02/02/2017

Undertaker - tome 3 - l'ogre de Sutter Camp

undertaker, l'ogre de sutter camp, meyer, dorison, dargaud, western, croque-mort, undertaker, l'ogre de sutter camp, meyer, dorison, dargaud, western, croque-mort, Scénario : Xavier Dorison
Dessin : Ralph Meyer
Éditeur : Dargaud
48 pages
Date de sortie : janvier 2017
Genre : western

 

 

 

Résumé

Des outils qui ressemblent à du matériel de chirurgie, des flacons d'élixirs mystérieux et inquiétants, un bout de bras attaché à une table, un curieux volatile et un cri terrifiant qui transperce la nuit s'échappant d'une carriole aux allures de corbillard. Cette carriole porte l'inscription "Jeronimus Quint – elixir – medecine – surgery". Jonas Crow n'a pas changé de métier, il est toujours croque-mort et est même à présent entouré de la ravissante Rose Prairie anciennement gouvernante, et de Mademoiselle Lin, cuisinière. Pas sûr que ces deux là aient fait le meilleur choix en suivant ce drôle d'oiseau au passé plus que trouble.

En tout cas, elles prennent à cœur leur rôle d'associées et se font du soucis pour leur petite entreprise. Alors que Rose s'évertue à adoucir le langage commercial de l'Undertaker, Lin s'occupe des négociations et des tarifs à appliquer. C'est qu'elle doit faire bouillir la marmite et n'a pas envie d'y plonger Jed, le vautour de compagnie de Jonas.

Cette petite troupe est prête à encaisser les dollars, quand lors d'une cérémonie, le mari de la défunte se met à brailler sur Jonas en l'appelant "Strikland" et lui révélant que "l'Ogre de Sutter camp" est toujours en activité .... Et voilà que les funérailles tournent court, que le passé de Jonas lui revient en pleine face, qu'une chasse à l'homme se met en branle, et qu'elle s'annonce des plus sanglante.

 

"n'épargne pas aujourd’hui celui qui voudra encore te buter demain"... Évangile du bon sens selon Jonas.

 

Mon avis

Xavier Dorison et Ralph Meyer avaient tapé très fort avec les deux premiers tomes de ce western. Critiques et lecteurs furent unanimes pour placer ce revival de western dans la veine des meilleurs du genre. La filiation avec les Blueberry, Bouncer et Durango est à peine cachée tant du point de vue graphique que scénaristique.

Le niveau du premier diptyque était donc tellement haut qu'on aurait presque pardonné aux auteurs de baisser d'un ton dans cette nouvelle aventure. Mais de pardon il n'est point besoin, puisque le niveau monte encore d'un cran ! Dès les deux premières pages, l'aventure est lancée, le lecteur est ferré et sait qu'il aura affaire à du lourd. Les dialogues percutent comme un six coups, les situations s'enchainent aussi vite qu'une diligence qui s'emballe, les intrigues rebondissent comme les balles sur la roche dure des canyons, tout ça dans des décors grandioses faits de forêts sombres et de vastes prairies, de granges miteuses et de riches villas.

 

undertaker,l'ogre de sutter camp,meyer,dorison,dargaud,western,croque-mort,01/2017,coup de coeur

 

Quant aux personnages, c'est peu de dire qu'ils sont hauts en couleur. On est très loin du héros lisse et bien comme il faut. Si Dorison nous a fait comprendre dès le début de sa série que la face cachée de son personnage principal était très sombre, il se garde bien de trop nous en révéler d'un coup. C'est tant mieux, il faut laisser une part de mystère sur ce personnage, pour nous le rendre à la fois sympathique et détestable. C'est là tout son charme. Donc, on saura dans la suite de ce diptyque (rrrrr ! C'est frustrant ! Un an d'attente !) toutes les vraies raisons qui poussent Jonas Crow à se battre avec cet Ogre.

Et quel Ogre ! Voilà peut-être un personnage qui pourrait rentrer dans le Panthéon des méchants de la BD ! Derrière une apparente intelligence et vivacité d'esprit, se cache un être doué d'une cruauté qui n'a d'égal que le charme dont il use pour appâter ses victimes. Ceux qui ont lu Walking Dead ne manqueront pas de comparer Jeronimus à Negan : tueurs impitoyables au charisme redoutable se cachant derrière un sourire hypnotique.

 

undertaker,l'ogre de sutter camp,meyer,dorison,dargaud,western,croque-mort,01/2017,coup de coeur

 

Amateurs de western, de grande aventure, de décors grandioses, de personnages charismatiques, et d'intrigues fuyant toute forme de manichéisme, foncez à grand galop ! Avec Undertaker, vous ne mourrez pas d'ennui !

 

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

undertaker,l'ogre de sutter camp,meyer,dorison,dargaud,western,croque-mort

 

undertaker,l'ogre de sutter camp,meyer,dorison,dargaud,western,croque-mort

 

undertaker,l'ogre de sutter camp,meyer,dorison,dargaud,western,croque-mort

 

A lire aussi les tomes 1 et 2

undertaker,l'ogre de sutter camp,meyer,dorison,dargaud,western,croque-mortundertaker,l'ogre de sutter camp,meyer,dorison,dargaud,western,croque-mort

01/02/2016

Le chant du cygne - Tome 2

le chant du sygne.jpgle chant du cygne.jpgScénario : Xavier Dorison et Emmanuel Herzet
Dessin : Cédric Babouche

Editeur : Le Lombard
Sortie : 15 janvier 2016
65 pages

Genre : historique (guerre 14-18)

 

 Le résumé.

Le lieutenant Katz et ses soldats ne sont pas des lâches. Combattants aguerris, ils ont souvent surgi de leur tranchée pour charger sous la mitraille. Mais aujourd'hui, ils en ont assez. Ils décident de déserter pour se rendre ensemble à Paris et déposer une pétition au parlement au nom de leurs frères de bataille. Commence alors le plus beau et le plus désespéré des périples...

Chant_Cygne_560.jpg


 « Ah les cons ! »

image-1-interview.jpg

Mon avis.

Quand je lis un bouquin ou une BD sur la guerre 14-18, je suis toujours étonné du peu de cas qu’on faisait d’une vie, surtout de celle d’un simple soldat. L’expression « chair à canon » était vraiment de circonstance.
Le Chant du cygne nous narre un pan de cette histoire un peu oubliée, celle des révoltes des tranchées. Le ton employé et des personnages parfois caricaturaux  pourraient faire croire à une comédie, mais il s’agit bien d ‘une tragédie. C’est aussi un bel hommage au courage de ces hommes écrasés par la logique imbécile de cette guerre. Une sorte de "Sentiers de la gloire" qui nous amène vers un épilogue rempli de rebondissements.
Pour illustrer cette épopée un peu folle, Cédric Babouche nous propose un graphisme  assez singulier, une sorte de crayonné nerveux, parfois brut. Mais l’ensemble  des  « aquarelles » passe plutôt bien à cause notamment  d'une colorisation audacieuse.
Bon, les habitués à un encrage rigoureux auront du mal à adhérer à ce style si particulier, je l’admets bien volontiers.
Mais, un peu de courage pardi ! Crions bien fort « Camerone ! » et lancez-vous dans ce diptyque qui fait la part belle à l’humain.

le chant du cygne t2.jpg


a06-3e788fc.gifDessin

a08-3e78906.gifScénario


a07-3e78901.gifGlobal

Samba.

27/10/2015

Comment faire fortune en juin 40

comme faire fortune en 44.jpgPlancheA_251091.jpgDessin : Laurent Astier.

Scénario :Xavier Dorison et Fabien Nury

Editeur : Casterman.

Sortie : 23 septembre 2015

Librement adapté de « sous l’aile noire des rapaces » de Pierre Siniac.

Le résumé.

Juin 1940. La France est en guerre depuis dix mois, et vient de s'en apercevoir. Après moins d'une semaine de "Blitzkrieg", les Nazis sont aux portes de Paris. Depuis 1939, la Banque de France, anticipant sans doute une brillante victoire de l'armée nationale, a prudemment évacué l'intégralité de ses réserves d'or loin de la capitale. A Paris, tous les coffres sont vides... Ou presque. Deux tonnes qu'un fourgon blindé doit transférer en urgence de Paris à Bordeaux. Sauf que Franck Popp et Ange Sambionetti ont un autre plan pour la tirelire. 

 

«  ahhh…j’adore les guerres ! Les guerres sont toujours pleines d’opportunités. ».

Mon avis.

Le point de départ de cet album est avant tout un hommage à des films comme cent mille dollars au soleil ou Week-end à Zuidcoote , deux films de Verneuil avec Belmondo. Bonjour donc l’aventure avec option comédie .On y voit aussi des références à des films comme le bon, la brute et le truand ,les 12 salopards ou encore de l’or pour les braves. Un panaché d’histoires mouvementées mais qui ne manquent pas d’humour. On est aussi clairement dans une histoire d’hommes avec des personnages qui ont de la gueule. Un Lino Ventura, un Gabin ou un Delon y aurait parfaitement leur place .

Laurent Astier (Cellule Poison) s’est imprégné de ces références cinématographiques pour donner à son graphique à la fois du dynamisme avec les scènes d’action mais  aussi un humour froid pour les expressions de ses personnages. Des protagonistes qui ont de la « gueule », des traits marqués  très reconnaissables. On remarquera aussi que Laurent Astier a beaucoup utilisé les plongées et contre-plongées pour donner du souffle et du rythme à cet album.

Un récit qui se lit à toute vitesse car les péripéties sont présentes à chaque page. La trame est certes classique mais que du bonheur pour les nostalgiques du bon vieux cinéma des années 70.

En plus appeler un des ses personnages Sambio, c’est une incitation à la fraternité rédactionnelle.

a07-3e78901.gifDessin 

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba.

PlancheA_253835.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

15/04/2015

Le troisième testament Julius IV

Troisième Testament (Le) - Julius4.jpgTroisième Testament (Le) - Julius4t.jpgAuteurs :Montaigne,Alice et Dorison

Éditeur :Glénat.

Sortie : 1 avril 2015.

Genre : Quête  ésotérique de  64 pages.

Le résumé.

Remis de ses blessures, Julius reprend la quête du Troisième Testament au fin fond de l'Orient. Gravissant une montagne sacrée, il en redescend avec un rouleau bardé de sept sceaux sur lequel serait inscrite la parole divine. Seul son ami, le « Sar Ha Sarim », est digne de l’ouvrir. Mais l'ancien esclave, revenu en Judée, a décidé de prendre les armes et de mener son peuple contre l’armée romaine. Alors que dans le ciel se dessine une comète en forme de sabre, il enchaîne les victoires et se convainc à nouveau de sa mission divine. Livia, la fille de Julius qui est devenue l'amante de Sayn, le met en garde : trop de sang a déjà été versé. S’il continue dans cette voie, il précipitera la ruine de son peuple !

« Il n’y a que des hommes et leurs illusions, et les souffrances qu’elles causent ! ».

Mon avis.

 

Ce cycle Julius n’a peut être pas la même saveur que la série mère mais le tout reste très agréable à lire. Et surtout à contempler car les décors de la Palestine Romaine  de Montaigne sont simplement majestueux.  Il nous invite à un voyage mystérieux et enchanteur en terre sainte. Son cadrage très cinématographique  vous fera certainement penser au grand péplum comme les 10 commandements. 

Le scénario arrive à imbriquer habillement la réalité historique et la fiction de ce fameux 3e testament. Avec au final toujours la même bêtise des hommes  qui signent ses crimes au nom d’un dieu hypothétique. Un sujet, hélas, d’actualité.

Si vous aimez les grandes épopées avec un brin d’ésotérisme, cette BD vous ouvre ses pages.

On n’attend plus que le tome 5 pour entériner le sort de nos héros.

a07-3e78901.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba.

Couv_209950.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

13/04/2015

Le syndrome d’Abel, Tome 2. Kôma & Tome 3. Au-delà...

syndrome d'abel,dorison,marazano,tome 2 koma,tome 3 au dela...,génat,thrillers esotériquesyndrome d'abel,dorison,marazano,tome 2 koma,tome 3 au dela...,génat,thrillers esotériquesyndrome d'abel,dorison,marazano,tome 2 koma,tome 3 au dela...,génat,thrillers esotériqueScénario : Dorison, Xavier
Dessin & couleurs : Marazano, Richard
Dépôt légal : 02/2015
Editeur : Glénat 
Planches : 64

Abel Weiss se réveille d’un coma de ...7 ans. Après un long combat contre la mort, le voilà un étranger dans ce monde de vivant : plus d’identité, plus de maison. Décidé à percer ce mystère autour de sa personne, Abel mène une enquête dénuée de tout repos. Recherché par la police et par d’étranges « médecins », Abel Weiss cherche des réponses, quitte à refaire un voyage dans l’au-delà ....

 

syndrome d'abel,dorison,marazano,tome 2 koma,tome 3 au dela...,génat,thrillers esotérique

 

Le syndrome d’Abel fait partie des séries que je qualifierais de « vite la suite mais en vain ». A l’instar de Sasmira (14 ans) ou de Tao Bang (5 ans), le lecteur a dû patienter pas moins de 7 années entre le premier et les deux derniers tomes du Syndrome d’Abel, parus simultanément en Février 2015. Ils clôturent ainsi la série. Dans ce genre de série à attente, le tome 1 se doit d’être diablement attrayant sous peine de voir le lecteur se détourner de la conclusion. De même, le lecteur réclame une fin ou une suite à un niveau au moins équivalent voire meilleur que les prémices scénaristiques. Tao Bang Tome 2 avait été une terrible désillusion. Et si Sasmira T2 est « une histoire correcte qui manque un peu d’intensité mais qui a le grand mérite d’exister » (Samba 2011), le Syndrome d’Abel tome 2 et Tome 3 laissent perplexe. Le tome 1 accroche volontiers son lecteur. Il faut dire que Xavier Dorison est à la manœuvre. Même si le thème « du réveil du héros, mort pour tout le monde » est un classique, le scénario nous entraine vers des sujets plus ésotériques.

 

« S’il fallait tuer un homme, un seul, pour supprimer le cancer... est-ce que vous n’appuieriez pas sur la gâchette ? »

 

La mort et son cortège de questions sont au centre de ce thriller. Et c’est le premier atout de cette série. La résurrection par la science moderne est un grand fantasme de l’humanité. De savoir ce qui se trouve derrière le grand mystère, nous titille tous. Xavier Dorisson l’intègre avec intelligence dans son scénario. Le problème avec ce genre de question, est ....l’absence de réponse. La pirouette finale en est la preuve. Nous pourrions tout aussi bien digresser sur de nombreux tomes sans arriver à une véritable réponse satisfaisante. Le sujet est donc bigrement périlleux.

Pour le reste, rien de bien surprenant : des « médecins » véreux, des cinglés notoires, des flics dépassés retournant leur veste, des courses poursuites, des fausses pistes... rien ne manque à cette trame classique de polar. Tous les poncifs sont présents.

 

syndrome d'abel,dorison,marazano,tome 2 koma,tome 3 au dela...,génat,thrillers esotérique

 

Côté dessin, cela a été un vrai étonnement. Et c’est le deuxième atout du Syndrome d’Abel. Outre la vraie évolution du trait de Marazano entre le tome 1 et les deux autres, la surprise provient de l’artiste lui-même. En effet, Richard Marazano, plus connu à l’écriture qu’au pinceau, s’est totalement emparé de la touche photographique de son camarade de bande dessinée, Jen-Michel Ponzio (Genetiks, le protocole Pelican...). Cette ressemblance dans la technique est telle que j’ai vraiment cru à une erreur de crédit ! Cette façon de faire est caractéristique d’une base photographique avec une retouche visuelle derrière. Ceci donne un rendu ultra réaliste avec des couleurs sombres, métalliques. Cela peut rebuter mais c’est du grand art !

Sept ans d’attente, comme le temps du coma d’Abel, ne paraissent pas justifiés. Les auteurs nous donnent matière à réflexion et évidemment, le sujet ne sera jamais clos. C’est d’ailleurs le sel du débat de ces trois tomes. Il reste au final un sentiment de fouillis sous ces attributs de polar divinatoire. L’intrigue n’est pas toujours très claire. Une relecture de la série dans son ensemble est conseillée afin d’assembler les pièces de ce puzzle. Une fois rassemblé cela se tient et procure, somme toute, un bon moment.

Scénario  a06-3e788fc.gif
Dessin  a06-3e788fc.gif
Total  a06-3e788fc.gif

Tigrevolant

26/01/2015

Undertaker T1 :Le mangeur d’or.

undertaker 1.jpgundertaker d.jpgDessinateur : Ralph Meyer 

Scénariste : Xavier Dorison

Editeur : Dargaud

Sortie : janvier 2015.

Genre : western de 54 pages.

 

Jonas Crow ainsi dit-il s'appeler est un « undertaker », un croque-mort. A bord de son corbillard, il va là où on le demande. Il se rend à Anoki City, appelé par Cusco, le riche propriétaire de la mine d'or, qui lui demande de se charger de ses funérailles... prévues le lendemain ! Jonas Crow devra convoyer le corps de Cusco, qui, avant de se donner la mort, a avalé ses précieuses pépites d'or ! Un voyage qui s'annonce mouvementé...

ud.JPG

Dieu a dit «  tu éviteras de faire chier un type qui braque un calibre 44 sur toi ».

 

Le premier à rentrer sur le ring, le challenger, le prophète du 3e testament, le mélangeur de neurones, le long John Xaaaaaavier  Dorisooooooooooon Silver.

Son adversaire, le champion des crayons, l’as des belles courbes, le spécialiste de la berceuse assassine, Raaaaaalph Meyeeeeeeeeerrrrr.

Ce match est un match du cercueil, tous les coups seront permis, le premier à refermer le cercueil sur son adversaire gagne le titre Dargaud des poids lourds.

Ding !

C’est parti, Meyer commence avec sa célèbre clé de bras blueberry , il ne peut nier sa filiation avec l’ancien catcheur Giraud. Mais Dorison réplique avec sa prise dite de la soif de l’or . Meyer doit se réfugier dans son corbillard et fuir  la vindicte populaire .Mais Dorison le rattrape  et exécute son tombstone paledriver . Le coup est rude mais Meyer aidé par son vautour qui rodait autour du ring décoche son running DDT .Les deux hommes sont au sol !

Se relèveront-ils ? 

Nous le serons après la pub .

De retour où sur le ring c’est l'anarchie la plus totale, les coups pleuvent sur Anoki City .Un véritable champ de bataille .Un match très old school avec pas mal de coups tordus et de rebondissements.

Ooohhhhhhhhhhh , un chokeslam d’enfer sur …..

 

Hé hé , la suite au prochain numéro 

 

a08-3e78906.gifDessin

a07-3e78901.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

 

Samba.

undertaker.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (6) | Tags : undertaker, dorison, western, meyer, dargaud, 012015, 710 |  Facebook | |

26/11/2014

BLACK LORD - tome 2 - Toxic warrior

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollutionblack lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollutionScénario : Guillaume Dorison et Xavier Dorison

Dessin : Jean-Michel Ponzio

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : octobre 2014

 

genre : aventure, chronique sociale.

 

 

La piraterie, une œuvre sociale ?

 

résumé (éditeur)

Maxime Stern prépare un plan d'abordage pour monter sur le bateau d’Hassan. C’est ici qu’est détenu Djad, le pêcheur somalien envers qui Max a une dette. Pour libérer son ami, le français a besoin du soutien de Churchill, ancien lieutenant d'Hassan. Pour le convaincre, il lui propose un marché : s’il l’aide, Max le débarrasse définitivement du pirate somalien qui, derrière ses atours de défenseur du peuple de Baravawee, cache des motivations beaucoup moins nobles...

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollution



 

Deuxième tome de cette fiction réaliste âpre et violente. Les frères Dorison nous plongent dans les eaux troubles de la piraterie moderne où rien n'est simple. Ce second volume fait la part belle à l'action et aux révélations. Les masques tombent et la vraie nature des personnages se révèle. Ainsi, si Max est capable d'échafauder un plan d'attaque un peu tordu pour récupérer ses passagers, c'est qu'il n'a pas toujours été qu'un simple marin. Il accomplira son devoir de capitaine en récupérant coute que coute ses passagers, puis mettra ses talents au service de la cause des pêcheurs Somaliens. Quant à Churchill et Hassan, leur rupture est irréversible, tant leurs motivations sont divergentes.



Ajoutant une histoire de trafic de déchets toxiques à l'intrigue principale, les auteurs donnent une nouvelle dimension et un nouveau point de vue de ce système économique qu'est la piraterie sur les côtes Somaliennes. Si certains pêcheurs se sont transformés contraints et forcés en pirates pour pouvoir survivre, (voir le tome 1), une poignée de mercenaires met à profit cette situation pour s'enrichir encore davantage en traficotant avec des Européens peu scrupuleux et prêts à tout pour se débarrasser d'un tas de merdes toxiques dans les eaux africaines.

Des deux côtés, l'appât du gain rend définitivement con, et l'on peut comprendre alors certains agissement des pirates, qui y voient là une œuvre sociale. C'est le cas de Max, qui a radicalement changé depuis le début du tome 1, et se pose à présent en véritable héros. C'est le Black Lord.

 

black lord,toxic warrior,dorison,ponzio,glénat,piraterie,trafic,écologie,afrique,somalie,pollution

Ce tome ne manque pas de rythme, d'action, et ne lésine pas sur l'hémoglobine. La violence est presque omniprésente.

Le dessin hyper réaliste de Ponzio apporte du crédit à ce récit du quel il est difficile de faire la part entre réalité et fiction. Néanmoins, le regard sur la piraterie moderne est ici porté par une intrigue intéressante et bien menée, quoique parfois un peu confuse.

Au delà de l'aventure et de l'action, la lecture de ce diptyque invite aussi à réfléchir sur la façon qu'ont les pays du nord à considérer les pays du sud.

 

Ma Note a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

04/09/2014

Le chant du cygne Tome 1

Chant du cygne (Le)1.jpgChant du cygne (Le)1d.jpgAuteurs : Babouche, Dorison et Herzet.

Editeur : Le Lombard (Signé)

Sortie :29 août 2014

Au front.

 

Le lieutenant Katz et ses soldats ne sont pas des lâches. Combattants aguerris, ils ont souvent surgi de leur tranchée pour charger sous la mitraille. Mais aujourd'hui, ils en ont assez. L'incompétence criminelle de leurs officiers menace une fois de plus de les emmener au désastre. Ils décident de déserter. Pas pour fuir, pas pour se cacher. Ils se rendront ensemble à Paris pour déposer une pétition au parlement au nom de leurs frères de bataille. Commence alors le plus beau et le plus désespéré des périples... 

 

Chair à canon.

Et bien, on est gâté avec la commémoration du centenaire de la grande guerre. Cette fois-ci, c’est le Lombard qui nous propose un diptyque sur ce sujet dans sa collection Signé qui fête  elle ses 20 ans.

On a déjà eu les folies Bergère, la faute au midi  ou putain de guerre, voilà le chant du cygne avec deux grands noms de la BD au scénario : Xavier Dorison et Emmanuel Herzet .

Le fond du récit est véridique (les fameuses mutineries de 1917 contre l’obstination imbécile  de l’état-major), par contre, l’épopée pour ramener la fameuse pétition à Paris est complètement fictive. 

On se croirait parfois dans les brigades du tigre tellement l’action est omniprésente .En plus, on a des « gueules » pour jouer les premiers rôles .L’air de rien, c’est du brut de décoffrage quand il s’agit de mener un coup d’éclat. 

Bref, le récit devient vite haletant et c’est avec un certain plaisir qu’on tourne les pages.

« Allez les gars, ne vous laissez pas traiter comme des chiens » aurait-on presque envie de dire pour les encourager !

Le dessin à l’aquarelle est l’œuvre d’un nouveau venu dans le monde de la BD, Cedric Babouche, spécialiste de l’animation.

Pour une première BD, le résultat est assez remarquable, j’ai simplement trouvé par moment, une difficulté à bien suivre l’action mais bon, rien de bien rédhibitoire.

 

Au final, un beau coup gueule contre le mépris de la vie humaine avec des personnages haut en couleur.

Vivement la suite !

 

Chant du cygne (Le)1dk.jpg

 

 

a06-3e788fc.gifDessin 

a09-3e78912.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

08/05/2014

Black Lord - tome 1 - Somalie : année 0

black lord,somalie année 0,dorison,ponzio,glénat,grafica,aventure,piraterie,afrique,somalie,erythrée,mer,pirates,otagesblack lord,somalie année 0,dorison,ponzio,glénat,grafica,aventure,piraterie,afrique,somalie,erythrée,mer,pirates,otagesScénario : Guillaume et Xavier Dorison

Dessin : Jean-Michel Ponzio

Éditeur : Glénat

Collection : Grafica

date de sortie : avril 2014

48 pages

genre : aventure

 

Mortelle croisière

 

Un riche occidental emmène sa fille en croisière privée en mer d’Érythrée, une des zones maritimes les plus dangereuses au monde. Lorsque le Queen Lucy est attaqué par une bande de pirates, le capitaine Maxime Stern est le seul à réussir à s'échapper et est recueilli par une famille de pêcheur sur une plage de Somalie. Il se trouve que le chef de cette famille refuse de se soumettre au système de la piraterie dans lequel tombent la plupart des pêcheurs. En revanche, sa fille qui est la petite amie du bras droit d'un chef pirate local, considère son avenir différemment et n'a pas l'intention de suivre les coutumes ancestrales. Voilà qui risque de compliquer les relations entre tous ces groupes.

 Le capitaine, pour récupérer son bateau et ses passagers pris en otage, découvrira les coulisses de la piraterie moderne, et en deviendra même un des acteurs principaux.

 

black lord,somalie année 0,dorison,ponzio,glénat,grafica,aventure,piraterie,afrique,somalie,erythrée,mer,pirates,otages

 

La piraterie dans les eaux Somalienne est une réalité et malheureusement un moyen de survie pour les populations locales. La plupart des pirates, considérés parfois comme des héros, sont d'anciens pêcheurs qui ne peuvent plus vivre de leur travail à cause des bateaux usines occidentaux venus piller leurs eaux. En effet, la Somalie en proie à la guerre civile depuis plus de 20 ans, n'est dirigée que par des gouvernements fantoches qui se succèdent et qui sont incapables de faire régner l'ordre et de protéger les côtes du pays. Les populations tentent alors de survivre comme elles peuvent, peu importe les moyens. Et quand ils savent que le moindre civil occidental vaut plusieurs centaines de milliers de dollars, il devient difficile de ne pas céder à la tentation.

 

black lord,somalie année 0,dorison,ponzio,glénat,grafica,aventure,piraterie,afrique,somalie,erythrée,mer,pirates,otages

 

Black Lord est une fiction ancrée sur des faits réels qui nous fait découvrir l'envers du décor de la piraterie moderne dans la corne de l'Afrique. Il ne s'agit toutefois pas d'un documentaire mais bien d'une aventure âpre et violente où l'action prime sur le message sous-jacent qui tente – non pas de justifier la piraterie – mais au moins d'expliquer les raisons de son existence et d'en montrer les dommages collatéraux.

Guillaume Dorison est aux manettes de cette fiction en association avec son frère Xavier pour nous livrer un scénario tendu et rythmé de bout en bout. Les intrigues et les rebondissements se succèdent tenant le lecteur en haleine.

Le dessin hyper réaliste quasi photographique de Ponzio est, bien qu'un peu figé, très expressif et donne une touche supplémentaire de véracité au sujet.

Un premier volume d'une série prometteuse qui donne le ton et ne fait pas dans la dentelle !

 

Ma note : 8/10

Loubrun

 

black lord,somalie année 0,dorison,ponzio,glénat,grafica,aventure,piraterie,afrique,somalie,erythrée,mer,pirates,otages

Inscrivez-vous à la newsletter

13/07/2013

Long John Silver T4 :Guyanacapac.

Long John Silver4.jpgLong John Silver4j.jpgAuteurs : Xavier Dorison et Mathieu Lauffray.

Editeur : Dargaud.

Sortie : 04/2013.

 

La cité perdue.

Les membres rescapés du Neptune découvrent enfin la mystérieuse cité de Guyanacapac. C'est ici qu'un trésor serait enfoui ; c'est ici aussi qu'un piège infernal va se refermer sur eux. Chacun va découvrir l'horrible secret de cette cité et la véritable personnalité de l'Indien Moxtechica. Quant à Vivian, enceinte, elle ne peut plus reculer ; elle va devoir surmonter cette ultime épreuve.

 

La dernière bordée.

Amis de la flibuste, levons l’ancre et voyons voir comment se terminent les aventures du célèbre pirate Long John Silver, LJS pour les intimes. Avec cet ultime tome 4, on quitte le cloaque vert de la forêt amazonienne pour entrer dans une antique cité aux allures bien menaçantes. 

Je me demande ce que serait cette série avec un autre dessin que celui de Mathieu Lauffray. Avec ses fresques insensées, on a vraiment l’impression d’y être tellement les pages suintent la sueur, les cris et le sang des personnages. C’est assurément une incroyable ambiance qu’il a réussi à créer.

L’histoire, quant à elle, prend un tournant vers l’action pure et s’accélère vachement. Les bordées, les coups de sabre et les explosions sont légion dans ce tome. Parfois au détriment de  la crédibilité qui est restée en rade par moment. Par exemple, pourquoi  les illuminés n’ont-ils pas  enlevé les barils de poudre des conquistadors. Ils avaient pourtant le temps, plusieurs siècles, ils comptaient peut être sur  l’humidité ambiante pour les neutraliser ? 

Sinon voyons le positif, maintenant  on sait d’où vient la contamination qui sévit dans Walking dead avec ces indiens zombies !

Bref, un scénario hallucinogène mais toujours avec ce souffle épique qui rend la lecture très agréable. C’est de la grande aventure quoi !

Feu à volonté moussaillons.

 

a09-3e78912.gifDessin 

a05-3e788c9.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba.

page-11.jpg

 

On en parle à bord du Neptune.

Inscrivez-vous à la bordée.