12/12/2017

Les étoiles du temps

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10Scénario : Victor Hussenot
Dessin : Victor Hussenot
Éditeur : Gallimard
90 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : documentaire, philosophie

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le temps est mathématique mais aussi aléatoire, subjectif... insaisissable. Pour preuve, plus on vieillit et plus il semble s'accélérer. De raisonnements logiques en déambulations imaginaires, le personnage principal de cette enquête singulière s'interroge sur notre perception du temps et ses représentations. Une quête qui le mène de l'enfance aux divers âges de la vie. Mêlant intime et universel, Victor Hussenot poursuit ici avec brio sa réflexion graphique et poétique sur l'existence humaine.

 

"Je m'apercevais aussi que chacun d'entre nous possède une idée précise du temps... "une" définition personnelle, qu'on invente ! et à laquelle on se réfère comme s'il s'agissait d'une vérité."

 

Mon avis

Plus je vieillis, plus j'ai le sentiment que le temps passe vite ! Je constatais l'autre jour qu'on était déjà début décembre et que je n'avais pas vu passer cette année. Vous n'avez pas cette impression vous, que le temps vous échappe ? En tout cas, Victor Hussenot a lui aussi cette impression du temps qui file. C'est ce qu'il nous explique en se posant en narrateur dans cet album très singulier, tant dans la forme que dans le fond.

 

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

 

Avec un dessin tout en aquarelles, il nous invite à un voyage temporel et une réflexion philosophique et métaphysique sur le temps qui passe. Partant du constat que le temps est insaisissable, L'auteur/narrateur s'interroge sur ce temps qui nous file entre les doigts et sur la perception que chacun en a. Il nous propose alors ses réponses et ses raisonnements que l'on suit avec amusement, étonnement et émerveillement. Même si ses propositions sont parfois un peu complexes à suivre, le dessin est là en support et complément narratif pour offrir au lecteur perdu une branche à laquelle se raccrocher. C'est là aussi la force de cet album qui déroutera sans doute les amateurs de dessin classique (je les invite quand même à sortir des sentiers battus) et qui ravira les adeptes de trouvailles et d'audace graphique. De ce point de vue, on ne peut être qu'admiratif du travail de Victor Hussenot qui joue avec les cases et les pages, démolit les cadres, se joue des codes narratifs et nous fait littéralement voyager au gré de son temps qui passe sur l'océan des souvenirs, le continent révolu, la plaine des commémorations, la chaine des derniers instants, les terres prémonitoires, comme en témoignent sa carte du temps "personnel", construite comme un mind mapping poussé à l'extrême.

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

C'est donc avec douceur et volupté qu'on se laisse emporter dans ce va-et-vient entre logique, poésie et onirisme jusqu'à en perdre totalement la notion du temps. Pour preuve, j'ai entamé cette lecture tard le soir et suis arrivé très en retard le lendemain au boulot ...

Voilà donc un magnifique petit précis de philosophie à savourer tranquillement, à l'usage – entre autre - de ceux qui courent toujours partout et n'ont jamais le temps de rien.

 

Loubrun

  

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

 

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

 

les étoiles du temps, hussenot, gallimard, philosophie, réflexion, roman graphique, documentaire, 09/2017,8/10

13/03/2017

Mars Horizon

mars horizon.jpgPlancheA_288241.jpgScénario : Florence Porcel.
Dessin : Erwann Surcouf.
Editeur : Delcourt (octopus)
Sortie : 8 mars 2017
120 pages.
Genre : fiction documentaire.

 

 

 

Le résumé éditeur.

Ils sont psychiatre, médecin, ingénieur, pilote ou encore botaniste : ce sont les ambassadeurs de la première
 mission habitée vers Mars. Mais comment réagiraient les humains à 150 millions de kilomètres de la Terre ? Quel lien les unit à Mars ? C’est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur cette magnifique et dangereuse planète…



« On a tourné un très joli clip, les images sont dingues ! Ce sont des monteurs de chez vous qui feront la version officielle »

 


Mon avis.
Mars horizon ouvre le bal d'une nouvelle collection scientifique chez Delcourt, « Octopus » dirigée par Boulet.
C'est vrai qu'en lisant cet album, on a l'impression d'être au cours de science. Au scénario, Florence Porcel est connue notamment sur Youtube comme la vulgarisatrice de la planète rouge. Bref, la dame sait de quoi elle parle. Le problème, c'est le ton des dialogues, on dirait une joyeuse colonie de vacances. On y lit sa passion pour Mars mais cette atmosphère idéalisée m'a sorti de son documentaire fiction. C'est un peu comme s’immiscer dans une conversation de passionnés, on y arrive rarement. C’est le même effet ici. Par contre, si vous aimez la BD didactique, ne vous privez pas de ce voyage planétaire.
Sinon, le dessin sera une étape en plus à franchir. A vous de voir mais on est plus dans le style roman graphique avec option nouvelle vague qu'autre chose. Les couleurs m'ont aussi bien blessé la rétine par moment, le ciel jaune de Mars ....dur dur.

 

image_3325e-Mount-Sharp.jpg

 


Pour ne pas vous mentir, j'ai trouvé cette BD bien soporifique, trop scolaire et trop didactique.

Samba

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a03-3e788b8.gif

 

a04-3e788e4.gif

 

a03-3e788b8.gif

 

 

12/01/2017

Les voyages d'Alix

couv.jpgLes Incas

Scénario : Jacques Martin

Dessin : Jean Torton

Editeur : Casterman

56 pages – cartonné

Sortie : 04 janvier 2017

Genre : Histoire – documentaire

 

Nouvelle édition mise à jour et enrichie de nouvelles photos.

 

Valeur sûre, la collection Les Voyages d'Alix invitent depuis des années les lecteurs à partager la passion de Jacques Martin pour l'histoire du monde antique, sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions. Chaque album est une invitation au voyage, à la découverte d'un peuple, d'un lieu ou d'une nation de l'Antiquité.

 

1.jpg

 

Les dessins sont parfaits et confèrent à l’ensemble de l'ouvrage un charme indéniable. L’aspect pédagogique est particulièrement bien dosé et bien réparti entre des illustrations très soignées. Les documents historiques, d'une grande rigueur documentaire, apportent un cachet didactique sérieux sans être jamais ennuyeux. 

2.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

23/12/2016

La Banlieue du 20 heures

1c.jpg953595-othmane.pngScénario : Jérôme Berthaut.
Dessin : Helkarava.
Éditeur : Casterman.
164 pages.
Sortie : 31 août 2016.
Genre : Humour, documentaire.




Résumé :

Jeune journaliste, Jimmy Tendini fait ses premières dents au service des faits divers du journal télévisé. On l'envoie donc couvrir la banlieue : il découvre alors comment on fabrique l'information sur ces quartiers populaires.


Mon avis :

Mention ultra spécial à l'auteur! C'est une des meilleures BD que j'ai jamais lu malgré la bassesse du dessin! C'est simple : il y a dans cette bande dessinée ce que je dénonce depuis plus de 14 ans! Les médias mainstreams, dominant (par exemple, en France : TF1, France 2, ... En Belgique : RTL TVI, RTBF, ... En Suisse : RTS, etc.) en prennent pour leur grade! C'est une bonne claque qui leur est adressée. Après, on s'étonne encore que le Brexit ait été voté et que Trump soit élu président. Jimmy, ce journaliste encore frais n'est pas au bout de ses surprises, il est loin d'imaginer dans quoi il s'est embarqué! À tire-d'aile, il ne pourra tirer qu'une seule conclusion de cette expérience : aujourd'hui, ce type de journaliste est un prostitué du système de peur de ne pas se retrouver à la porte. Heureusement, et surtout depuis les années 2000, au pire, il pourrait se reconvertir dans le journalisme libre et indépendant pourvu (ça dépend du média, voire du webmédia) qu'il ne se fasse pas taxer, faute d'intoxication, d'extrême-droitiste. Je salue également le grand courage de l'auteur qui n'a pas eu peur de nous faire passer des messages qu'on ose pas faire passer, surtout en 2016! Peine maximum contre la propagande ; des albums comme ça, on en redemande!

953599-jt20heures.png


a09-3e78912.gifScénario 

a01-3e7889f.gifDessin 


Mister Med.

06/12/2016

Les reportages de Lefranc- La guerre du Pacifique

la guerre du pacifique.jpglefranc raconte.jpgTexte : Isabelle Bournier.
Dessin : Olivier Weinberg, Yves Plateau
Editeur : Casterman.
Sortie :30 novembre 2016.
56 pages.
Genre : documentaire.


Tora ! Tora ! Tora ! Après le mur de l’Atlantique, le débarquement, la bataille des Ardennes et la chute du Reich, les reportages de Lefranc s’attaquent à la guerre du pacifique.
Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, il s’agit d’une sorte de documentaire illustré à la façon « Jacques Martin ».
Après une préface de Didier Reynders (ministre belge des affaires étrangères), on débute l’album certainement avec la partie la plus intéressante, le Japon des années 30 avec son impérialisme qui va amener le Japon à déclarer la guerre aux puissances occidentales. Vous en apprendrez plus sur des personnages clés comme le général Tojo, l’empereur Hiro Hito , Papy Boyington (le vrai !),l’amiral Nimitz ou encore MacArthur .Ensuite , on suit de façon chronologique le déroulement de cette guerre un peu comme la série les grandes batailles de Daniel Costelle ( une référence !) . Je pense d’ailleurs que les textes sont pas mal inspirés de cette série. Il reste aux américains à envoyer Enola Gay pour terminer cette folie et à compter les millions de morts, surtout du côté chinois (17.5 millions de morts civils et militaires).
Un album assez didactique pour intéresser les passionnés de cette période mais sans être trop pointu pour donner une bonne base pour les jeunes recrues.


a06-3e788fc.gif Global.

Samba.

 

15/11/2016

Histoires du Vendée Globe

histoires du Vendée Globe, chenet, Garreta, dargaud, voile, vendée globe, mer, 9/10, 10/2016histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016Scénario : Alexandre Chenet et les skippers

Dessin : Renaud Garreta

Éditeur : Dargaud

115 pages

date de sortie : octobre 2016

genre : aventure, témoignages, documentaire

 

 

Présentation de l'éditeur

Le Vendée Globe, qualifié d'Everest des mers, raconté par celles et ceux qui le vivent. Pendant plus de trois ans, Alexandre Chenet et Renaud Garreta sont allés à la rencontre de skippers partis à l'assaut de ce tour du monde mythique. En mer, au cœur de la course, entre navigation et incidents techniques, choix stratégiques et engagement humain, ils nous emmènent dans cette régate planétaire.

Avec la participation de Michel DESJOYEAUX, François GABART, Armel LE CLÉAC'H, Vincent  RIOU, Jean LE CAM, Jérémie BEYOU, Yann ELIÈS, Samantha DAVIES, Arnaud  BOISSIÈRES, Tanguy DE LAMOTTE et Roland JOURDAIN.

 

histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016

 

"Les mers du Sud c'est un grand et puissant tapis roulant qui tourne autour de la terre"

Samantha Davies

 

 

Mon avis

À chaque sport sa légende, son mythe, son Graal. Que ce soit un sportif, une équipe ou un évènement, pas un n'échappe à la règle. En voile, de nombreux marins ont fait la légende, y sont rentrés, parfois en y laissant leur peau. Les sports de voile ont ceci de particulier que les hommes ne font pas que s'affronter les uns contre les autres, mais doivent faire face avant tout aux éléments naturels hostiles que sont les océans et le vent. En voile comme en alpinisme, le haut niveau a pour terrain de jeu la planète entière. L'homme y joue et cherche de façon un peu illusoire à la dompter.

histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016

Le Vendée Globe, c'est l'Everest des mers. C'est la course à la voile la plus difficile. Un tour du monde, seul, sans assistance et sans escale ; la traversée des océans Atlantique, Indien et Pacifique.

Cette course est mythique parce qu'elle est difficile et qu'elle nous semble, à nous autres communs des mortels, tout simplement impossible. Elle est mythique parce que tous les marins qui partent ne franchiront pas la ligne d'arrivée, contraints à l'abandon, voire pire. Des 138 marins qui ont pris le départ depuis la première édition en 1989, seuls 71 ont réussi à couper la ligne d'arrivée. Elle est mythique parce qu'elle est belle, parce que c'est une aventure à la fois technologique et humaine et parce que l'homme s'y expose avec ses contradictions, mélange d'orgueil et d'humilité.

 

"Je n'ai eu en tête que la compétition et j'en ai oublié la navigation, les éléments. Un oubli et un aveuglement qui ont été à deux doigts de me coûter la vie"

Yann Eliès

histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016

 

Aujourd'hui, cela fait 9 jours que 29 skippers ont pris le large pour la huitième édition de cette course folle. Laissons-les à leurs réglages de voile, à leurs schémas tactiques, analyses météo et revenons sur les éditions précédentes à travers ces Histoires du Vendée Globe que nous racontent Alexandre Chenet et 11 marins qui ont accepté de nous livrer une part de leur aventure dans une mise en images sublime de Renaud Garreta.

 

histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016

 

Du départ des Sables-d’Olonne jusqu'à l'arrivée trois mois plus tard, les skippers narrateurs nous font partager leurs expériences, leurs ressentis, leur rapport à la mer ou à la solitude. Peu importe si le néophyte n'y entend rien au jargon des marins et se perd entre les winch, safran, gennaker tangons, bôme et outrigger. Il ressentira malgré tout la force tranquille et étonnante qui se dégage de chaque témoignage et sera tour à tour, touché, curieux, ému, ou saisi d'effroi en s'invitant à bord de ces bateaux majestueux et si fragiles dans les mers du sud. Le lecteur a droit à un panel assez varié de la vie à bord : choix stratégiques souvent cornéliens ; casse matériel et réparation de fortune ; blessures physiques parfois graves qui obligent à l'abandon tout en sachant que les secours mettront plusieurs jours à venir ; météo effrayante dans le grand sud ; crainte perpétuelle de heurter des objets, des baleines ou des icebergs ; questions stupides de certains journalistes ("j'aimerais connaitre votre temps estimé de survie si vous tombez à l'eau ?"). Que ce soit sous l'angle le plus intime ou le plus technique, tous les lecteurs y trouveront leur compte.

 

histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016

 

Renaud Garreta donne vie à ces témoignages avec un dessin flirtant entre hyper-réalisme et expressionnisme pour les pages illustrant les récits des skippers. Pas facile de transposer la majesté de ces bêtes de course de 18 mètres de long et 30 mètres de haut dans des petites cases de bande dessinée. Ce tour de force est réussi grâce à un découpage habile alternant grandes et petites cases, les faisant parfois se chevaucher et n'hésitant pas à sortir du cadre pour dynamiser les scènes. Tout paraît en mouvement et le lecteur ressent sans problème la grandeur et la puissance des éléments. Qu'elle soit en furie ou qu'elle reflète paisiblement les rayons du soleil couchant, la mer est toujours belle et envoûtante. Et c'est pour ça aussi que les marins entreprennent cette course dingue.

 

histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016

histoires du vendée globe,chenet,garreta,dargaud,voile,vendée globe,mer,910,102016

 

Le Vendée Globe, ce sont des histoires passionnantes  de femmes et d'hommes réunies ici dans un livre sublime où bande dessinée et récit se croisent subtilement. Aventure et émotions assurées au creux de chaque vague.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

Abonnez-vous à la newsletter

 

 

 

02/03/2016

Chantier interdit au public

ciap cov.jpgchantier-interdit-au-public-visuel3-e1456416804248.jpgScénario et dessin : Claire Braud
D’après une enquête de Nicolas Jounin
Editeur : Casterman
Collection : Sociorama
168 pages – broché
Sortie : 03 février 2016
Documentaire - humour

 

Présentation de l’éditeur :

Quand auteurs de BD et sociologues de terrain s'allient pour décrypter les dessous de notre société.


Que se passe-t-il derrière les palissades d'un chantier de construction ? Avec Hassane, ferrailleur novice et maladroit, et Soleymane, coffreur expérimenté sans papiers, découvrez les coulisses du bâtiment. Ou comment faire son trou dans l'intérim et la sous-traitance quand on est sans papiers, affronter la benne à béton qui arrive maintenant tout de suite alors qu'est-ce que vous foutez !!, encaisser les plaisanteries racistes à moins que ce ne soient pas des plaisanteries, tenir les cadences tout en faisant semblant de respecter la sécurité... Une BD sans garde-fou !

ciap2.jpg

La collection Sociorama signe la rencontre entre bande dessinée et sociologie. D'un côté, des sociologues amateurs de BD qui ont créé l'association Socio en cases; de l'autre, des auteurs de BD curieux de sociologie. Ensemble, ils ont initié une démarche originale : ni adaptation littérale, ni illustration anecdotique, mais des fictions ancrées dans les réalités du terrain. Toute ressemblance n'est pas pure coïncidence...

chantier interdit au public,braud,jounin,casterman,sociorama,02 février 2016,documentaire

 

Mon avis :


Après La fabrique pornographique de Lisa Mendel, voici déjà le deuxième album de cette nouvelle collection. Adapté d’un travail sociologique de Nicolas Jounin paru en 2008, le scénario  démonte avec précision un système de castes très particulier : chefs de chantier français, chefs d’équipe portugais, ouvriers arabes, manœuvres africains, les boubous, les mamadous… Une organisation hiérarchique avec les employés du maître d’œuvre au sommet, puis tous les sous-traitants et enfin la masse des intérimaires, composée essentiellement de travailleurs clandestins.Cette BD reportage aborde sur un ton juste la problématique des ouvriers illégaux, sous-payés, insécurisés et dépourvus de droits. Elle dénonce l’avidité au gain de tous les acteurs du secteur du bâtiment et éclaire les injustices flagrantes.

chantier interdit au public,braud,jounin,casterman,sociorama,02 février 2016,documentaire

Pour illustrer cet inframonde, le dessin de Claire Braud, au trait caricatural, apporte un effet de réalisme documentaire et de dénonciation expressive teintée d’humour. Toutes les bonnes intentions des auteurs mises à part, le côté brouillon du graphisme ne m’a pas vraiment séduit.

 

http://img97.xooimage.com/files/f/e/c/a05-3e788c9.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

http://img96.xooimage.com/files/4/a/1/a07-3e78901.gif Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

 

 

25/02/2016

La fabrique pornographique

fpcov.jpgfp3.jpgScénario et dessin :
Lisa Mendel

D’après une enquête de Mathieu Trachman
Editeur : Casterman
Collection : Sociorama
168 pages – broché
Sortie : 03 février 2016
Documentaire - humour


Présentation de l’éditeur :

Lorsque Howard, jeune vigile de centre commercial et fan de porno amateur, rencontre la star du genre, il saisit l'occasion de se faire inviter sur un tournage pour faire ses premiers pas comme acteur. Mais de l'autre côté du miroir, la production d'un film pornographique se révèle moins glamour : la fabrication des fantasmes sexuels, c'est un travail des corps souvent trivial et éprouvant, soumis jusqu'à l'absurde aux logiques commerciales du genre.

fp2.jpg

Mon avis :

La nouvelle collection Sociorama, chez Casterman, mêle bande dessinée et sociologie et s'inscrit dans une mouvance en plein développement : la BD documentaire, journalistique ou sociologique. C’est d’ailleurs lors d’un colloque sur la portée sociologique de la BD qu’est née l’idée d’une collaboration entre des sociologues amateurs de BD et des auteurs de BD curieux de sociologie. Ensemble, ils ont créé l’association Socio en cases. Résultat : une collection d’albums de fictions tirées d’enquêtes de terrain. Au-delà de l’adaptation ou de l’illustration, il s’agit plutôt d’un travail de réappropriation. Ce qui en fait toute l’originalité.

fp7.jpg

Comment fait-on un film pornographique ? Comment sont organisés les tournages ? Combien de fois faut-il refaire une scène ? Comment les acteurs et les actrices perçoivent-ils leurs rôles ? Combien sont-ils payés ? Pas question ici d'une BD porno mais plutôt d’un angle d’approche qui permet de décomposer le processus de création de fantasmes, de montrer l'envers du décor, d’expliquer la démarche commerciale, en suivant le personnage d’un jeune acteur qui découvre le milieu du X. Tous les aspects du métier, du travail, sont abordés : du côté physique des performances des acteurs à la précarité des contrats.

la fabrique pornographique,mandel,trachman,casterman,sociorama,03 février 2016,documentaire,humour

A partir d’un travail de recherche scientifique de fond, le scénario parcourt une trame narrative classique : une histoire, un récit, une fiction qui s’alimente au réel. Le format des albums(16x19), plus proche du livre de poche que de la BD, l’impression en noir et blanc sur un papier brut, la reliure brochée, font de cette collection un produit très typé.

Le dessin au trait simple, non réaliste, humoristique et léger, convient parfaitement au traitement du sujet.

la fabrique pornographique,mandel,trachman,casterman,sociorama,03 février 2016,documentaire,humour

Loin des clichés habituels, ce véritable document arrive à traiter le porno sans vulgarité. A la lecture, on s’amuse sans gêne et on apprend beaucoup.

 

Cette chronique a été rédigée après une rencontre avec Lisa Mendel, organisée par l'éditeur Casterman, à la Foire du Livre de Bruxelles, le vendredi 19 février 2016. Nous avons pu, Capitol et moi, discuter avec Lisa Mendel de son travail pendant 45 minutes. Nous la remercions de sa sympathie, de sa rigueur, de son traitement empathique et décomplexé du sujet. 

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

Découvrir le travail du sociologue Mathieu Trachman : ICI

 

Skippy.

 

20/01/2016

Réinventer la bande dessinée

REINVENTER-LA-BANDE-DESSINEE.jpgreinventer-la-bande-dessinee_3.jpgAuteur : Scott McCloud

Éditeur : Delcourt

Date de sortie : octobre 2015

256 pages

genre : essai, documentaire

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Scott McCloud a changé radicalement l’image de la BD avec L’Art invisible, une BD sur la BD qui décortiquait les mécanismes du 9e Art. Avec Réinventer la bande dessinée, il franchit une nouvelle étape en décrivant les douze révolutions en cours dans la création, la lecture et la perception de la BD. De l’issue de ces révolutions dépend la place qu’occupe la BD dans la culture aujourd’hui.

 

Mon avis

Est-il encore besoin de présenter Scott McCloud ? Le nom est forcément connu des amateurs éclairés de bande dessinée. Auteur de BD américain, Scott McCloud est un amoureux "loyaliste de la BD" qui fait de la BD parce qu'il l'aime et non pour s'ouvrir d'autres portes. C'est aussi un grand  théoricien de la bande dessinée. A travers 3 ouvrages de référence écrits à la fin des années 90 et au début des années 2000, il a décortiqué et décrypté ce médium qu'est la bande dessinée. Réinventer la bande dessinée est le deuxième de ces trois livres, publié en 2000 aux États-Unis et en 2002 chez Vertige Graphic pour la première fois en France. Il s'agit ici d'une réédition proposée par les éditions Delcourt.

Dans le premier – L'art Invisible – Scott McCloud démontre que la BD a un potentiel illimité, qu'elle est un véritable langage avec ses codes, ses mots, sa grammaire, et que son cœur se trouve entre les cases, c'est-à-dire là ou le lecteur donne libre cours à son imagination pour faire vivre les images qu'il lit.

Dans ce deuxième opus, il va au-delà du support BD en lui-même en nous faisant part de ses réflexions et du fruit de ses recherches sur la BD américaine de l'époque (fin des 90'). Se posant en véritable visionnaire, il prédit l'avenir de la BD en 12 révolutions. Partant d'un état des lieux de la BD US et s'appuyant sur son histoire, il dresse une analyse très fine, très pertinente et ultra documentée de cet univers particulier en n’omettant aucune de ses caractéristiques. De la bande dessinée comme littérature à la bande dessinée numérique, en passant par la BD en tant qu'art, son modèle économique, les droits d'auteur, la parité, la diversité des genres, la représentation des minorités, tout est examiné et passé au peigne fin pour démontrer que la BD peut et doit faire sa révolution pour survivre.

 

réinventer la bande dessinée,scott mccloud,delcourt,essai,comics,documentaire,conférence,histoire de la bd,810,102015

 

Passionnant à plus d'un titre, cet "essai-conférence-illustrée" est assez pointu de par les très nombreuses références qui y sont faites et pourrait n'intéresser que les professionnels ou gros lecteurs compulsifs ... Mais Scott McCloud rend la chose très abordable en se mettant en scène à la manière d'un conférencier et en illustrant ses propos de manière claire et limpide, tant dans le trait que dans la mise en page. Si certains chapitres sont plus ardus que d'autres, ce qui ressort de l'ensemble de cet essai, c'est l'extraordinaire lucidité de l'auteur. On s'en aperçoit d'autant plus lorsqu'on aborde le chapitre sur le numérique. Écrit il y a 15 ans, à l'heure ou l'informatique commençait à rentrer dans les foyers et où un ordinateur était moins puissant que nos smartphones actuels, Scott McCloud a vu la révolution que cet outil provoquerait dans la bande dessinée aussi bien d'un point de vue créatif qu'économique. Il a pleinement conscience qu'en 2000 la révolution numérique n'en est qu'à ses débuts et décrit avec une acuité digne des plus grands devins, à quelques détails près, l'état des lieux du monde numérique que nous connaissons aujourd'hui.

réinventer la bande dessinée,scott mccloud,delcourt,essai,comics,documentaire,conférence,histoire de la bd,810,102015

Bien plus qu'un simple exposé nombriliste sur le 9ème art, Réinventer la BD est une brillante conférence faite par un expert passionné qui donne une vision globale de la bande dessinée en l'intégrant totalement dans la société artistique, économique, technologique ...

On peut regretter toutefois que les BD européennes et Japonaises ne soient que trop rarement évoquées, et que l'auteur ne se soit pas fendu d'une nouvelle préface, ou postface, apportant une petite valeur ajoutée à cette réédition.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

******

 Bonus

 

Visitez le site de Scott McCloud - http://scottmccloud.com/ - et notamment la partie web comics dans laquelle vous découvrirez le potentiel illimité de la web BD.

25/05/2015

Les esclaves oubliés de Tromelin.

Couv_243088.jpgles esclaves oubliés de Trombelin.jpgAuteurs : Savoia

Editeur : Dupuis (Aire Libre).

Sortie : 24 avril 2015.

Genre : récit historique (120 pages).

 

 

 

Le résumé.

L'île des Sables, un îlot perdu au milieu de l'océan Indien dont la terre la plus proche est à 500 kilomètres de là... À la fin du XVIIIe siècle, un navire y fait naufrage avec à son bord une "cargaison" d'esclaves malgaches. Les survivants construisent alors une embarcation de fortune. Seul l'équipage blanc peut y trouver place, abandonnant derrière lui une soixantaine d'esclaves.

Max Guérout, ancien officier de marine, créateur du Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN), a monté plusieurs expéditions sous le patronage de l'UNESCO pour retrouver les traces du séjour des naufragés. Ses découvertes démontrent une fois de plus la capacité humaine à s'adapter et à survivre, en dépit de tout.

 

L'archéologue a invité le dessinateur à les rejoindre lors d'une expédition d'un mois sur Tromelin. De là est né ce livre : une bande dessinée qui entremêle le récit "à hauteur humaine" (on "voit" l'histoire du point de vue d'une jeune esclave, l'une des survivantes sauvées par le chevalier de Tromelin) avec le journal de bord d'une mission archéologique sur un îlot perdu de l'océan Indien.

« La vie est misérable ici, mais c’est quand même la vie ».

Tromelin_800.jpg

Mon avis.

Ce récit a de quoi interpeller et susciter pas mal d’intérêt pour en savoir plus. L’auteur nous propose de le suivre via une bande dessinée scindée en 2 époques : la survie « des esclaves malgaches » via le destin d’une jeune femme et les fouilles archéologiques contemporaines pour retrouver des traces de ce passage sur cette petite ile désolée.

Bien vite, je me rends compte que cette BD est copieuse et on est vraiment proche d’un documentaire surtout pour les fouilles. Le ton est aussi très narratif et j’en suis même venu à me demander où étaient les bulles par moment. Cette narration exigeante s’attaque aussi aux états d’âme des protagonistes passés ou présents mais sans jamais vraiment y réussir. C’est sans passion que j’ai tourné les pages. Il m’a manqué cette petite dose d’émotion qui aurait rendu cette BD aussi indispensable qu’un Lepage par exemple (Lune Blanche).

Le dessin fait penser à un carnet de voyage pour les recherches archéologiques et aux passagers du vent de François Bourgeon pour la partie « Koh Lanta ». On y ressent sans difficulté le caractère hostile de cette ile et son immense isolement. Un bon point donc.

Néanmoins, c’est avec un sentiment mitigé que je suis arrivé au carnet complémentaire qui explique cet interminable « sauvetage ». Je me suis dit qu’on aurait encore pu faire mieux vu le sujet assez incroyable qu’on avait là, quitte à extrapoler sur certaines situations.

A noter qu’une exposition partira de Nantes en octobre 2015 sur ce sujet.

 

 

a05-3e788c9.gifScénario 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gifGlobal 

Samba.

Inscrivez-vous à la newsletter.