16/12/2017

Libres !

Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels

Libres !, Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels, Ovidie, Diglee, Delcourt, Tapas, Manifeste, liberté, sexualité, féminismeLibres !, Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels, Ovidie, Diglee, Delcourt, Tapas, Manifeste, liberté, sexualité, féminismeScénario : Ovidie
Dessin : Diglee
Éditeur : Delcourt / Tapas
Date de sortie : 04/10/2017
Genre : Manifeste, liberté, sexualité, féminisme

 

 

 

Présentation de l'éditeur

« La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de notre corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. » Ovidie.

Publicité, télévision, clips, blogs, magazines, applications, le sexe n’a jamais été aussi

 omniprésent dans notre environnement culturel. On en parle de plus en plus, mais en parle-t-on réellement mieux ? Au lieu de nous imposer un énième guide censé faire de nous des amantes parfaites, Ovidie et Diglee nous proposent de nous « foutre la paix » dans ce livre drôle, déculpabilisant et décomplexant.

Libres !, Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels, Ovidie, Diglee, Delcourt, Tapas, Manifeste, liberté, sexualité, féminisme

Mon avis

Indéniablement féministe, incontestablement réaliste.

 

À l'heure où les bien-pensants s'obstinent à se demander « burka, pas burka », Ovidie met les pieds dans le plat le plus grand du monde, dans lequel aucun homme n'ose réellement tremper le petit doigt : la liberté des femmes en général ! Or, il y a de quoi dire...

 

C'est d'ailleurs ce que Ovidie, accompagnée des illustrations de Diglee, peut s’enorgueillir de faire à merveilles dans cet ouvrage intitulé à juste titre : « Libres ! » qui n'est pas à franchement parlé une BD mais bien un « manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels » illustré.

 

Autant vous dire de suite que je n'ai cessé de répéter « mais oui, c'est trop ça ! » à force de lire cet ouvrage et ce fut une bonne base pour en discuter avec mon chéri. Une façon de réaliser que les diktats en général sont bien – trop – encrés dans notre société moderne actuelle. Que ce soit la mode, le physique, la sexualité, le genre, les goûts et les couleurs : nous sommes tous guidés, d'une manière ou d'une autre, par une « idée » communément acceptée sans qu'on se pose vraiment de question. Parce que « c'est comme ça », « ça a toujours été ainsi », ... oui mais non.

Libres !, Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels, Ovidie, Diglee, Delcourt, Tapas, Manifeste, liberté, sexualité, féminisme

« Libres ! » met un point d'honneur à rappeler que le véritable maître de chacun, c'est soi-même. Ici, évidemment, Ovidie parle des femmes, mais c'est valable pour tout un chacun. Homme, femme : ont est tous égaux. Personne ne peut nous dire quoi faire de notre corps, de notre vie, ... à moins que nous ne soyons librement en accord avec ces décisions prises pour nous.

 

Une femme peut s'habiller « sexy » si elle aime ça et n'a pas à entendre « salope » ou autre joyeuseté. Elle a le droit de vouloir un corps filiforme si c'est ainsi qu'elle se sent le mieux et non pas parce que les magazines nous rabâchent les oreilles sur l'anorexie qui est le canon de beauté actuel. Car sachez-le, la plupart des plus belles femmes de l'Histoire avaient des courbes généreuses. On a le droit de ne pas s'épiler la foufoune parce qu'on préfère une touffe à un désert. Le droit aussi de parler cul aussi vulgairement qu'un homme sans être vue pour une... une... je n'ai pas le mot. Parce que la liberté n'est pas le propre de l'homme avec un zizi, mais bien de l'être Humain en général.

 

Donc vous l'aurez compris, ce manifeste va trôner fièrement dans ma bibliothèque pour me rappeler chaque jour que je suis libre de faire ce que je veux de mon corps tant que c'est pour mon bien et que personne n'a le droit de me juger, comme je n'ai pas le droit de juger les gens pour leurs choix tant que ceux-ci ne sont pas au détriment du bien-être d'autrui. Une mini-jupe n'a jamais tué un homme à moins que sa femme l'ait étranglé avec ?! Les poils sur les jambes de la jeune femme à mes côtés dans le bus ne m'ont pas sauté dessus, comme les poils des hommes non plus d'ailleurs (ça serait comique des poils sauteurs, non?!), le fait que mes voisins aient une sexualité débridée ne me regarde pas, à moins qu'ils partagent leurs ébats un peu trop fort au travers des murs (auquel cas je peux me permettre de leurs demander de faire moins de bruit pour MON bien-être), bref, vous l'aurez compris : il y a tant de diktat dans notre société qu'on en oublie l'essentiel .. on est libre de faire ce qu'on veut de nos corps ! Ne l'oublions jamais.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Libres !, Manifeste pour s'affranchir des diktats sexuels, Ovidie, Diglee, Delcourt, Tapas, Manifeste, liberté, sexualité, féminisme

À bonne entendeur,


ce mec est génial, n'hésitez pas à voir ses vidéos !

13/12/2017

Les recettes inavouables illustrées

recettesInavouables.jpgScénario : Seymourina Cruse
Dessin : Anne-Sophie Constancien
Éditeur : Delcourt / Tapas
Date de sortie : 25/10/2017
Genre : cuisine

 

 

 

Présentation de l'éditeur

La version illustrée du précurseur des livres de cuisine fun et décomplexés : Les Recettes inavouables ! Ces recettes simplissimes, régressives et insolentes nous permettent de redécouvrir la cuisine avec un zest de peps.

« Qu’est-ce qu’une recette inavouable ? Une recette très (très) facile à réaliser,

 une recette très (très) bon marché, une recette qui met en scène un produit considéré (à tort) peu gastronomique, voire carrément tabou » : voici la définition éloquente des recettes inavouables par son auteur ! On ne résiste pas au porc laqué au Carambar, au riz Cola, à l’Oreo Cheesecake ou le fondant à la Danette !

Les recettes inavouables illustrées, Seymourina Cruse, Anne-Sophie Constancien, Delcourt, Tapas, cuisine Les recettes inavouables illustrées, Seymourina Cruse, Anne-Sophie Constancien, Delcourt, Tapas, cuisine

Mon avis

Ne dit-on pas « fautes avouées, à moitié pardonnées » ? Ici, le slogan serait plutôt « recette avouée une fois bien digérée » parce que plus d'un et plus d'une risqueraient d'être surpris par les ingrédients composant le petit délice qu'ils viennent de consommer. J'ai moi-même été fort surprise par certaines recettes, quelques-unes m'ayant donné envie de les tester, d'autres se contentant de me faire ouvrir des yeux ronds comme des soucoupes volantes façon big vaisseau spatial format « Independance Day » (version avec Will Smith) si vous voyez ce que je veux dire...

 

Comme quoi, il suffit parfois de rien pour faire tout un menu.

 

Entre des carambars pour faire une sauce caramel, des sachets de soupe instantanée pour épicer ceci et du coca... oui, oui : du coca, pour lier du riz. Tous les fonds de tiroirs, les gougouilles, j'en passe et des meilleurs ont servi à créer, inventer, imaginer des plats pas piqués des vers qui, pourtant, à en lire les commentaires et voir les illustrations, semblent être de petites bouchées de paradis qui, comme dirait ma tante « glisse tout seul comme le petit Jésus en pantoufles de velours ».

Les recettes inavouables illustrées, Seymourina Cruse, Anne-Sophie Constancien, Delcourt, Tapas, cuisineLes recettes inavouables illustrées, Seymourina Cruse, Anne-Sophie Constancien, Delcourt, Tapas, cuisine

Donc avis aux amateurs : à vos casseroles !

Une chose est sûre, mesdames, messieurs, si vous testez :

JE VEUX QUE VOUS ME LAISSIEZ UN COM'

Je veux tout savoir, si c'est bon, pas bon, spécial, bizarre, la texture, le goût, tout... tout dites moi tout.

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

8_10.png

 

Sur ce, bon appétit braves gens,

ShayHlyn.

09/12/2017

Traquemage

1.jpg2.jpgTome 02 - Le chant vaseux de la sirène

Scénario : Wilfrid Lupano

Dessins : Relom

Sortie : 25 octobre 2017

Editions Delcourt

Collection : Terres de légendes

56 pages – cartonné

Humour – rural fantasy fromagère

6.jpg

Plus qu’un récit d’aventure, plus qu’un manifeste écologique, Traquemage pose tout simplement les bases d’un nouveau genre littéraire : la rural fantasy fromagère non pasteurisée, aux gros laids crus.

Traquemage : une histoire, un terroir, des traditions.

En vente chez tous les bons libraires affineurs.

4.jpg

Présentation de l'éditeur :

Tremblez, mages despotes ! Car en détruisant son cheptel, vous avez suscité la colère du plus investi des producteurs de pécadou ! Et il l’a vraiment mauvaise… La suite attendue de la plus improbable des quêtes.

L’odyssée vengeresse du Serment des pécadous mène Pistolin à Saint-Azur-en-Lagune, village lacustre dominé par le château de Kobéron, premier des mages sur sa liste funèbre. Mais notre héros doit d’abord convaincre les sirènes de l’aider à récupérer l’épée légendaire du Traquemage. Déjà qu’avec elle, c’est pas gagné ! Sans compter les rencontres imprévues. Comme avec Merdin l’Enchianteur par exemple…

3.jpg

"C'est ça qu'est chiant avec la magie, c'est d'un complexe"

Mon avis :

Tous ceux qui avaient cru, après lecture du tome 1, qu’on avait affaire à une simple parodie, se sont trompés : c’est bien à la naissance d’un nouveau genre littéraire qu’on avait assisté en 2015. D’ores et déjà, le monde universitaire s’est attaqué à cette problématique fromagère, signe incontestable de son établissement culturel dans le champ de production de biens littéraires à haute valeur symbolique ajoutée. La complexité du scénario peut maintenant se dévoiler dans toute sa tortueuse « cohérence » et Pistolin affronter son premier mage. Qu’on ne s’y trompe pas, sous l’apparence d’une quête digne de la fantasy la plus élémentaire, avec des airs simplets d’humour basique et jubilatoire, sous le couvert d’une verve désopilante ou acide, c’est une réflexion critique de notre rapport effréné au capitalisme écologique qui se déploie dans l’infra-texte séquentiel. Les degrés de lecture, aussi spiralaires que vertigineux, entraîne le consommateur dans les méandres d’un récit dont la moindre case révèle une profondeur de sens insoupçonnée.

5.jpg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

alix senator,valérie mangin,thierry demarez,casterman,antiquité,rome,egypte

 

alix senator,valérie mangin,thierry demarez,casterman,antiquité,rome,egypte

 

alix senator,valérie mangin,thierry demarez,casterman,antiquité,rome,egypte

 

Skippy

 

29/11/2017

Dead inside

1.jpg3.jpgScénario : John Arcudi

Dessin : Toni Fejzula

Editeur : Delcourt

128 pages – cartonné

Parution : 25 octobre 2017

Enquête policière en milieu carcéral

 

Présentation :

En apparence, rien de bien excitant pour la division des crimes carcéraux du comté de Mariposa. Avec un nombre limité de suspects capables de s’enfuir, l’enquête que mène l’inspectrice Linda Caruso devrait être rapidement bouclée. Mais plus Linda creuse, plus les révélations concernant ses amis, l’ensemble de la communauté et ses proches s’accumulent…

4.jpg

Mon avis :

Récit complet en 5 chapitres, Dead Inside marque une volonté de maintenir une tension maximale chez le lecteur. Son scénariste, l’auteur John Arcudi, joue parfaitement des codes narratifs du genre, son héroïne offre un beau portrait de force et de fragilité qui se combinent tout au long d’une enquête violente, fertile en rebondissements et à forte teneur immersive. Ca se lit d’une traite, c’est prenant.

5.jpeg

 

Le dessin, très personnel, de Toni Fejzula donne à chaque personnage une forte identité graphique et contribue à installer une atmosphère très sombre qui colle parfaitement au contexte architectural de la prison comme à la psychologie inquiétante des protagonistes. Les couleurs et la déformation des corps et des visages viennent accentuer le malaise ressenti en cours de lecture, donnant un aspect expressionniste intentionnel, mais qui pourra en rebuter certains.

2.jpg

A noter : les couvertures, réalisées par Dave Johnson, sont reproduites en fin d’album et accompagnent une série de dessins préparatoires commentés , ainsi que de nombreuses illustrations en pleine page réalisées par d'autres artistes. Ce bonus indispensable vient à point pour apprécier la recherche graphique dans toute sa dimension et son ambition.

6.jpg

 
 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

vers l'ouest,zheng jianhe,deng zhihui,urban china,légende,conte,batailles

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

28/11/2017

Hauteville House - T15 - Cap Horn

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagoniehauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonieScénario : Fred Duval
Dessin : Thierry Gioux
Éditeur : Delcourt
48 pages
Date de sortie : 23 septembre 2017
Genre : Aventures, Steam Punk

 

 

 

Présentation de l'éditeur

L’aventure se termine au Cap Horn par une lutte entre les différents éléments de l’ordre de l’obsidienne. Les alliances entre les anciens et nos héros se font en prévision d’un grand cataclysme à venir.

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonie

Zelda et Gavroche doivent vaincre une entité venue du fond des océans pour asservir les humains. Ils sont aidés par « ceux des profondeurs », espèce en voie d’extinction. L’aventure est surtout l’occasion de traverser la Patagonie et d’y rencontrer ses peuples aborigènes, mythiques comme les géants de Patagonie décrits pas Darwin, et les Selk’nam, peuple dont le génocide a été reconnu par le Chili en 2003.

 

Mon avis

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonieVous reprendrez bien un petit tome ? Euh, non merci, je crois que je vais m’arrêter là…

Evidemment, à la fin de ce 15ème épisode des aventures de Gavroche, Zelda et consorts, les auteurs ouvrent une nouvelle porte permettant de poursuivre (indéfiniment ?) l’aventure commencée en 2004. Est-ce bien raisonnable ?

Nous retrouvons cette fois nos héros en Amérique du Sud, accompagnés de personnages plus ou moins récurrents (Mauguy, Charnay…) et de Davy Crockett. Je dois vous avouer que l’intrigue de ce quatrième cycle, avec son Ordre de l’Obsidienne, ne m’a pas vraiment convaincu. Va pour les civilisations avancées et leurs armes ultimes, va encore pour les pirates anthropophages et la Guerre civile américaine des cycles précédents, mais ces histoires de poulpes et autres grenouilles à mâchoires de piranhas qui viendraient d’un océan intérieur au « centre de la Terre », c’est un peu too much à mon goût pour que le récit puisse s’en accommoder sans devenir vraiment farfelu. Si l’on ajoute à cela la fait que la trame narrative est parfois un brin capillotractée et les scènes de batailles souvent très confuses, l’addition commence à devenir salée.

 

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonieEt puis il y a la morale de l’histoire. Dans le cycle précédent nous avions eu le droit à un plaidoyer pour l’Environnement (que c’est beau !!!). Cette fois-ci, toujours en écho avec l’actualité, les auteurs concluent que les luttes légitimes de certains peuples opprimés empruntent parfois de bien mauvais chemins. Pour ma part, je trouve ces sujets trop complexes pour les aborder, même de très loin, comme ici, de manière aussi légère et schématique. Après, ce n’est que mon humble avis…

Et sinon, question dessin, je ne suis vraiment pas fan non plus. Non seulement le style de Gioux sur cette série n’est pas ma tasse de thé (à la limite, ce n’est pas grave, les égouts et les odeurs ne se discutant pas tant qu’on n’a pas refermé la trappe) mais en plus, j’ai souvent l’impression de cases bâclées. Que ce soit les scènes de batailles, mêlées et autres groupement de personnages, ou les détails anatomiques, mains, bras, jambes, il y a trop souvent des choses qui ne vont pas. Le problème vient du manque de cohérence. Si on était chez Tronchet, ça serait normal d’avoir des bonhommes tarabiscotés, ils le sont tout le temps, mais ici, un coup c’est dessiné proprement et le coup d’après c’est à peine esquissé, encré et mis en couleur. Je ne vous parle pas du décalage avec la magnifique couverture co-signée Gioux et Manchu que je qualifierais sans ambages de publicité mensongère… Cerise sur le gâteau, les ciels sont des dégradés numériques et la lune est une photo collée. Perso, je ne m’y habituerai jamais…

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonie

Bref, je vais en rester là… L’addition s’il vous plaît…

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonie

 

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonie

 

hauteville house,cap hor,thierry gioux,fred duval,delcourt,patagonie

 

Odradek.

26/11/2017

Chroniques Courtes #150

Walking Dead - Tome 28 - Vainqueurs

robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxomrobert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxomScénario : Robert Kirkman
Dessins : Charlie Adlard
Dépot légal : 09/2017
Editeur : Delcourt
ISBN : 978-2-7560-9349-9
NB Pages : 160






Contient les épisodes VO : The WalkingDead  #163 à 168.

***Spoiler inclus dans le résumé éditeur pour ceux qui ne seraient pas à jour.***


robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxomRésumé éditeur :
La Colline a été dévastée et la communauté qui l’habitait a dû fuir les lieux, sous l’impulsion de Maggie. Dwight a rejoint Rick, en lui affirmant que les Chuchoteurs ont été anéantis. Malheureusement, même si Beta – qui a pris la tête des Chuchoteurs – a perdu une bataille, il lance une horde de rôdeurs sur Alexandria. La guerre est peut-être terminée, mais la survie d’Alexandria est en jeu…


Un tome plutôt réussi avec un rapprochement pas si farfelu entre deux personnages majeurs de la série.


Plaisant.
robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom

 

JaXoM

 


Walking Dead – Comics Compagnon

robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,Eric Stephenson, Dave StewartScénario : Robert Kirkman
Dessins : Charlie Adlard
Dépot légal : 09/2017
Editeur : Delcourt
ISBN : 978-2413001881
NB Pages : 176



Présentation de l'éditeur :
robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,Eric Stephenson, Dave StewartTrès richement illustré, ce complément idéal à la série de comics propose de très nombreuses rubriques : des interviews des créateurs (Robert Kirkman, Charlie Adlard, Eric Stephenson, Dave Stewart), les meilleurs moments de la série décortiqués et analysés (Rick vs Negan, les morts les plus horribles, les survivants les plus "bad ass", etc.) et des profils de personnages (Glenn, Maggie, Tyreese, Carl sans oublier... Negan).

Je vous ai scanné le sommaire complet pour ceux que cela intéresse mais j’ai cru comprendre que « Comics compagnon » reprends en fait des articles et interviews tirées du magazine officiel. Pour les gens non abonnés au magazine officiel on a ici affaire à un guide réussi avec des articles travaillés et des interviews richement illustrées. Comme tout guide qui se respecte c’est un ouvrage à réserver aux fans du comics, mais leur permettra d’approfondir leurs connaissances des auteurs et de l’univers Walking Dead.

Intéressant et bien réalisé (pour les fans).
robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,Eric Stephenson, Dave Stewart

JaXoM


 

The Legend of Zelda – Arts & Artifacts

robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleilrobert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleilEditeur : Soleil
Dépôt Légal : 10/2017
ISBN : 978-2302064263
NB Pages : 428 pages





Après Hyrule Historia, Soleil Manga vous propose une nouvelle immersion graphique fabuleuse dans l’univers du jeu vidéo Zelda avec un beau livre riche de 400 pages d’illustrations suivi d’une  interview en fin d’ouvrage.

robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleilClairement un bel objet de type artbook (pas de lecture hormis l’interview finale) à offrir en cette (presque) période de fêtes pour les fans de la franchise Zelda. Depuis The Legend of Zelda sur Famicom en 1986 jusqu’à The Legend of Zelda : Breath of the Wild en 2017 sur Switch, l’on retrouvera jeu par jeu les illustrations emblématiques, suivi des illustrations de personnages, suivi du Musée des logos et de boites des jeux originels, de Pixel Art et autres illustrations pour des promotions d’évènements comme l’E3 etc. En fin de volume une interview très intéressante d’une vingtaine de pages en présence de Yusuke Nakano, Yoshiki Haruhana, Saturo Takizawa et Takumi Wada quatre illustrateurs de Nintendo, tous étant directement impliqués dans de multiples épisodes de la série.

robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil
robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil
robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil
robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda,link,nintendo,soleil

 

Plaisir des yeux pour les fans de l’univers de cette saga intergénérationnelle du jeu vidéo. Fesse-Mathieu s’abstenir, cet ouvrage sera dans votre bibliothèque pour quarante euros. (Prix éditeur).

Plaisir des yeux (pour les fans).
robert kirkman,charlie adlard,walking dead,delcourt,jaxom,eric stephenson,dave stewart,zelda, link, nintendo, soleil

 JaXoM


 

23/11/2017

La Nef des fous - T8 - Disparition

Turf, Nef des fous, Delcourt, DisparitionTurf, Nef des fous, Delcourt, DisparitionScénario : Turf
Dessin : Turf
Éditeur : Delcourt
48 pages
Date de sortie : 30 août 2017
Genre : Aventures

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Turf, Nef des fous, Delcourt, DisparitionAlors que le duo de policiers Baltimore et Bonvoisin se reforme et débusque ce qui ressemble bougrement à un trafic de coloquintes géantes, le célèbre magicien Hidinou donne une représentation exceptionnelle au château, en présence de ses majestés le Roi Clément XVII et la Reine Ophélie. Mais cette dernière vient à disparaître. L’aurait-on enlevée ? Et dans quel but ?

 

Mon avis

Il a recommencé ! Et il a eu raison !

J’aime beaucoup Turf. Je dois dire que j’ai une affection particulière pour les auteurs de BD qui font tout, ce qui est son cas. Scénario, dessin, couleurs, tout est de lui. Et tout est bien ! Très bien même ! Alors quand cet auteur complet décide de revenir sur la (peu sage) décision qu’il avait prise d’arrêter SA série phare, on ne peut que se réjouir. Et, une fois de plus, on a raison…

Car oui, ce nouvel album de la Nef des fous est totalement à la hauteur de la série. Le dessin bien sûr, mais bon, il n’y a pas de raison que Turf ait régressé de ce côté-là, d’autant qu’il semble toujours mettre autant d’application à construire ses pages et son univers graphique, à travailler ses cadrages, ses perspectives, ses couleurs et sa matière. 

Le scénario, quant à lui, est également au niveau, avec l’apparition de nouveaux personnages (Hidinou et sa fille), le retour de certains (Baltimore et Bonvoisin, le Grand Coordinateur), la présence immuable de la famille royale et la mystérieuse disparition de la Reine d’Eauxfolles.

Turf, Nef des fous, Delcourt, Disparition

Mais, c’est surtout les interactions des personnages entre eux, les dialogues, les situations cocasses ou encore le contexte de la vie eauxfolloise (ou eauxfoldingue comme on disait en vieil eauxfollois…) qui donne vie à cet album et qui rend cette série si passionnante à lire. En effet, à mon sens, le talent principal de Turf (et il n’en manque pas) c’est bien d’arriver à nous plonger dans cet univers un tantinet loufoque, onirique et désuet, d’une manière si naturelle que sans nous en rendre compte nous finissons par trouver familier ce que nous y découvrons au fil des pages.

Turf, Nef des fous, Delcourt, Disparition

Bref, une bien belle manière de recommencer une série devenue un classique.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Turf, Nef des fous, Delcourt, Disparition

 

Turf, Nef des fous, Delcourt, Disparition

 

Turf, Nef des fous, Delcourt, Disparition

 

Odradek.

Écrit par Lionel Arnould dans Odradek au rapport ! | Commentaires (0) | Tags : turf, nef des fous, delcourt, disparition |  Facebook | |

Marshal Bass - tome 2 - meurtre en famille

marshal bass, macan, kordey, vitkovic, delcourt, western, 10/2017marshal bass, macan, kordey, vitkovic, delcourt, western, 10/2017Scénario : Darko Macan
Dessin : Igor Kordey
Éditeur : Delcourt
56 pages
Date de sortie :  octobre 2017
Genre : western

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Pour sa deuxième enquête, notre héros est confronté à une famille pratiquant le meurtre… en famille ! Bébés momifiés, course à pied dans des étendues arides et moult coups de feu dans cette aventure haute en couleur !

La vie dans le western était impitoyable pour beaucoup, à tel point que le meurtre y était considéré comme un business comme un autre. Sur la piste d’un tueur en série, Marshal Bass y est alors confronté et se met en tête qu’il faut éradiquer le crime. Cependant ce qui aurait dû être un cas plutôt simple va très mal tourner. Car quoi de pire que de tomber amoureux de la fille des assassins…

 

"Vous dites que vous êtes un marshal mais vous ne faites pas vraiment votre boulot de marshal. Vous mangez, vous fumez, vous prenez du bon temps avec les filles de Cléo... Qu'est-ce qui vous amène à Dryheave exactement ?"

 

Mon avis

Deuxième enquête du marshal qui n'a vraiment pas la tâche facile, non pas seulement à cause de son boulot, mais aussi à cause de sa condition. En effet, ce marshal est un ancien esclave, il est donc noir ce qui est loin de faciliter sa mission dans cet ouest américain ultra violent. Comme dans le premier volume, la violence est ici tout autant explicite à ceci prêt qu'elle est encore plus dérangeante et malsaine. Attention, ce western n'est pas à mettre entre toutes les mains ! On est loin des simples règlements de comptes à coups de colt ou revolver. Les méthodes employées pour le meurtre sortent d'esprits totalement tordus et font froid dans le dos, surtout quand c'est tout une famille qui s'y met (je ne dévoile rien, c'est dans le titre). Notez que le type qui se fait zigouiller par cette charmante petite famille n'a absolument rien à leur envier, quand on voit le colis qu'il trimballe avec lui (là, je ne peux rien dire de plus ...).

Bref, ce western est très violent et frise quasiment avec le genre horrifique. Sinon, à part cette ultra-violence qui peut générer un malaise pendant la lecture, le scénario reste efficace et garde à son compte tous les bons ingrédients d'un western classique et surtout un personnage principal vraiment original sortant des sentiers battus.

Le dessin de Igor Kordey est sombre, puissant et expressif et, contrairement au tome 1, ne souffre pas cette fois d'une mise en couleur trop gourmande ni trop dégoulinante. Le trait noir et épais renvoie toute la violence du propos et donne au récit cette atmosphère si glauque et malsaine.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

marshal bass, macan, kordey, vitkovic, delcourt, western, 10/2017

 

marshal bass, macan, kordey, vitkovic, delcourt, western, 10/2017

 

marshal bass, macan, kordey, vitkovic, delcourt, western, 10/2017

 

 

le tome 1

marshal bass, macan, kordey, vitkovic, delcourt, western, 10/2017

20/11/2017

Le choix de Gaëlle.

J’ai proposé à Gaëlle (12 ans) de faire un classement basé sur ses préférences pour 4 titres jeunesses. Il y avait en « compétition » Yennega, Princesse Sarah T10, Pile ou face T2 et Lila T2.
Des titres jeunesses pour une jeune demoiselle, chez SambaBD on essaye toujours de trouver un lecteur adéquat et non un vieux croûton pour juger des titres qui ne lui sont pas destinés.

Alors en 1.
princesse sara t10.jpgprincesse sara 10.jpgPrincesse SaraT10 La guerre des automates.
Scénario : Alwett Audrey
Dessin : Moretti Nora
Editeur : Soleil.
Sortie : 20 septembre 2017.
Sara s’apprête à entrer au prestigieux Club des Automates. L’examen en est redoutable, il lui faut néanmoins le réussir si elle veut poursuivre son éclatante
 carrière.

Là, son choix est hyper facile car c’est sa série préférée. C’est une explosion de joie quand elle reçoit le nouvel album de princesse Sarah, il est instantanément dévoré. Du romantisme, une héroïne charismatique, de l’aventure, de l’exotisme, de situations « injustes » qui fait battre les petits cœurs et le tour est dans le sac. En plus, là c’est Samba qui parle, le dessin est magnifique, les détails vestimentaires dans un style steam-punk sont franchement remarquables. Bref, si vous avez une jeune fille de 10-14 ans, Princesse Sarah, c’est un INDISPENSABLE.

En 2
lila t2.jpglila.jpg Lila T2 T’es belle et tu sens bon !

Scénario : Séverine de la Croix
Dessin : Pauline Roland.
Editeur : Delcourt.
Sortie : 20 septembre 2017.
Rien ne va plus pour Lila depuis cet été : son père se remarie et lui a demandé
 d’être sa demoiselle d’honneur. Lila a surtout envie d’avaler les alliances qu’on lui confie.


Elle a trouvé cet album tout simplement EXEPTIONNEL. C’est trop drôle et complètement délirant. Tout y est pour amuser les jeunes avec un univers très décomplexé et très tendance (surtout les petites annotations). En plus, le dessin est trop pétillant et amusant.
Là aussi un très bon album !

En 3
yennega.jpgyennega t1.jpgYennega, La femme lion.

Scénario : Yann Degruel
Dessin : Yann Degruel
Editeur : Delcourt.
Sortie : 21 juin 2017.
Un roi rêvait d’avoir un garçon. Il eut une fille qu’il appela Yennega.

Un album plus philosophique (oui oui c’est bien le terme qu’elle m’a indiqué) avec un focus sur les droits de la femme, un album qui fait réfléchir sur la place de la femme dans nos sociétés.
Encore une fois, un album qu’elle a lu à deux reprises et qui s’avère excellent.

En 4
pile ou face.jpgpile ou face t2.jpg Pile ou face T2 L’ île aux trésors.

Scénario : Hope Larson.
Dessin : Rebecca Mock.
Editeur : rue de Sèvre.
Sortie : 23 aout 2017.

Tandis qu'Alex trouve sa place parmi les marins, Cléo, seule fille à bord, s'entraîne à l'escrime contre l'avis de son frère pour tromper l'ennui et se changer des tâches ménagères. 
Là, elle a nettement plus difficile et n’a pas accroché à l’affaire. Je pense aussi que l’histoire proposée et son sens de l’aventure sont plus propice à un lectorat masculin.
Voilà, la BD nous offre encore la preuve de sa grande diversité. N’hésitez pas à offrir ces lectures à vos enfants, une belle alternative aux occupations modernes et tellement plus enrichissantes.


Gaëlle + Samba.

 

09/11/2017

Monstress T.2/3

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.LA QUÊTE

Scénario : Marjorie Liu
Dessin : Sana Takada
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 11/10/2017
Genre : Heroic / Dark Fantasy, aventure, fantastique.

 

 

Présentation de l'éditeur

Mélange de steampunk, de fantasy et de Kaiju (terme japonais pour décrire des créatures étranges, voire monstrueuses), ce récit se déroule dans une Asie uchronique du début du XXe siècle, dans un univers influencé par le style Art Déco.

Après avoir survécu au massacre entre les humains et les Arcaniques, Maika Demi-Loup partage un lien psychique avec un monstre aux pouvoirs incommensurables. Elle doit affronter un fantôme issu de son passé, qu’elle pensait disparu. Maika, Kippa et Ren décident de se rendre à Thyria à la recherche de réponses…Pour finalement découvrir et devoir faire face à une nouvelle terrible menace.

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.

Mon avis

Pour ceux qui n'auraient pas lu le premier tome, L'ÉVEIL, Monstress nous plonge dan un nouveau monde d'heroic-fantasy où le personnage principal est une jeune femme dévastée par la guerre, mutilée et sans réels souvenirs de son passé. Dans cet univers tout droit sorti de l'esprit de Marjorie Liu et du talent graphique incontestable de Sana Takeda, cinq peuplades coexistent non sans mal : les Chats semblables à des moines archivistes, détenteurs du savoir ; les Humains... qui sont juste des humains ; les Anciens, espèces de divinités mi-humaines, mi-animales ; les Dieux Antiques, démons pour les autres peuplades et chassés voire exterminés autant que possibles et les Arcaniques (ou Sang-mêlés) dont fait partie Maika notre héroïne.

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.  Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.

Plus précisément, Maika demi-loup de son nom complet, est une arcanique croisée entre une humaine (sa mère) et chut... arrêtons là les confidences pour ne pas venir à vous spoiler dieu-sait-quoi sans le faire exprès. La pauvre, suite à une guerre terrible évoquée dans le tome 1, se retrouve amputée d'un bras et à la place, un dieu Antique y a élu domicile. Une présence maléfique qui tente de contrôler la jeune femme pour qu'elle verse dans le côté obscure en semant le chaos et la destruction autour d'elle.

 

C'était sans compter la force de caractère de Maika et de ses compagnons d'infortune qui iront jusqu'au bout des terres connues s'il le faut pour découvrir la vérité et résoudre l'énigme qui plâne au-dessus de l’existence même de Maika. Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Qui était cette femme – sa mère – et quel était son but en faisant de sa fille une héritière des dieux Antiques ? Tant de questions qui jalonnent ce second opus, tant de conflits avec les autres créatures de ce monde pour espérer avoir des réponses... Le tout, magistralement mis en image et en couleur par notre duo de choc : Marjorie Liu au scénario et Sana Takeda aux dessins.

Monstress, Marjorie Liu, Sana Takeda, Delcourt, heroic-fantasy, dark-fantasy, aventure, fantastique.

Un régal à chaque page, des créatures époustouflantes, comme ces Anciens, divinités vaguement similaires aux dieux égyptiens ou aux Kaiju japonais, ces chats savants marchant sur deux pattes, possédant une ou plusieurs queues selon leur degrés de connaissances, des sirènes, des hommes tigres, des femmes renards, ... et quelle précision, quelle finesse dans les traits ! On voit que miss Takeda a déjà travaillé dans de grandes sociétés comme SEGA (c'est plus fort que toi) père fondateur de Sonic le hérisson. Mais notons à l'actif de Sana Takeda : Ms Marvel, X23 ou encore des parutions dans les Marvel et Aspen Comics. De même pour la scénariste, d'abord avocate, Marjorie Liu a associé son nom des romans mais aussi plusieurs comics comme Dark Wolverine et X23 comme sa partenaire de choc dans Monstress.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

8_10.png

 

9_10.png

 

8_10.png

À lire, à regarder, à aimer...

ShayHlyn.