10/10/2017

La grande guerre des mondes T2/3 terreur martienne.

la grande guerre des mondes.jpgla grande guerre des mondes t2.jpgDessin : Zeljko Vladetic
Scénario : Richard D. Nolane.
Éditeur : Soleil.
Sortie : 13/9/2017.
48 pages.
Genre : anticipation.

 

 

Le résumé.
Les poilus de la grande guerre tourmenté par les martiens d’H.G. Wells.

« Les calmars n’ont pas de cuirasse métallique autour de leurs fouets ! »

Mon avis.
Personnellement, le tome1 m’a complètement échappé dans la cascade de nouveautés de l’année passée. Il faut dire qu’avec la collection H.G. Wells chez Glénat, ce titre passe assez inaperçu.
Il s’agit donc d’une énième variation de la guerre des mondes du célèbre écrivain britanique. Décidément, ces martiens aiment recevoir des dérouillées terrestres à répétition. L’idée de transposer l’invasion des « petits hommes verts » pendant la grande bataille de Verdun est originale et bien pensée. Il faut dire que Nolane est visiblement un spécialiste des 2 guerres mondiales (Wunderwaffen) et que le contexte historique est bien respecté. Ensuite, on mélange les possibilités historiques pour arriver au final à une honnête uchronie d’anticipation rétro. J’ai terminé ma lecture avec une drôle de sensation, certains passages sont réellement passionnants (les scènes de combat et tout ce qui tourne autour de la « découverte ») mais d’autres sont parfois très bavards et sans grand intérêt (les négociations, les tractations diplomatiques) notamment à cause de dialogues peu percutants.
Il vous restera un ultime écueil à passer, celui du trait balkanique de Vladetic. Là, chacun ses goûts mais ce genre de dessin si caractéristique de cette « école » des Balkans n’arrive décidément pas à flatter ma rétine. Un trait un peu trop charbonneux, des visages peu expressifs et pas mal de variabilité au fil de l’album. Les premières scènes aérées sont réellement bien réussies par contre la fin est vraiment trop ramassée et peu attrayante. Vous l’aurez compris, je ne suis pas spécialement fan et si en plus il a des tiques ! (ok elle n'est pas fameuse !) !
Ah oui, il manque un élément indispensable aux tripodes, leurs « tûûûuût » si terrifiants !
A quand une BD avec du son d’ambiance ? Avec la technologie actuelle, ça pourrait se faire aisément non ?

Couv_288906.jpg

 


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a04-3e788e4.gif

 

a05-3e788c9.gif

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

08/08/2017

L'île du Docteur Moreau

D'après l’œuvre originale de H.G. Wells

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.Scénario : Dobbs
Dessin : Fabrizio Fiorentino
Éditeur : Glénat
56
pages
Date de sortie : 14/06/2017
Genre : Classique, Science-fiction, aventure.

 



Présentation de l'éditeur

« Ne sommes-nous pas des Hommes ? »

Unique survivant d’un naufrage, Edward Prendick est secouru par Montgomery, l’assistant d’un certain Docteur Moreau. Depuis une dizaine d’années, sur leur île isolée du monde, les deux scientifiques se livrent à de terribles expériences, greffant et modifiant génétiquement des animaux pour les rendre doués de conscience et de parole. Sur place, les « Hommes-bêtes » obéissent à un ensemble de règles bien précises, la Loi, leur interdisant tout comportement primitif, et vénèrent Moreau tel un dieu. Mais Prendick découvrira bien vite que les pulsions animales de ces créatures sont loin d’être oubliées...

Interrogeant les questions de l’identité et de la dignité animale, le troublant et visionnaire L’Île du Docteur Moreau n’a rien perdu de sa pertinence. Retrouvez ce classique de la science-fiction aujourd’hui en BD !

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.

Mon avis

H.G. Wells, grand nom de la science-fiction, qui nous a gratifié de plusieurs chefs-d’œuvre tels que l'homme invisible, la guerre des mondes et... « L'île du Docteur Moreau » ! Un roman qui nous fait réfléchir non seulement sur la condition humaine, mais également sur les limites de la médecine génétiques. Les limites que la conscience devrait imposer aux scientifiques.

 

« Ne sommes-nous pas des Hommes ? »

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.

Et quand on parle de limite, visiblement Dobbs et Fiorentino s'en sont imposées en faisant ce dernier album de « HG Wells Collection ». 56 pages ne suffisent pas à rendre grâce à la pertinence de l’œuvre originale et bien que Dobbs reprennent savamment la réplique principale des créatures de l'île, cette BD garde un goût de trop peu, comme un prélude à ce qui aurait pu être plus grand.

 

De même, Fabrizio Fiorentino joue sur les détails. Certes, une case suffit parfois à donner l'ampleur du temps qui passe, la frayeur qui gagne notre héros en un regard. La colère, l'abnégation, la frustration, ... pourtant la qualité du dessin me laisse perplexe. Comme un vieux western parfois gribouillé à la va vite, tantôt trop centré sur les visages qui en deviennent trop surfaits. Quant aux créatures, elles manquent cruellement de difformités. Je les voudrais en gros plans, je les voudrais défigurées, effrayantes... et non pas juste pathétiques ou encore trop animales pour comprendre ce qu'elles ont subit.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.

Et puis c'est trop court... vraiment trop court pour nous permettre de nous poser toutes les questions que maître Wells posait dans son ouvrage. Alors qui sait, peut-être qu'un jour, une autre collection – chez Glénat ou ailleurs – tentera à nouveau d'affronter le seigneur de la science-fiction pour une série digne de son talent.

Il est permis de rêver, non ?

ShayHlyn.