26/05/2017

Croquemitaines T.1/2

Sans titre 1.jpgSans titre 4.jpgScénario : Salvia
Dessin : Djet
Éditeur : Glénat
128
pages
Date de sortie : 12/04/2017
Genre : aventure, thriller, policier, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Les monstres, ça n’existe pas que dans la tête des enfants...

Passionné de lecture, Elliott a toujours eu une préférence pour les histoires de Croquemitaines, ces créatures monstrueuses qui, la nuit, se cachent dans l’ombre ou sous le lit pour effrayer les petits enfants. Il n’imagine pas à quel point elles vont changer sa vie... Témoin du meurtre sanglant de ses parents, il va découvrir qu’en réalité, les Croquemitaines existent bel et bien et que des codes très précis régissent leur existence. Lorsque l’un des plus puissants d’entre eux, le « Père-la-mort », se met en tête de le protéger, Elliott se retrouve plongé dans un terrible conflit au cœur d’un univers aussi terrifiant que fascinant dont il devient l’enjeu principal. Par une sombre nuit orageuse, le destin d’Elliott va s’accomplir...

Mathieu Salvia et Djet réinventent toute une mythologie de l’enfance dans un récit d’horreur tendre et un parcours initiatique sur le deuil et l’acceptation de la peur. Une aventure touchante et fantastique servie par un graphisme très moderne aux influences plurielles (jeu vidéo, animation, comics, manga).

En bonus : les dessous de la création de l’œuvre, des informations additionnelles sur le background et la mythologie des Croquemitaines, des recherches graphiques et une galerie d’hommages exclusifs par des grands auteurs du 9e art !

Sans titre 3.jpg

 

Mon avis

D'entrée de jeu, nous sommes plongés dans l'atmosphère lugubre qui nous suivra tout le long du tome 1 de Croquemitaines. Il pleut à verse, des éclaires zèbrent le ciel et dans cette nuit noire et terrifiante, le petit Elliott découvre avec horreur les corps sans vie de ses parents. Il y a du sang partout et une chose est sûre : ce n'est pas un homme qui a tué ce couple. C'est un croquemitaine !

 

Non pas LE croquemitaine mais UN. Car Salvia et Djet ont su réinventer la mythologie des croquemitaines. Avec brio, je dois dire !

Ce qu'on sait d'habitude de ces créatures, c'est qu'ils rodent la nuit, souvent dans la chambre des enfants – que ce soit sous le lit ou dans le placard – attendant le moment propice pour s'emparer de l'innocente tête blonde qui aura désobéi à ses parents. Mais rares sont les œuvres (tant cinématographiques que romancées) qui lui sont entièrement consacrées. Tout au plus fait-il une apparition, ou alors il porte un autre nom tout aussi terrifiant.

 

Donc c'est avec une curiosité malsaine que j'ai parcouru cet ouvrage aussi sombre que le présage la couverture. Avec l'innocence de ce petit garçon qui se retrouve en plein milieu d'une guerre opposant Anciens et Nouveaux croquemitaines !

 

Sans titre 6.jpg

Non contents de réinventer brillamment la légende du croquemitaine, Salvia et Djet ne s'arrêtent pas là. Alors qu'on pourrait imaginer une aventure en huis clos dans la maison du nouvellement orphelin, les deux auteurs nous entraînent dans un « road comic » (inspiré du style cinématographique « road movie » où le fil conducteur du scénario consiste en un périple sans fin sur les routes).

 

En effet, afin de sauver Elliott, Le « père-la-mort » un croquemitaine très ancien (et donc très puissant) accompagné de son « cauchemar » incarné par un chien diabolique, parcourt les routes pour échapper à une horde de croquemitaines plus diaboliques les uns que les autres, mais également pour amener le gamin en lieu sûr.

Mais pourquoi ?! Contrairement aux autres croquemitaines, le père-la-mort n'hésite pas à sauver cet enfant qu'il pourrait tout aussi bien terroriser pour se nourrir de sa peur, mais en plus : il va jusqu'à le sauver, le rassurer et tenter de l'éloigner autant que possible de leurs poursuivants. Tel un ermite, ce vieil homme charismatique entraîne ce petit bonhomme dans toute la ville, sans la moindre explication quant à son comportement inhabituel.

 

Une intrigue palpitante, rythmée par les sautes d'humeur d'Elliott qui est totalement perdu. Ce pauvre petit bonhomme qui a assisté à l'un de ses pires cauchemars – le massacre de ses parents – et qui se retrouve obligé de suivre la terreur de tous les enfants avec un chien qui pourrait le croquer en moins de deux.

 

Le tout mis en relief dans un rapport d'enquête surnaturelle et achevé par une partie bonus enrichissante sur la création de cet ouvrage. Comment Mathieu Salvia a eu cette idée de revisiter le mythe du croquemitaine, comment Djet a réalisé ses dessins tout en imaginant être à la place d'un enfant face au croquemitaine.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

9_10.png

 

9_10.png

 

9_10.png

Pour les amoureux des créatures fantastiques et d'aventures à rebondissements, je recommande « croquemitaines » qui associe mythologie et intrigue policière ; créatures d'un autre âge et époque contemporaine. Un vrai petit bijou du genre macabre.

ShayHlyn.

Sans titre 5.jpg

18/05/2017

L'homme invisible T1

9782344011850-L.jpgPlancheA_301798.jpgScénario : Dobbs

Dessin    : Regnault Christophe

Adapté de H. G. Wells

Éditeur : Glénat

Sortie : le 29 mars 2017

Genre : Fantastique

 

 

Avis de l'éditeur :

Un étranger décide de poser ses valises dans un hôtel situé dans le tranquille et petit village d'Ipen. Les habitants sont très vite perturbés par la venue de ce mystérieux scientifique qui cache sans arrêt son visage et préfère la solitude. Et lorsqu'ils découvrent que sous ses innombrables bandages se cache en réalité un homme invisible, ils prennent peur et décident de le chasser. Mais il reviendra pour se venger... Le paisible village ne va pas tarder A se retrouver hanté par un esprit rempli de haine.

 

Mon avis :

Encore un bel ouvrage consacré aux œuvres de H.G.Wells, cette fois ci dédié au célèbre "Homme invisible". Ce premier volet (d'une série en deux tomes), s'ouvre sur l'arrivée d'un homme mystérieux, dans une petite ville perdue au fin fond de l'Angleterre victorienne. Son style vestimentaire et surtout ses lunettes lui donnent un air "steampunk" qui n'est pas mal venu pour une histoire se déroulant à cette époque.

 En effet, le "steampunk" est associé à l'ère des machines à vapeur (=steam), un côté post-apocalyptique qui décrit assez bien l'état d'esprit de notre homme invisible!

Pourquoi? Parce qu’il est invisible justement et impossible pour lui de changer cet état de fait! Cela le rend dingue, violent, méchant et même sournois. C'est donc un homme bougon qui se présente dans une petite auberge, dans l'espoir d'y poursuivre ses recherches sur "comment  redevenir visible" Une étape dans les mésaventures de cet anti- héros, qui vous l'aurez compris, survient bien après le début original de l'histoire.

 H.G.Wells dépeignait, en effet, la transformation du visible vers la transparence.

Comment ce professeur un peu fou avait d'abord rendu son chat invisible pour ensuite tenter l'expérience sur lui-même.

Un petit bémol dans ce volume que j'aurais préféré voir débuter avec le commencement des expériences. Pour le contenu, toutefois : c'est plutôt cohérent.On perçoit cette folie grandissante, le côté malsain du personnage qui joue de son statut pour commettre divers larcins, passant du voyeurisme au vol...souvent avec violence (ce qui prouve encore davantage la folie qui le gagne à rester dans cet état)

Quand au dessin : rien à redire. Il colle avec l'époque ainsi qu'avec le style. Les traits des personnages sont excessivement détaillés - un peu trop même parfois - au point de se demander si Regnault Christophe n'a pas oublié une ride quelque part en chemin.

 

71cQMe3mMYL.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

l'homme invisible,regnault,dobbs,glénat,810,fantastique,032017

Coq de Combat

 

 

03/05/2017

Strange Fruit

cov.jpg1.jpgScénario : Mark Waid et J.G. Jones

Dessin : J.G. Jones

Editeur : Delcourt

128 pages – cartonné

Parution : 05 avril 2017

Aventures - fantastique

 

Présentation :

Dans la petite ville de Chatterlee, située dans le Mississipi, la Grande Crue de 1927 fut bien plus que la pire inondation survenue au cours de l’histoire de Etats-Unis. Ce fut en réalité l’époque d’un grand changement. Tandis que la rivière montait et que les digues cédaient, ravageant les terres, les villes et les plantations aux alentours, des tensions raciales et sociales éclataient. Si bien que lorsqu’un être littéralement descendu du ciel remit en question tout ce qui pouvait diviser les gens de cette région, cela changea les choses … pour toujours. Car cet être venu d’ailleurs était … noir !

4.jpg

Mon avis :

Récit engagé en faveur de la cause noire, fondamentalement anti-raciste, Strange Fruit doit son titre à une vieille chanson de Billie Holiday. C’est l’histoire d’une sorte de Superman noir qui fait irruption dans le Sud profond pour intervenir lors d’événements dramatiques. L’idée est en soi très intéressante et le traitement graphique frôle la perfection esthétique. Ce qui fait d’ailleurs tout l’intérêt de l’album. En effet, les couleurs aquarelles directes et le dessin réaliste donnent à chaque case une intensité remarquable. S’il n’y a rien à redire sur la documentation et la reconstitution du contexte historique, l’histoire laisse de nombreuses questions ou hypothèses de lecture sans réponses. Ce qui génère une sensation de trop peu. On a envie d’en savoir plus sur le personnage principal, on voudrait connaître son passé et les circonstances qui l’ont amené à ce moment et à cet endroit. On reste sur sa faim et sur cette fin … ouverte.

5.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le train des orphelins,racines,charlot,fourquemin,bamboo,grand angle,western,histoire,chronique sociale,012017,710

 

La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

La guerre des mondes, H.G. Wells, Cifuentes, Dobbs, Aranca Studio, Glénat, adaptation, aventure, science-fiction

 

Skippy

 

27/04/2017

Phonogram

cov.jpg1.jpgTome 01 - Ex Britannia

Paroles : Kieron Gillen

Musique : Jamie McKelvie

Editeur : Glénat Comics

192 pages – cartonné

Comics musical et branché

 

Présentation :

Dans leur monde, la musique est magique. Littéralement.

Cela fait dix ans que la déesse de la pop Britannia est morte. Dix ans que les méandres de cette affaire hantent les pensées du phonomancien David Kohl. Aujourd'hui, son esprit n'en peut plus. Il est proche de la rupture. Est-il seulement capable de découvrir la vérité tant qu'il lui reste un semblant de raison ? Suivez la quête trouble de ce sorcier du son dans une fable de dark fantasy moderne où la musique est magique, et où une chanson peut sauver votre vie... ou la détruire.

4.jpg

Mon avis :

Issu de l'imagination de Kieron Gillen et Jamie McKelvie, Phonogram se présente comme le cousin post-punk et underground de leur The Wicked + The Divine. Cela donne une œuvre, de prime abord, obscure, fantastique, philosophique et musicale. Si The Wicked + The Divine aborde la création artistique, Phonogram parle de la consommation de l’art. Tout un programme !

2.jpg

Ce premier album date de 2006 et il était à l’origine en noir et blanc. Cette version colorisée, très réussie, demande cependant une lecture attentive et exigeante. Si la Britpop des années 90 vous est totalement inconnue, cet album est pour vous. Si vous êtes un connaisseur des courants musicaux du dernier tiers du vingtième siècle, cet album est pour vous. Si vous êtes fans de groupes comme Blur, Oasis, Joy Division, Libertines ou encore Radiohead, ben ... je suppose que vous aviez déjà les floppers anglais. Pour ne pas en dire trop, mais suffisamment pour que vous vous précipitiez chez votre libraire, sachez que Phonogram tient autant de la critique musicale que de l’encyclopédie pop-rock pleine de références, autant d’une créativité désastreuse (les auteurs ont souffert) que d’un génie subtilement distillé qui donne envie de découvrir, d’écouter (merci YouTube) et d’appeler, à s’en déchirer les poumons, les deux opus suivants. 

3.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

 

Skippy

25/04/2017

La pluie de corps.

pluie de coprs.jpgpluie de corps t1.jpgDessin : Anaïs Bernabé.
Scénario : Florian Quittard.
Editeur : Sandawé.
Sortie : février 2017
96 pages
Genre : fantastique.

 

 

Le résumé.
Anne et Paul habitent une petite maison délabrée, au sommet d’une colline surplombant un village isolé. Lui est malade, elle s’occupe de lui. Un après-midi d’automne comme les autres, tous deux attendent sur le porche de leur maison que le temps passe, que quelque chose se passe. Et justement, ce jour-là, quelque chose d’extraordinaire se passe lorsqu’une pluie d’hommes nus troue le plafond nuageux et s’abat sur le village.

« Tu as repeint mon rocking-chair ? »

Mon avis.

Le début de ce récit peut se comparer à la campagne d’Emmanuel Macron, elle intrigue. Il pleut des corps humains (quoi de plus normal !), là clairement ça fait penser à The leftovers ou à du Stephan King. Comme pour Macron, ça présente bien, le trait de la dessinatrice du tome 3 de Sasmira est soigné et le traitement de la colorisation attrayant. Hormis quelques attitudes un peu pétrifiées, l’œil est attiré mais quid du programme ? Tout comme pour notre homme politique fabriqué de toute pièce par l’establishment, c’est du vide. On a l’impression d‘être dans un rêve avec de nombreuses bizarreries qui n’ont ni queue ni tête. Bon, comme il n’y pas beaucoup de texte, on tourne les pages en espérant une explication…qui ne viendra jamais. On se dit bien qu’il y a  bien une métaphore religieuse où quelque chose comme ça mais quoi ? On saute dans le vide, on meurt, on renaît sous forme de plante, on remonte…dans les sondages. Ensuite ça vire au huis clos avec des tendances sado-maso. Bref, du grand n’importe quoi.
Voilà une histoire intrigante au départ mais hyper frustrante à l’arrivée par un gros manque d’explications.
Allez, je parie que Bodoi va aimer !
Sinon, Sandawé va encore réaliser un gros tirage avec ce titre, non je blague !

Samba.

pluie.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a02-3e788b1.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a03-3e788b8.gif


Inscrivez-vous à la newsletter.

08/04/2017

Manifest destiny

cov.jpg1.jpgTome 02 -  Amphibiens et insectes

Scénario : Chris Dinguess

Dessin : Matttew Roberts

Editeur : Delcourt

Collection : Contrebande

144 pages - cartonné

Parution : 15 mars 2017

Western historico-fantastique, tendance horrifique avec scènes gore.

 

Présentation :

Le terme «Manifest Destiny» (La Destinée manifeste ou Le Destin manifeste en français) est une idéologie selon laquelle la nation américaine aurait pour mission divine de répandre la civilisation vers l’ouest. Le terme est apparu en 1845 dans des journaux US au moment de l’annexion du Texas.

En 1804, le Capitaine Meriwether Lewis et le Lieutenant William Clark mettent sur pied une expédition destinée à explorer les territoires inconnus et encore sauvages des Etats-Unis. Ils se heurtent très rapidement à une monstrueuse faune, et voient leurs propres hommes transformés en créatures végétales, après avoir été infectés par une terrible épidémie …

Lewis, Clarck et les quelques survivants qui les accompagnent poursuivent leur avancée vers l’Ouest, mais se heurtent à une mortelle réalité : il est quasiment impossible de s’enfuir lorsque l’on est coincé sur un bateau au beau milieu d’une rivière …

5.jpg

 

Mon avis :

Après un premier tome particulièrement accrocheur, le récit atteint maintenant sa vitesse de croisière (mouvementée). L’occasion pour les auteurs de creuser la psychologie des personnages, de distiller un peu plus d’angoisse et de mystère tout en gardant une vision historique détaillée de leur sujet. La tension monte et le lecteur tourne les pages de ce périple avec un plaisir évident.

4.jpg

Si le scénario imprime un tempo addictif à l’histoire, le dessin réaliste, au trait nerveux, fait la part belle à quelques scènes d’épouvante à l’état pur. Le gore reste bien utilisé, sans excès. Les cinéphiles reconnaîtront, par exemple, une allusion à un classique du genre dans une scène où un insecte géant s’extrait de son hôte en lui perforant l’abdomen.

6.jpg

Le tome 3, Chiroptères et carnivores, est annoncé pour la fin de l’année. Aux States, le chapitre 30 sortira cet été (12 chapitres parus dans les 2 volumes en français), les critiques y sont bonnes et le public au rendez-vous. Pourquoi bouder son plaisir ?

 

7.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

 

 

Skippy

 

04/04/2017

LA FAMILLE FANTASTIQUE T.2

Sans titre 1.jpgSans titre 2.jpg

LES ORPHELINS DE TARGAS

Scénario : Lylian.
Dessin : Paul Drouin.
Éditeur : Glénat.
64 pages.
Sortie : 8 février 2017.
Genre : Fantastique, jeunesse.

 

 

Présentation de l'éditeur :

Certaines familles partent en vacances à la mer, d'autres préfèrent la montagne. Eux vont dans un monde lointain. Là où les cristaux sont chargés d'une étrange magie, où les mendiants deviennent des rois, où les rêves et les cauchemars des enfants deviennent réalité.

Sans titre 3.jpg

Mon avis :

Une famille somme toute ordinaire chavire à nouveau dans un monde fantastique. Ses membres avaient pourtant tout fait pour se tirer des flûtes du cataclysme interne de ce monde, même s'ils se sont révélés dans ce diptyque (voir le tome 1). Alors, pourquoi retournent-ils une nouvelle fois dans cette "valetaille" ? À cause du ravissement de Sarah, l'adolescente de la maisonnée, toute la smala y compris le père de la jeune demoiselle (en fait, il s'agit d'une marmaille recomposée), individu très taciturne, vont devoir retourner en Fantastica (et non, l'auteur ne s'est pas pris la tête, sur ce coup-là (rires)). 

Sans titre 4.jpg

Côté qualité du scénario, on est entre Narnia et L'Histoire sans fin. Mais, les dialogues sont à la fois avantageux et désavantageux. Avantageux parce que, si on a pas lu le tome introductif, les conciliabules nous permettent lar-ge-ment de rattraper notre retard. Désavantageux parce que ces dernières ne sont vraiment pas accrocheuses. C'est vrai qu'on cible ici un jeune public mais faut pas abuser, quand même ! Néanmoins, la teneur de cette BD réside dans le dessin qui se veut remuant, affriolant et avec de belles enluminures. Une troisième aventure n'est pas encore annoncée, comptons sur le futur en espérant être bien gâtés.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

5_10.png

 

10_10.png

 

7_10.png

 

Mister Med.

28/03/2017

Ajin - tome 8

Ajin t8.jpgScénario : Gamon Sakuraï
Dessin : Gamon Sakuraï
194 pages
Date de sortie : 15 février 2017
Genre : fantastique

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Kei Nagai a choisi le siège de Forge sécurité comme arène pour affronter Sato et ses complices. Deux des onze personnalités visées par le groupuscule terroriste serviront d’appât, dans ce plan qui se met en action dès l’arrivée du commando ajin dans les locaux.
Menés par Tanaka, les immortels progressent rapidement dans les étages, loin de se douter qu’ils devront bientôt faire face à l’unité spéciale formée par Kei, Tosaki et leurs subordonnés. Les échanges de tirs entre mortels et immortels s’intensifient et les balles fusent de tous côtés dans cette tour désormais isolée de l’extérieur…

 

 

"Le hacker comprendra alors que tout ne se déroule pas comme prévu..."

 

Mon avis

Après une petite pause dédiée à la réflexion et à la stratégie dans le précédent volume, voilà nos deux clans d'immortels qui passent à nouveau à l'action. Le groupe de Kei s'installe dans le siège de Forge Sécurité pour y attirer Sato et ses sbires. Le piège fonctionne mais Sato a plus d'un tour dans son sac et ne s'en laisse pas compter si facilement. Le lecteur n'a plus qu'a mettre son cerveau sur off et compter les points. Ça défouraille dans tous les sens et l'intrigue n'avance pas tellement. L'auteur nous avait pourtant habitués à avoir quelques bribes d'informations dans chaque volume permettant de maintenir l'intérêt du lecteur en éveil.

Bon, on a quand même envie de connaitre la suite, mais il ne faudrait pas nous faire trop languir et il serait temps de faire avancer d'un bon pas cette intrigue qui commence à dangereusement trainer en longueur.

 

 Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.png

 

a08-3e78906.png

 

a06-3e788fc.png

 

 

ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017

 

 

 les autres tomes

ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017

 

 

 


ajin,gamon sakurai,fantastique,manga,seinen,610,032017 

23/03/2017

Wayward

wyward,un nouveau départ,zub,cummings,glénat comics,08 mars 2017,fantastique,aventureswyward,un nouveau départ,zub,cummings,glénat comics,08 mars 2017,fantastique,aventuresTome 1 – Un nouveau départ

Scénario : Jim Zub

Dessin : Steve Cummings

160 pages – cartonné

Parution : 08 mars 2017

Genre : Aventures - Fantastique

 

Présentation de l'éditeur :

Elle s’attendait à changer de vie. Elle ne va pas être déçue.

Rori Lane s’apprête à commencer une nouvelle vie. Fruit d’un amour passionnel et fugace entre un Irlandais et une Japonaise, elle se rend pour la première fois à Tokyo pour rejoindre sa mère. Fascinée par cette nouvelle culture et par l’ampleur de la mégalopole tokyoïte, elle s’amuse à vagabonder dans les rues, jusqu’au jour où elle fait une rencontre inattendue… Attaquée par de monstrueuses créatures sorties tout droit des légendes, elle ne doit son salut qu’à Ayane : une jeune fille, comme elle, mais dotée de super-pouvoirs. Très vite, après cette rencontre, Rori découvre qu’au fond d’elle sommeille aussi un grand pouvoir...

wyward,un nouveau départ,zub,cummings,glénat comics,08 mars 2017,fantastique,aventures

Mon avis :

Ce qui frappe avec Wayward, c’est la première impression qu’on ressent lorsqu’on a l’album en mains et qu’on le feuillette : la couverture est parfaitement réussie, le dessin impeccable, la colorisation lumineuse. On a tout de suite envie de lire et d’en apprécier tous les détails de cette nouvelle série. Ce premier tome, bien rôdé, constitue la mise en place de l’intrigue et la présentation des personnages principaux. Le travail des auteurs vise à l’efficacité narrative en dévoilant de manière progressive et spectaculaire les pistes de compréhension nécessaires à une histoire beaucoup plus complexe qu’elle ne paraît de prime abord.

wyward,un nouveau départ,zub,cummings,glénat comics,08 mars 2017,fantastique,aventures

Les thèmes abordés, les mythes et légendes du Japon, les problèmes des adolescents, leurs rapports aux parents, forment un curieux cocktail, un récit de formation original, qui s’avère rapidement addictif. Le dessin de Steve Cummings donne un côté flamboyant à l’ensemble : on sent chez ce dessinateur une expérience tant dans le comics à l’américaine que dans la production franco-belge. J’ai beaucoup apprécié l’approche du Japon contemporain des auteurs et le dossier en fin d’album qui reprend les couvertures US, des crayonnés et des explications sur l’univers de la série. De beaux débuts, à suivre…

wyward,un nouveau départ,zub,cummings,glénat comics,08 mars 2017,fantastique,aventures

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

 

Skippy

21/03/2017

Espace vital - volume 1

espace vital, bollée laurent-frederic, LF Bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, 02/2017, espace vital, bollée laurent-frederic, LF Bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, 02/2017, Scénario : LF Bollée
Dessin : Fabrice Meddour
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  22 février 2017
Genre : fantastique, thriller

 

 

 

Présentation de l'éditeur
Cela commence par une sensation étrange : Garth Sneebs, 43 ans, se réveille dans un lit et une chambre qui ne sont pas les siens. Machinalement, il se lève, se rase, s’habille et rejoint un salon où cinq inconnus l’attendent. Ils parlent la même langue, mais sont tellement différents... Aucun point commun a priori, si ce n’est de s’être tous réveillés dans cet hôtel mystérieux, sans explication. Comment sont-ils arrivés là, dans ce lieu qui semble hors du temps et de l’espace ? De quel jeu pervers sont-ils les victimes ?

"ne serait-ce pas la couleur qu'aperçoivent tous ceux qui sont en train de mourir ? Vous savez, le long couloir et la lumière au bout..."

 

Mon avis

Si vous vous êtes déjà réveillé un matin sans trop savoir ou vous êtes, c'est que que vous avez soit pris une sérieuse cuite la veille, soit pris un coup un peu trop fort sur la tête parce que vous ronfliez trop, ou alors ce sont les prémices d'Alzheimer qui vous guettent. A moins que vous ne soyez devenu malgré vous le héros d'une aventure écrite par Laurent Frédéric Bollée ou Stephen King !

Dans un huis-clos intriguant à défaut d'être totalement angoissant, l'auteur plonge ses protagonistes dans une espèce de prison qui, derrière ses allures de prison dorée se révèle être un piège mortel. Pourquoi sont-ils là, enfermé dans ce château étrange ? Ni eux, ni nous pauvre lecteur, ne le savons. Tout au plus avons-nous droit à des bribes du passé des prisonniers, mais les indices restent maigres. Donc, les 6 reclus s'interrogent, se découvrent, se révèlent, se disputent, se méfient... et forcément discutent beaucoup, notamment sur la mort et l'au delà. Une chose est sûre, entre les ravitaillements qui apparaissent comme par enchantement tous les matins, les trous béants qui se forment inopinément, les planchers qui vibrent, et le mur invisible qui entoure tout ça, ce manoir à l'air d'être animé par de puissantes forces très énigmatiques, voire obscures !

Vous l'aurez compris, nous ne saurons rien dans ce premier tome et le mystère reste entier. Évidemment, le cliffhanger final invite obligatoirement à poursuivre l'aventure dans le deuxième tome annoncé pour avril. Ça va, l'attente ne sera pas trop longue.

Fabrice Meddour installe une ambiance assez pesante sans avoir recours à de grands effets. Il multiplie gros plans et plans serrés et donne à ses personnages un spectre d'expressions allant de l'interrogation à la terreur en passant par la colère, l'angoisse, l'incompréhension. C'est plutôt bien fait même si l'ensemble donne une impression un peu trop figée.

Affaire à suivre donc dans les deux prochains tomes pour savoir si cette bonne mise en bouche tiendra ses promesses. En attendant on ne peut s'empêcher de penser à de nombreuses références qui apparaissent dans cet album, comme les films Cube, Shining, Les Autres, et puis aussi les nombreux mangas survival.

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017

 

espace vital,bollée laurent-frederic,lf bollée,meddour,glénat,fantastique,angoisse,huis clos,022017