partant pour ce type d’album bien fignolé. Allez, on va attendre maintenant Evariste Gallois…

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a09-3e78912.gifScénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne

 

 

Lien vers la fiche technique de l’album chez Glénat: ICI.

 

 

Capitol.

 

Le triangle secret, Hertz, Convard, Adam, Falque, Gine, Juillard, Glénat, 8/10, Histoire, aventure, ésotérisme, franc-maçonnerie, 03/2015

 

 

21/05/2014

HERTZ - Tome 4: L'ombre de l'aigle.

Hertz, triangle secret, adam, Falque, gine, Convard, Glénat, 03/2014Hertz, triangle secret, adam, Falque, gine, Convard, Glénat, 03/2014Dessin : Eric Adam, Denis Falque, Christian Gine

Scénario : Didier Convard

Collection : Le Triangle Secret

Editions Glenat

Sortie 12/03/2014

56 pages

Prix conseillé : 14,50 €

ISBN : 9782723490962

Histoire, Franc-maçonnerie, aventure

 

Résumé (de l’éditeur) : En parcourant le journal intime de son ancêtre, Martin Hertz fait une découverte étonnante : André Hertz aurait été « l’ombre de l’Aigle », l’espion particulier de Napoléon Bonaparte ! Son récit commence le 16 juin 1815… Dissimulé sur les toits de la Tour de Londres, André Hertz observe des membres du gouvernement anglais s’échanger un parchemin susceptible de donner à Bonaparte la clé de la victoire finale. Faisant état de ses talents, il parvient à subtiliser le document et à se faufiler telle une ombre. De son côté, sans nouvelles de son espion, Napoléon marche vers Waterloo : Hertz doit à tout prix rejoindre son Empereur avant que celui-ci ne s’empale sur les armées de l’Alliance. Mais il va devoir passer à travers les lignes ennemies et la fureur du combat…

 

Hertz, triangle secret, adam, Falque, gine, Convard, Glénat, 03/2014

 

Mon avis : Les séries estampillées « Triangle Secret », je suis preneur. Je les achète systématiquement chez mon libraire les yeux fermés. Ce tome 4 nous raconte l’histoire d’André Hertz via son journal intime. Didier Convard réussit à chaque fois à relancer l’intérêt. Ici, on côtoie Napoléon himself depuis la bataille de Waterloo jusqu’à son exil sur l’ile de Sainte-Hélène. Mais Convard va relire l’Histoire avec un grand H pour la mettre à sa sauce. Nous rentrons à partir de là dans l’histoire fiction à la limite de la vérité historique. C’est très habile comme procédé et je suis demandeur de ce genre de récit.

 

Hertz, triangle secret, adam, Falque, gine, Convard, Glénat, 03/2014

 

Au niveau du dessin, rien ne change. Toujours ce dessin typique, pas franchement beau, mais efficace. C’est un découpage classique et simple. Rapidement, on n’y fait plus attention car c’est le scénario qui est le moteur de la série. A noter qu’André Julliard se charge toujours de la couverture de l’album, c’est sa seule contribution dans l’album.

 

Hertz, triangle secret, adam, Falque, gine, Convard, Glénat, 03/2014

 

La fin de l’album laisse le lecteur sur un coup de théâtre qui va laisser le lecteur sur sa faim en attendant la suite. C’est la frustration perpétuelle. Il n’empêche qu’il s’agit d’une série de fond qui continue à avoir son public fidèle. J’ai bien aimé mais je radote la même chose à chaque album de la série qui sort…C’est une formule qui fonctionne à plein et reste une référence en la matière.

 

Dessin :             7,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          7,5/10

 

Capitol

Hertz, triangle secret, adam, Falque, gine, Convard, Glénat, 03/2014

07/02/2014

FRATERNITES - Tome 1: 1792, l'ordre guillotiné.

Couv_195616.jpgPlancheA_195616.jpgDessin : Ramon Rosanas - Scénario : Jean-Christophe Camus

Editions Delcourt

Sortie : 02/10/2013

64 pages

Prix conseillé : 14,95 €

ISBN : 9782756028835

Histoire, francs-maçons, révolution française, aventures.

 

Résumé (de l’éditeur) :   Septembre 1792. Les jours sombres de la Terreur n'épargnent pas les Francs-maçons. Le duc d'Orléans, cousin du roi Louis XVI et Grand Maître de la franc-maçonnerie, va jusqu'à prendre le nom de Philippe Égalité comme symbole de sa rupture avec l'Ancien Régime. Certains comptent bien tirer profit de ce climat de violence. Gaston Baudecourt, initié, homme de conviction et directeur du journal Fraternités, enquête... 

Fraternités, Rosanas, Camus, Convard, Delcourt,francs-maçonnerie, 10/2013

Mon avis : « Fraternités » se déroule pendant la révolution française et plus particulièrement pendant la période de la terreur. Les auteurs nous racontent le quotidien de francs-maçons qui vont devenir la cible de ceux qui vont récupérer la révolution à leur profit.

Fraternités, Rosanas, Camus, Convard, Delcourt,francs-maçonnerie, 10/2013

La franc-maçonnerie a toujours soulevé beaucoup d’interrogations. Il s’agit d’une société secrète et/ou discrète, qui cultive le mystère. D’où beaucoup de fantasmes, de supputations, de projections sur la force réelle des francs-maçons. Certains disent que ce sont eux qui ont poussé le peuple opprimé à la révolution française et qu’ils en ont profité pour mettre à mal la royauté et le catholicisme. A l’heure actuelle encore, le débat est toujours d’actualité. Des hommes politiques en France, en Belgique, en Europe, surtout socialistes et libéraux, se revendiquent d’une loge maçonnique. Certains ont dit que l’évolution actuelle de la société (l’avortement, le mariage pour tous, l’euthanasie,…) ont d’abord été discuté en loge avant d’être porté au parlement et parlent d’un « grand complot ». Les médias seraient infiltrés par la franc-maçonnerie. Les débats actuels et les manifestations populaires en France sont d’ailleurs fort commentés sur internet (considéré comme le média le moins « pollué ») et font référence à cette problématique.

Fraternités, Rosanas, Camus, Convard, Delcourt,francs-maçonnerie, 10/2013

L’album commence par une préface de Didier Convard, le scénariste de la série « Le Triangle secret » et autres séries dérivées. Une série que je vous recommande et qui traite également de la franc-maçonnerie. Didier Convard écrit : « Puis, dans la pénombre des temples maçonniques, encore et toujours, le frère tue le frère… ». Le décor est planté en quelques mots…

Fraternités, Rosanas, Camus, Convard, Delcourt,francs-maçonnerie, 10/2013

Le dessin de Ramon Rosanas (une découverte pour moi) est très bon, maîtrisé et plaisant, tout en restant dans un certain classicisme. Le scénario de Jean-Christophe Camus mêle habillement des faits réels et historiques à une histoire de famille romancée. Mais ce récit tient la route et capte directement le lecteur que je suis. La narration est bien rythmée et les personnages, complexes, sont bien décrits au niveau psychologique. Il faut bien dire également que la période troublée est une magnifique rampe de lancement à une saga qui va pouvoir se prolonger pendant toute la période de la terreur (où la franc-maçonnerie a été fortement mise à mal) mais aussi pendant la période napoléonienne. A noter enfin qu’en fin d’album, les auteurs annoncent la suite de l’histoire pour la fin de l’année 2014. Des notes historiques remettent également l’histoire dans son contexte historique.

Fraternités, Rosanas, Camus, Convard, Delcourt,francs-maçonnerie, 10/2013

Si les ventes sont appréciables en librairie, nous sommes peut-être au départ d’une nouvelle saga de type « Triangle secret ». L’avenir nous le dira. Pour ma part, j’ai apprécié ce récit qui nous plonge dans un épisode crucial de l’histoire contemporaine.

Fraternités, Rosanas, Camus, Convard, Delcourt,francs-maçonnerie, 10/2013

Les édition Delcourt ne collaborant pas avec Samba BD (malgré plusieurs appels du pied de notre part), j’ai donc lu cet album en retard, n’étant pas dans mes priorités éditoriales. Dommage, car cet album vaut la peine de s’y intéresser. Si vous ne l’avez pas encore lu, je suppose que vous le trouverez encore en librairie mais ne traînez pas…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           8,0/10

Moyenne :           8,0/10

 

Capitol

 

Fraternités, Rosanas, Camus, Convard, Delcourt,francs-maçonnerie, 10/2013