13/12/2017

Lefranc

1.jpg2.jpgTome 28 - Le principe d'Heisenberg

Scénario : François Corteggiani

Dessin : Christophe Alvès

Editeur : Casterman

48 pages – cartonné

Sortie : 15 novembre 2017

Polar scientifique vintage

 

Présentation de l’éditeur :

Dans les plateaux verdoyants de l'Aubrac, un triple meurtre particulièrement sanglant affole la presse à scandale. De quoi éveiller la curiosité de Lefranc, surtout lorsque son ami, l'inspecteur Renard, l'appelle à l'aide après une tentative d'assassinat à son encontre et lui affi rme que les apparences sont trompeuses en ce qui concerne celui que l'on nomme déjà « le tueur fou de l'Aubrac ». Lefranc, à contre-courant de l'ensemble de ses confrères journalistes et de la police locale, réussira-t-il à résoudre ce mystère ?

5.jpg

Mon avis :

Cet album est d’abord un très sympathique hommage rendu à Angelo Di Marco (1927-2016), dessinateur de presse et de bande dessinée surtout connu pour ses illustrations de faits divers réalisées pour certains journaux français. Son style a souvent été qualifié d’hyperréaliste. Il a été publié dans l’hebdomadaire de BD, Bravo, dans lequel Jacques Martin et Jacobs ont fait leurs débuts, dans les années 40. Ce « roi de la couverture de choc » a connu, lui, son heure de gloire dans les années 50. Il est un des personnages que Lefranc rencontre lors de cette aventure « rurale ».

6.jpg

Martin, Jacobs, les années 50 … vous avez compris ? Vous êtes dans la plus vintage des séries « vintage », la plus « jacobso-martinienne » des séries « ligne claire », dans la plus pure continuité du 9ème art à la mode « franco-belge », dans la plus proustienne des madeleines, dans la plus citationnelle des séries crypto-référentielles.

7.jpg

Tant au niveau scénario, qu’au niveau dessin et colorisation, on atteint ici un sommet du genre. L’album fourmille de détails et d’allusions qui mettront à rude épreuve les spécialistes et nostalgiques de la BD de papa ou grand papa. La jubilation des auteurs est quasi-palpable tant les niveaux de lectures, qui revisitent les « classiques », sont explorés avec une érudition mêlée d’humour.  Personnellement, j’ai trouvé cette 28ème aventure de Lefranc particulièrement réussie. J’avoue avoir érigé en principe la recherche de ces références implicites disséminées tout au long du récit, mais je suis resté le plus souvent dans une incertitude crispante : à force d’observer chaque case et d’y détecter une citation ou une allusion, j’avais l’impression que je modifiais la réalité par mon délire d’interprétation à tout prix.

8.jpg

Vertigineux ! "Proprement hallucinant"!

9.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

 

les ailes du singe, willem, paquet, policier, aventure, animalier, 7/10, 06/2017

Skippy

lefranc,tome 28,le principe d'heisenberg,corteggiani,alvès,casterman,15 novembre 2017,polar vintage

 

 

 

22/07/2017

Les nouvelles aventures de Sibylline

cov (2).jpg2.jpgTome 1 - Le secret de Mélanie Chardon

Scénario : François Corteggiani

Dessin : Netch

Editeur : Casterman

Parution : 07 juin 2017

32 pages – cartonné

Jeunesse

Présentation de l'éditeur :

Un matin venteux, Taboum, reçoit en plein museau une affiche sur laquelle on voit le portrait d'une horrible sorcière avec la mention "Recherche Mélanie Chardon, sorcière patentée ! 50 noisettes de récompense" ! Alors que Taboum reste scotché, le regard fixe devant l'affreuse apparition, et que Sibylline a peine à comprendre ce qui lui arrive, une étrange roulotte pénètre dans le bosquet joyeux. Elle est conduite par un certain docteur Typhus et tirée par un chat pelé aux yeux jaunes, répondant au doux nom d'Ekzéma. Typhus est chasseur de sorcières et il traque Mélanie Chardon depuis une éternité. Il explique qu'elle a un immense pouvoir de séduction et que même son image irradie. Sûr que Sibylline ne va pas laisser Taboum sous le charme...

5.jpg

Mon avis :

Cet album est le fruit d’un travail de passionnés de l’oeuvre de Raymond Macherot, mais plus qu’un hommage nostalgique. Le respect est total tant au niveau graphique qu’à l’esprit et l’ambiance des histoires antérieures. Le ton un peu noir teinté de fantastique s’agrémente de références humoristiques qui émaillent le récit. Un pur produit franco-belge qu’on pourrait croire daté des années 60 tant la fidélité au style est parfaite. A cet égard, la première planche est un condensé habile et une mise en situation très réussie : les longs récitatifs et les petits détails cachés dans les cases nous (re)plongent dans cette ambiance unique de l’univers zoomorphe du Bosquet Joyeux.

1.jpg

Ma secrétaire des chroniques des albums jeunesse, Tatiana (9 ans), à bien apprécié l’histoire. Il m’a fallu un peu de temps et de patience pour lui donner toutes les clés sémantiques et lexicales des textes et pour décoder les références et citations. Nous avons donc eu l'occasion de beaucoup apprendre ensemble. Comme par exemple le magnifique poème de José Maria de Heredia :

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal.

Voilà un album plus subtil qu’il n’y paraît de prime abord.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy et Tatiana

01/06/2012

LA JEUNESSE DE BLUEBERRY- Tome 20: Gettysburg.

 

 

161703_c.jpg211055.JPGDessin : Michel Blanc-Dumont - Scénario : François Corteggiani

Editions Dargaud

Sortie : 25/05/2012

56 pages

Prix conseillé : 11,99 €

ISBN : 9782205068548

Western

 

 

Résumé (de l’éditeur: Dans ce 20e album de La Jeunesse de Blueberry, Mike Steve Blueberry se remémore la terrible bataille de Gettysburg. Entre réalité historique et grande aventure, replongez au coeur de la guerre de Sécession et vivez de l'intérieur l'une des batailles les plus célèbres, et les plus sanglantes, de l'histoire.

 

 

211147.JPG

 

Mon avis : C’est le 20e tome de la jeunesse de Blueberry et le premier tome sorti après le décès de Jean Giraud, son créateur. On retrouve Blueberry dans de sales draps (à-t-il jamais eu des draps propres ?). Il réussit à se retrancher dans une maison sur une colline, un point d’observation stratégique. Il se réfugie dans la cave de la maison pour essayer de survivre au pilonnage de la colline avec son compagnon d’infortune. Coincé dans les sous-sols, il se remémore la terrible bataille de Gettysburg, la madeleine de Proust de la guerre de sécession…

Les auteurs nous livrent un épisode plein d’action, où Blueberry passe d’un camp à l’autre, où les armées ne sont que de la chair à canon, où il n’est pas évident de survivre, où les balles perdues sont monnaie courante…Une boucherie innommable qui va marquer à tout jamais l’histoire des Etats-Unis car c’est un tournant de la guerre de sécession. Il y aura un avant et un après Gettysburg. C’est le chant du cygne des sudistes.

211448.JPG

Corteggiani et Blanc-Dumont nous livrent un nouvel album dans la lignée des précédents tomes…C’est toujours aussi passionnant à condition de suivre la série volume après volume. Le scénario fait des rappels à d’autres tomes, à des flash-backs. Il faut donc parfois être très attentif pour suivre le fil. Au niveau du dessin, Blanc-Dumont a trouvé depuis belle lurette son style. Ce n’est pas celui de Jean Giraud mais il reste malgré tout très respectueux du créateur original.

A noter qu’il a fallu près de trois coloristes pour boucler cet album. Ne me demandez pas pourquoi une telle consommation!…

Enfin, la couverture de ce tome 20 a été inspirée de la couverture du premier tome en hommage à Jean Giraud.

En conclusion, Je suis un amateur de cette série et j’ai toujours autant de plaisir à la lire. Mais je pense que seuls les aficionados de la série l’apprécieront à sa juste valeur…

 

Graphisme :   8/10

Scénario :     8/10

Moyenne :     8/10

 

Capitol.

211612.JPG

07/10/2010

LA JEUNESSE DE BLUEBERRY- Tome 19: Rédemption

113576_c.jpgPlancheA_113576.jpgDessin: Blanc-Dumont - Scénario : Corteggiani

Editions Dargaud

Sortie le  17/09/2010

Prix conseillé : 10,95 €

Genre : Western

 

Résumé (de l’éditeur) : Afin de retrouver la fille du général Sheridan, seule survivante du massacre d'un couvent, Blueberry va devoir affronter le terrible Jim Thompson, un prédicateur illuminé, qui règne sans partage sur un village de rednecks patibulaires.

 

Mon avis : Le tome 19 est à lire avec le tome 18 car l’histoire se déroule sur deux tomes. Ceci étant dit, je vous renvoie également à la critique du tome 18 sur Samba Bugatti et je n’ai pas grand-chose à changer à la lumière de ce nouvel album. C’est du western, 100% pur bœuf comme dirait mon boucher, pour des amateurs du genre. Il y a de l’action, une histoire bien ficelée qui se laisse lire sans soucis. Le dessin est toujours aussi bon alors que le scénario me laisse un peu sur ma fin. Bref on n’atteint pas non plus les sommets! Il s’agit en réalité d’un cycle en attente d’autres développements annoncés en fin d’album. Cela ronronne un peu je trouve et je ne peux pas dire que ce cycle m’ait autant passionné que le précédent que j’avais vraiment bien aimé…Du bon travail fait par de bons artisans de la BD mais qui ne restera pas dans les anales.

 

6,5 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.

09/09/2009

LA JEUNESSE DE BLUEBERRY – T18 : 1276 âmes

BlueberryLaJeunesseDe18_AlbblueberryLaJeunesseDe18_Dessin : Blanc-Dumont - scénario : Corteggiani
Editions Dargaud


Résumé (de l’éditeur) : Alors que Blueberry se remet difficilement des tragiques événements survenus sur les rives du fleuve Niagara, il se voit confier une périlleuse mission. La nièce du général Sheridan a été enlevée de son collège par un prêcheur illuminé et ses sbires qui veulent se venger d'un massacre perpétré sur des civils. Comme rançon, ils exigent la reddition des armées nordistes et la démission du président Lincoln. Blueberry se lance à leur poursuite sans se douter qu'il n'est pas le seul sur la piste et qu'il va à nouveau poser ses bottes dans un piège mortel.

Mon avis : Un nouveau cycle débute avec une histoire qui va s’étaler sur deux tomes. Le moins que l’on puisse dire c’est que le duo d’auteurs qui en sont à leur 9e tome ont franchement l’air d’apprécier et cela ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Blanc-Dumont est toujours égal à lui-même et c’est un plaisir renouvelé de lire un de ses ouvrages. Pour le scénario, je suis resté un peu sur ma fin mais je devrai attendre le prochain tome pour me faire une idée exacte du scénario. Cela bouge beaucoup, c’est compliqué et plein de rebondissement mais faut s’accrocher pour suivre par moment…On peut aussi se poser la question s’il y a un fil conducteur avec un départ et une arrivée pour cette série ou si c’est jusqu’à plus soif…Le dernier cycle m’avait passionné. Là, j’adhère moins…Patience, patience. Attendons le tome suivant…

6,5/10

Capitol.

On en parle sur le forum.

blueberry

10/01/2009

La jeunesse de Blueberry T17 – Le sentier des larmes

BlueberryLaJeunesseAlbblueberryLaJeunesseDe17_Dessin : Blanc-Dumont – Scénario : Corteggiani
Editeur : Dargaud


Résumé : Le Lieutenant Blueberry est lancé à la recherche du train qui transporte l’or de la banque Rothschild destiné aux deux partis en guerre. Les deux belligérants essayent de récupérer le magot

Mon avis : Déjà le 17e épisode de la série et le 8eme du duo Corteggiani et Blanc-Dumont ! C’est également une fin de cycle. Oui, Blueberry va retrouver le train…Je vous laisse cependant  découvrir la fin de l’histoire qui se termine en apothéose. Cette série reprend tous les ingrédients d’une grande série « Western »: la guerre de sécession, des indiens, des méchants, le Far West, une épopée et de l’action toujours renouvelées. S’il fallait réaliser un film de ces livres, il faudrait de gros budgets tellement l’imagination de Corteggiani est féconde. Le dessin de Blanc-Dumont est toujours aussi limpide et superbe. Ce duo fonctionne très bien et cela nous donne une fois de plus un livre agréable à lire. Comme quoi, une série annexe peut vivre sa propre vie. Une réussite en tout cas. Replongez-vous dans la série, ça en vaut la peine !

Cote : 7,5/10

CAPITOL.

blueberryLaJeunesse_

29/08/2008

Yakuza.

yakuza03ryakuza1pAuteurs :Corteggiani et Barison
Editeur :Soleil.

Le résumé.

À Tokyo, la tension est à son paroxysme entre les diverses familles Yakuza, alors que Mieko reste introuvable et que l’Oyabun de la fédération Toseï Kaï disparaît dans l’explosion de sa voiture. Entre les survivants de la secte Aum, une armada de tueurs sanguinaires, et quelques flics paumés, l’affrontement semble inévitable.

Mais, alors que le soleil se couche sur les jardins impériaux, entre la prison centrale de Sugamo et le mausolée Yakasunu consacré aux criminels de guerre, monte l’ombre terrifiante et torturée de l’honneur bafoué du Japon ancestral.

Mon avis.
Je vous explique .André a profité d’une promotion dans un magasin si bien chanté par les Gauff’ pour se procurer les 3 premiers tomes de Yakuza à 3 Euro pièce .Une bonne affaire se disait il pour une histoire où ça flingue et bastonne à toutes les pages .Le problème, c’est qu’il s’agit d’une série inachevée à un tome prêt. Enfin, c’est ce que je déduis car le dernier tome est sorti en 2001. Sept ans, ça me semble long pour trouver une fin à cette série. Mais rien d’étonnant non plus, c’est une spécialité de chez Soleil aussi.
padrole.smileysmiley.com.34

yak1p

07/12/2006

Ultimate Agency,trois tondus et un pelé.

ultimateagency_02

Baloo, un ancien flic reconverti en détective privé, mène un enquête très délicate dont les ramifications le font remonter jusqu’aux sphères dirigeantes de la maison blanche. Dans le tome un que j’avais bien apprécié, on nous racontait comment lui et ses amis déjouaient tant bien que mal les diverses tentatives d’assassinats sur leurs personnes. Pour le tome 2, on leur cherche toujours des noises mais c’est aussi le temps de révélations pour cloturer le premier cycle d’Ultimate Agency.

Dans ce tome, le scénariste tire a boulet rouge sur l’administration de G.W.Bush .On peut dire facilement que Corteggiani prend position et dénonce les dérives de cette Amérique malade.

Personnellement, j’ai moins accroché à ce tome 2, je n’ai pas trop compris le complot avec Ben Laden, ça confirme que ce genre d’intrigue ce n’est pas ma tasse de thé. Sinon les personnages sont assez bien typés et ont un caractère bien trempé.

Pour le dessin, il est classique de chez classique, beaucoup trop pour moi.

Néanmoins, c’est un polar de très bonne facture simplement ça s’adresse à d’autres personnes que moi.

surprises.smileysmiley.com.6

 

Sur le pochette, la bio assez impressionnante de François Corteggiani.

Pour le lien vidéo,G.W.Bush dans toute sa splendeur.

Ce mec est un mystère pour moi, soit c’est un gros con comme il aime le faire penser, soit il joue au con et là c’est nous les dindons de la farce car il doit bien rigoler. Recemment, il a reçu un dossier sur la situation en Irak. Et voilà que Walker Bush nous joue l’innocent, tiens je ne savais pas que c’était aussi merdique, comme si le président des USA ne connaissait pas la situation en Irak. Et les médias gobent ça comme de rien n’était .Et pendant ce temps lui et ses amis s’enrichissent un peu plus en vendant soit des armes ou bien du pétrole à un prix très élevé .C’est sûr ,on va se souvenir de ce président qui n’a rien à foutre de notre planète, qui cultive un conservatisme religieux(on pourrait appeler ça facilement de l'intégrisme),qui bafoue les lois élémentaires d’une démocratie(on enferme les gens en toute illégalité et tout le monde trouve ça normal).Bravo Georges tu es trop fort, je ne pensais pas que c’était possible actuellement de berner autant de monde, mais chapeau , tu l’as fait les doigts dans nez. Nomdijuuu, maudit bretzel