22/05/2017

Le Sauveur

cov.jpg1.jpgScénario : Todd McFarlane et Brian Holguin

Dessin : Clayton Crain

Editeur : Delcourt

224 pages – cartonné

Parution : 29 mars 2017

Genre : fantastique

Présentation de l’éditeur :

À la suite d’un crash d’avion, un homme visiblement sans passé ni identité ni mémoire, fait son apparition. Il semble doté de pouvoirs quasi-divins, qui ressemblent à s’y méprendre à ceux d’un mec dont on nous a parlé au catéchisme. Qu’il soit une menace ou un héros, personne ne peut cependant ignorer sa présence. Et si l’homme le plus puissant, donc le plus dangereux, du monde… était aussi celui capable de le sauver ?

4.jpg

Mon avis :

D’abord mon résumé. Un type à poil, plutôt beau mec, sort indemne du crash d’un avion aux USA, sur la route de Damascus (tiens tiens !). Il est amnésique et semble disposer de pouvoirs tout aussi exceptionnels que difficiles à comprendre ou à cerner : il a sauvé une gamine mais ne veut surtout pas se faire remarquer. Il s'agit d'un miracle. Les autorités piétinent, la presse aussi. Tout le monde veut en savoir plus (comme nous d'ailleurs).

Avec une entrée en matière aussi mystérieuse qu’addictive, on sait que l’on va passer un bon moment de lecture. Et puis ce scénario aux accents messianiques, il est signé Todd (Spawn) McFarlane, s’appuie sur un travail graphique de grande qualité, tout en puissance. Tout est donc prêt, pas seulement pour un bon, mais pour un excellent moment de lecture. Et on n’est pas déçu : intrigue digne d’un thriller parfait, superbe traitement des images, rythme endiablé (haha !), pincée de philosophie sans lourdeur. Que voilà du bon comics !

Vivement la suite ! Ah ben non ! C’est un one-shot avec fin ouverte et ambigüe. Aaarghhh … Non ! Pas possible ? Todd, tu ne nous as pas fait ce coup-là ?  Le coup de la suite qui est quelque part dans l’inachevé ? Si si … Trop fort … Bon, il ne reste plus maintenant à l’humanité qu’à attendre le retour du Sauveur… et relire ce comics (ad aeternam).

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

 

Skippy

21/05/2017

Les chroniques courtes(131):Champs d'honneur T5 ; Le Musée des Bozarts; Sous la blouse; Théorie de l'évolution

champs  d'honneur dunkerque.jpgchamps  d'honneur t5 dunkerque.jpgChamps d’honneur T5 Dunkerque -juin 1940.
Dessin : Ramon Marcos
Scénario : Thierry Gloris.
Éditeur : Delcourt.
Sortie : 26 avril 2017.
64 pages.

 

 

 

Ultime volet de la série historique en 5 tomes indépendants scénarisés par Thierry Gloris. Après Valmy,Castillon,La Bérézina et Camerone ,voilà Dunkerque.
« Crénom de con ! Toujours à me prendre à rebrousse-poil ! » et notre caporal français ne parlait pas des chleuhs. Un bon album qui fonctionne grâce à son duo de bidasses qui à la base tout sépare. En quelques pages même si ce duo est un peu caricatural, on est plongé au cœur de la désastreuse campagne de France. Dunkerque sera le champ de ruine de cette armée française mais son baroud d’honneur aura permis de sauver la face et surtout son futur.
Pour illustrer ce tome 5, c’est l’espagnol Ramon Marcos qui nous propose un trait certes classique mais assurément fourni et dynamique.

a07-3e78901.gif


Samba.

______________________________________________

 

marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,042017,710marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,042017,710Le Musée des Bozarts
Dessin : Bloz
Scénario : Karinka
Éditeur : Bamboo
Sortie : 29 mars2017
48 pages

Humour, art, jeunesse

 

 

 

40 planches et autant de gags pour découvrir une sacrée palette de peintres aux noms forcément connus de tous. Degas, Manet, Monet, Toulouse Lautrec, Van Gogh ... C'est en suivant au musée une bande de gamins un brin turbulents que nous apprenons dans ces gags plus ou moins drôles une multitudes de petites anecdotes entourant la vie des peintres, de leurs œuvres, de leur façon de travailler.

Humour inégal, dessin caricatural pour des miscellanées artistiques amusantes.

Petit bonus final de 8 pages sur la peinture au 19è siècle, l’impressionnisme, le post impressionnisme, la sculpture.

Loubrun

marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,042017,710

 

______________________________________________

 

marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,710,le musée des bozarts,bloz,karinka,bamboo,juenesse,humour,art,peinture,peintres,25,032017042017marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,710,le musée des bozarts,bloz,karinka,bamboo,juenesse,humour,art,peinture,peintres,25,032017042017Sous la blouse

Dessin : Marion Mousse

D'après une enquête d'Emmanuelle Zolesio

Editeur : Casterman

168 pages - broché

Parution : 12 avril 2017

Enquête de terrain

Les chirurgiens, des machos charismatiques et misogynes ?!?

Au bloc opératoire, celui qui décide, c'est le "patron". Mais comment faire quand on est une femme ? Affronter les stéréotypes tenaces d'un métier qui se prétend viril.

Ce titre de la collection Sociorama, qui s’appuie sur une enquête sociologique d’Emmanuelle Zolesio, propose une immersion en salle d’op. On en sort confus et désorienté. Si le contenu paraît de prime abord intéressant, le dessin brouillon n’arrive pas à la hauteur de la tâche. Le sujet est massacré, charcuté. Une vraie boucherie !

marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,042017,710

 

 

Skippy

______________________________________________

 

marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,710,le musée des bozarts,bloz,karinka,bamboo,juenesse,humour,art,peinture,peintres,25,032017042017marcos,gloris,champs d'honneur,dunkerque,delcourt,710,le musée des bozarts,bloz,karinka,bamboo,juenesse,humour,art,peinture,peintres,25,032017042017Charles Darwin. Théorie de l'évolution

Scénario et dessin : Manga de Dokuha

Editeur : Soleil

190 pages - broché

Parution : mars 2017

Adaptation littéraire - biographie

 

Voilà la cause de 150 ans de guerre entre science et religion ! Au XIXe siècle, tout le monde croyait sans le moindre doute que Dieu avait créé la Terre et le Ciel. Mais le naturaliste Darwin, à travers un voyage autour du monde et l'observation de la vie des espèces peuplant les Galápagos, renversa complètement cette vision en découvrant ce que tous voulaient taire... "L'Homme n'est pas né de la main de Dieu". Si la religion nous garde dans l'ignorance et nous empêche de penser... Alors elle peut bien aller au diable !

Il s’agit plutôt ici d’une biographie de Darwin. Le scénario, très correct et plutôt intéressant a priori, n’a pas trouvé un graphisme à sa hauteur. Malheureusement, le dessin, pur produit d’un studio, s’avère plus que basique et finit par nuire au propos. On se retrouve face à un pur produit à destination du monde scolaire et pédagogique. Insipide!

Skippy

18/05/2017

Centaurus Tome3 : Terre de folie.

centaurus tome 3.jpgcentaurus t3.jpgScénario : Leo et Rodolphe
Dessin : Zoran Janjetov.
Editeur : Delcourt(neopolis).
48 pages.
Sortie : 3 mai 2017
Genre : science-fiction

 

 

Le résumé.
L’équipe de reconnaissance qui a débarqué sur la planète Véra se retrouve face à un mont Saint-Michel fidèlement reconstitué mais totalement abandonné. Les mystères autour de cette planète se font de plus en plus étranges et les dangers de plus en plus grands.

« Plus nous avançons, plus les mystères nous tombent dessus »

Mon avis.
Visiblement le dessinateur des Technopères ne s’est pas croisé les bras pour la couverture. Elle intrigue et donne envie de lire ce 3e opus. Par contre, je suis toujours un peu surpris par l’attitude figée des personnages avec leurs bras le long du corps. Je dirais presque que les bras m’en tombent. Les visages aussi restent un peu bourrus mais sinon le reste est adopté à bras le corps. Avec comme bras droit, une très bonne colorisation et une faune vraiment effrayante. Le bras de fer contre « les crevettes » ne m’a pas fait tomber dans les bras de Morphée, ça c’est certain.
Sinon, pour l’intrigue, on ne va pas baisser les bras avant le tome 5, on veut savoir, sommes-nous de retour sur terre ? J’espère que les aventuriers auront le bras long car les dangers semblent de plus en plus nombreux.
L’air de rien, Leo et Rodophe enchaînent les scénarios à tour de bras ces derniers temps avec quelles collaborations bras dessus, bras dessous.
Allez, Centaurus a un grand mérite, celui de nous tenir en haleine et comme le cliffhanger est imparable, il vous sera impossible de ne pas continuer cette série. Désolé mais ça va vous coûter un bras !

centaurus.jpg


.
Sambras.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a08-3e78906.gif

 

12/05/2017

Jour J T27 : Les ombres de Constantinople

sans-titre.pngPlancheA_296136.jpgScénaristes : Duval & Pécau

Dessinateur : Yana, assisté d'Igor Kordey

Éditeur : Delcourt Série B

56 pages - Historique

Sortie : le 8 mars 2017

 

Avis de l'éditeur :

 1453. Les Turcs assiègent Constantinople, jamais conquise, qui se prépare pour son ultime combat. Cette fois seule une intervention des armées chrétiennes pourrait renverser la situation... Iskander, janissaire déserteur albanais, se lie d'amitié avec Vlad Basarab de la dynastie des Draculea, dit Vlad l Empaleur. Ensemble, ils livrent un combat sans merci pour défendre la Ville. Mais à force de combattre le tigre ne devient on pas tigre soi-même ?

Mon avis :

 Comme énuméré lors des précédentes chroniques de Jour J, il est monnaie courante de se retrouver à moyenne d'une fois sur trois, face à un album de médiocre qualité. Cela se note essentiellement sur la qualité graphique qui pour ce titre détruit littéralement l’œuvre.

Et c'est d'autant dommage de savoir que le récit, quant à lui, tient toutes ses promesses sur un mélange politico-religieux. Vlad 3 (l'empaleur) défend le belle Constantinople des guerriers ottomans, un affrontement de taille entre l'Orient et l'Occident. La lecture est fluide, les dialogues vont de suite à l'essentiel (fort heureusement d'ailleurs, car ces 56 pages se lisent 15 minutes montre en main, dû notamment aux nombreuses planches sans bulles de lectures)

Ce 27ème opus aurait pu être plus que correct, sans ces dessins plus qu'approximatifs, qui déforment les traits des protagonistes. Des visages odieux, ovales, déformés d'une case à l'autre, et que dire du regard des personnages, qui expriment de l'exagération ou de la désinvolture par rapport aux situations.

Notons entre autres les pages 11,13 et 25 qui condamnent cet album. Fort heureusement, soulignons que la seconde partie du récit relève tout de même le niveau graphique; les scènes de guerre parviennent à tenir la cadence, ainsi qu'un final qui laisse planer une suite de meilleur acabit.

 

Loin d'être le meilleur album de la série. Laissons place à une éventuelle surprise quant au 28ème opus.

 

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

 

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

 

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

Coq de Combat

03/05/2017

Strange Fruit

cov.jpg1.jpgScénario : Mark Waid et J.G. Jones

Dessin : J.G. Jones

Editeur : Delcourt

128 pages – cartonné

Parution : 05 avril 2017

Aventures - fantastique

 

Présentation :

Dans la petite ville de Chatterlee, située dans le Mississipi, la Grande Crue de 1927 fut bien plus que la pire inondation survenue au cours de l’histoire de Etats-Unis. Ce fut en réalité l’époque d’un grand changement. Tandis que la rivière montait et que les digues cédaient, ravageant les terres, les villes et les plantations aux alentours, des tensions raciales et sociales éclataient. Si bien que lorsqu’un être littéralement descendu du ciel remit en question tout ce qui pouvait diviser les gens de cette région, cela changea les choses … pour toujours. Car cet être venu d’ailleurs était … noir !

4.jpg

Mon avis :

Récit engagé en faveur de la cause noire, fondamentalement anti-raciste, Strange Fruit doit son titre à une vieille chanson de Billie Holiday. C’est l’histoire d’une sorte de Superman noir qui fait irruption dans le Sud profond pour intervenir lors d’événements dramatiques. L’idée est en soi très intéressante et le traitement graphique frôle la perfection esthétique. Ce qui fait d’ailleurs tout l’intérêt de l’album. En effet, les couleurs aquarelles directes et le dessin réaliste donnent à chaque case une intensité remarquable. S’il n’y a rien à redire sur la documentation et la reconstitution du contexte historique, l’histoire laisse de nombreuses questions ou hypothèses de lecture sans réponses. Ce qui génère une sensation de trop peu. On a envie d’en savoir plus sur le personnage principal, on voudrait connaître son passé et les circonstances qui l’ont amené à ce moment et à cet endroit. On reste sur sa faim et sur cette fin … ouverte.

5.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

Skippy

 

Hellboy & BPRD – Tome 02 – 1953

mike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxommike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxomScénario : Mike Mignola, Chris Roberson
Dessins : Paolo & Joe Rivera, Ben Stenbeck, Michael Walsh
Couleurs : Dave Stewart
Dépot légal : 02/2017
Editeur : Delcourt
ISBN : 978-2-7560-8661-3
Nb Pages : 122

 

 

Parus chez Dark Horse Comics en VO dans ce tome nous avons :

  • Hellboy and the B.P.R.D.: 1953 - The Phantom Hand & The Kelpie (17+05 pages)
  • Hellboy and the B.P.R.D.: 1953 - The Witch Tree & Rawhead and Bloody Bones (18+06 pages)
  • Hellboy and the B.P.R.D.: 1953 - Beyond the Fences #1 à 3 (68 pages)
  • Wandering Souls (12 pages) Extrait d’Hellboy Winter Special #1

En fin de tome un sketchbook de 24 pages.

mike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxomHellboy & BPRD est une série qui nous permet d’en apprendre plus sur le passé d’Hellboy et sur ses premières missions au sein du BPRD, ce tome est centré sur l’année 1953.

mike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxomHellboy et son mentor, le professeur Bruttenholm se rendent en Angleterre et font face à la main fantôme d’un meurtrier, à un démon aquatique ainsi qu’aux plus horribles figures folkloriques Britanniques. De retour aux États-Unis, il rejoint l’équipe du BPRD rencontrée dans le tome précédent et s’attaque à un monstre qui ravage une communauté…

mike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxomPlusieurs histoires plus ou moins développées cohabitent dans ce tome, ce n’est pas très étonnant quand on connaît le travail de Mike Mignola sur la série principale Hellboy. Bien sûr, cela n’a pas la prétention d’atteindre l’attrait que représente de gros arcs narratifs comme BPRD Hell on Earth ou Hellboy in Hell mais ça se laisse lire sans déplaisir, le ton est plus léger que d’habitude et les dessins répondent à ce que l’on attend de l’univers imaginé par Mike Mignola. Du point de vue des personnages on en apprend plus sur la simili relation père / fils avec Hellboy / Bruttenholm et sur le personnage introduit lors du tome précédent l’agent Xiang. Dispensable mais sympa.

 

 

 

Fichier 50R1_sf_65pix.png

 

Fichier 49R1_sf_65pix.png

mike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxom

 

mike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxom

Fichier 48R1_sf_65pix.png

mike mignola,chris roberson,dave stewart,paolo rivera,joe rivera,ben stenbeck,michael walsh,hellboy,bprd,hellboy & bprd,1953,hellboy 1953,bprd 1953,hellboy & bprd 1953,dark horse,delcourt,jaxom

 

 JaXoM

 

 

02/05/2017

Le jardin des souvenirs

Mark Waid, Paul Azaceta, Nick Filardi, jardin des souvenirs, potter's field, delcourt, comics, jaxomMark Waid, Paul Azaceta, Nick Filardi, jardin des souvenirs, potter's field, delcourt, comics, jaxomScénario : Mark Waid
Dessins : Paul Azaceta
Dépot légal : 02/2017
Editeur : Delcourt
ISBN : 978-2-7560-8382-7
NB Pages : 88




Contient :

  • Potter's Field #1 à 3 parus en 2007 en VO chez Boom! Studios
  • Potter's Field : Stone Cold #1 paru en 2009 en VO chez Boom! Studios

 

Mark Waid, Paul Azaceta, Nick Filardi, jardin des souvenirs, potter's field, delcourt, comics, jaxomA l’est du Bronx, à New-York se trouve l’ile de « Hart Island » où sont enterrés plus d’un million de personnes. Ce « Jardin des souvenirs » est l’endroit où sont enterrés les indigents, les enfants mort-nés, les SDF et les inconnus dont les corps n'ont pas été réclamés par les familles.

L’équivalent à connotation péjorative chez nous est ce qui s’appelle communément le « Carré des indigents », présent dans la majorité des cimetières, le « Jardin des souvenirs » étant plutôt réservé à dispersion des cendres.

Mark Waid et Paul Azaceta (Nick Filardi pour les couleurs) proposent un thriller mettant en scène un mystérieux individu qui a décidé de rendre leur nom et leur dignité à ces disparus anonymes. Faisant appel à un réseau d’agents situés en dehors des circuits traditionnels qui ne se connaissent pas les uns les autres, cet individu s’assigne comme mission de découvrir le passé et le nom de ceux qui ont été injustement assassinés et enterrés dans ce jardin des souvenirs.

Mark Waid, Paul Azaceta, Nick Filardi, jardin des souvenirs, potter's field, delcourt, comics, jaxomUn très bon thriller à l’atmosphère bien sombre très loin de l’univers des super-héros habituel des séries US. Ce n’est pas pour rien que Delcourt déterre une telle pépite dix ans après sa parution. Le seul vrai reproche à faire à cette série serait la frustration que l’on éprouve quand on sait qu’il n’y a pas de suite en VO et qu’il faudra donc se contenter de ce seul et unique tome assez court alors qu’il y avait vraiment matière à faire quelque chose de très intéressant à long terme.

 

 

 

Fichier 50R1_sf_65pix.png

 

Fichier 49R1_sf_65pix.png

mark waid,paul azaceta,nick filardi,jardin des souvenirs,potter's field,delcourt,comics,jaxom

 

mark waid,paul azaceta,nick filardi,jardin des souvenirs,potter's field,delcourt,comics,jaxom

Fichier 48R1_sf_65pix.png

mark waid,paul azaceta,nick filardi,jardin des souvenirs,potter's field,delcourt,comics,jaxom

 

 

 JaXoM

 

17/04/2017

Lovely Fridays T.2

 

Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.Scénario : Arina Tanemura
Dessin : Arina Tanemura
Éditeur : Delcourt / Tonkam
192
pages
Date de sortie : 08/06/2016
Genre : Shôjo, romance, jeunesse.

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

L’auteure de Full moon revient aux histoires d’amour pur. Cette fois, elle va se mettre dans la peau de Neko, un jeune garçon qu’elle traite comme un chat jaloux qui cherche comment mettre sa maîtresse dans l’embarras.

Pour Ai, 16 ans, le vendredi est un jour particulier. C’est le jour où elle s’occupe du CDI du lycée. Elle peut y passer du temps avec Serizawa, dont elle est amoureuse. C’est aussi le jour où elle donne des cours particuliers à son jeune cousin Nekota. Mais alors qu’elle était sur le point de se déclarer à Serizawa, Nekota l’en empêche... Il va alors devenir un vrai poison pour elle…

Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.

Mon avis :

Un trait unique, de grand yeux innocents pour les demoiselles, espiègles pour les jeunes hommes : pas de doute, Arina Tanemura est derrière ce dessin aussi appétissant qu'une vitrine de délicates pâtisseries. Des tons pastels, des demoiselles coquettes, des jeunes hommes un brin « bad boy » tout en étant attachant, ... voilà ce qui fait la force des mangas de cette artiste qui cherche toujours une petite particularité dans ses histoires qui les démarques un tantinet des sempiternels « trio amoureux ».

Elle peut pourtant mieux, beaucoup mieux faire quand elle s'en donne le temps et les moyens. Entre mythologies et aventures extraordinaires : Arina Tanemura est sans conteste une reine de la romance au-delà des contes féeriques, qui pour l'occasion est redescendue sur Terre pour ce qui est malgré tout une mignonne petite histoire d'amour comme les fans du genre aiment tant ! 

Ici, la troisième roue du vélo est non seulement plus jeune que l'héroïne, mais est également son cousin. Ce dernier est de toute évidence amoureux d'elle et ce n'est pas sans compliquer les sentiments de la jeune fille dont le cœur balance entre son amour de jeunesse et ce dit cousin !

Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.

 

Un trio amoureux où même les prénoms ont leur importance. Car oui : il arrive que les mangakas choisissent des prénoms subtiles pour marquer la personnalité des protagonistes. Ainsi Ai qui signifie amour, se retrouve entre son cousin Nekota (de Neko – chat) un adolescent espiègle et rusé comme un félin et Serizawa (de Seri – concurrence). Avec de tels mots clés, nulle doute à se faire. Arina Tanemura joue encore avec les sentiments des adolescents avec brio, bien que ses sagas les plus célèbres soient nettement plus alambiquées. Mais tout est possible finalement, vu que nous en sommes qu'au tome 2 et il y en a encore beaucoup d'autres à lire.

Une histoire encore à fleur de peau, comme Arina Tanemura en a le secret, où l'on se perd dans les troubles des personnages. Que du bonheur pour les yeux et pour les fleurs bleues que beaucoup de nous sommes encore... ou en devenir pour nos plus jeunes lectrices.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

lovely fridays,arina tanemura,delcourt,tonkam,shôjo,romance,jeunesse.

 

Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.

 

lovely fridays,arina tanemura,delcourt,tonkam,shôjo,romance,jeunesse.

ShayHlyn.
Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.
Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.Lovely Fridays, Arina Tanemura, Delcourt, Tonkam, Shôjo, romance, jeunesse.

15/04/2017

Prince & hero T.1

Prince & hero, Daisy Yamada, Delcourt, Tonkam, shôjo, romance, jeunesse.Scénario : Daisy Yamada
Dessin : Daisy Yamada
Éditeur : Delcourt / Tonkam
192 pages
Date de sortie :  15 juin 2016
Genre : shôjo, romance, jeunesse

 

 

Présentation de l'éditeur

Hana choisira-t-elle de se baigner dans la lumière chaude et solaire du prince ou dans celle douce et lunaire du héros ?

Ayant tout juste quitté sa campagne natale, Hana arrive dans un lycée de Tokyo et découvre très vite le décalage qui existe entre elle et les autres élèves. Son isolement va pourtant être brisé par l’intérêt qu’elle suscite chez Prince, le garçon le plus prisé du lycée, qui est intrigué par sa différence. Tombée amoureuse du beau jeune homme, Hana pourra compter sur le soutien de Hiro, un autre lycéen ténébreux et peu bavard. Mais ce dernier n’est-il qu’un ami ?

 

Prince & hero, Daisy Yamada, Delcourt, Tonkam, shôjo, romance, jeunesse. 

Mon avis :

La magie du trio amoureux a encore frappé sous le titre de Prince & Hero. Car il faut bien l'avouer, à force d'en lire : on a tendance à voir des similitudes entre chaque shôjo. Et pourtant, telles les comédies télévisées – que ce soit des films ou des séries à n'en plus finir – c'est vendeur et les gens en redemandent.

Nous voilà donc embarqués avec Hana dans la jungle Tokyoïte qu'elle découvre tout autant que le premier amour. Particularité de l'ouvrage ? Vous l'aurez compris : c'est le décalage entre paysanne et citadine. Hana est campagnarde jusqu'au bout des ongles – mignonne mais campagnarde. Ce qui se résume, dans ce manga, à des tenues extrascolaires/de ville assez... étranges, et des cadeaux sous formes de fruits et légumes frais, envoyés par les voisins du patelin natal (la tête d'une citadine qui reçoit un radis géant en cadeau, c'est pas mal je dois dire) qui sait combien la vie coûte chère à la capitale.

Prince & hero, Daisy Yamada, Delcourt, Tonkam, shôjo, romance, jeunesse. Prince & hero, Daisy Yamada, Delcourt, Tonkam, shôjo, romance, jeunesse.

 

Une solidarité peu présente chez les tokyoïtes pure souche, surtout quand le Prince de l'école jette son dévolu sur la petite nouvelle. En plus d'être traitée de bouseuse, elle va devenir « la cible à abattre » parce qu'il est impensable qu'une ringarde, comme presque toutes les lycéennes disent, soit la petite amie du Prince ! Pire encore quand le héros de l'école se met, lui aussi, à s'intéresser à Hana.

Comme on peut s'y attendre d'un shôjo, le dessin est pétillant. L'héroïne est adorable et toute timide. De grand yeux et le rouge aux joues facile. Quant aux deux protagonistes masculins principaux, ils sont à l'opposé l'un de l'autre : mais auréolé d'étoiles et de prestances. Un dessin typique donc, mais qui parvient à attendrir les cœurs purs et innocents de nos demoiselles en quête de romances et d'amours de jeunesse.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

prince & hero,daisy yamada,delcourt,tonkam,shôjo,romance,jeunesse.

 

Prince & hero, Daisy Yamada, Delcourt, Tonkam, shôjo, romance, jeunesse.

 

Prince & hero, Daisy Yamada, Delcourt, Tonkam, shôjo, romance, jeunesse.

 

Aaaaah l'amour, l'amouuuur.

ShayHlyn.

 Autres tomes déjà parus

prince & hero,daisy yamada,delcourt,tonkam,shôjo,romance,jeunesse.prince & hero,daisy yamada,delcourt,tonkam,shôjo,romance,jeunesse.prince & hero,daisy yamada,delcourt,tonkam,shôjo,romance,jeunesse.

12/04/2017

DARK MUSEUM Tome 1 American Gothic

Couv_298365.jpgVerso_298365.jpgScénario : Alcante et Gihef
Dessin : Stéphane Perger
Éditeur : DELCOURT
54 pages
Date de sortie : 15 février 2017  
Genre : Horreur

 

 

Résumé de l'action:

1930, Iowa. Les effets de la crise sont terribles dans cette partie de l’Amérique. Avec la misère, l’égoïsme prévaut. L’installation d’un cirque en pleine sécheresse finit d’échauffer les esprits. Alors que Lazarus Henkel désespère de pouvoir nourrir sa famille, un accident de voiture se produit près de sa ferme. L’odeur du corps du conducteur en train de brûler lui inspire une macabre solution… 

dark museum,american gothic,dépression1930,delcourt,canibalisme,alcante,gihef,stéphane perger

Mon avis:

Voici une idée originale ! raconter une histoire créée avec des personnages fictifs sortis d'une œuvre d'art bien réelle, elle. Ici les auteurs se servent du fameux tableau American Gothic de l'artiste  Grant Wood pour nous dresser un portrait (c'est le mot juste) sordide de l'Amérique lors de la crise économique des années 30. La famille Henkel est au bord du gouffre, le père Lazarus est veuf et a du mal à nourrir ses enfants, Epiphany et Caleb, ainsi que sa vieille mère. Le maire de la ville s'enrichit sur le dos des habitants, le shérif est impuissant... De plus une fête foraine s'installe en ville et, avec l'accord du maire corrompu, pompe toute l'eau de la pauvre réserve des habitants créant une situation explosive. L'histoire bascule dans l'horreur quand Lazarus, grâce à sa fille, trouve une idée définitive et sanglante pour nourrir convenablement sa famille !

 

dark museum,american gothic,dépression1930,delcourt,canibalisme,alcante,gihef,stéphane perger

cette odeur... on dirait le poulet rôti que

maman nous préparait le dimanche midi...

 

Les scénaristes Alcante et Gihef ont su nous faire ressentir le climat de haine, de misère et de tristesse de cette époque et nous font penser souvent au merveilleux film de John Ford d'après Steinbeck, "Les raisins de la colère" (bon ils ont dû se souvenir aussi de la scène du barbecue dans le premier "La nuit des morts-vivants). De son côté, l'artiste Stéphane Perger, sait rendre les personnages encore plus sombres et sordides; ses visages sont déformés par la faim et la misère et la violence se lit sur tous les traits. La couleur, dominée par les gris, le jaune et le rouge, apporte une odeur rance de sang et de mort.

J'aimais beaucoup le tableau de Wood et j'avoue que je vais maintenant le regarder en pensant aux horribles secrets derrière les visages des personnages.

JR 

PS: ne lisez pas cet album en déjeunant surtout...

 

dark museum,american gothic,dépression1930,delcourt,canibalisme,alcante,gihef,stéphane perger

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg