28/03/2016

Redhand, l’intégrale.

redhand.jpgredhand t3.jpgScénario : Kurt Busiek, Sam Timel
Dessin : Mario Alberti, Bazal
Editeur : Humanoïdes Associés
146 pages.
Sortie : mai 2015

Genre : Science-fiction.

Le résumé.
Des chasseurs découvrent un homme dans un laboratoire d'une autre époque. Cet homme amnésique qu'ils nomment Redhand possède d'étranges techniques de combat. Amené au village des chasseurs, il parvient à se faire accepter par l'ensemble de la communauté, à l'exception du shaman qui reste suspicieux à son égard. Une prophétie n'annonce-t-elle pas qu'un homme sans nom, né adulte, insensible aux pouvoirs des dieux sera un jour leur destructeur ?

Mon avis.
Sur ce coup là, André qui m’a passé ce « tome 3 » m’a bien fait rigoler.
J’ai dû aller chercher loin dans mes souvenirs pour me rappeler avoir déjà lu ce titre Redhand dont le tome 1 était paru en 2004. Mais André me fait savoir que c’est très facile de retomber sur ses pattes pour se remémorer l’histoire. Je m’étonne déjà que ce tome ait un coffret mais quand je découvre qu’il s’agit d’une intégrale, je comprends nettement mieux le coffret et qu’on retombe effectivement facilement sur ses pattes puisqu’on a là toute l’histoire. Je pense initialement qu’André s’est fait avoir (35 euros quand même) mais il n’avait pas vraiment le choix puisque le tome 3 n’existe qu’en format numérique. Il faut aussi savoir que les anciens tomes 1 et 2 ont été modifiés (une version "tunée" en somme) pour permettre au nouveau scénariste de réaliser une fin cohérente. C’était ça ou rien visiblement, soyons déjà contents d’avoir une fin.
Les changements sont assez faciles à distinguer grâce aux différences graphiques entre les deux dessinateurs. J’avais une nette préférence pour le dessin d’Alberti pour sa singularité. J’apprécie toujours un trait qui se dissocie de la masse.
L’ensemble se lit néanmoins avec enthousiasme, c’est un peu comme un film typé Marvel, on en prend plein les yeux et on oublie assez vite les faiblesses du jeu d’acteur des personnages. En parlant de film, c’est un peu comme si Spartacus rencontrait la planète des singes.
Sinon, Redhand, il peut revenir quand il veut casser la gueule à ces lobotomisés de Daesh vu qu’il est trop fortiche pour dégommer tout le monde même les dieux, ça fera plaisir à tout le monde (j’ai écrit cette chronique le 22 mars).
En résumé, du divertissement SF musclé qui a le mérite d’exister (vu les problèmes que les humanoïdes ont traversés).

 

redhand-t2-cover.jpg

a07-3e78901.gifScénario 


a07-3e78901.gifDessin 

a07-3e78901.gifGlobal.

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

30/11/2014

Les Chroniques Courtes (64) : CARTHAGO –T 4

couv_223842-48bc748.jpgplanchea_223842-48bc759.jpgCARTHAGO –Tome 4 : Les monolithes de Koubé.

Dessin : Milan Jovanovic - Scénario: Christophe Bec

Editeur : Les Humanoïdes Associés

Sortie : 15/810/2014

56 pages-couleurs.

Aventure, fantastique.

 

 

 

Le résumé (de l’éditeur) :
  Lors d'un forage dans une caverne sous-marine, des scaphandriers sont attaqués par un fossile vivant, un megalodon. Ancêtre préhistorique du grand requin blanc, il est le plus féroce prédateur des mers que n'ait jamais connu notre planète. L'océanographe Kim Melville découvre que des spécimens ont survécu dans des grottes sous-marines alors qu'ils sont censés avoir disparu depuis 5 millions d'années! Une découverte qui pourrait remettre en question l'équilibre écologique de la planète et la survie même de l'humanité.

 

Mon avis :  
J’aime beaucoup le travail de Christophe Bec et cette série « Carthago », je la suis depuis le début. Il excelle dans ce type de scénario qui mêle l’aventure avec une petite dose de fantastique, juste de quoi se retrouver à la lisière du réel et du possible. 

 

Je dois cependant constater que j’ai été déçu par ce quatrième tome. Est-ce dû à « pas de chance » ?  Il n’empêche qu’il ne se passe rien de bien spectaculaire et les quelques développements ne font pas beaucoup avancer le schmilblick…Un album de transition probablement en attendant d’autres développements et un peu plus d’action.

 

 

 

a07-3e78901.gif

 

 

 

Capitol.

29/05/2014

IZUNAS par Saverio Tenuta - Tome 1 : KAMIGAKUSHI

humanos,izunas,saverio tenuta,carita lupattelli

Les Esprits de la nature, appelés KAMIS, vivent parmi les hommes depuis des lustres. Pour se protéger de l'arrogance humaine ils ont crée le KAMIGAKUSHI, un voile qui les rend invisibles aux yeux des mortels et les empêche également de nous voir.

humanos,izunas,saverio tenuta,carita lupattelliDans le monde des KAMIS apparurent un jour les NOGGOS, êtres maléfiques voués au mal et dont nul ne connaissait la provenance ou les but.

Pour se protéger de ces noirs démons MUNEMORI, l'arbre sacré des KAMIS, donna naissance à des protecteurs composés de deux castes, les ONBAS accoucheuses et les SENSHIS guerriers. Ces protecteurs, respectés par tous, se nomment les IZUNAS.

Sur ces bases tirées de la mythologie du Japon médiéval, l'auteur SAVERIO TENUTA nous livre un récit féerique où guerriers samouraïs, loups à cornes de cerfs doués de parole, moines mystiques, démons noirs visqueux et petits renards magiques se côtoient dans des forêts enchantées, des villages humains ou des champs de bataille mortels!

Au début du récit les SENSHIS, loups blancs cornus, commandés par le fier  Mamoru combattent les NOGGOS afin de protéger MUNEMORI l'arbre sacré donneur de vie. Le second de Mamoru, le noble Kenta est tué au cours de ce combat et l'arbre sacré infecté par la noirceur des NOGGOS. Les SENSHIS prient l'arbre de donner naissance à un autre Kenta; l'arbre va "pondre" deux êtres, un SENSHI et un bébé humain.

humanos,izunas,saverio tenuta,carita lupattelliCe bébé, accueilli comme un mauvais présage, va devenir une fière jeune fille AKI qui a le pouvoir de voir les humains. Accompagnée de son "jumeau" le nouveau Kenta, elle va communiquer avec les humains, assister à la guerre que mène un général pour destituer le Shogun régnant, être l'objet de l'amour du fils du général.

AKI est peut-être la seule capable d'empêcher la destruction du monde par les démons NOGGOS...

 Bref! un album sublime, un très beau dessin de CARITA LUPATTELLI, des couleurs flamboyantes mais un récit trop complexe auquel on n'arrive pas à s'intéresser. Le panthéon démoniaque, les légendes et autres mythologie japonaises sont trop éloignés de notre propre imaginaire. Peut-être que le tome deux sera plus accrochant car le premier perd trop de temps à nous expliquer le lieu, les personnages, la légende et on a du mal à suivre.

humanos,izunas,saverio tenuta,carita lupattelliIZUNAS TOME 1 - KAMIGAKUSHI - LES HUMANOIDES ASSOCIES

SORTIE : 14 MAI 2014 - PRIX : 13.95 €

SCENARIO : SAVERIO TENUTA et BRUNO LETIZIA

DESSIN et COULEURS: CARITA LUPATTELLI

MA NOTE:  SCENARIO : 4/10 - DESSIN : 7/10 - MOYENNE : 5.5/10 - JR

 humanos,izunas,saverio tenuta,carita lupattelli

 

23/10/2013

« SARAH, les démons de Little Valley »

 Sarah3.jpgSarah3r.jpgsérie terminée (3 tomes), éditions Humanos 2013 (dessin : Stefano Raffaele et scénario : Christophe Bec). 

  Résumé : 

Partie rejoindre son mari David en Pennsylvanie - à Salamanca, une ancienne petite ville minière -, Sarah est une jeune femme meurtrie qui cache un lourd passé. Qui plus est, une voix étrange et familière lui parle dans sa tête et commente ses découvertes : il se passe de « vilaines choses à Salamanca, de très vilaines choses », des meurtres y sont commis et les habitants cachent de terribles secrets. Mais ce sera peut-être pour Sarah une occasion d’affronter ses démons, au propre comme au figuré... ? Car la personne responsable de l’état dépressif de Sarah est sur ses traces ! « L’homme aux bottes jaunes... » comme on l’appelle, ou encore « Le jardinier ». Et ces autres traces, entre l’homme et l’animal, quelles sont-elles ? D’où viennent-elles ?... Salamanca n’est décidément pas le coin tranquille pour se remettre d’une dépression... Non, vraiment pas. 

  

Sarah3fdc.jpg

 

Mon avis : 

Le premier tome m’avait emballé avec son ambiance qui montait crescendo. Le deuxième faisait plus série b mais toujours agréable et annonçait une suite prometteuse et surtout plus explicative. Hélas, et même si le dessin de Stefano est superbe comme à l’accoutumée (voyez les pages se déroulant de nuit et celles de la fin d’album, parmi les plus jolies qu’il ait réalisées), la conclusion - paradoxalement - m’a fort déçu. 

Pourtant, cela partait bien, très bien même, et chaque énigme/ scène des deux autres albums trouve sa raison d’être, mais la fin arrive sans prévenir et pour le coup je trouve qu’elle gâche la bonne impression qui se dégageait jusque-là. J’ai pensé (peut-être à tort) que Bec ne savait plus quoi faire avec ses personnages (pas d’autres cycles en vue alors qu’avant les revirements éditoriaux, un deuxième était annoncé...), donc on les précipite dans un flot de sang et le tour est joué. Rideau baissé... J’ai trouvé çà limite injuste, pas très abouti, après tout le mystère des débuts, tous ces fils qui s’entrecroisaient de façon (presque) convaincante. « Presque » car l’origine des Thérias, de cette « guerre » entre eux et les humains reste bien mystérieuse. On devine qu’ils veulent garder leur liberté, mais d’où viennent-ils ? Surtout que certains ont apparemment des « sentiments » ? 

En comparaison, Pandémonium (autre série de Bec) me paraît mieux équilibré. Elle faisait honneur à son sujet, avec une fin tragique mais logique. 

  

 

J’ai relevé quelques erreurs dans le lettrage aussi. « Sarah Westmore » est indiqué plusieurs fois alors que ce nom est celui du voisin, pas de Sarah... Quand on fait le lettrage, on n’est pas censé connaître un peu les personnages et l’histoire ? Pas très sérieux. 

  

 

La série dans son ensemble mérite donc un bon 8/10 (dessin top et histoire satisfaisante, avec un dernier tome bien dense), mais cette fin... Je suis très réservé sur ce tome trois au point que je me demande même ce que les lecteurs/lectrices en penseront. 

  

 

Nicolas 

Sarah3fdcx.jpg

23/01/2012

« Sanctuaire » l’intégrale des 3 tomes

sanctuaire.jpgSanctuaire2p.jpg par Christophe Bec et Xavier Dorison, paru aux éditions Humanoïdes associés (2011).
 

Résumé :
 

Juin 2029, mer méditerranée, un sous-marin nucléaire américain dernière génération, le « USS Nebraska » dirigé par le commandant David Hamish, longe les côtes de la Syrie avec laquelle son propre pays est au bord de la guerre... Une situation sensible aggravée par l’état dépressif d’Hamish et la découverte d’un sanctuaire babylonien perdu dans les abysses ; et semblant receler bien des mystères...
Mystères que le commandant et son équipage devront bientôt affronter, à l’instar de leurs propres démons, car le mal qui rôde dans ces eaux troubles est séculaire et pire que la mort elle-même !...
 

Mon avis :
 

A l’occasion d’une jolie réédition de l’intégrale, commandée pour un ami, je me suis mis doucement à la relecture de ce récit, lu une première fois il y a de çà des années...
Ce qui frappe d’emblée, c’est l’ambiance désespérée qui émane à la fois du scénario et du dessin. On nage en plein huis clos, en plein « délire », terrorisé à la fois par des décors sombres avec très peu de lumière, et les légendes terribles liées au fameux sanctuaire.
A ce niveau, c’est complètement réussi : l’oppression est palpable au fil des pages et on a peur car on se sent perdu, au bout du rouleau, comme les personnages du sous-marin... Mais qui dit huis clos maritime, dit aussi lenteur et manque de rythme. Une faiblesse pardonnable quand on sait que l’essentiel de l’action se passe dans une machinerie aquatique ou bien dans un temple... Je me souviens que le film « Abyss » de James Cameron (que j’adore) souffrait aussi du même problème mais compensait cette lenteur par une analyse plus fine des personnages et une ambiance de fin du monde vraiment très crédible.
Ici, on est plus proche d’une série b bourrée de testostérone (aucun personnage féminin) ; même si certaines scènes semblent fortement tirées du film que je viens de citer ! (Voir la scène avec le DSRV piloté par un militaire névrosé, à la fin du 2ème tome, par exemple).
 

Bref, un livre à lire surtout pour son ambiance torturée et ses dessins qui vous font perdre peu à peu tous vos repères. Certains critiquent d’ailleurs le fait que les visages se ressemblent assez, et c’est un peu vrai. Moi-même, en première lecture, çà m’a agacé. Mais il faut voir çà comme un « bonus », car dans l’obscurité après tout, face à un démon inquiétant qui vous en veut personnellement, ne pas savoir qui est assis à côté de soi, c’est… effrayant ! (Rires) Pour moi en tout cas çà a plutôt bien fonctionné, malgré, je le répète, une lenteur, un manque de rythme qui alourdit quelque peu la narration.
 

Ma note générale : 7/10
 

Sanctuaire-extrait-2_big.jpg


Petit cadeau : un poème, écrit par moi il y a un petit temps et publié sur le blog du dessinateur.
 

 

Sanctuaire


Malgré le manque de vivres
Qu’une fleur aussi jolie
Sur une terre aussi aride
Puisse survivre à la nuit
C’est pour moi un mystère ;

Comme de décoder les codes
D’une ogive nucléaire
Et me réveiller malgré tout
Sur terre

Après un long coma sous la mer
Tout près de ce « dieu fou »
Un temps convoité par Hitler,
Suivi de ses pairs recouverts de rouille,
Eternels prisonniers de son sanctuaire
Que pour la dernière fois des pieds
Foulent.

Car avec mon fils-ma moitié au paradis
Et non en enfer,
Cet orphelinat où tous guérissent de la vie,
Plus jamais un corps traversé par le verre
Ou le fer vous serez, mais un esprit ;

Une fleur de lys délivrée des tourments
Infinis...

Nicolas.


10/05/2011

Les épées de verre T2:Ilango.

Épées de verre (Les)2.jpgÉpées de verre (Les)2p.jpgAuteurs : Corgiat et Zuccheri
Editeur : les humanoïdes associés ;
Sortie :02/2011

On fait barrage.
Yama est à la poursuite d’Orland, accompagnée de Miklos et de Booba, Aulis et Catano. Ils arrivent à Karelane, gigantesque mégalopole qui doit sa survie au barrage construit par les « moucherons », des hommes et des femmes venus chercher refuge aux abords de la cité à la suite du dérèglement climatique. Yama est devenue une jeune fille, sa colère est toujours présente et son désir de vengeance prend le pas sur son destin. Dans la cité, Orland est devenu le chef de la milice qui réprime le moindre manquement à la règle.

La cité du bonheur.
Voilà bien une série qui passe malheureusement un peu inaperçue mais qui mériterait qu’on lui donne nettement plus d’importance.
Car premièrement, ces épées de verre sont une très belle réussite du point vue de son graphisme .L’italienne Laura Zuccheri  nous livre dans ce tome 2 un univers urbain des plus aboutis. Les détails sont légion et on perçoit réellement une grande minutie pour créer les décors .En plus, les tenues vestimentaires sont également très travaillées (on se dirait chez des incas version samouraï). Je pourrais encore faire l’élonge des marais, de l’architecture, des animaux …bref visuellement c’est impressionnant.
Pour le scénario, malgré une allure de sénateur, il prend du coffre. On joue en réalité sur 3 tableaux : la vengeance, les mystères des épées et le socio-climatique. Les auteures n’ont pas oublié de rendre les différents protagonistes très attachants avec des touches d’humeur très révélatrices sur leur personnalité.
Je conseille donc chaudement cette BD si vous êtes fan d’ héroïc-fantasy, c’est une magnifique invitation à un voyage des plus envoutants.
 9-17b2.gif




On en parle sur le forum.

épées de verre.jpg



Inscrivez-vous à la newsletter.

27/12/2010

Le réseau Bombyce T3: Stigmates.

Réseau Bombyce (Le)3.jpgRéseau Bombyce (Le).jpgAuteur : Cécil.
Editeur : Les humanoïdes Associés.
Sortie : 11/2010.

Le réseau.
L'heure des réponses et des règlements de compte a sonné pour Mouche et Eustache ; nul n'en sortira indemne

La fin du vol.
On n’y croyait plus trop et puis non, voilà enfin l’ultime tom e du réseau Bambyce. D’un coup, j’ai ressorti ma vielle édition de 1999 pour relire ces 3 tomes. Point de vue du dessin, Cecil est toujours aussi bon surtout pour nous créer une atmosphère « belle époque » envoutante .Les personnages ont toujours une gueule pas possible et la finesse des détails est admirable. Par contre, on note tout de suite une colorisation différence, plus lumineuse mais également plus froide.
Pour ce qui est du scénario, c’est également Cécil qui s’en occupe .Vu comme Corbeyran traite ses fins de série, on peut même s’en réjouir de voir son abandon sur cette série.
Comme il s’agit de boucler ce tome avec de la matière pour 2, fatalement le scénario est condensé .Le nombre de personnages n’aide pas vraiment à la bonne compréhension du dénouement .Parfois, on note aussi quelques raccourcis bien pratique pour faire avancer le smilblick .Mais bon à part ça, on doit remercier Cécil d’avoir eu la persévérance de nous proposer une fin. Un beau respect vis-à-vis des lecteurs. Pour ce qui est du final, il est âpre, dur mais comme  le réseau Bombyce n’a jamais fait dans la dentelle, on ne s’en étonne même pas .J’ai même remarqué une certaine retenue, voir une pudeur de ce point vue là.
Pour moi donc un album correct qui a le grand mérite d’exister.
7-17b0.gif

 

 

On en parle sur le forum.

rond.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

 

29/04/2010

Mandalay .T3:Invasions.

Mandalay3MandalayAuteurs : Thirault ,Guice et Perkins.
Editeur : Les humanoïdes associés.
Temps de lecture : 29 min

La guerre.
Les Japonais ont envahi la Thaïlande puis se sont lancés à la conquête de la Birmanie à partir de Rangoon. La XVe armée du général Iida remonte rapidement vers le nord du pays, et prend Mandalay, forçant l'armée anglaise à une retraite humiliante et meurtrière. Les Japonais sont aidés dans leur conquête par les maquisards que dirige Alex Waters, dont Leng déchaîne les pouvoirs, créant terreur et dévastations. Pour l'avoir combattu dans la jungle, Lance Waters a compris que son jumeau n'est pas l'otage des nationalistes, mais leur guide sanguinaire. Lance fait partie d'une troupe commando d'élite et les hommes de sa division font le << sale >> boulot en incendiant les puits de pétrole de Yenangyaung que convoitaient les Japonais, puis en restant en arrière pour couvrir la retraite de l'armée anglaise et des civils (Indiens pour la plupart) qui tentent de gagner les Indes. C'est la seule issue, car la route de la Chine est déjà coupée : elle est contrôlée par Leng et Alex. C'est paradoxalement au coeur de ce conflit inhumain que l'humanité des protagonistes va se révéler.

Bizarre.
Drôle de truc que ce tome 3 de Mandalay .
Vous y retrouverez une succession de scènes de guerre  sans grand intérêt  pour le lecteur. Malgré la boucherie des combats, je suis resté assez détaché du récit sans jamais y éprouver le moindre sentiment d’émotion. En plus le coté fantastique qui aurait pu relever l’originalité du récit est quasiment absent de ce tome.  Rajoutez-y quelques problèmes à bien suivre l’histoire à cause de la difficulté de reconnaitre les personnages, et nous voilà devant une BD où il faut s’accrocher pour poursuivre l’aventure. Mandalay , Mayday mayday.

surprises.smileysmiley.com.4

Mandalay 3

04/05/2009

L'enfant de l'orage , Où portent les courants.

Enfant_de_l__orage_tome_3enfantorage3-1Auteurs :Bichebois et Poli.
Editeur : Humanoïdes associés.


Le périple.
Après avoir échoué sur les îlots flottants, Laïth et ses compagnons sont recueillis par les habitants de Vuenthal. La vie est paisible là-bas mais Laïth veut en savoir plus et il sait où se diriger pour découvrir les secrets de son passé. Il se met alors en route, abandonnant sur place et trompant ses amis sur ses intentions.
Bien loin de là, à Medillum, la guerre continue et Alghärd devient de plus en plus puissant...

Mégamag.
Un album qui est sorti en janvier et le voilà seulement chroniqué. Je me mets en somme en harmonie avec le laps de temps entre ce tome et son prédécesseur (4 ans quand même).
Pour la critique, c’est quasi le même avis que pour le tome 2.Coté pile : un monde bien mis en place, des personnages attachants, une belle réalisation et de belles couleurs. Coté face : une aventure qui avance beaucoup trop vite, des transitions  trop tranchantes et un scénario sans réelle surprise.
Sinon, tout le monde pensait à la fin de l’histoire avec ce tome 3 .Mais bien vite, on avait compris que non avec le stikers « fin de cycle ». Le cycle « enfance » se termine donc pour faire place à l’âge adulte avec un nouveau cycle « le prince de l’orage » mais attention avec un autre dessinateur.
Le lecteur peut donc se sentir légitiment un peu tromper sur la marchandise.
Pif paf pouf, voilà c’est comme ça  que l’histoire se déroule tout comme  la ligne éditoriale de cette série.
surprises.smileysmiley.com.6

PS:Punaise, ça manque vachement de commentaire. J'aurais cru avoir un peu plus d'enthousiasme surtout sur l'article précédent.

enfantoragejpg

21/04/2009

Carthago,L'abysse challenger.

carthago02_8242820090302183018_t2Auteurs : Bec et Henninot.
Editeur : Les humanoïdes Associés.


L’apnée.
L'épuisement des ressources naturelles de la planète pousse les nations et les industriels à explorer les gisements qui se cachent dans les profondeurs abyssales des océans. Ce faisant, ils libèrent malgré eux des monstres qu'on croyait depuis longtemps disparus. Mais ce n'est pas tout car la Mer, à l'origine de toute vie, cache encore bien des secrets et sera peut-être l'avenir de l'Homme.

Ma narcose des profondeurs.
Je vous invite à aller faire des petites recherches sur le net sur le mégalodon ou le capitaine Cousteau et vous découvrirez que les lieux, citations, chiffres  et théories avancées dans ce « Carthago » sont loin d’être innocents. On finirait par croire que le mégalodon est toujours là parmi nous.  Et grâce au talent de Henninot, on n’est pas loin de l’ivresse des profondeurs tellement le rendu des milieux subaquatiques est remarquable. Par contre, j’ai un peu tiqué avec l’accumulation des faits classés inexplicables. J’ai peur qu’on risque  à un moment de tomber sur Dracula si ça continue ainsi dans l’énumération de tous les mythes fantastiques. Je me méfie toujours aussi pour la suite, 8 tomes, ça me semble long comme pallier de décompression pour surprendre le lecteur à chaque album. On verra mais septique comme une fosse le Samba. Mais pour le moment, plongeons, on a un mégalodon à attraper
surprises.smileysmiley.com.7

On en parle sur le forum.
ICI.

carthago2