09/08/2017

Parallèle T2 Donnant donnant.

parallèle.jpgparallèle t2.jpgDessin:Laval Ng
Scénario : Philippe Pelaez.
Éditeur : Sandawé.com
Sortie : 21 juin 2017.
48 pages.
Genre : Science-fiction.

 

 

Le résumé.
Dans le tome 1, on découvrait l'équipage d'un vaisseau spatial, Hybris, attaqué par des monstres sur une planète hostile. Ils avaient réalisé à leur grand effroi qu'ils étaient prisonniers d'un univers parallèle, sur une planète Terre désolée, et que les monstres qu'ils affrontaient... étaient leurs propres doubles.


« -Commandant..Y a-t-il un truc que vous n'ayez jamais fait dans votre vie ?
-Mourir ,je crois ... ! »


Mon avis.
Quand on parcourt le net pour trouver des infos aux sujets de cette série « Parallèle », on tombe sur de très nombreux avis élogieux .
Une brillante variation sur le thème du paradoxe temporel, vibrant hommage aux classiques du genre.
Un récit habile et haletant.
Un dessin époustouflant de virtuosité et une construction en « parallèle » pour la couverture et pour de nombreuses pages à l'intérieur.
C'est certainement ce dernier point qui est le plus marquant. Mais bon ce n'est pas une première, Schuiten par exemple avait utilisé ce procédé d'une façon magistrale dans sa série les terres creuses(NOGEGON).
L'univers post apocalyptique créé par Laval Ng est en effet de plus prenant ( brrr on se gèle les couilles) mais mon dieu que tous ses personnages masculins se ressemblent hormis le chef des zombies. Et oui, encore des morts vivants....ils sont décidément redevenus à la mode ceux là.
Bref, on ne peut pas dire que c'est si original que ça !
Et pour être franc, ça m'a vite ennuyé cette énième lutte pour sauver la veuve et l'orphelin et la Terre par la même occasion surtout que question empathie pour les personnages, mon curseur est resté à zéro.
Ah oui, un détail m'a quand même amusé.On entend nos héros dire de faire attention où ils marchent car l'eau est radioactive . Que croyez-vous qu'ils font deux pages plus loin ?
Pas sûr que Sandawé aie trouvé son 2e Sara Lones avec ce titre ?

PlancheA_305950.jpg

Samba le septique.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a05-3e788c9.gif

25/04/2017

La pluie de corps.

pluie de coprs.jpgpluie de corps t1.jpgDessin : Anaïs Bernabé.
Scénario : Florian Quittard.
Editeur : Sandawé.
Sortie : février 2017
96 pages
Genre : fantastique.

 

 

Le résumé.
Anne et Paul habitent une petite maison délabrée, au sommet d’une colline surplombant un village isolé. Lui est malade, elle s’occupe de lui. Un après-midi d’automne comme les autres, tous deux attendent sur le porche de leur maison que le temps passe, que quelque chose se passe. Et justement, ce jour-là, quelque chose d’extraordinaire se passe lorsqu’une pluie d’hommes nus troue le plafond nuageux et s’abat sur le village.

« Tu as repeint mon rocking-chair ? »

Mon avis.

Le début de ce récit peut se comparer à la campagne d’Emmanuel Macron, elle intrigue. Il pleut des corps humains (quoi de plus normal !), là clairement ça fait penser à The leftovers ou à du Stephan King. Comme pour Macron, ça présente bien, le trait de la dessinatrice du tome 3 de Sasmira est soigné et le traitement de la colorisation attrayant. Hormis quelques attitudes un peu pétrifiées, l’œil est attiré mais quid du programme ? Tout comme pour notre homme politique fabriqué de toute pièce par l’establishment, c’est du vide. On a l’impression d‘être dans un rêve avec de nombreuses bizarreries qui n’ont ni queue ni tête. Bon, comme il n’y pas beaucoup de texte, on tourne les pages en espérant une explication…qui ne viendra jamais. On se dit bien qu’il y a  bien une métaphore religieuse où quelque chose comme ça mais quoi ? On saute dans le vide, on meurt, on renaît sous forme de plante, on remonte…dans les sondages. Ensuite ça vire au huis clos avec des tendances sado-maso. Bref, du grand n’importe quoi.
Voilà une histoire intrigante au départ mais hyper frustrante à l’arrivée par un gros manque d’explications.
Allez, je parie que Bodoi va aimer !
Sinon, Sandawé va encore réaliser un gros tirage avec ce titre, non je blague !

Samba.

pluie.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a02-3e788b1.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a03-3e788b8.gif


Inscrivez-vous à la newsletter.

22/07/2016

Pyraths

pyraths.jpgpyraths t1.jpgScénario : Katia Even.
Dessin : Licinia Tozzi.
Couleurs : Francesca Pesci.
Couleurs de la couverture : Christophe Lacroix.
Editeur : Sandawe.com.
48 pages.
Sortie : 4 mai 2016.
Genre : Humour, aventure.

Résumé :

Une carte aux trésors ne mène pas toujours à la fortune. En compagnie de ces marins totalement déjantés que sont les Pyraths, elle peut vous entraîner dans un voyage pour le moins hilarant où flibusterie rime avec conner... Euh, drôlerie.

Mon avis :

Les Pyraths vivaient dans la prospérité grâce à leur figure de proue qui constituait, pour eux, un générateur de richesse indispensable jusqu'à ce qu'elle arrive à usure. Depuis, au menu, c'est poulpe matin, midi et soir (bonjour l'indigestion). De plus, comme si ça ne suffisait pas, le temps d'une escale permettant de vendre tout l'or qu'il leur restait, voilà que la fameuse figure de proue est dérobée! Heureusement (ou pas), ils ont pu se procurer une carte aux trésors. Ce qui va les pousser à parer à l'abordage alors qu'ils n'en ont plus du tout l'habitude, alors qu'ils ont oublié le goût du courage et de la bravoure. C'est telle une bande d'incompétents qu'ils vont partir à l'aventure. Fatalement, ce sera tout sauf une partie de plaisir lorsqu'ils verront ce qui les attend mais ils tiendront bon, peut-être jusqu'au bout. Quand j'ai vu la couverture de cette album, je l'ai beaucoup sous-estimé. Mais, après l'avoir parcouru, j'ai été frappé par la galéjade, l'intensité, l'effervescence et la vigueur du dessin qui est presque bluffant avec des personnages assez loufoques et barjots! Seule une demoiselle sort un peu du lot. J'ai bien aimé, en outre, les clins d'œil un peu brodequins à des œuvres classiques comme "Pirate des Caraïbes" ou encore "la Petite sirène". Par contre, les points négatifs sont l'aspect classique de l'histoire, la lésinerie des lettres, dans les bulles, mêmes si l'écriture est en majuscule, caractères imprimés, et le "trop plein" de calembours et de jeux de mots, déjà qu'au détriment de l'histoire, l'humour "part en live". Ce one-shot m'a fait penser à "de Caps et de crocs" mais, bien sûr, avec moins de poésie et d'éloquence étant donné qu'ici, le langage est plus contemporain (donc, moins théâtral) et qu'on n'échappe pas non plus à quelques anachronismes. On se plaignait de l'inexistence de récompense féminine, à Angoulême. Néanmoins, ce concentré de planches en aurait bien mérité une, si le contexte l'avait permis. Car, effectivement, 90 % de cet opus a été réalisé par trois femmes. Une BD sympathoche, recommandable. Surtout pour les plus jeunes. Un bon travail accompli par un quatuor qui pourrait vous donner envie de virer à bâbord ou à tribord. Enfin, de mettre toutes voiles dehors.

pyraths e.jpg


a08-3e78906.gifGénéral 


Mister Med.

22/06/2016

Lance Crow Dog - Tome 6 - Souviens-toi de wounded knee

lance crow dog,perrotin,allais,sandawe,polar,juarez,thriller,mafia,cartels,710,052016lance crow dog,perrotin,allais,sandawe,polar,juarez,thriller,mafia,cartels,710,052016Scénario : Serge Perrotin
Dessin : Jean-Marc Allais
Éditeur : Sandawe.com
48 pages
date de sortie : mai 2016
genre : polar

 

 

 

Lance Crow Dog est détective au FBI. Sa particularité est d'avoir du sang indien, ce qui peut se révéler fort pratique dans certaines affaires. C'est le cas de celle qui nous intéresse ici. En pleine partie de jambes en l'air avec sa belle collègue Hélène Catwright, Lance est appelé pour partir rapidement enquêter sur l'enlèvement d'une jeune Indienne, comédienne dans la troupe du Farwest Festival Tour. La troupe de comédiens se produisait dans la ville Mexicaine de Ciudad Juarez, autrement et tristement nommée "la cité des mortes". L'enquête fera pénétrer Lance au cœur de l'ignominie, bien plus qu'il ne l'aurait jamais imaginé....

lance crow dog,perrotin,allais,sandawe,polar,juarez,thriller,mafia,cartels,710,052016

 

La série Lance Crow Dog revient de loin ! Les deux premiers tomes sont publiés en 1998 et 1999 aux éditions Le Téméraire avant d'être repris par Soleil en 2001 qui sort le tome 3 et réédite les tomes 1 et 2. La série se poursuit jusqu'en 2003 et jusqu'au tome 5 avec aux commandes Serge Perrotin au scénario et Gaël Séjourné au dessin. Puis, c'est le silence radio jusqu'en 2014, année ou l'éditeur Sandawe publie avec succès grâce au financement participatif, une intégrale des 5 premiers volumes. Il n'en fallut pas moins à Serge Perrotin pour qu'il remette le pied à l'étrier. Et voilà donc après 13 ans d'interruption, une nouvelle aventure du détective au "sang mêlé". Et quelle aventure ! Serge Perrotin envoie son héros dans une bien sordide affaire, dans une ville ou malheureusement les faits évoqués sont réels. Ciudad Juarez est tristement célèbre pour les milliers d'enlèvements, disparitions et meurtres de jeunes femmes. Serge Perrotin se sert de ces faits authentiques pour ancrer solidement sa fiction et donner à son personnage un pedigree pour le moins surprenant et le rendant encore un peu plus attachant. Le lecteur découvre donc en même temps que le héros, la face cachée de son histoire.

 

lance crow dog,perrotin,allais,sandawe,polar,juarez,thriller,mafia,cartels,710,052016

Côté dessin, Gaël Séjourné a participé au storyboard mais a transmis le relais à Jean-Marc Allais pour le reste (Il Pennello). Si le trait réaliste de Allais peut gagner encore en maturité, la relève me semble plutôt bien assurée et prometteuse pour cette série qui ne demande qu'à être découverte, ou redécouverte comme ce fut mon cas.

A noter que le tome 7 est en cours de financement sur le site de Sandawe.

 

 

a07-3e78901.gif

 

 

Loubrun

lance crow dog,perrotin,allais,sandawe,polar,juarez,thriller,mafia,cartels,710,052016

 

 

lire aussi : Juarez de Nathalie Sergeef et Corentin Rouge

 

15/04/2016

Le bâtard des étoiles - Tome 1 - Le regard des autres

Couv_271801.jpgalbum-page-large-28881.jpgScénario : Raoul Cauvin
Dessin : Curd Ridel
Éditeur : Sandawe.com
48 pages

Sortie : 2 mars 2016
Genre : Humour

 

 

 " - Vous êtes cons, les Terriens.

- Pour une fois, je suis tout à fait d'accord avec vous !"

 

On ne présente plus le papa de Natacha, de Cédric, de Pierre Tombal, de L'agent 212, des Psys, des Femmes en blanc et des Tuniques bleues. Il devait s'ennuyer, car pour ses 77 ans il agrandit encore la famille, et cette fois c'est un Bâtard...

C'est-à-dire que Bernadette Collins, avec son petit nez retroussé, ses grands yeux verts et sa coiffure blonde d'un autre temps, dès qu'elle roule la nuit dans la campagne, un de ses pneus éclate. Et dès qu'elle change une roue, il lui arrive un truc hors du commun.

La première fois, c'est un extra-terrestre qui la met enceinte (allez raconter ça aux flics du coin, ils vont vous croire !) ; la deuxième fois elle rencontre le père et se fait enlever le fils, "crénomdîdjî" (en français dans le texte) !

Entretemps elle incarne l'amour inconditionnel d'une mère pour son enfant et se confronte au regard des autres, l'éternel problème...

Le voyeurisme de la télé-réalité, la course à l'audimat, la cupidité de scientifiques en mal de reconnaissance (pour ne citer qu'eux) et la dictature de la normalité sont allègrement taclés au long de cette aventure rebondissante, menée tambour battant, animée de dialogues et de gags savoureux, et habillée d'un dessin tonique et expressif qui lui va comme un gant à trois doigts !

9782390140191_p_6.jpg

La question subsidiaire est : Pourquoi Raoul Cauvin a-t-il eu recours au financement participatif pour faire éditer cette série ? Peut-être pour le plaisir de vivre une expérience du troisième type ?

 

a08-3e78906.gif

 

 

Virgule

14/07/2015

BIG K, L'INTEGRALE

Big K, Duchêne, Ptoma, Sandawe, polar noir, juin2015big k,duchêne,ptoma,sandawe,polar noir,juin2015BIG K (Intégrale)

Scénario : Fabian Ptoma

Dessins : Nicolas Duchêne

Sortie : juin 2015

Editions : Sandawe

160 pages – cartonné

                                                           Policier - polar

 

Résumé-présentation (de l’éditeur ) :

Fiction librement inspirée de la vie de Richard Kuklinski, tueur en série ayant travaillé pour la Maffia. Ce dernier a profité de l’âge d’or du crime new-yorkais, lié à l’explosion de la consommation de cocaïne, pour affiner son art du crime et assouvir ses pulsions meurtrières.

Un polar Noir, «Hard Boiled», dans la lignée de James Ellroy.

De son enfance torturée jusqu’à son adolescence où il prend conscience qu’être violent, insensible et introverti est synonyme de puissance sur autrui, nous suivrons les déclencheurs qui le mèneront jusqu’à l’atroce condition d’un homme dépourvu d’empathie pour autrui. 

big k,duchêne,ptoma,sandawe,polar noir,juin2015

 

Mon avis :

Situé dans le New York de la fin des années 70, la saga signée Fabian Ptoma et Nicolas Duchêne frappe fort. Nous avons en mains un superbe album de 160 pages formé de trois chapitres de 44 planches et, pour cette édition, d’un dossier de 16 pages. Les deux premiers chapitres avaient été publiés précédemment chez Casterman et Sandawe les reprend ici en y ajoutant la troisième et dernière partie. Cette magnifique intégrale permet donc au lecteur d’apprécier enfin l’histoire complète.

Et quelle histoire! 

Big k, alias Frank Kielowski, le tueur à gages et serial killer sorti de l’imagination de Ptoma et Duchêne, a été inspiré par la vie du célèbre exécuteur de la mafia Richard "Ice Man" Kuklinski. Pendant près de 30 ans ce psychopathe sanguinaire a mené la  double vie d’un bon père de famille apprécié de ses voisins.

 

big k,duchêne,ptoma,sandawe,polar noir,juin2015

 

Le dessin réaliste et glacial de Nicolas Duchêne rend parfaitement l’ambiance glauque et sordide développée par le scénario grâce à un crayonné noirci agrémenté de teintes verdâtres ou grisâtres à l’aspect velouté. Son graphisme lui permet de planter un décor seventies typiquement américain, de brosser le portrait d’un personnage particulièrement sombre et distiller abominations et horreurs au fil des pages. La violence du graphisme est encore rehaussée par l’association de traits qui se frottent et s’entrecroisent. Le lecteur a parfois l’impression d’être confronté au « story-board » d’un film qu’il serait, peut-être, ravi de visionner.

 

big k,duchêne,ptoma,sandawe,polar noir,juin2015

 

Le scénario construit par Ptoma  reste un modèle de classicisme, de méthode et d’application. Son système narratif avec une voix en je, celle de Big K, donne une réelle profondeur psychologique à son personnage. Des flash-back bien amenés, bourrés de sensibilité, font office d’hommages appuyés au film Il était une fois en Amérique de Sergio Leone. L’évocation du milieu social et criminel des années 70 et la nostalgie qui s’en dégage attire irrésistiblement le lecteur dans l’univers du roman noir. Le making of en fin d’album permet, entre autres, de visualiser de manière saisissante le découpage référentiel d’une planche basé sur l’utilisation de photogrammes tirés du film Scarface. Mais, au final, c’est surtout l’ombre du grand romancier James Ellroy qui plane sur l’ensemble. 

Fidèle à sa politique éditoriale de crowdfunding, Sandawe a associé des édinautes à la recherche documentaire des auteurs, notamment sur le dessin des vêtements d’époque. Un livre bonus de 172 pages qui reprend le scénario, les crayonnés et les montages de photogrammes est téléchargeable. Avec cet imposant volume, le lecteur a l’occasion d’apprécier tout le travail qui a été nécessaire à la création. Encore mieux, ceux qui se laisseront entraîner par ce récit, pourront se laisser dériver vers l’aspect cinématographique de l’œuvre en visionnant les références classique des auteurs ou encore le film The Iceman(2013).

Vous l’aurez sans doute compris, les amateurs de polars très sombres trouveront ici l’occasion de découvrir une œuvre majeure qui dépasse même le cadre de la bande-dessinée et que j’estime être particulièrement digne d’intérêt.

 

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a08-3e78906.gif

Scénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne

 

 



Le site internet des Editions Sandawe : ICI

 

 

 SKIPPY

27/05/2015

LES ANGES VISITEURS - Tome 1: Eva.

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015Dessin : Emmanuel Murzeau - Scénario: Thilde Barboni

Sortie : 29/04/2015

Editions Sandawé

56 pages – cartonné

Science-fiction.

 

 

Résumé (de l’éditeur) : En cherchant sa mère, une paléontologue de renom disparue lors de fouilles tenues secrètes, Kristina, accompagnée de François, s’enfonce dans la faille de San Andreas et découvre un vaisseau enchâssé dans la roche depuis des centaines de millions d’années. À son bord, une créature recouverte d’une étrange combinaison, similaire à celle que l’armée américaine a elle aussi découverte récemment.

Qui sont ces êtres?

Nos aïeux?

Nos créateurs?

Les anges de l’apocalypse?

Ou tout cela à la fois?

 

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015

 

«  Ils voulaient trouver le chaînon manquant, ils découvrent que la terre est un laboratoire laissé à l’abandon. Ils recherchaient le passé, ils contemplent le futur.»

 

 

Mon avis : Nouvelle sortie chez Sandawé, c’est l’éditeur par crowdfunding (financement par les lecteurs via un site internet). On retrouve au scénario Thilde Barboni dont c’est la seconde sortie du mois après « Monika Tome 1 » paru chez Dupuis. Elle s’associe à Emmanuel Murzeau pour nous proposer un album de science-fiction. La science-fiction ne semble pas être la tasse de thé de l’éditeur de Marcinelle puisque c’est Sandawé qui en a profité pour le sortir en librairie. Comme quoi, le refus des uns fait le bonheur des autres…Tant mieux pour les auteurs que ce projet ne soit pas resté dans les cartons car il s’agit ici d’une nouveauté de qualité.

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015

Thilde Barboni, je le rappelle, est une romancière belge. Elle écrit des pièces de théâtre, elle est à l’occasion critique littéraire et collabore à des émissions de radio sur la RTBF. Elle est traductrice et psychologue clinicienne de formation. Elle a sorti à ce jour 4 albums en tant que scénariste. Emmanuel Murzeau, après 4 ans aux Beaux-Arts, va vivre près de 20 ans à Berlin comme illustrateur, prof de dessin. En parallèle, il fait de la BD chez Petit-à-Petit (Poèmes de Rimbaud, Northmen, Contes médiévaux) puis 4 albums érotiques chez Tabou (la série Aphrodites).C’est en  2013 qu’il rencontre virtuellement Thilde Barboni chez Sandawé.

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015

L’album bénéficie d’une impression de très bonne qualité. La couverture est très bien réalisée et attire l’œil que ce soit tant au niveau graphique qu’au niveau des couleurs. A noter que le visuel du second tome de ce diptyque est déjà annoncé en 4e de couverture. Le marketing est déjà passé par là. Quoi de plus normal…

 

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015

 

Ce diptyque est inspiré d’une nouvelle de Thilde Barboni intitulée « La Crypte ».Thilde Barboni donne l’impression de passer du polar-Thriller érotique à la science-fiction avec une facilité déconcertante. Le scénario suit trois pistes différentes qui vont se retrouver en fin d’album. Nous avons la piste militaire, la piste journalistique et enfin la piste familiale et scientifique, la principale. Les explications scientifiques de Thilde Barboni sont claires, bien expliquées et globalement plausibles pour le commun des mortels. Bien évidemment, les scientifiques auront toujours quelque chose à redire d’autant plus que nous nous trouvons dans un scénario de science-fiction, ce qui laisse la place à l’originalité, à la création, à des partis pris de bon aloi pour ce genre de littérature. On n’est pas ici dans le laboratoire d’un prix Nobel de physique ou de chimie ! Certains prétexteront des raccourcis rapides ou des imprécisions pour mettre à mal le scénario, ce n’est pas ici la place. N’oublions pas que nous sommes dans une certaine forme de littérature dessinée avec ses codes et ses contingences matérielles.

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015

Le dessin d’Emmanuel Murzeau ne laisse pas indifférent. Il s’agit d’un dessin à mi-chemin entre le croquis et le dessin fini. Le dessin, en fonction des planches, semblent parfois inégal. Certaines planches sont magnifiques et ont cet aspect fini. D’autres planches semblent moins achevées et moins précises au niveau des arrières plans, des détails. Les couleurs sombres en rapport avec les scènes du récit (souterrains, laboratoires,…) n’améliorent pas ce sentiment de manque de clarté graphique. Les personnages sont cependant globalement bien dessinés. Les attitudes physiques et les expressions du visage sont bien rendues. Les cases concernant le rendu du phénomène scientifique sont très bien élaborées et sont le point fort graphique de l’album. Les couleurs y sont spécifiquement en rapport et amènent un plus.

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015

J’avais des craintes en feuilletant l’album pour la première fois. Mes craintes ont vite été balayées par le scénario très bien construit de Thilde Barboni. C’est limpide, fluide comme narration. Le graphisme de Murzeau a été vite assimilé lors de la lecture et  est même très plaisant par moment. Au final, cet album se lit facilement, d’un seul trait et donne envie de lire la suite. On se pose même la question de savoir ce que la scénariste va pouvoir nous sortir pour mener à bien le deuxième tome qui doit suivre. Allons-nous avoir une suite du même niveau, une confirmation de la bonne impression générale du premier tome ? Le second tome du diptyque est annoncé pour 2016 et est financé à ce jour à plus de 95%. Sa sortie est donc assurée chez Sandawé. Bonne nouvelle !

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a09-3e78912.gifScénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne

 

 

Liens vers la fiche technique de l’album chez Sandawé : ICI.

Le site internet de Sandawé : ICI.

Le blog d’Emmanuel Murzeau : ICI.

Le blog de Thilde Barboni : ICI.

 

 

Capitol.

 

Les anges visiteurs, Murzeau, Barboni, Sandawé, 08/10, science fiction, 04/2015

 

 

20/03/2015

LES DAMNES - Tome 1: Néora.

Les damnés, Guida, Leduc, Sandawé, 7/10, Héroïc-fantasy, horreur, fantastique, 03/2015Les damnés, Guida, Leduc, Sandawé, 7/10, Héroïc-fantasy, horreur, fantastique, 03/2015Dessin : Danilo Guida - Scénario: Benjamin Leduc

Sortie : 18/03/2015

Editions Sandawé

48 pages – Cartonné

Héroïc-fantasy, Horreur, fantastique.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): Dans un monde de magie et d’horreur, des mercenaires, tous atteints par une malédiction, sont engagés pour stopper une série de meurtres. Tout accuse une jeune femme qui se transforme en félin sanguinaire. Mais est-elle la véritable coupable ?

Les damnés, Guida, Leduc, Sandawé, 7/10, Héroïc-fantasy, horreur, fantastique, 03/2015

 

«Lorsque les larmes ne peuvent plus couler et que la haine réclame son dû, un seul liquide peut encore se répandre, le sang. »

 

Mon avis : Sandawé sort en peu de temps un deuxième album financé par le crowdfunding, sa spécialité. Mais, il ne s’agit pas d’une série en cours qui a déjà fait parler d’elle comme Sara Lone. Il s’agit du premier épisode d’une nouvelle série intitulé « Les damnés ».Près de 370 « édinautes », des amateurs de bande dessinée, ont financé sa réalisation. Maintenant, il y a lieu de passer l’étape de la vente en librairie, ce qui n’est pas une mince affaire !

Le dessinateur de cet ouvrage est Danilo Guida, de nationalité Argentine. Il travaillé jusqu’à maintenant principalement pour le marché américain des comics. Il a également travaillé pour le dessin animé et pour des agences publicitaires argentines. Le scénario est réalisé par le français Benjamin Leduc. Il a quelques albums de bande dessinée à son actif et des livres pour la jeunesse. Il s’agit donc d’un nouveau tandem drivé par Sandawé. Il  a mis du temps pour mener à bien son projet et surtout réunir les fonds pour se lancer dans l’aventure de l’édition.

Les damnés, Guida, Leduc, Sandawé, 7/10, Héroïc-fantasy, horreur, fantastique, 03/2015

Au niveau du dessin, Danilo Guida nous sert un dessin expressif mais surtout « gore ». Si vous allez voir la définition du dictionnaire « Larousse » : « se dit d’une fiction privilégiant les scènes sanglantes ». Pour ce qui est du sang, de l’hémoglobine, des chairs déchirées, des troncs et des têtes orphelines, vous allez être servis! C’est plus que de la boucherie ! Viens s’ajouter un rien de surnaturel, de mythologie, un peu de paillardise pour assaisonner le tout. Il ne s’en tire pas mal au niveau du physique des personnages, des décors, des expressions. Je regrette simplement la mise au net trop lourde (des traits noirs parfois trop gras) et une colorisation un peu trop massive, pas assez fine, légère et diversifiée. Quand je vois le cahier graphique en fin d’album, je constate une perte de qualité, de détails entre les crayonnés et le dessin définitif.

Les damnés, Guida, Leduc, Sandawé, 7/10, Héroïc-fantasy, horreur, fantastique, 03/2015

Le scénario est un scénario de genre. Leduc ne fait pas dans le détail et assemble un cocktail détonnant qui donne au final cet album atypique. Il a quand même séduit suffisamment pour se faire éditer par Sandawé. Je ne vous cache pas que je reste un peu en retrait par rapport à ce type d’album mais je suis persuadé qu’il existe un public cible et spécifique qui aime les images-choc, les scènes sanglantes. Ils se laisseront peut-être aussi séduire par une jolie femme accablée par son destin qui est pour elle réellement un poids difficilement supportable. Heureusement, ce n’est pas qu’un étal de boucherie…

Les damnés, Guida, Leduc, Sandawé, 7/10, Héroïc-fantasy, horreur, fantastique, 03/2015

En conclusion, un album de genre pour des amateurs du genre qui se laisse lire mais qui m’a laissé un peu pensif. A noter cependant que le récit de ce premier tome forme une histoire complète qui se suffit à elle-même. Vous ne devrez donc pas attendre un tome 2 pour comprendre le fin fond de l’histoire. C’est un avantage indéniable pour le lecteur qui veut découvrir la publication. Reste à vous, chez lecteur, de vous faire votre avis personnel après lecture de cet album.

 

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a06-3e788fc.gifScénario

 

a07-3e78901.gifMoyenne

 

 

Lien vers la fiche technique de l’album "les damnésT1" chez Sandawé: ICI.

 

Capitol.

 

Les damnés, Guida, Leduc, Sandawé, 7/10, Héroïc-fantasy, horreur, fantastique, 03/2015

 

 

11/03/2015

SARA LONE - Tome 2: Carcano girl.

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.
Dessin : David Morancho - Scénario: Erik Arnoux

Sortie : 18/02/2014

48 pages – Cartonné

Aventure, Etats-Unis, polar, Thriller.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur): Celle qu’on nomme "Sara Lone" de son ancien nom de scène n’a décidément aucune marge de manœuvre: entre le Syndicat qui cherche à s’accaparer définitivement la pêcherie Carruthers et le "Pinky Princess", les voyous qui croient qu’elle sait où est planqué le trésor Maya qu’aurait repêché son père atrocement assassiné sans avoir parlé, le mafioso Vetriani qui n’a pas oublié la mort de LeMount et l’étouffante pression de "Janus", son agent traitant au FBI, il lui faut jouer serré. 

 

« Travailler en mer, c’est moins facile que d’montrer son cul, hein ? Ça, par contre, tu sais faire comme toutes les p’tites putes de la nouvelle-Orléans ! »

 

Mon avis : Je vais vous parler aujourd’hui d’un album financé par crowdfunding via Sandawé. Il s’agit du tome 2 de la série Sara Lone. C’est vraiment un livre très attendu car le premier tome a récolté un succès mérité par les temps qui courent, à tel point qu’il représente probablement le plus haut potentiel de vente de sa maison d’édition. De plus, le tome 3 de la série a été financé en un temps record. 50.000€ ont été financés en à peine 100 heures. Record battu !

 

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.

 

 

Samba BD vous a parlé en son temps du premier tome et a interviewé son scénariste, le passionnant et  très loquace Erik Arnoux (voir les liens en fin de chroniques).Erik Arnoux n’est plus à présenter. Il s’agit d’un dessinateur-scénariste de grande qualité qui a derrière lui une très grande expérience du métier. Et pourtant, cette expérience « Sandawé » était pour lui une première. A ses côtés, le jeune dessinateur Espagnol David Morancho qu’il a découvert, est une vraie révélation. Son dessin est magnifique et maîtrisé. Morancho est un bosseur. Il a déjà sa griffe, son style qui lui est propre et progresse de planche en planche. Il apprend vite, le bougre, sous l’œil expert et les conseils d’Erik Arnoux!

En ce qui concerne le scénario, Erik Arnoux combine dans un récit, de manière efficace, l’Amérique des années ’60 et ses événements politiques, sociaux avec l’histoire d’un fabuleux trésor qui fait tourner pas mal de têtes, y compris la mafia locale et le Ku Klux Klan. Dépaysement assuré et un paquet de rebondissements en vue pour cette intrigue qui se met en place. Dans ce tome 2, on se doute que Sara Lone va être le jouet d’un complot d’envergure mais lequel ?

Lorsque j’ai terminé la lecture de cet album bien enlevé, il ne me reste qu’à attendre le tome 3 qui est déjà financé et qu’on devrait retrouver au début de l’année prochaine 2016, pas avant car David Morancho doit travailler en priorité sur un autre projet chez l’éditeur Delcourt. C’est aussi cela le succès…

Pour ceux qui n’ont pas encore lu le tome 1, il n’est pas trop tard pour l’acheter ou le commander chez votre libraire. C’est une série de qualité qui en vaut la peine. Je suis persuadé que la sortie du tome 2 va relancer la vente du premier tome. Roulez jeunesse !

 

a08-3e78906.gifDessin

 

a08-3e78906.gifScénario

 

a08-3e78906.gifMoyenne 

 

 

Lien vers la fiche technique de l’album chez l’éditeur Sandawé: ICI.

 

Voir la bande annonce de l’album « Sara Lone tome 2 : Carcano girl » :


.

 

Liens vers la chronique du tome 1 sur Samba BD : ICI.

Liens vers l’interview d’Erik Arnoux sur Samba BD : ICI.

 

 

Capitol.

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.

 

saralone,morancho,arnoux,sandawé,810,aventure,polar,thriller,etats-unis,032015.

 

12/06/2014

D'ENCRE ET DE SANG - Tome 1/2.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.Dessin : Renaud - Scénario : Gihef –

Editions Sandawé

Sortie 04/06/2014

48 pages + dossier « Le Soir volé »

Prix conseillé : 15,00 €

ISBN : 9782930623269

2e guerre mondiale, Résistance, Le Soir, Bruxelles, Belgique

 

Résumé (de l’éditeur) : Katja est une journaliste d’origine autrichienne. Elle est également au service de la Résistance. Lors de l’été 1944, elle débarque à Bruxelles avec pour mission d’approcher Léon Degrelle, journaliste influent et sympathisant nazi, afin de permettre

sa mise hors d’état de nuire avant l’arrivée des Alliés dans la ville. Le traître s’avérant difficile à approcher, notre héroïne va intégrer le quotidien « Le Soir », principal outil de propagande de l’Occupant, pour retrouver sa piste. En parallèle, elle se voit confier une grosse affaire dont personne ne semble vouloir au journal : une série de meurtres odieux de jeunes femmes juives dont on retrouve les corps affreusement mutilés.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Mon avis : Sandawé, l’éditeur en crowdfunding (financement par les lecteurs via internet), abat une nouvelle carte importante dans son développement. Après son coup « Sara Lone » qui a marqué les esprits, voici maintenant que cet éditeur atypique édite le premier tome d’un diptyque dessiné par Renaud (Jessica Blandy) et scénarisé par Gihef. Le récit s’intéresse au « Soir volé » en 1944, à la veille de la libération de Bruxelles. Les Allemands avaient mis la main sur le journal « Le Soir » qui diffusait des informations dûment contrôlées par les occupants et de la propagande nazie.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Le financement de ce premier album (en attendant le second !) a pris du temps. Cela n’a pas été des plus simples…A quoi est-ce dû ? Renaud est et reste un grand nom de la bande dessinée belge, un nom encore « vendeur », même si sa collaboration avec Jean Dufaux n’est plus d’actualité. Mais, dans le crowdfunding, l’auteur doit donner de sa personne, vendre son produit, être présent sur le site et le blog de Sandawé pour donner envie aux lecteurs et investisseurs potentiels de miser sur son projet. Eric Arnoux, le scénariste de Sara Lone, l’a très bien compris. Il est devenu maintenant une référence, un exemple à suivre au sujet de la mise en vitrine d’un projet, alors que le tome 1 de sa série est à l’heure actuelle la meilleure vente de Sandawé et que les deux prochains tomes sont déjà financés. Il s’agit d’un nouveau marché et il faut trouver les codes d’une nouvelle communication entre l’auteur et son public, ses lecteurs. Renaud n’a-t-il pas été assez présent pour vendre son projet ? Pas assez vraisemblablement, ce qui justifie ce lent démarrage à l’allumage pour le financement ! La mise en place du présent album  dans les librairies semble bien en route et l’accueil plutôt positif d’après les premiers retours. Mais, le résultat final se mesurera sur la longueur après la parution du deuxième et dernier tome qui commence seulement son financement sur Sandawé. Espérons que le financement sera plus rapide pour éviter de devoir trop attendre pour voir paraître la suite.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Au niveau du dessin, Renaud fait du « Renaud ». Son dessin est reconnaissable entre tous, « sa patte » est là, assez classe et bien en place. Son graphisme, comme les couleurs, reste cependant dans la retenue, un peu froid…La période traitée, l’occupation de la Belgique par les nazis en 1944, « Le Soir volé », la persécution des juifs, ne laisse pas place à la gaudriole…On découvre une héroïne atypique, une autrichienne, envoyée au Soir par Berlin mais elle a des sympathies pour la cause juive. Elle joue un double jeu. Même si le lecteur connait son engagement, le scénario de Gihef reste malgré tout dans les grandes lignes et ne détaille pas plus le caractère, l’aspect psychologique  du personnage principal, Katja, qui à ce moment de l’histoire manque un peu de charisme. Mais, il faut rester clair et honnête vis-à-vis de ce premier tome, il s’agit d’une mise en place et le tome 2 devrait développer plus en profondeur le sujet. Le diptyque est donc un ensemble qu’il faudra juger sur sa totalité.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

A noter que l’album se termine par un dossier documentaire sur « Le Soir volé ». Ce dossier est développé par Daniel Couvreur, journaliste et spécialiste BD au Soir, une référence…La boucle est bouclée.

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

Le premier tome est une mise en bouche, l’entrée, avant, je l’espère, le plat de résistance (au sens premier) qu’est le second tome. Cet album m’a ouvert l’appétit et j’attends de dévorer la suite. Intéressant…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          7,0/10

Moyenne :          7,5/10

 

Le site internet de Sandawé: ICI.

 

Capitol

 

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.

 

 

L’avis de Samba sur l’album : Le contexte historique est intéressant, la presse écrite sous l’occupation nazie .En plus, on situe le récit à Bruxelles. L’encrage de proximité est toujours un plus pour attirer le chaland. L’histoire est correcte, elle est à l’image de l’héroïne de Renaud, belle et froide. Par contre, on reviendra pour y trouver de l’émotion. A se demander si l’association Gihef /Renaud est des plus judicieuses ?

Samba.

 

D'encre et de sang, Renaud, Gihef, Sandawé, 06/2014.