24/02/2014

ROSKO. T1. Per Svenson doit mourir aujourd'hui

rosko,delcourt,kispredilov,zidrou,anticipation,polar noirrosko,delcourt,kispredilov,zidrou,anticipation,polar noirScénario : Zidrou
Dessin : Kispredilov, Alexeï
Couleurs : Kispredilov, Alexeï
Dépôt légal : 01/2014
Editeur : Delcourt
Collection : Machination
Planches : 96

A quelques jours de la retraite, Rosko Timber, agent de la milice privée P. Pol, arrête, devant les caméras de Pimento TV, Per Svenson. Le meurtrier en série vient de commettre son dernier carnage. Six ans plus tard, deux miliciens de P. Pol mettent la main sur un petit voleur à la tire. Mais la victime n’est pas à jour de ses cotisations : le jeune délinquant est remis en liberté. Tandis que Rosko, tente de se faire oublier, ses collègues se passionnent pour la dernière émission de Pimento TV. La chaîne propose aux téléspectateurs de voter pour choisir la mort de Per Svenson (diffusée en direct) : douche d’acide, taper le 1 ou crémation, taper le 2.

 

rosko,delcourt,kispredilov,zidrou,anticipation,polar noir

 

Et revoilà Zidrou (pseudo de Benoit Drousie) ! Non content de publier moult albums (voire simultanément), Zidrou se permet de scénariser des albums de qualités. Cette fois ci, notre prolifique scénariste s’attaque aux dérives de la société libérale et de ses valets : la télévision. Le concept de téléréalité est poussé jusqu’à l’absurde. Elle n’a plus rien d’humaine : l’individu est un produit consommable comme un autre. Seul le profit compte. Rien n’arrête la cupidité des producteurs, quitte à donner un coup de pouce à « la réalité » pour faire de l’audience. Cette vision du futur n’est pas nouvelle. De nombreux écrits (« Running man » de Stephen King par exemple), films (« le prix du danger ») ou bd (« SOS bonheur » ou « reality show ») ont exploité le concept. Malheureusement, tous ces scénarios se sont révélés quasi prophétiques de l'évolution de la télévision. La violence, les divers scandales de « bidonnage », la bêtise et l’audience incroyablement importante montrent une réelle dérive de notre société. Et c’est bien sûr le message de Zidrou. Il pousse bien loin le bouchon (mort par l’acide ou le feu  -sic - !) mais c’est par malheur crédible, au vu de la surenchère télévisuelle actuelle où la stupidité se dispute la vacuité. Par ailleurs, Zidrou joue avec le lecteur en intercalant plusieurs récits parallèles dénonçant eux aussi nos tares et notre recherche folle du beau ! Cela fait du bien d’avoir des artistes engagés. Une dénonciation des maux de la société (et dieu sait s’il y en a) est toujours la bienvenue.

 

rosko,delcourt,kispredilov,zidrou,anticipation,polar noir

 

Le trait d’Alexeï Kispredilov déroule ses dessins sur un mode ligne claire. Les traits des personnages sont réalistes sans que l’un ou l’autre se démarque physiquement. Cela renforce le scénario : le dessin ne prend pas le dessus sur l’intrigue. Par ailleurs, en prenant cette option, Alexeï Kispredilov confronte le lecteur à la réalité. Tout le monde peut jouer dans ce drame. Tout le monde est spectateur, tout le monde est acteur, tout le monde est responsable. Les couleurs sont très claires, lumineuses. Il choisit un panel de vert, jaune et s’y tient sur les 96 pages du récit. Les traits et les couleurs rappelleront instantanément ceux de Cosey.

Récit d’anticipation, Rosko amène le lecteur à se poser des questions sur le monde de demain, le tout avec un humour noir et grinçant. Si cela reste classique dans le montage du scénario et de ses rebondissements, c’est efficace. Un des atouts de l’histoire est le panel de seconds rôles émaillant le récit. Le cynisme, la violence et finalement l’humanité des sujets donnent envie de se plonger dans la suite de cette série prévue en trois tomes. Zidrou a surement moult surprises dans sa besace !

Note scénario : 8/10

Note dessins : 7/10

Note globale : 7,5/10

Tigrevolant