29/01/2014

Kraa T3 : la colère blanche de l’orage.

Kraa3.jpgKraa3f.jpgAuteur : Benoit Sokal.

Editeur :Casterman

Sortie :01/2014.

En haut sur la montagne.

La jeune Emily a appris à vivre en autarcie avec Yuma, l’indien mutique, et son inquiétant compagnon ailé, l’aigle Kraa, avec lequel s’est instauré un lien d’essence chamanique. Au prix de bien des souffrances, paix et tranquillité semblent enfin régner. Hélas, ce n’est qu’un leurre. Les travaux de construction du futur barrage viennent juste de commencer ; une menace directe et immédiate pour le paradis jusqu’alors inaccessible d’Emily, Yuma et Kraa. Il est temps pour le rapace et son compagnon de reprendre l’offensive contre les envahisseurs. Et tous les coups sont permis…

 

Les proies.

Sous l’emballage soigné de ce tome 3, on pourrait facilement y entendre des échos de l’actualité récente. 

kraa 2.jpgOn y décrit un ménage à trois, Kraa –Yuma et Emily , ça ne nous change pas tellement de François, Valérie et Julie. En plus, une des trois va terminer à l’hôpital ….mais ici comme médecin. Vous remplacez les chevaux par un scooter et  les chasseurs par de paparazzis et le vaudeville peut commencer. Excusez-moi de cette vision délirante mais je viens de consulter un chaman pour me guérir de mes chroniques décalées mais je n’y arrive pas.

Bon, revenons à nos biquettes, ce tome 3 qui clôt les aventures de Kraa  est dans la lignée du tome 2. Moins percutant donc que le tome initial qui était vraiment captivant par son originalité, rentrer dans la tête d’un volatile, ce n’est pas commun, on est ici plus dans le thriller écologique avec comme souvent « le progrès » contre « la nature ». C’est aussi une belle immersion dans un monde sauvage où la loi du plus fort est de mise.

Pour décrire cette fusion entre un être humain et l’animal, Benoit Sokal excelle dans tout ce qui est fauve animal et végétal. Je suis nettement moins fan des visages proposés (trop expressif voir grimaçant par moment) 

Au final, une histoire marquante mais qui laisse un petit goût de trop peu  dans sa conclusion.

A noter, un coffret avec ou sans cale vient de faire un plongeon dans les bacs des libraires.

 

a07-3e78901.gifDessin 

a06-3e788fc.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

 

Samba.

On en parle sur le barrage.

kraa.jpg

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (1) | Tags : kraa, sokal, thriller écologique, 012014, 710, casterman |  Facebook | |

17/02/2012

KRAA - Tome 2: l'ombre de l'aigle.

Capitol, Benoît Sokal, Casterman,Kraa,western, écologieCapitol, Benoît Sokal, Casterman,Kraa,western, écologieDessin & scénario: Benoît Sokal

Editions Casterman

Sortie : 18/01/2012

64 pages

Collection Univers d’auteur

Prix conseillé : 16,00 €

Western, écologie

 

Résumé (de l’éditeur: C’est une vallée très reculée, quelque part au fin fond d’un pays froid qui pourrait être l’Alaska ou la Sibérie. Presque personne n’y vit, hormis la faune sauvage et un peuple autochtone discret. Hélas, le sous-sol regorge de matières premières et bientôt les affairistes déferlent, pressés d’y construire une ville, des mines, un barrage… Les premières exactions surviennent ; personne ne doit faire obstacle au « progrès ». Mais il y a pourtant un témoin silencieux à cet immense désordre : Kraa, un jeune aigle très puissant qui a appris la survie, maître secret de la vallée. Avec Yuma, un adolescent indien dont on vient de massacrer la famille, et avec lequel il a développé un lien d’essence chamanique, Kraa, dont la voix off sert de fil rouge au récit, entre en résistance…

Capitol, Benoît Sokal, Casterman,Kraa,western, écologie

 

 

Mon avis : Reprenez la critique du tome 1 paru sur SambaBD le 02/11/2010. Il n’y a pas grand chose de changé, tant au niveau de la qualité graphique que de la narration.

Capitol, Benoît Sokal, Casterman,Kraa,western, écologie

Le projet de construction du barrage avance à marche forcée et s’en suit des accidents suspects dus à la fatigue, la précipitation, l’improvisation, le manque de sécurité, le respect à marche forcée d’un planning trop optimiste des travaux, l’appat du gain… Sokal dessine toujours magnifiquement la nature hostile. Par moment, pris par sa verve, il nous livre des planches avec des cases plus grandes pour donner le maximum d’ampleur à son talent graphique. Un pur régal. Le monde des hommes est toujours dans les tons gris et sépia alors qu’apparaît de plus en plus la teinte bleue, celle du ciel, celle de l’espace occupé par l’aigle Kraa, celle de la clarté. Il s’agit d’un album de transition avant le dernier tome de ce triptyque mais l’auteur fait bien avancer le décor, place les éléments qui vont amener le drame et peut-être la rédemption…C’est la suite logique du premier tome. Sokal nous livre le meilleur de lui-même et ce serait dommage de passer à côté d’une telle série…

Capitol, Benoît Sokal, Casterman,Kraa,western, écologie

 

 

Graphisme :   9,0/10

Scénario :     8,5/10

Moyenne :     9,0/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Capitol, Benoît Sokal, Casterman,Kraa,western, écologie

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (1) | Tags : capitol, benoît sokal, casterman, kraa, western, écologie |  Facebook | |

02/11/2010

KRAA - Tome 1: La vallée perdue

Couv_114937.jpgPlancheA_114937.jpgDessin et scénario : Benoît Sokal

Editions Casterman

Sortie le  22/09/2010

Prix conseillé : 18 €

Genre : Western écologique

Résumé (de l’éditeur) : C’est une vallée très reculée, quelque part au fin fond d’un pays froid qui pourrait être l’Alaska ou la Sibérie. Presque personne n’y vit, hormis la faune sauvage et un peuple autochtone discret. Hélas, le sous-sol regorge de matières premières et bientôt les affairistes déferlent, pressés d’y construire une ville, des mines, un barrage…Les premières exactions surviennent ; personne ne doit faire obstacle au « progrès ». Mais il y a pourtant un témoin silencieux à cet immense désordre : Kraa, un jeune aigle très puissant qui a appris la survie, maître secret de la vallée. Avec Yuma, un adolescent indien dont on vient de massacrer la famille, et avec lequel il a développé un lien d’essence chamanique, Kraa, dont la voix off sert de fil rouge au récit, entre en résistance…

 

Mon avis : C’est le retour en force de Benoît Sokal ! Bien connu pour sa série Canardo, une série polar animalière et pour son implication dans des jeux vidéo (l’Amerzone,…), Sokal se lance  maintenant dans un projet ambitieux, une sorte  western écologique dans le Grand Nord avec une veine plutôt réaliste.

Ce qui frappe de premier abord, c’est la beauté du livre. Casterman a réalisé un beau livre, très classe, avec une couverture blanche du meilleur effet et un dessin excellent qui donnent envie d’aller voir à l’intérieur. Dès l’ouverture du livre, c’est comme un film en cinémascope 3D. L’auteur donne la pleine puissance de son talent pour dessiner l’aigle dans son milieu naturel. C’est beau, c’est impressionnant…Les couleurs restent dans les teintes brunes, foncées. C’est voulu. Sokal noircit le trait pour instaurer une ambiance lourde et annonciatrice des pires événements…Le trait est précis, sans concession, très expressif tant au niveau des animaux que des personnages. La force du graphisme se mêle à un scénario solide, qui va à l’essentiel, sans dialogue bavard. Le juste équilibre entre la narration graphique et la narration écrite. Au final, un résultat qui vaut le détour et qui restera pour moi un des grands albums de la rentrée 2010.Ce livre a un souffle, une âme et consacre un grand auteur et une future grande œuvre.

 

9,0 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.