23/05/2017

La bataille de Yashan, 1279

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710Scénario : Bo Lu
Dessin : Bo Lu
Éditeur : Urban China
286 pages
Date de sortie :  mai 2017
Genre : manhua, histoire, guerre

 

 

 

Présentation de l'éditeur

En 1279, la Chine est pour la première fois sous la domination des Mongols. La dynastie Yuan, fondée par Kubilai Khan - le petit-fils de Gengis Khan - a en effet assimilé la totalité de l'empire du milieu... sauf la ville de Yamen, située sur le littoral sud, où un dernier bastion de l'ancienne dynastie Song lui résiste encore. Une des plus grandes batailles navales de l'Histoire s'apprête à avoir lieu...

 

"Le futur Gengis Khan était né, et avec lui, une lignée de guerriers insatiables qui allaient mettre la Chine à feu et à sang durant plus de 200 ans !"

 

 

 

Mon avis

Nous avions fait la rencontre avec cet auteur Chinois, Bo Lu, dans La Bataille de Shanghai 1937 sorti en 2015 chez Urban China où il nous racontait par le détail la bataille sanglante où l'armée Japonaise, inférieure en nombre mais supérieure techniquement avait vaincu l'armée Chinoise et pris possession de cette ville nommée à l'époque le "Paris de l'Orient".

Changement d'époque pour ce nouveau documentaire historique. Nous voilà plongés au cœur de cette Chine du Moyen Âge où le territoire reste divisé en provinces autonomes et est donc le théâtre de nombreuses batailles. Si quelques noms comme Gengis Khan ou Kubilaï Khan ne nous sont pas totalement inconnus, il faut bien avouer qu'en Europe on n'y connaît pas grand-chose dans l'histoire de la Chine. Bo Lu se pose en professeur d'Histoire et éclaire notre lanterne sur ces batailles très violentes, fondatrices de l'histoire de la Chine.

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

La bataille de Yashan à proprement parler, c'est une bataille navale hors du commun durant laquelle se sont opposés des milliers de navires Mongols de la dynastie Yuan et Chinois de la dynastie Song. Bien que supérieurs en technologie et en nombre, ces derniers seront sévèrement défaits par les Yuan, et cette bataille marquera la fin de la dynastie Song.

Bo Lu tente ici un travail de mémoire et de réhabilitation des vieilles dynasties Chinoises pour mettre un terme à l'idée qu'après Yashan il n'y a plus eu de Chine, et qu'avant que le communisme ne détruise toutes les traditions, la Chine s'est construite sur l'histoire de ces dynasties.

Ce livre épais de près de 290 pages se divise en 16 chapitres dans lesquels la violence des combats est omniprésente. S'il était en couleur, il y aurait du rouge absolument sur toutes les pages ! La première partie relate l'invasion Mongole et la progression de ses différentes armées jusqu'à l’île de Yashan. Un peu longue et fastidieuse à lire, elle a néanmoins son importance pour bien appréhender les forces en présence et le contexte historique des deux armées. La seconde partie se concentre sur la bataille de Yashan. Les tactiques des deux armées sont très détaillées et l'on sent là le gros travail de documentation qu'a dû fournir l'auteur. Le déroulé de la bataille est vraiment passionnant même si la lecture est parfois rendue délicate par un dessin très fourni et des noms de protagonistes pas toujours évidents à retenir. Heureusement, Bo Lu opte pour une narration en voix off et limite au maximum l'usage des dialogues, allégeant ainsi ses cases autant visuellement que d'un point de vue narratif. Du coup, cette bande dessinée se lit vraiment comme un documentaire.

 

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

Pour le dessin, l'auteur avoue dans la postface qu'il a eu recours aux outils numériques lui permettant d'avancer plus vite. Franchement, je l'aurai pas lu, je ne l'aurai pas su. En comparant avec son précédent ouvrage, on constate juste un trait plus épais et plus grossier (surtout dans la première moitié du livre) ainsi qu'un encrage plus prononcé. Mais surtout, la caractéristique principale du dessin, c'est qu'il y a beaucoup de gros plans et de plans rapprochés montrant les scènes de combats, ce qui donne à certaines planches un aspect un peu fouillis. Il faut prendre le temps de s'attarder sur le dessin, et alors on s'aperçoit de la foultitude de détails et de la précision que Bo Lu apporte à ses mises en scène.

 

Comme avec La bataille de Shanghai, ce nouveau document Historique de Bo Lu ravira les curieux et les férus d'Histoire et de batailles navales, sauf s'ils s'attendent à une fiction historique où l'aventure prédominerait sur l'Histoire.

 

Loubrun

  

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

A lire aussi

la bataille de yashan 1279,bo lu,urban china,histoire,guerre,chine,moyen âge,052017,710

 

 

09/05/2017

Warhammer 40000 : Volonté d'acier T1

image.jpgumt-hx0qwlKkLlvAzHkwgVXWu-E.jpgScénariste   : George Mann

Dessinateur : Tazio Bettin

Éditeur : Soleil

Genre : Guerre - Conquête spatiale

Sortie : le 26 avril 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Après plus de 10 000 ans, de violentes tempêtes cosmiques en chaîne se sont éloignées de la constellation Calaphrax, permettant qu'un nouveau front s'ouvre dans la guerre contre le Chaos. Des forces armées d'une puissance inouïe, dont les puissants Space Marines, troupes d'élites de l'Empereur, convergent vers ce secteur de l'univers, prêtes à en découdre pour s'emparer de reliques anciennes, de connaissances perdues et de puissantes armes de guerre oubliées depuis des siècles.

Mon avis :

 Calaphrax regorge de trésors multiples. Principalement l'une de ses planètes, Exyrion, qui va devenir le centre d'intérêt de l'"inquisitrice Sabbathiel", des "space marine" et principalement d'"Altheous", chapelain investigateur, fin stratagème et connaisseur du secret de cette planète. Des ennemis de longues date s'opposent et se tiraillent sans merci pour conquérir ce qui semble être le nectar le plus fin en matière de richesse et de puissance galactique.

Une claque! Voilà ce qu'il en est à la lecture agressive de ce Warhammer 40000. Les pages se dévorent, la lecture est à température ambiante, malgré le souffle des explosions, et les réacteurs des machines de guerre qui surplombent chaque recoin.

Des monstres terrifiants qui s'affrontent dans un déluge de violence; des humains guerriers revêtus de combinaisons robotisées pour la plupart, qui s'anéantissent dans un flot de casse, de sang à profusion et disparaissant pour l'éternité sous des carcasses de pierres.

On ressort presque assommé de cette lecture. Visuellement, la qualité est de mise! Tazio Bettin s'acharne autant que ses protagonistes à donner le meilleur de lui-même.

Les plans rapprochés absorbent le regard, tandis que les séquences en arrière-champ donnent une réelle dimension, palpables à souhaits, représentatifs d'une guerre totale, où même le lecteur dépasse son rôle d'observateur neutre, et s'enfonce littéralement vers les apocalypses, les entrailles obscures d'un chaos sans précédent.

Un album vivement conseillé, qui se lit trop vite certes, mais qui pénètre l'âme,  qui se meurtri et saigne avidement dans cette chimère troublée et raffinée.

Un grand moment de lecture!

 

warhammer40000-T1-4.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

warhammer 40000,tazio bettin,george mann,soleil,810,guerre,042017

 

Coq de Combat

27/04/2017

La malédiction de Smenkharê

La malédiction de Smenkharé.jpgLa malédiction de Smenkharé_pl.jpgScénario : Anthony Auffret
Dessin : Anthony Auffret
Éditeur : Casterman
48 pages
Date de sortie :  5 avril 2017
Genre : aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Jeune archéologue parisienne, Alexandra est envoyée en Egypte pour porter un artefact antique au professeur Saul qui a découvert le tombeau de Smenkharê, le prédécesseur de Toutankhamon.A son arrivée sur place, le professeur vient d'être enlevé par des terroristes qui comptent sur son savoir pour accéder aux richesses, et surtout aux puissants pouvoirs, du pharaon maudit.

 

 

"l'office du tourisme devra être créatif s'ils veulent que des étrangers se décident à revenir"

 

 

Mon avis

Des vestiges antiques qui sont pulvérisés à l'explosif, forcément ça évoque les événements tragiques se déroulant ces temps-ci en Syrie et en Iraq. Là, nous sommes en Syrie sur les traces du tombeau d'un pharaon totalement inconnu mais qui a bel et bien existé. Ce qui est pratique avec ce roi d’Égypte, c'est que l'on ne sait quasiment rien de lui et que son histoire est sujette à de nombreuses divergences d'opinions entre les spécialistes. Donc, l'auteur Anthony Auffret, dont c'est ici la première BD, peut imaginer sans complexes tout un tas d'aventure plus loufoques ou invraisemblables les unes que les autres.

Vous l'aurez compris, tout ici n'est que fiction et aventure façon Indiana Jones. Courses-poursuites, rebondissements, retournements de situations, coups d'éclats, l'aventure bat son plein dans un rythme effréné, agrémentée de dialogues concis et percutants, avec parfois une petite touche d'humour.

 

La malédiction de Smenkharé_e01.jpg

 

Côté graphisme, on a sous les yeux un album qui sort de l'ordinaire. Anthony Auffret est un autodidacte en matière de dessin. Son admiration pour l'école belge classique se ressent dans son découpage très rythmé offrant une narration sans temps mort. Il va a l'essentiel et la priorité est toujours accordée à l'action. Mais là où l'auteur nous surprend c'est par son audace graphique. Première réflexion qui m'est venue à l'esprit en feuilletant l'album : "on dirait du Brüno !". Il y a de ça, mais en moins rond et moins souple, avec en plus une petite évocation du style Mike Mignola, mais moins riche en détails et moins fignolé. Anthony Auffret crée son style particulier "à la façon de...", style qui aura quand même beaucoup de mal à rivaliser avec le talent des deux auteurs précités.

Au final, on a un album en demi teinte, où l'aventure est plutôt sympa mais sans plus, avec un graphisme original mais pas parfait et des personnages sur lesquels on ne s'attarde pas plus que ça.

A suivre, ou pas ...

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.png

 

a05-3e788c9.png

 

a05-3e788c9.png

 

24/04/2017

Les grandes batailles navales - tome 1 - Trafalgar

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017Scénario : Jean-Yves Delitte
Dessin : Denis Béchu
Éditeur : Glénat / Musée National de la Marine
48 pages + 8 pages de dossier
Date de sortie :  mars 2017
Genre : histoire

 

 

 

Présentation de l'éditeur
1805. Napoléon Ier a le projet de mener la guerre sur les terres mêmes de son éternel ennemi. Un plan audacieux pour l’empereur, car s’il lui est simple de rassembler des troupes en nombre sur les côtes de la Manche, faut-il encore réussir débarrasser les eaux de cette dernière de toute présence de vaisseaux anglais, au risque sinon de voir son projet prendre l’eau. C’est au vice-amiral de Villeneuve que revient la tâche ardue d’attirer la Royal Navy loin de ses côtes pour libérer le passage. Malheureusement pour l’empereur, son plan échoue. Il doit faire lever le camp à ses troupes pour les envoyer à l’est de son empire où la guerre menace et la Royal Navy n’a pas été abusé. Pis, la flotte franco-espagnole commandée par de Villeneuve, pourchassée par Horatio Nelson, s’est réfugiée à Cadix. La confrontation semble inévitable car l’amiral français reçoit l’ordre d’appareiller, de forcer le blocus anglais et se rendre au large de l’Italie pour soutenir les troupes de l’Empereur. S’il ne s’exécute pas, c’est le limogeage et le déshonneur. Après bien des hésitations, le vice-amiral de Villeneuve ira à la rencontre de son destin, persuadé qu’il peut vaincre. Il connaît tout de Nelson, sa flotte est supérieure en nombre et ses vaisseaux n’ont rien à envier aux Anglais. Mais l’amiral français a oublié que la puissance d’une flotte ne se trouve pas que dans les canons et le gréement des vaisseaux...

 

 

 

 

"Monsieur de Villeneuve... Amiral, je vous en conjure, nous ne pouvons éternellement rester ici..."

 

 

Mon avis

Trafalgar ! La bataille navale peut-être la plus connue de l'ère Napoléonienne. Encore une fois, selon le camp ou l'on se trouve, l'histoire aura eu un retentissement différent. La plus humiliante défaite pour la marine française et l'une des plus grandes victoires de la Royal Navy et de l'amiral Nelson qui y trouva pourtant la mort.

Ce volume constitue le premier tome de la série Les grandes batailles navales initiée par Jean-yves Delitte. Sur ce tome 1, Jean-yves Delitte ne s'occupe que du scénario et laisse les pinceaux à Denis Béchu qui n'a que peu d'albums à son actif (In Nomine, L'Abbaye de Clairvaux, le corps et l'âme). Dans un style un peu plus grossier et moins élégant que celui de Delitte, il s'en tire néanmoins avec les honneurs et propose des planches construites avec dynamisme servant parfaitement le récit.

 

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

Côté scénario, comme il en a été fait mention dans les chroniques des tomes 2 et 3, le parti pris de la série est de raconter ces grandes batailles à hauteur d'hommes, qu'ils soient simples marins ou officiers, et d'immerger le lecteur dans ces combats et leur préparation. Ainsi, parallèlement aux échanges tendus entre les officiers sur les choix tactiques, l'on suit un jeune gabier plein de fougue qui influera un peu malgré lui sur le cours de l'Histoire. Quand la fiction est habilement mise au service de l'histoire, le récit prend alors une dimension à la fois épique et pédagogique. Une recette pour plaire au plus grand nombre ?

 

Loubrun

 

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

Les autres tomes parus

les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017les grandes batailles navales, trafalgar, delitte, béchu, glénat, musée national de la marine, marine, voile, mer, guerre, Histoire, napoléon, 6/10, 03/2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19/04/2017

Les grandes batailles navales - tome 3 - Chesapeake

les grandes batailles navales, chesapeake, delitte, glénat, histoire, marine, guerre, états-unis, indépendance,02/2017,6/10les grandes batailles navales, chesapeake, delitte, glénat, histoire, marine, guerre, états-unis, indépendance,02/2017,6/10Scénario : Jean-Yves Delitte
Dessin : Jean-Yves Delitte
Éditeur : Glénat / Musée National de la Marine
48 pages + 8 pages de dossier historique
Date de sortie :  mars 2017
Genre : histoire,

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Fin du XVIIIe siècle. Alors que les colonies anglaises d’Amérique, excédées par l’intransigeance de la couronne à les taxer toujours davantage, rêvent de liberté, le royaume de France se décide à prendre part officiellement au conflit aux côtés des insurgés. Missionné pour harceler les anglais dans les Antilles, l’amiral de Grasse au commandement d’une imposante flotte de guerre est appelé en renfort pour aider l’armée de George Washington et le contingent français aux ordres de Rochambeau dans la guerre qu’ils mènent tous deux aux troupes anglaises sur le territoire américain. Ils ont réussi à encercler les forces du général anglais Cornwallis dans Yorktown. Une importante victoire semble à portée de main, pourvu seulement que les anglais ne reçoivent pas des renforts par la mer. Celui qui deviendra maître des eaux dans la baie de Chesapeake contribuera immanquablement à la défaite d’un des protagonistes, Anglais ou patriotes américains et français.

Même si la bataille de Chesapeake ne sera pas une cuisante défaite pour la Royal Navy, elle marquera surtout un tournant dans la guerre qui se joue dans les colonies anglaises et contribuera à la victoire finale pour l’indépendance américaine.

 

 "- Ces colonies revendiquent leur indépendance. On se doit de la es aider André.

- Et nous, qui va nous aider ? Tu trouve qu'il fait bon vivre à bord de ce raffiot ?"

 

Mon avis

Aboukir, Trafalgar, Chesapeake ... Les noms des grandes batailles navales résonnent à nos oreilles comme autant de coups de canons jalonnant notre histoire. Selon le pays où l'on aura appris l'Histoire, ces noms auront une résonance plus ou moins importante. Il en va de celle de Chesapeake qui revêt une importance capitale pour les américains puisqu'elle fut cruciale dans la guerre d'indépendance des États-Unis. Les Anglais doivent s'en souvenir aussi, puisque la puissante Royal Navy y a subit une des rares défaites face à la flotte française.

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

Peintre officiel de la Marine, Jean-Yves Delitte n'en n'est pas à son premier coup d'essai en matière d'aventures maritimes en bande dessinée (Neptune, Le Belem, L'hermione, Black Crow ...). Il se lance ici dans une nouvelle grande et belle aventure en racontant les grandes batailles navales qui ont marqué l'Histoire vues et vécues de l'intérieur. Loin des stratèges et des grands enjeux historiques – même si ces derniers sont quand même évoqués – le lecteur suit des personnages ordinaires qui participent aux évènements avec le recul et la distance que leur confèrent leur rang. Du coup, le titre de la série est un peu trompeur puisqu'on a davantage l'impression de lire une histoire qui se passe pendant la bataille de Chesapeake qu'une histoire racontant la bataille en elle-même. L'épisode à proprement parler de la bataille est assez cours et les tactiques employées par les belligérants très succinctement évoqués. Les amateurs de stratégie navale en seront pour leur frais.

Ceci étant, l'album, tout en restant divertissant, n'est pas dénué d'une dimension pédagogique grâce notamment au dossier historique très clair en fin d'ouvrage.

Enfin, même s'il n'y en a pas assez à mon goût, Jean-Yves Delitte nous régale de scènes maritimes grandioses dont certaines s'étalent sur des double pages.

 

Voilà une belle série de divertissement pédagogique pour grand public, qui décevra peut-être les plus pointilleux des historiens en herbe regrettant ce point de vue de l'évènement à hauteur d'homme, mais qui ravira certainement les adeptes de fictions historique.

 

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

 

les grandes batailles navales,chesapeake,delitte,glénat,histoire,marine,guerre,états-unis,indépendance,022017,610

20/03/2017

Les grandes batailles navales, la bataille de Jutland.

les grandes batailles navales la bataille du Jutland.jpgjutland.jpgScénario : Jean-Yves Delitte.
Dessin : Jean-Yves Delitte.
Éditeur : Glénat.
Sortie : 15 mars 2017.
56 pages.
Genre : Guerre.

 

 

Le résumé éditeur.
31 mai 1916. Après plus de deux ans d’attente et plusieurs occasions manquées, la Royal Navy anglaise, dont la Grand Fleet est commandée par le vice-amiral John Jellicoe et l'escadre des croiseurs de bataille par le vice-amiral David Beatty, contraint les Allemands à une grande confrontation navale en mer du Nord au large des côtes danoises du Jutland. 


« N’ayez pas d’inquiétude, mon commandant, aucun fridolin ne pourra approcher notre flotte sans gouter aux obus de notre Charly ! On va vous les pulvériser, tous ces fridolins ! ».

les grandes batailles navales,la bataille du jutland,delitte,glénat,032017,610,guerre

 

Mon avis.

Expert en la matière, Jean-Yves Delitte propose avec cette nouvelle collection de vous plonger au cœur des plus grands batailles navales de l’histoire, de l’antiquité à la seconde guerre mondiale.
Privilégiant la narration à travers le regard des anonymes, on nous invite à vivre la fureur de ces combats de l’intérieur.
J-Y Delitte va assurer le scénario et les illustrations de tous les albums et déléguera son rôle de dessinateur sur certain tome de cette collection. Ainsi, Dénis Béchu, Federico, Nardo,Christian Gine, Philippe Adamov et Roger Seiter feront partie de cette aventure.

En fin de chaque album, vous trouverez aussi un cahier didactique de 8 pages illustré par des cartes et documents d’époque pour apporter un éclairage scientifique, tactique et historique.
On débute donc avec la bataille de Jutland qui a été la dernière grande confrontation maritime de la 1ère guerre mondiale.

Une énorme canonnade avec des navires aux allures massives admirablement dessinés par sieur Delitte. Je me suis arrêté sur ses superbes illustrations de navires (parfois en double page). On est aussi servi sur le contenu technique des vaisseaux mais on ne peut pas dire que l’émotion soit de mise.
Dommage !

Jutland.PNG

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

  a08-3e78906.gif  

a06-3e788fc.gif

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

17/03/2017

LaoWai T1-La guerre de l’opium.

lao wai.jpg02.jpgScénario : Alcante et LF Bollée.
Dessin : Xavier Besse.
Éditeur : Glénat.
48 pages.
Sortie : 4 janvier 2017
Genre : aventure historique.

 

 

 

Le résumé éditeur.
1859. L’Empereur Napoléon III et le royaume d’Angleterre préparent une nouvelle campagne contre la Chine. François Montagne et Jacques Jardin, soldats et amis de longue date, veulent à tout prix en faire partie. Mais les places sont chères. Seuls les meilleurs seront choisis... Deux mois plus tard, après une sélection et un entrainement draconiens, ils embarquent finalement pour l’Empire du milieu. 

«Ah oui ! Vous ne vous seriez pas plutôt aéré les couilles ? Vous êtes la honte de l’armée française, soldat Montagne ! »

 

Mon avis.

Je vous propose comme guise de chronique, un résumé de la conversation que j’ai eue avec Didier Swysen (Alcante) et Xavier Besse lors de la foire du livre de Bruxelles 2017.

La genèse de cette BD prend forme lors d’un voyage en Chine d’Alcante en 2011. Entre la grande muraille et la cité interdite, il entend parler de la présence de soldats français lors de la 2e guerre de l’opium. Assurément une partie méconnue de notre histoire et un sujet en or pour une aventure historique romancée. Ensuite, une partie de ping pong scénaristique s’engage avec Alcante et LFB. L’un s’occupe des consonnes et l’autre des voyelles. Plus sérieusement, le scénario prend forme et il ne reste plus qu’à trouver un dessinateur. Glénat leur présente donc Xavier Besse, sinologue de formation et passionné de la Chine. Bref, on ne pouvait rêver mieux pour illustrer avec justesse l’esthétisme chinois. Lors de mon interview, il m’a avoué avoir eu des difficultés, non pas à faire des fresques grandioses (voir page 21), mais à dessiner des scènes d’amour. Car notre héros, le soldat Montagne, est un fameux coureur de jupons. Par contre, c’est avec envie qu’il a réalisé les grands palais chinois, les paysages grandioses, l’univers marin etc.
Il s’est aussi renseigné auprès des spécialistes (la collection Osprey) pour trouver les uniformes adéquats à cette épopée. Bref, ici on ne triche pas avec les faits historiques et l’authenticité est de mise. Seule la partie avec le soldat Montagne est romancée.
3 tomes sont prévus et le second album devrait sortie en janvier prochain.
La suite va se révéler explosive car la partie diplomatique s’achève et va faire place à une guerre ouverte entre les différentes puissances.
J’en profite aussi pour demander à Didier S son actualité.
Ars Magna dont une intégrale vient de sortir. Starfuckers chez Kennes 39282640.2.jpget enfin avec Gihef et Perger , le 1er tome d’une nouvelle série concept ,Dark Muséum chez Delcourt dont le tome 1 American Gothic vient de sortir.
Je vous invite aussi à rejoindre la page Facebook de LaoWai pour avoir les dernières infos ICI.

En tout cas, une série qui commence excellemment, un pan d’histoire méconnu accompagné d’aventures hautes en couleur, j’ai adoré .

 

lao wai planche.PNG

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

Samba

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : laowai, alcante, besse, bollee, guerre, histoire, 012017, 910, glénat |  Facebook | |

14/03/2017

Une génération française T1/6 Nous vaincrons !

une génération française.jpguneGenerationFrancaiseT1-4.jpgScénario : Thierry Gloris.
Dessin : Eduardo Ocana.
Éditeur : Soleil.
Sortie : 8 mars 2017.
48 pages.
Genre : guerre.

 

 

 

Le résumé.
Martin Favre est étudiant à la faculté de langue de la Sorbonne. Il habite une chambre de bonne d’un grand hôtel particulier, et donne des cours aux lycéens des beaux quartiers, ce qui lui assure un niveau de vie très convenable. Séducteur, il virevolte des serveuses du quartier Latin, aux mères de ses élèves. Quand la guerre éclate, Martin tombe des nues.

« Mais le fond de l'air était encore doux. Je refusais d'entendre les bruits de bottes en plongeant dans les jupons des filles. »

Mon avis.

Comment réagir face à des événements qui bouleversent radicalement une société ? Lutter ou subir ? Dans cette série chorale s’incarnent, en trois personnages principaux, trois attitudes de la population française face à l‘Occupation nazie : l’exil et la lutte armée suite à l’appel du Général de Gaulle ; la collaboration dans les traces du maréchal Pétain ; la Résistance. Une génération française constitue un panorama général de la société française d’avant-guerre, où se dessinent 3 choix de vie, façonnés par l’histoire familiale des héros et par le tournant de l’Histoire.

On suivra donc un des trois personnages sous le format d'un diptyque, six albums au total avec le même scénariste,Thierry Gloris ,aux manettes.

Ce 1er tome nous permet de suivre une sorte de Bebel préférant les jupons des filles aux canons d'Hitler (on peut le comprendre). Un personnage attachant avec une bonne dose de bagout qui est donc notre fil conducteur pour suivre l'avant guerre, la drôle de guerre et le fiasco de la bataille de France .
Au dessin, l'espagnol Ocana (Messiah complex) rend une copie très honorable, j'ai même trouvé qu'il s'améliorait à fur et à mesure que l'artillerie tonnait. On retrouvera Martin Favre au tome 4 .
Au final, une lecture très agréable, rien de bien révolutionnaire ( l'aspect historique est bien respecté) mais on tourne les pages de cette BD avec intérêt . Un peu comme un village français où on aborde cette période via le destin de gens «ordinaires » qui se révèle souvent très surprenant et plein de rebondissements.
Curieux de connaître les deux autres protagonistes de cette génération française.

uneGenerationFrancaiseT1-1.jpg


Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

21/02/2017

Verdun T2 : L’agonie du fort de Vaux.

verdun.jpgverdun l'agonie du fort de vaux.jpgScénario : Jean-Yves Le Naour.
Dessin : Marko et Holgado.
Editeur : Grand angle.
56 pages.
Sortie : 1er février 2017.
Genre : guerre.

 

 

Le résumé éditeur.
Le commandant Raynal, un officier blessé, se porte volontaire pour une mission désespérée : prendre le commandement du fort de Vaux, aux avant-postes des lignes françaises et tenir tête à l’offensive allemande qui avance. Sans moyens et dans des conditions épouvantables, Raynal et ses hommes vont pourtant se battre avec acharnement, assoiffés et ne tenant que grâce au maigre espoir de l’arrivée de renforts ou d’une contre-offensive salvatrice… 

« Bon, il ne peut être question de renvoyer un poilu pareil. Alors gardez-le mais je ne veux pas le voir ni l’entendre ! »

Mon avis.

Ce 2e volet nous narre la résistance héroïque (le terme n’est vraiment pas galvaudé) du fort de Vaux face à l’envahisseur germain. Une histoire qui peut se lire de manière indépendante malgré son label tome 2. Comme pour les autres albums proposés par l’historien et spécialiste de la 1e guerre, Jean-Yves Le Naour, on sent à la fois un récit rigoureux mais aussi une belle clarté dans son explication tactique. Cet album est donc à la portée de tous et même aux tirs ennemis.
Pour illustrer cette restitution fidèle, saluons les poilus Marko (mise en scène) et Holgado(dessin) car dessiner un truc aussi difforme que le fort de vaux, il faut le faire. Ce fort à l’état normal, ce n’est déjà pas une sinécure mais à l’état de ruine, c’est un peu une vision apocalyptique de l’enfer sur terre, une sorte d’enchevêtrement de boue, de murs détruits, de rocailles, de cadavres...
Le commandant Raynal est certainement le personnage le plus marquant, à la fois dur, déterminé, pragmatique mais aussi compatissant aux souffrances de ses hommes. La propagande française et allemande en fera un héros mais son action illustre parfaitement la fameuse devise française de Verdun « on ne passe pas ! »
Cet album est complété par 8 pages documentaires sur le fort de Vaux réalisé en partenariat avec le mémorial de Verdun.

verdun,l'agonie du fort de vaux,le naour,marko,grand angle,6/10,guerre,



Samba

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

08/02/2017

L’armée de l’ombre T4 Nous étions des hommes.

l'armée de l'ombre t4.jpgl'armée de l'ombre 4.jpgDessin: Olivier Speltens.
Scénariste: Olivier Speltens.
Editeur : Paquet
Sortie : 7 décembre 2016
56 pages.
Genre : guerre.

 

 

Le résumé éditeur.
Août 1944. Les troupes allemandes sont repoussées vers l'Allemagne. Les ventres sont vides, les corps sont fatigués. Les longues colonnes de soldats sont impitoyablement massacrées par l'aviation soviétique maîtresse des cieux. La politique de la terre brûlée n'a eu pour d'autres effets que de décupler la haine de l'ennemi.


« Je crois bien qu’ils sont au bout…comme nous »

Mon avis.

Dernier tome de cette excellente série nous narrant le quotidien d’un groupe de soldats de la Wehrmacht sur le front de l’Est.
C’est la débâcle, les illusions se sont envolées, le cynisme est de rigueur pour éviter la folie qui guette. Nos gaillards sont quasiment mûrs pour l’asile. Ils leur restent à réaliser un baroud d’honneur avant leur oraison funèbre. Décidément, la guerre est une belle absurdité !
Olivier Speltens a trouvé le ton juste pour décrire cet hallali tout comme pour son dessin et sa colorisation. D’ailleurs, le succès éditorial en est la meilleure preuve, cette série grâce à cette belle qualité, a su trouver son public !
Les plus passionnées d’entre vous ont certainement posé leur dévolu sur l’édition toilée à 1200 exemplaires avec son cahier graphique ou alors sur le coffret avec ou sans cale.
Pour la version classique, la couverture a certainement pris Steve Mc Queen comme inspiration.
La prochaine réalisation de l’auteur belge nous amènera sur les traces de Rommel et de sa célèbre Afrika Corps. On l’attend déjà avec impatience.

Verso_294835.jpg



Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a08-3e78906.gif