21/09/2017

Jour J T29 et T30 Le prince des ténèbres

sans-titre.pngsans-titre.pngPlancheA_308002.jpgScénaristes : Duval & Pécau

Dessinateur : Kordey

Éditeur : Delcourt, Série B

Genre : Historique , Uchronie

Sortie : le 16 août 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

L’histoire suit l’enquête d'un personnage ayant existé, John O'Neill, alias le ""Prince des ténèbres"", un agent du FBI ayant eu l'intuition que Ben Laden préparait une attaque d'envergure contre les USA et qui trouva la mort dans la destruction des tours du World Trade Center. Que se serait-il passé s'il avait eu l'occasion de traquer Ben Laden et s'il avait pu empêcher l'attaque du 11 septembre 2001 ?

 

Mon avis :

Voici certainement l'un des titres les plus réussis de la série Jour J, grâce à cette belle trilogie reprenant à la fois faits réels et tournures hypothétiques si le désastre du 11 septembre 2001 ne s'était pas produit.

On suit le parcours et l'enquête menés par l'Agent O'Neil, appelé le prince des ténèbres car il bosse comme un demeuré et s’habille toujours en noir, de la marque "Gucci". Suite à un attentat en Arabie Saoudite,  faisant 20 victimes américaines de l'Air Force, lui et son équipe, notons Sam Sullivan et sa coéquipière l'Agent Carter, raclent l'entièreté du territoire, tentant d'obtenir de minces indices.

Sur place, ils découvrent que Ben Laden a créé un véritable Royaume, des autoroutes, d'immense palais..., qu'il s'agit d'un entrepreneur du Yemen. Ils découvrent également qu'en 1988, il prête au trésor royal - sans intérêts ; que sa route le mènera de la Mecque à Taif, et que l'Iran utilise du matériel Russe contre le Royaume.

Les agents qualifiés analysent le terrain malgré les prérogatives des saoudiens donnant lieu à un rapport du G2 (Services secrets de l'armée) en provenance d'Allemagne qui démontre que l'attentat de Khobar provient d'Al Quaida. Al Fadl a trahi les siens tandis que les différents organismes (FBI NSA CIA) ont leur idée sur le sujet. L'analyse des experts concernant les bombes utilisées est relativement instructive ( Sentex - TNT...)

Notre équipe menée par l'agent O'Neill se retrouve à Gloucester Building Tyson Corner en Virginie, et découvrent avec stupéfaction qu'ils possèdent des dossiers sur Ben Laden depuis 1993.

La partie historique et remaniée est captivante de bout en bout.

- New York en 1993 : 6 morts et 1000 blessés

- Ethiopie en 1996 : le président égyptien est la cible d'un assassinat

Les attentats de Ben Laden se déroulent sur plusieurs continents avec des moyens de logistique surprenants. Pourtant, à ce stade, seuls l'Agent Oneil et son équipe semblent convaincus de la véritable puissance de l'organisation d'Al Quaida.

Les second tome démarre tout en force avec Obama (sénateur) qui tente de convaincre le Président sur la qualité d'O'Neill et ses arguments, bien que le prince des ténèbres soit entaché par traitrise et indiscipline.

La tournure scénaristique atteint son apogée lorsqu'il se retrouve à l'aide de l'un de ses contacts en Israël, afin de débusquer leur ennemi. 

Un scénario quasi parfait qui malheureusement est accompagné par un dessin de piètre qualité, voir maladroit dans le trait. Une qualité graphique qui frôle la décadence sauf si la volonté de caricaturer chaque personnage à l’extrême est volontaire. Franchement, même les plans rapprochés montrent le manque de netteté. Les protagonistes sont laids, quel dommage avec une trame qui excelle. Quant aux présidents et sénateurs, jugez par vous-mêmes...Fort heureusement, les couleurs nettes recadrent quelque peu la qualité graphique. On aurait pu obtenir un chef-d’œuvre, on récolte un bon album.

L'une des forces du récit se note également par la construction efficace de répliques appropriées :

" Qui veut dîner avec le Diable, doit se munir d'une longue cuillère..."

On se laisse prendre au jeu et au rythme de l'intrigue. Un bon moment de lecture avant l'attente de la fin de cette trilogie !

PlancheA_308001.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,duval,pécau,kordey,delcourt,610,historique,082017

 

jour j,duval,pécau,kordey,delcourt,610,historique,082017

 

jour j,duval,pécau,kordey,delcourt,610,historique,082017

Coq de Combat

 

 

 

19/09/2017

Manifest destiny

cov.jpg2.jpgTome 3 -  Chiroptères et Carnivores

Scénario : Chris Dinguess

Dessin : Matttew Roberts

Editeur : Delcourt

Collection : Contrebande

144 pages - cartonné

Parution : 23 août 2017

Western historico-fantastique, à tendance horrifique

 

Présentation :

Le récit romancé de l’aventure fantastique que constitua le périple que menèrent le Capitaine Merriwether Lewis et le Lieutenant en second William Clark pour traverser d’Est en Ouest les USA en 1804.

4.jpg

L’expédition de Merriwether Lewis et William Clark s’aventure toujours plus profondément au coeur du territoire américain. La découverte d’une autre arche les met en contact avec une nouvelle et incroyable civilisation, totalement différente de ce qu’ils connaissaient jusqu’alors. Malheureusement, les dangers qui les guettent ne font qu’empirer…

1.jpg

Mon avis :

Ce volume compile les épisodes 13 à 18 sur les 33 parus aux USA. On atteint donc un moment délicat du scénario qui va devoir éviter de répéter une recette bien rôdée mais qui pourrait commencer à devenir lassante, celle de la découverte du bestiaire horrifique qui se dévoile petit à petit.  Il faut bien avouer que le concept est particulièrement original et accrocheur et que ce voyage au bout de l’horreur reste passionnant à bien des égards. Dans cet opus, deux personnages, Sacagawea et Collins, gagnent en profondeur grâce à de courts flash-backs adéquatement placés.  

7.jpg

Côté dessin, le travail de Matttew Roberts maintient une qualité constante dans les détails de cet univers très inquiétant. Les couleurs de Owen Giani en renforcent l’aspect organique de façon appuyée. Pour certains lecteurs, cette colorisation parfois outrancière s’avère être le point faible de la série. Je n’y vois cependant pas un défaut, loin de là, mais il faut bien avouer que les premières impressions peuvent choquer.

4882876-18.jpg

Scènes gore et sauvagerie débridée sont au rendez-vous pour une série dont le récit sombre et impitoyable ne cesse de surprendre. Je vous ai mis en images les couvertures des magazines US dont une « spéciale » (les amateurs de comics apprécieront ... ou pas).

8.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

Skippy

15/09/2017

Sonora - Tome 1 – La Vengeance

Sonora, Jean-Pierre Pécau, Benoît Dellac, Delcourt, Aventure, Historique, western, vengeanceSonora, Jean-Pierre Pécau, Benoît Dellac, Delcourt, Aventure, Historique, western, vengeanceScénario : Jean-Pierre Pécau
Dessin : Benoît Dellac
Éditeur : Delcourt
56 pages
Date de sortie : 07 juin 2017 
Genre : Aventure, Historique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Sonora, Jean-Pierre Pécau, Benoît Dellac, Delcourt, Aventure, Historique, western, vengeanceRésumé de l’éditeur : À la fin du XIXe siècle, de nombreux Français s’exilent en Californie pour bâtir un nouvel idéal après la Révolution de 1848. Mais la réalité va vite les rattraper… Pécau et Dellac nous entraînent aux côtés d’un héros en quête d’or et de vengeance.

1851.Maximilien Bonnot débarque, avec d’autres aventuriers attirés par la fièvre du métal jaune, à San Juan del Sur, port de la côte pacifique, dernière étape avant San Francisco. Voilà 3 ans que la ruée vers les champs aurifères a commencé, mais Max lui ne cherche pas d’or. Héros torturé par son passé, et notamment par ce qu’il a vécu pendant la Révolution de 1848, il n’a plus qu’un seul but : se venger.

 

Mon avis

Pan ! Pan ! Le nouveau Pécau est arrivé !

Objectivement, cette nouvelle série semble avoir tout pour plaire. Le pitch, un homme qui va au bout du monde pour accomplir sa vengeance et tuer les responsables de l’assassinat de son frère, est d’une simplicité absolue mais toujours aussi efficace. Le scénario qui en découle est beaucoup plus subtil. Entre des flashbacks explicatifs, des personnages abjects, une franc-maçonnerie diasporisée (et un néoSambalogisme ! Un ! Euh, deux, en fait…), une prostituée de luxe, atomique mais prisonnière, des trahisons et une violence omniprésente, il y a de quoi faire.

Dans ce premier tome, Pécau met en place le cadre de la série tout en entrant dans le vif du sujet avec de l’action et des rebondissements. Il prend le temps de développer ses personnages, notamment son héros, Maximilien, mais également l’horrible général, tout en ouvrant quelques portes avec d’autres (Miss Lola et Tortillard) pour les tomes à venir. Et ça marche. Malgré la simplicité du sujet, on accroche facilement et on veut savoir ce qui va arriver leur arriver. Pari réussi pour les auteurs.

sonora,jean-pierre pécau,benoît dellac,delcourt,aventure,historique,western,vengeance

Côté graphique, le dessin possède également les qualités requises pour illustrer cette histoire. Les tons choisis, les cadrages (Dellac aime le « penché ») et, d’une manière plus générale, la plupart des détails sont très bien travaillés, participant ainsi à la mise en place d’une ambiance western glauque et violente à souhait. Bon, vous allez dire que je cherche la petite bête, mais, malgré ses qualités, je tique un peu sur certaines cases. Des proportions, des positions, des mouvements, certains détails, me semblent parfois un peu légers comparés au reste. D’autant que l’impression générale reste très bonne. Autre point négatif, mais c’est pareil, c’est une question de principe chez moi, je ne comprends pas et je trouve ça toujours un peu limite quand la couverture est illustrée par un autre dessinateur que celui qui officie sur la BD elle-même, ce qui est malheureusement le cas ici… Je dois être vieux jeu…

sonora,jean-pierre pécau,benoît dellac,delcourt,aventure,historique,western,vengeance

Quoiqu’il en soit, nous sommes en présence du très bon premier tome d’une série pleine d’avenir. On attend le deuxième avec gourmandise.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

sonora,jean-pierre pécau,benoît dellac,delcourt,aventure,historique,western,vengeance

 

sonora,jean-pierre pécau,benoît dellac,delcourt,aventure,historique,western,vengeance

 

sonora,jean-pierre pécau,benoît dellac,delcourt,aventure,historique,western,vengeance

Odradek

 

 

13/09/2017

La révolte des terres

cov.jpg1.jpgScénario : Koza/ Maximilien le Roy

Dessin : Marion Mousse/ Félix Brune

Editeur : Casterman

Parution : 28 août 2017

104 pages : cartonné

Historique

 

Présentation :

Le premier acte collectif de résistance contre l'occupant nazi.

Ferdinand, jeune mineur du Pas-de-Calais, se sent peu concerné par les consignes de grève générale. Mais en 1941, en pleine guerre mondiale, l'heure n'est plus aux hésitations !

2.jpg

Contexte historique :

Printemps 1941, le bassin minier du Pas-de-Calais, d’une importance stratégique pour l’occupant, subit d’une administration militaire spécialement lourde. Lorsqu’une grève se répand chez les 100.000 mineurs, à la fois pour protester contre la dégradation des conditions de travail et par patriotisme, Fernand, jeune mineur sans histoire, se sent peu concerné.

Mais l’époque n’est pas aux hésitations, et son beau-frère Gilles ne cesse de lui reprocher violemment sa lâcheté. Cependant, la répression ne se fait pas attendre et est particulièrement violente. Les Allemands procèdent à des centaines d’arrestations et à des exécutions. Fernand et Gilles, toujours à couteaux tirés, sont déportés au camp de concentration de Sachsenhausen, près de Berlin, où leur querelle ne les aidera pas à survivre.

3.jpg

Mon avis :

La couverture réversible, prisonnier/mineur, l’épaisseur du trait stylisé, et les lavis gris et noirs donnent le ton d’un récit âpre. La lourdeur oppressante d’un climat délétère, la terrible absence d’espoir des camps nazis et la cruelle injustice qui s’abattent sur Ferdinand se trouvent adoucis par une belle amitié et la passion du jeu d’échecs. La trame narrative se veut complexe avec des mouvements d’époques qui demandent l’attention soutenue du lecteur. La révolte des terres cadre parfaitement son sujet et se pose comme un bel exemple de "devoir de mémoire".

4.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,yana,kordey,duval,pécau,delcourt,510,historique,032017

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

07/09/2017

Breizh - Tome 2 - Une nouvelle terre

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, Historiquebreizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, HistoriqueScénario : Nicolas Jarry et Thierry Jigourel
Dessin : Erwann Seure-Le-Bihan
Éditeur : Soleil Celtic
56 pages
Date de sortie : 7 juin 2017
Genre : Historique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

L’empire romain s’est effondré, les barbares venus de l’est déferlent sur les ruines de la maison Rémus et Romulus. Dans leur île, les Bretons, à nouveau indépendants, reculent devant la triple avancée des Saxons au sud-est, des Scots à l’ouest et des Pictes au nord. Une partie importante d’entre eux hissent les voiles vers les rivages de la Gaule du nord, de la péninsule hispanique et surtout de l’Armorique, à laquelle ils vont donner leur nom, leur langue, un encadrement religieux, une partie de leurs institutions et une empreinte durable....

 

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, Historique

 

Mon avis

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, HistoriqueOn prend (presque) les mêmes et on recommence ! Enfin, le coloriste du tome 1 a tout de même été promu au rang de dessinateur du tome 2. Graphiquement, la collection garde ainsi une certaine unité tout en donnant une meilleure impression générale (ce n’est que mon humble avis). Le dessin reste dense, les pages bien remplies et les ciels un peu trop photographiques. Ceci dit, tout comme pour le tome 1 (et pour cause, c’était déjà lui qui s’en occupait) ça reste très bien fait et presque acceptable pour des gens comme moi généralement allergiques à ce genre d’hérésies chromatiques… Les physionomies des personnages (détails, angles, etc.) semblent également mieux travaillées que dans le tome précédent. Enfin, pour conclure sur la partie dessin, bonheur ultime, il semblerait que l’illustration de couverture soit l’œuvre du dessinateur de la BD (ce qui n’était pas le cas pour le tome 1 et que je regrettais d’ailleurs, naguère, ici même, il y a au moins trois mois, dans la chronique du tome concerné !).

 

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, HistoriqueEn tout cas, pour ce qui est des scénaristes, il s’agit bien des deux mêmes. On y retrouve une grande maîtrise du sujet, une narration chronologique et événementielle rythmée et vivante, de nombreux passages issus de chroniques et de livres de références sur l’histoire de la Bretagne et, last but not least, cette pointe de fierté nationaliste bretonne qui fait le sel (et le poivre !!!) de mes conversations avec certains mes interlocuteurs bretons lorsque j’ai le plaisir de me rendre dans cette magnifique région FRANCAISE tongue-out

 

On continue donc sur la persécution du gentil peuple breton des deux côtés de la Manche avant de se focaliser sur les horribles Francs qui veulent à tout prix les soumettre en Armorique. Bon, c’est d’ailleurs là que je ne comprends pas trop le titre de ce second tome. En effet, il s’intitule « Une nouvelle terre » mais le vrai sujet semble en être l’héroïque Nominoë. Si le début de ce deuxième tome raconte bien la souffrance et l’exode du peuple breton de Grande-Bretagne vers l’Armorique, les vingt dernières pages sont consacrées à un seul personnage : Nominoë, et ceci, dans un ouvrage qui survole environ 3 siècles d’histoire en une cinquantaine de pages. Mon interrogation quant au découpage de cette collection de Soleil Celtic se fait encore plus grande quand je lis au dos de la BD : à paraître : Tome 3 – Nominoë, le père de la patrie, alors que – Spoiler Alert !!! – le Nominoë en question meurt à la dernière page du livre...

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, Historique

En tout cas, ça me fait une raison de plus d’attendre avec envie le troisième tome de cette série sérieuse qui suit son court tranquillement, un peu comme la Villaine…

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, Historique

 

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, Historique

 

breizh histoire de la bretagne, Une nouvelle terre, Nicolas Jarry, Thierry Jigourel, Erwann Seure-Le-Bihan, Soleil Celtic, Bretagne, Historique

 

 

Odradek. 

27/07/2017

999 à l'aube de rien du tout. T1/2

999 à l'aube de rien du tout, Claude Daubercies, Denis-Pierre Filippi, Marco Bianchini, Glénat, adaptation, historique, aventure, initiatique. 999 à l'aube de rien du tout, Claude Daubercies, Denis-Pierre Filippi, Marco Bianchini, Glénat, adaptation, historique, aventure, initiatique. Scénario : Denis-Pierre Filippi, d'après le roman de Claude Daubercies
Dessin : Marco Bianchini
Éditeur : Glénat
48
pages
Date de sortie : 07/06/2017
Genre : adaptation, historique, aventure, initiatique.

 

 

Présentation de l'éditeur

Changement de vie pour un changement de millénaire

An 999, à l'aube de rien du tout. Trois enfants vivent près d'une abbaye. Il y a Sylvain qui est l'ami des arbres, Séretta dont on a tous été amoureux à 12 ans et enfin Titène, qui nage très bien et très longtemps sous l'eau, ce qui est normal, puisqu' il a des ouïes à la place des oreilles. Mais lorsque ce dernier recueille un chat agonisant au bord de la rivière, le destin des trois orphelins bascule. Capable de communiquer avec eux par la pensée, Turolde, le félin philosophe, les conduira pour un voyage vers la liberté, à travers un Moyen Âge crasseux où les ecclésiastes constituent le pire danger pour une bande d'enfants vagabonds...

À la veille de l’an 1000, Denis-Pierre Filippi et Marco Bianchini nous plongent dans la quête initiatique de trois jeunes héros à la découverte de l’amour, de la beauté du monde et de la folie des hommes. Une fable truculente et poétique à la langue riche, vivante et belle, adaptée du roman éponyme de Claude Daubercies.

999 à l'aube de rien du tout, Claude Daubercies, Denis-Pierre Filippi, Marco Bianchini, Glénat, adaptation, historique, aventure, initiatique.



Mon avis

 

Je dis souvent qu'une bonne BD inspirée d'un roman peut donner envie de lire celui-ci. « 999 à l'aube de rien du tout » est de celle-là. Je ne connaissais absolument pas le roman initiatique « Crève matin » ou « 999, à l'aube de rien du tout » de Claude Daubercies, mais maintenant je « crève » d'envie de le lire grâce à l'adaptation faite par Denis-Pierre Filippi et Marco Bianchini.

 

Guidés par un chat philosophe, Turolde, qui semble pouvoir traverser les âges : trois enfants entament un périlleux voyage vers la mer. Nés de parents non catholiques et orphelins de surcroît : ils sont des « moins que rien », j'ai presque envie de dire « des riens du tout ». Ils sont là, dans ce Moyen-Âge crasseux et dominé par la religion, à trimer comme des bêtes de somme pour des croûtons de pain, ne pouvant compter que sur eux-mêmes.

 

Pire encore lorsqu'ils se révoltent à la suite de la découverte d'une relique. Ayant causé un trouble sans précédent en place publique : ils sont pourchassés tels de grands criminels. Eux : des enfants innocents. Mais dans leur malheur, ils ont rencontré ce chat savant, ce chat capable de parler avec eux... ce chat qui a décidé d'aller là, en l'an 999 alors qu'au départ, il voulait assister à l'assassinat de Thomas Becket prévu 171 ans plus tard.

999 à l'aube de rien du tout, Claude Daubercies, Denis-Pierre Filippi, Marco Bianchini, Glénat, adaptation, historique, aventure, initiatique.

Cette BD, comme le roman éponyme, est une preuve en images de la folie des hommes. Ces croyances excessives, bernées par des reliques que personnes ne pourra jamais déterminer l'authenticité (du moins, je ne crois pas...). Des riches ecclésiastes prêchant la vertu et qui ne sont pas en mesure de se montrer généreux envers les plus pauvres ; des mots d'enfants qui sont pris comme des armes mortelles ; une jeunesse désabusée face à ce monde obscur et pourtant tellement réel.

 

Une noirceur mise en avant par un dessin précis. Un univers glauque, inquiétant et mystérieux illuminé par les visages innocents des trois enfants, héros de cette histoire. Et ce chat, comme nous autres lecteurs, témoins de cette déchéance. Acteur même, en devenant le guide éclairé de ses trois enfants qui ne connaissent que le labeur pour une maigre pitance.

 

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

9_10.png

Une superbe découverte dont j'ai hâte de lire la suite.

ShayHlyn.

23/07/2017

Les chroniques courtes (139) :Pline, tome 3, Presque jamais

pline,tome3,les griffes de poppée,yamazaki,miki,casterman,manga,21 juin 2017,historique,biographie romancée,presque jamais,valsecchi,castelli,kramiek,24 mai 2017,poème graphiquepline,tome3,les griffes de poppée,yamazaki,miki,casterman,manga,21 juin 2017,historique,biographie romancée,presque jamais,valsecchi,castelli,kramiek,24 mai 2017,poème graphiquePLINE

Tome 3 – Les griffes de Poppée

Scénario : Mari Yamazaki, Tori Miki

Dessin : Mari Yamazaki, Tori Miki

Editeur : Casterman

200 pages – broché

Parution : 21 juin 2017

Manga historique

 

L’Histoire a retenu son nom. Mais que savons-nous du plus grand savant de l’Antiquité ?

Néron est de plus en plus imprévisible et violent, Poppée semble plus dangereuse que jamais et la ville semble s'enfoncer dans le vice et la décadence. Alors qu'une nouvelle religion prônant l'amour de son prochain fédère de plus en plus d'adeptes, Pline décide de reprendre la route pour de nouvelles découvertes.

Mon avis :

C’est une Poppée enceinte et manipulatrice qui pimente cette aventure en tentant d’influencer Néron pour se débarrasser d’Octavie. Voilà pour le contexte politique. Par ailleurs, l’exploration du contexte social et culturel de l’époque continue faire l’objet d’une attention détaillée tant dans les dessins que dans le scénario. On y trouve un bestiaire fantastique, un aperçu des croyances du temps et des pratiques extravagantes des riches Romains. On y voit notre naturaliste célèbre en activité au travers des yeux d’un chat, Gaia. Cette série s’avère une prise de risque passionnante et brillante. A suivre …

   

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 

 

a08-3e78906.gif

 

 

Skippy

 

 ____________________________________________________________________

pline,tome3,les griffes de poppée,yamazaki,miki,casterman,manga,21 juin 2017,historique,biographie romancée,presque jamais,valsecchi,castelli,kramiek,24 mai 2017,poème graphiquepline,tome3,les griffes de poppée,yamazaki,miki,casterman,manga,21 juin 2017,historique,biographie romancée,presque jamais,valsecchi,castelli,kramiek,24 mai 2017,poème graphiquePresque jamais

Scénario : Tommaso Valsecchi

Dessin : Francesco Castelli

Colorisation : Valentina Grassini

Editeur : Kramiek

48 pages – cartonné

Parution : 24 mai 2017

Présentation :

Un jeune homme raconte à sa grand-mère le rêve qu’il fait inlassablement : il est seul sur une barque à la dérive dans un fleuve. Le courant est fort, il n’a pas de rames, ne sait pas nager, et s’approche de plus en plus d’une tempête.
Cette fois, alors qu’il se laisse porter par la barque, un oiseau y tombe, blessé. L'homme le prend sous son aile, discute avec lui, tente à plusieurs reprises de rejoindre la rive pour les sauver tous les deux - en vain. Son rêve est long, angoissant et pourtant très doux.
Mais est-ce seulement un rêve ?

Mon avis :

Long poème graphique, cet album à l’onirisme affirmé impose un rythme de lecture lent et invite à la réflexion. Le graphisme pictural et la colorisation lumineuse visent d’abord à toucher la sensibilité littéraire et artistique du lecteur. Un bel ouvrage, atypique, qui pousse à la méditation.

 

       

Album_R_sf_txt_65px.jpg

       

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

19/07/2017

Le Troisième Gédéon T2

sans-titre.pngPlancheA_305699.jpgAuteur : Taro Nogizaka

Éditeur : Glénat

Manga Seinen

208 pages - Historique

Sortie : le 7 juin 2017

 

 Avis de l'éditeur :

 

Pour rentrer auprès de sa fille, Gédéon est prêt à subir les pires tortures. Et pour venir au secours de celui-ci, Georges est prêt à défier la famille royale elle-même. Mais le passé qui lie ces deux hommes recèle encore de nombreux secrets. Pour Georges, qui a renoncé à être aimé, Gédéon est un être à part, un autre lui-même qui vit une vie qu'il ne connaîtra jamais…

 

Mon avis :

Quelle maîtrise! C'est tout bonnement jouissif de constater l'aisance et la fluidité avec lesquelles Taro Nogizaka démontre l'étendue de son talent!

D'un point de vue scénaristique, non seulement nous avons droit à une trame ô combien prenante, mais à d'incessants retournements de situations totalement fascinants.

Finalement, certains nobles pourraient provenir de la plèbe dés leur naissance, et vice versa...afin de leur donner une chance de salut, pour métamorphoser une France en décomposition.

Gédéon Aymé et le Duc de Loire ont chacun un passé qui dépasse le simple fait d'amitié, l'un a été recueilli orphelin, l'autre issu de famille noble, mais qu'en serait-il si les rôles venaient à s'inverser?!

Ce second tome révèle le potentiel déjà présent dés le début de série, tout comme pour La Tour Fantôme, on ne peut qu'être totalement aspiré d'intérêt par un tel phénomène.

D'un point de vue graphique, peu à redire, si ce n'est un encrage épais mettant en relief des protagonistes tâchés de violence, de colère et de fourberie, ainsi qu'un découpage altérant entre scènes figées et gros plans.

Tout simplement brillant, l'une des séries phares du catalogue mangas de chez Glénat.

 

Nogizaka%20-%20Le%203ème%20Gédéon%2001%20-%20Illustration%2004.JPG

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le troisième gédéon,taro nogizaka,glénat,910,historique,062017

Coq de Combat

 

19/06/2017

Jour J T28 : L'aigle et le Cobra

sans-titre.pngPlancheA_303591.jpgScénaristes : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau

Dessinateur et Coloriste : Fafner

Éditeur : Delcourt Série B

64 pages

Genre : Historique romancé

Sortie : le 3 mai 2017

 

Avis de l'éditeur :

 Menacée par une armée égyptienne menée par Antoine et Cléopâtre, Rome envoie Brutus pour convaincre Jules César d'aller vers les envahisseurs pour négocier. Aujourd'hui aveugle et retiré des affaires du monde, César accepte sans ignorer que Rome reste aux mains de Pompée, son éternel rival, et qu'il devra probablement affronter toutes les traîtrises, y compris celles de ses plus intimes alliés.

Mon avis :

Notons tout d'abord que ce 27ème tome se déroule en parallèle avec le volume 23 "La République des Esclaves", il est donc judicieux de commencer lecture de manière chronologique.

L'action se déroule en 50 AV JC, où nous retrouvons Jules César faisant reparler de lui, malgré sa cécité et le fait qu'il se soit retiré des affaires. Tacticien dans l'âme, il servira de négociateur envers les forces égyptiennes.

Deux protagonistes se démarquent de bout en bout, à savoir César et Cléopâtre.

César grâce à ses talents stratégiques et politiques, son sens irréprochable des affaires, et son humour noir, qui en surprendra plus d'un par certaines répliques qui valent le détour.

La belle Cléopâtre aussi élégante que morbide joue également les troubles fêtes. Posant telle une muse, la Reine est aussi attirante que diabolique.

Les personnages secondaires, quant à eux, ne rayonnent pas au firmament, restant davantage dans l'ombre qu'à la lumière.

La touche graphique de Fafner régale par des paysages de toute beauté. Vues aériennes, profondeur de champ, soin du détail, autant d'éléments qui justifient amplement le talent du dessinateur. La course de chars et les éternels combats valent réellement le détour!

Malheureusement, les visages des héros manquent cruellement de précision, c'est essentiellement le point négatif de l'ouvrage.

Mais de toute évidence, ce 28ème opus est l'un des meilleurs numéros de la série à ce stade.

Deux tomes sortiront prochainement coup sur coup.(le prince des ténèbres et le Dieu vert)

 

20170506214933_t28.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,fafner,duval,pécau,delcourt,810,historique,052017

 

jour j,fafner,duval,pécau,delcourt,810,historique,052017

 

jour j,fafner,duval,pécau,delcourt,810,historique,052017

Coq de Combat

05/06/2017

La guerre de Catherine

 La guerre de Catherine, Julia Billet, Claire Fauvel, Rue de Sèvres, Historique, jeunesse, tranche de vie, guerreLa guerre de Catherine, Julia Billet, Claire Fauvel, Rue de Sèvres, Historique, jeunesse, tranche de vie, guerreScénario : Claire Fauvel et Julia Billet
Dessin : Claire Fauvel
Éditeur : Rue de Sèvres
112
pages
Date de sortie : 10/05/2017
Genre : Historique, jeunesse, tranche de vie, guerre

 

 

Présentation de l'éditeur :

Une interprétation en images, vibrante et pleine d'empathie, du roman de Julia Billet.

 

1941. Rachel étudie à l’internat de la maison de Sèvres, où ses parents l’ont placée par sécurité. Elle y noue de belles amitiés mais y découvre surtout sa passion, la photographie. Bientôt, les lois contre les Juifs s’intensifient, il n’y a plus de sécurité nulle part en zone occupée. Un réseau de résistants organise la fuite des enfants juifs. Du jour au lendemain, ils quittent tout et doivent oublier, le temps de la guerre, tout de leur vie d’avant, à commencer par leurs prénoms. Rachel devient Catherine. Raconte, lui intiment ses professeurs en l’envoyant sur les routes de la zone libre, un appareil photo à la main. C’est ainsi que nous découvrons le quotidien d’une adolescente juive dans la guerre, ses rencontres, ses peurs mais aussi les quelques moments de répit et de grâce que lui offrira son art.

La guerre de Catherine, Julia Billet, Claire Fauvel, Rue de Sèvres, Historique, jeunesse, tranche de vie, guerre

Mon avis :

La guerre. À lui seul, ce mot évoque tellement d'atrocités ! D'autant plus quand celle-ci s'appelle « World War II », la terrible, la sanglante, l'épouvantable seconde guerre mondiale synonyme d'apocalypse pour les juifs. Aucun n'y échappe qu'il s'agisse de vieillards, d'adultes.... ou bien d'enfants. Comme la très célèbre Anne Franck qui n'aura malheureusement pas échappé au camp de concentrations. Et puis aujourd'hui : Rachel renommée Catherine Colin.

 

« La guerre de Catherine » est une fiction, mais qui se base néanmoins sur des faits, des lieux et des gens qui ont réellement existé. Comme Pingouin et Goéland de la Maison de Sèvres, qui ont sauvé beaucoup d'enfants juifs. Mais Catherine, c'est un peu de Tamo Cohen (mère de l'auteure), un peu d'Anne Franck, ... un peu de tous ces enfants et adolescents qui ont dû fuir inlassablement, mettre leurs identités de côté – allant même jusqu'à nier leur foi judaïque – pour échapper aux Nazis et leur envie d'anéantissement totale des juifs sur Terre.

 

C'est ainsi que nous suivons les traces de Catherine, grande amatrice de photos, qui se verra confier la tâche de rendre compte à l'Humanité de la survie des juifs dans cette France en guerre.

 

« Prends des photos, collecte des images, et rapporte-nous tout ça à la fin de la guerre. Va, regarde le monde avec des yeux d'artiste, de citoyenne de la République des Enfants. Ne perds rien. Nous aurons besoin de ces témoignages quand la guerre sera finie. » Goéland à Catherine, page 46.

La guerre de Catherine, Julia Billet, Claire Fauvel, Rue de Sèvres, Historique, jeunesse, tranche de vie, guerre

Avec un dessin simple, Claire Fauvel étant à la base illustratrice de livres pour enfants, le contexte n'en est pas moins fort ! J'ai été subjuguée par les efforts – parfois surhumains pour des petits bouts qui sont forcés de changer de nom entre autres choses – par le courage et par la détermination tant de ces enfants, mais aussi des résistants qui les entourent. Des gens, Français pour la plupart, qui doivent se montrer forts, voire sévères, pour s'assurer de la sécurité de chacun de leur protégé.

 

J'ai donc été marquée par le petit Samuel Levy qui se fait gifler car il n'a pas donné son nom « francisé ». Ou Catherine qui, machinalement, a fait son signe de croix judaïque alors qu'elle est supposée être une étudiante dans un couvent chrétien.

 

Pourtant, l'âge faisant, elle comprend. Catherine, Rachel de son vrai prénom, sait que c'est pour son bien. Si un boche devait arriver à l'improviste, ce simple signe de croix de la main gauche serait un signe évident des origines de la jeune femme. Et non seulement sa vie serait en danger, mais également celle de toutes les personnes vivant sous le même toit.

 

Autant vous dire que si d'ordinaire, je m'arrête sur le dessin (parce que j'ai mes goûts très tranchés dans le domaine), autant là : c'est presque mieux ainsi. Ce dessin simple nous permet de se concentrer sur l'essentiel. La vie de cette adolescente, presque femme, qui doit échapper à la mort. De rencontres en nouveaux départs, Catherine traversera tout le pays en gardant son objectif en tête : montrer la vie au sein de la résistance pour qu'il reste une trace de ce cauchemar.

 

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Perfect.gif

Et ce témoignage, c'est mon coup de cœur ! J'ai été profondément touchée par ces gens qui ont donné leur vie pour une juste cause. LA CAUSE. La vie. La liberté. L'égalité. Des ouvrages comme « la guerre de Catherine », ce sont autant de preuves que la guerre est immorale, abjecte et que ceux qui la souhaitent sont d'une répugnance crasse (je pense aux dégénérés qu'on peut voir chaque jour aux infos... et qui s'attaquent aussi bien aux vieillards, qu'aux adultes... qu'aux enfants).

ShayHlyn.