25/12/2016

Samb'or 2016 du meilleur album

sambor_album_annee-4296f9f.gif

 

Coups de cœur, albums qui sortent du lot pour leur qualité d'écriture et/ou graphique, nous avons fait une sélection de 10 albums qui nous paraissent pouvoir prétendre au titre de meilleur album de l'année.

 

La sélection des 10 albums en lice pour le Samb'Or du meilleur album 2016

 

cliquez sur les vignettes pour les agrandir

Etunwan Fantasio se marie Harmony T2 Là où vont les fourmis

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

Le port des marins perdus Les ogres-dieux T2 L'odeur des garçons affamés Pereira prétend

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

  Shangri-la The long and Winding road  
 

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

samb'or,samb'or 2016,meilleur album de l'année,etunwan,murat,fantasio se marie,spirou,feroumont,harmony,reynes,là où vont les fourmis,plessix,le port des marins perdus,turconi,radice,les ogres-dieux,gatignol,hubert,l'odeur des garçons affamés,peeters,loo hui phang,pereira prétend,gomont,shangri-la,bablet,the long and winding road,pellejero,christopher

 

 

 

pour voter, remplissez le formulaire ci-dessous

 

 

18/11/2016

Revoir Paris T2 la nuit des constellations.

revoir Paris t2.jpgrevoir paris.jpgDessin : François Schuiten.
Scénario : Benoît Peeters.
Editeur : Casterman.
Sortie : 26 octobre 2016.
64 pages.
Genre:Anticipation.


Le résumé.
Alors que Kârinh s’en était forgée une opinion idéalisée, sa découverte de la Ville Lumière se révèle vite décevante. Le centre historique de Paris a été enfermé sous un gigantesque dôme de verre. Vidée de ses habitants, la cité est devenue un musée pour touristes fortunés. Mais cet ilôt en apparence sécurisé échappe peu à peu au contrôle de ses créateurs. Les illégaux qui peuplent les nombreux squats de la ville vivent de trafics, tandis que le dôme protecteur est menacé par des attaques extérieures de plus en plus violentes.

« Il y a deux tragédies dans la vie, l'une est de ne pas satisfaire son désir et l'autre de le satisfaire... »

Mon avis.

Je vous invite à relire la chronique du tome 1 de notre regretté Capitol ( ICI), il avait bien décrit l'univers du tandem Schuiten/Peeters mais aussi sa frustration voire son ennui et espérait un nouvel élan avec le tome 2.
Résultat, c’est l'hypoglycémie toutes les 5 pages .On s'écroule, on admire un musée sous cloche,on tombe de nouveau en syncope, on philosophe,on rêve et puis quoi d'autre ? On s'ennuie surtout. On est très loin de la magie des citées obscures. C’est sympa le contemplatif d'une imagerie fantasmée surtout quand on a un maître comme François Schuiten au crayon mais le but c'est de voyager, d'être transporté dans un univers et là, on reste clairement à quai. On attend la 12 peut-être ?
Une héroïne vraiment trop peu charismatique, des motivations souvent trop obscures, une histoire trop introspective font de cet album un bel objet mais loin d'être indispensable.

revoir paris pl.jpg

 

a08-3e78906.gif Dessin

a03-3e788b8.gif  Scénario

a04-3e788e4.gif  Global.

Samba.

Expo «Machine à dessiner Schuiten-Peeters »au musée des arts et métiers du 25 octobre 2016 au 26 février 2017

 

22/04/2016

L'odeur des garçons affamés

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastiqueL'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastiqueScénario : Loo Hi Phang

Dessin : Frederik Peeters

Editeur : Casterman

112 pages – cartonné

Sortie : 30 mars 2016

Western fantastique

 

Présentation de l’éditeur :

Texas, 1872. Oscar Forrest, photographe, répertorie les paysages de l'Ouest pour le compte du géologue Stingley. Entre Oscar et Milton, jeune garçon à tout faire du groupe, s'installe une relation ambiguë. ... Alors qu'autour de l'expédition, rôdent un inquiétant homme en noir et un Indien mutique. Stingley a conduit la mission aux portes d'une région hostile, dernier bastion de résistance des redoutables Comanches.
Sur cette frontière lointaine, les limites entre civilisation et sauvagerie s'estompent. Un western intense où la Nature révèle les secrets les plus troubles.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

Un western brûlant

L'Ouest sauvage
Une mission à la dérive
Un type qui rôde
Des Indiens tout-puissants
Un mystère

Et le désir, immense, insolent.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

 

Mon avis :

Le scénario de Loo Hui Phang dévoile lentement l’étrangeté du titre de cet album difficilement classable. Ni fantastique ni western, tout en étant, et fantastique et western et psychologique et onirique. Chaque chapitre, univers de la photographie oblige, s’ouvre avec deux cases à l’envers (les daguerréotypes sont des images inversées). Les dialogues percutants alimentent des thèmes aussi divers que l’amour trouble, le désir sexuel, le massacre des Peaux-Rouges, l’exploitation des richesses naturelles, les forces de la nature, les rêves, le chamanisme, …  Au centre de tout cela, le cheval apparaît comme un élément essentiel du récit, avec toute sa force esthétique et mystique. Les apparences sont trompeuses dans l’histoire de ces trois hommes plongés dans un milieu hostile, à savoir les plaines encore sauvages du Texas au lendemain de la guerre de Sécession. Ils seront rejoints par un chasseur de primes à l’air plus mort que vif, zombie-vampire qui se nourrit de sang de cheval, et par un vieil indien qui dessine des formes invisibles dans le ciel ; alors un souffle sauvage va surgir et tous les emporter.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

 

Le dessin de Frederik Peeters s’accorde bien aux décors « westerns ». Ses couleurs sont magnifiques avec une utilisation experte du sépia ou du bleu en monochrome, ses soleils éclatants.

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique


L’odeur des garçons affamés est un album atypique, étrange et déroutant. Sa portée symbolique, sa puissance narrative et sa vision sensualiste en font un livre dont la finesse et la subtilité doivent se découvrir lentement au fil de lectures attentives. Du grand art !

L'odeur des garçons affamés, Loo hui Phang, Peeters, Casterman, 30 mars 2016, western fantastique

 

 

a08-3e78906.gif Dessin

a08-3e78906.gif Scénario

a08-3e78906.gif Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

Le site internet de Frederik Peeters : ICI

 

Skippy.

12/12/2014

REVOIR PARIS- Tome 1.

Revoir Paris, Schuiten, Peeters, Casterman, 11/2014Revoir Paris, Schuiten, Peeters, Casterman, 11/2014Dessin : François Schuiten - Scénario : Benoît Peeters

Editions Casterman

Sortie : 05/11/2014

64 pages – cartonné

Prix conseillé : 15,00 €

ISBN : 9782203043275

Science-fiction, Paris.

 

Résumé (de l’éditeur) : Février 2156. Kârinh est née dans l’Arche, une colonie spatiale créée par un groupe d’anciens Terriens qui a coupé tout lien avec sa planète d’origine. La jeune femme a toujours rêvé de cette Terre qu’elle n’a jamais vue, et tout particulièrement de Paris, ville découverte dans des livres miraculeusement préservés. Elle a donc sans hésiter accepté de diriger seule le Tube, un vaisseau en route vers la Terre, transportant une quinzaine de corps en hibernation. Mais les immersions, de plus en plus fréquentes, de Kârinh dans ses fantasmes de la ville ne vont-elles pas gêner la réalisation de sa mission ? Et surtout, une fois à destination, la Ville Lumière du XXIIe siècle sera-t-elle conforme à ses visions ?

 

Revoir Paris, Schuiten, Peeters, Casterman, 11/2014

« Tu es responsable du vaisseau et de tous ceux qui sont à bord. A force de négligence, tu nous conduisais tous à la catastrophe. »

 

Mon avis : Cette nouvelle histoire en deux tomes a pour thème la ville de Paris. Il s’agit de leur vision du futur pour la ville lumière. Parallèlement  à cette publication, Schuiten et Peeters assureront la scénographie et le commissariat d’une exposition « Revoir Paris » présentée de  18 novembre 2014 au 9 mars 2015 à la Cité de l’architecture et du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro à Paris 16e. Cette exposition est consacrée aux visions de Paris à travers le temps.

 

Revoir Paris, Schuiten, Peeters, Casterman, 11/2014

 

Cet album ne s’inscrit donc pas dans l’univers de la série mythique des « cités obscures », née il y a 30 ans mais reste fort proche quand on connait les thèmes développés pour le duo d’auteurs, à savoir l’urbanisme, la ville, les gens qui y vivent.

Au niveau du dessin, Schuiten est toujours égal à lui-même et on retrouve directement la patte du dessinateur bruxellois. Rien à redire, le travail est magnifique. Les couleurs sont bien calibrées en fonction du récit. Rien de criard, on fait dans le soft.

Revoir Paris, Schuiten, Peeters, Casterman, 11/2014

Par contre, j’ai été un peu déçu par le scénario ou plutôt par ce premier tome. Les auteurs veulent nous faire revoir Paris mais Paris se fait attendre. Il faut en effet être très patient…L’histoire en elle-même part en mode mineur, comme les passagers enfermés dans le vaisseau spatial en direction de la terre. Par moment, je me suis même un peu ennuyé en me disant : « alors, elle est où cette ville de Paris ? ». Le personnage principal s’appelle Kârinh. Elle est la plus jeune des passagers (parmi une horde de vieilles personnes) et a été catapultée chef de bord. Mais elle est toxicomane et abuse de substances pour rêver et essayer de retrouver dans ses rêves ses parents et la ville de Paris. L’histoire devient bien plus intéressante lorsqu’elle arrive enfin sur terre et se dirige vers Paris au départ du port du Havre, devenu la banlieue et  le port de Paris. Nous sommes à ce moment déjà à la page 47 et Kârinh arrivera à Paris à la dernière planche du tome 1.Grosse frustration donc. Autant dire que le meilleur reste à venir avec le tome 2. Ce tome 1 n’est en réalité qu’un échauffement avant le vif du sujet.

Revoir Paris, Schuiten, Peeters, Casterman, 11/2014

Vous l’aurez compris, j’ai été un peu déçu par ce tome 1 mais il faudra juger surtout l’œuvre sur l’ensemble des deux tomes. Mais ce n’est pas l’album par lequel le novice découvrira en priorité ce formidable tandem d’auteurs. Ce n’est pas le choc et l’émerveillement que j’avais ressenti lors de la lecture de la fièvre d’Urbicande. On en est loin. Trop psychologique, un peu trop torturé, lent, trop lent à mon goût. Cet album n’est-il pas « à la remorque » de l’exposition de Paris ? Quoiqu’il en soit, un démarrage en mode mineur. Les amateurs de Schuiten/Peeters cependant se jetteront sur cet album et je les comprends car cela reste une sortie importante dans le monde de la BD. Pour ma part, je reporte mes espoirs sur le second tome à paraître bientôt !

 

a06-3e788fc.gifScénario 

a09-3e78912.gifDessin 

a07-3e78901.gifMoyenne 

 

Lien vers le site de Casterman et la fiche du livre « Revoir Paris » : ICI.

 

 

Capitol.

 

Revoir Paris, Schuiten, Peeters, Casterman, 11/2014

 

30/08/2012

L’enfant penchée(les cités obscures).

Cités obscures (Les)6.jpgCités obscures (Les)6p.jpgAuteurs: Schuiten et Peeters.
Editeur : Casterman.
Sortie : 01/1996

Le mal de Mary.
La petite Mary Von Rathen est victime d'un phénomène étrange : elle penche ! Semblant défier toutes les lois de la gravité la position debout lui est devenue impossible, ou en tout cas pas en restant perpendiculaire au sol.
Se sentant rejetée et exclue de par l'étrangeté de ce qui lui arrive, elle fuira de l'internat de campagne où elle a été placée pour prendre du repos. Ses aventures l'amèneront à rejoindre un cirque puis à rechercher le professeur Wappendorf, pour élucider le mystère de son déséquilibre. Ils partiront tous les deux, dans un obus de canon, à la recherche d'une mystérieuse planète occulte.

Voyage au centre  de la cité.
J’espère pour vous que vous avez déjà eu l’occasion de lire un album des cités obscures Cités obscures (Les)6v.jpgcar c’est une expérience assez unique dans le monde de la BD. On est projeté dans une sorte de rêve. On se laisse entrainer dans cet univers mystérieux à la fois  si proche et pourtant si lointain. Dans ce 6e volet, on aborde le sujet de la « normalité » dans une société « bien pensante ». Vous verrez qu’il n’est pas toujours facile d’être un phénomène de foire. A la fin de l’album, on rencontre ….Jules Verne, presque une évidence vu les références cinématographiques ou littéraires qu’on trouve dans cet album. Un tome charnière puisqu’on retrouve quelques figures  ou « cités » connues.
A noter, la partie « roman- photo » tout à fait originale  qui aurait pu dégrader l’ensemble, mais loin de là, on est encore une fois de plus bluffé par ce coup de génie. On côtoie avec les cités obscures, l’Art avec un grand A. Coté dessin, c’est du Schuiten  minutieux et inventif avec cette maîtrise admirable du noir et blanc.
Allez, ouvrez bien grand les yeux, ce n’est pas tous les jours qu’on fait un rêve tout éveillé rempli de poésie.
Dessin 10/10
Scénario : 8/10
surprises.smileysmiley.com.9.gif Global.



Samba.
On en parle sur le forum.

0.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

12/02/2012

Aâma T1 : L’odeur de la poussière chaude.

Aâma1.jpgAâma1p.jpgAuteur : Fréderik Peeters.
Editeur : Gallimard.
Sortie : 10/2011

Looser
 Un homme conscience au sommet d’un volcan. Il ne sait pas où il est ni qui il est. Rejoint par un robot gorille prénommé Churchill, il apprend qu’il se trouve sur la planète Ona(ji). C’est en lisant son journal intime que Verloc parvient peu à peu à remonter le fil des événements. Abandonné par sa femme et ne pouvant revoir sa fille, drogué, marginal, mal dans sa peau et dans son époque, il s’est laissé convaincre par son frère de l’accompagner dans une drôle de mission sur une planète inconnue…
Le gorille.
L’album qu’on m’a prêté est estampillé par un magnifique stickers « dans la sélection officielle d’Angoulême ». Cet autocollant me ferait presque fuir tellement ces prix sont labélisés roman graphique, œuvre indépendante et laid dessin mais ça on ne peut pas dire.
Cette année rebelote et dix de der, on a complètement oublié la BD franco belge au format classique (à 2 exemptions je vous l’accorde mais comme on a multiplié les prix, plus personne n’y fait attention) .Pourtant après la lecture de ce aâma, je trouve qu’un Aldébaran n’est pas si éloigné et aurait parfaitement eu le droit de se retrouver dans la sélection. Peut être que Léo ne fait pas partie du bon cercle d’amis BDphiles comme Fréderik Peeters, c’est une question mais ces prix Angougou commence à m’énerver  sérieusement à snober systématiquement un grand pan de la BD dite populaire.

Désolé mais il fallait que ça sorte et revenons enfin à nos moutons.
Comme je ne savais pas dans quel univers j’allais tomber, le début est déboussolant avec 2 belles éclipses dès l’entrée. J’ai cru un moment que l’auteur avait fumé de la moquette car c’est un univers à la Moebius et très typé SF. L’amorce n’est donc pas évidente, ensuite on note les bonnes idées qui donnent à ce monde futuriste une cohérence certaine. Les problématiques qui y sont abordées ne sont jamais loin des nôtres : pollution, misère, repli sur soi, la place de la technologie, les différences sociales, la recherche du bonheur, les drogues etc .Bref, ce récit se veut très humain quoique celui qui crève les pages dans ce tome, c’est indéniablement le robot Churchill ( Ze trouvaille ).Comme on est loin de tout savoir , l’effet découverte joue à fond et il vous sera impossible de ne pas continuer cette série car trop de questions restent ouvertes. Pour le dessin, j’ai envie de la comparer à celui de Léo, nettement plus vivant mais aussi avec un coté nettement plus sombre. Par contre pour les couleurs, l’auteur brésilien remporte la manche haut la main.
Voilà, une BD  qui plaira sans aucun doute aux les fans de SF et de Moebius, pour les autres, vos gouts devront passer par le cut du dessin et de la colorisation.
Scénario : 8.5/10
Dessin : 6.5/10
7-17b0.gif Global.



Aâma1v.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

18/11/2009

Souvenirs de l'Eternel Présent(les cités obscures).

citesobscures11citesobscures11-pAuteurs : Schuiten et Peeters
Editeur:Casterman.

L’instant
Aimé, un enfant d'une dizaine d'années au crâne rasé, vit à Taxandria, une ville en ruines, emplie de colonnes corinthiennes et de grands palais déserts. Suite à un mystérieux cataclysme, les lois de "l'Éternel Présent" ont été promulguées à Taxandria : toute allusion au passé et au futur y a été interdite, toutes les machines ont été bannies. Aimé découvre un livre d'images qui relate ces terribles événements. Il est bouleversé par cette lecture et plus rien ne peut désormais l'arrêter. Parviendra-t-il à échapper à l'emprise sinistre du monde de l'Éternel Présent ?
Ma perception.
En lisant un album des cités obscures, on comprend aisément pourquoi on appelle aussi la BD, le 9 ème art. D’ailleurs, lit-on réellement cette BD ? Non, on l’admire et on essaye de comprendre et de s’imprégner de cet univers si singulier. Souvenirs de l’eternel présent est tout d’abords un projet cinématographique, c’est très bien expliqué dans le cahier à la fin de l’album .Schuiten et Peeters ont ici repensé leurs travaux de jadis pour en faire une nouvelle histoire. Et c’est avec une habilité certaine qu’ils l’ont même intégré dans les cités obscures. On y rencontre quelques thèmes habituelles comme par exemple la décadence des mondes modernes ou encore les absurdités des habitudes. Pour le reste à vous de voir si vous adhérez à ce genre d’expérience. Pour ma part, j’apprécie toujours de sortir des sentiers battus avec les cités obscures, c’est toujours un grand  moment d’étonnement et de dépaysement. Je m’abstiendrai aussi de coter cet album car l’art, monsieur, ça ne s’explique pas, ça se ressent. Enfin, on essaye.
On en parle sur le forum.



citesobscures11p

31/10/2008

La théorie du grain de sable.Tome2.

dyn008_original_400_575_jpeg_2551150_7646a21d1594f9c8c1f55b74fa2f24cadyn008_original_755_530_jpeg_2551150_185323c84c4636e291670af352ac783bAuteurs : Schuiten et Peeters
Editeur :Casterman
.
Le résumé.
"Brüsel, 21 juillet 784. Constant Abeels répertorie avec patience les pierres qui se matérialisent mystérieusement dans les
différentes pièces de son appartement. Toutes pèsent exactement le même poids : 6793 grammes – un nombre premier... Dans un
immeuble voisin, une mère de famille constate, de la même manière, que du sable s'accumule avec régularité dans son appartement, à la
grande joie de ses enfants, tandis qu'un peu plus loin, le patron et chef cuisinier de la célèbre brasserie Maurice découvre qu'il perd du
poids, sans maigrir pour autant... Et ces étranges phénomènes ne font que s'accentuer à mesure que passent les jours. C'est pour
enquêter sur ces faits insolites qu'une femme arrive spécialement de Pâhry : Mary Von Rathen, celle qu'on a autrefois surnommée
"l'enfant penchée".
Mon avis.
Voilà bien un exercice difficile, décortiquer un album des cites obscures. Car, avec les BD de Schuiten et Peeters , on touche un niveau supérieur, on appréhende l’art avec un grand A. Votre ressenti face à cette « théorie »  ne pourra qu’être personnel comme devant tout art. Pour ma part, j’y ai vu sous ce halo de l’étrangeté des événements, une invitation à la philosophie, à accepter nos antagonismes, à voir plus loin que notre quotidien, à humaniste.
Tout ça est bien sûr caché derrière la symbolique de l’histoire comme un message subliminal .Vous trouverez certainement  d’autres interprétations à faire tellement cette BD est une invitation à la réflexion. Mais c’est surtout un bon moment d’évasion dans ce monde si particulier où l’étrangeté est la normale. J’ai un peu regretté le rôle un peu fade de Mary, j’aurais aimé un peu plus de niaque de sa part, elle est un peu comme le lecteur, elle suit les déséquilibres, enfin pour Mary la penchée, c’est une évidence.
Au final, un grain de sable qui grippe nos consciences, et c’est tant mieux.
surprises.smileysmiley.com.8


On en parle sur le forum ICI.

07/09/2008

Le grain de sable.


J’ai un peu du mal à cautionner qu'on aille imprimer à Singapour alors qu'il y a des imprimeries de renom en Belgique et en France avec des ouvriers compétents.

14/08/2008

La théorie du grain de sable.

 

9782203343269

La couverture du tome 2 de la théorie du grain de sable de Schuiten et Peeters chez Casterman le 8/10.