29/09/2009

Terres Lointaines, Episode 2.

TerresLointaines2Planche_bd_12559_TERRES LOINTAINESAuteurs :Icar et Léo.
Editeur : Dargaud.


Le périple.

Sur la planète Altaïr-3, Paul Clauden est à la recherche de son père, un aventurier qui a disparu sans laisser de traces. Il compte sur l'aide du Stepanerk, une créature humanoïde à l'allure de crabe, qui se montre bienveillante à son égard. Pour se donner toutes les chances d'atteindre son but, Paul s'est joint à une expédition scientifique qui multiplie les découvertes, comme ce satellite abandonné ou ces ruines vides de toute présence humaine. Puis il apprend par un chasseur de primes que son père est accusé d'assassinat...

Mon ronron.
Avec « terres lointaines », on est dans du Léo pur jus. Donc vous  visitez (comme d’hab) une planète récemment colonisée par l’homme en explorant sa faune et sa flore locale. C’est certes dépaysant et agréable à suivre mais cette copie a décidément  moins de goût que les originaux des mondes d’Aldébaran. Car il faut l’avouer, on est bien en dessous de ce qu’on pouvait attendre. Commençons par le bestiaire qui ressemble vraiment trop aux animaux terrestres .Vous trouverez dans ce tome 2 facilement des éléphants, un rhinocéros, des buffles, des oies géants et des vautours. Ensuite, j’ai vraiment du mal à croire qu’une société qui métrise le voyage spécial doive utiliser des moyens préhistoriques pour faire la cueillette de perles. Et je ne parle pas de certaines situations qui m’ont paru très primaire, cette planète est  visiblement habitée que par humains proche des Cro-Magnon.  Et pour finir, on a bien roulé, volé et même nagé mais pour ce qui est de l’intrigue, là, on a fait un méga stand by.
Pour sortir de ce labyrinthe, Icar ne touche malheureusement pas encore le soleil. Il y aura encore quelques dédales à franchir avant que je sois dithyrambique à son sujet.
Vous me trouverez peut être trop dur avec cette BD, c’est possible. Pourquoi ne pas laisser alors un commentaire pour donner votre avis ici ou sur le forum ?

surprises.smileysmiley.com.6

TERRES LOINTAINES

22/02/2007

London Calling,la promesse d'Erasme.

LondonCallingColl3202

On retrouve Thibault et Alex, nos deux Français, à Londres à la recherche d’une piaule pour dormir. Pour leur malheur, les amis d’Eramus de Thibault  ne sont plus trop disposés à les recevoir. Et les galères ne font que commencer .Leurs rêves vont vite se heurter à la triste réalité des années Thatcher.

Avec London Calling, la nostalgie de nos années d’insouciance nous revient vite en tête. Vous vous souvenez de votre  premier concert sans papa et maman ? Moi, c’était au VK à Molenbeek .Un concert mémorable de Curve. Woaw la chanteuse, trop belle. Et puis avant le concert, on nous avait proposé du « Toch ». Euh non  qu’on avait répondu à la va vite, pas trop notre truc l’artificiel. Et franchement pas besoin de stupéfiant pour planer, avant que Curve ne vienne sur scène, on a eu droit à un morceau d’Orbital de 45 min. Méga.

Bon je m’égare, revenons en à London Calling .Donc, un scénario de Runberg (Orbital) plutôt intimiste mais plutôt sympa à lire. C’est un peu le clash entre les espoirs d’un monde peace and love et la réalité âpre et souvent injuste.

Le dessin est assez dépouillé, voir simple mais agréable. Un dessin que je qualifierais d’un peu Phicil. (Oula en forme le Samba).

En résumé, une BD qui vous changera les idées en vous replongeant dans vos souvenirs de jeunesse.

surprises.smileysmiley.com.7

 

Pour le lien sur la pochette, le blog du dessinateur, Phicil.

Pour le lien vidéo,un petit London Calling des clash  ou un petit Curve.

 

PS :J’ai rajouté un nouveau lien dans les trucs à voir(en bas à droite) , un film sur la Bugatti Veyron, ça déménage. Incroyable 407 km/h en vitesse de pointe !!!!!!!!!

 

londoncallingpl

 

10/02/2007

James Dieu, Episode 2.

JamesDieu2_111020064715-1

Et bien, j’ai cru que je ne le trouverais jamais cet épisode 2 de James Dieu. Il aurait été dommage de rater les aventures d’Elvis alias James Dieu.

Dans ce tome 2, l’histoire est toujours aussi extravagante quoique moins percutante. Le franc parlé de Dieu, voir sa grossièreté, est assez amusant à lire. Sa version sur la venue de Jésus est à son image, grande gueule, de mauvaise foi, nombriliste, misogyne, et aussi carrément obsédé. L’auteur , Fred Pontarolo, s’attaque aussi à la société américaine et ses dérives .Le tout me fait penser à un Vaudeville où l’appartement de Juanito serait le lieu principal d’un chassé croisé d’une kyrielle de personnages dans des situations plus que folles . La scène avec Michael Moore et les 3 gangsters mériterait même d’être filmée par un Tarantino.

J’ai trouvé le dessin assez sympa au final. Il est assez proche d’un « Dexter London » par exemple. Mais le plus, ce sont les couleurs, ce jaune orangé qui donne à l’ensemble ce sentiment glauque, de détresse.

Si vous voulez lire quelque chose de différent, James Dieu vous ouvre son paradis.

« Faux ! Archi faux ! »  (Les frères Bogdanov).

surprises.smileysmiley.com.7

 

 

Le lien sur la pochette, la bio de Frederic Pontarolo.

Pour le lien vidéo, un petit Elvis of course.

 

PS : Sur la pochette arrière, on peut voir « in God we thrust » .Moi je dirais « in Justine we thrust ».

4715-2