19/10/2017

Chronosquad T4 : Concerto en la mineur pour timbales et grosses têtes.

chronosquad.jpgchronosquad t4.jpgScénario : Giorgio Albertini
Dessin : Grégory Panaccione.
Editeur : Delcourt (néopolis).
248 pages
Sortie : 13 septembre 2017
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
découvrez dans cet ultime épisode tous les tenants et aboutissants de cette folle épopée trans-temporelle. L’inextricable écheveau de ligne narratives se dénoue enfin avec une évidence inattendue et enthousiasmante.

1172_5121bd806336df283ba00d1b5887452b.jpg


« J’ai vu ces machineries lors de mon voyage. Elles sont petites et utiles à plein de chose, inutiles comme par exemple aligner des rangées de friandises colorées. »

Mon avis.

Je ne sais pas si on se rend bien compte de l’exploit de Grégory Panaccione sur cette série. Il nous a pondu presque 1000 pages en un an. En effet le tome 1 date d’octobre 2016. J’imagine qu’il avait pris un peu d’avance mais quand même, c’est prodigieux surtout que le dessin est loin d’être bâclé. Il suffit de jeter un œil au décorum des frères Montgolfier ou du concert des Clash pour s’en persuader.
D’ailleurs, a-t-on des nouvelles du dessinateur milanais ? Sa famille ou ses proches l’ont-ils vu récemment ? Ne croupit-il pas dans une infâme geôle de Recep Erdogan ou de Vladimir Poutine ?
Ce qui est sûr, il doit avoir perdu son bronzage car vivre comme un ermite, ça doit laisser des traces !
Je suis toujours bluffé par sa capacité à faire passer sans aucun texte une foule d’émotion simplement avec son trait entraînant et presque magique.
Et sinon pour l’histoire Samba ? Je pense qu’il faut prendre cette brique comme un grand divertissement. Certes certains sujets sur la relativité du temps passé, sur les revendications sociales au néolithique, la satire sur notre belle technologie abrutissante sont bien présents mais on retient surtout la comédie et l’humour de cette saga. A noter, les affiches publicitaires qui entrecoupent le récit sont toujours aussi délirantes. Revivez la résurrection de Jésus avec un visa du Vatican !!!
Voilà, c’est assez léger, guilleret comme histoire mais bougrement copieux pour son contenu.
Bonne digestion à tous.

chronosquad 4.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

14/10/2017

Game Over T16 Aïe aïe eye

game over t16.PNGAuteur : Midam.
Editeur : Glénat, collection Mad Fabrik.
48 pages.
Sortie :3 octobre 2017.
Genre : humour

 

 

Sur la couverture, 2 grands yeux essayent certainement d’hypnotiser la princesse.
Vos paupières sont lourdes adorable princesse, de plus en plus lourdes triple blonde, elles sont égales à une tonne de blorks.
Vous allez maintenant m’écouter attentivement et enregistrer mes 10 commandements.

game over t 16.PNG

 

-Ne pas pendre son linge quand le barbare fait de la tyrolienne, il vous libère des corvées ménagères.
-Ne pas sauter à la corde, vous avez passé l’âge.
-Ne pas s’effrayer bêtement à la vue du sang sur le barbare, pensez qu’il a attrapé la varicelle.
-Faites une augmentation mammaire, visiblement le barbare fait une fixation là-dessus.
-Aucun n’échange de fluide, même pour un bouche-à-bouche.
-Pas de retouche maquillage, une calamité tu resteras.
-Ne joues pas aux cartes, tu ne sais pas y jouer de toute façon.
-N’appuies pas sur le détonateur à dynamite, ça me parait pourtant évident.
-Mets un casque au lieu de ton bête chapeau pointu.
-Oublies le ménage, surtout à trois.

game over t  16.PNG

 

Mais bon même avec ces conseils, vous n’êtes pas encore sortis de l’auberge.

Fichier 48R1_sf_65pix.png

a05-3e788c9.gif

 



Samba

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : game over, midam, glenat, mad fabrik, humour |  Facebook | |

13/10/2017

Dialogues

Dialogues, Karibou, Delcourt, humourDialogues, Karibou, Delcourt, humourScénario : Karibou
Dessin : Karibou
Éditeur : Delcourt
130
pages
Date de sortie : 06/09/2017
Genre : humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Des héros mythologiques aux grandes figures de l’histoire, en passant par des soldats, des démineurs ou des hommes politiques, tout est sujet à débat, surtout si c’est absurde, et que ça parle beaucoup.

Peut-on négocier avec Charon pour passer le Styx à moindre coût ? Socrate et Platon peuvent-ils se disputer sur les ombres chinoises ? Vincent van Gogh aime-t-il trop les tournesols ? Doit-il y avoir un règlement intérieur à votre culte satanique ? Disputes, quiproquos, digressions et incompréhensions sont les bases de ces dialogues fous, décalés, anachroniques et terriblement drôles.

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

Mon avis

 

Dans la terrible saga des « au secours maman ! Mes yeux, ils brûlent... » voici DIALOGUES ! Je peux vous dire que là, j'ai atteint mon quota annuel de désinfectants oculaires suite à cette succession d'ouvrages « bêtes » (et méchants pour « y a pas de miracle »). Si le prix de la bêtise devait être accordé à quelque-chose, ça serait sans aucun doute ce « truc » qui remporterait la palme d'or avec ces références à des grands classiques auxquels l'auteur a modifié les répliques, souvent cultes, par des expressions inqualifiables de la jeunesse actuelle.

 

Si on ajoute à ça, que j'ai pu entendre ce même genre de vulgarités dans la rue en allant promener mes chiens après avoir tué mes neurones avec cette lecture : le compte est bon pour aujourd'hui...

 

Vous l'aurez compris, autant j'ai pu trouver de l'objectivité à chroniquer « Y a pas de miracle » autant là, là... je ne peux pas. C'est juste insultant pour les grands noms pris à parti. Je pense notamment à James Bond, les mythologiques grecques et romaines, Dieu, Jésus et même les vikings en ont pris pour leur grade... et autant vous dire que tout ce petit – beau – monde a pris cher. Très, très, très cher. Pas un dialogue pour rattraper l'autre, quant au dessin : si ce dernier a eu le mérite de me rappeler les illustrations qui accompagnaient les livres de jeux tels que mots mêlés, mots fléchés, etc... (honte à moi de ne pas me souvenir du dessinateur... mais comprenez que mon cerveau soit, à l'heure où je vous écrit : complètement en bouilli). Voilà à peu près le seul point positif de cette horreur aussi insipide que la couleur blanche qui prédomine durant toutes ces longues, interminables, nauséabondes 130 pages.

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

Alors de deux choses l'une : soit cet ouvrage sert à ouvrir les yeux au monde quant au langage actuellement usité par la majorité des moins de 30 ans, qu'il faut abolir, interdire quitte à créer une nouvelle inquisition pour prôner la beauté de la langue française, soit ces mêmes moins de 30 ans sont la cible de ce « torchon » afin de peut-être espérer qu'il se demande « cé ki se keum ? » (ça fait mal rien que de l'écrire...) si tant est qu'ils devinent qu'en page 5, nous avons affaire à un Jules César (lobotomisé, si vous voulez mon avis).

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

 

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

 

Dialogues, Karibou, Delcourt, humour

Sur ce, si vous me cherchez : il faut vraiment que j'aille récurer mes globes oculaires au plus vite.

Quelqu'un a une éponge métallique ?

 

ShayHlyn.

 

 

Écrit par Jeanne Salve dans ShayHlyn BDfouine | Commentaires (2) | Tags : dialogues, karibou, delcourt, humour |  Facebook | |

05/10/2017

Les cochons dingues

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.Scénario : Laurent Dufreney
Dessin : Miss Prickly
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 23/08/2017
Genre : jeunesse, passion, animaux, humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Ils sont très mignons et aiment grignoter, dormir, faire de drôles de petits bruits, grignoter et dormir encore. Ce sont…les cochons d’Inde ! Une BD qui va bouleverser l’idée que l’on se fait de ces adorables rongeurs.

César, petit cobaye tout gris, débarque de sa campagne pour  arriver dans le parc des cochons d’Inde d’Enzo et Sarah. Ses nouveaux compagnons à poils sont vraiment très étranges… L’un roupille, l’autre râle, un troisième est accroc aux fils électriques. César n’a qu’une idée en tête : s’évader ! En attendant, il faudra bien que tout ce petit monde arrive à cohabiter, malgré des caractères très différents...

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.



Mon avis

Excellent !! Moi qui adore les petits animaux, je dois dire que j'ai pu visualiser ces conversations entre cochons d'Inde comme s'ils avaient été les miens (sauf que j'ai des furets et que les deux ensemble, ça ne fait pas bon ménage). Toutes ces petites boules de poils avec tant de points communs et pourtant si différents, ce contraste « cobaye de ville et cobaye de campagne », les centres d'intérêt de chacun...

 

Ceux qui ont des animaux, et mieux encore : qui ont des « chonchons » comme on dit dans le jargon des amoureux des rongeurs, ne peuvent qu'aimer cette BD où les héros n'en loupent pas une !

 

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.

Tout commence avec l'arrivée d'un nouveau membre dans la tribu : César, tout droit venu de sa ferme, n'a qu'une idée en tête : s'évader ! Ce qui n'est pas gagné quand il découvre que ses nouveaux camarades sont habitués à la vie en appartement et qu'en prime : ils y trouvent leur bonheur...

 

Des textes désopilants, des cochons d'Inde complètement dingues mais tellement adorables et un dessin clair et net (comme clarinette) avec cette petite touche de « mignonitude » qui donne envie d'avoir un cobaye à soi, lui faire des câlins, des bisous, lui donner à manger et... bref, vous aurez compris : ça rend accro aux petites bêtes !

 

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion.

Mieux encore, à la fin des aventures tordantes de notre petite troupe, nous retrouvons une partie éducative en fin d'ouvrage qui explique simplement, mais très clairement, ce qu'est un cochon d'Inde, sa nature, ses besoins, ... et pleins d'autres petites informations enrichissantes et qui responsabilisent quiconque craquerait pour un cobaye.

 

Je n'aurai qu'une chose à dire : à quand un prochain tome ou pourquoi pas, un ouvrage aussi délirant sur les furets ? S'il y a besoin d'idée sur le sujet, je suis là !

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les cochons dingues, Laurent Dufreney, Miss Prickly, Delcourt, humour, jeunesse, animaux, passion. 

À bon lecteur (ou bon entendeur, c'est comme vous voulez), salut ! Et à la prochaine chronique.

ShayHlyn.

 

je vous recommande cette chaîne YouTube et tout ce qui va avec. C'est que du bonheur.

04/10/2017

Titeuf T.15 : A fond le slip !

zep,titeuf,glénat,humour,a fond le slipzep,titeuf,glénat,humour,a fond le slipAuteur : Zep.
Éditeur : Glénat.
48 pages.
Sortie : 31 août 2017.
Genre : Humour, jeunesse.

 

 


Résumé :

Si personne ne te regarde, c'est que t'es invisible. Si trois personnes te regardent, t'as déjà moins la honte. Si vingt personnes te regardent, t'es méga-populaire. Si tout le monde te regarde, t'es à fond le slip !


Mon avis :

Que ce soit en classe, dans la cour de récré, à la maison, ou dans la rue, Titeuf est très attentif au monde qui l'entoure. Mais en ce moment, il est carrément perdu ! Entre des manifestations contre les déchets nucléaires dont l'odeur est aussi nauséabonde que les couches de Zizie et des gens qui descendent dans la rue contre des IVGétariens, il a l'impression qu'aujourd'hui, il faut avoir un avis sur tout. Mais pô facile de faire le bon choix dans un monde qui devient de plus en plus compliqué ! Heureusement qu'il reste les copains et certaines vidéos sur le net pour tout nous expliquer.

Après un album remarqué imaginant son passage à l'adolescence, on retrouve la mèche la plus célèbre de la BD là où on l'avait laissé à la fin du tome 14 : impatient de grandir mais toujours sur le seuil de la porte de la puberté. Des grands phénomènes de notre société moderne aux gamelles de la cour de récré, Zep utilise l'humour du quotidien pour scruter le monde à travers le regard de l'enfance - parfois insolent, toujours juste.

Mouais. Vous l'aurez peut-être remarqué, jusqu'à présent, je n'ai pas encore donné mon avis en profondeur. Donc, je commence : lorsqu'un journaliste demande à l'auteur "en quoi le rire vous paraît nécessaire pour parler du drame des réfugiés de guerre ?", voici - sans décontextualisation, je vous le promets - un élément de réponse qui est "les informations réduisent tout au sensationnel". On est tous d'accord, surtout aujourd'hui, pour maintenir cette affirmation.

Mais alors, pourquoi Zep flirte-t-il avec des amalgames et des idées préconçues ? Je pense que ce quinzième opus est le plus connecté à notre époque mais les sujets traités sont assez délicats. C'est vrai que je ne suis plus musulman depuis quelques années (d'ailleurs, je ne l'ai jamais été à 100 %) mais l'auteur, hélas comme beaucoup de gens, confond les musulmans qui ont certes les principes coraniques dans leur cœur et les musulmans qui pensent les avoir. Idem pour les complotistes : il y a ceux qui, c'est clair, voient des complots partout mais il y a aussi ceux qu'on fait passer pour des complotistes alors qu'il s'agit de personnes qui veulent tout simplement avancer avec réflexion afin de mieux comprendre le monde dans lequel on vit malgré sa complexité.

Néanmoins, même si, selon moi, ce quinzième volet n'est sans doute pas le meilleur de la saga, on peut toujours retrouver des gags très bien écrit avec un style propre à ce bédéiste. En ce qui concerne les thèmes abordés, laissons plutôt ça à des spécialistes comme Helkarava. Y aller "à fond le slip", ça démange ; aller au casse-pipe, ça dérange.

zep,titeuf,glénat,humour,a fond le slip


Mister Med.

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a02-3e788b1.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a04-3e788e4.gif

Écrit par Samba dans Mister Med | Commentaires (7) | Tags : zep, titeuf, glénat, humour, a fond le slip |  Facebook | |

30/09/2017

Kim Jong Samba 13

kim-psg-531b0d6.jpg

Écrit par Samba dans Kim Jong Samba | Commentaires (0) | Tags : neymar, kim jong un, humour |  Facebook | |

29/09/2017

Une aventure des spectaculaires T2 la divine amante.

une aventure des spectaculaires t2.jpgla dinie mante.jpgDessin : Arnaud Poitevin
Scénario : Regis Hautière.
Éditeur : rue de Sèvres.
Sortie : septembre 2017
60 pages.
Genre : comédie.

 

 

Résumé.
Sarah Bernhardt est la reine du tout Paris, l'étoile des théâtres. Mais une ombre inquiétante plane : Sarah a reçu plusieurs lettres de menaces. Après divers « accidents », plus de doute possible, quelqu'un veut attenter à sa vie ! Elle prend la route accompagnée de sa troupe de fidèles, direction Belle-Île. Et c'est à son fidèle ami Pipolet, accompagné de nos inénarrables Spectaculaires, qu'elle confie le soin de l'enquête et de sa sécurité.

sarah-theodora-nadar.jpg


« Évidemment ! Je ne peux quand même pas m’aventurer en province sans un bon médecin et un peu de compagnie.»

William_Downey_(1829-18_),_Sarah-Benhardt.jpg

 

Mon avis.


Oyez oyez, Gentes Dames et Nobles Damoiseaux !

Voici venu le temps des rires et des chants, le temps des incroyables, des ébouriffants, des abracadabrants, des invraisemblables, des formidables Spectaculaires.
On applaudit d’une manière tonitruante ce 2e tome mettant en avant , la divine, l’impératrice du théâtre, le monstre sacré, la voix d’or, la graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaande Saraaaaaaaaaaaaaaah Bernhardt ! Clap clap clap , bravo , bis , quel talent , magnifique, encore , je suis toute émuse, grandiose !
Figurez-vous qu’on en veut à la vie de cette grande actrice ! Horreur, quelle ignominie, quel goujat, à mort l’assassin, direction la Veuve Clicquot ??? C’est vrai qu’elle nous les casse la vieille Céline, mais ça va aller morte-couille !
Pour protéger notre diva, une équipe de choc, les spectres lunaires... euh les pectoraux d’air, mais enfin, les spectaculaires… une sorte de troupe de la panthère rose adepte de Peter Sellers.
Vous l’avez compris, c’est pittoresque comme BD, un rien suranné. Euh ça veut dire quoi ça, aller sur un âne ? Mais non, qui appartient au futur, enfin je crois ou alors c’est l’inverse.
Bon, on va demander à Hercule Poirot de résoudre ce mystère, cette énigme, ce logogriphe, cette quadrature du cercle, pour savoir qui pourra diluer cette menthe à l’eau... cette amante à Coo…cette mante à croc. Veuillez me tamponner, me pardonner pour ce lapsus.
Vous n’avez rien compris, retenez simplement que c’est divertissant, amusant, réjouissant, délassant comme BD.

Verso_310113.jpg




Sambarlipopette.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

22/09/2017

Infinity 8 - tome 5 - le jour de l'apocalypse

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017Scénario : Lewis Trondheim ; Davy Mourier
Dessin : Lorenzo de Felici
Éditeur : Rue de Sèvres
96 pages
Date de sortie :  13 septembre 2017
Genre : science-fiction, humour

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Tous aux abris : une horde de zombies décime les passagers de l’Infinity ! Non seulement leur morsure est contagieuse, mais l’arme expérimentale qui les a créés a touché la nécropole et l’a transformée en une inépuisable armée de morts vivants ! Ann Ninurta, élue du capitaine pour cette nouvelle boucle temporelle, échappera-t-elle au coup de dent fatal ? Modèle de droiture et jeune mère célibataire ne boudant pas les rencontres masculines, elle pourrait bien être la première agente à découvrir l’origine du cimetière… Choisira-t-elle sa fille ou sa mission ?

 

" - Tu es amphibie, toi ?

- Non, non, pas du tout. Je m'appelle Mason.

- Euh ... Tu fais de l'humour ?

- Non ... du karaté et des arts martiaux. "

 

 

Mon avis

Vous vous souvenez de ce film avec Bill Muray, Un Jour sans fin, où chaque jour se déroule exactement comme la veille. Infinity 8 pourrait être le pendant BD version space opéra de ce film devenu mythique. Sauf que, si chaque reboot d'Infinity 8 nous ramène au postulat de départ, rien ne se passe ensuite de la même façon et ce pour notre plus grande joie. Nous avons à chaque fois droit à une nouvelle héroïne et une nouvelle situation plus ou moins loufoque, absurde, débile, et dans tous les cas à l'humour potache et pulp totalement assumé, fond de commerce de cette série unique en son genre.

Donc, dans ce 5ème redémarrage, la nécropole gigantesque est toujours là et personne n'a encore réussi à débloquer le vaisseau de cet amas inextricable de tombes et mausolées. On ne doute pas qu'Ann Ninurta y parvienne. Quoique, vu le titre de l'album et le concept de la série, si, finalement on doute ! Après avoir eu affaire à des groupes de psychopathes nécrophages, de néo-nazis, de secte politico-religieuse voilà que nos naufragés de l'espace sont confrontés à une horde de zombies ... le vaisseau est plus que jamais en danger.

Ce cinquième opus, réalisé par Davy Mourier et Lorenzo de Felici, est encore plus déjanté que les autres. Curieusement, le scénario et le niveau de lecture est beaucoup plus binaire que dans les tomes précédents. On a un brin d'explication dans les bonus : ce tome est le premier de la série à avoir été scénarisé. On sent bien que les auteurs se sont défoulés sans retenue et qu'ils ont tiré jusqu'au bout sur la ficelle du concept reboot. C'est du on/off, il y a les méchants zombies, la gentille agente et sa mignonne petite fille et les bras cassés débiles de l'équipe de sécurité. Pas de messages sous-jacent, ça dézingue à tout va dans un rythme effréné de la première à la dernière page. Et franchement, ça a beau être hyper simpliste, on prend un vrai plaisir à lire cette histoire absurde.

Bien entendu, la mission va échouer et une réinitialisation sera nécessaire. Sauf que, quand même, on à droit à un début de semblant d'explication sur le pourquoi du comment de ce que fout cette nécropole en plein milieu de nulle part.

De quoi nous allécher pour le sixième reboot ...

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

 

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

 

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

 

les autres tomes de la série

infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017infinity 8, trondheim, de felici, mourier, rue de sèvres, science-fiction, space-opera, humour, 6/10, 09/2017

16/09/2017

Kim Jong Samba 12

kim-m-53051f7.jpg

Écrit par Samba dans Kim Jong Samba | Commentaires (0) | Tags : kim jong un, humour |  Facebook | |

14/09/2017

Le chevalier Brayard

le chevalier brayard, porcel, Zidrou, dargaud, humour, chevalier, croisades, moyen-âge, 8/10, 09/2017le chevalier brayard, porcel, Zidrou, dargaud, humour, chevalier, croisades, moyen-âge, 8/10, 09/2017Scénario : Zidrou
Dessin : Francis Porcel
Éditeur : Dargaud
78 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : humour, aventure

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Le seigneur Brayard s'en revient de croisade, accompagné du jeune moine Rignomer. Sur leur chemin, ils croisent la route d'une adolescente, la princesse Hadiyatallah, qui se révèle être une otage en fuite. Brayard n'hésite pas un seul instant : il décide d'escorter la princesse en Orient pour la rendre à son père en échange d'une rançon, et entraîne Rignomer dans l'aventure. C'est le début d'un voyage qui s'annonce particulièrement rocambolesque...

 

"- En revenant de Jérusalem, Lem ! Lem ! ...

- Par les saints tympans de la cathédrale de Chartres, noble chevalier Brayard ! Cela fait 783 lieues que vous braillez cette rengaine ! "

 

Mon avis

Que les chastes oreilles et délicates mirettes s'éloignent de cet album bercé par les comptines paillardes du seigneur Brayard ! En voilà un qui porte bien son nom et qui ne manquera pas de vous faire esquisser un petit sourire grivois lorsqu'il pousse la chansonnette.

"Sur les berges de la Charente, Rente ! Rente ! Elle m'offrira sa ... "

C'est un bien drôle d'équipage qui s'en revient de Jérusalem ! Un chevalier fatigué des combats et content de rentrer au bercail, un moinillon qui rapporte de belles reliques de la sainte patronne de son ordre, et une belle princesse arabe qui pourrait bien rapporter une belle rançon.

"A Montmoreau Saint Cybard, Bard ! Bard ! Elle empoignera mon ..."

Ça tombe bien, le père de la ravissante est prêt à payer pour retrouver sa fille. Ça tombe doublement bien, parce que "le chevalier Brayard aime l'aventure, Ture ! Ture ! Bien plus que la ... " et que le quotidien l'ennui vite (surtout sa femme en fait !).

Bref, les voilà repartis sur les chemins d'Orient affrontant 1000 et un dangers, toujours bercés par les grivoiseries du sieur Brayard.

 

le chevalier brayard, porcel, Zidrou, dargaud, humour, chevalier, croisades, moyen-âge, 8/10, 09/2017

 

Scénariste et dialoguiste hors pair, Zidrou semble vraiment à l'aise dans tous les domaines ! Que ce soit dans ses séries jeunesses et humoristiques (l'élève Ducobu, Boule à Zéro, sac à puces...) ou ses récits plus adultes (l'adoption, les beaux étés, Bouffon, Folies Bergères....) il trouve toujours le ton juste et les bonnes recettes pour faire marrer le lecteur ou faire vibrer sa corde sensible. Ici, il fait un peu des deux et nous invite à toucher du bout des doigts l'époque des croisades en nous livrant une bonne farce faite de grosses ficelles, de délicieuses caricatures et de quelques moments d'émotion. On rit quasiment à chaque page de toutes ces situations rocambolesques, on bataille avec eux contre les bandits de grand chemin et les traitres en tous genre, on chantonne avec le chevalier, et dans tous les cas on s'attache à ce trio improbable qui jusqu'au bout nous réserve de drôles de surprises.

Coté dessin, c'est Francis Porcel qui accompagne pour la troisième fois Zidrou. Après Les Folies Bergères et Bouffon, on le découvre ici dans un registre encore diffèrent. Usant d'un style proche de la caricature mais non dénué d'un certaine finesse, il rend une copie en parfaite osmose avec la comédie.

Cette aventure moyenâgeuse est un régal de drôlerie !

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

le chevalier brayard, porcel, Zidrou, dargaud, humour, chevalier, croisades, moyen-âge, 8/10, 09/2017

 

le chevalier brayard, porcel, Zidrou, dargaud, humour, chevalier, croisades, moyen-âge, 8/10, 09/2017

 

le chevalier brayard, porcel, Zidrou, dargaud, humour, chevalier, croisades, moyen-âge, 8/10, 09/2017