16/11/2017

Les seigneurs de la terre - tome 3 - Graines d'espoir

les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, shiva vandana, glénat, agriculture, saga familiale, environnement, ogm, les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, shiva vandana, glénat, agriculture, saga familiale, environnement, ogm, Scénario : Fabien Rodhain
Dessin : Luca Malisan
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  septembre 2017
Genre : saga familiale, histoire, agriculture

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Dégoûté de son expérience agricole, Florian a tout quitté, femme, fille et ferme, pour partir en Inde sur les traces de sa mère. De leur côté, Anne et la petite Lou tentent de se reconstruire après cet abandon... Sur place, Florian découvre que, bien que la culture indienne prône l’harmonie avec la nature, le "sous-continent" n'est pas épargné par les méfaits de l'agriculture intensive, notamment les OGM. En enquêtant sur sa mère, il apprend surtout que, animée du même feu humaniste que lui, elle s'était impliquée dans la défense locale de l'environnement. « Les chiens ne font pas des chats », dit-on. Et c’est peut-être en partant de l’autre côté du monde que Florian retrouvera la vocation...

Découvrez le troisième tome de cette odyssée paysanne qui nous reconnecte à nos racines, avec une préface exceptionnelle "Nous sommes des Semences !" de Vandana Shiva (Prix Nobel Alternatif 1993) !

 

"Même à Bruxelles on fait la pluie et le beau temps, et vous allez me dire que nous sommes infoutus de maitriser cette bande de va-nu-pieds qui se prennent pour les héritiers de Gandhi ?"

 

 

Mon avis

Après le "Dallas agricole" du tome 2 qui opposait à travers le fils et le père, deux modes d'agriculture diamétralement différents, le tome 3 change de ligne de front et nous emmène en Inde. Fabien Rodhain poursuit intelligemment sa trame narrative en envoyant son personnage principal sur les traces de sa mère qu'il croyait morte depuis longtemps. L'Inde n'est évidemment pas choisie au hasard. C'est l'un des pays les plus peuplé au monde où l'extrême richesse côtoie l'extrême pauvreté et où les enjeux alimentaires, et donc agricoles, font l'objet depuis longtemps de débats et d'engagements animés, du sommet de L’État jusqu'à la rue.

Ainsi, Fabien Rodhain met ici le doigt sur la problématique des OGM et du brevetage du vivant par les multinationales. Comme caution scientifique, écologique et militante, il met en scène l'écologiste Vandana Shiva, chef de file altermondialiste dans la lutte contre les OGM, qui signe une préface très instructive notamment sur la tentative de main-mise sur le vivant par Monsanto-Bayer.

Une fois de plus, Fabien Rodhain signe un scénario passionnant où la fiction met en lumière des problèmes de fond qui touchent l'humanité toute entière.

Côté fiction, la quête de Florian donne une dimension spirituelle au récit lui permettant de prendre du recul sur sa propre histoire et d'envisager son avenir autrement.

A suivre, donc, dans un tome 4 qui s'annonce tout aussi passionnant.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, shiva vandana, glénat, agriculture, saga familiale, environnement, ogm,

 

les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, shiva vandana, glénat, agriculture, saga familiale, environnement, ogm,

 

les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, shiva vandana, glénat, agriculture, saga familiale, environnement, ogm,

 

Les autres tomes

les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, shiva vandana, glénat, agriculture, saga familiale, environnement, ogm, les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, shiva vandana, glénat, agriculture, saga familiale, environnement, ogm,

 

 

 

 

 

 

 

 

11/11/2017

L’île aux remords

l'ile aux remords.jpgile aux remords.jpgDessinateur : Didier Quella-Guyot.
Scénariste : Sébastien Morice.
Éditeur : Grand angle.
Sortie : 4 octobre 2017.
Genre : saga familiale.

 

 

Le résumé.
Un fils revient au pays après 25 ans sans avoir donné la moindre nouvelle à ses parents qu’il a quittés brutalement pour entrer dans l’armée. « Viré » d’Indochine par le Vietminh, il a fini par s’installer près de « chez lui », sans pour autant renouer vraiment avec son père, veuf, qui vit encore dans ses collines des Cévennes. C’est à la faveur des terribles inondations de 1958 qu’ils vont se reparler, remonter le temps, refaire l’histoire, leur histoire.


« Le bagne, c’était la belle vie tu sais…sauf pour les prisonniers, évidemment !».

ile aux remords t1.jpg


Mon avis.
Tous les signaux étaient au vert quand j’ai aperçu cet album dans le flot des sorties. Une couverture attrayante et des noms qui inspirent confiance. Ce sont en effet les mêmes auteurs du très bon « facteur pour femmes » et l’adaptation très juste d’une nouvelle de Maupassant « le Café des colonies ». A noter qu’il existe un tirage spécial de cet ouvrage avec une autre couverture et un dos toilé.

Verso_312656.jpg


On est accueilli par une douche froide en rentrant dans cet album par une crue cévenole. Elle est surtout le prétexte aux retrouvailles entre un vieil homme et son « fils ». On assiste alors à un chapelet de souvenirs et de secrets entre ces deux personnages aux opinions très divergentes. Je me rends vite compte que j’ai du mal à accrocher à ces histoires de familles car elles sont trop nombreuses et pas assez développées. Charge aux lecteurs de ramasser tous ces morceaux de souvenirs pour comprendre cette saga familiale tourmentée. Je force réellement ma lecture et un espoir apparaît lorsqu’on se retrouve dans un bagne peu connu, celui de Poulo Condor. Malheureusement là aussi on survole cette pépite par un souvenir trop rapide de l’endroit. Là clairement, je tique sur le format de cette histoire, pourquoi avoir condensé autant ce récit ? Un beau potentiel d’une série au long cours était possible non ? En plus, certains passages m’ont donné l’impression qu’on parlait en écho d’un autre album (l’histoire avec Aida et son fils).
Voilà, assez déçu au final car le dessin de Sébastien Morice et sa douce colorisation sont un réel plaisir à contempler. Le scénario n’est pas mauvais non plus, il aurait simplement mérité un plus grand espace pour s’épanouir.

Verso_312657.jpg


Samba.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a05-3e788c9.gif




Inscrivez-vous à la newsletter.

19/05/2017

Les maitres saintiers - tome 3 - bénie entre toutes les femmes, 1884

les maitres saintiers T3.jpgles maitres saintiers T3_pl.jpgScénario : Laurent-Frédéric Bollée
Dessin : Serge Fino
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : Histoire, saga familiale, ésotérisme

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Printemps 1884. David, fils cadet des Rochebrune et héritier de la fonderie familiale de Châtellerault, monte à Paris pour rencontrer M. Bizot dans le cadre d’un projet hors-norme. Pour célébrer le centenaire de leur indépendance, les États-Unis ont commandé au génie français une gigantesque cloche de 200 tonnes et de plus de 6 mètres de haut : la plus grande du monde ! Impressionné par l’ampleur de la tâche, David ignore à quel point cette mission particulière va changer son destin à tout jamais...

 

"- De quoi tu parles ?

 

- Du carnet secret de ta famille ! J'ai tout déchiffré et j'ai tout compris !"

 

Mon avis

 

Nous voilà rendu à la fin du XIXè siècle et l'ont peut dire beaucoup d'eau à déjà coulé sous les ponts de cette saga familiale. Laurent Frédéric Bollée s'est inspiré de sa propre famille, dont certains de ses ancêtres étaient fondeurs de cloches, pour nous raconter cette intrigue familiale sur fond d'artisanat. Les deux premiers tomes étaient assez prometteurs mais n'ont visiblement pas rencontré le succès escompté puisque de 7 tomes prévus, la série se voit ramenée à 4 tomes. Ceci explique sans doute l'accélération du rythme de la narration et la multiplication des petites intrigues.

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

Dans ma chronique du tome 1, j'avais exprimé une petite inquiétude quant à la tournure trop ésotérique que risquait de prendre le scénario. Inquiétude qui se confirme dans ce troisième tome où l'héritier de la maison Rochebrune consacre plus de temps à résoudre une improbable énigme contenue dans le carnet de ses aïeux plutôt que de faire tourner la boite (d'ailleurs, cette énigme est bien rapidement résolue). La petite pointe de mystère entretenue dans les deux premiers tomes se transforme donc ici en grosse ficelle qui se délite bien vite quand on tire dessus. C'est d'autant plus dommage qu'il y a un potentiel dans ce scénario dans lequel LF Bollée a la bonne idée de faire se croiser Bartholdi, Jules Verne, le Tsar de Russie, de mettre en scène la statue de la liberté et une petite page de l'Histoire qui lie la France et les États-Unis. Plutôt qu'une orientation ésotérique, une petite uchronie aurait été plus sympathique et aurait peut-être séduit un plus large public.

Reste le magnifique dessin de Serge Fino, tout en finesse et en détails, dont les planches sont un ravissement, particulièrement dans les ambiances sombres et pluvieuses.

Allez, on prend quand même rendez-vous pour l'ultime tome, parce que celui-ci se termine sur un bon petit cliffhanger des familles !

Loubrun

 

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

 

Les autres tomes

les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017les maîtres saintiers,bollée laurent-frederic,bollée,fino,glénat,saga familiale,fonderies,cloches,ésotérisme,religion,042017

27/12/2016

Un village français - tome 3 - 1916

un village français,gaudin,aleksic,soleil,première guerre mondiale,saga familiale,guerre,histoire,610,112016un village français,gaudin,aleksic,soleil,première guerre mondiale,saga familiale,guerre,histoire,610,112016Scénario : Jean-Charles Gaudin
Dessin : Vladimir Aleksic
Éditeur : Soleil
48 pages
date de sortie : novembre 2016
genre : Histoire, saga familiale

 

 

Présentation de l'éditeur

 

25 ans avant les événements de la série télévisée, Gaudin et Aleksic offrent une dimension et un sens nouveaux aux habitants de Villeneuve.

Raymond Schwartz doit faire face à une crise familiale qui met en péril l’avenir de la scierie ; quant à Daniel Larcher et sa fiancée Hortense, la guerre semble avoir distendu les liens qui les unissaient… Les premiers blessés de guerre reviennent au village, transformés à jamais tant sur le plan physique que moral, alors que dans le même temps, un garçon est retrouvé mort : accident ou crime ?

 

un village français,gaudin,aleksic,soleil,première guerre mondiale,saga familiale,guerre,histoire,610,112016

 

Mon avis

 

1916, la guerre prend son lot de victimes dans le petit village de Villeneuve. La grande faucheuse se sert directement dans le vivier de soldats que tous les villages de France lui ont envoyé. Ceux qui ne sont pas broyés dans les tranchées reviennent cabossés à tout jamais, physiquement et psychologiquement. Parfois, le regard des autres change sur ceux qui ont eu le malheur de ne pas mourir dans les tranchées ; les gens sont durs en ce début de XXème siècle !

Ce troisième opus du préquel à la série télévisée tient toutes ses promesses et nous immerge totalement dans les turpitudes d'un village français en proie aux conséquences de la première guerre mondiale. On a là quasiment une chronique sociale agrémentée d'une saga familiale dans laquelle la dimension romanesque n'est pas en reste. On suit en effet le destin de 7 familles qui font l'Histoire du village, avec des personnages aux personnalités très différentes et opposées, donnant du piquant et du réalisme au récit. Ajoutez à cela un meurtre crapuleux et vous avez tous les ingrédients pour faire une bonne BD d'aventure.

Le dessin réaliste d'Aleksic est agréable, clair et attrayant. Le découpage assez conventionnel reste efficace pour une lisibilité parfaite qui conviendra au plus large public.

Ce prologue à la série télévisée est une bonne distraction, originale et instructive, qui vous donnera peut-être envie de voir ou revoir les 7 saisons de la série télé*.


a06-3e788fc.gif

 

Loubrun

 

A lire les tome 1 et 2

un village français,gaudin,aleksic,soleil,première guerre mondiale,saga familiale,guerre,histoire,610,112016un village français,gaudin,aleksic,soleil,première guerre mondiale,saga familiale,guerre,histoire,610,112016

 

 

 

 

 

 

 

* à ce jour, seuls les 6 premiers épisodes de la saison 7 ont été diffusés.

 

 

14/12/2016

Les chasseurs d'écume - tome 6 - 1939, les sardines sous le contrôle de la Gast

les chasseurs d'écume,debois,fino,glénat,mer,bretagne,guerre,saga familiale, fresque sociale,seconde guerre mondiale,pêche,610,102016les chasseurs d'écume,debois,fino,glénat,mer,bretagne,guerre,saga familiale, fresque sociale,seconde guerre mondiale,pêche,610,102016Scénario : François Debois

Dessin : Serge Fino

Éditeur :  Glénat

48 pages

date de sortie : octobre 2016

genre : saga familiale, fresque sociale

 

 

 

1939. Fanch Gloaguen, le fils de Jos, est engagé pour combattre les Allemands sur le croiseur Dunkerque. Revenu d’entre les morts après la tragédie de Mers el-Kébir, il retrouve un Douarnenez bien changé. Passé aux mains des Nazis, le port vit des heures sombres, tiraillé entre les marins collabos, les résistants et ceux qui souhaitent tout simplement poursuivre la pêche malgré tout. Quel sera le choix de Fanch ?

 

"T'inquiète, les Boches franchiront jamais la ligne Maginot"

 

La saga des pêcheurs de sardine suit son court et continue de se fondre avec les évènements historiques qui ont marqués le siècle dernier. La seconde guerre mondiale n'aura épargné personne et la petite communauté des sardiniers va voir son quotidien bouleversé par l'arrivée des Nazis dans le petit port de pêche de Douarnenez. A leur échelle, les habitants du port breton vivront ce que tous les français ont vécu à cette époque. Tiraillés entre leurs intérêts personnels, la protection de leur outil de travail ou de leur famille et les enjeux supérieurs et la lutte contre l'occupant, l'heure est aux choix et aux décisions pas si faciles que ça à prendre. Et donc, comme partout ailleurs deux camps se dessinent dans le village.

L'histoire de la famille Gloaguen et des pêcheurs de sardines est toujours aussi passionnante même si sur cet épisode la grande Histoire occupe un peu plus le devant de la scène. Il n'empêche, la guerre à eu un impact sur toute l'activité économique de la France, il n'y a donc pas de raison que la sardine y échappe !

Une fois de plus les auteurs allient avec habileté fiction et réalité et nous livrent un documentaire d'excellente qualité et qui plus est parfaitement divertissant. Le dessin réaliste, précis et tout en sobriété de Serge Fino est une merveille et fait mouche à tous les coups, aussi bien sur terre que sur mer.

Rendez-vous est pris pour le tome 7, pour une autre guerre annoncée !

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

08/11/2016

Les seigneurs de la terre - tome 2 - to bio or not to bio

les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, glénat, saga familiale, agriculture, 09/2016les seigneurs de la terre, rodhain, malisan, glénat, saga familiale, agriculture, 09/2016Scénario : Fabien Rodhain

Dessin : Luca Malisan

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : septembre 2016

genre : saga familiale agricole

 

 

 

Florian, qui était promis à une belle carrière d'avocat, renonce à devenir associé dans le cabinet dans lequel il est embauché et décide de se lancer dans l'agriculture bio. Ce n'est pas vraiment la vie à laquelle aspire sa femme Anne, mais elle le suit quand même dans cette aventure semée d'embûches. À commencer par le propre père de Florian, Président de la plus grosse coopérative de la région opposé au bio et qui décide de ne pas prendre sa retraite pour empêcher son fils de reprendre son exploitation, ce dernier voulant la passer en agriculture biologique. Il usera de toute son influence pour lui mettre des bâtons dans les roues et faire capoter son projet.

 

"s'installer est toujours un parcours du combattant... Mais avec ce choix du bio, ça devient carrément l'enfer !"



Alors que le premier tome posait les bases d'une grande saga familiale et rurale avec comme cible clairement annoncée les grandes multinationales pourvoyeuses de produits chimiques en tous genres, le deuxième nous plonge en plein Dallas agricole. En plaçant son intrigue au début des années 2000, l'auteur nous décrit non seulement la complexité du monde agricole mais aussi la difficile émergence de l'agriculture biologique. On l'a peut-être oublié aujourd'hui, mais il y a 20 ans, la prise de conscience de certains agriculteurs à propos des dérives de l'agriculture intensive était assez mal vue dans le monde agricole. Aussi, ceux qui voulaient passer leur exploitation en bio étaient, au mieux, raillés et moqués, au pire se faisaient mettre des bâtons dans les roues par certaines coopératives toutes puissantes et à la solde des puissances chimiques mondiales.

 

les seigneurs de la terre,rodhain,malisan,glénat,saga familiale,agriculture,092016

 

Tout cela, Fabien Rodhain nous le décrit de façon claire, détaillée et documentée dans un récit très militant et tout autant divertissant. L'intrigue familiale, moteur du récit qui oppose le père et le fils n'est jamais étouffée par l'abondance de détails. On y apprend donc beaucoup de choses, notamment les démarches pour s'installer en tant qu'agriculteur, les relations entre exploitants et coopératives, le rôle des banques, les techniques, bienfaits et limites de l'agriculture bio, et comment l'agriculture intensive se met au marketing en inventant le terme "d'agriculture raisonnée", pour faire moins peur aux gens.

Voilà une série bien écrite, bien dessinée, intelligente, divertissante et utile.

 

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

Le tome 1 : ICI

Le site de l'auteur

 

 

Abonnez-vous à la newsletter

 

24/09/2016

Les jours heureux

1.jpg2.jpgTome 2/2 : Nouvelle vague

Auteurs :  Guy Raives et Eric Warnauts 

Editeur : Le Lombard

Collection : Signé

64 pages- cartonné

Sortie : 02 septembre 2016

Fresque historico-romantique

 

Présentation :

5.jpg4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

La saga historique se poursuit.

La page des années 50 se tourne.

Un monde disparaît.

Vient alors le temps de la nostalgie et parfois des regrets.

3.jpg

La narration continue sous sa forme éclatée (on passe du Kivu à Berlin-Est avant de revenir à Liège en faisant un crochet par Paris ou Bruxelles) avec un graphisme qui n’a jamais été aussi bien adapté à son sujet. Les traits des personnages, le choix des teintes, les cadrages des décors viennent souligner le charme amer et sentimental d’une aventure dont on ne voudrait jamais lire la fin.

6.jpg

Les lecteurs qui connaissent Liège seront ravis de faire une balade rétro (en tram !) et s’amuseront à décoder les noms des enseignes commerciales, des cinémas et des panneaux publicitaires. Par ailleurs, les vues de l’est du Congo sont superbes et semblent inviter à un calme contemplatif alors que l’horreur, en 60 comme aujourd’hui, rôde.

 

 a08-3e78906.gif     Dessin

a07-3e78901.gif Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Le Lombard : ICI

 

Skippy.

 

15/06/2016

Les maitres saintiers - tome 2 - les sanglots de plomb, 1815

les maitres saintiers, LF Bollée, fino, glénat, saga familiale, fondeurs de cloches, 7/10,04/2016les maitres saintiers, LF Bollée, fino, glénat, saga familiale, fondeurs de cloches, 7/10,04/2016Scénario : Laurent-Frédéric Bollée

Dessin : Serge Fino

Éditeur : Glénat

48 pages

date de sortie : avril 2016

genre : saga familiale, Histoire

 

 

 

1815. Voilà 27 ans qu’Étienne Rochebrune a disparu dans une inondation, emportant ses secrets sur la Vierge Marie avec lui. Son jumeau François n’a eu aucun mal à prendre son identité pour épouser Rosaline Rambaud, la fille du plus riche propriétaire de la région. Ensemble, ils ont eu 5 enfants et ont établi une fonderie familiale entre Tours et Châtellerault. La France a depuis connu la Révolution et l’arrivée de Napoléon. Et les démons du passé resurgissent lorsqu’on annonce à François avoir vu un homme qui lui ressemble énormément et qui aurait perdu la mémoire. Pourrait-il s’agir d’Étienne ?

 

 

"Peut-être serait-il utile de suspendre la fabrication de nouvelles cloches pour fournir du bronze à l'armée de l'empereur ...?

 

 

Deuxième épisode de cette saga nourrie de traditions familiales, de vengeance, de trahison, de fratricide, et de mystère religieux. Comme souvent dans les séries de ce genre, nous faisons un bond dans le temps d'un album à l'autre. Nous voilà propulsés 27 ans plus tard sur le pas du frère qui a pris la place de l'autre. Il mène sa barque tant bien que mal jusqu'à ce que les fantômes du passé lui revienne en pleine face.

Laurent Frédéric Bollée construit son récit en posant ses intrigues patiemment, page après page, et c'est avec parcimonie qu'il distille cette petite pointe de mystère qui nous tient en haleine. Dans la lignée des meilleures séries du genre, il place son récit en plein dans la tradition des fresques racontant l'histoire d'une famille sur plusieurs générations. Dans un habile dosage, il y réunit tous les ingrédients permettant de captiver le lecteur. L'histoire est pourtant assez simple, les situations parfois assez convenues, mais il y a ce petit plus mystérieux qui pour l'instant pique la curiosité du lecteur. Je ne sais pas si ça durera sur les 7 tomes prévus, mais pour l'instant ça fonctionne.

Le dessin de Fino est parfait, avec des personnages ténébreux à souhait, des décors d'une précision chirurgicale et une mise en couleur sombre, austère, qui nous met directement dans l'ambiance. On se régale de ses belles planches au trait réaliste et classique avec des cadrages toujours judicieux donnant véritablement vie à ce récit.

Ce deuxième tome confirme donc la bonne impression que j'avais eu sur le premier et devrait installer la série dans une position confortable pour l'avenir.

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

 

lire le tome 1

 

24/03/2016

Les seigneurs de la terre - Tome 1 - L'appel de Cérès

les seigneurs de la terre,rodhain,malisan,pierre rabhi,glénat,saga familiale,agriculture,032016les seigneurs de la terre,rodhain,malisan,pierre rabhi,glénat,saga familiale,agriculture,032016Scénario : Fabien Rodhain
Dessin : Luca Malisan
Éditeur : Glénat
48 pages
sortie : février 2016
genre : saga familiale

 

 

 

Présentation de l'éditeur

1999. Florian, jeune avocat, est le fils d’un puissant agriculteur en sud Rhône-Alpes, président de la coopérative régionale. Alors qu’il n’y connait rien (ou presque) au travail de la terre, Florian accompagne son père pour un voyage d’études au Mexique, financé par un fournisseur de pesticides. Sur place, il est frappé par la misère et l’impact désastreux de l’agriculture occidentale industrialisée sur la population locale... et sur le monde. Cette épreuve est un choc pour Florian, qui sent alors retentir en lui l’appel irrépressible de la terre. À son retour, impossible de résister : le jeune homme deviendra paysan. Mais contrairement à son père, il privilégiera une agriculture écologique et responsable. Anne, sa fiancée, voit d’un mauvais œil ce revirement de carrière... Et que dire de son père, qui incarne l'agriculture productiviste, censée " nourrir la planète " à grand renfort de technologie et de chimie !

 

Mon avis

Toute ressemblance avec des personnes ou des firmes existantes est purement fortuite …enfin presque.

Engagé pour la protection de l'humanité et de l'environnement, Fabien Rodhain est un auteur aux multiples facettes qui signe ici sa première bande dessinée. C'est avec l’œil du spécialiste et la caution de l'agroécologiste, paysan et écrivain Pierre Rabhi, qu'il a écrit ce scénario dans lequel il aborde le problème mondial de l'agriculture hyper productiviste censée nourrir l'humanité. Cette agriculture qui se laisse empoisonner par des multinationales déversant leur chimie depuis des décennies sur toute la planète. Par le prisme d'une saga familiale où l'on sent poindre dans ce premier tome conflit intergénérationnel et querelles de couples, Fabien Rodhain dénonce à demi-mots la folie mortifère d'une agriculture irraisonnée. Pour les besoins de la fiction il change les noms de la firme et des marques incriminées (Misaint et Roundown), mais le lecteur aura tôt fait de trouver de qui il s'agit.

Mais son propos ne se résume pas à une charge contre Monsanto et les pratiques quasi mafieuses des grands groupes agricoles en Amérique latine pour récupérer des terres. L'auteur tient à apporter une lueur d'espoir incarnée par la jeunesse qui prend conscience de la dérive. Une jeunesse prête à sacrifier son confort et à renier ses origines pour remettre l'agriculture entre les mains des paysans.

Côté dessin, Luca Malisan nous gratifie d'une mise en image réaliste sans folie mais aux décors détaillés bien mis en valeur par une colorisation chaleureuse et maitrisée.

Sur un scénario malin et bien ficelé qui mêle fiction et documentaire, ce premier tome met en place une saga qui s'annonce rythmée et qui invitera tout un chacun à considérer d'un autre œil le contenu de son assiette.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 
 

Les dérives de l'agriculture productiviste

  • Seulement 43 % des ressources alimentaires produites dan le monde servent à nourrir des humains.
  • Chaque année, 3 millions de personnes sont intoxiquées aux pesticides.
  • 1/3 des sols dégradés par la pression humaine.
  • la production d'un kilo de steak nécessite 15000 litres d'eau + la quantité de céréales qui nourrirait une personne pendant un mois.

 

 

 

16/12/2015

Un village Français - tome 2 - 1915

un village français, gaudin, aleksic, soleil, guerre, saga familiale,6/10,11/2015un village français, gaudin, aleksic, soleil, guerre, saga familiale,6/10,11/2015Scénario : Jean-Charles Gaudin

Dessin : Vladimir Aleksic

Éditeur : Soleil

48 pages

date de sortie : novembre 2015

genre : Histoire, saga familiale

 

 

Présentation de l'éditeur

La Grande Guerre a commencé, faisant déjà des milliers de victimes. À Villeneuve, les familles des soldats envoyés au front vivent au rythme du courrier apporté par le facteur, dans l’angoisse de recevoir une lettre qui annoncerait de bonnes nouvelles, ou au contraire que le pire est arrivé…
Ceux qui sont restés tentent de tenir le coup, mais les tensions se font vives… parfois mortelles !

 

"Oui, ça devient un souci... Chaque fois que je veux rencontrer un administré, je croise le même regard apeuré".

 

Mon avis

Le préquelle format BD de la fameuse série télé se poursuit avec ce deuxième tome. L'histoire se déroule en 1915, au début de la guerre. Les soldats tombent comme des mouches, les blessés affluent vers l'arrière et, facteurs et maires des villages se transforment en porteurs de mauvaises nouvelles.

La majorité des hommes du village de Villeneuve se retrouve au front laissant les femmes dans l'attente de nouvelles. Mais malgré la boucherie en cours dans l'est de la France, la vie suit son cours à Villeneuve avec son lot de drames, tromperies, lâchetés, coups bas et malheurs divers. Entre ceux qui profitent de la situation et ceux qui la subisse, on voit se profiler un peu plus le tempérament des protagonistes que l'on retrouvera 25 ans plus tard dans la France occupée.

Mais le scénariste Jean-Charles Gaudin met surtout en avant des personnages qui ne sont pas au casting des années 40, éclairant ainsi le lecteur sur certains conflits familiaux que l'on suit dans la série TV.

Le deuxième volume de ce feuilleton historico-familial fait doucement avancer cette saga sur un rythme un peu trop lent à mon gout. Néanmoins, les intrigues et les tensions sont habilement mises en place avec quelques rebondissements qui ne sont pas sans intérêt.

Vladimir Aleksic est toujours aux pinceaux et son dessin très réaliste nous plonge sans retenue au cœur du drame donnant à cette série une dimension romanesque assez distrayante.

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

lire la chronique du tome 1 : ICI