24/09/2016

Les jours heureux

1.jpg2.jpgTome 2/2 : Nouvelle vague

Auteurs :  Guy Raives et Eric Warnauts 

Editeur : Le Lombard

Collection : Signé

64 pages- cartonné

Sortie : 02 septembre 2016

Fresque historico-romantique

 

Présentation :

5.jpg4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

La saga historique se poursuit.

La page des années 50 se tourne.

Un monde disparaît.

Vient alors le temps de la nostalgie et parfois des regrets.

3.jpg

La narration continue sous sa forme éclatée (on passe du Kivu à Berlin-Est avant de revenir à Liège en faisant un crochet par Paris ou Bruxelles) avec un graphisme qui n’a jamais été aussi bien adapté à son sujet. Les traits des personnages, le choix des teintes, les cadrages des décors viennent souligner le charme amer et sentimental d’une aventure dont on ne voudrait jamais lire la fin.

6.jpg

Les lecteurs qui connaissent Liège seront ravis de faire une balade rétro (en tram !) et s’amuseront à décoder les noms des enseignes commerciales, des cinémas et des panneaux publicitaires. Par ailleurs, les vues de l’est du Congo sont superbes et semblent inviter à un calme contemplatif alors que l’horreur, en 60 comme aujourd’hui, rôde.

 

 a08-3e78906.gif     Dessin

a07-3e78901.gif Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Le Lombard : ICI

 

Skippy.

 

01/02/2016

Le chant du cygne - Tome 2

le chant du sygne.jpgle chant du cygne.jpgScénario : Xavier Dorison et Emmanuel Herzet
Dessin : Cédric Babouche

Editeur : Le Lombard
Sortie : 15 janvier 2016
65 pages

Genre : historique (guerre 14-18)

 

 Le résumé.

Le lieutenant Katz et ses soldats ne sont pas des lâches. Combattants aguerris, ils ont souvent surgi de leur tranchée pour charger sous la mitraille. Mais aujourd'hui, ils en ont assez. Ils décident de déserter pour se rendre ensemble à Paris et déposer une pétition au parlement au nom de leurs frères de bataille. Commence alors le plus beau et le plus désespéré des périples...

Chant_Cygne_560.jpg


 « Ah les cons ! »

image-1-interview.jpg

Mon avis.

Quand je lis un bouquin ou une BD sur la guerre 14-18, je suis toujours étonné du peu de cas qu’on faisait d’une vie, surtout de celle d’un simple soldat. L’expression « chair à canon » était vraiment de circonstance.
Le Chant du cygne nous narre un pan de cette histoire un peu oubliée, celle des révoltes des tranchées. Le ton employé et des personnages parfois caricaturaux  pourraient faire croire à une comédie, mais il s’agit bien d ‘une tragédie. C’est aussi un bel hommage au courage de ces hommes écrasés par la logique imbécile de cette guerre. Une sorte de "Sentiers de la gloire" qui nous amène vers un épilogue rempli de rebondissements.
Pour illustrer cette épopée un peu folle, Cédric Babouche nous propose un graphisme  assez singulier, une sorte de crayonné nerveux, parfois brut. Mais l’ensemble  des  « aquarelles » passe plutôt bien à cause notamment  d'une colorisation audacieuse.
Bon, les habitués à un encrage rigoureux auront du mal à adhérer à ce style si particulier, je l’admets bien volontiers.
Mais, un peu de courage pardi ! Crions bien fort « Camerone ! » et lancez-vous dans ce diptyque qui fait la part belle à l’humain.

le chant du cygne t2.jpg


a06-3e788fc.gifDessin

a08-3e78906.gifScénario


a07-3e78901.gifGlobal

Samba.

23/12/2015

Sykes

sykes,armand,dubois,lombard,signé,western,vengeance,910,112015sykes,armand,dubois,lombard,signé,western,vengeance,910,112015Scénario : Pierre Dubois

Dessin : Dimitri Armand

Éditeur : Le Lombard (coll. Signé)

75 pages

date de sortie : novembre 2015

genre : western

 

 

Présentation de l'éditeur

Lorsque « Sentence » Sykes pose le premier sabot dans ses collines natales, le jeune Jim Starret reconnaît immédiatement une légende de l'Ouest, digne des illustrés avec lesquels il a appris à lire. Mais son nouveau héros n'est pas là lorsque la redoutable bande des Clayton assassine sa mère sous ses yeux. Dès lors, Jim n'a plus qu'une obsession : rejoindre Sykes et participer à la traque. Il a déjà payé le prix du sang. Il ignore encore que ce sont ses démons qui forgent une légende du Far-West.

 

 

sykes,armand,dubois,lombard,signé,western,vengeance,910,112015

 

Mon avis

Le renouveau du western en BD se poursuit pour notre plus grand plaisir avec cet excellent one shot publié dans la belle collection Signé des éditions du Lombard.

Pierre Dubois, plus habitué des contes et légendes peuplés d'elfes et de lutins, nous entraine dans une chasse à l'homme sombre et violente où la vengeance et l'initiation sont les moteurs du récit.

Il ressort dans son histoire ce qui a nourri son imaginaire d'enfant des années 50 : le cinéma et les illustrés. Si la trame est de facture assez classique, où l'on voit le justicier aux méthodes expéditives défendre la veuve et l'orphelin et le jeune orphelin suivre les traces de son héros, les personnages subissent une évolution, voire une transformation, au cours du récit. Transformation que l'on mettra en parallèle avec la transformation de l'Amérique de cette époque : l'avancée du train associée à l'institution de la corruption comme modèle politique, le massacre des indiens et des bisons, la violence gratuite et l'usage des armes comme solutions à tous les problèmes... Les héros traversent l'Histoire, et ne sortiront pas tous par la même porte.

De Peckinpah à Tarantino en passant par Corbucci et Leone, les références et clins d’œil au cinéma de genre ne manquent pas. Et pourtant, le récit de Pierre Dubois à sa propre personnalité, tout comme ses personnages, même s'ils donnent le sentiment de déjà vu. C'est la force de ce genre qui donne toujours l'impression de se répéter, tout en se renouvelant à chaque fois. J'en veux pour preuve les excellents Undertaker , Stern et Buffalo Runner sortis cette année.

Western annonçant le crépuscule du Far West, Sykes est brillamment mis en image par Dimitri Armand. Précisons que Pierre Dubois n'est quasiment pas intervenu sur son travail, et que le découpage à été fait entièrement par Dimitri. Il a donc prit le temps de fignoler son travail puisqu'il a mis 6 ans à dessiner cet album. Le résultat est à la hauteur des attentes du scénariste préférant les décors grandioses des montagnes et des grandes plaines aux décors arides et dépouillés du western italien des années 60.

J'ai par ailleurs eu le privilège de voir les planches originales exposées chez mon libraire et je peux vous assurer qu'elles sont d'une qualité exceptionnelle. Le trait et l'encrage sont d'une précision et d'une intensité rare donnant envie de relire l'histoire dans une version N&B et grand format.

 

Sykes, c'est tout simplement un indispensable de plus pour les fans de western.

 

a09-3e78912.gif

 

 

Loubrun

 

sykes,armand,dubois,lombard,signé,western,vengeance,910,112015

17/09/2015

Les jours heureux Tome1

Couv_253602.jpgPlancheA_253602.jpgAuteurs : Warnauts et Raives.

Editeur : Le Lombard (Signé)

Sortie : 21 aout2015.

Genre : Saga historique.

 

Le résumé.

Les années 50. Tout l'Europe veut oublier la guerre. Les batailles d'Indochine semblent si loin. A Bruxelles, l'exposition universelle de 1958 se prépare dans l'insouciance. C'est alors que Bernadette, la fille de Thomas, décide de partir pour l'Algérie... C'est alors que prendra fin le mythe des Jours Heureux. _

 

« Une mise au frigo des problèmes….la grande spécialité belge ! »

 

Mon avis.

Avec les albums « les temps nouveaux » « Après guerre » et maintenant avec ces »jours heureux », Warnauts et Raives nous livrent en somme une petite encyclopédie dessinée et historique du  20e siècle.

On aborde dans ce nouveau cycle, l’indépendance du Congo et la guerre d’Algérie  ou vice–versa. C’est surtout une immersion dans une époque pas si lointaine, celle des trolleybus à Liège(les liégeois se feront d’ailleurs plaisir à reconnaître certains lieux ou rues de la ville), de la libération de la femme, du Général De Gaulle  et surtout de l’expo universelle de Bruxelles de 56. Une exposition qui a marqué toute une génération. 

Warnauts et Raives dont la collaboration dure depuis plus de 30 ans jouent sur deux tableaux : l’aspect historique et les sentiments avec des personnages récurrents comme Thomas. 

Du point vu graphique, j’ai apprécié la recherche  pour les petits détails (la pub sur les trams ou sur les estaminets par exemple) qui donnent à l’ensemble des allures de cartes postales d’antan. C’est assurément du bel ouvrage.

Par contre, j’ai été spectateur pendant toute ma lecture, comme si je regardais un documentaire, 

Une belle fresque historique mais manquant néanmoins de pas mal d’émotion.

 

a04-3e788e4.gifScénario 

a08-3e78906.gifDessin 

a06-3e788fc.gifglobal.

 

Samba.

les jours heureux.JPG

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

19/11/2014

LITTLE TULIP.

Little tulip, Boucq, Charyn, Le Lombard, signé, 11/2014Little tulip, Boucq, Charyn, Le Lombard, signé, 11/2014Dessin : François Boucq - Scénario : Jérôme Charyn

Couleurs : Le Moal Jean-Noël

Editions Le Lombard

Collection « Signé »

Sortie : 07/11/2014

88 pages –cartonné

Prix conseillé : 16,45 €

ISBN : 9782803634170

Aventure, goulag, tatouages

 

Résumé (de l’éditeur) : Emprisonné en même temps que ses parents, c'est à l'âge de sept ans que Pavel a découvert l'enfer du goulag. Séparé des siens, il a dû apprendre à survivre seul. Quelques années plus tard, il connaît bien les règles qui régissent son univers: la violence permanente, l'incurie des gardiens, la toute-puissance des chefs de gangs,... Il sait que s'adapter et s'endurcir ne suffisent pas. Grâce à ses talents de tatoueur, il obtient la protection de Kiril la Baleine, le plus cruel des caïds. Mais s'allier avec le diable a toujours un prix...

Little tulip, Boucq, Charyn, Le Lombard, signé, 11/2014

« Le dessin est un art qui consiste à essayer de donner forme à l’invisible… »

 

Mon avis : « 25 ans après « bouche du diable », le duo Boucq-Charyn se reforme ». C’est le bandeau rouge de l’éditeur que vous trouverez avec l’album. Pour fêter les 20 ans de la collection « Signé », Le Lombard ne pouvait espérer un meilleur timing. Le même duo avait déjà frappé une fois avec « la femme du magicien » en 1986 dans la collection « A suivre » chez Casterman. Le Lombard en profite pour ressortir ces deux excellents albums. Jérôme Charyn est un des plus importants écrivains de la littérature américaine contemporaine. Après 25 ans, le fil a été renoué. Entretemps, Boucq a continué son chemin et est devenu un des grands auteurs de la bande dessinée franco-belge. Doté d’un humour dévastateur, il a fait vivre les aventures de Jérôme Moucherot, un agent d’assurance hors norme et décalé pour lequel l’aventure est au coin de la rue. Il aborde le western avec Jodorowsky dans la série Bouncer. Un western pas comme les autres qui fait preuve d’innovation et lui donne un univers qui lui est propre, vu nulle part ailleurs. Grand Prix de la ville d’Angoulême en 1998, son dessin précis et enlevé ont fait de lui un des maîtres de la profession, alliant qualité du travail graphique et rapidité d’exécution. La sortie d’un album de Boucq est toujours un événement, et plus encore quand il est en duo avec Charyn qui lui fait une confiance aveugle pour l’adaptation de son scénario. Une référence dont Boucq peut être très fier ! J’ai eu l’immense honneur de l’interviewer en décembre 2012 lors d’une exposition à la galerie Champaka à Bruxelles. Le personnage est affable et bienveillant mais aussi à la hauteur de son immense talent et de sa réputation (son interview sur Samba BD : ICI).

Little tulip, Boucq, Charyn, Le Lombard, signé, 11/2014

Après ce long et nécessaire préambule, vous savez en ouvrant l’album qu’à priori vous devriez passer un bon moment de lecture. D’autant plus que les auteurs ont concocté un scénario très intéressant qui mêle plusieurs thèmes dont le principal est les camps du goulag en Union Soviétique. Vient ensuite se greffer d’autres thèmes tels que le dessin, le tatouage, la criminalité dans ces camps, la survie mais aussi l’immigration en Amérique et le choc des cultures que ce parcours de vie implique. Ajoutez-y le dessin de François Boucq, très expressif et complètement maîtrisé, un découpage classique mais précis, des cases dignes d’un récit cinématographique. Le lecteur est directement emporté dans un univers sans concession et suit la vie incroyable de Pavel qui va devoir se battre pour sa survie, dont la vie va être marquée à tout jamais par ce qu’il va devoir subir. C’est par moment violent, comme l’était la vie dans les goulags, mais le Pavel adulte a des principes et des valeurs qu’il défend parfois au péril de sa vie. Il s’agit d’une parabole en 88 pages dont on ne sort pas indemne car les auteurs sont des virtuoses dans leur domaine. A noter que l’album se termine par un dossier graphique du meilleur effet.

Little tulip, Boucq, Charyn, Le Lombard, signé, 11/2014

J’ai également bien aimé dans cet album le rapport entre Pavel, l’élève tatoueur, et son professeur en tatouage, Andreï. Certains dialogues, entre les deux personnages sur le dessin et l’apprentissage des connaissances, valent le détour. Je suppose que François Boucq y adhère à 100%. Ce serait bien de lui poser la question lors d’une prochaine interview…

Little tulip, Boucq, Charyn, Le Lombard, signé, 11/2014

Pour moi, il s’agit d’un des meilleurs albums que j’ai lu durant cette année 2014. Les auteurs allient la fiction avec une solide base réelle, puisque François Boucq s’est pas mal documenté sur la vie dans les camps. C’est lui qui a proposé le sujet à Charyn en recherche d’un projet fédérateur et novateur. A lire sans délai ou à vous faire offrir pour les fêtes de fin d’année. Incontournable !

 

Scénario :           9/10

Dessin :             9/10

Moyenne :           9/10

 

Lien vers le site des éditions Le Lombard : ICI.

 

Capitol

 

Little tulip, Boucq, Charyn, Le Lombard, signé, 11/2014

 

04/09/2014

Le chant du cygne Tome 1

Chant du cygne (Le)1.jpgChant du cygne (Le)1d.jpgAuteurs : Babouche, Dorison et Herzet.

Editeur : Le Lombard (Signé)

Sortie :29 août 2014

Au front.

 

Le lieutenant Katz et ses soldats ne sont pas des lâches. Combattants aguerris, ils ont souvent surgi de leur tranchée pour charger sous la mitraille. Mais aujourd'hui, ils en ont assez. L'incompétence criminelle de leurs officiers menace une fois de plus de les emmener au désastre. Ils décident de déserter. Pas pour fuir, pas pour se cacher. Ils se rendront ensemble à Paris pour déposer une pétition au parlement au nom de leurs frères de bataille. Commence alors le plus beau et le plus désespéré des périples... 

 

Chair à canon.

Et bien, on est gâté avec la commémoration du centenaire de la grande guerre. Cette fois-ci, c’est le Lombard qui nous propose un diptyque sur ce sujet dans sa collection Signé qui fête  elle ses 20 ans.

On a déjà eu les folies Bergère, la faute au midi  ou putain de guerre, voilà le chant du cygne avec deux grands noms de la BD au scénario : Xavier Dorison et Emmanuel Herzet .

Le fond du récit est véridique (les fameuses mutineries de 1917 contre l’obstination imbécile  de l’état-major), par contre, l’épopée pour ramener la fameuse pétition à Paris est complètement fictive. 

On se croirait parfois dans les brigades du tigre tellement l’action est omniprésente .En plus, on a des « gueules » pour jouer les premiers rôles .L’air de rien, c’est du brut de décoffrage quand il s’agit de mener un coup d’éclat. 

Bref, le récit devient vite haletant et c’est avec un certain plaisir qu’on tourne les pages.

« Allez les gars, ne vous laissez pas traiter comme des chiens » aurait-on presque envie de dire pour les encourager !

Le dessin à l’aquarelle est l’œuvre d’un nouveau venu dans le monde de la BD, Cedric Babouche, spécialiste de l’animation.

Pour une première BD, le résultat est assez remarquable, j’ai simplement trouvé par moment, une difficulté à bien suivre l’action mais bon, rien de bien rédhibitoire.

 

Au final, un beau coup gueule contre le mépris de la vie humaine avec des personnages haut en couleur.

Vivement la suite !

 

Chant du cygne (Le)1dk.jpg

 

 

a06-3e788fc.gifDessin 

a09-3e78912.gifScénario 

a07-3e78901.gifGlobal 

Samba

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

16/01/2014

STATION 16.

 

 

Couv_203203.jpgCapitol, Station 16, Hermann, Yves H., Le Lombard, Signé, 8.5/10, Fantastique, Thriller, Histoire, 01/2014. Dessin : Hermann – Scénario : Yves H.

Editions Le Lombard

Collection  «Signé »

Sortie 17/01/2014

64 pages

Prix conseillé : 14,45 €

ISBN : 9782803634361

Fantastique, Thriller, Histoire.

 

Résumé (de l’éditeur): La Nouvelle-Zemble, région désertique et glacée au nord de la Russie, a été le théâtre d'essais nucléaires d'une puissance effroyable. 40 ans plus tard, une patrouille de soldats découvre dans la région une base scientifique désaffectée. Un instant plus tard, la base s'anime d'une vie inquiétante. Les soldats ont fait un saut dans le temps et se retrouvent au milieu de scientifiques soviétiques qui mènent des expériences atroces sur les êtres humains...

Station 16, Le Lombard, Signé, Hermann, Yves H., 01/2014.

Mon avis : C’est un nouveau « one shot » de Hermann et de son fils Yves H qui parait dans la collection « Signé ». Il s’agit déjà du quatrième album du duo dans cette collection après « Liens de sang », « Manhattan beach 1957 » et « The girl from Ipanema ». Hermann est un Grand de la Bande Dessinée, un bosseur curieux et exigeant mais aussi un peu misanthrope et aux idées bien arrêtées. Dans cet album, il risque encore d’en étonner plus d’un avec un scénario atypique par rapport à ce qu’il nous a déjà livré, mais aussi grâce à un dessin « caméléonesque » qui s’adapte de façon extraordinaire aux univers variés qu’il fait traverser à ses lecteurs.

Station 16, Le Lombard, Signé, Hermann, Yves H., 01/2014.

 

La base de l’histoire est inspirée de la vie réelle et plus particulièrement d’une partie de l’histoire du 20e siècle peu connue du commun des mortels, à une période sombre de l’URSS, dans une partie du monde presque inconnue, un « trou de cul du diable », un endroit qui ressemble plus à un enfer qu’à un paradis sur terre. Il s’agit de l’archipel russe de la Nouvelle-Zemble, dans l’océan arctique, au delà du 60e parallèle. Entre 1955 et 1990, cet endroit a servi de base d’essai à 135 explosions nucléaires soviétiques dont 87 dans l’atmosphère. Le 30 octobre 1961, y fut testé la « Tsar Bomba », une bombe à hydrogène de 57 mégatonnes, la plus puissante jamais conçue : 1400 fois la puissance de l’attaque sur Hiroshima avec un champignon nucléaire culminant à 64 kilomètres dans notre atmosphère…Autant dire que Tchernobyl en comparaison, c’est de la roupie de sansonnet…Mais ce polygone nucléaire russe n’a pas laissé beaucoup de trace dans la mémoire collective internationale. Je vous conseille d’aller voir sur Wikipédia ce qu’on dit de cet archipel, appelé « l’archipel de la peur ».

Station 16, Le Lombard, Signé, Hermann, Yves H., 01/2014.

A partir de cette base réelle, Yves H. va conduire le lecteur en 1997. Il va suivre une patrouille militaire russe qui surveille « mollement » les limites de ce territoire. Un message de détresse vient de la base abandonnée. Qui a envoyé ce curieux message alors qu’il n’y a pas d’âme qui vive ? La patrouille y est envoyée en hélicoptère et commence une histoire fantastique, une faille spatio-temporelles qui va les transporter de 1997 à 1955, de 1955 à 2012, dans un univers concentrationnaire où se mêle l’horreur, l’idéologie, le suspense, une déflagration atomique,…

Station 16, Le Lombard, Signé, Hermann, Yves H., 01/2014.

Hermann se met au diapason du scénario abouti, inventif et haletant. Les personnages s’en tireront-ils ? Je laisse au lecteur le soin de découvrir la fin de cette histoire sombre, très sombre…A noter qu’en fin d’album, une postface d’Yves H. remet l’album dans son contexte historique avec des crayonnés de son père Hermann.

Station 16, Le Lombard, Signé, Hermann, Yves H., 01/2014.

Station 16, c’est du tout bon. Le Lombard a frappé fort pour marquer les 20 ans de la collection « Signé ». Espérons que les autres albums prévus pour 2014 dans cette collection seront tous du même niveau. Les auteurs ont réussi à m’étonner à nouveau et j’ai lu l’album d’une traite, ce qui est quand même révélateur. Excellent album que je vous recommande chaudement, même si l’histoire se passe dans la neige et le grand froid.

 

Graphisme :      8,5/10

Scénario :        8,5/10

Moyenne :        8,5/10

 

Lien internet vers le site des éditions Le Lombard : ICI.

 

Capitol.

Station 16, Le Lombard, Signé, Hermann, Yves H., 01/2014.

13/01/2014

Les 20 ans de la collection "Signé" - Le Lombard.

Une œuvre, une signature…

 

Signé, Le Lombard

 

C’est en de tels termes que Le Lombard communique pour fêter les 20 ans de la collection « Signé ». Les éditions « Le Lombard » sont parties en 1994 sur la conclusion que les auteurs, au-delà de leur série favorite, avaient parfois envie de s’octroyer une respiration, une récréation mais aussi une occasion de se lancer dans un projet plus novateur, plus risqué, plus intime ou intimiste. Cette collection est au final un écrin de grandes signatures qui donnent le meilleur pour la plus grande joie des lecteurs. Les romans graphiques ont maintenant leur place dans la production du 9e Art et la collection « Signé » y contribue à sa manière.

2014, l’année "Signé".

8 albums sont programmés en 2014 pour la collection « Signé ». Le 17 janvier 2014, c’est la réédition du formidable album de Boucq et Charyn  intitulé « La femme du magicien », paru en 1986 chez Casterman dans la collection « A suivre ». Le même jour, c’est « Station 16 » de Hermann et Yves H., un voyage fantastique où se mêlent les faits réels et des paradoxes spatio-temporels. Samba BD a pu lire l’album en primeur. Il sera chroniqué sur le 16 janvier, la veille de la sortie en librairie. Probablement, un des points forts dans les sorties de ce début d’année 2014. En février, nous aurons « Après-guerre T2 » de Warnauts et Raives, un autre album très attendu. Au cours de l’année 2014, nous aurons encore « La Fille de Paname T2 » de Kas et Galandon, « Capitaine Trèfle » de Hausman et Dubois, « Le chant du Cygne » de Babouche, Dorison et Herzet, « Le soldat » de Jouvray et Efa et enfin pour novembre 2014, « Little Tulip » un nouvel album de Boucq et Charyn, un nouvel événement pour la fin de l’année qui débute !

Angoulême 2014

Lors des rencontres internationales d’Angoulême, les lecteurs pourront écouter Hermann et Boucq à Angoulême. Les auteurs viendront discuter sur leur travail, leur évolution et leur trait respectif lors d’une rencontre croisée. Lieu : Espace Franquin, salle Bunuel, le samedi 1er février à 16h00.

Capitol.

Signé, Le Lombard

Écrit par capitolbelgium dans Actualité, Du haut du CAPITOL. | Commentaires (1) | Tags : capitol, le lombard, signé, 012014. |  Facebook | |

18/03/2012

La douceur de l’enfer T2.

Douceur de l'enfer (La)2.jpgalbum-page-large-15702.jpgAuteur : Grenson.
Editeur : Le Lombard(Signé).
Sortie : 03/2012.

Le traitre.
Pour honorer la mémoire de son grand-père, tombé au front de la guerre de Corée, Billy summer participe à un voyage organisé par des vétérans, au sein de la célèbre « zone démilitarisée ». C'est là qu'il apprendra la vérité sur cet aïeul qu'il admirait tant : le héros de la guerre est en fait un déserteur qui vit aujourd'hui en Corée du Nord, complice de fait d'un régime dictatorial absurde. La rencontre entre les deux hommes va bouleverser leur vie et faire peu à peu s'effriter leurs certitudes.
La fuite.
Après la lecture de cette fin de diptyque, je me dis que le titre « la douceur de l’enfer » est « on ne peut plus judicieux ». L’enfer pour cette guerre interminable entre les deux Corée, l’enfer psychologique d’une fuite sans retour, d’un secret trop lourd à garder pour un gamin. La douceur grâce à l’amour d’une femme, d’un frère qui vous redonne un brin d’espoir. C’est sur ces deux nuances qu’arrive à magnifiquement jongler, un Olivier Grenson impressionnant de maitrise pour nous croquer la moindre parcelle de sentiment. Mais toujours aussi avec une retenue presque asiatique  qui renforce le caractère très posé et sans excès de ces deux hommes « normaux »mais dont la destinée est plutôt exceptionnelle. Si j’aurais un mot pour définir cette BD, ce serait " sensibilité".
C’est rare qu’une BD nous permette de toucher ainsi au plus profond de l’âme des personnages, Olivier Grenson y arrive notamment grâce à son trait fin et magique. Cette BD, c’est aussi l’occasion de faire un voyage en Corée et de découvrir les coulisses d’une frontière des plus étranges. A mon avis, un peu comme pour les derniers jours de Stephan Zweig, on accroche ou pas à ce genre de BD mais si c’est le cas, c’est une invitation aux émotions qui vous attend.
Dessin : 10/10
Scénario : 8/10
surprises.smileysmiley.com.9.gif Global.



On en parle sur le forum.

grenson2.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

11/02/2012

LES TEMPS NOUVEAUX - Tome 2/2: entre chien et loup

150624_c.jpgPlancheA_150624.jpgDessin & scénario: Warnauts  & Raives

Editions Le Lombard

Collection: Signé

Sortie : 13/01/2012

64 pages

Prix conseillé : 14.99 €

Histoire, 2e guerre mondiale, société, Belgique

 

Résumé (de l’éditeur: 1944. La guerre est terminée, mais cette nouvelle page qu'est la Libération s'écrit toujours en lettres de sang. Procès hâtifs des inciviques, vengeances personnelles et vieilles rancoeurs sont légion. Dans le petit village de La Goffe, Thomas Deschamps voit les G.I. remplacer les Allemands dans les chambres de sa petite auberge, sans savoir quel accueil il réservera à Charles, son collabo de frère. Petit à petit, les survivants reviennent à La Goffe, changés à tout jamais, abîmés parfois, par ces Temps Nouveaux qui voient les certitudes se brouiller un peu plus chaque jour. Mais Charles, lui, ne rentre pas...

 

 

205123.JPG

 

Mon avis : Le deuxième tome de ce diptyque vient enfin de paraître au Lombard. Nous retrouvons nos personnages (enfin presque tous) à la libération. Charles, le frère de Thomas, n’a plus donné de nouvelles et est considéré comme collabo. Mais différents événements vont jeter le trouble sur les activités de Charles pendant la guerre. Plutôt que la joie de la libération, c’est le questionnement et le repli sur soi…

205234.JPG

Warnauts et Raives ne nous ont pas vraiment décrit les années de guerre, ont occulté ces années de plombs. Juste des rumeurs à la libération, des jugements hâtifs, vieilles rancoeurs, jalousies, la populace qui ne fait pas dans le détail, des cœurs déchirés, des âmes en peine et surtout des questions sans réponses. Petit à petit, le lecteur va devoir progresser dans le récit en revoyant sa première approche. Les auteurs jouent,  à dessein, avec les sentiments du lecteur et distillent ça et là des éléments qui vont faire éclater en fin d’album la vérité ou du moins une certaine vérité. Le scénario est très bien amené et pose bien le problème de la collaboration et de la résistance à l’occupant en fonction du temps, des événements et des intérêts particuliers de chacun.

205548.JPG

Cet album n’est pas seulement une histoire sur la guerre 40-45 mais est aussi une analyse psychologique des différents personnages plongés malgré eux dans une véritable tragédie humaine. Héros ou traître ? Traître ou héros ? Voilà la question et la pierre angulaire de ce récit très bien mené. Le dessin est à la hauteur du défi et nous décrit magnifiquement les Ardennes liégeoises. Un bien bel album !  

 

Graphisme :   8,0/10

Scénario :     8,0/10

Moyenne :     8,0/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

205714.JPG