08/05/2017

Infinity 8 - tome 3 - l'évangile selon Emma

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017Scénario : Lewis Trondheim ; Fabien Vehlmann
Dessin : Olivier Balez
Éditeur : Rue de Sèvres
90 pages
Date de sortie :  mars 2017
Genre : science-fiction, space-opéra

 

 

Cette série suit un fil conducteur unique et chaque album est une ramification émanant de ce fil conducteur. Les histoires de chaque tome n'ont pas de lien direct entre elles et peuvent se lire indépendamment les unes des autres. Toutefois, vous trouverez à la fin de cette chronique les résumés des tomes 1 et 2.

 

Présentation de l'éditeur

Reboot à bord de l’Infinity 8 ! Détournées de leur mission pour sauver le vaisseau au bord de la destruction, Yoko Keren et Stella Moonkicker ont malgré tout rapporté de leur exploration des informations cruciales : Kornaliens nécrophages et aspirants nazis sont désormais neutralisés ; le champ est libre pour activer une nouvelle trame temporelle et un nouvel agent.
Ce sera le Marshall Emma O’Mara : pacifiste, pieuse, respectueuse de la hiérarchie et des traditions, cette véritable légende des forces de l’ordre puise sa détermination et sa redoutable efficacité dans sa foi. Mais les convictions les plus sincères sont parfois les plus dangereuses…

Sous sa couverture d’agent irréprochable, Emma attend son heure : à la 3e boucle, elle le sait, le Capitaine la choisira pour la procédure 8. Alors elle fera ce qu’elle doit pour empêcher le prochain reboot. Car cette trame temporelle doit rester la dernière : quelque part parmi les sépultures se trouve le dernier évangile de Tholman, le fragment manquant d’écriture sacrée qui unira enfin les adeptes du prophète et mettra fin à la Guerre Sainte.
Mais la nécropole regorge de trésors, et les pilleurs de tombes auxquels Emma s’est associée pour financer son expédition ont leurs propres motivations…

 

 

 "- Vous faites quoi Marshall ? C'est la trappe aquatique pour que le capitaine regagne ses quartiers.

- Je la scelle."

 

Mon avis

Série concept par excellence dans la forme et dans le fond, Infinity 8 est une série SF conçue par Lewis Trondheim côté scénario et Olivier Vatine pour la direction artistique. Sans chercher à renouveler le genre, ils ont voulu a travers ce projet insuffler un air de fraicheur et de légèreté au genre SF en donnant à ce space-opéra un air résolument pulp et kitsh. L'esprit pulp de ces récits, c'est de privilégier le fun et l'action et de ne pas se prendre trop au sérieux. Dans la forme, le côté pulp est marqué par la publication des deux premiers tomes en fascicules de 32 pages distribués en librairie sous forme de feuilleton à la façon des comics américains. La série comptera 8 albums, avec 8 dessinateurs différents à chaque fois et parfois l'adjonction de quelques scénaristes.

 

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017

 

Le concept du récit est très simple et suit un fil conducteur unique : l'Infinity 8 est un vaisseau spatial qui voyage en direction de la galaxie d'Andromède. Ce voyage est brutalement interrompu par un amas d'artefacts de la taille d'un système solaire, constitué de nécropoles en tout genre et de toutes époques. Le capitaine doit alors envoyer des agents hors du vaisseau pour examiner la situation. Ce capitaine à une particularité, et c'est là tout l'intérêt du récit : il a la capacité d'ouvrir une fenêtre temporelle et d'y explorer pendant 8 heures ce qu'elle recèle. A l'issu du délai, deux options s'offrent à lui. Soit il fait un reboot général le ramenant à la configuration de départ, soit il continue l'exploration de la trame temporelle. Il peut répéter ce processus jusqu'à huit fois.

Reboot, ou restauration système, les informaticiens connaissent bien le principe et en apprécient les avantages quand après avoir testé un scénario qui ne fonctionne pas, ils s'aperçoivent qu'il vaut mieux revenir à la version précédente et repartir de zéro.

 

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017

 

Nous en sommes ici au deuxième reboot ouvrant la troisième trame temporelle, scénarisé par Fabien Vehlman aux côtés de Trondheim, et mis en image par Olivier Balez. Ce troisième volume marque déjà une rupture par rapport aux deux précédents qui sont là pour mettre en place le concept et bien faire comprendre le processus (à chaque reboot sa nouvelle mission, sa nouvelle héroïne, ses nouveaux enjeux). Là, la routine est perturbée par l'agent Emma O’Mara qui semble obéir à d'autres intérêts que ceux du capitaine. Elle n'apparait pas si pieuse et pacifiste qu'elle n'en a lair, et fera tout pour que cette boucle temporelle soit la dernière.

Tout en gardant l'esprit pulp et déjanté du récit, Fabien Vehlmann apporte un peu de fond à l'histoire en introduisant la religion et les dérives extrémistes qui y sont liées. Il aborde quelques thèmes qui font écho à l'actualité comme les manipulations de masse, le fanatisme religieux, le complot, et même l'intelligence artificielle à travers le personnage d'un robot amené à prendre des décisions en fonction exclusivement de critères statistiques qu'il doit analyser. Tout cela dans un rythme endiablé, sans une seconde de temps mort, ponctué de multiples rebondissements et retournement de situations.

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017

De côté du dessin, après Domique Bertail pour le tome 1 et Olivier Vatine pour le tome 2, c'est olivier Balez qui s'y colle. Comme ses prédécesseurs, mais dans un autre registre graphique, il donne au récit son identité visuelle kitsh et pulp saupoudrée de quelques notes psychédéliques, en employant un trait épais, des couleurs franches, des décors simples, des costumes originaux (et il y en a des costumes !) et des personnages aux traits facilement reconnaissables. Il se fend même d'un petit clin d’œil aux deux agents spatio-temporels les plus célèbres de la BD. Visuellement, le tout m'a fait penser à une certaine SF des années 60 et 70 comme la Barbarella de Jean-Claude Forest.

Il semble que la SF ait à nouveau le vent en poupe ces temps-ci. Cette nouvelle série est assurément à suivre par les adeptes du genre. Pour l'instant, les trois tomes parus sont d'un niveau égal, avec un petit plus pour ce troisième opus qui offre un scénario un peu plus riche.

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017

 

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017

 

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017

 

 

les autres tomes parus

le tome 1

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017Scannant sans vergogne les mâles de toutes espèces à la recherche du géniteur qui lui offrira descendance de compétition et retraite anticipée, Yoko Keren prend son travail d’agent un peu par-dessus la jambe. C’est pourtant sur elle que tombe l’honneur de se voir confier par le Capitaine de l’Infinity une mission qui initiera la mythique procédure 8 : un amas d’artefacts de type inconnu bloque l’avancée du vaisseau ; l’agent Keren dispose de 8 heures pour en découvrir la source. À l’extérieur, sarcophages éventrés, mausolées géants, morceaux de planètes mortes… une véritable décharge pour Yoko, mais un extraordinaire garde-manger pour la seule espèce nécrophage de l’Infinity ! Surexcités par les milliers de cadavres flottants qui entourent le vaisseau, un groupe de Kornaliens échappe à tout contrôle et s’élance dans l’espace, condamnant derrière eux tous les sas de sortie…

 

le tome 2

infinity 8, trondheim, balez, vehlmann, rue de sèvres, science-fiction, voyage spatio temporel, religion, sectes, fanatisme, robots, 8/10, 03/2017

Premier reboot à bord de l’Infinity 8 ! Les informations cruciales transmises par Yoko Keren (T1) au QG ont décidé le Capitaine à lancer une nouvelle trame temporelle et activer un second agent : l’impulsive Stella Moonkicker, qui ne disposera à son tour que de 8 heures pour réunir un maximum de renseignements. Flanquée de Bobbie, son assommant robot de probation, elle est assignée à la sécurité d’un groupe de nostalgiques du nazisme, dont ils ne comprennent pas les dangers. Mais quand ils retrouvent dans le mystérieux mausolée la tête cryogénisée d’Hitler et réussissent à la réactiver, la menace d’un IVe Reich imposé à l’Infinity 8 se fait très sérieuse. Stella et Bobby vont affronter le Führer, car si le Capitaine est tué, aucun reboot ne pourra avoir lieu, et l’avènement du IVe Reich deviendra la seule trame temporelle à avoir jamais existé…

 

 

25/12/2016

Samb'or 2016 de la meilleure couverture

sambor_couverture-4296fb6.3.gif

 

C'est qui la plus belle ?

 

La couverture c'est tout un art ! C'est elle que vous voyez en premier (ou pas), c'est elle qui doit vous faire de l’œil pour vous inciter à ouvrir l'album. Elle doit en dire un peu sur le contenu de l'album, mais pas trop. Mais attention ! Elle ne doit pas mentir. Elle ne doit pas vous tromper. Si la promesse qu'elle vous fait n'est pas tenue dans l'album, le lecteur avisé verra la supercherie en feuilletant l'album et ne l'achètera pas, et sinon il sera déçu de son achat.

Parmi les milliers de nouveautés annuelles, les albums doivent donc jouer des coudes dans les rayonnages des libraires pour se faire remarquer.

Alors ? Quel album aura le mieux tiré la couverture à lui ?

A vous de nous le dire en choisissant l'une des 10 belles couvertures ci-dessous.

Pas besoin d'avoir lu ces albums pour voter. Il suffit d'admirer et de laisser parler votre sensibilité.

 

 

cliquez sur les vignettes pour les agrandir

Catwoman à Rome Confessions d'un enragé Djinn T13

Garth Ennis présente Hellblazer T3

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture,Djinn t13

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture, hellblazer v3

Iroquois Jean Cherchemers Les trois fantômes de Tesla Pear Cider and cigarettes

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture,iroquois

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture,jean cherchemers

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture, les trois fantômes de tesla

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture,pera cider and cigarettes

 

Satanie

The Woods

 
 

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture,satanie

samb'or,samb'or 2016,meilleure couverture,the woods

 

 

 

pour voter, remplissez le formulaire ci-dessous

 

 

18/03/2014

Seuls - Tome 8 : Les arènes

Couv_195535.jpgPlancheA_195535.jpgVerso_195535.jpgScénario : Fabien Vehlmann

Dessins : Bruno Gazzotti

Couleurs : Usagi

Editeur : Dupuis

Planches : 54

ISBN : 978-2-8001-5709-2

 

Enfin la suite... dans ce huitième tome qui ne laisse aucun répit aux enfants de Fortville, ni au lecteur, on découvre enfin les "Familles". Saul est le champion des 7 premières familles qui recherchent avec avidité le messie du mal...

Au fil des siècles, les enfants morts de mort tragique ont formé les 7 premières familles chargées d'accueillir les nouveaux arrivants et de les protéger des forces des ténèbres qui préfigurent les 7 dernières familles et annoncent une nouvelle guerre des limbes.

seuls,arènes,gazzotti,vehlmann,dupuis

La 6ème, dont font partie Alexandre et Sélène peints au cou d'un 6 blanc, comporte les "éclaireurs" qui dirigent la ville.

La 7ème famille, celle des "éveillés" choisi ses élus après des épreuves périlleuses dans les arènes romaines. Le groupe d'enfants formé dans le second cycle va devoir affronter les jeux du cirque revisités mais non moins effroyables.

Les enfants de la 8ème famille, marqués au front, sont considérés comme des serfs, la famille des sans noms.

Il suffit de déplaire aux dirigeants pour se retrouver rapidement esclave dans la Rome antique.

seuls,arènes,gazzotti,vehlmann,dupuis

Mon avis :

 J'ai tout de suite accroché au début de la série, et depuis, j'attends le dénouement avec impatience... mais pas trop, je ne boude pas mon plaisir à chaque nouvel album.

Je connais maintenant mon style préféré, les Bd jeunesses de chez Dupuis, et surtout, les dessins "école de Marcinelle" dixit Capitol. J'adore, et je maintiens, les Bd c'est pas pour les enfants....

Tout au long du premier cycle où les 5 héros occupent chacun une des couvertures, je me suis fait plaisir avec les  clin d'œil à la culture de ma jeunesse :

le Club des Cinq, Tarzan,

l'autobus à impériale et ses bricolages de palissade,

les enfants de Timpelbach adapté au cinéma il y a peu,

le village des damnés et les yeux vitreux de tous ces angelots blondinets,

le cercle rouge : quelque peu tiré par les cheveux et sans tactique du gendarme,

les films de zombies, et Terry en schtroumpf grognon,

et bien sûr : 2001 l'odyssée de l'espace...

En 2014 désormais, la fin du monde est derrière nous... mais la physique quantique plutôt devant, et bien que je n'y comprenne rien, Anton décrit assez bien les phénomènes qui se déroulent dans la BD, de quoi réfléchir à l'après...

seuls,arènes,gazzotti,vehlmann,dupuis

Faut être Einstein pour résoudre l'énigme, ou attendre désespérément la fin du second cycle. Et pour vous faire saliver un petit peu : Qui est l'enfant Minuit ??? "c'est l'astre mort qui guidera les deux dernières familles et avalera le monde des limbes".

comme dans "Sa Majesté des Mouches" la prise de pouvoir par des enfants n'est pas sans danger et les terrifiantes épreuves des arènes sont un moindre mal face à la nouvelle société romaine antique édifiée par les premières familles.

 Ma note :seuls,arènes,gazzotti,vehlmann,dupuis

Scénario : 9

Dessins : 9

Moyenne : 9

 

Sophie

 

Et comme c'est la rentrée, une bonne nouvelle ne venant jamais "Seule", le Tome 8 est à gagner en laissant simplement un message ou un petit commentaire.Une chance supplémentairement si vous vous inscrivez à la newsletter.

Le gagnant ou la gagnante sera tiré au sort le mardi 1er avril.... et ce n'est pas une blague.

Bonne chance à tous !

 

 

 

 

Écrit par Planante dans Le monde de Sophie | Commentaires (29) | Tags : seuls, arènes, gazzotti, vehlmann, dupuis |  Facebook | |

17/09/2013

Paco main rouge T1.

Paco Les Mains Rouges1.jpgPaco Les Mains Rouges1d.jpgAuteurs : Sagot et Vehlmann.

Éditeur : Dargaud.

Sortie : 09/2013.

 

Le tatoué sanglant.

Dans ce premier épisode de Paco les Mains rouges, on découvre l'histoire d'un jeune instituteur auteur d'un crime passionnel qui échappe à la guillotine, mais se voit condamné au bagne à perpétuité. Son calvaire commence dès le voyage vers la Guyane. Là-bas, « Paco les Mains rouges », surnommé ainsi parce qu'il a commis un crime de sang, doit affronter la réalité d'un monde carcéral où règne la loi du plus fort, où il faut survivre à chaque instant sans avoir le moindre espoir de sortir libre. 

 

Pour un flirt avec toi, je ferai n'importe quoi.......

Bonne entrée en matière pour ce début de diptyque .Les dialogues sont percutants et rendent admirablement bien la rigueur du bagne. On y côtoie les lois du bagne, ses règles cachées, ses maladies. On y apprend aussi comment la débrouillardise de Paco va lui permettre de survivre dans cet enfer. La fin est plus inattendue avec  l'arrivée d'un grand sentiment pour une autre personne. Pourquoi pas mais là, j'ai eu un peu de mal à y croire  vu le caractère bien trempé de Paco les mains rouges.

Il vous faudra néanmoins passer le "cut" du dessin. Un trait «à la latte » accompagné de couleurs sombres.

Perso, j'ai bien aimé cette immersion "carcérale" via le destin d'un personnage assez atypique. Bref, je me réjouis de connaitre la suite.

a05-3e788c9.gifDessin

a08-3e78906.gifScénario

a07-3e78901.gif Global.

Samba.

pacomain rouge,sagot,vehlmann,tranche de vie,710092013,dargaud,bagne

 

Inscrivez-vous à la newsletter.

 

17/04/2013

LES AVENTURES DE SPIROU ET FANTASIO -Tome 53: Dans les griffes de la vipère.

Couv_176024.jpgPlancheA_176024.jpgDessin : Yoann - Scénario: Fabien Vehlmann

Editions Dupuis

Sortie : 11/01/2013

48 pages

Prix conseillé : 10,60 €

ISBN : 9782800154343

Aventure, Humour, Science fiction

 

 

Résumé (de l’éditeur): Catastrophe : Le journal de Spirou est menacé de faillite suite à un procès retentissant ! Le rédacteur en chef, Fantasio, ne veut pas laisser mourir son magazine. Mais il n'est pas le seul : Gil Coeur-Vaillant, le célèbre détective-explorateur et admirateur des exploits de Spirou, va venir à sa rescousse. Il va trouver un fonds d'investissement, la VIPER, qui va renflouer le journal. Ouf ! Le célèbre hebdomadaire est sauvé ! Pas tout à fait, car Spirou est en fait tombé dans les griffes d'un milliardaire sans scrupules.

 

 

1304141544080001.JPG

 

Mon avis : Après le « vautrage scénaristique » du tome 52 (la face cachée du Z), je me demandais à quelle sauce allait être soumis le lecteur. Pourtant, Yoann et Vehlmann nous avaient charmés avec « l’Alerte aux Zorkons » pour leur reprise de la série. La suite avait été une mauvaise surprise car l’histoire était trop prévisible et liée à une actualité insignifiante et éphémère.

1304141545520001.JPG

Ici, on revient plus vers les fondamentaux (retour à Champignac !) et avec un vrai bon sujet de départ. Le journal Spirou est en difficulté financière et racheté par un financier malveillant. Spirou en est réduit à vivre dans un paradis tropical (et fiscal ?) à rien faire comme une vedette vieillissante, comme un « has been ».Je ne vous parlerai pas de sociétés « off-shore » aux Iles Vierges, ni de compte en Suisse ou au Luxembourg mais on n’en est pas loin…Comme quoi parfois la réalité n’est pas très loin de la fiction. Spirou est dans de mauvais draps alors que Fantasio n’a pas vu arriver les gros problèmes, occupé à relancer le journal de Spirou. Le scénario tient la route et est enlevé. Heureusement, les bons sentiments finiront par triompher. Je me suis réconcilié avec la série. J’espère que les auteurs sont repartis vers le haut du panier au niveau scénaristique.

1304141546430001.JPG

Au niveau du dessin, Yoann nous livre un dessin moins léché mais plus authentique. Bref, il trouve petit à petit son style personnel, « son » Spirou.

Le seul bémol pour moi est les couleurs qui sont trop ternes à mon goût. Mais les goûts et les couleurs…

A noter que l’album est à nouveau très bien réalisé au niveau de l’impression avec une couverture magnifique. J’aime bien l’effet métallisé de la voiture de Spirou. Encore un effet que le numérique ne rendra pas sur une tablette…

1304141547440001.JPG

Il s’agit d’un album tous publics et qui ravira prioritairement le jeune public, la clientèle du journal de Spirou.

 

Graphisme :      7,5/10

Scénario :        7,5/10

Moyenne :        7,5/10

 

Capitol.

1304141548390001.JPG

10/07/2012

SEULS - Tome 7: Les basses terres.

Capitol, Seuls, Gazzotti, Vehlmann, Dupuis, 9/10, Aventures, 06/2012Capitol, Seuls, Gazzotti, Vehlmann, Dupuis, 9/10, Aventures, 06/2012Dessin : Gazzotti - Scénario : Vehlmann

Editions Dupuis

Sortie : 01/06/2012

56 pages

Prix conseillé : 10,45 €

ISBN : 9782800153131

Aventures

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Suite à la véritable guerre de territoire à laquelle se sont livrés les deux clans rivaux, les enfants se sont enfoncés dans la zone rouge qui, elle-même, s'enfonce dans le sol. Trop tard pour faire demi-tour. Seule solution : trouver des parapentes dans un magasin de sports abandonné et sauter d'un immeuble assez haut pour s'envoler vers le sommet de la falaise. Ensuite, jeter des échelles de corde à ceux restés en bas. C'est en tout cas dans ce défi complètement fou que Dodji et Saul, les deux chefs de clan et ennemis intimes, vont se lancer.

Capitol, Seuls, Gazzotti, Vehlmann, Dupuis, 9/10, Aventures, 06/2012

Mon avis : Avec les grandes vacances, arrive dans les librairies le tome 7 de la série à succès « Seuls » des éditions Dupuis. Comme chaque année, c’est un événement et les albums vont partir comme des petits pains…Toujours aussi passionnant !

Capitol, Seuls, Gazzotti, Vehlmann, Dupuis, 9/10, Aventures, 06/2012

Il me vient quand même une réflexion à propos de cette série. Elle est classifiée par Dupuis comme étant une BD « tous publics », « pour les familles ». Il est vrai que le dessin rappelle typiquement le style « Spirou » – « école de Marcinelle ». Mais plus j’avance dans le scénario, plus je me dis qu’il ne s’agit pas d’une histoire simple, loin de là ! Nous sommes au confins de la vie et de la mort, dans un « no man’s land », une quatrième dimension, un univers mental de plus en plus tarabiscoté, un paradoxe temporel. Un héros, l’intellectuel de service, vient même parler de « physique quantique »…Tu te rends compte ? Moi qui devais déjà m’accrocher pour comprendre la physique classique et basique. Je m’attends donc à voir débouler d’une page à l’autre le fantôme d’Albert Einstein, alors que l’on parle depuis une semaine dans les journaux de la découverte du boson de Higgs ! Du coup, je me sens (un peu) plus intelligent. Conclusion, avec cette BD, on va faire de nos chères petites têtes blondes des futurs savants et spécialistes de la relativité … Comme quoi, quand une bande dessinée est bien faite, tout passe comme une lettre à la poste. Bravo à Vehlmann pour l’exercice de style ! A chaque tome, je me demande comment il va se dépatouiller dans son scénario, comment il va faire pour ne pas se crasher lamentablement. Et chaque fois je me dis : « Damned! Il s’en sort encore bien le bougre !» Il y a toujours de l’action, des rebondissements, différentes pistes qui se développent parallèlement…

Capitol, Seuls, Gazzotti, Vehlmann, Dupuis, 9/10, Aventures, 06/2012

Au niveau du graphisme, rien de bien nouveau à dire, si ce n’est que Gazzotti continue à nous livrer un dessin bien maîtrisé avec des personnages expressifs. Excellent, et cela devient une très bonne habitude.

En conclusion, un tome mené tambour battant et toujours aussi passionnant avec une dernière case énigmatique qui nous tiendra en haleine durant une année avant la sortie du prochain tome. Vite, la suite !

   

Graphisme :   8/10

Scénario :     10/10

Moyenne :     9/10

 

Capitol.

Capitol, Seuls, Gazzotti, Vehlmann, Dupuis, 9/10, Aventures, 06/2012

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (6) | Tags : capitol, seuls, gazzotti, vehlmann, dupuis, 910, aventures, 062012 |  Facebook | |

15/11/2011

SPIROU ET FANTASIO - Tome 52: La face cachée du Z.

Capitol, Spirou et Fantasio, La face cachée du Z, Yoann, Vehlmann,Dupuis,AventuresCapitol, Spirou et Fantasio, La face cachée du Z, Yoann, Vehlmann,Dupuis,AventuresDessin de Yoann - Scénario : Vehlmann

Editions Dupuis

Sortie : 21/10/2011

Prix conseillé : 10,45 € 

Genre : Aventure

Résumé (de l’éditeur: Un matin (ou peut-être une nuit) Spirou, Fantasio et Champignac (et Spip) se réveillent... sur la Lune ! Profitant de leur sommeil, Zorglub les a emmenés là-bas afin de leur dévoiler ses nouveaux projets : construire le laboratoire le plus perfectionné du monde ! Et profiter de l'environnement lunaire pour y mener des expériences impossibles à tenter sur Terre. Leur colère et leur stupeur passées, nos amis sont rapidement impressionnés et séduits par l'oeuvre de leur plus fidèle ennemi. Mais il y a une face cachée à la noblesse de ces projets : pour financer son laboratoire sans recourir à des moyens illégaux, Zorglub a dû accepter d'installer également un parc d'attractions pour milliardaires...

 

Capitol, Spirou et Fantasio, La face cachée du Z, Yoann, Vehlmann,Dupuis,Aventures

 

Mon avis : Yoann et Vehlmann nous avaient sorti un tome 51 très prometteur… Le tome 52 est un peu décevant, surtout au niveau du scénario. C’est un peu du n’importe quoi par moment. Ce scénario me fait penser à la catastrophe scénaristique de l’album d’Astérix « le ciel lui tombe sur la tête ». Zorglub va installer sur la face cachée de la lune un parc d’attraction pour milliardaires et « peoples » de la télé-réalité pour financer ses recherches… Vous voyez le topo et le niveau… Cela se laisse lire, mais sans plus. Cela va peut–être amuser nos chères petites têtes blondes mais cette actualité « people » va très mal vieillir au fil du temps et dans 20 ans, cela ressemblera à un OVNI ringard et sans grande ambition. On se demandera pourquoi Dupuis a sorti un tel album. Mais ce sera valable aussi pour pas mal d’albums sans queue ni tête qui représentent la surproduction actuelle. Vehlmann est capable de beaucoup mieux et il s’est un peu vautré dans une facilité qui ne le grandit pas. La bande dessinée actuelle manque cruellement de scénaristes vraiment novateurs. Du coup, pour les quelques bons scénaristes qu’il reste, c’est rapidement la tentation de l’usine. On produit beaucoup mais c’est du « vite fait » et ce n’est pas toujours très abouti. Du coup, même le dessin de Yoann me semble plus fade, bâclé. C’est vraiment dommage. Yoann et Vehlmann peuvent faire beaucoup mieux et  nous doivent une revanche avec un tome 53 de derrière les fagots ! Faut se reprendre, merde ! Et vite !...

 

 

Capitol, Spirou et Fantasio, La face cachée du Z, Yoann, Vehlmann,Dupuis,Aventures

Graphisme :   7,0/10

Scénario :     5,0/10

Moyenne :     6,0/10

 

Capitol.

 On en parle sur le Forum : ICI.

Capitol, Spirou et Fantasio, La face cachée du Z, Yoann, Vehlmann,Dupuis,Aventures

09/09/2011

Voyage en Satanie : Tome ½.

Voyage en Satanie1.jpgVoyage en Satanie1p.jpgAuteurs : Vehlmann et Kerascoet.
Editeur : Dargaud.
Sortie : 08/2011

Tout le monde descend.
Charlotte, alias Charlie, une jolie petite rousse, organise une expédition afin de retrouver son frère, un jeune scientifique, qui a disparu sous terre depuis plusieurs mois. Celui-ci affirmait pouvoir prouver l'existence de l'Enfer en s'appuyant sur la théorie de l'évolution de Darwin. Il était en effet persuadé que les hommes de Néandertal auraient pu se réfugier sous terre, développant certaines adaptations aux conditions locales : excroissance osseuse sur la tête en guise de protection, jambes et corps velus pour se réchauffer, pieds en forme de sabots afin de se déplacer sur la rocaille... Un portrait-robot des créatures sataniques ! Le savant donnait même un nom à ce continent enfoui sous nos pieds : la Satanie. Le groupe conduit par Charlie s'enfonce sous terre et découvre au fur et à mesure de sa progression que les entrailles de notre planète abritent bel et bien une autre forme de vie pour le moins inattendue... Et si c'était ça, l'Enfer ?

Un peu de théologie.
Le trio de Jolies ténèbres nous revient avec un voyage en Satanie et connaissant leur originalité, on s’attend   à un programme des plus alléchants. L’histoire commence par  une initiation à la spéléologie. On se croyait presque dans une joyeuse colonie de vacances cherchant l’aventure. Mais bien vite, on se retrouve dans un roman de Jules Verne qui n’est que le début d’une lente descente en enfer. L’ensemble est vraiment très improbable : des amateurs faisant de la spéléologie de haut niveau, des fresques rupestres, une cité digne de la planète interdite, des théories très osées mais aller savoir pourquoi, certainement à cause de  l’intelligence des dialogues, on a envie d’y croire et on finit par se laisser descendre au plus profond des entrailles de la terre. Il faut dire aussi que les trois principaux personnages sont très bien campés et on assiste à de belles joutes verbales entre eux. J’attendrai néanmoins le tome 2 pour me faire une idée pour précise sur la consistance du scénario. Pour le moment, on est un peu dans l’expectative.
Coté dessin, c’est du Kérascoet tout craché : expressif, vivant avec cette touche semi réaliste assez unique (Normalement un style que je repousse avec un bon Vadé retro satanas mais avec ce duo à quatre mains, ça passe comme une lettre à la poste).Par contre, la couverture, on ne pas dire qu’elle attire l’œil spontanément. Décidément, ils ne feront jamais les choses comme les autres et c’est tant mieux.
7-17b0.gif




On en parle sur le forum.

voyage_satanie_4.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

26/08/2011

Seuls T 6. La quatrième dimension et demie.

Seuls6.jpgSeuls6p.jpg•    Cycle : 2ème
•    Scénario : Vehlmann, Fabien
•    Dessin : Gazzotti, Bruno
•    Couleurs : Usagi
•    Dépot légal : 06/2011
•    Editeur : Dupuis
•    Planches : 46

  Résumé Editeur :

À la fin du premier cycle, les cinq enfants faisaient une terrible découverte : ils sont morts ! Ils réagissent de manière différente à cette macabre nouvelle : Camille décide d'organiser leurs funérailles, Yvan tente une séance de spiritisme « inversée » (pour entrer en contact avec les vivants), Leïla décide d'enquêter sur sa propre mort et Dodji ne renonce pas à chercher un moyen de quitter cet endroit, ni enfer, ni paradis, mais où l'on peut toujours souffrir...

Mon avis :


Ce 6ème tome est le début du second cycle de Seuls. Après la révélation concernant leur mort dans le tome précédent nos cinq enfants essayent de se souvenir du comment de leur mort.


Fabien Vehlmann distille petit à petit des éléments d’informations qui nous permettront de compléter le puzzle qu’il a crée pour nous. 


Ce tome est plus centré sur la rivalité entre le groupe d’enfants dirigé par Leïla et Dodji et celui dirigé par  Saul.  Au départ cela ressemble à un jeu mais bien vite cela prend la tournure d’une guerre.  Certains passages de ce tome ne sont pas sans rappeler l’ambiance joyeuse et enfantine des tomes 1 & 3.


Habilement, Fabien Vehlmann vient clore ce tome par un cliffhanger qui nous rappel que nous ne sommes pas ici dans un épisode de la Petite maison dans la prairie.


Les dessins de Bruno Gazzotti sont toujours aussi beaux et collent bien à l’intrigue sculptée amoureusement par Fabien Vehlmann.


Ce tome 6 m’a fait passer un agréable moment de lecture comme les 5 précédents. Il permet un début de cycle  agréable et haletant en attendant de nouvelles révélations ….

 


Ma note  :  Scénario 9/10   -   Dessins 8/10  -  Global : 8.5/10


Revedefer

Seuls6v.jpg

 

06/01/2011

Seuls:L'intégrale.

seuls.jpg0.jpgAuteurs: Gazzotti et Vehlmann
Editeur: Dupuis
Sortie : 11/2010.

Allo, il y a quelqu’un ?
Ils sont cinq ... mais ils sont seuls.
Il y a d'abord Yvan, 9 ans, l'artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l'ours au grand cœur.

Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s'est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller... SEULS!

5 en1.
Il y avait longtemps que je ne m’étais plus procuré une intégrale. C’est suite aux nombreux avis positifs que j’ai décidé de franchir le Styx. Ma principale réticence venait du dessin très « Spirou jeunesse » de Gazzotti. Mais au fil des pages, on le lit d’une seule traite comme un bon soda.
En lisant cette intégrale, on remarque bien le séquençage de cette histoire. Le tome 1, c’est l’arrivée du phénomène, de la catastrophe assez prévisible surtout quand on a déjà lu le résumé. Le tome 2 est assez flippant, on est très proche d’un thriller avec un bon sérial killer. La débrouillardise des gosses est bien mise en avant. Pour le tome 3, changement de décor, on se croirait dans un film de David Lynch où tout semble grotesque, anachronique vu la situation. Une sorte de parenthèse onirique. L’album 4 est un retour aux sources mais le ton est de plus en plus grave, on sent la tension montée, une sorte de comédie inhumaine. Pour le tome 5, là on est carrément dans « lost », en espérant un prolongement moins pathétique que cette série télévisée.
J’ai lu cette série d’une façon très agréable, les p’tits détails, les comportements  des enfants sont  rendus d’une manière intelligente. Leur doute, leur caprice et leur peine sont pour moi très justes. Par contre, la facilité avec laquelle ils se débrouillent, là j’y crois un peu moins mais bon, c’est un détail, il faut bien donner à manger au scénario. C’est indéniablement une série qui marque les esprits et qu’on n’oubliera pas facilement car elle interpelle et pose pas mal de questions sur son déroulement futur.
Voilà, je n’ai plus qu’à attendre 5 ou 6 ans pour la prochaine intégrale du second cycle.
8-17b1.gif

 

 

 

On en parle sur le forum.

Seuls4.jpg


Inscrivez-vous à la newsletter.

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (2) | Tags : seuls, gazzotti, vehlmann, dupuis, fantastique, 810 |  Facebook | |