09/10/2017

Medicis T.3/5

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intriguesMedicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intriguesDe l'or à la croix

Scénario : Olivier PERU
Dessin : Lucio LEONI & Emanuela NEGRIN
Éditeur : Soleil
74 pages
Date de sortie : 23/08/2017
Genre : Histoire, intrigues, Renaissance, aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

Une fresque violente et passionnée, mêlant histoire de l’art, guerre, amitiés, amour et trahison. Oubliez les livres d’histoire, écoutez la voix de Florence, revivez l’épopée de ceux qui l’ont écrite... la saga des Médicis.

Pierre de Médicis qui gouverne Florence, ne voit pas venir le danger que représente

 le moine Savonarole, visionnaire pour les uns, fou pour les autres, il tente de chasser les Médicis de Toscane. Depuis Rome, les Borgia veulent la mainmise sur l’Église mais ils ne sont pas les seuls arbitres de ce conflit... L'esprit le plus vif de ce siècle semble bien décidé à prendre part au destin de sa patrie : Nicolas Machiavel.

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Mon avis :

 

L'histoire de Florence continue tandis que les Médicis ne se ressemblent pas. Après « Cosme l'ancien » et « Laurent le Magnifique », c'est au tour de Jules de prendre la tête d'affiche, à défaut de prendre la tête de la glorieuse famille. Ce qui explique peut-être pourquoi l'aventure de cet ouvrage part un peu dans tous les sens, en suivant un peu tout le monde. C'est qu'il y en a du beau monde dans ce tome 3 ! Quatre Medicis, le pape Borgia et ses célèbres enfants – principalement César – et Nicolas Machiavel. Sans oublier le prédicateur à la voix d'or, dont on a déjà pu lire la verve dans le précédent tome et dont le rôle sera encore plus important : Savonarole.

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Encore et toujours, je loue le génie de Peru quant à faire parler la célèbre ville de Florence. Quelle belle narratrice que celle-là, sachant allier les mots pour en devenir une délectation. Savourant chaque phrase, chaque paragraphe tandis qu'en phylactères, les jurons de Jean de Medicis fleurent bon le naturel. Les textes sont vivants, animés ; les complots sont sournois comme nous pouvions l'espérer de Machiavel et des Borgia.

 

À croire que Monsieur Peru a lu ma précédente chronique : « [...] face au moine Dominicain Savonarole, le jeune Nicolas Machiavel. L'un fervent catholique à la langue venimeuse envers les Médicis et l'autre, philosophe à l'esprit cynique. Aaaah que j'aimerais des BD qui parlent de tous ces gens (Monsieur Olivier Peru si vous me lisez...). »

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Car ce tome 3 met en valeur chaque intervenant majeur, à défaut de pouvoir mettre l'accent sur Jules. Pourquoi ? Simplement parce qu'il n'est qu'une pièce dans le grand échiquier qui se joue sous nos yeux demandeurs. De fines stratégies en trahisons sévèrement punies : encore du bonheur à la lecture, de même pour les dessins qui sont nettement plus attrayants que dans le précédent tome : « la plume de Eduard Torrents n'est, à mon sens, pas assez détaillée, pas suffisamment précise... dès lors, certains visages sont déformés. On ignore si certains rient ou pleurent... c'est dommage. ». Au contraire de leur homologue, Leoni et Negrin rendent leurs personnages expressifs de sorte que les gros plans sont un régal tandis que les quelques scènes d'actions ressemblent plus à des fresques immobiles et intemporelles.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

 

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

 

Medicis, Jules de l'or à la croix, Peru, Leoni, Negrin, Soleil, aventure, Histoire, Renaissance, intrigues

Une narration envoûtante accompagnée d'un style graphique proche de celui de Giovanni Lorusso (Medicis T.1) qui laissent espérer que la prochaine collaboration pour le tome 4 sera encore meilleure.

 

Affaire à suivre,

ShayHlyn.

02/10/2017

L'Homme de L'Année - Tome 12 - Le robot de Metropolis

L'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, MétropolisL'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, MétropolisScénario : Jean-Pierre Pécau
Dessin : Filip Andronik et Senad Mavric
Éditeur : Delcourt
64 pages
Date de sortie : 23 août 2017
Genre : Historique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Si le robot de Metropolis est célèbre, qui connaît l’histoire de celle qui lui a donné vie à l’écran ? Au-delà d’un portrait de Brigitte Helm, cet album parle de ce qui est devenu le symbole principal du film de Fritz Lang.

1925, le tournage de Métropolis débute. Le casting a sélectionné nombre de personnes sans aucune expérience du cinéma, comme Brigitte Helm, 19 ans, et l’exigence du réalisateur en a fait une épreuve très éprouvante pour les acteurs… Mais surtout, de par l’époque et le contexte où il est tourné, ce film annonce l’arrivée des totalitarismes qui vont ravager l’Europe et le monde quelques années plus tard.

 

Mon avis

L'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, MétropolisBon, je n’irai pas par quatre chemins : je n’ai pas vraiment aimé cette BD. Il faut dire qu’entre le scénario assez plat et le dessin d'Andronik et Mavric, ce n’est pas évident d’y trouver son compte.

Le scénario, d’abord. Le titre de l’album est « Le robot de Metropolis » mais l’essentiel de l’histoire se concentre sur Fritz Lang, le réalisateur du film. On voit certes un peu le personnage de l’actrice qui incarne le robot, on se rend plus ou moins compte des difficultés techniques que cela a pu représenter, mais ce n’est qu’en arrière-plan. Le sujet c’est bien Fritz Lang et les problèmes qu’il rencontre avec les nazis. Cette partie de l’histoire me semble par ailleurs assez étrange. On y fait intervenir une société secrète : Consul (les nazis) et une espèce de détective privé super-résistant. Alors qu’Hitler n’accède au pouvoir qu’en 1933, Lang doit « plaire » aux nazis sous peine de ne pas pouvoir tourner son film. Les nazis semblent déjà se trouver à tous les échelons de pouvoir nécessaires au financement et au tournage d’un film, notamment au niveau du financement. Un coup ils veulent le financer en orientant son film puis, le coup d’après, ils ne veulent plus qu’il achève le film. Finalement, ils se débrouillent pour « s’occuper » du montage en amputant 25% du film.

JL'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, Métropolise ne sais pas si c’est le fruit d’une erreur anachronique, mais je trouve étonnant d’assister à la mise à sac d’un club de musique et strip-tease par des nervis en uniformes et croix gammées en plein Berlin de 1925 alors qu’à cette époque le parti d’Hitler ne compte que 2700 membres dans toute l’Allemagne, qu’il est principalement implanté dans le Sud, en Bavière notamment, et que ce dernier, Adolf, est interdit de parole dans la plupart des Lander. Cette scène, p48 et 49, appartient plutôt aux années 33-39 qu’à l’année 1925. Tout ça me semble un peu confus…

Globalement, je trouve que cette BD ne s’attarde pas assez sur le film lui-même et pourquoi il tient une place si importante dans le patrimoine cinématographique mondial. C’est plus une péri-aventure du tournage d’un monument du cinéma que l’histoire du robot de Metropolis. Je trouve ça dommage… Mais ce n’est que mon avis.

Et puis le dessin… Les attitudes des personnages sont trop statiques (je parle de quand ils sont censés être en mouvement), les détails des visages ne sont pas toujours très beaux et certaines proportions des corps laissent à désirer. Les décors relèvent un peu l’ensemble mais pas assez. Les fonds de cases sont très (trop ?) souvent unis et sans matière. Ce dernier détail donne à l’ensemble de la BD un goût d’inachevé. Si j’étais mauvaise langue, je dirais même bâclé, mais bon n’exagérons rien… Mais tout de même, c’est un peu moyen tout ça… Cerise sur le gâteau, la jolie couverture n’est pas du même dessinateur que la BD, ce qui, dans la notation Odradek est synonyme de malus…

L'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, Métropolis

Bref, Je n’ai pas aimé. Je ne dis pas que ça sera votre cas, mais bon, je le soupçonne…

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

L'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, Métropolis

 

L'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, Métropolis

 

L'Homme de L'Année, Le robot de Metropolis, Delcourt, Jean-Pierre Pécau, Filip Andronik, Senad Mavric, Jean-Paul Fernandez, Histoire, Cinéma, Fritz LAng, Métropolis

 

Odradek

27/09/2017

Les mystères de la Cinquième République – Tome 5 : Au nom de la France

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenatLes mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenatScénario : Philippe Richelle
Dessin : François Ravard
Éditeur : Glénat
56 pages
Date de sortie : 14 juin 2017 
Genre : Historique, Policier

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Début 1968. L’ex-commissaire Verne poursuit ses investigations pour l’écriture d’un livre sur les intérêts de la France en Afrique de l’Ouest. Il reprend contact avec Moreno, un homme d’affaire rencontré dans la capitale gabonaise de Libreville, impliqué dans des sociétés aux finances obscures et étroitement liées au gouvernement français. Malheureusement, en raison d’un évènement dramatique, son livre n’aboutira jamais... C’est Berlier, son ancien subordonné et nouveau commissaire de la PJ qui reprend l’enquête. En la mémoire de son collègue, pour son ami, il tirera toute cette affaire au clair...

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenat

 

Mon avis

Par où commencer pour vous dire tout le bien que je pense de ce cinquième tome et, plus généralement, de cette série.

Bon, la série, d’abord. Elle est globalement centrée sur « les évènements » d’Algérie comme on nommait pudiquement cette sale guerre à l’époque. Ce choix n’est pas anodin car il s’agit là de l’un des éléments fondateurs de la Cinquième en ce sens où c’est pour régler le cas de l’Algérie que De Gaulle est rappelé au pouvoir en 1958. Il en profite pour faire voter une nouvelle constitution renforçant les pouvoirs de l’exécutif comme on ne l’avait plus vu depuis la monarchie. Dans la foulée, il déçoit une partie de ceux qui l’ont fait revenir en orientant sa politique vers un règlement définitif du conflit algérien passant nécessairement par l’indépendance de la plus ancienne colonie française. Les coups tordus mis en place à l’époque (les barbouzes, le SAC, la France-Afrique, Jacques Focart, etc.) auront des répercussions sur la politique française durant les 30 à 40 années qui suivront.

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenat

Dans cette série, Richelle mélange savamment des éléments d’évènements ou de personnages réels avec de la fiction sortie tout droit de son imagination mais qui aurait pu arriver. Des passeurs de valises français en direction des maquis algériens aux ratonnades de l’OAS, du racket systématique du FLN pour financer ses actions « terroristes » à la répression sanglante du 17 octobre 61 par la police « républicaine » d’une manifestation contre la guerre, et, encore, des intérêts stratégiques nationaux (le pétrole, encore et toujours) au meurtre d’état, les cinq tomes des Mystères de la Cinquième République couvrent un panel assez complet de ce qu’ont pu être ces années troubles.

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenatLa trame narrative est identique aux 2 autres séries parallèles, les mystères de la Troisième et de la Quatrième République. Les premières pages du tome 1 nous présentent le personnage principal dans une situation plus ou moins tendue : condamné à mort, en train d’acheter une arme de poing illégalement ou, comme ici, en train d’écrire un livre explosif sur la France-Afrique. Puis, on nous déroule un flash-back durant les 4 tomes suivant pour arriver au dénouement du cinquième tome. Encore une fois, c’est assez classique mais ça reste très efficace. D’autant plus que les scénarii des épisodes pris individuellement sont de bonne facture et l’on s’ennuie pas du tout en les lisant.

Ensuite, concernant ce tome en particulier, je dis : « chapeau » : -Spoiler Alert- faire mourir le héros de sa série déjà, respect, mais au bout du tiers de la BD, GROS RESPECT. D’autant que ce décès prématuré permet de faire émerger un peu plus un personnage secondaire pas spécialement sympathique (il n’y a qu’à voir comment il parle des « bicots » au long des tomes précédents) le commissaire Berlier. Un peu comme dans les mystères de la troisième république d’ailleurs, Philippe Richelle nous refait le coup de l’inspecteur Lacaze, et ça marche. C’est d’ailleurs l’un des talents de cet auteur que de nous servir des personnages secondaires tout en relief, avec leurs défauts et leurs qualités, auxquels on peut tout même s’attacher, alors que ses héros sont eux un peu plus lisses, humains certes, mais plus lisses. Je ne vous raconte pas la chute finale (je ne vais tout de même pas tout vous dévoiler !) mais ça m’a bien plu.

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenat

Question dessin, j’ai apprécié l’évolution du trait de François Ravard au cours de la série. Passant d’un trait assez épais sur le premier tome à quelque chose de plus affiné sur les tomes suivants. J’ai juste un regret mais il concerne les couleurs. Autant j’apprécie généralement le côté lumineux de la mise en couleur de Claudia Boccato, autant je trouve dommage les fonds numériquement dégradés (notamment certains ciels), qui émaillent cet album. Ça gâche un peu le plaisir.

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenat

Quoiqu’il en soit, les auteurs ont su (une fois de plus pour Richelle) conclure de fort belle manière cette très bonne série.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenat

 

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenat

 

Les mystères de la Cinquième République, Au nom de la France, Histoire, Guerre d'Algérie, France Afrique, Philippe Richelle, François Ravard, glenat

 

Odradek

21/09/2017

Les mystères de la Troisième République – Tome 5 : Mort d’un collabo

philippe richelle,pierre wachs,glénat,histoire,policier,résistance,collaborationphilippe richelle,pierre wachs,glénat,histoire,policier,résistance,collaborationScénario : Philippe Richelle
Dessin : Pierre Wachs
Éditeur : Glénat
56 pages
Date de sortie : 14 juin 2017
Genre : Histoire, Policier

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

philippe richelle,pierre wachs,glénat,histoire,policier,résistance,collaborationL’union fait la force. Londres, octobre 1943. Sous l’impulsion du général de Gaulle, le BCRA (Bureau Central de Renseignements et d'Actions clandestines de la France Libre) met une priorité à unifier la Résistance en France, pour le moment déchirée entre les gaullistes et les partisans de l’ancien général vichyste Henri Giraud. À Paris, le commissaire Peretti est chargé d’aller rencontrer le responsable du mouvement giraudiste Renaissance : un dénommé Féval. Mais il ignore que derrière ce nom de code se cache une vieille connaissance qu’il aurait préféré ne pas recroiser...

 

Mon avis

On va encore dire que je dis du bien… Mais bon, je n’y peux rien monsieur le juge, si des auteurs de BDs s’évertuent à nous pondre des séries de qualités. Ce qui est effectivement le cas de Philippe Richelle et Pierre Wachs.

philippe richelle,pierre wachs,glénat,histoire,policier,résistance,collaboration

 

Le dessin de Wachs, d’abord. Le trait est fin, sobre et précis. Les décors tout comme les cadrages, les attitudes et proportions des personnages sont également de très bonne qualité et font preuve d’un travail très appliqué. Mais là où il excelle vraiment c’est au niveau des expressions faciales. Wachs est non seulement un très fin observateur mais il sait aussi parfaitement traduire le fond de la pensée de ses personnages en quelques traits du visage. Une mention particulière à l’inspecteur Lacaze (le chauve à mégot) dont les tronches sont excellentes. Une bonne mention enfin pour les couleurs (Claudia Boccato), à la fois lumineuses mais sans être flashy, discrètes mais toujours dans le bon ton.  

Malgré ces éloges, je dois dire que le scénario de Richelle me fait encore meilleure impression que le dessin de Wachs. En effet, ce cinquième et dernier tome vient clore cette série en répondant de fort belle manière à la question qui nous taraudait depuis la première planche du tome 1 : comment le commissaire Peretti en est-il arrivé au pied de l’échafaud et, surtout, va-t-il en réchapper ?

Je passerai sur l’enquête policière qui voit Peretti être obliger de trouver le coupable du meurtre qu’il a (selon toute vraisemblance) commis. Je passerai également sur la galerie de personnages qui, durant cette période trouble de la collaboration, ont adopté des attitudes plus ou moins dignes. Deux mentions, tout de même : la première pour le fameux Lacaze, flic un peu bourru qui ne porte pas spécialement l’occupant dans son cœur, qui ne crache pas non plus sur un peu de marché noir à l’occasion tout en étant efficace dans son travail et fidèle envers son supérieur le commissaire Peretti. La seconde pour l’inspecteur Cazeneuve, flic zélé aux sympathies germanophiles affichées et qui enquêtera en interne pour découvrir et dévoiler, non sans joie, la culpabilité de Peretti.

philippe richelle,pierre wachs,glénat,histoire,policier,résistance,collaborationNon, à mon sens, le véritable intérêt de ce tome (voire même de cette série) réside dans les quelques pages finales où l’on voit Peretti être jugé tour à tour par le pouvoir Vichyste pour l’assassinat d’un grand industriel proche des autorités et, forcément, grand serviteur de la nation, puis, par le nouveau pouvoir, issu de la Libération du pays, pour avoir assassiné un grand résistant (oui, il s’agit bien de la même personne !!!). Richelle met ainsi le doigt là où ça fait mal, à savoir sur ces résistant de la dernière heure qui ont senti le vent tourner un peu avant les autres alors que d’authentiques résistants avaient du mal à prouver leur intégrité suite au démantèlement de leur réseau décimé par la Gestapo ou l’occupant. Combien de Trezelles (c’est le nom de ce sinistre personnage) sont non seulement passé à travers les mailles du filet (assez radical, certes…) de l’Epuration qui a suivi la Libération mais ont en plus reçus les honneurs indus d’une toute jeune Quatrième République peu regardante ?

En conclusion : Un excellent album qui vient clore une excellente série, ni plus ni moins.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Philippe Richelle, Pierre Wachs, Glénat, HIstoire, Policier, Résistance, Collaboration

 

Philippe Richelle, Pierre Wachs, Glénat, HIstoire, Policier, Résistance, Collaboration

 

Philippe Richelle, Pierre Wachs, Glénat, HIstoire, Policier, Résistance, Collaboration

 

Odradek.

14/09/2017

Les mystères de la Quatrième République – Tome 5 : Opération Résurrection

Les mystères de la Quatrième République, Opération Résurrection, Philippe Richelle, Alfo Buscaglia, Glénat, Histoire, Décolonisation, Algérie françaiseLes mystères de la Quatrième République, Opération Résurrection, Philippe Richelle, Alfo Buscaglia, Glénat, Histoire, Décolonisation, Algérie françaiseScénario : Philippe Richelle
Dessin : Alfo Buscaglia
Éditeur : Glénat
56 pages
Date de sortie : 14 juin 2017
Genre : Policier / Historique

 

 

 

Les mystères de la Quatrième République, Opération Résurrection, Philippe Richelle, Alfo Buscaglia, Glénat, Histoire, Décolonisation, Algérie françaisePrésentation de l'éditeur

1958. Après la Bataille d’Alger et le démantèlement des principaux réseaux FLN, l’Algérie semble avoir retrouvé un semblant de paix. Sauf que les grands colons, hostiles à toute forme de changement, voient d’un mauvais œil les réformes que le gouverneur général Lacoste s’apprête à faire passer, faisant des Musulmans des citoyens à part entière. À vrai dire, les tensions sont loin d’avoir quitté la capitale algérienne. Une triste réalité que va amèrement découvrir le commissaire Coste, profitant de quelques jours de congés pour rendre visite à son ancien collègue Hautcoeur, désormais en poste à Alger...

 

Mon avis

Une bonne série qui se termine bien.

Je vous avoue que je n’ai pas eu trop de mal à être convaincu par Les Mystères de la Quatrième République. Le personnage principal est peut-être un peu froid mais il est diablement efficace. J’ai apprécié, tout au long de la série de voir non pas un super-héros, mais un policier (Monsieur est « commissaire » !) en proie aux doutes, aux erreurs, et pas du tout insensible aux coups qu’il reçoit. Bref, un être humain quoi…

 

Les mystères de la Quatrième République, Opération Résurrection, Philippe Richelle, Alfo Buscaglia, Glénat, Histoire, Décolonisation, Algérie françaiseEnsuite, le contexte. Cette période de l’Histoire de France récente est assez méconnue. Elle regorge pourtant d'évènements marquants du fait des circonstances historiques d’un après-guerre écrasé par le poids du conflit idéologique qui s’ensuivit. L’opposition tentaculaire entre les deux Grands de l’époque, USA et Union Soviétique, eut entre autres, pour conséquence une accélération des processus de décolonisation en Afrique et en Asie. Il y avait des espions partout et les coups bas étaient la règle. C’est bien dans ce contexte explosif que ce situe ce cinquième tome des aventures du commissaire Coste.

 

L’imprégnation historique du (très bon) scénario (une affaire de meurtre d’un ultra de l’Algérie Française) est particulièrement poussée, réussie et riche d’enseignements sur ce qui pouvait se passer en Algérie dans ces années troubles de fin de règne. Les auteurs ont également eu la bonne idée de ne pas tomber dans la caricature en imaginant leurs personnages. Ils ont d’autant plus de mérite que c’est un écueil souvent difficile lorsque l’on traite de sujets aussi sensibles qu’une guerre « civile », la torture ou encore la politique.

 

Le dessin précis et très réaliste de Buscaglia, quant à lui, est parfaitement adapté. A défaut d’être particulièrement beau, c’est propre, sobre et les cadrages sont carrément bien sentis.

 

En bref, un bon petit polar au soleil d’un Alger en ébullition.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les mystères de la Quatrième République, Opération Résurrection, Philippe Richelle, Alfo Buscaglia, Glénat, Histoire, Décolonisation, Algérie française

 

Les mystères de la Quatrième République, Opération Résurrection, Philippe Richelle, Alfo Buscaglia, Glénat, Histoire, Décolonisation, Algérie française

 

Les mystères de la Quatrième République, Opération Résurrection, Philippe Richelle, Alfo Buscaglia, Glénat, Histoire, Décolonisation, Algérie française

 

Odradek.

02/08/2017

Les soeurs Fox. Tome 1/2

Esprits, êtes vous là ?

Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.Scénario : Philippe Charlot
Dessin : Grégory Charlet
Éditeur : Grand Angle
48 pages
Date de sortie : 31/05/2017
Genre : biopic, historique, ésotérisme

 

 

Présentation de l'éditeur

Un jour, deux sœurs ont fait tourner les tables… 

 

Une nuit de 1848, dans une petite ferme réputée hantée de Hydesville, Margaret et Kate, les filles du pasteur Fox, établissent un contact avec un supposé « esprit ». Vite colportés, les « évènements de Hydesville » donnent naissance à un véritable phénomène de société. L’engouement pour le surnaturel atteint son comble aux États-Unis : d’innombrables médiums, trois millions d’adeptes, parmi lesquels Victor Hugo, James Fennimore, Cooper et Arthur Conan Doyle, ainsi que de nombreux savants et intellectuels.

Le spiritisme moderne est né.

Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.

Mon avis

Pour les adeptes d'ésotérisme, le nom de Maggie et Kate Fox ne doit pas être inconnu. Ces deux soeurs américaines ont créé le spiritisme moderne en intriguant le monde entier. Supercherie ? Réalité ? Et si c'était un peu des deux ?

 

Cet ouvrage joue habillement sur les incertitudes qui règnent autour des dons conférés aux demoiselles. Ayant pourtant avoué avoir dupé le monde, certains éléments troublants laissent à penser que tout n'était pas qu'un jeu pour elles.

Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.

C'est dans cette optique que « les soeurs Fox – Esprits êtes vous là ? » que nous suivons le début de cette aventure mystique dans une maison réputée hantée. Les Fox viennent de s'y installer. Les murs grincent, craquent... ce qui rend la mère de famille nerveuse. Tant et si bien que la plus jeune soeur, Kate,  ne peut s'empêcher de lui jouer des tours, prétextant qu'un esprit en est la cause. De fil en aiguille, les faits deviennent célèbres et des gens viennent de toutes les régions pour converser avec l'au-delà pour le plus grand bonheur de la famille Fox, le plaisir de Kate et certaines inquiétudes de Maggie.

 

Une bande dessinée aux couleurs assez ternes et glauques, avec un manque de détails... ne fusse que dans les décors quasi inexistant. Les traits sont simples et pourtant suffisamment éloquents. Ce qui rend finalement le graphisme agréable à regarder, mettant davantage en avant les textes et l'histoire en elle-même. Des personnages dont les mises en scènes brèves suffisent à comprendre leur personnalité, parfois même leurs pensées. Notamment Maggie dont l'expression du visage et les postures expliquent, sans le moindre mot, combien cette histoire la dépasse.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.

 

Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.

 

Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.

En bonne amatrice d'histoire, de biopic et d'ésotérisme : je suis curieuse de lire le second, et dernier volet de ce diptyque afin de voir jusqu'où le respect du mystère persiste. Jusqu'où la foi en un au-delà peut aller, de même que le scepticisme.

Les soeurs Fox, esprits êtes vous là, Charlot, Charlet, Grand angle, Histoire, biopic, ésotérisme.

ShayHlyn.

19/07/2017

Cynocéphales - Tome 1 - La bande des Dogues

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des DoguesCynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des DoguesScénario : Gris de Payne / Stefano Tamiazzo
Dessin : Stefano Tamiazzo
Éditeur : EP Editions
48 pages
Date de sortie : 24 mai 2017
Genre : Aventures / Histoire

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Les cynocéphales, un peuple à visage canin, a depuis toujours été caché au sommet des montagnes et utilisé par le gouvernement français pour des affaires secrètes et dangereuses. Mais un jour, l'un d'eux décide que c'en est assez. Il refuse que les membres de sa famille grandissante vivent exclus comme des monstres, malgré leur différence.

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des Dogues

 

Mon avis

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des DoguesUne société secrète perdue (protégée) en haut des montagnes, quelques trahisons par-ci par-là, des combats, du mystère… Surtout du mystère d’ailleurs… Parfois même un peu trop. L’histoire de ces hommes à tête de chien œuvrant en secret pour le compte de la France à travers l’Histoire et les champs de bataille a tout pour être intéressante. Néanmoins, je dois vous avouer que, parfois, on perd un peu le fil de la narration. Ce qui est peut-être évident pour les auteurs qui ont le nez (le museau) dedans ne l’est pas forcément toujours pour nous autres lecteurs, surtout en première lecture (que quelqu’un m’explique la page 18 s'il vous plaît…). C’est d’autant plus dommage que pour le reste, il n’y a rien à redire. Le flashback de 20 ans en arrière parvient assez bien à nous présenter la situation (sauf à 2 ou 3 moments un peu flous, donc…) et met en place l’intrigue pour un deuxième et dernier tome qui aura pas mal de choses à nous expliquer.

 

 

En effet, ce premier opus débute par une attaque de banque réalisée par « La bande des Dogues » et puis… plus rien (8 pages seulement sont consacrées à la Bande des Dogues qui donne pourtant son titre à l’album). On enquille directement avec le flashback. Il faudra donc nous expliquer le lien entre cette attaque et ce qui s’est passé 20 ans plus tôt car, au bout de ces 48 pages, on n’en a absolument aucune idée. En même temps, c’est un bon moyen d’attiser la curiosité du lecteur. En tout cas, avec moi, ça marche plutôt bien.

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des Dogues

Si l’on ajoute à ça que le dessin, de très belle facture, est particulièrement soigné, on n’est pas surpris que cela renforce la crédibilité de l’ensemble. Stefano Tamiazzo possède son propre style et semble maîtriser la plupart des techniques nécessaires à l’élaboration d’une bande dessinée de grande classe : ses décors sont très beaux, l’attention portée aux détails et aux expressions des visages est manifeste, les perspectives, les mouvements, les cadrages, les couleurs, la matière… vraiment, tout est agréable à l’œil dans son dessin.

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des Dogues

En bref, une BD intrigante, parfois un poil (de chien) décousue, mais très belle à regarder et dont la suite et fin sera attendue.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des Dogues

 

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des Dogues

 

Cynocéphales, ep éditions, Stefano Tamiazzo, Gris de Payne, Histoire, Sociétés secrètes, La bande des Dogues

 

Odradek.

17/07/2017

Le choix du Roi - Tome 1 - Première trahison

couv.jpgle choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartollScénario : Jean-Claude Bartoll
Dessin : Aurélien Morinière
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie : 10 mai 2017
Genre : Histoire / Espionnage

 

 

 

Présentation de l'éditeur

le choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartollJanvier 1936. Alors que Georges V vient de mourir, son fils Édouard, prince de Galles, s’apprête à devenir le prochain roi d’Angleterre. Le premier réflexe, inattendu, du futur souverain est d’appeler sa maîtresse : Wallis Simpson, une nord-américaine à la réputation sulfureuse qui ne cache pas sa sympathie pour le régime nazi en Allemagne... Après seulement 8 mois, Édouard abdiquera pour épouser Wallis, laissant derrière lui le règne le plus court et le plus controversé de l’histoire du trône d’Angleterre.

Wallis Simpson était-elle une espionne à la solde des Allemands ? Édouard VIII a-t-il trahi des secrets d’état ? Que cache cette abdication soudaine ? À travers les yeux de la jeune Nadège, domestique au service de Wallis Simpson, Jean-Claude Bartoll et Aurélien Morinière nous plongent dans les coulisses du pouvoir, à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. Un thriller d’espionnage, historique et politique, qui nous fait découvrir un pan méconnu de l’histoire et révèle l’intimité du roi Édouard VIII, oncle de l’actuelle reine d’Angleterre.

 

 

Mon avis

Je me souviens, il y a quelques années, de bandes annonces à la télé pour des documentaires sur Edouard VIII et même quelques unes de journaux people, évoquant ce roi qui avait « abdiqué par amour » en donnant ainsi l'image d'un personnage romantique forcément positif. Récemment, on peut dire que le vent a quelque peu tourné… Entre des documentaires radios ou télés et cette BD (plus, j’imagine, quelques ouvrages d’historiens), la vérité historique sur ce personnage pas spécialement sympathique remonte à la surface. Car il a beau avoir été le tonton de la Queen d’Angleterre, le bonhomme était tout de même un admirateur du régime Nazi et, sur le plan des idées rétrogrades du moins, un homme en phase avec son temps : les années 30.  

le choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartoll

Tout ceci pour vous dire que le sujet est plutôt intéressant et que ce premier tome me paraît bien le traiter. Ça commence à la fin de la 2ème Guerre Mondiale pour enchaîner aussitôt par un flash-back d’une dizaine d’année jusqu'à l’accession au trône d’Edward… Le reste suit son court tranquillement et se poursuivra au tome 2.

le choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartoll

Non, le seul souci, pour moi en tout cas, vient du dessin. Les couleurs sont léchées et les décors extérieurs (des photos joliment retravaillées à la palette graphique) posent l’ambiance nécessaire au cadre historique du récit, mais… Mais les personnages sont parfois dessinés de manière… comment dire… euh… disproportionnée, au vrai sens du terme… Des épaules tombantes pour des carrures trop fines et des têtes trop grosses. Je comprends d’autant moins qu’en vérifiant dans d’autres BDs de Morinière je n’ai rien vu d’aussi flagrant. Certaines perspectives, certains angles, anatomiques ou non, laissent également un peu songeur… C’est d’autant plus dommage que, je me répète, les couleurs, tout comme les décors sont vraiment réussis. Malheureusement, le problème du dessin, c’est que lorsque l'on remarque quelques imperfections, après, on ne voit plus qu’elles…

le choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartoll

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartoll

 

le choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartoll

 

le choix du roi,première trahison,glénat,histoire,wwii,aurélien morinière,jean-claude bartoll

 

Odradek

15/07/2017

Le kabbaliste de Prague

couv.jpg1.jpgTome 2 - Golem

Scénario : Makyo - Marek Halter

Dessin : Luca Raimondo

Editeur : Glénat

Collection : Grafica

56 pages – cartonné

Parution : 31 mai 2017

Historico-ésotérique

 

Présentation :

Quand on a le pouvoir de créer, on a celui de détruire...

À l’entrée du ghetto de Prague se dresse une statue que ni les Nazis ni les Soviétiques n’ont osé détruire : celle du MaHaRal, le plus grand kabbaliste de tous les temps qui créa le Golem, un être de boue à l’image de l’homme, pour sauver les Juifs de l’anéantissement. Découvrez sa légende...

cov.jpg

Dans Le Kabbaliste de Prague, Marek Halter avait ressuscité en roman ce mythe fondateur du folklore juif d’Europe centrale. Avec cette adaptation en bande dessinée, Makyo et Luca Raimondo donnent vie en images à cette légende et cette créature, inspiratrices d’un nombre incalculable de figures de l’imaginaire moderne – Frankenstein pour ne citer qu'elle.

2.jpg

Mon avis :

Suite et trop courte fin de cette adaptation qui, à mon avis, aurait mérité 3 ou 4 tomes pour être à la hauteur du roman original. Ceci dit, le travail reste soigné, classique et en accord avec la philosophie du texte. Les mythes du Golem et du Dibbouk deviennent compréhensibles, les vues de Prague donnent envie de découvrir la ville, la culture juive d’Europe Centrale fait l’objet d’une présentation intéressante. Le style académique et le propos didactique font de l’ensemble une bonne BD.

3.jpg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

 

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

 

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

Skippy

07/07/2017

Les trois grognards - tome 2 - suite Autrichienne

les trois grognards t2.jpgles trois grognards t2_pl.jpgScénario : Régis Hautière
Dessin : Fred Salsedo
Éditeur : Casterman
64 pages
Date de sortie :  3 mai 2017
Genre : aventure, humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Pour le meilleur et pour l'Empire !

Honoré Dimanche a du souci à se faire. Manipulé par un mystérieux personnage, il a accepté de servir les intérêts d'un groupe de conjurés antibonapartistes.
Mais sa tâche est singulièrement compliquée par la présence encombrante de deux de ses compagnons d'armes : Denez Kemeneur et Félicien Pépinet. Une aventure pleine de rebondissements, inspirée de faits historiques, par le scénariste de La Guerre des Lulus.

 

 

Mon avis

Les campagnes Napoléoniennes revisitées à la sauce humoristique par Régis Hautière et Fred Salsedo. Les trois anti-héros de la grande armée que le hasard, ou la bonne fortune, a réunis continuent leur bonhomme de chemin dans cette deuxième aventure qui les mènent en Autriche. Rien ne devrait les réunir, ou plutôt, tout devrait les séparer et pourtant ils sont quasiment tout le temps fourrés ensemble. Honoré poursuit sa mission d'espion au service de forces anti napoléoniennes, Célestin, le téméraire et candide novice enquille les boulettes et met régulièrement en échec les plans d'Honoré, et la brute épaisse Kemeneur, un peu ahurie mais bien utile dans les coups tordus qui ne manquent pas ...

L'humour décalé qui est censé animer cette série manquait cruellement de punch dans le premier tome. Sans atteindre des sommets d'hilarité, c'est mieux dans le deuxième et l'on commence à être pris d'affection pour ce trio de bras cassé que tout oppose et qui nous arrache quand même quelques bonnes poilades.

A lire pour passer un bon moment de détente.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les trois grognards,hautière,salsedo,casterman,aventure,histoire,napoléon,humour,grande armée,052017

 

les trois grognards,hautière,salsedo,casterman,aventure,histoire,napoléon,humour,grande armée,052017

 

les trois grognards,hautière,salsedo,casterman,aventure,histoire,napoléon,humour,grande armée,052017

 

Le tome 1

les trois grognards,hautière,salsedo,casterman,aventure,histoire,napoléon,humour,grande armée,052017