17/06/2017

Bâtard

cov.jpg1.jpgScénario et dessin : Max de Radiguès

Editeur : Casterman

192 pages – broché

Parution : 07 juin 2017

Thriller

 

Présentation de l’éditeur :

May et son fils Eugène tracent la route, le coffre de leur voiture rempli de sacs de billets de banque. Ils viennent juste de participer à un " coup " exceptionnel : 52 hold-ups simultanés à la même heure, dans la même ville. La police n'a rien pu faire !

Commence alors la cavale musclée d'un surprenant duo de braqueurs.

2.jpg

Mon avis :

Entre avril 2014 et janvier 2016, Max de Radiguès a auto-publié un fanzine baptisé Bâtard, en version papier et sur son blog, www.maxderadigues.com. Le petit album au format 15x19cm, mais bien épais, contient les 16 épisodes d’un thriller qui se lit d’une traite : pas de pause, pas d’ennui, juste le plaisir de tourner les pages. L’essentiel du récit est d’abord de nous raconter une cavale aussi tendue que classique, c’est un polar américain, mais aussi de développer les relations bien tourmentées entre les différents protagonistes.

4.jpg

Le dessin, très simple et très fluide, au trait fin, donne du rythme et de la nervosité à ce road-trip jalonné de découvertes et de rencontres.

Une belle aventure pleine de bruit de de fureur !

6.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

13/06/2017

Lazarus -tome 5 - génocide programmé

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017Scénario : Greg Rucka
Dessin : Michael Lark
Éditeur : Glénat comics
124 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : thriller, anticipation

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

 

Quinze familles contrôlent le monde. Ça fait quatorze de trop.

 

Alors qu’elle a pris le contrôle de la Famille depuis la maladie de son père, Johanna Carlyle cherche à contre-attaquer Hock en Amérique du Nord. Il lui manque son arme la plus redoutable, sa sœur, le Lazare de sa famille : Forever. Mais il existe une autre Forever Carlyle. Elle a onze ans et a été fabriquée pour remplacer l’ancien modèle. Elle n’est pas encore prête. Pire encore, le secret sur son existence a été compromis. Le Lazare Sonja Bittner sait et compte bien remédier au problème. Un génocide est programmé...

 

 

 

"Puis informez le général Valeri que nous avons retiré le premier Lazare et que l'invasion alliée de l'Europe peut commencer"

 

 

Mon avis

Ce thriller d'anticipation sorti de l'imagination de Greg Rucka et de Michael Lark est toujours, au bout de 5 volumes, aussi passionnant, éprouvant, bluffant et anxiogène.

L'arme ultime de la famille Carlyle, le lazare Forever, est sérieusement amoché et momentanément hors d'état de nuire à quiconque. Le problème c'est que la guerre est totale entre les différentes familles, et il est inenvisageable pour les Carlyle de se passer de Forever. Elle sera retapée, c'est sûr, mais en combien de temps ?

Ce cinquième opus un peu moins enlevé que les précédents n'en demeure pas moins fascinant par son lot de révélations sur les personnages notamment. Le bras armé, qui semblait indestructible grâce à une technologie bio-médicale avancée, se révèle faillible et en proie au doute. Des révélations sur ses origines en sont la cause et pourraient bien à l'avenir bouleverser la donne dans la guerre de pouvoir que se livrent les familles. Les cartes pourraient également être rebattues au sein même de la famille Carlyle grâce, où à cause de Johanna qui assure l'intérim de son père et prend des décisions pour le moins surprenantes. Mais avec Greg Rucka aux manettes, on ne sait jamais jusqu'à quel niveau de manipulation il peut mener ses personnages. Je pense que l'on n'est pas au bout de nos surprises et que l'on peut s'attendre à de multiples rebondissements à venir. Le suspens et la tension restent entiers, et les secrets révélés sur Forever ne font que renforcer la curiosité du lecteur et l'envie de poursuivre cette intrigue au plus vite.

Un des meilleurs thriller d'anticipation du moment, animé par une intrigue complexe et fascinante par sa dimension politico-sociale digne des plus belles œuvres anticipation.

Loubrun

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

 

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

 

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

 

les autres tomes

lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017lazarus, rucka, lark, arcas, glénat, comics, anticipation, thriller, 9/10, 04/2017

06/06/2017

Le Club des prédateurs

cov.jpg2.jpgTome 2 – The Party

Scénario : Valérie Mangin

Dessin : Steven Dupré

Casterman

48 pages – cartonné

Sortie : 24 mai 2017

Thriller horrifique

 

Présentation :

Ainsi donc, le Bogeyman, l’ogre mangeur d’enfants, existe bel et bien dans les bas-fonds de Londres. Ce cuisinier de l’épouvante est au service de gentlemen réunis dans le très select Club des prédateurs où chacun se pare d’effroyables masques d’animaux : loup, ours, rapace …

Liz sait que son père dirige ce Club, Jack doit sauver ses amis retenus prisonniers par le Bogeyman, et les membres du Club ne peuvent courir le risque de se faire prendre.

Un drame se prépare et pour chacun, la vie ne sera jamais plus la même.

Jack.jpg

Mon avis :

 

Suite et fin ce diptyque, l’album nous livre un récit dont le scénario reste essentiellement orienté vers la précipitation macabre des événements. Liz et Jack vont y affronter des adversaires hors-normes en essayant de tirer des griffes des monstres nantis les enfants kidnappés à des fins anthropophagiques et gastronomiques. On bascule alors dans la violence, l’horreur, voire la terreur à l’état pur. Ames sensibles s’abstenir !

3.jpg

La couverture est énigmatique : Liz, la petite fille innocente du premier tome apparaît, la bouche et les mains en sang, installée sur un lit au pied duquel un homme git dans son sang. Elle ne paraît pourtant pas vraiment effrayée.

Le lecteur retrouve ici le dessin semi-réaliste de Steven Dupré, magnifique faire-valoir de l’histoire concoctée par Valérie Mangin, avec ses décors soignés, ses vêtements somptueux et sa pagination originale : des cases superposées sur un décor pleine page ou sur un fond noir.

5.jpg

Le capitalisme immoral de la révolution industrielle et la misère sociale en toile de fond, les contes de fées dans leurs aspects terrifiants, voilà ce qui permettait un excellent défi narratif. L’image de la petite fille emmenée par son père portant un masque de loup vers ce Club de l’abomination a, par ailleurs, un côté très dérangeant qui renforce un climat d’angoisse. Sensations fortes au rendez-vous!

 
 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

 Skippy

 

02/06/2017

Espace vital - tome 2 -

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017Scénario : Laurent-Frédéric Bollée
Dessin : Fabrice Meddour
Éditeur : Glénat
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : thriller, fantastique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Des prisonniers de l’étrange hôtel hors du temps et de l’espace, il n’en demeure que trois : Nathan, Helen et Garth. Du moins, le pensaient-ils... Car un nouveau « naufragé » ne tarde pas à faire son apparition, aux côtés du cadavre de Hans. Visiblement, en plus des pièges que renferme ce lieu hostile, un autre danger les menace : l’un d’entre eux est un tueur en série ! S’agit-il du nouveau venu, Harlan ? Ou du taciturne Garth dont ils se méfient depuis le début ? Même si les survivants ignorent toujours les raisons de leur présence ici et les règles de ce jeu pervers, ils ne sont pas dupes quant à son dénouement. À la fin, il n’en restera qu’un.

 

 

"t'as compris comme moi, je suppose, ce qui se passait ici..."

 

Mon avis

Des 6 à s'être retrouvé échoués dans ce manoir étrange entouré d'un champ de force empêchant toute fuite, ils ne sont à présent plus que 3. Enfin ... normalement. Une chose semble sûre, c'est qu'il ne doit en rester qu'un. Dans ce deuxième tome qui arrive très vite après le premier sorti en février de cette année, LF Bollée nous offre son lot de rebondissements et de révélations, qu'il est évidemment impossible de dévoiler ici au risque de ruiner l'intérêt de la lecture. Si, quand même, je peux vous dire qu'on en sait un peu plus sur le passé des survivants, que ce passé fout un peu la trouille et que je n'aimerais pas être enfermé dans ce foutu manoir avec eux ! Enfin, juste pour susciter l'envie et attiser un chouillat la curiosité, il n'y a qu'une question à se poser : pourquoi ne doit-il en rester qu'un ??

Ambiance toujours aussi glauque et oppressante pour cet étrange thriller fantastique dont on se demande bien quelle en sera l'issue. On saura tout dans l'ultime tome qui, espérons-le, devrait paraitre avant la fin de l'année.

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017

 

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017

 

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017

 

le tome 1

espace vital, bollée, meddour, glénat, fantastique, angoisse, huis clos, thriller, 7/10, 04/2017

26/05/2017

Croquemitaines T.1/2

Sans titre 1.jpgSans titre 4.jpgScénario : Salvia
Dessin : Djet
Éditeur : Glénat
128
pages
Date de sortie : 12/04/2017
Genre : aventure, thriller, policier, fantastique

 

 

Présentation de l'éditeur

Les monstres, ça n’existe pas que dans la tête des enfants...

Passionné de lecture, Elliott a toujours eu une préférence pour les histoires de Croquemitaines, ces créatures monstrueuses qui, la nuit, se cachent dans l’ombre ou sous le lit pour effrayer les petits enfants. Il n’imagine pas à quel point elles vont changer sa vie... Témoin du meurtre sanglant de ses parents, il va découvrir qu’en réalité, les Croquemitaines existent bel et bien et que des codes très précis régissent leur existence. Lorsque l’un des plus puissants d’entre eux, le « Père-la-mort », se met en tête de le protéger, Elliott se retrouve plongé dans un terrible conflit au cœur d’un univers aussi terrifiant que fascinant dont il devient l’enjeu principal. Par une sombre nuit orageuse, le destin d’Elliott va s’accomplir...

Mathieu Salvia et Djet réinventent toute une mythologie de l’enfance dans un récit d’horreur tendre et un parcours initiatique sur le deuil et l’acceptation de la peur. Une aventure touchante et fantastique servie par un graphisme très moderne aux influences plurielles (jeu vidéo, animation, comics, manga).

En bonus : les dessous de la création de l’œuvre, des informations additionnelles sur le background et la mythologie des Croquemitaines, des recherches graphiques et une galerie d’hommages exclusifs par des grands auteurs du 9e art !

Sans titre 3.jpg

 

Mon avis

D'entrée de jeu, nous sommes plongés dans l'atmosphère lugubre qui nous suivra tout le long du tome 1 de Croquemitaines. Il pleut à verse, des éclaires zèbrent le ciel et dans cette nuit noire et terrifiante, le petit Elliott découvre avec horreur les corps sans vie de ses parents. Il y a du sang partout et une chose est sûre : ce n'est pas un homme qui a tué ce couple. C'est un croquemitaine !

 

Non pas LE croquemitaine mais UN. Car Salvia et Djet ont su réinventer la mythologie des croquemitaines. Avec brio, je dois dire !

Ce qu'on sait d'habitude de ces créatures, c'est qu'ils rodent la nuit, souvent dans la chambre des enfants – que ce soit sous le lit ou dans le placard – attendant le moment propice pour s'emparer de l'innocente tête blonde qui aura désobéi à ses parents. Mais rares sont les œuvres (tant cinématographiques que romancées) qui lui sont entièrement consacrées. Tout au plus fait-il une apparition, ou alors il porte un autre nom tout aussi terrifiant.

 

Donc c'est avec une curiosité malsaine que j'ai parcouru cet ouvrage aussi sombre que le présage la couverture. Avec l'innocence de ce petit garçon qui se retrouve en plein milieu d'une guerre opposant Anciens et Nouveaux croquemitaines !

 

Sans titre 6.jpg

Non contents de réinventer brillamment la légende du croquemitaine, Salvia et Djet ne s'arrêtent pas là. Alors qu'on pourrait imaginer une aventure en huis clos dans la maison du nouvellement orphelin, les deux auteurs nous entraînent dans un « road comic » (inspiré du style cinématographique « road movie » où le fil conducteur du scénario consiste en un périple sans fin sur les routes).

 

En effet, afin de sauver Elliott, Le « père-la-mort » un croquemitaine très ancien (et donc très puissant) accompagné de son « cauchemar » incarné par un chien diabolique, parcourt les routes pour échapper à une horde de croquemitaines plus diaboliques les uns que les autres, mais également pour amener le gamin en lieu sûr.

Mais pourquoi ?! Contrairement aux autres croquemitaines, le père-la-mort n'hésite pas à sauver cet enfant qu'il pourrait tout aussi bien terroriser pour se nourrir de sa peur, mais en plus : il va jusqu'à le sauver, le rassurer et tenter de l'éloigner autant que possible de leurs poursuivants. Tel un ermite, ce vieil homme charismatique entraîne ce petit bonhomme dans toute la ville, sans la moindre explication quant à son comportement inhabituel.

 

Une intrigue palpitante, rythmée par les sautes d'humeur d'Elliott qui est totalement perdu. Ce pauvre petit bonhomme qui a assisté à l'un de ses pires cauchemars – le massacre de ses parents – et qui se retrouve obligé de suivre la terreur de tous les enfants avec un chien qui pourrait le croquer en moins de deux.

 

Le tout mis en relief dans un rapport d'enquête surnaturelle et achevé par une partie bonus enrichissante sur la création de cet ouvrage. Comment Mathieu Salvia a eu cette idée de revisiter le mythe du croquemitaine, comment Djet a réalisé ses dessins tout en imaginant être à la place d'un enfant face au croquemitaine.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

9_10.png

 

9_10.png

 

9_10.png

Pour les amoureux des créatures fantastiques et d'aventures à rebondissements, je recommande « croquemitaines » qui associe mythologie et intrigue policière ; créatures d'un autre âge et époque contemporaine. Un vrai petit bijou du genre macabre.

ShayHlyn.

Sans titre 5.jpg

06/05/2017

Mc Queen

1.jpg2.jpgTome 2/2 - Trois petits singes

Dessin & scénario : Emilio Van der Zuiden

Editions Paquet

Sortie : mars 2017

48 pages –cartonné

Polar, Thriller, Années ’60.

 

Présentation de l’éditeur :

Bouleversé par la mort de son associé, McQueen poursuit le récit de son enquête auprès de sa psychanalyste. Hammett lui ayant proposé de lui livrer la petite Maya en échange de la statuette, McQueen n'a plus le choix : il va tout faire pour mettre la main sur les Trois Petits Singes, tout en protégeant Millie, la nièce de De Crecy.

4.jpg

Mon avis :

Le détective privé à peau bleue et à face de macaque arrivera-t-il à résoudre le mystère de la statuette des trois singes ?

Réponse dans cet album qui revisite sur un mode citationnel et jubilatoire le polar hard-boiled des sixties.

Après un premier tome paru en 2014, suivi d’une intégrale noir et blanc format comics tirée à seulement 300 exemplaires en 2016, voici la fin de ce diptyque dans sa version couleur.

3.jpg

Côté scénario, on reste dans la tradition du genre avec son lot de belles femmes fatales, scènes de sexe et de violence, intrigues alambiquées et rebondissements imprévus. Le tout saupoudré d’allusions plus ou moins explicites à un genre littéraire (polar hard-boiled, Chandler, Hammet) et à un contexte historique (1967) bien campés.

5.jpg

Côté narration graphique, il faut souligner le soin apporté par l’auteur au dessin et à sa mise en page. Les astuces visuelles, les marges noires, les aplats noirs réservés aux pensées et paroles de Mac Queen, les jeux sur les cases et leur format, tout cela produit un effet de réel plaisir à la lecture.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

 le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

le couvent des damnées,minoru takeyoshi,glénat,seinen,historique,intrigues,sorcellerie,religion

 

Skippy

 

15/03/2017

The last contract

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017Scénario : Ed Brisson
Dessin : Lisandro Estherren
Éditeur : Ankama
112 pages
Date de sortie :  3 mars 2017
Genre : polar, thriller

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Après une vie passée comme tueur à gages, un vieil homme profite d’une retraite paisible en compagnie de son chien. Mais lorsque la liste de ses contrats pour un boss mafieux est révélée par un mystérieux maître-chanteur, il est obligé de faire face aux démons du passé et de revenir aux affaires. Alors qu’il se bat pour survivre et protéger ceux qui sont exposés par cette liste, le vieux tueur fait tout pour découvrir l’identité du maître-chanteur, sans se soucier de ce qui l’attend au bout du chemin.

 

 

 

"Encore ? J'en ai ma claque de voir des gens sortir des flingues."

 

 

 

Mon avis

 

Après avoir écrit des récits de science-fiction ou d'anticipation (Sheltered, Comeback, Cluster), Ed Brisson, qui a commencé sa carrière d'auteur de BD comme lettreur freelance, se met au bon vieux thriller noir. Mélangeant road trip et histoire de vengeance, cet album est loin de révolutionner le genre mais reste très efficace grâce à une dynamique narrative soutenue, un rythme endiablé et des dialogues bien piquants. Pas un instant de répit n'est accordé aux protagonistes et au lecteur. Les balles fusent, le sang coule allègrement et les actes de violences deviennent quasiment la norme ... Comme dans les films de Tarantino ou de Scorcese, Ed Brisson ne s'embarrasse pas et n'a pas l'intention de faire dans la dentelle. Après tout, c'est bien logique, nous avons affaire à des tueurs de la pire espèce qui même après 20 ans de retraite ont gardé leurs vieux réflexes.

Dommage que dessin et couleur ne soient pas à la hauteur. Le trait approximatif de Lisandro Estherren n'est pas des plus attirants et donne une impression trop brouillonne. Les couleurs blafardes enfoncent le clou et font penser à une BD des années 80 ... Pas top !

The last contract, c'est une histoire de papy flingueur efficace et sanguinolente qui aurait bien supporté une mise en image plus chatoyante.

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017

 

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017

 

the last contract, ankama, brisson, estherren, polar, thriller, tueurs, réglement de comptes, 5/10, 03/2017

 

 

 

 

 

 

 

 


 

03/02/2017

Sukeban turbo

cov.jpg1.jpgSisterhood

Scénario : Sylvain Runberg

Dessin : Victor Santos

Editeur : Glénat comics

144 pages – cartonné

Sortie : 11 janvier 2017

Thriller

 

Présentation :

Shelby Buckman, lycéenne newyorkaise de 17 ans, a déjà connu un parcours sulfureux. À la tête d'un gang de filles surnommées les "Sukeban Turbo", référence à un mouvement féminin radical japonais des années 1970, Shelby revend cocaïne, MDMA et amphétamine aux hipsters de Brooklyn pour le compte de Jared, un jeune caïd de 25 ans. Le look branché et la jeunesse de Shelby et ses copines leurs ouvrent toutes les portes des soirées tendances de la ville qui ne dort jamais, et la clientèle qui va avec. Toute son existence, Shelby n'a connu que le chaos. Et elle ne s'imagine pas vivre autrement. Mais bientôt, sa vie va prendre un autre tournant... La rédemption est-elle au bout du voyage ?

sukeban turbo,sisterhood,runberg,santos,glénat comics,11janvier 2017,thriller

Sylvain Runberg et Victor Santos vous proposent une plongée dans la jeunesse new-yorkaise d'aujourd'hui et les différentes cultures qui la composent, du plus underground et radical à travers le gang de Shelby qui sévit dans Brooklyn, au plus commercial avec les Urban Smile, inspiré du groupe One Direction en passant par Williamsburg, la capitale des hipsters.

Sukeban Turbo est la première création originale estampillée Glénat Comics ! Un thriller urbain contemporain et une métaphore sociale sur la rage adolescente. Une immersion dans la jeunesse de New York, ses cultures et ses sous-cultures.

5.jpg

Mon avis :

Que voilà une démarche originale ! Non content de publier des comics au rythme des parutions US, la collection Glénat Comics met pour la première fois sur le marché une création originale à exporter vers les States.

2.jpg

Pour le scénario, le lecteur a droit à un dosage élaboré de suspense et d’action violente sur un rythme qui laisse, sous forme de flash-backs, un peu de temps à l’introspection psychologique. Le dessin de Victor Santos garde un côté brut qui convient au contexte et ménage une place à un bel usage de l’aquarelle. Le tout fonctionne comme une mécanique parfaitement huilée. On lit avec un réel plaisir et on a l’impression que les pages se tournent toutes seules. Un dossier très intéressant vient compléter l’album avec les interviews des auteurs.

4.jpeg

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif

 

Skippy

11/01/2017

QUATRE LARMES sur un voile de nylon rouge

 

4 LARMES.JPGScénario : Emmanuel Beaudry
Dessin : Corentin Lecorsier
Éditeur : Y.I.L Edition
64 pages
Date de sortie : 20/09/2016
Genre : Thriller

 

 

Présentation de l'éditeur

Paris en 1975. Dorian, photographe, est embauché par le magazine "Style" afin de couvrir les préparatifs du prochain défilé de l'excentrique couturier Tetsuo Nakamura. Au même moment un tueur commence à décimer l'entourage du couturier. Pour l'inspecteur Fournier, chargé de l'enquête, si les indices sont rares, les suspects ne manquent pas entre couturières, mannequins, directrice de magazine caractérielle et dealers...
Aidé par Flora, ex-mannequin devenu aveugle suite à un accident, Dorian devra mener l'enquête et échapper aux griffes de l'assassin.

 

2.JPG

Mon avis

Une enquête policière qui commence bien, un jeune photographe plein de talent confronté au milieu de la mode qui ne laisse aucune chance aux jeunes pleins de belles intentions, des mannequins désabusés, des couturiers infects, des directrices d'agence sans aucun scrupule... et un tueur en série sanguinaire. Tous les éléments (à la mode - sans jeux de mots) pour nous concocter un bon polar comme on les aime. Las, la sauce ne prend pas. On a, tout au long de la lecture, une impression de déjà vu (et pas qu'une fois!), les meurtres sont dessinés de manière racoleuse (toujours pour être au gout du jour), toutes les scènes nous ramènent à des classiques du cinéma ("Pulsions" de B. De Palma, "Seule dans la nuit" de T.Young), le policier a tout de l'inspecteur des séries allemandes et je ne vois pas un flic digne de ce nom laisser deux jeunes mener l'enquête et servir d'appât avec sa bénédiction! Et tout cela pour arriver à un dénouement final auquel on ne croit pas, tellement il est invraisemblable (bon je reconnais que, de nos jours, les tarés tuent pour des raisons encore plus futiles!). Le défaut de cet album est donc le manque d'originalité, on voit cette histoire, le cadre et les personnages dans moult épisodes de séries T.V yankees programmées sur nos chaînes.

emmanuel beaudry,corentin lecorsier,thriller,éditions y.i.l,mode,photos de mode

Emmanuel Beaudry m'avait habitué à des histoires mieux construites et le dessinateur Corentin Lecorsier a, de son coté, un style particulier qui en rebutera plus d'un. L'artiste essaye, tant bien que mal, de donner un visuel plus "réel" à ses cases et y réussit parfois mais, encore une fois, on a une impression d'avoir déjà vu le film.

JR 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

  

emmanuel beaudry & corentin lecorsier,thriller,éditions y.i.l

 

27/12/2016

Pereira prétend

pereira prétend.jpgPereirapretend.jpgDessin : Pierre-Henry Gomont
Scénario : Pierre-Henry Gomont / Antonio Tabucchi
Éditeur : Sarbacane
Sortie : novembre 2016

 

 

 

 

Résumé :

Pereira prétend que les choses se sont passées ainsi… Trois brutes se faisant passer pour des policiers l’ont brutalisé dans le but de savoir où se cachait le jeune homme. Puis, ayant fouillé la maison, deux d’entre eux ont trouvé le jeune homme, l’ont violemment frappé et ont fini par l’étouffer.


Pereira prétend qu’il n’a pas mérité ça et qu’il faut que ça se sache.

 gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thriller

Mon avis :

gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thrillerPierre-Henry Gomont adapte ici un roman de l’auteur italien Antonio Tabucchi qui se déroule à la fin des années trente, dans un Portugal vivant depuis 6 ans sous la dictature de Salazar alors que l’Espagne voisine tente encore d’échapper à son inéluctable et néfaste destinée franquiste. Mais que vous soyez intéressés par cette période ou pas, l’essentiel est ailleurs. Lors d’une séance de dédicaces, PHG m’expliquait que c’était avant tout le personnage central du roman qui l’avait fasciné, plus que le cadre historique. « Pareil », lui réponds-je aujourd’hui, après l’avoir lu…


Il faut dire que Pereira est un cas intéressant. Journaliste passionné de littérature française traduisant des œuvres classiques pour un hebdomadaire catholique, c’est un homme sans histoire. Bien sûr, il déprime depuis que sa femme est morte quelques années plus tôt. D’ailleurs, sa déprime se traduit en kilos en trop : l’homme est obèse. À part cela, c’est un monsieur ordinaire. Mais, être un homme ordinaire sous une dictature, est-ce si ordinaire ?

 


gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thrillerEn tout cas, les choses commencent à changer quand il rencontre et recrute un jeune étudiant aux idées subversives pour écrire des chroniques mortuaires anticipées. Nous assistons alors à la métamorphose de Pereira. Peu à peu, notre homme ordinaire va ouvrir les yeux sur le régime Salazariste, sur la répression, la censure, la surveillance de tout un chacun par tout le monde (notamment la concierge de son lieu de travail) et la dictature en général.


Cette lente mais inexorable prise de conscience transforme Pereira au point de changer radicalement sa vie. Et c’est bien là l’essentiel de cette histoire empreinte d’un optimisme profond. Un homme que rien n’y prédisposait, est finalement capable de s’extraire de son confort petit bourgeois par solidarité, par humanité et par souci de justice. C’est beau et émouvant. Et, contrairement à ce que Pereira pense de lui-même en raison de son obésité, il est une belle personne.

 


J’allais presque oublier de vous parler du dessin. Très coloré et avec une tendance un peu « croquis » le dessin de PHG est remarquable notamment au niveau des expressions. Que ce soit celles des visages ou des corps, Pierre-Henry Gomont possède un don manifeste pour capturer et reproduire les attitudes et mimiques de ses personnages ; le tout, en quelques traits et quelques couleurs. Les décors ont été croqués sur place, à Lisbonne, et le cahier graphique à la fin du livre confirme, si besoin était, le talent de l’auteur.

 

gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thriller


En bref, une excellente BD à lire ou à offrir, sans hésiter.

Pereira.jpg

 

a08-3e78906.gifDessin 

 


gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thrillerScénario


a08-3e78906.gifGlobal 

 

Odradek.