01/06/2016

Big man plans

Tim Wiesch, Eric Powell, big, man, plans, big man plans, delcourt, jaxomTim Wiesch, Eric Powell, big, man, plans, big man plans, delcourt, jaxomScénario : Tim Wiesch, Eric Powell
Dessins : Eric Powell
Dépot légal : 04/2016
Éditeur : Delcourt
ISBN : 978-2-7560-7702-4
Nb Pages : 112

 

 

 

tim wiesch,eric powell,big,man,plans,big man plans,delcourt,jaxomtim wiesch,eric powell,big,man,plans,big man plans,delcourt,jaxomRésumé éditeur :
Même les plus marginaux des plus marginaux de la société sont capables à un moment donné de se rebiffer et de se venger. Et quand ils décident de s'y mettre, peu importe la façon de faire, ils vont jusqu'au bout.

J’annonce la couleur : dans ce One-Shot nous allons suivre un vétéran de la guerre du Vietnam en quête de vengeance. Bon il se trouve que c’est un nain amer aux méthodes particulièrement violentes, pourquoi pas. Point de vue ambition scénaristique faut pas chercher très loin : prenez les histoires de vengeances les plus classiques que vous connaissez, ajoutez-y une bonne dose de sang et tripailles et enjoy !


tim wiesch,eric powell,big,man,plans,big man plans,delcourt,jaxomTim Wiesch et Eric « The Goon » Powell nous servent ici une histoire ni sophistiquée ni subtile, mais aux qualités divertissantes indéniables. Les dessins d’Eric Powell se prêtent parfaitement à ce genre de délire. Pour les fans de The Goon, Eric Powell ne vous décevra pas, pour les autres je vous laisse juge en fonction des screens qui accompagnent cet aperçu.

Résumons-nous en quelques mots :
(Nain + Vengeance + Tripailles) x (Puissance visuelle de Eric Powell) = Délire glauque assumé et jouissif.

A conseiller entre deux repas plus consistants.

Note globale : 08/10

JaXoM

 

14/12/2015

Millenium T6

Couv_252538.jpg20151005111906_t6.jpgScénario : Runberg Sylvain

Dessinateur : Manolot Caro

Éditeur : Dupuis

64 pages

Sortie le 25 septembre 2015

Genre : Policier

 

Avis de l'éditeur :

Niedermann toujours en cavale, Lisbeth qui s'apprête à faire des révélations lors de son procès... les membres de la "section" s'affolent et cherchent à liquider les gêneurs, au premier rang desquels Mikael Blomkvist. Le troisième roman de Stieg Larsson, La reine dans le palais des courants d'air, trouve ici sa conclusion et met en lumière comme jamais Lisbeth, l'héroïne lanceuse d'alerte et libertaire. 

 

Mon avis :

Conclusion de cette trilogie adroitement adaptée par Sylvain Runberg d'après l’œuvre de Stieg Larsson. Cet album questionne sur le sort de la condamnée Lisbeth Salander, cette protagoniste à fière allure autant physiquement par son style endiablé, que par sa personnalité débordante de vitalité. On a droit au rituel de la plaidoirie, ainsi que des éclaircissements jusqu’alors obscurs sur des tomes antérieurs. Le récit est habillement amené, mais il manque ce petit coup de tonus pour franchement décoller.

 

Sylvain Runberg a d'abord tenté sa chance en tant que libraire avant de présenter ses projets pour les Humanoïdes Associés. L'écriture représente pour lui une vocation, et il apprécie de pouvoir partager avec le public ses ressentis. Ses œuvres traduites en plusieurs langues émanent de son vécu personnel qu'il ajuste en fonction de la littérature. N'arborant pas un genre en particulier, il préfère la diversité, et ainsi pouvoir jongler sous différents tableaux. On lui doit ainsi entre autres L'ombre des Shinobis se déroulant en plein Japon médiéval, à la lignée entre Okko et Samurai légendes; Orbital de la SF avant gardiste, mélange subtil entre un Ridley Scott et Jodorowsky; l'écrivain particulièrement éclectique s'avance même sur des terres historiques telles que Les carnets de Darwin se déroulant en Angleterre fin du 19ème.

Au niveau du dessin, Manolot Caro est connu pour "El hombre con miedo" et "Kung fu Kiyo. Son trait s'embarrasse peu de détails, ces derniers étant floutés. Il privilégie les plans rapprochés de face et de profil. Malgré un trait homogène et plutôt de qualité, certains profils font peine à voir. A commencer par la page 4, illustrée au dessus, l'avant dernière case de la planche où l'on aperçoit la copine de Viktor Goransson, celle-ci de dos, parait non seulement être un homme, mais aussi avoir pris 40 ans d'âge en une seconde. Autre exemple marquant se trouve en page 14, avec deux éléments qui frappent d’entrée de jeu : le personnage de Micky sur la 5ème case affiche un rictus disproportionné ainsi que des yeux fermés, or il est en colère, assez troublant que d'émettre un discours sous l'effet de la colère les yeux complètement fermés. Mais bon, d'une manière générale, reconnaissons tout de même le talent de Manolot qui parvient à justifier sa présence pour ce tome. Malheureusement, il n'atteint pas le niveau structuré et minutieux de ses prédécesseurs, auxquels il faut avouer leur parfaite symbiose avec le scénariste.

La palette de couleurs d'Alex et Mirabelle encadrent judicieusement le contenu des bulles. Les couleurs verdâtres comme le montre la couverture, démontrent la justesse de leurs méthodes habilles et raffinées.

Les avis seront certes partagés pour cette conclusion. Certains d'entre vous s'attendaient certainement à un calibre de plus haut niveau, d'autres seront satisfaits sans plus. Un avis moyen pour ce 6ème opus, mais une note élevée pour l’intégralité de cette série culte.

a06-3e788fc.gif

Coq de Combat

107056934.jpg

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (2) | Tags : millenium, runberg, man, dupuis, 092015, policier, 610 |  Facebook | |

23/03/2013

Le Client

le client.jpgVerso_184199.jpg

Scénario : Zidrou
Dessin et couleur : Man
dépôt légal : 03/2013
Editeur : Dargaud
Format : Grand Format
ISBN : 978-2-505-01672-4
Planches : 54


Résumé

L’univers glauque de la prostitution, un prof d’art plastique un peu coincé, l’enlèvement de la fille d’un malfrat, il y a quelque chose de mal barré dans cette histoire.


Qui va en pâtir ? il faut que quelqu’un paye !

 

le client01.JPG

 

 

Augustin recherche son amour perdu, Maria Auxiliadora, qu’il a rencontrée dans un bordel, et dont il ne peut plus se passer. Hélas, elle a disparu, et dans ce milieu, les filles ne font pas long feu, surtout celles qui se rebellent.


Dans une lettre à sa sœur, Augustin  raconte cet amour, et son voyage dans l’univers de la prostitution. Il raconte ses efforts et demande de l’argent, pour sauver son ange...

 

le client02.JPG

Le récit oscille entre le mauve et la lumière, le mauve du cocard qui vire à l’aigre quand il devient jaune.  Le bleu sombre des atmosphères enfumées où évoluent les filles. La violence des macs et des clients.


Et au bout du tunnel, peut-être parfois, une éclaircie pour un des anges, un amour pur, la lumière de l’Espagne, la beauté d’une statue italienne.

le client03.JPG

Augustin n’a rien d’un archange pourfendeur de dragons, pourtant, à force d’opiniâtreté et de courage il mènera sa quête jusqu’au bout. Petit personnage insignifiant, il va risquer sa vie et passer du côté sombre pour arracher du bourbier, la fille dont il s’est amouraché.

 

Mon avis


C’est cru et sordide à souhait,  on se demande ce que cet asticot de Mirales vient faire dans cette galère, il est minable devant le maquereau de service. L’enjeu est important pour les deux protagonistes, deux filles, deux amours différents,


C’est le combat de David contre Goliath, les séquelles seront peut-être indélébiles. Jusqu’au bout on est partagé entre le dégoût et la fascination, on observe l’enlisement d’Augustin sans le plaindre, franchement il cherche les emmerdes, et bien qu’il les trouve ... Une bonne trempe pour lui remettre les idées en place, c’est ce qu’il mérite.

le client04.JPG

Son abnégation et son altruisme vont le mener au but, sortir la fille de ce pétrin, et lui laisser l’opportunité de retrouver un peu de respect. Finalement, c’est un album plein de bons sentiments....


Le dessin me laisse un peu sceptique, il illustre très bien la déchéance des corps, la lâcheté des esprits. Néanmoins, j'ai du mal à différencier les filles en tant que personnages. J'ai l'impression que les traits ne sont pas assez nets.


Ma note :

scénario : 8/10

dessin : 7/10


moyenne : 7,5/10

 

Sophie

Écrit par Planante dans Le monde de Sophie | Commentaires (2) | Tags : zidrou, man, le client, polar, dargaud |  Facebook | |